• Accueil
  • > MAK(5)
  • > Ahmed Ait-Bachir : « le MAK doit cesser de donner l’image d’un mouvement extrêmiste et xénophobe »

Ahmed Ait-Bachir : « le MAK doit cesser de donner l’image d’un mouvement extrêmiste et xénophobe »

Posté par algeriedemocratie le 11 juillet 2009

Afin d’informer les kabyles de France de la genèse de la pensée autonomiste, nous avons rencontré Mr Ahmed AIT-BACHIR, qui a bien voulu répondre à nos questions, sans concession. Dans un soucis de pédagogie et sans langue de bois.
Ahmed AIT-BACHIR est né dans le village d’Ath l’vachir, dans l’arch des Ath-Itsouragh (ex-commune mixte du Djurdjura-Michelet).
Grâce à des rencontres avec des militants de la première heure, pour le combat identitaire, il a vite pris conscience à son tour de la lutte qu’il fallait mener pour la reconnaissance de l’identité amazighe de l’Algérie.
Depuis, il a été un militant infatigable de cette juste cause, ce qui l’a amené à participer à la création du RCD en 1989 et devenir le premier président du conseil régional RCD de Tizi-Ouzou. Parti qu’il quittera deux années plus tard (1991) avec d’autres militants : Mokrane Ait-Larbi, Akli Berkani, Hamou Boumedine, Mahiou Faredj, Mehdi Siam, Idir Ounoughene, Malek Amrani, Idir Ahcène, Hamid Lefgoun, Salah Chaballah, Arezki Ait-Larbi et beaucoup d’autres…
En 2001, on le retrouve membre fondateur du mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), représentant du mouvement en Kabylie jusqu’en 2007, ou il fut contraint de quitter l’Algérie pour s’installer à l’étranger.
Le connaissant, militant de conviction, désintéressé et discret, nous avons voulu le faire parler de son parcours de militant et de son passage d’un parti nationaliste à un mouvement autonomiste régional mais aussi pour nous expliquer comment l’idée d’autonomie à émergé.

Ahmed Ait-Bachir :

Arezki Bakir : Qu’est-ce qui a précipité ton départ du RCD en 1991 ?
Ahmed Ait-Bachir : On s’est investi corps et âme dans ce parti, on en a fait plus qu’un parti, pour nous, c’était une seconde famille. Mais, au fur et à mesure que nous avancions, on s’est aperçu que l’espace du débat démocratique se réduisait davantage, le pouvoir décisionnel nous échappait complètement.
Cela nous a conduit à initier une pétition interne réclamant plus de clarté dans la gestion du parti. La direction, au lieu de provoquer un débat dans ce sens, a fait une toute autre lecture et mené une campagne de désinformation concernant notre initiative :
- « que nous n’étions qu’un petit groupe de Michelet, mené par Mokrane Ait-Larbi pour prendre la tête du RCD »,
- « que notre place n’était naturellement qu’au FFS et non au RCD compte-tenu du fait que nous étions majoritairement originaires de Michelet »…
Je voudrais rajouter qu’avant nous, deux secrétaires nationaux ont quitté le parti pour les mêmes raisons. Ce sont le Docteur Malika Baraka et Youcef Ait-Chellouche.


Le RCD défend des thèses nationales. Comment en es-tu venu à défendre des thèses autonomistes en faveur de la Kabylie ?

Lorsqu’on a crée le RCD, nous avons sincèrement cru pouvoir changer le cours des choses en Algérie. D’autant plus que, dans les années 1989-1990, il y avait une petite « récréation », le pouvoir nous ayant fait croire qu’il avait changé. Une petite porte s’était ouverte à la télévision pour les partis d’opposition, une presse écrite en apparence trés libre, des meetings et des conférences organisées par l’opposition un peu partout dans le pays. Comme tous les partis, le RCD s’est donc mis à organiser des meetings et conférences à travers le territoire national.
En dehors de la Kabylie, notre discours ne passait pas, bien que notre projet était plutôt bien perçu, moderne et progressiste. Mais le fait qu’il soit porté par des kabyles posait problème…
Dans beaucoup d’endroits, on nous signifiait clairement que nous n’étions pas les bienvenus.
Ajoutez à cela le boycott scolaire, l’assassinat de Lounès Matoub et une analyse sur le mouvement national, construit et porté par les kabyles, qui ont vu la nation algérienne se bâtir sans eux et contre eux. Cela nous a amené à penser que seule une solution régionale pouvait convenir à la Kabylie.

Nafa Kireche : C’est à ce moment là que vous décidez de créer le mouvement autonomiste kabyle (MAK) ?
Avant la création du MAK, je dois dire que beaucoup de personnes ont pensé et théorisé sur l’autonomie, le fédéralisme ou la régionalisation.
En 1978, le FFS, dans sa plate-forme politique a inscrit dans son programme l’autonomie des régions.
En 1992, Mr Hocine Ait-Ahmed est revenu à la charge en parlant de fédéralisme mais il a rapidement été pris à partie par les islamistes et les arabo-baathistes, qui criaient au séparatisme.
Abdenour Abdeslam, dans une longue réflexion dans les colonnes du journal « Liberté », a dessiné les contours du fédéralisme.
Après l’assassinat de Lounès Matoub en 1998, le professeur Salem Chaker, le Docteur Malika Baraka, Saïd Doumane et Rachid Behlil ont initié une pétition demandant l’autonomie linguistique de la Kabylie. Cette pétition a été signée par des personnalités comme Idir, Ait-Menguellet, Ferhat, Hassan Hirèche, Ali Sayad et beaucoup d’autres.
Mohamed Talmatine, Akli Kebaili, Kamel Nait-Zerrad, Hassan Hireche ont, chacun, par leurs différents écrits, contribué à alimenter l’idée de l’autonomie de la Kabylie.

Arezki Bakir : Revenons au MAK…
Ahmed Ait-Bachir : C’est en plein milieu des évènements dramatiques d’avril 2001 qu’a connu notre région, ou la peur et la terreur se sont installées, le terrain déserté par les politiques que, avec des amis militants, notamment Abdenour Abdeslam, Hamou Boumedine, Malek Amrani, nous nous sommes réunis  le 24 avril 2001 pour discuter de la manière de répondre à l’urgence et combler le vide politique ou était plongé la Kabylie. Une période ou l’on assistait, impuissants, à l’assassinat de nos enfants.
C’est ainsi que nous avons décidé de créer le Mouvement  pour la Kabylie Libre (MKL), dont le premier tract, « appel au peuple kabyle », est sorti le lendemain, le 25/04/2001, diffusé et distribué dans toute la Kabylie.
Trés vite, d’autres militants nous ont rejoint. Parmi eux, Akli Berkani, Farid Hamladji, Mourad Bouzidi, Mohamed Dellah, Yacine Belabes, Achour Bensalem et beaucoup d’autres.
En 2001, Ferhat Mehenni, alors président du MCB-Rassemblement National, voulait lancer un mouvement autonomiste et a donc pris contact avec Abdenour Abdeslam, qui nous a fait part du projet de Ferhat et de son souhait de nous unir afin d’éviter qu’il y ait plusieurs mouvements autonomistes.
Après avoir rencontré Ferhat il a été convenu ce qui suit : de notre côté, nous nous engagions à dissoudre le MKL, et de son côté, Ferhat faisait de même avec le MCB-RN.
Le 5 juin 2001, Ferhat a donné une conférence de presse à la maison des droits de l’homme à Tizi-Ouzou, conférence au cours de laquelle il a rendu public le projet autonomiste pour la Kabylie, en ma présence et celle d’Abdenour Abdeslam. Le dernier tract du MKL a donc été tiré le 20 juin 2001.
C’est ainsi que nous avons initié la première pétition « pour l’autonomie de la Kabylie », dans la perspective d’un état fédéral, pétition qui a recueilli des dizaine de milliers de signatures.
Quant au sigle « M.A.K. », c’est au cours d’un meeting à Makouda qu’un jeune dans la salle scandait « MAK, MAK, MAK ! »… Ce jeune a été applaudi par l’assistance et les responsables du mouvement présents (Ferhat, Abdenour Abdeslam, Hamou Boumedine, Salah Hassan…) ont adopté et approuvé ce sigle sur le champ ! Le lendemain, cet épisode faisait la une de certains journaux.

Nafa Kireche : Donc on peut dire que le MKL est l’ancêtre du MAK ?
Ferhat l’a trés bien résumé dans son livre en disant que : « Le MAK est né des cendres du MKL et du MCB-Rassemblement National ».

Arezki Bakir : Ahmed, tu es acteur du mouvement autonomiste depuis sa gestation. Peux-tu nous dresser un tableau objectif de l’avancement du projet autonomiste, mené par le MAK ?
Tout d’abord, je dois dire que le MAK a le mérite d’avoir brisé un tabou. Parler et revendiquer l’autonomie l’autonomie de la Kabylie dans une Algérie « une et indivisible » est un sacré courage. Il faut rendre hommage à tous ces militants qui ont bravé cet interdit et qui l’ont payé trés cher pour certains d’entre eux. Nous avons réussis à instaurer un débat quasi quotidien autour de cette question et je peux dire que le MAK, sans prétention aucune, a fait un sacré bon bout de chemin en solo.
Maintenant, je pense que le MAK est arrivé à la croisée des chemins : pour aller de l’avant, il doit se défaire de ses éléments qui confondent :
- l’islam et l’islamisme,
- l’arabe et l’arabisme,
- l’autonomie et l’indépendance.
En un mot, il doit cesser de donner l’image d’un mouvement extrêmiste et xénophobe.
Le MAK doit faire des rapprochements et prendre langue avec tous ceux qui partagent l’idée régionale de la Kabylie avec tous les autonomistes libres, y compris ceux qui défendent une Algérie Fédérale, une régionalisation modulable ou positive. Car en décortiquant tous ces projets, nous nous apercevons vite que nous voulons la même chose pour la Kabylie : son bien !
L’autonomie, la régionalisation, le fédéralisme, ne peuvent être l’oeuvre d’une personne ou d’un parti : cela ne peut être que le résultat d’un consensus et d’une majorité de kabyles. Et ce n’est que dans une action unie que le pouvoir algérien prendra peur et se pliera à nos revendications.

Arezki Bakir : j’ai l’impression que tu rêves un peu… non ?
Ca peut te sembler effectivement ainsi et certains de vos lecteurs le penseront certainement mais, pour ma part, je reste convaincu que c’est la solution, il suffit pour cela que chacun d’entre nous laisse son égo de côté pour que cela se réalise.

Nafa Kireche : le mot de la fin ?
Ce sera pas un mot mais des mots.
Tout d’abord je vous remercie de m’avoir fait parler. Je voudrais dire, que si j’ai accepté de parler de mon départ du RCD, je n’ai aucune rancune, ni animosité envers ce parti et toute sa composante, et surtout pas en ce moment ou il traverse une crise interne. Bien au contraire, le RCD a été pour moi une véritable école, j’y ai passé d’excellents moments et j’en garde un trés bon souvenir. Si j’ai tenu à répondre à votre question sur cette période, c’est pour que le MAK en tire les leçons et les enseignements et ne sombre pas dans ces pratiques, qui commencent à le ronger et doit évacuer trés rapidement l’esprit de complotite et de flicomanie qui commence à faire des « saignées » dans ses rangs.
Et puis nous sommes en pleine commémoration de l’assassinat de Lounès Matoub. Je voudrais rendre hommage à l’un de ses compagnons, présent à ses côtés lorsque les gendarmes de Michelet l’ont mitraillé et qui a passé des moments pénibles dans les géoles de la SM à Bouzareah. Ce grand militant s’appelle Mehdi SIAM, qu’un cancer du colon a terrassé et l’a ravi aux siens quelques mois après l’assassinat de Lounès. Il a laissé une femme et trois petites filles. Que tous ceux qui l’ont connu aient une pensée pour lui.

Entrevue réalisée par Arezki Bakir et Nafa Kireche de l’Association des kabyles de France : www askaf.fr

8 Réponses à “Ahmed Ait-Bachir : « le MAK doit cesser de donner l’image d’un mouvement extrêmiste et xénophobe »”

  1. lucien dit :

    salut tout le monde, je suggère a l’administrateur du blog d’ouvrir une rubrique en hommage au grand militant de la cause berbère, du RCD et également un compagnon de Lounes MATOUB qui n’est autre que M.Mehdi SIAM.
    cette rubrique sera dédiée aux témoignages de ceux et celles qui ont côtoyé de près M.Mehdi SIAM, pour nous révéler des faits vécus, anecdotes ou autres choses.
    ça sera le plus beau des hommages a rendre a celui qui a fait du militantisme sa priorité et du parti sa famille tout court.
    donc la parole sera à ses anciens amis et compagnons et toutes autres personnes voulant s’exprimer a ce sujet.
    pour que l’oublie ne sera pas du cotés de celles et ceux qui ont donné le meilleurs d’eux même pour cette Algérie.
    merci a toutes et a tous !
    Lucien

  2. Amokrane dit :

    Ferhat et Bakir draguent le «vote kabyle»…en diviseurs !
    Les autoproclamés représentants des Kabyles cherchent nos suffrages et nous prennent à rebrousse poil: par un langage outrancier, provocateur, comme à leurs habitudes. Aucun n’est épargné, pas même les berbéristes. Pour eux, le berbérisme est à bannir. Place au Kabylisme autonomiste, puisant dans la sinistre « anthropologie coloniale« , qui a fait tant de torts à la question berbère, la position du problème, ses corollaires obligés, les problématiques, les solutions !
    Bakir, Kireche et leur mentor Ferhat testent le terrain et essaient de bricoler une ligne politico-idéologique que l’on peut déceler dans leurs interventions, mises en scène, compagnonnages, actions et démonstrations. Leur discours raciste, islamophobe, arabophobe, pro-français, pro-israélien, pro-américain, et leurs « poses » avec l’Extrême droite (Bloc identitaire), Les Réseaux Sionistes-Ultras (UPJF, CRIF), Les Evangélistes pro-Bush, partisans du Grand Israël et du « choc des civilisations » cher aux tenants des guerres permanentes de conquête, et l‘humiliation du monde arabo-musulman. Sadi, lui « pose » avec les conservateurs pro-israéliens et proaméricains Glucksmann et BHL. Un positionnement correspondant à celui de la Droite dure et extrémiste dans l’Hexagone. Et en Algérie, il présente des «agitateurs politiques» Kabyles hostiles, antinationaux, séparatistes, divisionnistes et divisés, donc infréquentables, inabordables, à ne pas suivre ! Voilà qui satisfait amplement à la stratégie du Régime militaire d’Alger, lié d’une «sainte-alliance» avec la Droite Sarcocyste/dure en France.
    La présente grille de lecture nous indique précisément que ces zygotes qui draguent le vote kabyle en France roulent pour les deux, cherchent à gagner sur les deux rives de la Méditerranée. Et c’est en candidats diviseurs qu’ils se présentent, et non en rassembleurs. Ils divisent et les Kabyles et les Algériens, et isolent la Kabylie de l’Algérie, et l’Algérie de la Kabylie, conseillés en cela par les Maitres du DRS, ce DRS qui «tient» tous ces faux-opposants et pseudo-démocrates qui sont allés très loin dans la «compromission» avec les Généraux manipulateurs qui corrupteurs qui les ont sponsorisés, propulsés et mis au de la scène politique et médiatique, en leurs octroyant des avantages logistiques, matériels et financiers forts importants, et ce depuis 1989, date de la fameuse «ouverture contrôlée» où ces «Chevaliers de l’Apocalypse» ont mis en action leur plan diabolique, en forme de Poker-menteur ou Jeu de billard, en mettant aux prises les uns contre les autres, une Fausse opposition contre l’Opposition oppositionnelle, historique, représentative.
    Ferhat et Bakir veulent amarrer les Kabyles résidents en France dans la «Constellation Sarkozyste» multi-extrémiste, composée des ultras, des franges extrémistes des Juifs de France, des Arméniens de France, des Corses de la Métropole et des Asiatiques de France (qui manifestent ces derniers temps à Belleville). Alors que par le passé, les immigrés kabyles sympathisaient avec la gauche anticoloniale, antilibérale, anticapitaliste. Or, les Généraux d‘Alger, partisans de l’ultralibéralisme et de l’autoritarisme sans limites ne peuvent se résoudre à accepter des masses d’immigrés proches des mouvements de contestation radicale qui mettraient en danger leurs options et leurs privilèges. Nos prétendus leaders sont là pour les arranger, ramer en leur faveur. Auparavant c’était L’Amicale des Algériens en Europe, autre annexe de la Police politique d’Alger en France
    Le Régime militaire d’Alger a depuis toujours tenu à embrigader l’immigration qu’il considère politiquement comme «danger potentiel» (à surveiller), et économiquement « vache à traire » (devises, épargne, etc.). Dans l’Hexagone La SM, puis le DRS dispose d’une place-forte où des milliers d’agents, indicateurs et rabatteurs agissent en permanence, manipulent et instrumentalisent tous ces zygotos extrémistes…………….. Texte écrit en 2011.

  3. Ait dit :

    Ferhat impose un drapeau régional !

    Le Drapeau régional, après l’Hymne régional et le Gouvernement régional : la « symbolique » est là, mais pas « l’effectivité » d’un Etat régional, kabyle. Mais alors, quel impact direct, quel visée réelle, quel but immédiat ? Ce sont les questions qui s’imposent.

    On admet en effet que ces trois éléments – une population permanente, un gouvernement élu, un territoire défini– sont constitutifs d’un Etat. Mais ils ne suffisent pas à rendre compte de la dynamique de la création d’un Etat. Pour être indépendant, un Etat a besoin du  » regard des autres », de la reconnaissance de bon nombre d’Etats. On peut penser par exemple au cas de l’Ossétie du sud, de l’Abkhazie ou de la République turque de Chypre Nord qui se sont proclamés indépendants, mais qui ont été reconnus par un si faible nombre d’Etats qu’en fait, leur effectivité internationale est quasi nulle.

    Or, cette reconnaissance n’est pas immédiatement donnée, c’est un processus long et complexe. Un processus long parce qu’il s’agit d’amorcer des relations diplomatiques, des discussions entre les représentants et à la fin du processus, il s’agit d‘échanger des « Lettres » entre les Etats qui se reconnaissent mutuellement.

    C’est aussi un processus complexe parce qu’il y a des enjeux politiques régionaux et internationaux la plupart du temps à la clé. On a vu cela avec le Soudan du sud indépendant depuis 2011, avec le Monténégro indépendant en 2006 et puis le Kosovo qui a proclamé son indépendance en février 2008. La définition d’un Etat relève finalement autant du politique que du juridique.

    Et si la reconnaissance des autres Etats est essentielle, elle permet aussi – dans certaines conditions de majorité bien évidemment – l’adhésion à des organisations internationales et régionales.

    D’un autre côté, l’adhésion à l’ONU – au premier rang de ces organisations internationales – ne va pas déterminer la nature étatique d’un territoire. Certains Etats dans les faits, comme Taïwan, ne sont pas membres des Nations Unies. Un Etat ce n’est pas seulement un ensemble de règles, un ensemble d’institutions, c’est aussi une pratique. Une pratique de la souveraineté chez soi et vis-à-vis des autres Etats.

    Or le Pouvoir militaire en Algérie demeure fort -et ne cède rien, et n’accepte aucune solution- car il a le soutien de l’Occident, et est  » arrimé dans l’orbite américaine « , et bénéficie du soutien politique de la France (qui détermine la politique algérienne de l’Europe), il a la manne financière issue de la rente pétrolière qu’il accapare, a sous sa férule les forces de répression et les moyens de propagande, la population est traumatisée, l’opposition décimée, la protestation maitrisée, les syndicats réprimés…

    Dans le cas de l’action du MAK-GPK (toléré et laissé agir librement en Kabylie et en France, alors qu’il n’est pas agrée), c’est la symbolique qu’il faut cerner, l’impact direct du  » coup « , le but politique immédiat vraiment visé, qui n’est effectivement pas l’effectivité d’un Etat kabyle, mais plutôt pour « rendre réel, concret, vrai » ce qui n’était que propagande officielle (avant 2001), et donc pour « parvenir au point de non-retour , à l’achèvement » de « la séparation (définitive), de l’isolement (complet), de la division (totale)) et la délégitimation politique » de la Kabylie (une région, plusieurs départements), ce qui garantit alors « un sursis assuré » pour le Régime militaire en place….qui ne sera plus jamais menacé par une quelconque rébellion ou mouvement insurrectionnel, une fois cete région « tête dela locomotive rebellionnaire », bastion de la contestation, proche d’Alger (lieu géographique du pouvoir) est neutralisée (isolée, séparée, divisée, délégitimée/discréditée politiquement) !

    Et puis ce Gouvernement-GPK (1) est contesté et controversé sur le Territoire kabyle (2) par la Population locale (3), et pas du tout reconnu par les Etats (4), ni par l’ONU (5) et les Grandes institutions internationales , le FMI, la BM, la CEE, le PE, etc. etc.(6).

    Il faut se rendre à l’évidence et dire que sans « rapport de force politique » vraiment déterminant et conséquent, une pression intérieure forte conjugée à une pression extérieure accrue, le Pouvoir dictatorial militaire (DRS) ne se résoudra jamais à lâcher du lest, n’acceptera aucune solution juste et légitime (Tamazight, l’autonomie régionale, démocratie, Etat de droit…), et ne laisse agir que ce qui l’arrange (violences, extrémismes, salafisme, divisionismes, séparatismes, régionalismes, isolationnismes, pourrissement et exacerbation de la situation), ce qui lui assure sa pérennité, donc le prolongement de son existence…..
    _____________________________________________________________________

    Liire sur Google.fr :

    A propos de l’autonomie de la Kabylie, Ramdane Achab, algeria-watch, novembre 2001

    La Kabylie cherche sa voie vers l’autonomie, Arezki Ait-Larbi Le Figaro 21/04/2010
    « …..Certains de ses conseillers, prompts à la surenchère, travailleraient, dit-on, pour les Services algériens qui tentent d’instrumentaliser ainsi la région dans les jeux claniques du sérail. « 

  4. Azouaw dit :

    Ferhat Agent des Services, outil de manipulation ou opposant ?

    Nous savons tous que l’un des outils de manipulation du pouvoir pour étouffer la révolte populaire en Algérie, est la célèbre tactique ancestrale ” diviser pour régner ”.

    La principale application de ce concept à la réalité algérienne, est le fait de faire courir le bruit que la Kabylie veut se séparer, à partir de cet idée fausse, les Services(DRS) tirent sur deux cordes sensibles qui font l’effet d’un interrupteur sur le cerveau algérien, c’est à dire l’Unité du territoire algérien , et bien sûr la glorieuse guerre pour l’indépendance .

    En effet il y a plusieurs sujets qui, lorsqu’abordés font disparaitre le jugement critique de bon nombre d’algériens, et de ce fait rend le peuple sujet à manipulation et il devient vulnérable à toutes sortes de balivernes que l’on veut lui faire gober…..

    Pour ne citer qu’un exemple de cet technique , celui bien sûr de la propagande lors des émeute de 2001, on a vite voulu détourner l’opinion nationale ( qui se voulait revendicatrice des droit humains en exprimant le ras-le-bol général ou plutôt national contre cette Dictature criminelle), vers la perspective d’une ” pseudo révolution kabylo-berbère ” imaginée par les spécialistes marketing de la DRS, enrichie de plusieurs stéréotypes que je ne peux aborder dans ici .

    L’un des pseudos leader de ce mouvement ce nommé Ferhat Mehenni, c’est un personnage qui suscite beaucoup d’interrogations. Juste le fait d’évoquer son nom amène à l’esprit ces prises de position ”indépendantistes“.
    Il est facile de déceler les incohérences de son discours et de ces actions.

    Tout d’abord, il prône la séparation de la Kabylie et parle rarement de berbérité, il semble oublier les Touareg et les Chaouias ! On décèle là le besoins d’isoler la culturellement et historiquement la Kabylie.

    Par ailleurs, il se dit opposant et avoue qu’il travaille comme ” responsable politique ” sur une interview par rapport au célèbre et très occulte détournement de l’avion d’air France à Alger, on se demande par quel miracle les ”islamiste” on épargner un chanteur, et qui plus est travail pour le gouvernement qu’ils combattent soi-disant.
    Pour finir il s’autoproclame défenseur des opprimés et il se réuni avec des sionistes (Agents du Mossad, etc.) a l’Ambassade d’Israël à Paris.

    En résumé il aide à propager la graine du régionalisme, semée par le colonialisme français, et arrosée par la culture et la politique du Régime militaro-mafieux.

    Cet individu semble d’autant plus dangereux car il recrute auprès des jeunes kabyles désespérés et vulnérables, à cause justement de tout ce mal vivre…

    Azouaw, Mars 2011

  5. Amokrane dit :

    Lors de la Grève du cartable, Ferhat et d’autres “leaders” ont emmené leurs enfants en France et les y ont inscrits à l’école. Personne n’a jamais démenti cette information. A elle seule, elle suffit pour dire que ce Ferhat et ses acolytes sont des aventuriers….

    Et puis, le vrai-faux rapt de Matoub dans la fameuse villa d’Ath Rveh, les insultes proférées contre Mammeri, les attaques contre l’opposition à partir de 1988, la participation à la création du RCD sur ordre du Clan Belkheir et la SM
    -Sécurité militaire, la création du MCB-2, puis du MCB-3, et d’autres conneries et dégueulasseries de Ferhat le sot et mégalo….

    Ses entretiens avec Rachid Aissat, Le Colonel de la SM (Sécurité militaire), Yennayer fêté à la Mairie du XVI° à l’invitation de l’extrémiste
    C. Goasguen (ex des Groupes d’extrême droite Occident et Ordre nouveau), ses liens avec des Organisations Extrémistes sionistes-ultras (UPJF, etc.), le financement du MAK par des ennemis jurés et déclarés de l’Algérie…

    Ses mensonges sur le détournement de l’avion d’Air France par les nervis salafistes “manipulés du DRS”, il sait bien que 40 Hauts gradés qui devaient être à bord n’étaient pas montés, et que L’Aéroport hautement surveillé par le DRS ne peut laisser s’échapper un moindre mouvement sans sa complicité…Si c’était vraiment des islamistes, Ferhat n’aurait pas survécu! Car connu pour les liens du RCD avec le Régime militaire, le DRS notamment!

    Ferhat doit parler des assassinats de Mammeri, Djaout et Matoub, car il sait bien des choses…ceux-ci étaient liquidés après leurs désapprobations du RCD, ce “valet d’atout”, carte maitresse de la Junte militaire dans la Région, en Kabylie…
    Quand est-ce qu’il publiera le livre promis “CLAIR-OBSCUR EN ALGERIE” où il devait raconter les vérités sur l’Affaire Matoub ? Il connait les Neuf activistes du RCD utilisés par le DRS pour cette manœuvre provocatrice…

    ISOLER complètement, SEPARER définitivement, DIVISER totalement et DELEGITIMER (discréditer) politiquement la Kabylie, c’est bien ça «la stratégie du Régime militaire», et c’est ce à quoi converge et correspond l’action du MAK-GPK. Est-ce là la dernière étape de l’affrontement engagé par les Généraux depuis 1992? La Guerre civile a commencé à l’endroit des “enjeux économiques”, le plat et les terres fertiles à spolier à coups de massacres et tueries de masse, finira-t-elle à l’endroit des ”enjeux politiques”, en Kabylie précisément, la région irrédentiste et contestataire ? Le redéploiement de la panoplie sécuritaire du Pouvoir dans la région suscite des questions troublantes et légitimes. Le
    prétexte de la présence de terroristes ne tient pas, étant donné le caractère
    propagandiste de la presse aux ordres…

    AQMI, GSPC, GIA, OJAL, etc. et autres sigles obscures , ainsi désignés au singulier comme s’il peut exister de nos jours des organisations terroristes centralisées, sur-organisées , avec de très nombreux activistes, voilà qui prête à suspicion, au doute . Le haut perfectionnement des techniques de renseignement, d’écoutes, d’interception, la coopération internationale aidant, il est difficile de croire à une facilité d’action de ces groupes extrémistes… A prendre donc avec des pincettes toute cette rhétorique alarmiste, sécuritariste et émotionnaliste. Le conditionnement des esprits, la manipulation, la propagande et la désinformation y sont prépondérantes. Deux périls coexistent et s’impliquent, le terrorisme islamiste et le terrorisme d’Etat très prépondérant

    Les informations qui nous parviennent relèvent du domaine classé “secret”, acheminées par les traditionnels canaux instrumentalisés par les Services
    d’intox et propagande de la SM-DRS, et les rares journaleux admis à s’en servir ne sont que de vulgaires agents propagandistes de la dite police politique, accoutumée des coups de Jarnac, assassinats, massacres et autres besognes sanguinaires que les islamistes radicaux pratiquent avec zèle . Bref !

    L’opération d’isolement de la Kabylie presque achevée, la Junte dictatoriale,
    peut frapper à sa guise cette région qu’elle considère irrédentiste et rebelle, voire la “tête de la locomotive” protagoniste et précurseurs des mouvements contestataires. Il y’a donc, des ENJEUX POLITIQUES majeurs alors que la guerre civile avait commencé là où il y’avait des ENJEUX ECONOMIQUES, le plat, la Mitidja, Tiaret, les terres à partager à coups de massacres, tueries, assassinats
    qu’on ne peut dissocier du Projet de libéralisation du Secteur foncier dont les Généraux milliardaires seraient les premiers bénéficiaires, ils se servent faut-il dire ! D’autant plus que l’usufruit successif est éternel est épuisé, les enfants et leurs parents exterminés dans ce but macabre, d’autres familles ont fui 6 à 7 mois avant, informées par certains hauts gradés
    affolés par des indiscrétions. Les “chevaliers de l’Apocalypse” qui avaient planifié ces tueries avaient utilisé des commandos, des milices, des escadrons de la mort qui égorgeaient en toute impunité…pas loin des Casernes !

    En Kabylie, par le biais de ses relais, la Junte jouait sur deux registres: la manipulation et les incursions punitives, des assassinats ciblés et sensibles d’artistes et personnalités pour terroriser les individus, et donc inoculer la peur, et régenter la société alors que ses “honorables correspondants” sponsorisés par les Maitres de la SM-DRS, dotés de moyens matériels et médiatiques
    conséquents, misent sur la division, la dispersion, l’émiettement, l’effritement et l’atomisation partisane. C’est le rôle dévolu à ces faux opposant, pseudo démocrates, micros partis et vulgaires journaleux propagandistes qui composent ce “façonnage artificiel” monté par les Généraux mafio-criminels qui dirigent la SM-DRS….

    La Kabylie est isolée du fait de l’
    introduction par le Régime de ces “agitateurs” régionalistes,
    séparatistes, divisionnistes, racistes, évangélistes, pro-sionistes, pro-occidentaux, pro-colonialistes, pro-français, et dont certains, toute honte bue et l’indigence intellectuelle criante, puisent dans l’ “anthropologie coloniale”. Les esprits critiques savent qu’elle est fabriquée de toutes pièces par les Missionnaires aux ordres du Corps expéditionnaire…..

    Ainsi désignée infréquentable, suscitant la méfiance, ne peut être suivie si un mouvement d’ampleur y est initiée : le Régime dictatorial a réussi son coup ! Il peut donc frapper à sa guise ! Voilà l’enjeu politique majeur !
    Seul un mouvement unitaire, sur une “base théorisée” cohérente, une conception de lutte juste, une ambition unitaire, non élitiste, non corporatiste, pourra juguler et déjouer Les manœuvres et opérations criminelles des Généraux….

    Aucun mouvement ne pourra réussir s’il ne s’inscrit pas dans l’élan libérateur du peuple algérien, inauguré il y’a plus d’un siècle déjà….

    Seul un Pôle ou Front oppositionnel, résolument et farouchement contre le Régime militaire et son “corollaire obligé” l’Islamisme radical, pourra ébaucher la solution pour la crise multidimensionnelle qui frappe l’Algérie, avec pour projet la construction d’un État de droit démocratique, social, pluraliste, progressiste, moderne, laïc, unitaire et unioniste.

    Amokrane, algérie politique, 2011

  6. Amar dit :

    Ferhat et Sadi avaient (en 1989) insulté Mammeri….

    ….au nom du seul fait qu’il avait , à l’instar de K.Yacine, Mohya, Chaker, refusé d’apporter sa caution morale à la création du RCD. Le lendemain, le célèbre écrivain et linguiste, était venu à Tizi Ouzou exprimer son indignation et sa colère auprès des Animateurs du MCB , ceux-là mêmes qui avaient co-signé une Déclaration par laquelle ils avaient dénoncé la fondation de ce parti, instigué dans les Bureaux de Belkheir-Belkaid-Mékeddem, avec l’aval du Chef de la SM , Général M.M.L. Ayyat(qui avait lancé Rebrab et…)…

    D’ailleurs , c’est avant même la promulgation de la Constitution qui avait consacré le multipartisme, que cette succursale ou officine de la SM est née , bénéficiant d’une impressionante couverture médiatique et de moyens logistiques et financiers énormes.L’occasion pour Ferhat et Sadi, chauffés à blanc par la SM – Sécurité militaire, de lancer leurs attaques contre l’Opposition historique:FFS, MCB, LADDH,PT,PST. Surfant sur la “fibre identitaire” le RCD inaugure le ” mythe fondateur de la prise en charge du domaine bebère ” un mot d’odre ou slogan porteur en la “nouvelle ère mensongère”!

    Dans la foulée, la SM crée une pléthore de micro-partis , des associations fantoches, des journaux de propagandes aux ordres des divers Clans militaro-mafieux qui composent la Junte dictatoriale….

    PSD, FFD, MSP,PRA et autres sigles de ce “Pocker menteur” ou “Jeu de billard” monté par les Généraux où les uns sont élevés contre les autres, la division totalement organisée, pendant qu’ils pillent les Pétrodollards, arbitrent les rapports de forces et les querelles et conflits, alors que des pans entiers de la société vegètent dans la misère indicible…

    La stratégie des Maitres de la SM-DRS est d’isoler la Kabylie, considérée comme la ” tête de la locomotive ” , irrédentiste et rebelle, et de diviser celle-ci en mille morceaux , en mettant au devant de la scène des extrémistes séparatistes, régionalistes, pro-occidentaux, pro-sionistes, pro-français qui puisent dans la sinistre
    ” anthropologie coloniale “, Conférant ainsi à la région un caractère antinational, donc Infréquentable,donc impossible à suire si un mouvement social y est initié . Voilà qui réjouit les Généraux,décidés de garder à jamais les reines du pouvoir !

    La guerre civile a commencé là où il y’a des “enjeux économiques”, des terres fertiles à spolier à coups de massacres (1997-98), finira-t-elle à l’endroit des “enjeux politiques” (Kabylie) ?

    Pour revenir au MAK, Ramdane ACHAB, A propos de l’autonomie de la Kabylie : http://www.algeria-watch.org/farticle/revolte/achab_autonomie.htm
    B avait écrit un texte pertinent sur algeria watch :
    http://www.algeria-watch.org/farticle/revolte/achab_autonomie.htmLa Lettre de démission de Belkacemi Ahcène :
    http://icare.bgayet/spip.php?article253

    Il y’a aussi Arezki AIT LARBI dans le Figaro du 21/04/2010 où il cite
    ” certains de ses Conseillers…travailent pour les Services…instrumentaliser la région dans les jeux claniques du sérail ”

    Le MAK est crée après l’entretien de Frehat avec le Colonel Aissat, ami de Zerhouni, le bras droit de Boutef’

    Ferhat et Sadi avaient paricipé et continuent dans la stratégie de la division, l’émiettement, la diversion, l’atomisation , l’effritement des forces oppositionnelles contre le Régime militaire et son corollaire obligé qu’est L’Intégrisme islamiste .
    … Ferhat et Sadi, mais aussi Rébbaine, Benyounès, Boukrouh,SI Lhafid, Ouyahia et autres ponce-pilates du Régime dictatorial sont des cartes de ce “Pocker menteur” que nous jouent les Ces manipulateurs et sanguinaires
    que sont les Maitres de la SM-DRS , la Gestapo locale dont l’action est basée sur les deux principes : “la ruse et la force ” :
    -1) la ruse : cest la propagande, le bourrage de crane, la désinformation,
    la tremporie, la télé poubelle, les journaux-tracts,, les faux opposants, les pseudo-démocrtaes,les micros-partis
    etc,etc ;
    -2) la force : répression, prisons, torture, massacres, assassinats,disparitions, etc. etc.

    Ferhat et Sadi avaient tout fait pour casser le MCB : il avaient fondé le MCB-bis,puis le MCB-3 , La Cordination nationale, décrété la grève du cartable … et envoyé leurs enfants en France, avec l’aval de l’éradicateur Ambassadeur de France à Alger, ami de Belkheir, bouttefeux et allumeur qui enflamait les Généraux….

    Ferhat avait bénéficié d’un “agrément d’usine”, une licence d’importation, d’appartements, une librairie et autres avantages dans le sillage de la création du RCD “gendarme du Régime” en Kabylie,carte maitresse, à tel point que les réfractaires à son hégémonie ont été assassinés: Mammeri, Matoub, Djaout, Tigziri, et d’autres .

    Ferhat connait bien l’affaire du vrai-faux rapt de Matoub dans la fameuse villa d’Ath Rvah,au carrefour appelé Atranchy sur la route de Thassafth Ouguemmoune , une manipulation montée par la SM-DRS, exécutée par l’officine RCD dont Ferhat faisait partie. Il doit dire ce qu’il sait sur les assassinats de Matoub , Djaout, Mammeri…

  7. Salam dit :

    Le MAK: extrémismes, dissensions, révélations…
    Par Salem, 2011

    Racisme, haine, rejet,exclusion, apologie de la violence, voilà ce sur quoi se concentre la dernière intervention d’A. Bakir. En effet, Bakir et Kireche sont les deux béquilles sur lesquelles repose le pouvoir du fantoche GPK de Ferhat. Les deux zygotos avaient cru s’ingénier en allant aux honteuses Assises tenues par les groupuscules d’Extreme droite Groupe identitaire et Ripostes laïques, pires que le Front national des Le Pen père et fille. Ou encore Yennayer fêté chez le Maire du XVI°, extrémiste C.Gooasguen, issu du Groupuscule fasciste « Occident », et réputé lobbyiste pro-israélien, et raciste notoire, farouchement hostile à l’immigration, et viscéralement opposé à l’Algérie, aux prises de position favorables aux milieux des ultras et nostalgiques des Pieds noirs sont connues. Bref.

    Ferhat est aux abois. Il récidive en permanence. Il vient d’invoquer un prétendu attentat contre sa personne, qui s’est avéré n’être qu’une pure invention. Tout ça est faux. Il vise à se « zaimiser », s’héroïser, la technique est bien connue ! Boumedienne avait, en son temps, simulé deux faux attentats avec la complicité de ses sbires Merbah et Ben Hamza.

    Ferhat vient de remanier et le fantoche GPK, et le MAK. Par cette opération, il assoit son pouvoir sur ASKAF et HCKD, deux associations respectivement dirigées par A.Baki & N.Kireche….

    Ferhat ne dérange pas Le Pouvoir dictatorial militaro-mafieux. Bien au contraire, il joue le jeu des Maitres de la SM-DRS. N’est-ce pas le Colonel Rachid AISSAT qui l’a poussé à créer le MAK & le GPK ? Ait Larbi, pourtant ami de Ferhat, avait révélé la présence d’agents des Services autour de lui. Dans Le Figaro daté du 21 Avril 2010…

    La stratégie des Maitres du DRS est d’aboutir à « l’achèvement » / au « point de non-retour » de l’isolement de la Kabylie, et du coup à la neutralisation de l’opposition dans toute l’Algérie. Ainsi, ces Généraux manipulateurs peuvent étouffer dans l’œuf tout mouvement protestataire. Personne ne suit personne!

    Bakir et Kireche partisans de l’extrême droite et la droite dure en France, ils suivent les pas des « Beurs de services » Fadéla Amara, Rachida Tati, Malek Bouttih, les Putes et Soumises et autres adeptes du « racisme à l’envers » qui consiste à attaquer et insulter ses frères, les immigrés, les chibanis, les noirs, les musulmans, pour « prétendre à une place », aux élections. Ils se positionnent dans ce fascisme en vogue en France sarkozienne qui consiste à construire le « nouvel ennemi intérieur », l’immigration postcoloniale (venue des ex-colonies, d’Afrique et du Maghreb), avec une recrudescence manifeste du sentiment colonial (Loi du 23 Févr.2005). Bref.

    D’ailleurs, Bakir ne s’en cache pas. C’est son but caché depuis longtemps.
    Et puis, il y’a une « Sainte alliance » entre la Droite Française et le Régime militaro-mafieux d’Alger. Le livre de Lounès Aggoune, Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats, Ed La Découverte » donne les détails…..
    ________________________________________________________________

    Témoignage de Ferhat Mehenni, dans l’ouvrage « Avril 80. Insurgés et officiels du pourvoir racontent Le Printemps berbère » (page 115) ,
    Editions Koukou :
    « En mars 1982, malgré la « liberté provisoire » qui empêchait les 24 détenus de sortir du territoire algérien, Sadi vint à paris et participa à un débat organisé à la fin de mon concert à Anthony par le professeur de psychologie Mohamed Lahlou. Il était venu proposer à Hocine Aï-Ahmed de rentrer le 5 juillet 1982, pour le 20ème anniversaire de la fête de l’indépendance ou de rompre, à notre insu, l’alliance avec lui. Sadi avait une proposition pour deux postes au Comité central du FLN ; Aït-Ahmed refusa après avoir pris soin de consulter ses amis dont moi-même ».
    Ferhat ne dit pas que Sadi était venu par deux fois. Une fois avec Rabah STAMBOULI,l’autre fois avec Salem CHAKER. Ce dernier n’a jamais pardonné à SADI de l’avoir induit en erreur, d’autant plus que la manoeuvre était orchestrée par la SM-Sécurité militaire dans le but de tromper Ait Ahmed pour l’emmener en Algérie, le Régime ayant promis une « ouverture » (hum !) !
    C’était en 1982,puis en 1984.Ait Ahmed, en fin connaisseur de ce genre de manipulations dont est accoutumée la SM, avait renvoyé ces « intermédiaires Sadi et Cie.
    1. Ferhat est aux abois.
    2.
    3. Il récidive en permanence. Il vise à attirer la lumière vers lui, se montrer, se zaimiser, s’héroiser: la technique est bien connue! Il parle de mandat d’arrêt, de menaces, d’attentas programmé, comme Boumedienne avait, en son temps, simulé deux faux attentats avec la complicité de Merbah et Benhamza. Aujourd’hui on sait que tout ce que Ferhat avait invoqué est faux, et pure invention. En réalité, Ferhat est « accrédité » par les Maitres du DRS, auprès des Kabyles de France et de la Diaspora au Canada et en Europe. Avec un « mission bien définie», une « feuille de route »…celle de Belkheir & Ayyat (1988).
    4.
    Flash back : dans le processus de construction de son image, dès les années 70, Ferhat avait commencé par imiter THEODORAKIS, JARA, FERRAT, des hommes illustres et des artistes engagés à la renommée mondiale, par la suite c’est la martyrologie par Lambèze et Berouaguia. C’était un grand chanteur. En politique, ce n’est qu’un « agitateur, diviseur, manipulateur…..manipulé ! Bref !
    5.
    Il avait perverti Yennayar fêté chez le Maire du XVI° extrémiste Goasguen, issu du Gr fascho Occident, lobbyiste pro-israélien, raciste notoire, opposé viscéralement à l’Algérie, et toujours favorable aux milieux des rapatriés/pieds noirs ultras…

    Suite à moult frondes, il a remanié le GPK et le MAK, et assoit son pouvoir ASKAF & HCKD, deux associations racistes, séparatistes, islamophobes et arabophobes, dirigées par les extrémistes militants de l’UMP Sarkoyste, Bakir et Kireche, deux zigotos extrémistes qui avaient assisté aux Assises de l’Extrême droite, Bloc identitaire qui se situe à la droite du FN Le Peniste.
    Ferhat ne dérange pas La Junte d’Alger. Il est dans le jeu des Maitres du DRS aui l’ont « accrédité » auprès des « Kabyles de France » qu’il croit pouvoir amarrer dans la « Galxie Sarkosite » composée des Extrémistes communautaristes des Juifs de France, Arméniens de France, Corses de Métropole, des Asiatiques de France….tous unis contre l’immigration postcoloniale venue d’Afrique DU Nord et de l’Afrique sub-saharienne, que les médias de droite tentent de construire comme «le nouvel ennemi intérieur», bref.

    C’est le Colonel AISSAT qui l’a poussé à créer le MAK & le GPK.Il perpétue l’
    éparpillement, l’effritement division, l’atomisation partisane. Il est dans la stratégie des Généraux manipulateurs qui visent à : 1) isoler pour toujours, et diviser davantage la Kabylie; 2) neutraliser l’opposition en Algérie et en Kabylie…

    Ferhat, Sadi, Ait Hamouda, BenYounès, Hanoune, Ksentini, Zehouane, Abbout, Si Lhafidh, Benyounès, Benbitour, S.A.Ghozali, etc.sont des ponce-pilates sponsorisés par les Généraux manipulateurs et corrupteurs….

    par Salem, algerie politique 2011

  8. Aghiles dit :

    Ferhat mène les gens en bateau car tout est faux ! Cet homme a sauvé sa peau après avoir envoyé en pâture tous ces étudiants qui n’ont jamais repris le chemin de l’école et qui aujourd’hui viennent grossir les bancs des chômeurs! Comment lui pardonner d’avoir privé tous ces étudiants d’avenir? Et son pseudo attentat à Tunis,pour qui nous prend-t-il? qui a déjà vu son Mandat d’emmener? Il est riche à n’en plus savoir quoi faire de son fric, il donne de l’argent à tout le monde pour les acheter. Il protège toutes les crapules qu’il arrose pour détruire le MAK et ses élus parce qu’il ne tient plus les commandes du MAK et le nouveau bureau ne lui dit pas Amen ! Son but : détruire le MAK parce que le nouveau MAK dénonce.
    L’AUTONOMIE N’EST PAS LA PROPRIETE DE FERHAT! FERHAT N’A PAS LE MONOPOLE DE L’AUTONOMIE ! Il n’a rien inventé, il a juste rappelé l’Histoire car la Kabylie a toujours été autonome jusqu’au colonialisme français!
    Ses intentions ont peut être été saines au départ mais l’argent l’a corrompu et la Kabylie est devenue son fond de commerce, l’entreprise la plus rentable du siècle !
    Les vrais autonomistes libérés du MAK doivent prendre un nouveau départ, je lis beaucoup de gens dirent que s’ils n’approuvent pas le fonctionnement, ils se rallient faute de « mieux », c’était aussi ma démarche, j’ai toujours été Autonomiste mais jamais « Ferhatiste » j’espère qu’un jour très proche nous bâtirons ce « mieux », je serais en tout cas là pour le soutenir. Les autonomistes ne sont pas qu’au MAK, je crois qu’ils sont justement plus nombreux en dehors…
    Aujourd’hui, l’Autonomie partagée par l’ensemble des kabyles est à un tournon décisif. C’est L’essentiel : partir sur de bonnes bases et pour ça il faut faire le ménage avant! On se donne peut être en spectacle mais je suis d’accord sur la méthode et pour que le coup soit porté à ceux qui pourrissent l’autonomie et qu’ils soient montrés du doigt.
    Ferhat, le MAK, le GPK: les kabyles doivent savoir !
    par Aghiles, algrie politique 2011

    Les démissionnaires se débarrassent des chaines de « celui qu’on de peut pas contredire ». Voilà les comptes : Quatre malheureux ministres au GPK disséminés aux 4 coins du monde qui ne sont même pas à ses cotés pour se rendre compte de la supercherie et des démissions des membres les plus honnêtes en avalanche au MAK et au GPK où il ne reste que les charognards agrippés au portefeuille de Ferhat. Si cet homme avait une once de fierté, il démissionnerait comme dans n’importe quel pays démocratique face à l’échec de sa politique. La confiance est entachée et le bateau prend l’eau. Le kabyle fonctionne avec la parole donnée, signe de confiance, cette confiance que Ferhat a définitivement perdu.

    La machine est en route, l’affaiblissement du roi Ferhat se ressent et la vérité finit toujours par briller. J’approuve la démarche des démissionnaires du MAK et du GPK qui ont leur conscience tranquille dorénavant et se soulèvent contre celui qui voudrait les museler, les kabyles ont toujours été un peuple libre et démocrate, l’Histoire nous a appris que si nous avions accepté le dictat de certains nous serions aujourd’hui tous arabes. C’est grâce à des hommes et à des femmes comme ces démissionnaires que nous sommes toujours un peuple debout.

    ______________________________________________________________

    L’Affaire Matoub. Ferhat,Sadi et Khalida informés ou complices ?

    Nous sommes en avril ,mai 1998 , le General Toufik , patron du DRS depuis 1990 , convoque Sadi, khalida et Ait-Hammouda pour mettre au point le projet d’assassinat de Matoub qui était en France à cette date là …
    Parlons de ces allers retours incessants de Sadi , khalida , Ait-Hammouda chez Toufik durant Avril-Mai-Juin 1998 , comment se fait-il que Ferhat Mhenni qui était encore au RCD , n’avait il pas remarqué ou soupçonné que quelque chose de bizarre était en train de se préparer vu les déplacements incessants de Sadi chez Toufik ? Comment peut on être membre d’un parti et ignorer ce qui s ’y passe , rien n’avait éveillé les soupçons de Ferhat , rien ne pouvait le laisser penser que de toutes façons les attitudes de certains membres lui paraissaient étranges mais Ferhat , avait appris comme tout le monde la nouvelle sur le prochain voyage qu’allait effectuer Matoub en Algerie et pourquoi n’avait-il pas pris le téléphone pour l ’appeler en France et lui dire : attention Matoub ne viens pas ! annulle ton voyage car il y a des choses qui me paraissent bizarres ! je ne peux pas te dire quoi mais pour ta securité ne viens pas !

    Cette phrase aurait pu mettre Matoub en alerte et éveiller sa vigilance et il aurait certainement annulé son voyage , je ne dirai pas que Ferhat est responsable de la mort de Matoub mais par son silence , il avait approuvé ce projet d’assassinat car rappelons le , c’était Matoub qui faisait le plus d’ombre à Ferhat , Matoub gagnait beacoup d’argent en France et pouvait mobiliser la foule sur un simple appel à la foule tandis que Ferhat ses disques ne se vendaient pas et étaient dépassés. En tous les cas moi, je reste convaincu que Ferhat Mhenni savait qu’un projet criminel était en préparation à la SM mais faisait comme si de rien n’était car cela arrangeait ses petits calculs politiques.
    H.M, du MAOL
    ______________________________________________________________

    Ce MAK doit être dissous Car il est en train d’attiser la haine entre compatriotes. Il est clair que des officines étrangères derrière ce mouvement pour faire de l’Algérie le même processus qu’a connu l’Irak. Un morcellement qui affaiblirait le pays pour qu’il ne pèse plus rien. Ce plan diabolique devrait nous inciter a plus de vigilance car en plus de tout ça je suis sur qu’il y a au sein régime quelques complices de cette machination.

    Je suis de Béjaia, ville de tolérance, tout les gens que je connais ne sont pas dupes et réfutent catégoriquement cette dérive, et rejettent les apprentis sorciers du MAK qui reçoivent des ordres de Paris et d’
    ailleurs…..

    Déjà qu’entre kabyles nous ne formons pas un ensemble homogène, car différents(rien d’anormal en somme).Outre le fait que nous ne sommes pas de la même tribu anthropologiquement parlant (Iguawawen pour la Haute Kabylie, et Ketama pour la Basse Kabylie).

    Ferhat ne représente que ceux qui le payent grassement pour la sale besogne qu’il est entrain d’accomplir. Le problème de tout les Algériens c’est la vermine qui tient le pouvoir et rien d’autre, les bouter d’Alger est la seule solution pour un avenir meilleur.

    Mon Grand-père n’est pas mort en chahid pour la Kabylie mais pour l’Algérie,que je revendique en tant que kabyle d’Alger à Tamenrasset. Déjà, par respect à no s valeureux chouhadas, pas question d’esquisser un mot sur une quelconque scission.

    Diviser pour régner est la devise de la mafia transnationale, ne l’oublions pas!

Laisser un commentaire

 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema