• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 18 juillet 2009

Rachid Wakti ou le génie harraga : Les tribulations d’un dribbleur des frontières

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Rachid Wakti ou le génie harraga : Les tribulations d’un dribbleur des frontières

Grâce à l’entregent de nos amis de l’AFVIC, nous avons eu l’opportunité d’écouter plusieurs émigrés clandestins, leurs aventures et mésaventures, leurs galères, leurs frustrations et leurs désillusions de rescapés des routes et de proscrits de l’eldorado septentrional tant convoité.

Le récit de l’un d’entre eux résume à lui seul tout le « génie harraga », ce sens de la débrouille qu’ont tous les clandos, leur habileté à se tirer d’affaire en toutes circonstances et la capacité ‘‘caméléonesque’’ qu’ont certains de se fondre dans le paysage et de « dribbler » les frontières. La trentaine à peine entamée, malingre et tout menu, les yeux pétillants et le rictus espiègle, Rachid Wakti a tous les attributs du petit lutin qui se faufilerait sans effort entre les obstacles en se jouant des dangers avec dextérité. Il rappelle à plus d’un titre cette boutade d’un artiste indien qui dit : « Mon pays, c’est mes chaussures ». Le verbe savoureux, Rachid Wakti déroule le « conte » de ses aventures en l’entamant par la ville méditerranéenne de Nador, dans le Rif. En parfait polyglotte qu’il est devenu, lui qui parle aujourd’hui plus de trois langues, son débit est ponctué de formules idiomatiques américaines, d’envolées en allemand, sans citer l’espagnol qu’il baragouine comme beaucoup de Marocains. « Ma mère m’avait envoyé chez mes oncles maternels au Nador un jour de 1994. Mes parents étaient divorcés.

Nous étions pauvres. A Nador, je suis resté un certain temps chez mes oncles. » Rachid quitte la maison de ses oncles, fréquente un groupe de harraga algériens et marocains. « Ils menaient une vie sauvage », dit-il. Ils campent aux abords de Mélilia et guettent le moment propice pour tromper la vigilance des gardiens de l’enclave espagnole. « On a fait le guet pendant une semaine, et on a eu du bol. On s’est faufilés dans un bateau et on est rentrés à Almeria. J’avais 17 ans et j’étais tout content d’être en Espagne. » Comme tous les harraga du « triangle de la mort » marocain, Rachid avait sa petite idée derrière la tête : c’était de pousser vers l’Italie. Une longue tradition migratoire fait que beaucoup de migrants issus de la région partaient vers l’Italie. Sauf que ses plans seront totalement chamboulés lorsqu’il se retrouve à Lübeck plutôt qu’à Torino, à la faveur d’une rencontre hasardeuse avec des touristes allemands. « En Allemagne, il faisait tellement froid la nuit que j’ai dormi dans une cabine téléphonique. La police est venue et m’a embarqué. Ils m’ont offert des vêtements chauds et se sont bien occupés de moi. Je leur ai dit que j’étais Algérien de peur qu’ils ne me renvoient au Maroc. »

C’est ainsi que Rachid Wakti se retrouve dans l’un de ces nombreux asiles affrétés pour y accueillir les passagers clandestins dans son cas, en attendant leur ventilation vers leurs pays d’origine, ou, dans le meilleur des mondes, leur accession au droit d’asile. « Je leur ai raconté une autre ‘‘story’’ » (sic), lance Rachid. « En tout, j’ai passé trois ans en Allemagne. Je menais une vie de cocagne. J’étais nourri et logé au Centre, et je recevais une petite allocation. » Et puis, un jour, Rachid décide de quitter l’Allemagne pour les States. Rien que ça…C’était en 1997. « Je suis parti à Hambourg. Je ne connaissais personne en Amérique et je n’avais pas d’infos pratiques. Je ne connaissais l’Amérique que par le biais des films américains. Je voulais partir aux USA juste dans l’espoir de régulariser mes papiers, l’Amérique étant le pays de toutes les races. Je me suis renseigné sur les bateaux qui partaient à New York. J’en ai vite repéré un. Ce n’était pas un ferry, mais un cargo.

J’ai réussi à pénétrer au port et à m’infiltrer à l’intérieur du bateau. Je me suis glissé dans une cabine qui s’est refermée sur moi. La nuit, je suis sorti de ma cachette. Le commandant de bord a été surpris de me voir et a blêmi. » Acculé, Rachid se tire d’affaire en usant d’un de ces tours de passe-passe dont les harraga ont le secret : « En Allemagne, il y avait beaucoup de Kurdes irakiens qui demandaient l’asile politique. M’inspirant de ça, je me suis présenté au ‘‘captain’’ comme un Kurde irakien de la ville d’Erbil. Je lui ai dit que j’avais mon frère à New York et que je voulais le rejoindre. Il a envoyé un message aux services américains de l’immigration pour les alerter. Je me suis ainsi inventé une identité de toutes pièces et je suis devenu Rachid Barzani, réfugié de Erbil. » Et c’est en « Rachid Barzani » que R. Wakti débarque à New York. Après près de trois ans passés dans un centre de rétention pour immigrés de son acabit, il finit par obtenir ses papiers. « Les événements du 11 septembre ont retardé ma green card », dit-il. En 2006, elle lui est enfin octroyée après neuf ans passés aux USA. Le même jour, il décide de rentrer. Avec 700 dollars en poche…

Par mustapha benfodil

source: el watan

Publié dans harraga(25) | Pas de Commentaire »

TIMLILIT AKK D MUḤEND U YEḤYA

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

TIMLILIT AKK D MUḤEND U YEḤYA

 

 

TIMLILIT AKK D MUḤEND U YEḤYA

 

Aγmis Asalu Yennayer 1991 sγur Σumer ULAMARA

 

Muḥend U Yeḥya 1991Tikkelt tamezwarut mi neẓra Muḥend U Yeḥya (s yisem-is Abḍella Muḥya), akken

a γ-d-yefk tadiwennit (interview), leğwab-is yegzem : « nekk s timmad-iw ulac ayen a wen iniγ. »

Γas akken, nemlal di lqahwa n Σemmi Ḥmed. Yella netta akk d yemddukal-is : Σemmi Ḥmed, Muḥend akk d Meẓyan.  Yuγ-iten lḥal ḥman deg wawal, ulac tin ğğan. Dγa din i yaγ-d-yenna  Muḥend U Yeḥya :

« Aql-aγ dagi d tarbaεt, mkul yiwen d acu yenna. Ala amsefhem ur nttemsefham ara. Ihi ma tebγam arut ayen tebγam deg ujernan-nwen. »

 

Akken i teffeγ. Ilmend tdiwennit kan n Muḥend U Yeḥya, nuγal-d s snat

tkasiḍin n unejmaε-agi, di lqahwa n Σemmi Ḥmed (18 Boulevard Richard Lenoir 75011 Paris).

 

 

AMEK I YEBDA WAWAL ΓEF LEBNI DI TMURT, WISSEN !?…

 

Muḥend U Yeḥya, yezzi γer Σemmi Ḥmed

… Akka dγa i yas-nniγ i Muḥend. Ma yebγa ad yebnu di tmurt, ad yebnu ddaw tmurt axir. Akken ur t-iẓer yiwen ; ur yettasem yiwen. Axater ass-a imdanen lhan-d ala di tid n wiyaḍ…

 

Meẓyan

Ula γur-neγ akka ! Llan sin n lğiran, yiwen ibennu s-ya, yettali γer igenni s texxamin nnig tiyaḍ, lğar-is iṭṭafar-it-id s-ya, s lḥiḍ n tlajurt, akken ad yeḥjeb lḥara-s. wissen dγa amek tefra gar-asen ass-a…

 

Σemmi Ḥmed

ẓer kan les ‘conneries’-nneγ, ala tigi i wumi nessen !…

 

Acemma kan awal ibeddel.

 

Muḥend

Ass-a nekni nuḥwağ irgazen i tdukli. Ayen akk nebγa iban am lemri.

 

Σemmi Ḥmed

Mačči weḥd-ek i telliḍ a Muḥend, ilaq-ak ad temsefhameḍ d wiyaḍ. Acu ara k-yawin γer yemγaren n taddart ad tettmerẓaḍ yid-sen ? Mačči d lḥeqq fell-ak.

 

Muḥend U Yeḥya

Ala a Muḥend  ! Imγaren eğğ-iten di lehna . Imγaren qqar-asen : mselxir fell-awen, ssalam εlikum, rrbeḥ mi tellam bxir, s-yin wwet εeddi !

 

Σemmi Ḥmed, ileqqem awal i Muḥend U Yeḥya

Win yellan d amγar dγa ad iruḥ γer lḥiğ akken ad yekkes ddnub…

 

Muḥend, Din din Muḥend igzem-as awal

Teẓram amek sen-qqareγ i yemγaren di tmurt ? Tellam dagi ur tessinem ara Rebbi, ur terrim tamuγli γer win ixussen neγ igellil, taggara truḥem γer Mekka treğğmem ciṭan ; yerna tewwim-t-id yid-wen.

 

Muḥend U Yeḥya

Widen ini-yasen kan : reğmet ciṭan yellan di tmurt-nneγ uqbel win n medden. D win nneγ i yezwaren.

 

Awal itezzi γef tlajurin, imγaren, ciṭan… wissen anda ara ssiwḍen ma tkemmel akka ?

 

ASALU

Acu twalam degmi akka tbeddel liḥala di tmurt n Lezzayer ?

 

Muḥend U Yeḥya

Ur ttwaliγ acemma, neγ ayen walaγ nekk d ayen walan medden. Tidett kan, nekk awal nniγ-awent-id di tazwara, si terbaεt i d-itekk ṣṣwab. A s-nkemmel akka ma tebγam.

 

Tasusmi… dγa Muḥend U Yeḥya ikemmel-d awal isTIMLILIT AKK D MUḤEND U YEḤYA dans tamazight(65) Muhend_U_yehya_2

 

Am akken nnan wiyaḍ, diri win i tt-yettcuddun, s trumit ‘il ne faut pas se prendre au sérieux’. Dacu i yaγ-yerwin nekkni : nella učči-nneγ d seksu, aql-aγ negguma ad as-nexḍu ! Atan seksu-ya ur nerbiḥ ara fell-as ! Ilaq-aγ a nwali acu tetten leğnas nniḍen, widen irebḥen am Lalman akk d Japu. Ihi ma yella Lalman itett la choucroute, nekkni a tt-nečč. Ma yella Japu itett rruẓ, ilaq nekkni a nečč rruẓ. Xater kra yellan da, deg wallaγ, si tεebbuṭ i d-itekk. Akka neγ ala a Σemmi Ḥmed ?

 

Ziγen Muḥend ur yettu yara tin akken n ciṭan, yuγal-d γer at iččumar-nni…

 

Muḥend

Ddiγ iḍelli γer yiwet tmeγra, newwi-d tislit di Montreuil. Dinna di tmeγra dγa, mačči yerra-yaγ-tt γer lpulitik ccix-nni ! Awaah d axessar !

 

Nella ihi nettqessir akk d leḥbab, kul yiwen s ansa i d-yekka. Acemma kan ata yusa-d ccix ara d-yeγren lfattiḥa. Akken kan d-yekcem si tewwurt, dγa yuli-yi-d lgaz. Ačamar anect n tmedwezt, ma d cclaγem ulac ! Yerna yelsa-d kulci d amellal amzun d isγi. Nniqal kkreγ-d ad ffγeγ. Nniγ-as i Ḥamid : ‘Nekk ur qebbleγ ccγel-a, ur ttγimiγ dagi’. Yuγal yeṭṭef-iyi, yerna d lεib a sen-d-ffγeγ si tmeγra. Mi d-yewweḍ lawan n lfatiḥa, yebda-d tisurtin-nni-ines. Iseγzef tatabaṭaṭa, nekkni ur nefhim yiwet. Awaah d imcumen at ičumar-agi.

Mi yekfa, yesteqsa-t yiwen yenna-yas :

‘Nekk zewğeγ bla ma neγra lfatiḥa, yeḥrem neγ ala ?’

Ccix-nni isusem dγa yenna-yas : ‘Amek kečč akk d trumit ?’

Aqcic-nni ikemmel-d yenna-yas :

‘Ala nekk akk d tzzayrit.’

Dγa εerqent-as i ccix-nni. Yezzi deg wawal ur d-iğaweb, ur isusem. Dinna kan yenteq yiwen yenna-yas :

‘A ccix, i win ara yeẓẓalen s teqbaylit, iğuz neγ la yağuz ?’

Din, ineggez ccix amcum am win t-yewten s rrsas. Udem-is yuγal d aberkan, allen-is uγent, yenna-yas :

‘D leḥram, d leḥram, d lmuḥal ur tewwiḍ ara ! awal Rebbi d taεrabt, leqran s taεrabt, taẓalit s taεrabt.’

Imiren dγa tekker. Mkul yiwen acu d-yenna, ur tfehhmeḍ awal. Welleh ar qrib yettwet ccix-nni bu ‘čamar. Lemmer deg webrid ad yečč tiγrit. Awaaah ! a γ-ssiwḍen γer lgirra gar-aneγ wigi !

 

TAMESLAYT… TIMESLAYIN,  1954, 1962…

 

Muḥend

Skud ur tefri yara temsalt-agi n tmeslayin di tmurt-nneγ, ur nezmir ara a nerr iman-nneγ d imdanen. Mkul lğens γur-s lasel, nekkni d acu-yaγ ? Ibaεtiyen-agi bγan ad qqnen Lezzayer γer ccerq akken a nuγal d irbiben-nnsen.

Walit kan ! Yewweḍ-aγ-d lhem n Xumini γer tmurt. Nγil yekfa lweqt-nni n leḥruz, wigi rran-t-id. Di lbutt-agi iεeddan di Tizi Wezzu, γef setta n tmeddit, welleh ar qrib i tt-yewwi Lfis ! Mačči d axessar wagi ?

 

Σemmi Ḥmed

Ayen d-tenniḍ akka a Muḥend, nekk walaγ ur d-yusi yiwen si berra ad yebuṭi di Tizi. D at tmurt akk. Amek d wid i yuγalen d at ičumar ? Tella daγen tayeḍ : tamurt-nneγ meqqret, γezzifet, hrawet. Si Lezzayer γer Tamenγest. Maεna kunwi tesimziyemt-id γer Tizi kan !

 

Muḥend U Yeḥya

Ma tebγiḍ, rnu-yas alamma d Dunkerque a Σemmi  Ḥmed.

 

Muḥend

Si 1962 γer da, F L N yexdem tidak-is. Sḥercen wiyaḍ qqaren-asen belli mačči d inselmen, mačči d Izzayriyen n tidett, d afus n weεdaw. Amek tebγiḍ deg useggas kan n tugdut ad yettwakkes waya ? Ass-a ilaq-aγ a nekkes rraj yellan di tmurt-nneγ. A neddukel afus deg ufus a d-neffeγ si tesraft-agi deg yaγ-yenṭel wafalan (F L N) amcum.

 

Muḥend U Yeḥya

Ma yella neqqim akka s tlufa-nneγ, ur nezmir i yiwet. Di 1954 nni, lemmer neḥric, tili a nebges γer uxeddim, a neṭṭef iqemmaḥ-nneγ. Zer kan tura Japu, yiwen wass bγan ad wten Marikan. Yeḍḥa-d d Marikan i sen-ismecḥen taγebbart. Ihi seg wassen uγalen susmen, fehmen iman-nnsen. Ass-a yusa-yasen-d d asfel. Kecmen-tt di lkumirs d tiknikt, snernan tamusni di tmurt-nnsen. Aṭas ideg ifen Marikan. Ihi nekkni win yebγan taγawsa ad icemmer i yiγallen-is, ad yeṭṭef imi-s. Qqaren dγa ‘les anciens’ : “talast ma tekker fell-ak, xersum tuṭṭfa yimi.”

 

Muḥend

Nezmer a nexdem neγ ur nezmir ara, wagi d awal kan ! Di sektember-agi d-iteddun, a tebdu leqraya s tmaziγt di Tizi, s-yin a twaliḍ ma nezmer neγ ma ur nezmir. Ayen ur xeddmen wiyiḍ nekkni a t-nexdem. Tawaγit tameqqrant dγa, d amek ara d-nerr kra n leqraya akk d ttrebga n tidett di tmurt-nneγ. Ass-a taluft tameqqrant d tagi. Srewten s tarwa-nneγ acḥal-aya ma d tarwa-nnsen fkan-tt ad tγer di tmura n berra, Fransa, Legliz d Marikan ; tura ğğan tamurt tenger…

 

ASALU

Iḍelli kan, mi yufan γer yiwen lkaγeḍ yuran s tmaziγt a t-zzuγren . ass-a tbeddel : teffγen-d ijirnanen tiktabin s Tmaziγt…

 

Muḥend

Ulac laman ! Γurwet a ken-kelxen ! Skud ur frint ara ur nessusum ara. Mačči dγa mi γ-d-fkan adipartma di Tizi, neγ yeffeγ-d ujernan a s-tiniḍ frant ! acḥal dγa i kelxen fell-aneγ si 1980 ar ass-a. Di taddart-nneγ sin i wwin γer lḥebs γef tmaziγt-agi…

 

Muḥend U Yeḥya

Mmektaγ-d yiwet teqsiṭ. Yiwen wass ttqessireγ d yiwen wemγar, nniγ-as : “Tamurt-agi-nneγ, bezzaf tella deg-s lexsara !” Dγa netta yenna-yi-d : “Ih ! Maâna lexsara tettili anda yella lxir !”

Ihi arrac-agi-nneγ γas wwin-ten γer lḥebs, yella lxir, qedder γef yiman-ik. Llah ibarek lxir yella, irgazen-nneγ ur ttfukkun ara.

 

 

 

NELHA-D DI TYENNATIN-AGI !…

 

Meẓyan

Akka dγa i yas yenna Dda Musa : « Anda yella useqqi azeggaγ, ruḥ a tmecḥeḍ, ma ulac yettfakka Rebbi ad aγ-ifakk. » Mi t-steqsaγ acu-t useqqi-ya azeggaγ, dγa yenna-yi-d : « Iih ! Anda yella rrbeḥ ! D win i d aseqqi azeggaγ ».

 

Muḥend U Yeḥya

Am akka s-yenna wagi, aql-aγ newweḍ γur-s.

 

Muḥend

Teẓram ! Skud mazal-aγ di tyennatin-agi n leğwamaε di tmurt-nneγ…

 

Σemmi Ḥmed, ineggez-d.

Eğğ-aγ di laεnaya-k si temsalin-agi n Rebbi d leğwamaε ! a d-nezzi a d-nezzi a d-nuγal γer din. I melmi a neddu γer zdat ?

 

Muḥend U Yeḥya

Lğamaε yelha d amkan anda tettili lehna, yettili ssmaḥ… a tkecmeḍ γer lğamaε s wurfan, a d-teffγeḍ s-yin susṭa !

 

Muḥend ibeddel awal, seg uzebbuj γer tulmutt

Nekk, walaγ absolument ad mlilen yilemẓiyen-agi-nneγ ; ama d Irsidi (R.C.D), ama d afafas (F.F.S), ad dduklen i yiwet tcemlit, akken a d-nawi lḥeqq-nneγ d azuran.

 

Meẓyan

Ahat yibbas ad mlilen ; d ayen akk i nessaram. Ad dduklen afus deg ufus a s-ččen seksu…

 

Muḥend U Yeḥya

Ala ! Akka ay axir. Sin ipartiyen neγ ugar, yelha. Akka win yeccḍen wayeḍ a d-yeqqim. Tura dγa a ttwaliγ llant tismin. Ilaq kan ad ilint γer sswab d usnerni, mačči γer ucebbaḍ n tmellalin…

 

Muḥend

Amek lhant tismin ? Deg yexxamen attan terwi gar watmaten ! Γas akken s wawal kan. Dγa i ccifan ipartiyen-agi acu ttrağun akken ad nnaγen akken ilaq neγ ad frun akken ilaq ?

 

Muḥend U Yeḥya

Nniγ-ak cwiṭ n ccwal yelha. Mi temjadaleḍ akk d yiwen, s-yin akkin ruḥet swet-as lqahwa…

 

ASALU

Ass-a taluft tameqqrant d tagi. Ma yella d amjadel, neγ d akritiki γef tsertit, anwi abrid ara taγ tmurt, ulac uγilif, d tinna dγa i d tugdut. Ayen n diri d awalen-nni : ‘wihin akka, wagi akka, wagi d axabit.’… Tuγal am tin n iderma-nni n zik.

 

Muḥend

Akka dγa ! deg wakken d-lhan gar-asen, atan ttun axsim-nni ameqqran : Afalan-nni, at ičumar-nni, akk d la crise-nni…

 

Muḥend U Yeḥya

Ur ttakk ara tameẓẓuγt i tigi, xaṭer nniγ-ak, s-ya γer zdat yiwen ur tt-yettağew γef wayeḍ.

 

AH ! TIKASIḌIN-NNI ?…

 

ASALU

I tkasiḍin-nni mazal tessuffuγeḍ-d ?

 

Muḥend U Yeḥya

Muḥend U Yeḥya yeṭṭerḍeq s taḍsa. Ziγ awal-agi n tkasiḍin yesmekta-yas-d taqsiṭ nniḍen. Dγa d Meẓyan i d-ineṭqen d amezwaru.

 

Meẓyan

Attan tewweḍ-d teqsiṭ-nni n tkasiḍin. Ilaq aγ-tt-id-teḥkuḍ a Σemmi Ḥmed !

 

Σemmi Ḥmed

Aah ! Qbel a wen-tt-id-ḥkuγ, a wen-d-zwireγ amek i d-tusa.

Yenna-yi-d Muḥend iḍelli : « Tura mi ara tselleḍ i rradyu n Lezzayer ur tfehhmeḍ ara. Heddren ala s tmaziγt-nni taqurant. » Dγa nniγ-as i Muḥend : « a ssiεqa ! Ayagi ur yelhi yara ! xater ma yella s tefransist ur fehhmeγ ara, s taεrabt ur fehhmeγ ara, ma yella s tmaziγt ur fehhmeγ ara, dγa d tawaγit ! » d tagi dγa i d sebba s yes-d-ḥkiγ taqsiṭ-agi n tkasiḍin.

 

Muḥend U Yeḥya

Wet a Σemmi Ḥmed, ur tezzi yara i wawal !

 

Σemmi Ḥmed

Iruḥ yiwen si Fransa γer tmurt. Netta yuγ tanumi yesmuzgut i rradyu Tamaziγt akk d rradyu Tiwizi. Dγa yessen akk awalen-a ijdiden n tmaziγt. ass-mi yewweḍ s axxam-nnsen yufa-d baba-s yenna-yas :

« Azul fell-ak a baba. »

Baba-s-nni ur yefhim ara neγ yefhem ayen nniḍen…

Yenna-yas : « Amek aεzul ? »

Yenna-yas : Yak a mmi atmaten-ik meẓẓiyit, yerna kečč tura kan i d-texḍeḍ, tebγiḍ a tεezleḍ ?

mmi-s-nni εerqent-as,

yenna-yas : « Ala ! Nniγ-ak azul a baba, d Tamaziγt ! »

Baba-s-nni ikemmel, inna-yas : « Amek ? »

Inna-yas : « Tebγiḍ a tεezleḍ ad ternuḍ ad tawiḍ tamazirt ? »

Aqcic-nni yuγal yemsefham netta d baba-s. yuγal yezzi γer yemma-s, yenna-yas : « Γurem a yemma atan wwiγ-am-d kra n tesfifin ! »

Tamγart-nni tefreḥ, nettat am temγarin nniḍen, tḥemmel ad tnadi di tbalizt n mmi-s.

Tenna-yas : « A lxir-iw ! Yernu ulac tisfifin dagi di tmurt ! »

Tamγart-nni tnuda di tbalizt, ur tufi yara tisfifin, tenna-yas :

«  A mmi ur ufiγ ara tisfifin ! »

Mmi-s-nni iger afus-is γer tbalizt, yenna-yas : « Hatentin tisfifin ! D tigi i d tisfifin ! Xemsa neγ setta i yam-d-wwiγ, yerna lhant ! »

yemma-s-nni thuz aqerruy-is, tenna-yas : « A mmi ! Tigi neqqar-asent tikasiḍin ! »

 

Muḥend, s wurfan.

Iban wi ? Ur nessin ara tameslayt-nneγ, aql-aγ dagi a nettaḍsa γef tmeslayt-nneγ d yiman-nneγ.

 

Σemmi Ḥmed

Kečč a Muḥend ! Aql-ik trekkbeḍ alγem yewwi-k γer sseḥra ?!…

 

Muḥend

Nekk, arraw-iw s Tmaziγt kan i sen-heddreγ deg wexxam. Ulac “Σelxir”, arraw-iw nekk azul kan i qqaren. Ameẓyan-nni yekcem aseggas-a γer lakul. Ass-mi yekcem kan εerqent-as ; yufa dinna ddunit nniḍen s taεrabt. Zer kan ! Ilmend i deg a s-ldin allen, netta rran-t γer tesraft. Wanag tasarut n llufan d tameslayt n tyemmatt-is ; d tin i yes yeṭṭeḍ ayefki ara yeṭṭeḍ tamussni !…

 

 

Σemmi Ḥmed

Teẓriḍ anda i tent-nuγ a Muḥend ? Nuγ-itent dagi ! Deg wallaγ. Ilaq-aγ a nexdem « la révolution mentale. »

 

Muḥend U Yeḥya

Acu i d-aγ-ixussen ?

 

Σemmi Ḥmed

D rray i  yaγ-ixussen ! Nelha-d di tlufa gar-aneγ almi nettu tid i yaγ-yuγen s tidett…

 

Σemmi Ḥmed yezzi deg wawal, iruḥ akkin, yuγal-d akka, acemma kan, Muḥend yegzem-as awal.

 

Muḥend 

Tella tayeḍ a wen-tt-iniγ. Ussan-agi iεeddan yenna-yi-d mmi : « A baba, melmi ara γreγ Tamaziγt ? ». welleh ar yi-iγaḍ meskin. Dγa imiren nniγ-as : « Ala a mmi, am kečč am wiyaḍ, issin taεrabt, tafransist ; akka kra yiseggasen ad teγreḍ Tamaziγt. » Wissen ma skadbeγ-as neγ ala… Nniγ-awen d ‘les baathistes’-agi i yaγ-yenγan !…

 

Σemmi Ḥmed

Ma tebγam a nemsefham yeshel ! Tamsalt n lislam weḥdes, tamsalt n taεrabt weḥdes. Win yebγan ad yeẓẓal, ad yeẓẓal s wayen s-yehwan : s taεrabt-is, neγ s tmaziγt-is, neγ s teglizit-is. Rebbi ifehhem akk timeslayin n widen i d-yexleq !

 

Muḥend U Yeḥya

Awaah ! Mi tennulem awal-agi n ddin, dγa ad teḥmum. Zret tamsalt-agi, ur tt-frin acḥal n leqrun-uya. A wi yufan, mkul wa ad yelhu kan d llaẓ-is…

 

 

TILIBIZYU-NNI N TSURTIN   AKK D ‘LES CONNERIES’

 

ASALU

Amek twalam ad tili tilibizyu s tmaziγt… ass’ azekka ?…

 

Σemmi Ḥmed

Ma d tilibizyu ur fehhmeγ ara, ula iwumi-tt !

 

Muḥend U Yeḥya

Tilibizyi, akken ad telhu, ilaq ad tili am wegraw-agi-nneγ : wid ur nettemsefham ara ; mkul yiwen s anda ikerrez… akken, ad telhu. Ma yella d tilibizyu n tsurtin… yif-itt fiḥel.

 

Muḥend

Tella tayeḍ a Muḥend U Yeḥya ! Akken ad telhu tilibizyu n Lezzayer, ilaq ad tili di tazwara s tzzayrit, s tmeslayt n Lezzayer : taεrabt akk d tmaziγt. ma laqen snat n’les chaines’, ad ilint snat ‘les chaines’. Nγan-aγ s les films n Maser… Welleh ar teččeḍ lkarbir ! Ass-a, wid ifehmen ur ssaγayen ara tilibizyu deg yexxamen-nnsen. Xaṭer d libizyu n tsurtin akk d tin n’les conneries’.

 

Tameslayt yifen akk timeslayin !…

 

Meẓyan

Di Bgayet, ussan-agi iεeddan, qqimen sin heddren s Teqbaylit. Acemma kan tekker gar-asen, bdan leεyaḍ, wissen dacu deg mxalafen. Fkiγ tameẓẓuγt : akken ḥman ttnaγen rran-tt s taεrabt !…

 

Σemmi Ḥmed

Tawaγit-nneγ d tagi : alxir-nneγ s taεrabt, rregmat-nneγ s taεrabt. Yerna awal-nni d-tennam belli tamaziγt yiwet kan i yellan, nekkini ur qbileγ ara. Mi ara heddren Icelḥiyen neγ Imẓabiyen, nekk ur fehhmeγ ara.

 

Muḥend

Ala ! Tamaziγt yiwet kan i yellan, aẓar yiwen. Γas akken nemxalaf tanṭeqt neγ kra wawalen. Tigi, nekk walaγ d lakul a tent-yefrun, ass-mi ar ad γren warrac Tamaziγt…

 

Muḥend U Yeḥya

Γas nemxalaf timeslayin ulac γers. At wexxam ttemsefhamen gar-asen, at ssuq ttemsefhamen gar-asen… Wid akked tettsewwiqeḍ, tewwi-d fell-ak ad tfehmeḍ tameslayt-nnsen. Di ssuq mkul yiwen ad yewwet a k-ikellex s tmeslayt-ik. Ihi, ad yewwet akken a tt-yissin. Wigi n Japu, steqsan-ten yiwen wass, nnan-asen : « Anta tameslayt yifen akk tiyiḍ ? » Nitni nnan-as : « Tameslayt yifen akk tiyiḍ d tin ukliyan (= client) ! »

Akken tamaziγt ad telhu γur-neγ, ad telhu γer wiyaḍ, ilaq ad yili wayen ara tezzenzeḍ, akk d wayen ara taγeḍ.

 

 

TIRA N TMAZIΓT-NNI : AZELMAḌ… NEΓ AYEFFUS ?…

 

ASALU

Ussan-agi di tmurt teḥma γef temsalt n tira n tmaziγt ; ma yella a naru s tlaṭinit neγ s taεrabt neγ s tfinaγ. I kunwi acu tennam ?

 

Muḥend, ineggez-d.

Ala ! Ur γ-ttaddin ara tixeftett !

 

Muḥend U Yeḥya

Atan tesneṭqeḍ-d Muḥend. Tigi ur tent-izeggel ara… Nekk zemreγ a d-iniγ rreḥma Rebbi tewseε. Win yebγan ad yaru, ad yaru s wayen s-yehwan. Awi-d kan ad yexdem. S tlaṭinit neγ s taεrabt neγ s wayen nniḍen…

 

Meẓyan

Wigi yeqqaren « ilaq akka ». Nitni ur xdimen tigert-nneγ ‘si’ xedmen ! ttawin arrac-nneγ γer lḥebs, nekk walaγ d asefcel kan i yaγ-sefcalen : neγ gubbren ayen nniḍen, ruḥ kečč wali dacu ?…

 

Muḥend

Ih ! Wigi yebγan a γ-d-gen afrag, akken kan yekkes cckal nniḍen, akken kan d-ldint tewwura n leḥbus, wigi d iεdawen nniḍen ara nqabel s-ya γer zdat. Ass-a ur nqebbel ara afrag nniḍen. Dγa wigi yebγan bessif ad taru Tmaziγt s Taεrabt, d tasraft i γ-d-ttheggin…

 

APARTI N ΣEMMI ḤMED…

 

ASALU

I lbuṭ-agi i d-iteddun i tejmaεt n l’A P N, amek twalam ?

 

Muḥend U Yeḥya

Atan yebγa a d-ibedd Σemmi Ḥmed ! Ad yuγal d adipiti.

 

Σemmi Ḥmed

Lxuf, ma yella s tidett ğehden at ičumar-agi ! Ma d afalan yemmut. S-yin wissen amek ?

 

 

Muḥend

Akken ihi ur tt-ttawin ara wigi, ilaq di tazwara ad ibeddel lqanun n lbuṭ. Ilaq daγen argaz ad ibuṭi i yiman-is, tameṭṭut ad tebuṭi i yiman-is. Ulac lewkala !… Daγen, ilaq ipartiyen-agi ‘les démocrates’, ad dduklen afus deg ufus. Akken daγen ad frunt temsalin n ddin d lpulitik, akken ad yili lğamaε weḥdes, lamiri neγ lwilaya weḥdes.

 

Meẓyan

Ussan-agi ad yili unejmaâ ula dagi di Paris, akken ad ssalin agraw ameqqran n « les démocrates ». Akken daγen ad ssutren ad ilin “les députés” i yeγriben. Amek akken s-qqaren i wegraw-agi a Muḥend ?

 

Σemmi Ḥmed

Lemmer i yaγ-yehwi lewqam, tili di 1962 ara nebdu lebni, ibarağen, iberdan… maεna widen i yaγ-iḥekmen, nutni rran-tt i tukerḍa !…

 

Muḥend

Nessaram aparti-agi-nneγ ad yezwir deg wayen ilaqen. A d-yelhu d tid n tidett, i lfayda n tmurt, mačči di tukerḍa !…

 

Muḥend U Yeḥya

Atan Muḥend isekcem-d aparti-ines. Iban ! Ula d Σemmi Ḥmed yesnulfa-s aparti-ines ; xas akken weḥdes kan i yella deg-s, maεna llant deg-s tlata n “les tendances” !…

Zik Lalman ttarran iman-nnsen weεren aṭas. Bγan ad ḥekmen akk ddunit. Asmi ččan tiγrit di 1945-nni, lhan-d d yiman-nnsen, ass-a bxir i llan.

 

 

CCUMAJ… IBERDAN AKK SEYXEN

 

Meẓyan

Ussan-agi truḥ akken yiwet terbaεt akken a d-walin Lwali. Nnan-as ilaq ad γ-tekkseḍ ttberna-agi ; yernu fkan-as tabratt stenyan-tt azal 2 000 n yemdanen. Yenna-yasen Lwali : « Attan tebratt ideg stenyan ugar 12 000 yemdanen. » Dγa ffγen-d at ičumar-nni…

 

Muḥend

Aaa wi !

D tagi i d « la démocratie ! »

 

Σemmi Ḥmed

Skud nessutur kan acu a γ-d-fken, ur nxeddem yiwet. Nekk γur-i, ayen ara d-yessuffγen Lezzayer seg tesraft-agi ideg nella, d axeddim.

 

Meẓyan

Tidett kan, mkul yiwen deg webrid-is. Tenna-yas nnesxa yiwen wass i tqerεatt n ccrab : « Atan tewwiḍ-iyi akk irgazen-iw ! » Dγa terra-yas-d tqerεett-nni tenna-yas : « Aha kan ! asmi εyiγ deg-sen a m-ten-id-rreγ ! »

 

Muḥend

Ihi, tilufa n tmurt-nneγ, mačči d ddin, mačči d leğwameε  neγ tissit. Tilufa-nneγ d iberdan, d aman, d lxedma akk d leqraya yelhan i tarwa-nneγ… atan cumaj yečča tamurt, iberdan seyxen, imeẓyanen-nneγ bγan ad nnejlin γer tmura n medden ! “Incroyable” !…

 

ASALU

Tenniḍ-d tura kan a Muḥend U Yehya bxir i nella. Acḥal n twaγiyin i yaγ-yuγen. Seg wass-mi tebda ddunit, tamurt-nneγ ddaw uzaglu i tella.

 

Muḥend U Yeḥya

Ala ! Di littaε i nella. Ilaq a tent-naγ ugar. Zer kan aγyul, ma tqerreb-it-id tyaziṭ, γas alamma d iḍarren-is, ur yettembiwil ara. Ma iqerreb-it-d weγyul am netta, xas s lbeεd, dinna ad yebdu ad yettzenqir… Nekkni ihi akka.

 

 

ILES YELHA, ILES DIRI-T …

 

Muḥend

D awal qerriḥen. Maεna ilaq-aγ a d-naf amek ara nekkes taγennant-agi gar-aneγ… am wakken i s-yenna Lewnis : « Γas deg wawal d atmaten, i tegmatt melmi. »…

 

Muḥend U Yeḥya

Ini-yi-d dγa amek ara tḥemleḍ win i tkerheḍ ?

 

Muḥend

Nezmer a d-naf amek !

 

Muḥend U Yeḥya

Ruḥ ini-yasen i temγarin-nni d lecyax-nni yettarun leḥruz a k-d-inin amek !

 

Muḥend

Ayen n diri akk d iles. Ilaq yal yiwen deg-neγ ad iwessi γer wayen yelhan. A nekkes nnḥas yellan gar-aneγ. Akken daγen a d-neğğ lehna i tarwa-nneγ.

 

Σemmi Ḥmed

Seg yiles i d-yettekk ddwa, i d-iteffeγ waṭan.

 

Muḥend U Yeḥya

Iles-agi dγa ssefran fell-as yeqdimen. Yiwen wass yiwen wergaz yenna i mmi-s : « Ruḥ aγ-iyi-d ayen akk yelhan di ssuq. » Mmi-s-nni yuγ-as-d iles. Ass nniḍen yenna-yas : « Ruḥ aγ-d ayen akk n diri di ssuq. » Mmi-s-nni yuγ-as-d iles. Dγa argaz-nni yewhem, isteqsa mmi-s-nni, yenna-yas : « D acu-t wagi ? » Mmi-s-nni yenna-yas : « Iles d ayen akk yelhan d ayen akk n diri di ddunit, nekkini ihi ufiγ s-yin i d-itekk wayen yelhan, i d-itekk wayen n diri. »

 

 

ILAQ, ILAQ !…

 

Σemmi Ḥmed

Yiwen wass neqqim akka nettqessir. Mkul yiwen d acu yenna. Acemma kan iqerreb-d Dda Lḥusin γer tmeẓẓuγt-iw, yenna-yi-d : « Twalaḍ wigi akk iheddren ?… Wa yenna-d kan azgen n wayen yessen, ma d wagi nniḍen, acḥal-aya deg yesserwat deg wayen ur yessin. »

 

Muḥend U Yeḥya

Ih ! Tzemreḍ ad temsefhameḍ d yiwen, ma yella deg-s cwiṭ n lefhama. Ma yella ulac, ulac amsefham.

 

Σemmi Ḥmed

Arebbi dγa mačči di lakul kan ; yebda deg wexxam, deg yimawlan…

 

Muḥend

Ula d lecyax ilaq ad neḍren γer wayen yelhan..

 

 

Σemmi Ḥmed

yerna mxalafen medden akken ttrebbin dderya-nnsen. Llan widen i ten-ineḍren γer wayen yelhan, llan wiyiḍ γer wayen n diri.

 

 

SI PERTUF ET COMPAGNIE…

 

ASALU

Yella kra wejdid di tira umezgun ?

 

Muḥend U Yeḥya, yettaḍsa kan

Ayen…

 

Σemmi Ḥmed, igzem-as awal

Acḥal n tid yura, ama d aṭerğem ama d tira. Llant tid yettwassnen am “Si Pertuf”, neγ “Am win yettrağun Rebbi”, xas llant tiyaḍ ur ttwassnent ara.

 

Muḥend U Yeḥya

Nxeddem kan ayen i wumi nezmer.

 

Σemmi Ḥmed

Di mkul ccγel, di tfellaḥt neγ ayen nniḍen, ala ayen tzerεeḍ ara tmegreḍ. Cfiγ ass-mi yebda ixeddem theâtre dagi di Paris. Ddeqs n warrac i yuraren, lemden γur-s. Maεna am akken qqaren, lxedma-yagi « i wudem Rebbi », neγ “volontaria”’ γur-s talast. Amezgun akken ad yennerni ilaq-as wemkan-is. Di Lezzayer ass-a atan tettwalim…

Ah ! Yiwen wass yella Dda Qasi ikerrez. Akken yelha wass, atan igenni yerwi-d ; Dda Qasi mazal-as kra iḍerfan, yebγa a ten-d-isellek. Abrid yefka-d Weḥsen, d lğar-is dinna, dγa yenna-yas : “Wehmeγ deg-k a Dda Qasi. Aql-ik tellexseḍ akk, arkasen-ik yuli-ten waluḍ, izgaren-ik s lḥif kan i teddun. Wellah ma tella lmizirya yugaren tagi. Yak mazal ussan n Rebbi ?

Yyan ! Bru-d i tyuga, kečč ad tesseḥmuḍ deg wejdar, yerna tella cwiṭ n lqahwa. Izgaren-ik ad sgunfun.“

Lmaεna n teqsiṭ-agi, ccγel mačči deg yiwen wass kan. Rnu, yif win yesmuzguten, win iheddren.

 

Muḥend U Yeḥya

Asmi tefra di 1962-nni, nγil yella wayen i wumi nezmer. Nγil nekkes lḥif ameqqran, a nebges i ccγel. Nγil daγen nezleg kan iwsawen, ziγ nuγ-itent ikessar iwsawen. Nettxed akken ilaq.

 

Σemmi Ḥmed

Ala. Di tmura yakk n ddunit, llan wid yelhan llan wid n diri. Timura-yagi ur tent-nxulef ara. Ma yella d timsalin-agi n tmeslayt, dagi di Fransa, iḍelli kan ur k-d-isaḥ ara a d-temeslayeḍ s wawal n tebrutunt. Yella dγa wawal-nni “intirdi” tisusaf yakk d umeslay s tebruṭunt, i hakka ! Ma d tura, tabruṭunt-a atan a tt-sγarayen. Ihi, tilufa ferrunt, ma mačči ass-a, azekka. Tameslayt, d arraw-is i d ifadden-is.

Sliγ-as i yiwen akken yeqqar : « Ilaq a nexdem am warraw n Musa » ; ihi arraw-agi n Musa akkagi, ma yella di Marikan ad yuγal d amarikani, ma yella di Legliz, ad yuγal d aglizi ; maεna netta ul-is dayem yekkat γer tmurt-is, γer lejdud-is, tameslayt-is akk d ddin-is. S waya i dduklen, begsen, γas akken…

 

Muḥend U Yeḥya

Awal-agi-inek yesmekta-yi-d yiwet teqsiṭ. Tella yiwet taddart, imezdaγ-is akk ḥercen. Deg wakken ttwassnen aṭas, ttasen-d γur-sen si yal tamurt ad awin rray yelhan. Tikwal dγa teffγen γef tuddar ferrun tilufa gar medden. Deg wakken ğğan taddart-nnsen, tamurt-nnsen tuγal tbuṛ. Ulac win ara ikerzen, ulac win ara d-yerren tiqit. Mi walan akken tawaγit yewten taddart-nnsen nutni, yiwen wass nejmaεen, nnan-as : « Tazzla-yagi γef tmura ur nerbiḥ ara fell-as, a nerr iman-nneγ d iγyal akken ur d-yettas yiwen γur-neγ i ferru n tlufa-nnsen. Dγa xedmen akken. Dinna bnan lğameε bla ṭṭaq, ḍessen fell-asen at tuddar nniḍen. Yiwen wass daγen sendan ticekkarin akken ad jemεen iṭij i ccetwa…

Akken slan akk at tuddar nniḍen s wayen xeddmen wiyi, dγa uγalen ttasen-d ad ferrğen, ttserrifen dinna di taddart-nni. Dγa at taddart-nni, qqimen di taddart-nnsen, rebḥen, srebḥen taddart-nnsen…

 

 

D ABRID ΓER BEΓDAD

 

ASALU

Acu twalam akka di temsalt-a n Lεiraq. Sadam Ḥusin yeγleḍ neγ ala ? (> anekcum n tmurt n Kwait)

 

Σemmi Ḥmed

Tinna ? Am win yetturaren tiddas. Bγan ad yaγlay lpitrul, atan ufan-as-d amek. Ma ddaw tmurt ayen yellan gar tmura yiwen ur t-yeẓri. Nekk γur-i ayen akk d-qqaren ijirnanen d timucuha !

 

Muḥend

Ala a Σemmi Ḥmed ! Tamurt ikecmen tamurt nniḍen terẓa lqanun, mačči d timucuha. Wagi d lbaṭel aberkan. Dγa win iğehden ad yečč wayeḍ ? Sebba yebγun tella, tilisa n tmurt γur-sent leqder. Ihi nekkni nezmer a d-naf sebba i yes a nekcem γer Tunes neγ Muritanya ? Nniγ-awen, tilisa d tilisa…

 

Σemmi Ḥmed

Tiyita-nni fkan i Maser di 1967, qqaren d udayen kan. Netta d Marikan i iseggmen lecγal. Dγa tirγi-nni i sen-sserγen labyuwat di ddqiqa ! Am assen, am ass-a, d lecγal n Marikan akk wigi.

 

Muḥend

Di temsalin-agi mxalafen lecγal. Ulac akkin neγ akka. Lεiraq s tlisa-s, Lekwit s tlisa-s. Lezzayer s tlisa-s. Γas tajmaεt n tmura yedduklen, l’ONU, ur texdim ara ayen ilaqen di temsalin-nni yecban Falisṭin, Lubnan neγ Afγanistan ass-mi yekcem Rrus, ass-a texdem ayen ilaqen. Tbeddel liḥala segmi d-sersen lehna gar-asen. Marikan d Rrus, ur ttemgabaren ara. Ihi, lbaṭel yeḍran iḍelli, ur yettsamaḥ ara win n wass-a. lqanun yiwen i yellan !

 

Muḥend U Yeḥya

Lqanun, lqanun… Terbeḥ !

 

Awal d-yeṭṭef

Aomer OULAMARA

Aγmis “ASALU” Yennayer 1991

source: imyura.net

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Affaire Tariq Ramadan: deux poids, deux mesures par Mona Chollet

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Affaire Tariq Ramadan: deux poids, deux mesures
par Mona Chollet, Le Courrier, Genève

FRANCE - La publication d’un texte de l’intellectuel musulman genevois Tariq Ramadan a provoqué une importante polémique en France. On constate que d’autres propos de ses contradicteurs, bien plus virulents, ne suscitent pas les mêmes critiques.

« L’encombrant M. Ramadan » (Le Nouvel Observateur), « Des relents d’antisémitisme sur la toile altermondialiste » (Libération)… Diffusé par ses soins sur une liste de discussion consacrée à la préparation du Forum social européen (FSE) de Saint-Denis, le texte de Tariq Ramadan « Critique des (nouveaux) intellectuels communautaires« , dans lequel il met en cause certains intellectuels juifs français (Le Courrier du 8 octobre), a déclenché en France une polémique prévisible. Le climat y est en effet explosif: au printemps dernier, déjà, une campagne de presse un rien malhonnête avait réduit les énormes manifestations anti-guerre aux actes antisémites d’une infime minorité.

Depuis, le mouvement altermondialiste, ainsi que les partis de gauche et d’extrême gauche faisaient l’objet d’une surveillance étroite de la part de nombre d’observateurs, qui traquaient le moindre de leurs faux pas – réel ou perçu comme tel: en septembre, le reporter de Proche-Orient.info trouvait le moyen de s’indigner de la vente de sandwiches halal à la Fête de l’Humanité… Alors, un article d’un orateur musulman déjà controversé, s’en prenant à des intellectuels juifs, vous pensez…!

Antisémite, ce texte? Pour le moins maladroit, c’est certain. M. Ramadan néglige le fait que se dessine aujourd’hui une alliance idéologique inédite: pour les « nouveaux réactionnaires », les cultures chrétienne et juive seraient les détentrices naturelles des lumières, de la civilisation, de la démocratie, de l’égalité des sexes…, alors que l’islam, devenu, selon l’expression de l’historienne Sophie Bessis, le « tiers exclu de la révélation monothéiste », se voit rejeté dans les ténèbres du terrorisme, du fanatisme, de la misogynie, de l’antisémitisme…Up

Cette thèse, plus ou moins implicite selon les idéologues, suscite des adhésions diverses: certes, on sait depuis longtemps que leur rapport à leur judéité et leur soutien inconditionnel – quoi qu’ils en disent- à Israël peuvent pousser certains intellectuels juifs à la promouvoir. Mais elle séduit également, à des degrés divers, des personnalités d’origine chrétienne – comme Alexandre Del Valle, penseur phare de la « nouvelle droite », ou Eric Marty, auteur de Bref séjour à Jérusalem – voire musulmane, comme Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme aujourd’hui en charge des questions de société au Parti socialiste. De même, elle se voit opposer des démentis catégoriques par des penseurs des trois confessions.

TERRAIN MALSAIN

En expliquant tout par l’appartenance religieuse, M. Ramadan adopte une logique douteuse et prend de surcroît le risque de se tromper: il pourfend ainsi Pierre-André Taguieff, qui n’est pas juif – « on rougit d’avoir à le préciser », écrit Bernard-Henri Lévy. Oui, on rougit, car M. Ramadan nous entraîne, même malgré lui, sur ce terrain malsain où l’on se demande qui est juif, qui ne l’est pas… Son texte a également des allures de théorie du complot (BHL, par exemple, diaboliserait le Pakistan pour mieux mettre en valeur l’ennemi naturel de celui-ci, l’Inde, et ainsi appuyer les accords diplomatiques d’Israël avec ce pays) et prête donc fâcheusement le flanc aux soupçons d’antisémitisme.

Cela dit, il faut souligner que son discours n’a habituellement rien d’antisémite, au contraire: c’est à raison qu’il affirme au Monde qu’il « n’a eu de cesse de combattre toutes les dérives antisémites parmi les musulmans ». Il écrivait l’été dernier dans Le Courrier (28 juin) et dans Politis: « Si l’on prête l’oreille au discours dominant de la société arabe, une chose paraît claire: la cause de tous les maux est « Israël ». [...] Or, il faut répéter que si la question palestinienne est effectivement centrale, elle ne saurait servir d’alibi ». Il est d’autant plus dommage que son texte contribue aujourd’hui à communautariser encore davantage le débat, comme en atteste cette réplique d’Alexandre Adler, lui aussi mis en cause, et qui déclare à Proche-Orient.info: « Je suis effectivement dominé par un point de vue juif, et le point de vue juif, aujourd’hui, passe par le sionisme. Tariq Ramadan, lui, est habité par l’islam. Il y a chez lui une part de fidélité aux siens et de fanatisme [sic] que je partage. Ce ne sont pas [ses attaques] qui me choquent le plus: je suis bien plus choqué par des traîtres juifs comme [Rony] Brauman et autres ».

LE FEU DANS LES ESPRITS

Pour le reste, les ennemis de M. Ramadan, pour qui l’occasion est trop belle, se déchaînent en propos outranciers: « Ce qui est étonnant, ce n’est pas que monsieur Ramadan soit antisémite, mais qu’il ose désormais se revendiquer comme tel », écrit André Glucksmann dans Le Nouvel Observateur. Pour BHL, « Le Protocole des Sages de Sion n’est pas loin » (Le Point); quant à Jean-Yves Camus, sur Proche-Orient.info, il assène carrément que M. Ramadan remet en cause « le droit à l’existence même de l’Etat juif ». Il estime même qu’il pourrait, grâce à cela, trouver un surcroît d’influence au sein de la gauche altermondialiste! Les vannes sont ouvertes. Et l’on constate qu’il y a deux poids, deux mesures. BHL adjure ses « chers amis altermondialistes » de prendre leurs distances « avec un personnage qui ne fait que jeter le feu dans les esprits et ouvrir la voie au pire ».

Or on voit au moins un autre intellectuel dont la virulence et l’extrémisme sont, pour le coup, franchement avérés, sans pour autant que quiconque juge nécessaire de prendre ses distances avec lui: Alain Finkielkraut, qui n’avait pas craint d’estimer qu’Oriana Fallaci, dans La rage et l’orgueil, son pamphlet ordurier comparant les musulmans à des animaux, « regardait la réalité en face » (Le Point, 24 mai 2002). Dans son dernier livre, Au nom de l’Autre, réflexions sur l’antisémitisme qui vient (Gallimard), il déplore que les progressistes persistent à voir dans le jeune descendant d’immigrés arabo-musulmans la figure de « l’Autre », et non de l’ennemi enragé, agressif, barbare et antisémite qu’il est. Tout cela, s’afflige-t-il, parce qu’aux yeux de ces naïfs, « le ventre encore fécond d’où a surgi la Bête immonde ne peut, en aucun cas, accoucher de l’Autre ». Si cela, ce n’est pas « jeter le feu dans les esprits »…

Mona Chollet, Le Courrier, Genève, 16 octobre 2003.

Publié dans Tariq Ramadan(7) | Pas de Commentaire »

Rencontre avec Dieudonné et Alain Soral

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Rencontre avec Dieudonné et Alain Soral

mardi 14 avril 2009, par Tariq Ramadan

J’étais présent au 26ème congrès de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), les samedi et dimanche 11 et 12 avril 2009. J’ai rencontré le public et signé des livres à l’un des stands.

Alors que je signais des ouvrages, Dieudonné et Alain Soral sont passés devant le stand : ils se sont arrêtés et nous avons eu un échange de quelques minutes. Beaucoup de personnes présentes m’ont reproché de les avoir salués alors qu’il y avait des caméras et des appareils photos qui les accompagnaient et qui « immortalisaient » cette rencontre comme d’autres pendant la durée du congrès. Au moment de notre rencontre, je ne savais pas, au demeurant, que Dieudonné et Soral avaient choisi le congrès du Bourget pour lancer la campagne européenne du « Parti antisioniste ».

Il importe ici de clarifier les choses. J’ai défendu, et je continuerai à défendre, le droit de Dieudonné à s’exprimer. En 2005, j’ai dit et répété publiquement que l’on ne pouvait pas accuser Dieudonné d’antisémitisme alors que, procès après procès, il était blanchi de ces accusations. Ma position, il y a quatre ans déjà, était claire déjà : je n’étais pas d’accord ni avec le contenu ni avec la forme de certaines interventions de Dieudonné mais je m’opposais – et je m’oppose aujourd’hui encore – à toute forme de diabolisation qui empêcherait le débat et la confrontation d’idées. A tous ceux qui me reprochent de rencontrer Dieudonné et Soral (samedi dernier ou auparavant), je réponds que, sur le plan des idées, le rejet, l’ostracisme et la mise au ban définitive ne font pas partie de ma philosophie et de ma compréhension du débat démocratique.

Je refuse néanmoins de la même façon les potentielles instrumentalisations de ma personne ou de ma pensée. J’ai dit et répété que rien, jamais, ne peut justifier un rapprochement avec l’extrême droite dont l’idéologie et les projets politiques sont à l’antithèse de ce que je défends. Je l’avais dit à des militants d’extrême droite comme à Marine Le Pen. Lors de notre courte rencontre au Bourget, c’est ce que j’ai dit et répété à Dieudonné et à Soral. Je n’adhère pas à cette stratégie et je ne partage pas (et ne partagerai jamais) ce type d’alliances politiques quelles que soient les circonstances et les conditions. Je ne crois pas, par ailleurs, que le fait d’être « antisioniste » suffise à déterminer le programme d’un parti à l’échelle de l’Europe : ma critique de la politique de l’Etat d’Israël est ferme, et connue, et elle s’inscrit dans une vision large et cohérente du respect des droits et de la dignité des peuples. 

Entre la diabolisation et l’instrumentalisation potentielles des uns et des autres, ma position reste claire : rencontrer, écouter, débattre, critiquer. Cela veut dire refuser les atteintes (très sélectives) à la liberté d’expression (et donc défendre le droit de Dieudonné ou Soral à s’exprimer ou à se produire en France) mais également m’autoriser des critiques claires et fermes (et j’espère constructives) quand les idées et les stratégies défendues me paraissent inacceptables, ou simplement erronées.

Publié dans Tariq Ramadan(7) | Pas de Commentaire »

Le journal Le Monde et la tentation de la propagande

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Le journal Le Monde et la tentation de la propagande

vendredi 15 mai 2009, par Tariq Ramadan


Il est toujours amusant de voir comment la presse française rapporte (ou ne rapporte pas) mes activités dans les autres pays du monde. On a affaire à une couverture pour le moins sélective et il faut dire que peu de journaux ou de magazines font exception. Hormis quelques journalistes courageux, tout porte à croire que les articles – pour être acceptés – doivent correspondre au schème préétabli dans le paysage médiatique national : en parlant de « Tariq Ramadan » on doit rappeler et faire apparaître qu’il est « le petit fils du fondateur des Frères Musulmans », « controversé », « adepte du double langage », « accusé d’être un fondamentaliste », « opposé aux droits des femmes », « soupçonné d’être antisémite », « homophobe », et tout à l’avenant. Bref, maintenir vivante la figure du diable, du paria ou de la « crapule intellectuelle » pour citer la belle formule dont M. Bernard Kouchner m’avait affublé il y a quelques années quand je lui reprochais d’être un « humanitaire sélectif » (ce qui fut bien illustré depuis). Amusant, et surtout surfait.


Dans un article récemment publié par Le Monde (mardi 28 avril) sur la situation à Rotterdam, le journaliste Jean-Pierre Stroobants accumule quelques-uns des éléments de caricature cités ci-dessus, les vérités partielles et, plus gravement, l’information tronquée et mensongère. La bassesse de la manœuvre est simplement pathétique.


Au-delà de ces tristes manipulations, voilà ce que Le Monde ne dit pas et qu’il serait bon que l’on retienne :

1. Le journal Gay Krant (prioritairement destiné aux homosexuels) qui m’a accusé de double discours et de propos homophobes au Pays-Bas s’est appuyé quasi exclusivement sur les propos rapportés par Caroline Fourest, dans son « Frère Tariq » : sur son site – en reprenant les termes de l’article de Jean-Pierre Stroobants, Caroline Fourest se présente, entre autres titres, comme une journaliste au… Monde.


2. Après enquête (traduction et analyse des cassettes et des propos que j’ai tenus depuis 15 ans), le Conseil exécutif de la municipalité dans son ensemble a fait savoir par la voix du maire-adjoint Rik Grashoff – lors d’une conférence de presse tenue à Rotterdam le 15 avril – que les propos rapportés par le Gay Krant (donc par Caroline Fourest… du journal Le Monde) étaient partiels, tronqués, voire totalement faux (parfois « exactement contraire à ce que dit Tariq Ramadan »). Contrairement à ce qu’affirme le journaliste du Monde, le contrat avait déjà été signé et il était simplement reconfirmé car les allégations étaient infondées ! De plus, je ne suis pas un conseiller aux « affaires islamiques » mais j’occupe une chaire universitaire et suis engagé dans un projet social traitant de la citoyenneté, l’identité et le sentiment d’appartenance  : trois rapports ont été rendus sur L’éducation, Le marché de l’emploi et Les médias. Le journaliste n’en dit rien, n’en sait rien.

3. Le journaliste ne dit rien non plus des manœuvres politiciennes entre les partis politiques qui se disputent la droite et l’extrême-droite de l’électorat. M. Frits Bolkestein, du parti libéral, fut le premier à lancer une attaque contre moi le 11 septembre 2008. Il s’appuyait lui aussi exclusivement sur le livre de Mme Fourest (11 sur 12 citations) et sa conseillère est celle-là même qui a constitué le dossier du Gay Krant ! La prestation de M. Bolkestein peut être visionnée sur mon site   : il fut pitoyable, beaucoup le lui ont fait remarqué. Par ailleurs, l’éditeur en chef du Gay Krant, Henk Krol, fut lui-même le collaborateur personnel de Bolkestein… et membre du parti libéral.


4. Il s’agit donc de basses manœuvres politiciennes qui déjà commencent, à une année des élections, en attaquant les symboles visibles de l’islam (dont je fais partie) et cela fait recette dans l’électorat. Le parti libéral a vu Gerd Wilders quitter ses rangs il y a quelques années parce ce dernier estimait que le parti libéral n’était pas assez tranché et dur sur les questions de l’islam et de l’immigration. Les statistiques montrent désormais que le parti du dissident Wilders est en passe de devenir le premier parti du pays, lequel penche dangereusement donc vers la droite extrême et raciste, alors que le parti libéral, en perte de vitesse, verse lui dans la surenchère.

5. Au lieu de rendre compte de ces réalités complexes, graves et dangereuses pour l’avenir des Pays-Bas et de l’Europe, le journaliste du Monde fait dans le propos simple, simpliste, réducteur et parfois clairement mensonger. On est à la limite de la propagande dont on peut se demander ce qui en constitue le facteur le plus dangereux : le copinage malhonnête, la stigmatisation bête ou l’aveuglement profond.

Un certain nombre de chercheurs ou de journalistes se sont empressés de reprendre à leur compte ces critiques. « Tariq Ramadan a des problèmes partout où il passe… c’est la preuve que nous, Français, nous avions raison ! » Sauf que ce sont toujours les mêmes allégations… venues de France… répétées jusqu’à l’overdose encore et encore… Quand elles sont vérifiées, comme ici par la municipalité de Rotterdam, il apparaît qu’elles sont fausses et infondées.


Sourions. Mon engagement demeure, la municipalité affirme avec force et après enquête que je n’ai pas de double discours, les deux élus du parti libéral (à la source de cette polémique) ont quitté leur fonction, le parti d’extrême droite Leefbaar a vu son ultime motion contre ma présence rejetée… Sourions… les basses manœuvres politiciennes et les couvertures médiatiques propagandistes n’ont pas toujours raison de la force des faits.


Enfin, j’aimerais tant – mon dernier souhait – que M. Jean-Pierre Stroobants, ou tout autre journaliste « libre » du Monde, enquête et écrive un article simplement « objectif » sur « le double discours » de leurs intellectuels-ressources, collègues et amis : Caroline Fourest et Philippe Val qui défendent avec grandiloquence la liberté d’expression en France et vont en Belgique expliquer qu’il est juste que je sois interdit de parole à Bruxelles (). Ou encore Gilles Kepel, comme Bernard Henri-Lévy, expliquant au Département d’Etat américain et aux responsables politiques de l’administration Bush, qu’il est préférable de m’interdire l’accès au territoire américain. Grands penseurs, grands intellectuels, grands journalistes, en vérité. A en rester coi !


C’est ce que Le Monde, malheureusement, ne couvrira pas.

Publié dans Tariq Ramadan(7) | Pas de Commentaire »

Tariq Ramadan : « La vie du Prophète est une bonne introduction à l’islam »

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Tariq Ramadan : « La vie du Prophète est une bonne introduction à l’islam » dans Tariq Ramadan(7) arton2196-90aa3

jeudi 19 octobre 2006 – par Ian Hamel


Ecrire une biographie du Prophète, n’est-ce pas mission impossible en 2006 ? L’auteur risque d’abord d’être comparé, sinon opposé, aux plus célèbres savants musulmans à travers l’histoire, qui se sont longuement penchés sur la vie de Muhammad. D’autant que Tariq Ramadan n’est pas un historien.

Ensuite, la personne même du Prophète est au centre de violentes polémiques depuis des mois. Sans revenir sur l’affaire des caricatures, rappelons le texte signé par Robert Redecker dans « Le Figaro ». Ce professeur de philosophie oppose Jésus « maître d’amour » à Muhammad « maître de haine ». Il le décrit comme un « pillard, massacreur de juifs et polygame ». Tariq Ramadan s’est expliqué récemment dans « Le Point » sur les menaces de mort dont Robert Redecker fait l’objet. « Ma condamnation de l’appel au meurtre est absolue, comme elle le fut dans le cas de Salman Rushdie ». Mais l’islamologue ajoute : « Je suis néanmoins en droit de dire que son texte est approximatif, grossier, par moments haineux et raciste, bref très mauvais ».

Certes, les critiques ne sont pas toutes aussi grossières. Il n’empêche, l’islam est de plus en plus souvent présenté en Europe comme une religion guerrière. Et sa figure centrale, Muhammad, comme un combattant, n’hésitant pas à occire ses ennemis au nom de la « guerre sainte ». Même Benoît XVI, dans son discours de Ratisbonne, semble penser que les textes de la période médinoise (quand le Prophète est au pouvoir), jugés « belliqueux », ont pris le pas sur les versets d’avant l’exil, considérés, eux, comme « pacifistes ».

Il fallait donc une certaine dose de courage (certains diront d’inconscience) à Tariq Ramadan pour proposer à la fois aux musulmans et aux non musulmans une vie du prophète (*). « Le Coran n’est pas simple d’accès, je pense que découvrir d’abord les évènements de la vie de Muhammad est une bonne introduction à l’islam », pense l’islamologue.

N’est-ce pas un peu présomptueux de proposer une vie de Muhammad ?

Non. La vie du Prophète fait partie des sciences islamiques que j’ai étudiées. Pour écrire ce livre, je m’en suis tenu aux faits reconnus par la tradition, aux textes de référence, aux sources fondamentales. C’est la grande maison d’édition britannique Penguin qui m’a commandé cet ouvrage. Il sort simultanément en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. En France et dans les pays francophones, le livre est publié aux éditions du Châtelet. Ajoutez des traductions en espagnol, en italien, et bientôt en néerlandais.

Certaines biographies parlent du Prophète comme d’un magicien. D’autres affirment qu’il serait venu au monde circoncis naturellement. Son cordon ombilical aurait été tranché par l’ange Gabriel.

Ces faits ne sont ni reconnus, ni attestés. Je rappelle que lorsqu’on lui demandait des miracles et des preuves, le Prophète répondait inlassablement : « Je ne suis qu’un messager ».

En Occident, on reproche à Muhammad d’être polygame. Certains textes parlent de 15 épouses, et rappellent que l’un d’entre elles, Aïsha, n’avait pas huit ans.

La pratique de la polygamie était la règle à cette époque en Arabie. Pendant 25 ans, le Prophète n’a eu qu’une seule épouse, Khalidja, décédée en 619 de l’ère chrétienne. Ensuite, sa situation a changé et ses mariages successifs ont souvent correspondu à des alliances que les musulmans passaient avec certaines tribus. Quant à Aïsha, je le précise dans mon livre : si elle est devenue officiellement la seconde femme de Muhammad, le mariage n’a été consommé que quelques années plus tard.

Autre reproche : l’hostilité du Prophète vis-à-vis des tribus juives qui peuplaient alors l’Arabie.

Ce sont souvent des tribus juives qui ont le plus attaqué les musulmans, qui se sont montrées le moins fidèles à leurs paroles. Mais il ne faut pas systématiser. Muhammad a aussi maintenu des relations très étroites, basées sur la reconnaissance et le respect mutuel, avec d’autres tribus juives.

Vous décrivez parfois un homme belliqueux, qui demande que les traîtres soient passibles de mort.

C’est malheureusement le sort réservé aux traîtres dans toutes les guerres. S’ils ne s’étaient pas défendus, les musulmans auraient été exterminés par leurs ennemis. Quand le Prophète décide d’intercepter une caravane, c’est d’abord pour récupérer l’équivalent des biens pris aux Musulmans. Il s’agit aussi d’une démonstration de force afin d’impressionner les habitants de La Mecque qui ne cessaient de menacer Médine. Muhammad a toujours cherché à éviter les conflits, à trouver des solutions négociées. Il n’est allé au combat que contraint et forcé.

Pensez-vous, comme certains, qu’il faudrait supprimer du Coran les textes guerriers ?

Non. Il y a dans le Coran des textes immuables, notamment sur la façon de prier. Mais il existe aussi d’autres textes qu’il faut replacer dans leur contexte historique. Cette vie du Prophète doit être lue à la lumière de notre vie contemporaine. Dans ce livre, je fais un travail d’approche contextuelle, similaire à l’enseignement que je dispense depuis plus de quinze ans à des milliers de musulmans. Je m’adresse également aux non musulmans, sachant que le Coran n’est pas simple d’accès : Découvrir d’abord la vie de Muhammad est une bonne introduction à l’islam.

Qu’en est-il de votre avenir professionnel ?

J’ai été recruté comme « visiting professor » au Saint Antony’s College, à Oxford, l’année dernière. Mon contrat a été prolongé. Par ailleurs, je suis « senior research fellow » à la Lokahi Foundation, à Londres, une association de dialogue intercommunautaire qui organise séminaires et conférences. Je reste donc en Grande-Bretagne avec ma famille. Je m’y sens d’autant mieux que les principaux éditeurs me submergent de propositions de livres.

Désertez-vous la France ?

Absolument pas. Je suis très libre dans mon travail, ce qui me permet de me déplacer souvent. Je maintiens mes conférences et mes formations dans l’Hexagone. Je prépare un texte sur le débat politique en France un an après les émeutes. Un texte assez sévère sur l’état de ce pays.

Contrairement à la Grande-Bretagne, une bonne partie de la classe politique française continue à vous diaboliser.

Si vous saviez le nombre de politiciens français qui cherchent à me rencontrer… Mais c’est vrai, ils ne souhaitent toujours pas que ça se sache.

Propos recueillis par Ian Hamel

Publié dans Tariq Ramadan(7) | Pas de Commentaire »

Biographie de Tariq Ramadan

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Tariq Saïd Ramadan est un intellectuel et universitaire suisse né le 26 août 1962 à Genève. Son œuvre s’articule sur une réflexion philosophique et politique influencée par la religion musulmane.

Petit-fils par sa mère d’Hassan el Banna, fondateur de l’association égyptienne des Frères musulmans et fils de Saïd Ramadan, fondateur de la branche palestinienne de ce mouvement, Tariq Ramadan naît à Genève en 1962. Au cours de ses études il obtient une licence ès Lettres (en Philosophie) puis un doctorat ès Lettres (Langue, Littérature et Civilisation arabes). Tariq Ramadan voit en el Banna un des artisans du renouveau musulman et lui a consacré une partie de sa thèse doctorale, intitulée Aux sources du renouveau musulman : d’al-Afghānī à Hassan al-Bannā, un siècle de réformisme islamique. Ramadan se définit lui-même comme un réformiste de tendance salafiste, à savoir quelqu’un qui cherche à retrouver un islam des premiers temps, dénué de toute trace culturelle étrangère[1]. Puis Tariq Ramadan étudie les sciences islamiques à l’université islamique d’al-Azhar au Caire entre 1992 et 1993.

À partir de 1994, il vient en France et y donne des conférences. Proche de l’UOIF, il participe chaque année à ses congrès. Il signe l’Appel des indigènes de la république, qui dénonce la France comme un État n’assumant pas son passé colonial.

En Suisse, il enseigne au collège de Saussure à Genève. Il est également chargé de cours d’islamologie à l’université de Fribourg de 1996 à 2003. L’université catholique de Notre-Dame à South Bend dans l’Indiana lui offre au début de l’année 2004 une chaire d’un an financée par le Joan B. Kroc Institute pour enseigner sur « les relations entre les religions, les conflits et la promotion de la paix »[2]. En août de la même année, le gouvernement américain lui refuse un visa de travail sans fournir d’explication. À la suite de ce refus, de nombreux intellectuels américains, tels Noam Chomsky ou Edward Saïd, signent une pétition pour dénoncer cette entrave à la liberté académique. Pendant l’été 2005, Tariq Ramadan obtient une invitation de visiting scholar à l’université d’Oxford et est invité à participer à un groupe de réflexion fondé par Tony Blair sur le problème de l’islamisme au Royaume-Uni.

Tariq Ramadan est marié et père de quatre enfants, dont l’un suit les cours du collège musulman Brondesbury, réservé aux garçons et dirigé par Yusuf Islam (Cat Stevens). Son épouse est française et convertie à l’Islam depuis leur mariage. Hani Ramadan, le frère de Tariq Ramadan, est un activiste musulman. Il réside à Genève où il enseigne le français et dirige le Centre islamique de Genève. En novembre 2006, le magazine EuropeanVoice lui a remis le prix d’Européen de l’année dans la catégorie des personnalités n’étant pas citoyens d’un pays membre de l’Union Européenne.

Tariq Ramadan se fait connaître en France en 1994, après la publication d’un ouvrage intitulé Les musulmans dans la laïcité. Il plaide pour que les musulmans vivant en Occident ne se considèrent plus comme des étrangers, ou comme des résidents temporaires mais comme des citoyens à part entière. Selon lui, ce changement de mentalité doit éviter toute aliénation : il réclame le droit d’« être musulman européen » (titre d’un autre de ses livres), demandant aux parents immigrés de ne pas confondre culture et religion. Il insiste en parallèle pour que la seconde génération née dans les pays occidentaux continue à respecter strictement le Coran et les hadiths, tout en composant avec les normes culturelles du pays d’accueil, au lieu de perpétuer celles du pays natal de leurs parents. En particulier, il considère que les musulmans devraient être des citoyens actifs, et agir contre l’injustice dans le cadre des différentes associations (syndicats, parents d’élève etc). Il ressent une sympathie avec certaines des analyses de Karl Marx (« Je n’arrête pas de dire qu’on a trop vite fait d’enterrer Marx »[2]).

Ramadan déclare ne voir aucun conflit entre « être musulman » et « être un citoyen à part entière » dans les pays occidentaux. Il préconise aussi que les intellectuels musulmans occidentaux soient versés dans les manières occidentales, et non uniquement dans des études religieuses provenant de pays musulmans.

Tariq Ramadan enseigne un respect du Coran, lui-même entendu selon une lecture qui d’abord respecte la tradition et son sens fondamental, pour la distinguer d’une autre lecture, rationaliste, et qui pourrait s’accorder avec la tradition du rationalisme occidental et chercherait à s’accorder avec celle-ci. Pour lui le plus important, c’est l’effort d’interprétation – Ijtihad – que doivent accomplir les musulmans, ne pas avoir une lecture du Coran littéral, mais au contraire, prendre compte du contexte historique et actuel des lois et traditions islamiques.[3] En effet, il déclare par exemple, en novembre 2003 sur la radio Beur FM : « Il y a la tendance réformiste rationaliste et la tendance salafie au sens où le salafisme essaie de rester fidèle aux fondements. Je suis de cette tendance-là, c’est-à-dire qu’il y a un certain nombre de principes qui sont pour moi fondamentaux, que je ne veux pas trahir en tant que musulman.»

Dans son livre Les Musulmans dans la laïcité (éd. Tawhid), il écrit : « Un musulman, résident ou citoyen, doit se considérer sous l’effet d’un contrat à la fois moral et social avec le pays où il séjourne. En d’autres termes, il se doit d’en respecter les lois. » Il est notamment critiqué par la journaliste et essayiste Caroline Fourest qui, dans son ouvrage Frère Tariq, rapporte que Tariq Ramadan, dans une cassette intitulée Vivre en Occident, estime qu’un musulman doit observer les lois du pays où il habite seulement dans la mesure où celles-ci ne s’opposent pas à un principe de l’islam. Tariq Ramadan soutient à ce sujet qu’il précise ultérieurement, dans la même cassette, que c’est le cas des démocraties occidentales.

Ses écrits et déclarations sont très soigneusement observés par ceux qui s’intéressent à la place de l’islam et au devenir de l’intellectuel suisse. Tariq Ramadan est entre autres vivement critiqué par des intellectuels et hommes politiques et organisations de droite comme de gauche. On peut citer pour représenter l’arc politique qui va de l’extrême-gauche à la droite : Lutte Ouvrière, Bernard Cassen (Attac), Max Gallo, Manuel Valls (élu PS), Alexandre del Valle (UMP), des organisations féministes comme Pro-choix, etc.. Il fut également interdit de séjour en France pour quelques mois à partir de novembre 1995 jusqu’à début 1996, pour « menace à l’ordre public ».

Tariq Ramadan est défendu par d’autres personnalités, comme Vincent Geisser ou François Burgat[4] qui estiment qu’il n’est ni sexiste, ni antisémite, ni islamiste. Le journaliste Ian Hamel dans un article paru sur le site oumma.com estime en janvier 2005 qu’il existe en France une campagne anti-Ramadan[5]. Il explique également : « J’ai interrogé des spécialistes des services secrets français, des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, ils sont tous unanimes pour dire que Tariq Ramadan n’est pas Frère musulman, encore moins leur grand chef pour l’Europe.»

Tariq Ramadan est rapidement devenu un prédicateur populaire parmi les jeunes musulmans, où ses discours sont diffusés sous la forme de cassettes audio. Il prône la stricte observance du Coran et des hadiths aux jeunes des banlieues, tout en voulant concilier l’appartenance musulmane avec la vie commune et les lois des sociétés européennes. Selon Ramadan, les musulmans devraient garder intacte leur propre communauté, et éviter les mariages avec des non-musulmans (sauf conversion à l’islam). Il est critiqué sur ce point dans l’article de Leila Babès « L’identité islamique européenne d’après Tariq Ramadan »[6].

Tariq Ramadan est accusé par Caroline Fourest, ainsi que notamment Soheib Bencheik, Antoine Sfeir et Mohamed Sifaoui, d’être un « maître du double langage » (taqiya) déclarant une chose au public non-musulman et une autre au public musulman[7]. Celle-ci publie en octobre 2004 Frère Tariq aux éditions Grasset[8] : elle y analyse la vingtaine d’ouvrages écrits par Tariq Ramadan, ainsi que la plupart de ses conférences enregistrées. Elle affirme que la pensée de Tariq Ramadan reste fondamentalement plus islamiste qu’ouverte à une adaptation à la culture politique démocratique[9] et une cohabitation avec la société occidentale. Tariq Ramadan a répondu[10] que Caroline Fourest interprétait librement ses discours en les sortant de leur contexte .Lors d’un procès qu’il perdit contre Antoine Sfeir, érudit libanais et directeur des Cahiers de l’Orient, il apparut que celui-ci le considérait comme un islamiste dangereux, militant contre l’intégration, un « fondamentaliste charmeur », un « spécialiste du double langage », ce que vinrent appuyer d’autres témoins, parmi lesquels le journaliste Mohammed Sifaoui, remarqué pour ses enquêtes sur les islamistes qui vint dire à la barre que « ce que dit Antoine Sfeir est en-deçà de la réalité ».

Ramadan a entretenu des liens avec certains altermondialistes, qui l’invitèrent au FSE (Forum social européen) en 2003. C’est notamment suite à la publication d’un texte intitulé Les (nouveaux) intellectuels communautaires[11] sur le site Web oumma.com, puis repris sur la liste de discussion Internet du Forum social européen, que Ramadan fut accusé d’antisémitisme par Alain Finkielkraut. Ce texte avait dans un premier temps été envoyé à la presse, notamment aux quotidiens Le Monde et Libération, qui en avaient refusé la publication. Ramadan y affirme que plusieurs intellectuels juifs en France (comme Alexandre Adler, Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann ou Bernard Kouchner) ne seraient plus des intellectuels universalistes défendant les droits de l’homme universels, mais développeraient des analyses communautaristes, ce qui les amènerait à prendre des positions contestables, comme le soutien à la guerre en Irak, et à ne s’intéresser qu’au soutien d’Israël. Il affirme également que Paul Wolfowitz, qu’il décrit comme « sioniste notoire » au sein de l’administration Bush, n’a jamais caché que la chute de Saddam Hussein servait les intérêts de l’État d’Israël. Établissant une équivalence entre terrorisme islamiste et politique d’Israël, il écrit « On perçoit clairement que leur positionnement politique répond à des logiques communautaires , en tant que juifs, ou nationalistes, en tant que défenseurs d’Israël. Disparus les principes universels (…) S’il faut exiger des intellectuels et acteurs arabes et musulmans qu’ils condamnent, au nom du droit et des valeurs universelles communes, le terrorisme, la violence, l’antisémitisme et les États musulmans dictatoriaux de l’Arabie saoudite au Pakistan ; on n’en doit pas moins attendre des intellectuels juifs qu’ils dénoncent de façon claire la politique répressive de l’État d’Israël. »

Cette dénonciation, sa forme, ce qu’il attribue à chacun des intellectuels cités, lui ont valu de vives critiques par plusieurs intellectuels et éditorialistes, dont Alain Finkielkraut[12], Bernard-Henri Lévy[13] et André Glucksmann, qui répond dans l’article « Une obsession antisémite » paru dans le Nouvel Observateur[14] : « Ce qui est étonnant, ce n’est pas que Monsieur Ramadan soit antisémite, mais qu’il ose désormais se revendiquer comme tel.»

Dans un article publié dans Politis, le journaliste Denis Sieffert écrit cependant:

« Mais que dit Ramadan de si extraordinaire ? Il accuse certains intellectuels « juifs français », ou « nationalistes », « de développer des analyses de plus en plus orientées par un souci communautaire qui tend à relativiser la défense des principes universels d’égalité ou de justice ». Il leur reproche une indignation sélective. Or, c’est un fait que l’on n’a pas souvenir d’avoir beaucoup entendu Finkielkraut, Adler, BHL ou encore Taguieff condamner la politique de répression de Sharon. Et lorsque Askolovitch s’indigne que l’on puisse décrire Finkielkraut comme « un défenseur de Sharon », on a envie de le mettre au défi de nous apporter la preuve du contraire. Depuis trois ans que le conflit au Proche-Orient exporte ses peurs et ses haines, nous n’en trouvons pas trace. »

Pour prendre juste un exemple en guise de précision sur ce point, il faut rappeler qu’Alain Finkielkraut, membre fondateur de mouvement « la Paix Maintenant » -dont l’action est favorable au droit des Palestiniens à un Etat, et condition de la paix-, n’a pourtant jamais été connu pour être un soutien de Sharon. La question lui a été posée, par l’hebdomadaire Marianne, dont on peut lire le compte-rendu avec les explications de Finkielkraut.

Peu après, Tariq Ramadan intervient dans les débats concernant la loi française sur les signes religieux : avant le vote de la dite loi, il engage ceux qui le suivent à s’opposer à cette loi, au nom de l’islamophobie supposée de celle-ci. Dans un texte paru sur oumma.com[16], il déclare : « La lutte que nous sommes en train d’entamer sera longue et elle exige une vision claire des enjeux globaux présents et futurs. (…) il faut se lever aujourd’hui et s’opposer à ce projet de loi discriminatoire et insensé ».

Au moment où ce débat a lieu dans le pays est organisée une rencontre télévisée entre lui et le ministre de l’Intérieur – à l’époque, Nicolas Sarkozy – lors de l’émission 100 Minutes pour convaincre. Sur le thème du voile islamique à l’école, lorsque Nicolas Sarkozy lui demande s’il peut demander que les élèves musulmanes portent seulement un signe discret d’appartenance, Tariq Ramadan répond « Un signe discret ? Oui, si la loi le dit, c’est OK.» Sur la laïcité, Tariq Ramadan déclarera ensuite, une fois la loi votée et appliquée: « Ma pensée a évolué. Je considère que la loi de 1905 convient parfaitement à l’intégration de l’islam. Il suffit de l’appliquer de manière simple et égalitaire.»

Sur le thème de la lapidation des femmes, il affirme : « Je demande un moratoire pour qu’on cesse l’application de ces peines-là dans le monde musulman. Ce qui compte, c’est de faire évoluer les mentalités. Il faut un discours pédagogique.» Il le rappelle en 2007, dans un débat avec Philippe de Villiers, dans l’émission française Ripostes

Publié dans Tariq Ramadan(7) | Pas de Commentaire »

Au peuple Algerien… les mercenaires selon le Maol

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Au peuple Algerien… les mercenaires

 

Nous avons cité auparavant les immenses concessions faites par les généraux et les bassesses auxquelles ils se livrent afin d’asseoir leur pouvoir tout en traînant l’honneur du peuple algérien et en premier lieu celui des cadres nationalistes de son armée, dans la boue. Pour se faire, la politique choisie par les généraux est d’impliquer le plus possible de cadres militaires (à tous les échelons), dans le génocide du peuple algérien, les obligeant ainsi a se soumettre malgré eux aux ordres démoniaques de leurs chefs, plus que ronges par le mal de la trahison.

La question qui reste posée pour nombre de personnes est la suivante: comment des êtres qu’on n’ose même pas associer à la race humaine, peuvent-ils faire de telles choses a leur « patrie », a leur « peuple »? On trouve la réponse dans leurs actes, leurs manières d’agir, leur entourage le plus proche. On trouve tout simplement la réponse en consultant leur livre de chevet et en identifiant leur maître a penser.

Actuellement à tous les niveaux sensibles du commandement de l’armée nationale populaire on retrouve obligatoirement un ou plusieurs militaires français qui dirigent et guident les généraux sur le sentier de la trahison, comme le faisaient d’ailleurs leurs pères trente cinq ans auparavant. Ce n’est ni par la compromission ni sous la pression que les généraux obéissent à des ordres qui vont à l’encontre de l’intérêt suprême de la nation; ils le font avec une profonde conviction et un sincère dévouement hérité de leurs pères qui n’avaient jamais manque de servir leurs maîtres gallois.

Nous prèssentons au peuple algérien et aux cadres officiers, sous officiers de l’armée, les premiers concernés par la sécurité de l’armée, du peuple et de l’intégrité territoriale de l’Algérie et la sauvegarde de son honneur, la liste des mercenaires qui pensent pour leurs chefs et donnent les ordres qui vont dans le sens des intérêts que défendent ces mêmes individus dans les coulisses de l’Etat major de l’ANP.

Les cadres nationalistes de l’ANP doivent à tout prix comprendre qu’il ne s’agit plus d’une coopération rentrant dans le cadre de la lutte « anti-terroriste », mais bien plus que cela; C’est malheureusement une reconquête maquillée du sol algérien

La crise algérienne a été mise en scène par des généraux qui ne peuvent évoluer que dans des atmosphères obscures, car ils défendent des causes et des intérêts obscurs.

Il y a plus de quarante ans, quand un Algérien était abattu, les tortionnaires disaient qu’un musulman était abattu. Aujourd’hui quand un Algérien est abattu, les descendants de ces tortionnaires et leurs complices harkis disent qu’un islamiste est abattu; Ils jouent sur les mots pendant Algérie est entrain de mourir. Quoiqu’ils puissent faire, ils ne pourront jamais effacer la mémoire d’un peuple profondément Musulman, profondément Algérien, profondément démocrate et plus encore profondément humaniste.

Le temps est venu pour prendre les décisions qui s’imposent vu la gravite de la situation. Ni l’histoire, ni le peuple algérien (autrefois fier de son armée) ne nous pardonneront notre silence ou notre passivité complice; c’est pourquoi nous sommons les mercenaires ( qui ne manqueront pas d’être poursuivit un jour ou l’autre pour complicité de génocide contre le peuple algérien ) de quitter immédiatement le territoire algérien

« Le respect de nos lecteurs ne nous permet pas d’employer le langage et les mots appropriés que ces mercenaires doivent entendre. »

 

 

Voici la liste des mercenaires:

 

*Christian Le breton:

Né le 17 avril 1955 a Grenoble. Grade commandant. Service d’affectation: le RAID. Il est en Algérie pour assister le général Fodil Chérif( bras droit du chef de l’ANP), l’un des officiers les plus importants en Algérie Son ordre de mission porte le numéro:38ALFSMD99 et sa couverture officielle est: responsable commercial dans une entreprise de forage Franco-Italienne.

*Alain Robert Cholet:

Né le 25 janvier 1958 a Metz. Grade capitaine. Il est charge d’entraîner les forces spéciales a Alger, surnomme par les ninjas « E’rrouji »: le rouquin. Il a été l’adjoint du commandant Favier ( du GIGN) lors de l’assaut contre l’airbus d’Air France a l’aéroport de Marseille.

 

*Jean Michel Pourtnes:

Né le 31 décembre 1951 a Paris. Grade capitaine des services de communication et de transmission, spécialiste des techniques d’écoutes auprès des services secrets.

 

*Armand Pierre Lafarge:

Commandant du 42eme RT français (Régiment de Transmission). Il fournit les transmissions et les écoutes avec les moyens les plus modernes et les plus performants (RITA et système satellite); trois (03) de ses hommes conduisent des voitures (camionnettes) bourrées d’appareils électroniques ( pour la détection électronique sur le grand Alger) et sous couverture de fonctionnaires de la RTA ( Radio et Télévision algérienne). Il est à noter que cela est fait en étroite collaboration avec le sous-marin d’écoute français stationne au large des cotes algériennes.

 

*Pascal Chotte:

Né en 1960. Grade capitaine. Il est affecté auprès du général Smain Lamari. C’est un officier de la DGSE et son influence dépasse de très loin son grade.

 

*Daniel Cariben:

Né en 1966. Grade sergent chef. Il a fait partie de la première division blindée de Baden-baden, la plus puissante division de l’armée française.

 

*Marcel Lehman Jean :

Né en 1960. Grade sergent. Même corps d’origine.

 

Les noms qui vont suivre sont plus secrets que le secret; Ce sont des professionnels qui jouent à la guerre en échange de parts de marche dans les puits de pétrole, armements, minerai de diamant et autres ressources importantes.

 

*Damink Emanuel:

Grade commandant sans affectation. C’est un des officiers les plus secrets, en mission auprès du général Mohamed Mediene dit Toufik, (il rentre dans son bureau sans même frapper à la porte).

 

*Stefan Desmond:

Grade capitaine, Sud Africain et ami personnel du général Sadek Kitouni (notre ambassadeur en Afrique du sud). Il est en mission auprès des services opérationnels de la DCSA en l’occurrence le colonel Bachir Tertague Alias colonel Atman, un spécialiste de la torture.

 

*Barsony Uri:

Grade commandant, un ancien de l’armée de l’apartheid, ami intime du général Fodil Chérif qui lui a attribue une solde de $45000 (Dollars américains), un ordre signe par le secrétaire général du ministère de la défense Nationale (le général Mohamed Ghenim ) date du 15 décembre 1997 pour les versements sur le compte ouvert au nom d’une femme (Mlle Francolini) au Canada a la CIBC, 1155; boul.rene-Levesque. Ouest Montréal. Québec. H3B 3Z4 tel: (00 1 514 876 3490).

 

*Taylor Peter:

grade colonel de la CIA a la retraite, ancien chef de l’antenne de la CIA en Europe et ami personnel du général Smain Lamari. Il est l’artisan du changement de la politique des USA vis-à-vis d’Alger. Il a touche une commission inimaginable après le contrat d’armement signe avec l’Afrique du sud. Il suit le général Mohamed Lamari comme son ombre, même a l’étranger. Il ne rate jamais une commission après chaque marche conclut.

 

*Coblence Michael:

Grade commandant, age de 48 ans, de nationalité américaine. Il accède au MDN par la grande porte et s’y déplace comme s’il était chez lui. Il s’occupe du service informatique de l’armée (SCIA) et a carte blanche dans tout ce qu’il entreprend. Sa couverture est conseille auprès du directeur général de la Sonatrach. Il a reçu une prime d’un (01) million de dollars en janvier 1998.

 

Nous tenons à dire que cela n’est que la partie apparente de l’iceberg, ce qui viendra plus tard est encore plus incroyable.

Des frères à nous ont payé le prix fort pour que ces informations voient le jour, notre seul but réside dans notre souhait d’une prise de conscience par nos collègues militaires et par le peuple algérien, des réalités que cachent les généraux.

        

var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=’ » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »));   try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-1770134-1″); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}

Publié dans DRS(39) | Pas de Commentaire »

operation Boudiaf selon le Maol

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

Operation Boudiaf

Mohamed Boudiaf

Après le coup d’état, les généraux putschistes voulaient trouver un moyen pour calmer les populations en colère contre l’arrêt du processus électoral d’une part, et éloigner l’armee de la façade du commandement de l’état d’autre part. Ils avaient tout intérêt a agir derrière un gouvernement pseudo-civil ,pour ne pas s’attirer les foudres des états occidentaux, qui bien soulages de ne pas voir le FIS au pouvoir, ne pouvaient cautionner directement une dictature militaire.

Les généraux: Khaled Nezar, Abdelmalek Guenaizia, Mohamed Lamari, Mohamed Mediene, Mohamed Touati devaient trouver le plus vite possible un chef d’état sur mesure, un homme qui remplirait des conditions bien précises.
Comme base de départ, un critère était déjà règle: « l’heureux » élu devait être un ancien moudjahid bien entendu avec un passe révolutionnaire irréprochable, une victime du régime de Chadli et même de Boumedienne si possible, et il devait être aussi loin de tout clivage politique. Les critères ainsi définis, peu de candidats pouvaient satisfaire le cahier de charge de chef d’état.C’est presque par hasard que le général Nezar évoqua le nom de Mohamed Boudiaf: un homme qui répondait a tous les critères et qui pesait lourd dans la balance. Mais un problème de taille se posait: Mr Boudiaf, voudrait-il de ce poste empoisonne alors qu’il avait abandonne la politique depuis bien longtemps et s’etait consacre principalement a ses affaires et a sa famille? C’est alors que les généraux déciderent de lui envoyer un de ses amis les plus proches pour lui faire la proposition et c’est Ali Haroun qui fut charge de cette délicate mission. Tout le monde( les generaux en question) au SG du MDN (secretariat general du ministere de la defense nationale) retint alors son souffle. Des plus aux moins tentes, tous espèrerent une réponse positive de la part de Boudiaf.

Au Maroc les deux amis se rencontrerent chez Si Mohamed, et Ali Haroun révéla le but de sa visite avec beaucoup d’emotion. Boudiaf ému mais non surpris,  promit d’y réfléchir et de donner une réponse au plus vite. Apres la consultation de sa famille et d’un ancien ami médecin marocain, il finit par accepter, non pour la splendeur du poste mais parceque l’heure etait grave et la situation du pays presentee par Ali Haroun etait des plus catastrophique. Boudiaf  fit ses premiers contacts a partir du Maroc avec d’anciens membres du PRS, et  informa le roi Hassan II qui prit cette nouvelle comme un don du ciel, car la crise du sahara occidentale allait peut-etre ainsi  trouver une solution.

Les putchistes d’Alger furent informés de la nouvelle par Ali Haroun,et crurent voir une solution a la crise constitutionnelle qui menacait meme leur devenir. La nouvelle fut rendue publique et les préparatifs commencerent pour accueillir l’enfant sauveur du pays. Il va sans dire que Paris fut informee de ce choix la nuit même ou il avait été décide de joindre Boudiaf, qui était bien connu des Français, car ancien adjudant de l’arme française, médaille militaire et croix de guerre. Que pouvait-on faire de mieux pour satisfaire les amis d’outre mer? La boucle était ainsi bouclée et la légalisation du nouveau commandement politique du pays était ainsi réussie. Nezar avait contribue personnellement a l’acceptation de Boudiaf a la tète de l’institution militaire, mais certains officiers supérieurs qui desavouaient ce choix avaient pris cette nouvelle donnée comme une insulte. Ils n’avaient pas oublie que cette figure de la révolution s’était rangée aux cotes du roi Hassan II lors de la marche verte, qui avait entraine une guerre fratricide ou des centaines de militaires Algeriens avaient trouve la mort, sans parler des disparus et des prisonniers.

A 73 ans Boudiaf était loin de se douter qu’il allait enfin rentrer en Algérie avec le titre du plus haut magistrat, a qui on déroulerait le tapis rouge. Le fait qu’il soit reste longtemps éloigne de l’Algérie constituait pour lui un handicap majeur mais pour les vautours du MDN un avantage certain. Néanmoins une fois au palais de la présidence, Boudiaf se fit relativement vite a sa nouvelle vie, et commenca a découvrir les secrets d’un état en plein délabrement et sur tous les plans. Mais le pire de tout, c’est qu’il se trouva au seuil d’une guerre civile masquée par de faux rapports de sécurité (Il légalisa toutes les mesures securitaires décidées contre les sympathisants du FIS qui risquaient de mettre le devenir de l’Algerie dans le doute le plus absolu selon ces memes rapports). Il était complètement guide par les decideurs du MDN dont il approuvait toutes les décisions sans commentaires, du moins au début.

Peu a peu Boudiaf commenca a prendre certaines libertés et a essayer de s’entourer de ses proches et placer ses amis fidèles a tous les niveaux. Le plus gros morceau restait tout de même l’armee dans laquelle il ne trouva que peu d’écho. Boudiaf se vit annuler plusieurs décrets ou nominations qu’il fit en faveur de certains officiers qu’il voulait autour de lui, et les prises de bec avec les hauts fonctionnaires du MDN furent fréquentes, car le MDN donnait très souvent des contre-ordres; et la marge de manoeuvre du président devenait de plus en plus étroite. Sous écoute permanente et surveille de très près: les contacts de Boudiaf etaient aussitôt identifies et neutralises « si nécessaire » par les tirailleurs du général Toufik.
Ce n’est que tardivement que Boudiaf comprit que seule une assise populaire, légale et solide pouvait lui donner suffisamment de force mais surtout le pouvoir legal d’entreprendre tous les changements qu’il voyait nécessaires a la sortie de l’Algérie de sa crise. Mais bien entendu, ces changements n’étaient pas au goût des forces ténébreuses au sein du pouvoir. Ces mêmes forces qui  écrivirent les différents scénarios de la politique Algérienne au travers du temps,  avaient d’autres projets.
Boudiaf fut mis en garde par de rares fidèles au pouvoir et son chef de cabinet était harcelé par les appels téléphoniques d’une part et par les envoyés du MDN d’autres part, qui venaient lui demander de calmer Si Mohamed, car celui-ci prenait trop souvent, des decisions sans revenir prealablement aux dirigents du MDN.

Fort d’un caractère têtu, Boudiaf  surprit tout le monde en décidant de rejuger le général Belloucif ; il venait ainsi de lancer au barons d’Alger un défit des plus audacieux et ce apres des consultations secrètes avec Kasdi Merbah. Il faut dire a ce titre que les deux hommes se connaissaient bien et etaient du meme bord politique, et c’est la raison pour laquelle Kasdi Merbah  promit son soutien a cet homme qu’il respectait autant qu’il respectait Si Abdelhafid Boussouf. L’appui de Kasdi Merbah etait de taille, surtout qu’il etait (sans nul doute) l’un des rares hommes les mieux informes de la realite Algerienne; il connaissait a ce titre, les vrais ennemis au pouvoir, et pour les combattre il avait besoin d’un president comme Boudiaf pour le soutenir. Merbah fut loin dans ses contacts, meme aupres de Toufik, (cet ancien sous-lieutenant qui travaillait a la Securite de l’armee (SA) quand Merbah etait chef de la SM); il avait reussi a lui arracher une promesse d’aide (une impartialite des services face aux changements que le president voulait entreprendre) pour sortir le pays de la crise. Jouer double jeu pour Toufik etait une nécessite: son poste a l’époque était très prise par des jaloux redoutablement dangereux, et s’assurer des faits et gestes de Boudiaf lui donnait une longueur d’avance.

Au moment ou l’affaire Belloucif était sur le point d’être rejugee, le général Toufik lanca en pâture a la presse nationale l’affaire Hadj Betou (déjà connu par les services de sécurité pour ses trafics avec les pays du sud depuis bien longtemps) pour faire diversion, mais Hadj Betou n’était en fait qu’un maillon d’une chaîne qui remontait jusqu’au general Larbi Belkheir .
La réouverture de l’affaire Belloucif avec ses différentes extensions allait amener a la barre: Chadli Bendjedid, Larbi Belkheir et bien d’autres âmes de l’ombre qui étaient encore plus coupables que Belloucif. Si juger Belloucif pour un détournement dont le montant était banal en apparence (par rapport au détournements des autres), cela allait entraîner aussi le jugement de Chadli et surtout de Larbi Belkheir pour haute trahison vu la vraie nature des faits lies a cette affaire. En realite tout avait commence par un projet de couverture radar de tout le territoire Algérien présente par Larbi Belkheir pour le compte du gouvernement Français. Le projet avait été refuse par Mustapha Belloucif alors secrétaire général du MDN et aussi par bon nombre d’officiers superieurs, a cause de son coût prohibitif (le montant total de l’époque dépassait les 4 milliards de francs nouveaux), ce contrat était surtout lourd de conséquences pour le développement du pays et allait aussi mettre tout le système de défense aérienne sous tutelle Française, c’etait la raison pour laquelle Beloucif avait refuse de l’adopter malgré les grandes pressions exercees par Larbi Belkheir et Chadli pour la signature de ce projet (Comble du destin, le general corps d’armee Mohamed Lamari  signa un contrat similaire en 1995, avec le gouvernement Francais biensur, sauf que cette fois-ci la facture etait plus lourde).

Suite a son refus, Belloucif fut officiellement limoge par Chadli pour corruption et mauvaise gestion. Les preuves de son inculpation furent offert a Larbi Belkheir par ses amis Francais (détails du compte bancaire parisien de Belloucif, des vidéos comprometantes le montrant avec des agents féminins des services Français d’origine libanaise et autres détails sur le fonctionnement d’une fameuse clinique a Neuilly de laquelle il tirait de grands bénéfices). Face a cette politique de la compromission et du deshonneur Belloucif ne pouvait rien faire pour se defendre et devait encaisser sans pouvoir riposter. En realite Belloucif a ete descendu par les services Français. Paris ne voulait surtout pas de ce procès qui allait mettre a nue les relations qu’entretenait Larbi Belkheir avec les autorites Francaises pendant son exercice de la fonction de chef de cabinet du president Chadli (Jacques Attali: intime du président Français de l’époque François Mitterand etait le contact direct de Belkheir et son guide en matiere de politique Francaise en Algerie) et Boudiaf dans sa grande naïveté n’était pas au courant des tenants et aboutissants de cette affaire qu’il tenait tellement a déterrer et a rendre publique dans ses moindres détails.

Des fautes, Boudiaf en avait commis, mais bien des fois, il n’avait guerre le choix. « L’Algérie avant tout » était son principe et son symbole, mais ce n’était certainement pas celui des décideurs en Algérie. La rue Algérienne demandait des comptes et réclamait encore justice pour les victimes d’octobre 88; Boudiaf le savait et c’est cette justice qui était finalement le luxe le plus difficile a obtenir. Mais Boudiaf ne désarmait pas; il chargea des proches qui partageaient ses idées d’une mission « impossible »: metttre un plan pour nettoyer le pouvoir de toutes les personnes corrompus et juger les coupables publiquement, et ce fut encore une fois grace a l’aide de Kasdi Merbah qui avait presente a Boudiaf un dossier faramineux de plus de trois cents pages sur les activites de certains elements au pouvoir que cela allait pouvoir se realiser. Merbah avait meme recommande certains officiers du service pour entreprendre cette grande operation de nettoyage. Boudiaf avait pu ainsi choisir comme chef de mission un officier supérieur des services de la DRS, (un proche de Merbah, ami personnel du général Saidi Fodil et un révolutionnaire de la premiere heure), cette personne etait en l’occurrence le colonel Mourad, célèbre dans le milieu de la DRS pour le traitement des affaires les plus sensibles du service.

Le colonel Mourad présenta au président un rapport préliminaire donnant un aperçu de l’étendu des dégâts de la corruption et de l’influence de la mafia « politico-financiere » en Algérie et un complement d’informations au dossier de Merbah en plus d’un plan d’action detaille auquel devait s’ajouter les preuves detenues par Merbah (amassees au cours de ses dix huit annees de service). Boudiaf avait ainsi des noms et savait pertinemment que le salut de l’Algérie ne pouvait venir qu’en montrant du doigt les vrais responsables du mal Algérien afin de rétablir cette confiance  perdue entre le peuple et ses gouverneurs. Mais cela se devait d’être fait dans les règles, c’est a dire par les moyens que lui offrait la loi et la constitution, il ne voulait surtout pas recourir aux méthodes basses.
Sachant que les personnes mises en cause possédaient des comptes bien garnis a l’etranger surtout en Suisse et en France particulièrement ou l’argent partait dans des circuits de blanchiment et se transformait en biens immobiliers essentiellement. Le montant approximatif de cet argent était faramineux (environ 65 milliards de dollars s’etaient évapores en 12 ans, avec les prèts bancaires ajoutes).

Le colonel Mourad fut charge par Boudiaf de faire des investigations sur ces detournements et voir la possibilité de récupérer au moins une partie de cette argent. Le président Boudiaf ne s’etait pas empêche de contacter directement le premier ministre Français de l’époque « Monsieur Pierre BÉRÉGOVOY », et de lui demander personnellement son appui pour mettre la lumière sur les agissements de certains responsables Algériens en France. Il obtint des assurances de monsieur Pierre BÉRÉGOVOY renomme pour son sens de l’honneur dans le milieu politique Français.
Quelques jours plus tard, apres que Khaled Nezar eu accepte difficilement de signer leurs ordres de mission, le colonel Mourad et trois de ses collaborateurs se rendirent a Paris. Ils furent reçus par leurs homologues a Matignon, et le but du voyage était d’avoir des détails sur les comptes bancaires de certains hauts fonctionnaires Algériens comme: Larbi Belkheir, Nourdine Benkourtbi, Mohamed Atailia, Cherif Ouadani, Khaled Nezar, Moustapha Belloucif et bien d’autres. Il va sans dire que des deux cotes de la Méditerranée des hommes bien places avaient tire toutes les sonnettes d’alarme.

A Alger, Larbi Belkheir et d’autres mis en cause par les démarches de Boudiaf deciderent d’opter pour la solution radicale lorsqu’ils apprirent le declenchement de cette operation de purification.
Le voyage du colonel Mourad et de ses collaborateurs était biensur un échec, le refus de la justice française d’accorder une levée sur la confidentialité des comptes bancaires des mis en causes était sans appel. Une semaine apres le retour du colonel Mourad a Alger, il fut retrouve mort a Bachdjarah avec trois balles dans le cou. C’etait biensur les terroristes qui l’avait abattu, (version officielle); des trois autres militaires qui l’avaient accompagne a Paris (deux capitaines et un lieutenant) aucun ne survecut: ils furent tous abattus par des terroristes dans la quinzaine qui suivit. Il eurent quand même droit aux honneurs militaires.
Boudiaf était hors de lui lorsqu’il apprit la mort du colonel Mourad, il  finit par comprendre a qui il avait affaire; ce qui le décida a laisser tomber ce poste maudit et a rentrer chez lui au Maroc sans dire a personne. Ce fut la premiere fois qu’un president Algerien abandonne son poste au milieu de la nuit.

Quelques semaines avant le meurtre du président, le secrétariat du ministre de la défense nationale etait en ébullition, et les contacts entre les différents chefs s’etaient intensifies. Nezar et Toufik ne se quittaient plus et la signature par Nezar de l’ordre de mission du colonel Mourad en partance pour Paris avait tout accélére. Boudiaf avait donne trop de coups dans la fourmilière de la mafia Algérienne et beaucoup de tètes allaient tomber si les mesures qu’il avait pris seraient mises en exécution.
Au début du mois de juin 92, lors d’une réunion nocturne des généraux Khaled Nezar, Toufik et Larbi Belkheir a sidi Fredj (centre familial militaire), l’option de la liquidation physique du president se posa comme la seule solution au problème Boudiaf, surtout que ce dernier venait juste de revenir du Maroc apres l’abandon de son poste de président qu’il ne réintègra qu’après le voyage de plusieurs responsables (dont le général M.Touati)  pour le persuader de continuer a servir son pays.

Une semaine avant le meurtre du president Boudiaf, tous les dossiers qu’il avait constitue furent derobes durant la nuit, de son bureau a la presidence. Il savait a ce moment que les gens qu’il tentait d’ecarter allaient tout faire pour echapper encore une fois a la justice. Le jour meme ou Boudiaf etait a Annaba pour sa visite « finale », Larbi Belkheir accompagne de son jeune frere Abdelkader força l’entree pour se rendre au bureau du president, emportant a la sortie avec lui une autre quantite de documents.

L’heure etait grave et le temps pressait; il fallait tout faire pour arrêter Boudiaf qui tentait de prendre de court  le camp adverse. C’est avec la collaboration du general Smain Lamari (colonel a l’epoque): sous directeur de la DRS et chef de la sécurité intérieure que Toufik mit les premières ébauches de la liquidation du président. Le scénario islamiste ne fut pas retenu pour des raisons de confidentialité; en effet l’utilisation d’agents islamistes n’aurait pas pu garantir une discrétion absolue de l’opération et le résultat aurait ete d’autant moins incertain face a l’efficacite des éléments du SSP (service de la securite presidentielle) et du GIS (groupe d’intervention speciale). La seule manière qui pouvait donner un résultat fiable c’etait celle d’une opération montee de l’intérieur: un tireur isole qui agirait de son propre chef (pour une raison ou une autre), ils  pourraient dire a la limite que l’assassin etait un déséquilibré mental et  ainsi classer l’affaire  avec un minimum de risque pris et un maximum de chance de succès.

Ce fut le scénario de Smain Lamari qui prit forme peu a peu apres la bénédiction de Toufik, Nezar et Belkheir. L’escadron de la mort sous tutelle de Smain (cellule fantôme crée par Belkheir et Toufik, dirigee par Smain et composee d’elements du service operationnel tries sur le volet) eut la tache facile pour liquider tous les témoins et les éléments gênants du réseau Boudiaf. Même si la liste etait longue Smain prit un malin plaisir a liquider ses adversaires et les gens qui en savaient long, sans qu’aucun ne soit epargne.

Le plan détaillé de l’assassinat de Boudiaf ne fut connu qu’après son exécution et ce par les quelques membres des services de sécurité, qui avaient côtoye Boumaarafi durant les premiers jours qui suivirent le drame. Et Boumarafi etait pendant ce temps, inquiet et surtout soucieux de transmettre son horrible secret a qui de droit.
Le choix par Smain Lamari du sous-lieutenant Boumaarafi n’etait pas par hasard, il avait déjà remarque la froideur de cet élément et sa discrétion lors de précédentes opérations. Le colonel Smain, a l’époque: chef de l’opérationnel etait a ce titre  apte a juger qui etait le plus capable. Ce fut a Antar (Le centre opérationnel fétiche de Smain) que le colonel Smain donna a Boumarrafi les premières directives de l’opération sans citer la cible, l’incitant a rejoindre l’escadron de la mort pour purifier la patrie des traîtres qui voulaient détruire et vendre tout le pays. Il y va sans dire que les promesses de promotion et de soin  eurent un écho chez Boumaarafi. Avoir quelqu’un qui protège son dos est très important dans l’armee si on veut aller loin dans la hiérarchie, c’etait ce dont Boumaarafi avait besoin. Apres une série de rencontres, Boumaarafi était enfin prêt pour le jour « J ». Il avoua apres son acte qu’après avoir pris connaissance de l’identité de l’homme qu’il devait abattre il ne pouvait plus sortir vivant du bureau de Smain s’il refusait la mission.

La veille de l’opération un problème de dernière minute allait presque tout gâcher; le commandant Hamou (chef du GIS) n’avait pas designe le sous-lieutenant Boumaarafi pour la mission de Annaba. Le commandant du GIS ne supportait pas le sous-lieutenant Boumarafi qu’il tenait en partie responsable de la mort de son ami et ex-commandant du GIS en l’occurrence le commandant Abderrahmane (Lors d’une opération anti-terroriste au Telemley: le commandant Abdelrahmane et le sous-lieutenant Tarek, tout deux du GIS avaient ete tue sur place alors qu’ils essayaient de pénétrer une habitation. Boumarafi était sensé les couvrir, mais ils furent surpris par une pluie de rafale de klachinkove et même les gilets pare-balles qu’ils portaient ne leurs furent  d’aucun secours).
Le colonel Smain mis au courant des partants pour Annaba appella Hamou pour lui ordonner d’émettre un ordre de mission individuel a Boumaarafi pour qu’il puisse faire partie de la mission. Hamou émit des réserves quant a l’efficacité de cet élément mais il finit par céder devant la persistance de son chef.

L’équipe du GIS qui devait assister le SSP s’etait rendu sur les lieux par route un jour avant la visite du président pour affiner les mesures de sécurité. Le jour d’arrivée du président a Annaba, les éléments du GIS étaient en complète intégration avec ceux du SSP, c’est a dire qu’ils n’avaient aucune restriction de périmètre de sécurité. La raison etait très simple d’un point de vue professionnel: les éléments des deux corps étaient très entraînes et ceux du GIS particulierement, ils se connaissaient très bien et changeaient de mutation entre les deux corps au gré des chefs. Donc la finale de tout cela cetait qu’aucun element des deux corps n’aurait pu douter de l’intégrité d’un autre élément dans l’équipe de protection .

Lorsque le président arriva a la maison des jeunes qu’il devait inaugurer, certains des éléments du GIS étaient derrière le rideau de la salle et une partie en dehors: couvrant la sécurité extérieure de l’arrière de la salle qui donnait sur une cite non loin de la maison des jeunes. Boumaraafi etait vêtu de la tenue d’intervention nouvellement reçue par les éléments du GIS (une tenue impressionnante de couleur bleue marine; des témoins confondront plus tard Boumaarafi au éléments d’intervention de la police a cause de cette tenue); avant l’arrivee du président, il se dressait dans l’arrière cour mais rentrait et resortait de la salle ou il faisait plus agréable en cette matinée de la fin du mois de juin.

Tout se passait comme prévu et le président donnait un discours important visant a sensibiliser la population de l’est Algérien et a promouvoir son mouvement dont le symbole était « l’Algérie avant tout », toute la scene était biensur télédiffusee en direct sur tout le territoire. Derrière le rideau, les éléments de la protection rapprochée du président et des éléments du GIS discutaient a voix basse tandis que le chef du SSP: le commandant Hadjres etait entrain de discuter, tout en prenant une cigarette, avec le Commandant Hamou, le capitaine Zaidi sous-directeur du SSP, le capitaine Sadek responsable de la formation au SSP et le lieutenant Torki chef de mission de l’équipe du GIS. A l’entree de la porte arrière se tenait le lieutenant Yacine adjoint chef de mission du GIS et dans l’arrière cour devait se trouver le sous-lieutenant Boumaarafi assurant la sécurité.

 

Mohamed Boudiaf 2

A un moment ou toute l’attention du publique etait portée sur le discours du vieux révolutionnaire, une première  petite explosion  retentit dans la salle, precede d’un bruit de roulement. Boumaarafi venait de dégoupiller sa grenade et de la faire rouler sous le rideau; il surgit au meme moment  tirant une première rafale qui fit diversion dans le milieu du système de protection. .Les éléments du SSP et du GIS avaient cru a une attaque extérieure en voyant Boumaarafi tirer, mais celui-ci pointa son pistole mitrailleur (Berretta de calibre 9mm, parabellum: une arme très redoutable) a bout portant vers la tète du président Boudiaf, tirant une longue rafale. Tout le monde etait pris de panique et les éléments du SSP commencerent a tirer vers le rideau causant même des blesses parmi l’équipe elle même. La seule image que tout le monde avait retenu fut la fuite de Boumaarafi vers la porte arrière ou se trouvait le lieutenant Yacine sans même que ce dernier comprenne ce qui se passait. Le peuple Algérien venait de suivre en direct la liquidation de son président; on avait de la  peine a croire que cela se passait en Algérie. Une fois dans l’arrière cour Boumaarafi enjamba en toute hâte un mur de presque deux mètre de haut; seuls quelques policiers au loin et quelques passant avaient pu voir cette scène. Il se dirigea ensuite vers l’immeuble le plus proche et au res-de-chaussee il frappa au premier appartement qu’il trouva; une jeune femme lui ouvrit la porte sans doute impressionnee par la tenue et l’arme de Boumaarafi croyant a une décente de police. La seule chose que Boumaarafi  demanda fut d’appeler la police et de lui demander de venir en disant que le tueur du président voulait se rendre. La police contactee s’etait rendue assez vite a l’adresse indiquee. Les chefs du GIS et du SSP furent prévenus par le chef de la sûreté de la willaya, de l’arrestation de Boumaarafi qui s’etait rendu sans résistance. Au meme moment et dans une confusion totale, le président etait conduit dans une ambulance mal équipee et sans médecin vers un hôpital qu’on arrivait même pas a trouver. Le président etait très gravement touche et la mort fut presque instantanée: une décérébration aigue fut causée par les nombreuses balles qui avaient touche son cerveau.

 

Mohamed Boudiaf 3

A Alger le colonel Smain suivait biensur le deroulement de l’opération en direct sur la télévision et des les premiers instants de l’attentat il appella le GLAM (Groupe de Liaison Aérienne Ministériel) pou lui préparer d’urgence un appareil , puis il prit contact avec Mohammed Ouadeh (chef de la police nationale) et lui  demanda de le rejoindre ainsi qu’une équipe de Antar.

 

Mohamed Boudiaf 4Mohamed Boudiaf 4
L’equipe de la protection presidentielle (SSP et GIS) etait deprimee et inquiete mais des que la mort du president fut confirmee, tout le monde se trouva sous le choc; ils n’arrivaient plus a comprendre comment ni pourquoi cela s’etait-il passe. Réunie dans cette même salle, toute l’équipe vit arriver quelques heures plus tard le colonel Smain, Mohamed Ouadeh et quelques visages familiers; Smain s’entretint avec les chefs du GIS et du SSP pendant quelques instants, ensuite il  revint vers les elements de l’équipe pour leurs demander de leurs nouvelles. Il essaya de les rassurer avec ces mots:  »ne vous en faites pas; c’est un acte isole; ce n’est pas de votre faute, vous ne pouviez de toute façon rien faire devant ce fou et perdre un président est même arrive aux Américains ». Ils leurs donna ensuite  l’ordre de rentrer sur Alger. Puis Smain accompagne de Hadjres, Hamou et Ouadeh se rendirent a la sûreté de la wilaya ou Boumaarafi etait detenu; ce dernier avait-il a peine vu le colonel Smain Lamari qu’il sauta de sa chaise et  cria: « tu est venu espèce de salaud; tu es content comme ca (Djite ya ouahad achemata, rak farhan hakda) », l’atmosphère etait lourde et Smain  donna des instructions au éléments qui l’accompagnaient pour qu’il le transfert vers l’avion. le président fut entre temps rapatrie vers l’hôpital Ain Nadja (HCA) a Alger ou le médecin commandant Brixi: chef du service médecine légale  donna la version officielle de l’origine du décès.

 

Mohamed Boudiaf 6
L’Hopital Militaire HCA

Presque en même temps le colonel Smain accompagnait Boumaarafi au service des urgences du HCA ou le médecin colonel Koutchoukali: chef du service psychiatrique examina Boumaarafi et lui administra une injection de calmant. Boumaarafi ne se laissait pas faire, il criait de toutes ses forces: »vous voulez me tuer, vous voulez me faire taire » et insultait Smain de tous les noms possibles. Une fois Boumaarafi presque endormi il fut conduit a la prison du quartier général pour sa première nuit en prison.

La commission nationale d’enquête fut installée le 04/07/92 en toute hâte par le HCE, elle était composée de personnalites tries sur le volet par les generaux concernes. Elle etait composee de MM.Belhocine Mabrouk, Ahmed Bouchaib, M’hamed Ferhat, Youcef Fathallah, Kamel Rezag Bara et Allel Thaaliby.
A l’issue de la première réunion de cette commission, Ahmed Bouchaib (ami intime de Boudiaf et ex-membre des vingt-deux en 1954) fut nomme: président et Kamel Rezag Bara: rapporteur.
La commission en elle même avait peu de pouvoir mais par souci de transparence « fictive » et d’impartialité, elle avait fini (apres plusieurs rencontres avec les différents acteurs de l’assassinat du président Boudiaf) par présenter son rapport au HCE. Le rapport en lui même était très maigre et ne présentait ni une enquête judiciaire, ni un avis d’experts (vu l’inaptitude de ses membres) sur le meurtre du président. Le seul objectif de cette commission était de designer officiellement les boucs-emissaires a qui les vrais coupables voulaient faire endosser le crime. Le temps était un facteur déterminant qui jouait en défaveur des vrais commanditaires de l’assassinat; et la désignation de cette commission allait aider a apaiser les esprits choques par cette liquidation en direct.

Des les premières heures de l’installation de cette commission, des pressions étaient exercees par Larbi Belkheir et Smain lamari pour designer Rezag Bara comme rapporteur. Ce dernier avait longtemps fait partie des agents les plus fidèles au service de la »DRS ». C’est ainsi que le travail de la commission fut téléguide depuis le début, la poussant a mettre le point sur certains détails et non sur d’autres. Comme par exemple: la fausse lettre trouve chez Boumaarafi; son lien avec le courant islamiste; la responsabilité des éléments du GIS que Toufik venait tout juste de verser au SSP pour renfort (Il faut souligner le fait qu’a l’époque, les éléments d’élite de la protection presidentielle avaient été affectes a la protection exclusive des généraux putschistes). Mais la commission avait sciemment omis de mettre en cause Toufik, Smain Lamari ainsi que Larbi Belkheir, alors qu’ils étaient théoriquement les premiers responsables de ce qui venait d’arriver au président.

A l’intérieur de la commission d’enquête il y’avait bien des distorsions et des différends profonds pour la nomination des vrais coupables. Les differents membres avaient tous cede aux pressions et aux intimidations des generaux, sauf Youssef Fathallah qui refusa jusqu’à la dernière minute de signer le rapport final, dans lequel il voulait inclure la responsabilité des dirigeants des corps de sécurité et a demander leurs démissions comme concequence logique au drame. Kamel Rezag Bara, biensur, ne manqua pas de rapporter les plus petits détails a ses chefs de la DRS. Il joua ainsi un rôle tres important dans le meurtre de youssef Fathallah (dans son bureau de la place Emir Abdelkader) un ans et demi plus tard, lorsque ce dernier commenca a écrire son propre rapport sur l’affaire Boudiaf.

Un probleme se posa quant a l’instruction de cette affaire, et le juge d’instruction de Annaba  declara l’incompetence de la juridiction civile face a ce dossier qui etait normalement du ressort militaire. Mais le directeur central de la justice militaire de l’epoque Mohamed Elallem (apres avoir recu des ordres du general Khaled Nezar)  declara a la presse que cette affaire etait du ressort de la juridiction civile. Presque un mois apres le meurtre du president, la chambre d’accusation du tribunal de Annaba  decida que le tribunal de Annaba etait territorialement competent, cette decision etait basee sur l’article 40 du code penale.
En fait les generaux qui avait planifie cet assassinat s’etaient vite appercus qu’il fallait a tout prix laisser la justice civile s’occuper de cette affaire par souci de transparence vis a vis du peuple qui sentait le complot d’une part, et des instances internationales d’autres part; mais plus important encore: des voix s’etaient levees et la rue accusait deja le general Larbi Belkheir qu’elle  designait comme le premier responsable du meurtre, ce qui l’avait pousse « alors ministre de l’interieur » a declarer a la presse nationale: « ni le ministre de l’interieur, ni son ministere ne peuvaient etre mis en cause dans les evenements tragiques de Annaba qui couterent la vie au president « . Une vraie course contre la montre s’etait engagee face aux Algeriens qui denoncaient le complot de la sphere politico-financiere contre un des symboles de la revolution mais plus simplement contre l’espoir d’un peuple en deperdition.

Le procureur general du parquet de Annaba: Mohamed Tighramt, charge officiellement d’instruire ce dossier ordonna la poursuite de l’enquete par les officiers de la police judiciere de la gendarmerie nationale et la reconstitution des fait fut fixee pour la premiere semaine du mois d’aout 92. Les equipes du SSP et du GIS (munis comme d’habitude de leurs armes) se rendirent le samedi matin de la premiere semaine d’aout a Annaba, Boumaarafi fut conduit par avion quelques jours plutot. La reconstitution se deroula en presence des officiers de la gendarmerie nationale ainsi que plusieures autres personnalites en plus du juge d’instruction , mais la surprise vint a la fin de la reconstitution qui avait dure plus de cinq heures, lorsque le juge annonca l’arrestation des membres du SSP et du GIS. La surprise etait de taille et les membres des services de securite refuserent de rendre leurs armes aux gendarmes. A un moment donne un membre du GIS braqua son pistole mitrailleur Berretta contre les gendarmes qui essayerent de desarmer le commandant Hamou: chef du GIS, furieux apres ce qu’il venait d’entendre de la part du juge. Le commandant Hadjeres demanda a passer un coup de fil a la direction (DRS); de sa communication avec le general Toufik il n’eut que des insultes et un ordre de se plier a la loi; un language nouveau que le commandant du SSP n’avait jamais entendu de sa vie. Devant l’insistance des commandants Hadjeres et Hamou les elements officiers et sous officiers qui les accompagnaient rendirent leurs armes aux gendarmes et se constituerent prisonniers. Il furent conduits menotes aux mains vers le poste de gendarmerie ou ils passerent plus d’une semaine. Les officiers  furent places dans une meme grande cellule avec rien d’autre que le slip sur le corps. Apres l’altercation des membres de la DRS avec les gendarmes,  ces derniers se vengerent  surtout qu’ils avaient recu le support du chef de la gendarmerie ( le general Benabbes Gheziel) qui avait ete ecarte du sommet des decisions.

Au total, deux officiers superieurs (le commandant Hadjeres: chef du SSP et le commandant Hamou: chef du GIS), trois officiers subalternes (le capitaine Zaidi: Adjoint chef du SSP, le lieutenant Torki: Chef de groupe et le lieutenant Yacine: adjoint chef de groupe) et dix huit autres sous-officiers en plus du prevenu principal: Boumaarafi allaient etre inculpes pour assassinat et plusieure autres chefs d’inculpations passibles de la peine capitale.
Dans les coulisses du ministere de la defense nationale et apres les menaces de Larbi Belkheir, les generaux Khaled Nezar, Toufik (Mohamed Mediene), et le colonel Smain Lamari avaient pris une decision lourde de consequences et qui allait troubler toute la classe militaire surtout les services de securite: les membres des services qui etaient en mission a Annaba allaient etre sacriffies. Quand les familles des officiers rencontrerent le general Toufik, ce dernier n’avait trouve que des reponses evasives aux nombreuses questions qui lui avaient ete pose; « cela fait partie du travail, mais de toute facon ils continueront a recevoir normalement leurs soldes « . La declaration la plus incroyable vint du colonel Smain qui dit cyniquement a des officiers inquiets pour le sort de leurs collegues, « c’est eux ou vos chefs; que choisissez vous? ».
L’instruction de l’affaire  traina a Annaba et pour noyer l’instruction du dossier  les generaux deciderent de le transferer a Alger. Le juge charge de l’instruction  Annaba prit tres mal la decision et  demissionna de son poste, il fut oblige de revenir sur sa decision sous peine de represailles. Mohamed Tighramt n’avait pas  le choix, craignant pour sa vie, il n’hesita nullement a publier un dementi concernant sa demission qui avait deja ete annonce par la presse et la television.

A Alger ce fut le procureur general du tribunal d’Alger: Abdelmalek Sayeh un ancien agent des services (agent exclusivement dirige par Smain Lamari qui l’avait recrute des annees auparavant quand Sayeh etait a l’ecole des juges) et ex juge de la court de la surete de l’etat de Medea. Mohamed Saada: un juge de seconde classe mais connu pour son honnetete, fut charge d’assister Sayeh afin d’etouffer le manque de rigueur de Sayeh. Sayeh Abdelmalek et Kamel Rezag Bara avaient pratiquement sauve l’avenir de leurs officiers manipulateurs (Toufik et Smain), et ils furent largement recompenses pour cela.
Les prevenus (officiers et sous-officiers arretes a Annaba) furent transferes avec leurs dossiers par Avion sur Alger, quand ils  arriverent a l’aeroport militaire de Boufarik ( Sous une escorte impressionnante de gendarmes) ils furent decendus de l’hercule qui les transportait mains et pieds enchaines, les employes de l’aeroport eurent de la  peine a croire l’etat dans lequel se trouvaient les detenus. Avec Boumaarafi, les detenus furent transferes a la fameuse prison civile de Serkadji « Barberousse ». Sauf que Boumaarafi fut place en isolement et sous surveillance video permanente. Le destin fit  que le commandant Hamou retrouva Abdelkader Hachani dans la prison de Serkadji, un des leaders du FIS qu’il avait arrete quelques temps auparavant.

En tout, cinq officiers dont deux au grade suprerieur et dix huits sous-officiers dont certains avec plus de vingt ans d’experience furent sacrifies pour les besions du senario de transparence que les vrais commanditaires avaient ecrit. Les parents des officiers  engagerent des avocats pour soutenir les inculpes suite au silence des chefs qui ne voulaient plus les recevoir et du climat de trahision qui regnait. Lorsque Kasdi Merbah  apprit que les sous-officiers ne pouvaient pas se payer des avocats, il  chargea son propre avocat (et celui de son parti « MAJD ») pour les defendre, ce qui n’etait pas une bonne nouvelle pour Toufik . Outre la mise a l’ombre des elements responsables de la securite du president, Toufik decida la mise sous scelles de la video qui fut enregistree avec Boumaarafi; les conditions d’enregistrement avaient ete tres tendu et Boumaarafi ne voulait absolument pas cooperer et ne cessait de faire des commentaires quant au conditions de sa detention et de ses craintes d’etre assassiner pour qu’il se taise. Ce ne fut qu’apres avoir recu de force, une injection de calmant qu’il se rendit a la salle d’enregistrement. La séance  fut une vraie catastrophe, les reponses de Boumaarafi aux questions que lui posait un officier derriere la camera etaient sans aucun sens, la majorite de ses dires etaient des insultes envers les commanditaires et des commentaires sur l’etat du pays. A la question: » avez vous des relations avec les islamistes du FIS? » il repondit: « ce n’est pas des barbus avec des djelabas qui oseront faire ce que j’ai fait ».

L’instruction de l’affaire Boudiaf fut tres mal faite et l’agent Sayeh Abdelmalek (actuellement recompense pour sa loyaute par un poste de consul en tunsie) fit tout pour noyer les indices qui remontaient jusqu’aux generaux commanditaires du meurtre. Jamais un agent des services n’eut un tel pouvoir et autant d’avantages; en plus des gardes du corps fournis par le service operationnel de ANTAR et un challet au club des pins, ce fut l’un des rares civils a avoir eu droit a une voiture blindee coutant les yeux de la tete au contribuable. Quand le parent d’un des officiers inculpes essaya d’intervenir et ss plaigna des depassements de Sayeh (aupres de son ami le ministre de la justice de l’epoque: Mahi Bahi) il recut des garanties personnelles pour que le dossier soit tranfere a un autre juge.Le ministre Mahi Bahi tint sa promesse et convoqua Sayeh, mais lors de l’entrevue entre les deux hommes, ce fut Mahi Bahi qui le plus ecouta les insultes de Sayeh apres que le ministre de la justice lui eu avoue son intention de le desaisir du dossier qui devait selon le ministre etre entre les mains de plusieures juges et non d’un seul.Sayeh Abdelmalek ne perdit pas  de temps et se rendit directement a Ghermoul ( Siege de la direction du contre espionnage: DCE) au bureau du colonel Smain lamari. Un seul coup de telephone de la part de Smain regla le probleme. Le meme jour au journal de vingt heures, la demission du ministre de la justice  fut annoncee, a la surprise du ministre lui meme.

Une question posee par la commission d’enquete a Boumaarafi restait sans reponse: « pourquoi n’etes vous pas reste sur les lieux du crime apres votre acte, et pourquoi vous etes vous rendu dix minute apres au service de police »? Ce n’est pas Boumaarafi qui apporta la reponse a cette question, mais un de ses collegue du GIS  » le sergent chef Kamel Aidoun ». Ce sergent chef etait un des premiers elements du GIS et avait fait partie de l’equipe qui avait assure la securite du president a Annaba. Il  deserta de sa caserne du GIS a la fin de l’anne 1993, et ses raisons etaient plus que  justifiees; Smain Lamari voulait a tout prix sa peau comme il avait eu celle d’un autre sous-officier quelques mois auparavant, pour la simple raison que Kamal Aidoun avait faillit a sa mission a Annaba. Sa mission etait claire et les ordres qu’il avait recu une semaine avant le drame venaient directement de Smain Lamari qui lui avait dit: « suite a des soupcons qui entourent la loyaute de Boumaarafi, tu as carte blanche pour le liquider a la moindre faute ».

Sans trop savoir pourquoi  Kamel Aidoun s’etait trouve mal a l’aise apres avoir eu ces instructions et ce n’est qu’apres l’assassinat de Boudiaf qu’il  comprit; mais  le plus grave pour lui etait qu’ il n’avait pas obeit a Smain. Pour plus de securite un autre sous-officier avait ete charge de la meme mission mais cet element « Algerois d’origine » avait mis son frere dans la confidence quelques jours apres le meurtre du president en lui disant: « je comprend maintenant pourquoi le vieux loup (qualificatif de Smain au sein du service) m’a demande de descendre Boumaarafi a Annaba ». Ce sous-officier  fut arrete par le commandant du centre ANTAR (a l’epoque: le commandant Farid) et torture pour un lien fictif avec un groupe terroriste, et son frere un peu plus tard  connut le meme sort mais la secret etait deja divulgue.

C’etait pourquoi Kamel Aidoun avait deserte apres avoir confirme a des proches qu’il avait recu les memes ordres, mais ne pouvait tuer un collegue. L’echappee de Kamel fut de courte duree et Smain  mobilisa toutes les forces operationnelles pour retrouver ce specialiste des explosifs qui avait tourne la veste. Kamel fut abattu par des elements de l’intervention de la police nationale et son arme (Berretta 92F) fut reversee au GIS chargeur plein.
Boumaarafi avait raison de se mefier de Smain, et c’est la raison pour laquelle il s’etait rendu a la police plutot qu’a ses collegues.

Le bilan de l’operation Boudiaf fut lourd en vies humaines: plus d’une vingtaine de personnes au total furent liquides suite aux ordres de Smain ou Toufik pour proteger le grand secret, sans oublier l’assassinat de Kasdi Merbah qui avait decide de rendre publique les raisons de l’assassinat de Boudiaf. Meme Zeroual (alors ministre de la defense) n’avait pas reussi a le calmer et a le persuader de rendre les dossiers qu’il avait en sa possession et ce deux semaines avant sa liquidation. Le chef du bureau securite a l’ambassade d’Algerie en Suisse (le commandant Samir) recupera les dossiers en question rendus a la DRS par un parent du defunt Merbah.
Il va sans dire que le massacre de Serkadji (qui avait coute la vie a pres de deux cents personnes) en fevrier 1995 etait directement lie a la volonte d’etouffer l’une des derniere preuve de l’implication flagrante de Nezar, Belkheir, Toufik et Smain dans le meurtre d’un des symboles de la revolution.

Condamne en Juin 1995 a la peine capitale Lembarek Boumaarafi est actuellement incarcere a la prison militaire de Blida. L’execution de sa peine  est suspendue pour le moment.

 

Mohamed Boudiaf 7

Nous presentons nos condoleances aux familles de toutes les victimes de cette affaire qui reste une des plus noire que le service ait jamais connu. Pendant ce temps les vrais commanditaires du meurtre de Boudiaf (Khaled Nezar, Larbi Belkheir, Mohamed Mediene, et Smain Lamari et Mohamed Lamari par la suite) continuent d’assassiner tout un peuple.

 

 

var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=’ » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-1770134-1″); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}

Publié dans DRS(39) | Pas de Commentaire »

témoignages selon le maol

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

témoignages selon le maol dans DRS(39) Abdelkaderzitouni

Témoignage

Du Commandant

Abdelkader Zitouni

 

Les héros de Novembre.

Beaucoup d’Algériens n’ont toujours pas assimilé ce qui leur arrivent, ils ne comprennent pas non plus les raisons de cette tragédie qui les a plongés dans un chagrin indescriptible. Il faut dire à juste titre qu’ils n’ont pas eu le recul nécessaire et le temps de penser à la question puisqu’ils se sont et pendant longtemps, enfouis pour échapper à la terreur qui a anéanti des milliers de vies humaines. Comment expliquer le plus simplement du monde sans s’éloigner et sans prendre trop de temps en quelques mots les raisons d’une guerre qui n’en finie pas ? Il est vrai que c’est presque un challenge que de résumer des années d’une gouvernance barbare en quelques lignes.
Mais avant de citer les raisons d’une catastrophe, je voudrais expliquer au lecteur comment L’Armée Nationale populaire a été à la fin des années quatre vingt remodelée, altérée pour la transformer de fer de lance pour la défense de l’Algérie et son peuple vers un fer de torture pour le contrôle des richesses de l’Algérie et le musellement de son peuple.

En ce qui me concerne, je dois dire que je suis issu d’un milieu modeste, une famille comme il en existe beaucoup en Algérie, une famille qui a toujours fait des sacrifices dans la vie, une famille qui a des principes et qui a choisi de vivre dignement. Le sens de l’honneur et du devoir, c’est dans le berceau familial qu’on les acquière.

Mon engagement au sein de l’Armée n’a jamais été une réaction impulsive animée par le sentiment de vengeance suite à une injustice. Je n’ai jamais eu à l’esprit la moindre pensée, de garantir par mon engagement une quelconque réussite matérielle. Un seul et unique objectif me remplissait le cœur de joie et d’optimisme: appartenir à l’ANP pour servir, défendre et protéger mon pays. Eh oui, bien que cela puisse paraître si naïf et démodé, ce sont bien les seuls motifs qui m’ont poussé à m’engager. Je ne sais pas comment expliquer cette détermination de donner de sa personne pour son pays, sauf qu’étant enfant, voir les films de la guerre de libération en noir et blanc sur notre vieux téléviseur me remplissait d’un sentiment étrange, un mélange de fierté et de volonté de sacrifice, je voulais ressembler aux héros qui ont bâti la légende, je voulais me sacrifier pour cette terre pour faire partie de ces hommes qui hantaient mon esprit, ces hommes qui ont donné à l’honneur tout son sens. Pour ces raisons je me suis engagé et pour ces raisons je me suis juré de donner ce que j’avais de plus cher pour les défendre : Ma vie, et pour ces raisons aussi je me suis soulevé avec mes frères au MAOL contre ceux qui ont souillé la mémoire des martyrs.

Je dois dire avec franchise que tout ce que j’ai appris pendant les premières années de vie au sein de l’ANP était pour moi la concrétisation d’un rêve formidable. Jeune officier, je m’appliquais dans mes missions et je veillais scrupuleusement à l’exécution des ordres de mes chefs hiérarchiques. Rien ne pouvait m’éloigner de mon devoir même l’établissement d’une famille car je considérais que la priorité était de construire le pays et d’édifier un Etat à la mesure des espérances de tous les martyrs qui ont donné leurs vies pour que je puisse faire parti de l’Armée Nationale Populaire. Je dois avouer qu’écrire ces lignes est beaucoup plus difficile que je ne pensais car j’ai de la peine, beaucoup de peine à évoquer tout cela et me remémorer un rêve qui a tourné au cauchemar.

Au fil du temps, surtout au début des années quatre vingt, les choses ont commencé à changer et des pratiques nouvelles sont apparues, les petits passe-droits, les petites affaires tels les lots de terrains, les logements, les véhicules, autant de biens matériels qui faisaient tourner la tête à certains de nos chefs de l’époque. J’ai essayé de leur trouver des excuses au fond de moi, mais une nouvelle réalité se dessinait devant mes yeux et cela a été véritablement le commencement de la décadence car à ces petits privilèges beaucoup d’appétits se sont aiguisés et la réussite matérielle devenait une priorité chez nombre de nos chefs. A cette époque ça me faisait mal d’entendre les citoyens algériens dire des militaires qu’ils s’engageaient pour  » Honda et Blonda « , mais j’ai compris par la suite que cette politique de compromission généralisée des cadres de l’ANP émanait comme on dit  » d’en haut  » puisque cela leur permettait de contrôler l’Armée, de la façonner et la remodeler à leur guise. Je ne peux dire combien d’officiers et de sous-officiers honnêtes ont fait les frais d’une liquidation systématique dès qu’il s’agissait de protéger une nouvelle caste de militaires qui ont investi l’ANP, comme des criquets, avec pour seule ambition le confort personnel.

A la fin des années quatre vingt et avec les évènements d’octobre je savais que nous allions vers la catastrophe et c’était l’avis de tous ceux qui faisaient leurs devoirs avec assiduité. Tout avait changé depuis mon engagement et rien de ce que je voyais autour de moi ne pouvait être comparé à ce que j’aspirais par une carrière dans l’armée. Nous avons glissé petit à petit dans le gouffre et aux petits trafics qui pouvaient passer inaperçus se sont succédés les grands détournements et les grosses combines qui mettaient en danger et la sécurité du pays et son avenir. En un mot je ne reconnaissais plus l’ANP, des commandants d’unités s’en sont même pris à la solde des HDT (hommes de troupes) et des appelés, et même leurs rations alimentaires étaient détournées par les responsables, ce qui faisait que nos djounouds et même les officiers étaient obligés chaque soir de se nourrir de lait et de pain. Je ne cite que ce petit exemple simple sans pour autant relater ce qui est encore plus grave, l’armement au sein du CFT. Le matériel acheté par le commandement (surtout au début des années quatre vingt dix) était visiblement inadéquat vu sa vétusté, à peine repeint par la mafia des pays de l’Est, il n’était bon que pour une chose : figurer sur les bilans du commandement pour justifiés des dépenses faramineuses de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Bon nombre d’officiers intègres qui ont manifesté leur inquiétude auprès du chef de l’Etat major se sont vus écarter et même arrêtés par les services de la DCSA. Il était claire que tout avait changé, tout était différent et les hommes qui voulaient servir avec foi n’avaient plus leur place parmi une nouvelle espèce de chefs qui se comportaient comme des requins et bien pire car ils ne se sont entourés que de gens comme eux sur lesquels ils pouvaient compter et en définitif tous ceux qui avaient de mauvaises réputations se sont retrouvés à la tête des postes stratégiques commandant des hommes intègres à qui ils menaient la vie dure en les affectant surtout vers les premières lignes du front de la lutte contre le terrorisme. Les militaires intègres se sont en fin de compte retrouvés pris entre deux feux, et même s’ils arrivaient à échapper à la mort lors d’opérations suicides décidés par le commandement, ils étaient toujours réaffecté aux même missions ce qui faisait qu’ils étaient condamnés à disparaître quelques soient les données.

La lutte contre le terrorisme qui s’en ai suivi à été en ce qui me concerne, une vraie guerre contre un peuple affamé et appauvri. Les méthodes et les stratégies adoptées par Khaled Nezzar, Mohamed Lamari, Mohamed Touati, Fodhil Chérif, et les autres étaient des méthodes colonialistes barbares, des méthodes intégristes ; oui intégristes car éradicatrices. J’ai tout connu après cela, l’horreur, la déception la révolte ; tout cela je le vivais et au fond de moi je voulais punir très sévèrement les responsables de ce drame : ceux qui avaient gâché le rêve.

Animé par le même sentiment du premier jour de mon engagement, j’ai fais le serment de tout donner pour sauver mon pays et j’ai pris la décision de rejoindre ceux qui partageaient les mêmes objectifs et les mêmes idéaux. Tout ce que je sais c’est que rien n’est perdu tant qu’il y a des hommes dignes qui portent l’Algérie dans leurs cœurs.
Les assassins qui commandent l’Armée aujourd’hui ne sont pour moi que de vulgaires mutins qui ont pris en otage tout un pays ; des êtres indignes qui n’ont pas un passé honorable ; ils sont complexés par la gloire de la guerre de libération qu’ils ont combattue dès les premières heures de la révolution mais surtout après l’indépendance. Rien ne sert de les insulter car tout compte fait, ils ne méritent même pas qu’on les insulte, l’histoire et le peuple n’oublieront jamais ceux qui ont trahi.
Aujourd’hui des fortunes colossales fleurissent ici et là, et l’on comprend mieux à qui la crise a profité. En un mot, pour que le peuple saisisse les raisons de cette tragédie, il suffit de voir ce qui se passe sur la scène économique du pays, les terres agricoles sont redistribuées, les usines les plus grandioses rachetées au dinar symbolique, et même Sonatrach n’échappe pas au sort réservé à tout ce qui peut représenter une source de revenu. Tout a été savamment inventorié et partagé entre ceux qui ont plongé l’Algérie dans le deuil.

Je suis convaincu que rien ne peut arrêter la détermination des hommes intègres, des Rdjels ; les vrais, et rien ne peut non plus venir à bout de la colère du peuple qui brûlera tout sur son chemin.

Avec mon modeste témoignage je voudrais dire à mes compagnons au sein de l’ANP et à tout le personnel militaire que le jour où il faudra rendre des comptes est proche, et même si les généraux coupables essayent vainement de faire pression sur nos familles ou sur nos proches pour nous faire taire ou nous acheter, rien n’empêchera l’Algérie qui a enfanté les héros de novembre de donner d’autres vaillants pour qu’ils purifient l’Algérie de la salissure à commencer par celle qui souille notre glorieuse institution militaire.

 

Le Commandant Abdelkader Zitouni

 

 

mohamedsamraoui dans DRS(39)

Témoignage

Du Colonel

Mohamed Samraoui

dit Lahbib

 

CESSEZ VOS MENSONGES GENERAL.

Décidément le général Khaled Nezzar a du culot !

Après l’humiliation parisienne subie le 05 juillet 2002 lors de son procès face au sous-lieutenant Habib Souaïdia (déboire qu’il a essayé de transformer en grande victoire), notre fameux général  » déserteur de l’armée française « , venu sois-disant laver l’honneur de l’ANP ( lui qui n’a plus d’honneur depuis 1955 lorsqu’il s’était engagé dans les rangs de l’armée coloniale pour combattre les Algériens épris de justice et d’indépendance ) a raté, une nouvelle fois, une bonne occasion de se taire !

Lui qui est venu à Paris en grande pompe pour défendre l’honneur de l’ANP, a été incapable de défendre son propre honneur, lorsque Ali Kafi l’a publiquement traité de traître, de fils de traître et d’assassin : Un bel exemple de courage et de bravoure mon général !

Mais du courage général, vous n’en avez que devant ceux qui sont  » désarmés  » face à votre propagande mensongère.

Non content d’être l’un des principaux responsables de la décennie rouge (200.000 morts, 16.000 internés, 8.000 disparus, 500.000 exilés, 1.200.000 personnes déplacées, sans parler de la situation économique et sociale lamentable…etc.), le général se met à écrire et multiplier les conférences de presse en vue de s’approprier l’histoire comme il a confisqué le pays et ses richesses. Evidemment il ne donne que sa version, celle d’un faussaire, celle d’un imposteur qui cherche à masquer ses crimes et ceux de ses compères « DAF » en se dissimulant derrière la fable du  » sauvetage de la république menacée par le péril intégriste ! « 

Sa dernière sortie médiatique du 22 septembre 2002, illustre de manière éclatante la conception de la démocratie chez le général Khaled Nezzar. Pour lui, seule l’opposition de « paille » est tolérée en Algérie. Les vrais opposants qui défendent l’Algérie, n’ont droit eux qu’à la prison ou aux cercueils et dans le meilleur des cas à l’exil . Est-ce une raison suffisante pour les diffamer et leur jeter l’opprobre ?
Les accuser de traîtres parce qu’ils ont eu le courage de dire NON à votre dérive mafieuse ? Admirez le résultat de votre sauvetage général! Vous pouvez en tirer une immense fierté !
L’impunité dont vous jouissez en Algérie vous permet de tenir des propos outrageants et outranciers à l’encontre des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Algérie indépendante, confirmant ainsi le mépris que vous avez toujours eu pour la classe politique et vos collègues généraux, que vous avez qualifiés durant le procès respectivement de  » cheptel  » et  » d’analphabètes « .

Pourquoi portez-vous des attaques virulentes contre Mouloud Hamrouche ? Est ce parce qu’il est fils de chahid et que vous êtes fils de harki ou bien parce que ses reformes ont mis à nu les circuits parasitaires qui gangrénaient ( et rongent toujours aujourd’hui ) l’économie du pays et qui profitaient aux  » copains « ?
Je ne suis l’avocat de personne, mais force est de constater que vous n’attaquez que les gens honnêtes, ceux qui sont propres et intègres, jamais les mafieux comme vous! Je vous met au défi de citer une seule affaire de malversation ou de concussion impliquant Mouloud Hamrouche ou Ghazi Hidouci ?

Vous avez osé dire que je fus épargné par pitié pour mes enfants…. Depuis quand la pitié fait-elle partie de vos mœurs ? Vous qui n’hésitez pas à bombarder des jeunes algériens avec du napalm, à massacrer des familles entières, à dynamiter des chaumières et à égorger des bébés, des femmes et des vieillards.

Quel crédit donner à ce général dont le peuple algérien a pu entrevoir avec répulsion le vrai visage lors du procès intenté à un pauvre sous-lieutenant?

Dans la bouche de ce pâle général, comme dans celles de ses avatars, de ses esclaves et sous la plume de ses nègres , les mots n’ont plus de sens. Dans le système du mensonge, du sang et du pillage, tout les repères sont inversés : Les honnêtes gens sont des traîtres et les criminels sont des héros… !

Donc, à mon avis, la juste réponse à ce général doit d’abord relever du mépris : on ne dialogue pas avec un individu aussi peu recommandable ! L’indécent spectacle que ce soudard déguisé en général a donné lors du procès parisien aurait mérité une expertise psychiatrique.


Général… . Encore un mot qui a perdu son sens en Algérie.
Ailleurs grand titre de chefs militaires ; chez nous ce grade est celui de l’infamie et de l’indignité; celui de la salissure et de l’opprobre, celui gagné (pour certains) dans les  » grandes batailles  » de Bentalha, Rais, Relizane, Beni Messous,… !

Au lieu de se murer dans le silence et faute de trouver le courage de se suicider, (ce qu’un officier digne de ce nom aurait du entreprendre tant l’atteinte à l’honneur est irréparable) ;Khaled Nezzar, ce soi-disant général incapable d’énoncer trois phrases cohérentes, s’exhibe en compagnie de sa cohorte de témoins de troisième zone qui ont fini par couvrir de ridicule cette organisation de rentiers et de criminels qui tient lieu de système.
Mais que connaît-il de l’honneur, ce mafieux affublé des oripeaux du général qu’il ne sera jamais?

Un livre, encore un autre, écrit par une plume servile; mais cette gesticulation littéraire est condamnée au même sort que toutes les démarches mercenaires : le néant de l’indifférence. Qui attache le moindre prix aux balivernes de ces psychopathes? Paradoxalement, les insultes sont le seul compliment que l’infamie peut produire.

Général Nezzar, si vous n’avez pas compris que le peuple algérien vous vomit, je vous invite alors à marcher dans les rues d’Alger sans escorte, ou alors à fonder un parti politique afin de pouvoir apprécier à sa juste valeur la popularité du  » sauveur de l’Algérie  » que vous croyez etre . Le verdict des urnes sera sans appel et il est à parier que même les plumitifs qui vous entourent se déroberont. Retenez bien ce vieil adage pour les jours qui vous restent général :  » Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute « .

 

Le Colonel Mohamed Samraoui dit Lahbib

 

hasniabdelhamid

Témoignage

Du Commandant

Abdelhamid Hasni

 

 

Je ne veux plus me taire.

La complexité du conflit Algéro-Algérien tient pour une grande partie à l’histoire même de l’Algérie. Cette histoire que l’on a toujours évité d’écrire pour ne pas soulever les tabous, pour ne pas compromettre nombre de dirigeants toujours au pouvoir !

Le grand paradoxe du drame de l’Algérie tient également à cet occident qui a si bien toléré et fermé les yeux devant l’interruption brutale des élections de 1992, mais aussi et surtout devant toute la violence et la brutalité qui s’en ai suivi.
Il tient aussi à nous, parce qu’il ne s’agit pas de se demander si nous sommes manipulés ou pas, puisque la réponse est malheureusement affirmative, mais il s’agit désormais de comprendre comment sommes-nous mentalement influencés, contrôlés et conditionnés par nos chefs?

L’Algérie est-elle devenue orpheline ?
Est-elle devenue stérile ?

Est-ce que ceux qui auraient pu se battre pour elle et la sauver, ont-ils choisi le chemin de l’exil ou sont-ils trop occupés à survivre tant bien que mal devant la cherté de la vie, multipliant les emplois et les combines en tout genre pour garantir la nourriture et les besoins de leurs familles ?
Comment avons-nous fini si bas ?
Est ce la faute aux hommes dignes qui ont baissé les bras ?

Est ce la faute des intellectuels de salon qui connaissent une aliénation chronique et qui sont nourris d’un sentiment de rejet et de mépris ?

Est ce la faute aux enfants souffrant de malnutrition, déscolarisés et envoyés par leurs parents pour mendier, pour vendre des cigarettes ou des sachets dans les ruelles des marchés en quête de quelques sous en plus.

Est ce la faute de notre société devenue fataliste, une société où domine l’absence d’espoir, où la colère et la violence sont devenues le seul mode de communication ?

Est ce la faute au pouvoir pernicieux, mené par des médiocres, entourés de médiocres, n’engendrant que la médiocrité, la haine et le mépris ?

Est ce à cause du pétrole, cette richesse naturelle, ce don de Dieu devenu une malédiction ?

Les réponses à toutes ces questions nous les trouverons certainement en nous même, pour vue que nous soyons assez courageux et assez honnête pour nous confronter à nos actes.
Appauvris, asservis, et réduits à l’état de bêtes, nous militaires de seconde classe formions véritablement le terrain propice à la destruction de l’Algérie. Nous formions ce creuset de chair à canon pas vraiment chère et disponible d’où les généraux ont puisé et puisent toujours la force de leur survie.

La vie est-elle vraiment si chère pour qu’on accepte de devenir si peu cher? Pour persister dans un silence implacable à accepter d’être guider par des bourreaux vers un abattoir certain ?
Une vie aussi indigne vaut-elle vraiment ce sacrifice, ce silence et cette honte que nous porterons pour toujours?

Les événements d’octobre 1988 ont été pour moi le déclic, dès lors que j’ai vu des enfants froidement abattus, je commençais à prendre conscience des enjeux et des réalités autour de moi. Je découvrais le système sous un autre aspect tout à fait inconnu.

Les événements qui ont suivi, ceux de 1991 et 1992 m’ont confirmé et m’ont donné la conviction que je m’engouffrais dans un engrenage et dans une tourmente qui ne faisaient malheureusement que commencer. J’avais pitié de moi-même et je me haïssais en même temps et malgré moi je devenais l’otage de ce système pour qui nous officiers sommes devenus la rançon de sa perpétuité.

Nous officiers qui sommes sous le drapeau, nous nous sommes laissés faire, nous nous sommes laissés entraîner, nous nous sommes laissés impliquer dans une guerre dégoûtante, une guerre sans honneur que nos chefs ont déclenché sous prétexte de défendre ce même drapeau!

Nous sommes devenus au fil des jours des marginaux dans notre société et pis encore, je ne comprenais plus comment d’un état d’exhibition durant les années 1980 nous sommes arrivés au stade où aucun officier n’osait se rendre à son travail en tenue militaire !

Je lisais la haine dans le regard de la société ; et même mes amis proches, des amis d’enfance, ont pris leur distance et ont décidé de m’éviter. Moi, j’étais toujours le même, je n’avais pas construit de villa et je ne conduisais pas un véhicule neuf. Bien au contraire, faisant partie de la grande majorité qui constitue cette grande muette, j’arrivais à peine à joindre les deux bouts à la fin de chaque mois. Ces difficultés se sont répercutés au sein même de ma propre famille. Je m’absentais très souvent, je rentrais chez moi en permission pour une semaine au bout de plus de deux mois d’astreint et finalement je n’arrivais plus à gérer la situation.
Les disputes sont devenues fréquentes et je voyais mes enfants se perdrent au milieu de tout cela. La peur, le mépris et la méfiance et même la panique ont pris place dans ma vie et je me posais la perpétuelle question : Pourquoi ? Nous nous sommes engagés pour servir l’Algérie, construire une nation, poursuivre le combat ; et nous nous sommes retrouvés pris dans un engrenage infernal, immonde.

En tant qu’officier, je n’étais plus convaincu de la légalité de ma mission et au fond de moi je voulais bien souvent trouver du bon sens dans ce que je faisais, du courage pour continuer. Mais à mesure que le temps passait ma lassitude devenait plus grande et mon désarroi plus envahissant par ce que je voyais jour après jour, par ce que j’apprenais et par les mauvaises nouvelles qui faisaient notre quotidien. L’odeur de la mort nous a submergé et à l’annonce de la perte d’un ami ou d’un collègue le silence était de mise et chacun de nous devenait blême !
Pourquoi avions-nous si mal sans oser l’admettre ?
Je n’arrêtais pas de m’interroger sur les raisons de ce mal invisible mais poignant!
Est- ce la peur de mourir…, je me sentais déjà mort, pas dans mon corps mais dans mon âme !
Est ce le grade…, il n’avait déjà aucune importance !
Est-ce la crainte pour mes enfants…, ils avaient déjà honte de révéler que leur père était militaire.

On portait tous et malgré nous l’étiquette de voleurs et d’assassins !

Ne sommes-nous pas réellement ce bâton dans la main d’une bande avide de sang ne pensant qu’à ses intérêts hypocrites et malsains ?
Que seront devenus ces sanguinaires s’ils n’avaient pas trouvé en nous ces âmes faibles, égoïstes et mesquines, qu’ils ont manipulé à leur guise.
Ne sommes-nous pas aussi complices de notre tragédie ?

Oui, nous le sommes par notre silence et notre résignation à survivre dans l’attente de jours meilleurs tout en courant derrière les besoins quotidiens. El gouffa, ce phénomène étrange, magique qui dans toute la hiérarchie militaire et à tous les échelons, prend des proportions différentes, des formes différentes mais toujours dans l’exubérance.
El gouffa, cette obsession qui passionne à chaque niveau, elle va de la simple forme que connaît tout un chacun à d’inestimables présents.
El gouffa cette maladie vicieuse, dès qu’on s’y habitue, on ne peut plus s’en libérer. El gouffa cette fonction qui prime sur tous les grades.

Qui n’a pas été séduit par cette fameuse gouffa ? Elle ne nous coûtait absolument rien. El gouffa a créé un état d’esprit nouveau, nos femmes ne distinguaient plus entre le chef et le subordonné. Que pouvait répondre cet officier à sa femme qui lui demandait s’il serait enfin promu adjudant, faisant allusion à son voisin, qui d’après elle, ramenait chaque soir chez lui « koul kheir ».
El gouffa est devenue un critère de promotion au grade supérieur, sinon comment expliquer, ce colonel, commandant une division blindée (devenu général récemment) faire des colis à son chef supérieur en l’occurrence le commandant des forces terrestres et en désignant un officier pour cette mission ; c’était selon la saison, une fois du miel d’abeilles, une autre fois de l’huile d’olive, des amandes… etc.

El gouffa on la voyait chaque jour sortir bien garni des casernes vers des destinations diverses et variées, le soir dans les même casernes, la troupe (les soldats) rentrait de sa permission de spectacle (pour quelques heures) munie de toutes sortes de sachets pleins de nourriture. Quel est l’officier qui devant ce spectacle aussi désolant aussi déshonorant, ne baissait pas les yeux, n’osant même pas regarder en face une vérité aussi crue.
Cette troupe qui ne mangeait pas à sa faim, est contrainte à aller s’approvisionner à l’extérieur et à ses frais. Lequel parmi nous n’est pas conscient que l’on a toujours mangé et fait manger ( d’une manière ou d’une autre) à nos enfants du  » haram « ! On continue toujours à le faire et malheureusement on est devenu esclave de cette maudite gouffa.

Quel est l’officier qui a eu le courage de dire non, basta ! Et advient que pourra. Non, on a préféré pour la majorité jouer le jeu et par notre bassesse on s’est encore une fois laissé faire, alors qu’au somment du commandement c’est toute l’Algérie qui est mise sur la table et devisée, une proie de toutes les convoitises.

Pour quoi continuer de se taire alors ? Est ce de peur de se retrouver éloigné de ses enfants, mais que pouvait-on encore perdre, on avait déjà tout perdu, même nos âmes que l’on a vendu au diable.
Je me demandais s’il restait en nous un brin de fierté, oserions nous nous regarder droit, en face, devant un miroir et se dire que nous sommes des hommes ; rentrer le soir chez soi jouer le  » macho « , quelle honte!

Je ne peux dire que j’ai fait ce que je devais faire mais je reconnais que je suis soulagé de pouvoir crier et dire que malgré tout j’ai fini par dire non…Je refuse de faire partie de ceux qui coupent les arbres de la forêt pour en faire des cercueils…je refuse d’obéire a des généraux qui dépouillent les cadavres et battissent les fortunes…Je refuse de me taire car comme dit notre proverbe :  » Ma yenfaa ghire assah  » et pour moi assah c’est el bled.

Puissent nos enfants nous pardonner ce que nous avons fait de l’Algérie.
Puissent les mères de l’Algérie nous pardonner notre silence, notre égoïsme, nos indifférences, nos complicités et nos compromissions accablantes.

L’histoire ne pardonne jamais !
Le Commandant Abdelhamid Hasni

 

elgasmiredouan

Témoignage

Du Lt-Colonel

Redouane Elgasmi

 

 

Pour l’honneur de l’Algérie et la gloire de son nom.

Je ne sais pas comment un tel jour est arrivé ; ce jour où il fallait que je prenne la décision de dire :  » non !  » Je n’ai jamais pu imaginer, un seul instant depuis la date de mon engagement au sein des rangs de l’Armée Nationale Populaire, que le moment viendrait où je serai aussi malheureux et révolté par tout ce que j’ai vu au siége du MDN durant cette décennie.
Moi qui n’ai jamais discuté un ordre (ceux qui me connaissent depuis longtemps peuvent témoigner des mes états de service), je suis arrivé au stade où je ne pouvais plus suivre les instructions que je recevais ni les notes de services qui me parvenaient, tellement elles étaient contraires avec ma déontologie de militaire vu que mon engagement au sein de l’ANP a toujours eu un seul et unique but : servir l’Algérie de toute mon âme.

Je découvre qu’il est difficile d’interpréter mon chagrin et ma déception tant il est pénible de trouver les mots qui puissent traduire fidèlement le sentiment de rage et le bouleversement provoqué par le déchirement intérieur des années passées à cautionner ce qu’il conviendrait d’appeler justement une mafia institutionnalisée.

Je me suis rendu compte au fil des jours que je devenais étranger dans un milieu qui n’avait rien à voir avec l’institution vertueuse que j’ai connu, il y a fort longtemps.
Au fond de moi, les incompréhensions se sont entassées et ont amené le doute, et le doute a généré les interrogations, un enfer qui n’en finissait pas. Comme beaucoup d’autres officiers qui ont été dans mon cas et qui ne pouvaient rester sourds à leurs consciences, je me devais de faire quelque chose pour mettre fin à la controverse qui me rongeait et chasser la malédiction infernale qui s’abat sur mon pays !
Je voulais en fin de compte surtout comprendre qui sommes-nous, la nature de notre mission en tant qu’officiers d’élite et où allait l’Algérie ? Il est vrai que nous avions depuis bien longtemps appris à obéir les yeux fermés, mais au fond de moi après des années de loyaux services tout sonnait faux ; rien de ce que je faisais ne pouvait en aucune façon que se soit servir mon pays ou rendre son peuple plus heureux, la preuve est le résultat au jour d’aujourd’hui, une réalité dure qui est une complète négation de ce qui a fait la gloire de notre révolution!

Je ne sais pas comment je pourrais rendre compte à mon peuple, je ne sais pas comment je pourrais expliquer ce qui est arrivé. Je ne trouve pas d’excuses, ni d’arguments pour convaincre ceux qui m’entourent que ce que nous avons entrepris n’avait qu’un objectif : la sauvegarde de l’Etat ! J’ai souvent vu des officiers fuir leurs responsabilités en les diluant dans le tas général de la basse besogne ; j’ai vu les gens changer pour devenir en fin de compte des loques humaines, des machines à tuer, des engins de la mort pour qui la parole du commandement est plus sacrée que la loi divine ; J’ai vu des principes bafoués, une Algérie changée, une armée trahie par ses chefs, mais par-dessus tout une Algérie meurtrie et un peuple pris en otage !

Ce qui est sûr, c’est que je ne pourrais jamais adopter l’attitude lâche pour dire que c’est la faute aux autres, trop facile et trop simpliste à la fois ! Je peux affirmer que sommes tous responsables, nous sommes tous complices, nous sommes tous coupables! Nous avons tous contribué, chacun selon son degré de responsabilité, à la perte de l’Algérie.

Je crois avec la certitude la plus tenace, que bien des vies auraient pu être épargnées si le commandement avait fait preuve de sagesse surtout durant les premiers moments critiques qui auraient fait toute la différence. Mais en tant que militaires, si nous avons failli à notre mission, c’est par ce que le commandement a failli, ce commandement qui n’a jamais été à la hauteur. Oui nous avons failli, contrairement a ce que tente de faire croire le chef d’Etat major ; nous avons failli à rendre l’Algérie meilleure ; nous avons failli à rendre l’Algérie prospère ; nous avons failli à semer l’esprit de novembre dans les générations qui vont bâtir l’ANP de demain.

Le courage nécessaire qu’il m’a fallu pour témoigner de ce qui s’est passé en Algérie, je l’ai puisé dans ce que j’ai vécu durant mon service ; je l’ai appris dans les regards de ceux qui ont souffert, de ceux qui ont payé chèrement l’incompétence d’un commandement qui n’a qu’un seul objectif : Rester au pouvoir et s’enrichir le plus possible.

Je voudrais tellement savoir qui de nos chefs accepte d’endosser à lui tout seul les conséquences de la catastrophe qui a détruit le pays ? Qui va oser léguer une telle feuille de route pour les générations futures ?

Je ne pouvais pas tourner le dos comme beaucoup et dire que le pays ne compte pas plus que ma personne ! Même avec le silence le plus lourd et le plus tranchant beaucoup d’officiers veulent une Algérie meilleure où il fait bon vivre et non mourir ; une Algérie où la cupidité des hommes s’efface devant la justice et l’intérêt général. Ces officiers sont très nombreux et condamnent fermement ce qui se passe, mais comme beaucoup d’autres avant eux ont perdu leurs vies en faisant la même chose, ces voix qui condamnent restent muettes en attendant le jour  » J  » pour libérer les cris qui s’enfouissent et les étouffent.


La lutte contre le terrorisme que nous avons mené n’a pas été des plus propres et les méthodes engagées à ce but étaient pires que ce que je pouvais imaginer. Quand j’ai vu le certificat de réception des cinq milles barils de Napalm, je suis resté sidéré ; rien que le mot : Napalm sur le document avait soulevé tout un chapitre de l’histoire qu’on m’a minutieusement appris!
Le comble c’est que je me suis rendu compte que nous avons créé des menaces là où il n’y en a jamais eu. Des leurres et des arguments nécessaires au commandement pour des besoins tactiques que nous ignorions !

Après avoir suivi la conférence de presse du chef d’Etat major Mohamed Lamari le 02 juillet je me suis longuement demandé :

Pourquoi les généraux veulent-ils à tout prix assimiler systématiquement toutes les accusations qui sont portées contre eux comme des attaques contre l’institution militaire ?

Pourquoi se vouent-ils, avec une férocité extraordinaire, à faire admettre que l’honneur de l’Algérie est intimement lié aux leurs ?

Pourquoi croient-ils qu’ils sont des êtres liturgiques qu’il faut adorer, vénérer et auxquels il ne faut rien reprocher sous peine de tomber dans la disgrâce et l’incrédulité.

Avec mon expérience je peux dire, qu’à force d’impunités cumulées, de crimes impunis et de libertés infinies, ces généraux ont fini par croire qu’ils sont incontestablement au-dessus de la loi, pis encore que nous-même officiers sont à leurs ordres tels des chiens aux pieds de leurs maîtres !

Ce qui est certain, c’est que le terrorisme  » dont Lamari parle  » ne disparaîtra que lorsque les généraux responsables de cette catastrophe seront bannis de l’ANP. Coupables à plus d’un titre pour ce qui arrive en Algérie, il ne pourra y avoir aucune solution, tant sur le plan politique que sécuritaire aussi longtemps qu’ils resteront en fonction.
Il ne fait plus aucun doute au jour d’aujourd’hui que les masques sont tombés et que toutes les stratégies démoniaques mises sur pied par le  » cabinet noir  » n’ont eu qu’un seul et unique objectif : Amasser les fortunes et construire les empires sans rendre des comptes.

J’ai vu, dès le début, comment la violence a été instrumentalisée ( l’attentat de l’aéroport Houari Boumediene étant un exemple flagrant), le GIA qui reçoit toujours ses ordres des officiers du DRS qui l’ont créé, reste une arme redoutable et un paravent infaillible pour la soumission et la servilité du peuple algérien. Avec leur GIA, les bourreaux prennent en otage toute une nation qu’ils déchirent à chaque fois que des voix se lèvent pour réclamer la liberté et dénoncer les abus.

Tous les experts militaires ( même ceux que le commandement a chargé de faire des études stratégiques sur-le-champ au début des années 90) s’accordent à dire que: Quand on a à faire à un nombre aussi élevé de terroristes ( 27 000) on n’a plus à faire au terrorisme conventionnel mais à une révolution armée en bonne et due forme ! En 1992 il y’avait à peine quelques centaines d’éléments répertoriés dangereux par les services du DRS sur tout le territoire national. Les 27 milles terroristes dont Mohamed Lamari parle, ne sont pas tombés du ciel, ils ont été expertement constitués et soigneusement entretenus par les cercles occultes qui avaient besoin d’un alibi solide afin de mener à bien leurs plans.

 » Le terrorisme est vaincu mais l’intégrisme est intact  » ! Une déclaration de guerre en bonne et due forme contre le peuple algérien. Mohamed Lamari qui ordonne toujours à ses égorgeurs de lui rapporter les têtes de ses ennemis étale au grand jour ses convictions et plaide sans aucun scrupule pour l’éradication tout azimut.

Le peuple algérien est un peuple intégriste, dans son éducation, dans son travail, bref dans sa vie de tous les jours. C’est l’intégrisme du peuple algérien qui a donné la révolution de novembre, c’est l’intégrisme du peuple algérien qui a fait des miracles, c’est l’intégrisme du peuple algérien qui a permis à un ex. sous-officier de l’armée française de devenir chef d’Etat major de l’ANP !

Que reste-t-il de l’Algérie des grandes valeurs de la révolution de novembre ?
Que reste-t-il de l’Algérie des grands rêves qui ont disparu avec les martyrs ?
Que reste-t-il de l’Algérie des valeurs qu’on nous a méticuleusement inoculé ?
Que reste-t-il de l’Algérie ? Un peuple candidat à l’exil ; un peuple déshonoré, humilié, meurtri.

Aujourd’hui, Mohamed Lamari souhaiterait un peuple sur mesure, il veut éliminer toute la population algérienne et la remplacer avec une masse à sa convenance et à sa guise. Benthalha, Raïs, Beni-Messous ne sont tout compte fait que le commencement d’un génocide qui n’a rien à envier à celui de Pol Pot !
L’utopie meurtrière de Lamari et de ses compères a mené le pays vers le fossé, vers le chaos. Je n’ai plus aucun doute que d’ici peu nous allons voir apparaître de nouveaux colons puisque tout est à vendre, tout a été bradé ! Même les terres agricoles ont été pillées, ce qui a donné lieu à de nouveaux khemass, une Algérie d’un autre âge où l’algérien est un étranger sur sa terre.


Où vas cette Algérie ? Est-ce que les responsables sont conscients du chaos qui y règne ?

Ma conviction est que rien ne pourra changer tant que les racines du mal resteront encrées dans les institutions de l’Etat. Ni Bouteflika, ni même un autre président ne pourront apporter l’apaisement, car les vrais détenteurs du pouvoir sont ailleurs !

Il appartient aux hommes qui n’ont jamais viré et n’ont jamais oublié leur raison d’être au sein de l’ANP de créer le changement et ramener la paix à n’importe quel prix !

Le Lt-Colonel Redouan Elgasmi

 

ahmedchouchen

Témoignage

Du Capitaine

Ahmed Chouchen

 

 

L’ancien ministre de la Défense n’aurait jamais dû se risquer en portant plainte contre le sous-lieutenant Habib Souaïdia devant un tribunal français, sachant que des milliers de victimes de la tragédie sont exilés dans le monde. Ces expatriés ont supporté en silence l’injustice et l’oppression du pouvoir avec patience et l’atteinte à leur réputation et leur honneur durant des années est tell qu’au point d’encourager les gouvernements étrangers à leur tour à les chasser et à les emprisonner injustement. L’ex. Ministre de la Défense aurait dû, au moins, faire semblant et assumer les allégations de Souaïdia et les considérer comme sa part du mal et son lot de la catastrophe qui a frappé l’Algérie. Mais ceux qui entourent et conseillent l’ex. Ministre ne sont pas ceux qui souffrent de ce qui se passe en Algérie; aussi, ils ont pensé que ce procès renforcerait leur pouvoir et leur ouvrira le domaine de la pratique de l’assujettissement et de la Hogra en dehors des frontières algériennes. Mais ce que ces irresponsables conseillés ne veulent pas comprendre, c’est que ceux qui ont refusé de s’impliquer dans les massacres et qui ont renoncé à leurs droits légitimes et ont préféré l’exil à la confrontation sanglante avec les fils de leur pays, ces hommes-là, ne sont ni des incapables ni des lâches, mais ils sont plus forts dans la confrontation et plus solides devant la vérité que ceux impliqués dans les bains de sang. Aussi et sur cette seule base, ont intervenu les témoins algériens en faveur de Souaïdia. Durant ce procès les témoins de la défense étaient tous unanimes malgré les différences dans leur appartenance politique, leur profession, leur âge et leur culture. Ils ont dit d’une seule voix : non à la falsification de l’histoire et non à la politique du fait accompli.

Le ministre de la défense est arrivé au tribunal accompagné du Premier Ministre et entouré de quelques ministres et de semblants de ministres ; chacun apportant avec lui, des copies de dossiers de l’Etat algérien. Ce show officiel a transformé l’affaire en un jugement de tout le système algérien. Les témoins de Nezzar ont essayé de démontrer que la décision du commandement d’arrêter le processus électoral et de pousser le Président de la République à la démission avec toutes ses conséquences, comme les arrestations arbitraires et les sanctions collectives, étaient des procédures légales et constitutionnelles. Ce sont là des propos que personne ne peut croire à plus forte raison un tribunal fondé sur la démocratie. Ceci a fait dire à un avocat s’adressant au Premier Ministre :  » Votre constitution permet-elle d’arrêter les citoyens, de les torturer et de les emprisonner durant trois ans puis les libérer sans jugement, ni vérification des raisons de leur arrestation ? Vous n’avez pas honte de reconnaître tout cela sans dire que tu regrettes les victimes et vous prétendez que vous défendez la démocratie ? « 

Quant au ministre de la défense et en voulant se défendant, il a terni la réputation de ses collègues et même ex. Chefs (comme le general Mohamed Attailia), les généraux algériens, en disant qu’ils sont des analphabètes et ne comprennent rien du tout, bien que certains soient plus anciens que lui dans l’armée et plus gradés, ce qui a fait dire à l’un des avocats en s’adressant au tribunal :  » regardez le niveau des généraux qui ont décidé de l’avenir de l’Algérie. « 

Les insultes de Nezzar ne se sont pas limitées aux généraux, mais elles ont touché toute la classe politique algérienne sans exception quand il les a qualifié de  » cheptel « . Ceux qui ont terni la réputation de l’Algérie dans ce procès sont ceux qui ont accompagné Nezzar en voulant se dérober de leur responsabilité au détriment des institutions de l’Etat – de la Présidence à la classe politique.
Quant aux interventions des témoins de la défense, elles étaient axées sur la gravité des décisions prises par le commandement militaire en janvier 1992 et les dérapages qui ont suivi conduisant le pays à la situation tragique que nous vivons aujourd’hui. Ils ont exigé de Nezzar de ne pas se dérober de sa responsabilité en tant que premier responsable militaire en présentant des exemples réels démontrant que les décisions citées ci-dessus étaient prises en toute connaissance de cause malgré les multiples appels et les avertissements répétées de la part d’Algériens sincères.

Je me limite ici à la reproduction, en toute fidélité, de mon intervention personnelle en tant que l’un des témoins de la défense. J’ai demandé à parler en arabe mais eu raison du faible niveau du traducteur, on m’a demandé de parler en français et c’est ce que j’ai fait :

Je me suis présenté succinctement et j’ai exposé, selon les questions des avocats, les points suivants :

1 – les raisons de mon arrestation le 3 mars 1992 et ma correspondance avec le ministre de la Défense

La vraie raison de mon arrestation est la conviction du commandement que ma présence menaçait leur projet de confrontation armée contre la majorité du peuple, projet contre lequel je me suis opposé publiquement et à haute voix. Mais la cause directe est que beaucoup d’officiers et de sous-officiers étaient très irrités par les décisions du commandement et de leurs conséquences ; à savoir l’oppression de la majorité du peuple au point où ces militaires ont voulu assassiner le commandement militaire pour lever l’injustice. En effet, et en raison de ma bonne réputation dans l’armée et de la confiance dont je jouis parmi les officiers et les sous-officiers notamment au sein des forces spéciales, des dizaines de militaires m’ont dévoilé leurs intentions et ont demandé mon avis sur la question.
Bien que j’étais persuadé de la légitimité de leurs intentions, je ne pensais pas que l’assassinat du commandement réglerait le problème ; Alors, je les leurs ai conseillé de ne pas y penser. Aussi, aucun militaire, parmi ceux que je connaissais, n’a tenté quoi que se soit et personne n’a eu connaissance de ce qui s’est passé qu’après notre arrestation le 3 mars 1992.

Malgré que j’ai signé un procès-verbal d’interrogation m’imputant de grave accusations parmi lesquelles : L’atteinte à la sécurité de l’Etat, la constitution d’une armée secrète au sein de l’Armée Nationale Populaire et la division du territoire national,… etc. j’ai écris de ma prison, au ministre de la Défense Khaled Nezzar lui confirmant mon refus des décisions prises par le commandement et relatives à la destitution du Président, à l’arrêt du processus électoral et à l’implication de l’armée nationale populaire dans la confrontation armée contre le peuple.
J’ai présenté les arguments et les exemples qui montraient que ces décisions conduiraient l’Algérie à une réelle catastrophe et que personne ne pourrait maîtriser les dérapages qui y découleraient et que l’armée n’est pas qualifiée pour réaliser la folle ambition du commandement. J’ai conseillé Khaled Nezzar de revoir ses décisions et de coopérer avec les sages afin de trouver une solution à la crise ; à la fin, je l’ai rendu totalement responsable des conséquences de ses décisions, au présent et au futur s’il ne révise pas ces décisions.

Aujourd’hui, je ne suis pas là pour juger quiconque ou porter atteinte à sa réputation, mais je suis là pour exiger de monsieur le ministre de la défense de prendre ses responsabilités avec le même courage avec lequel il a pris ses graves décisions qui nous ont conduit à la situation tragique que nous vivons. Je luis dis aussi, que votre prétention de sauver l’Algérie de ce qui est pire ne vous dégage pas de votre responsabilité de ce qui s’est passé. J’ai discuté le contenu de ma lettre, un mois après son écriture, avec le général-major, Gaïd Salah, commandant de la troisième région militaire, et avec une délégation sous la présidence du chef d’état-major, le général-major Guénaïzia, à la prison militaire de Bechar tout en étant convaincu que le commandant Ben Djerrou Dhib Djabbalah qui a pris la lettre, l’avait remise à monsieur le ministre de la défense à l’époque parce que ce dernier supervisait personnellement mon affaire et je ne pense pas que monsieur le ministre démente cela (en effet, le ministre n’avait fait aucun commentaire).


2 – Les événements de Bérrouaguia

Je considère ce qui s’est passé dans la prison de Bérrouaguia est un crime caractérisé contre l’humanité, exécuté par un groupe des forces d’intervention spéciale de la gendarmerie. Sous un feu nourri, ce groupe a pris d’assaut le bâtiment dans lequel se sont réunis plus d’un millier de prisonnier et ont tué 50 personnes dont les corps furent, soient brûlés, soient mutilées et ils ont blessé, par balles pas moins de 500 prisonniers. Sans l’intervention du procureur de la République qui s’est mis entre les gendarmes et les prisonniers, la catastrophe aurait été plus grande. Deux avocats m’ont rendu visite, sur autorisation du cabinet de la Présidence et je l’ai informé que ce sont les gendarmes qui ont commis ce massacre et non les prisonniers comme l’a prétendu la télévision algérienne. Les prisonniers furent battus avec des barres de fer durant deux mois. Ceux qui ont exécuté cette opération sont des criminels et personne n’a le droit de justifier ce qu’ils ont fait, sous quelque appellation qu’elle se soit.

C’est là, l’un des aspects des dérapages générés par les décisions du commandement parce qu’elles ont ouvert largement la porte devant les malhonnêtes et les criminels et ont bloqué toutes les issus devant les honnêtes gens parmi le peuple. L’inconscience du commandement en la matière ne le dégage pas de sa responsabilité parce que bien que je n’étais un simple officier j’étais conscient de la gravité de cette affaire.

Il y a un second exemple de dérapages ; il s’agit des événements de Guemmar. Au début, une vingtaine d’adolescents environ ont commis un crime affreux sur un sergent de l’ANP et se sont emparés des armes individuelles du dépôt du poste de garde frontalier à Guemmar. Ces adolescents ont été induits en erreur par un ancien caporal des forces parachutistes. Il est vrai que le crime est affreux et mérite la plus grande sanction et je suis d’accord avec le ministre de la défense sur cette question. Mais que le ministre apparaît personnellement à la télévision et déclare la guerre à toute la région et l’a mis à la merci des groupes des forces spéciales qui humilient des dizaines de milliers de citoyens, volent leurs biens et arrêtent et torturent des centaines de personnes ; des dizaines furent jugés injustement et d’autres innocents condamnés à mort à tort ; En outre et après la récupération des armes volées, 24 adolescents qui ne savent même pas manier les armes, furent assassinés et les corps de certains d’entre eux brûlés et mis dans des sacs de poubelles puis exposés en public. Tout cela ne peut être qualifier que de crime contre l’humanité. J’ai personnellement informé le chef d’état-major de ce qui se passer. Que le ministre de la défense sache que son intervention à la télévision et de cette manière et sa supervision directe des opérations ne peut signifier qu’un feu vert à tous les criminels dans les rangs de l’armée !

3 – l’échec de mon kidnapping de la prison d’El Harrach et les choix du chantage

Ceci est un autre exemple des dérapages auxquels avaient conduit les décisions du commandement. Après avoir purgé ma peine d’emprisonnement décidé par le tribunal militaire et le jour de ma sortie le premier avril 1995, un groupe d’officiers de la sécurité de l’armée (DCSA) m’ont kidnappé de l’intérieur de la prison et ce, après avoir terminé toutes les procédures officielles de sortie ; et si vous consultez le registre de sortie de la prison d’El Harrach, vous trouverez ma signature.
En réalité, je n’avais pas été libéré mais j’étais kidnappé par les mêmes personnes qui ont procédé à mon interrogatoire en 1992 et j’ai subi le même traitement terroriste et m’ont affirmé que je ne sortirai pas vivant (de la caserne du CPMI à Ben Akoun).
Puisque j’étais au courant de la nature criminel de certains services de sécurité, j’ai préparé au préalable un plan de réserve pour faire échec aux actions probables parmi lesquelles mon kidnapping de l’intérieur de la prison. Aussi je me suis mis d’accord avec deux avocats afin qu’ils dévoilent l’opération au moment opportun et c’est ce qui s’est passé exactement ; Ainsi les médias et les organisations des droits de l’homme ont révélé l’affaire du kidnapping et ont demandé l’intervention du Président algérien Liamine Zeroual. Ainsi, Dieu m’a sauvé grâce à ce plan sinon j’aurais été aujourd’hui, au compte des disparus !

Après l’échec du kidnapping, le commandement des services de sécurité a adopté, avec moi, la méthode du chantage. Le général-major, Kamel Abdelrahman lui-même, m’a dit que certains aux seins des services de sécurité ont décidé mon élimination et que je ne peux échapper à cette peine qu’en travaillant sous son autorité personnelle ; et m’a promis une promotion instantanée au grade de colonel et de mettre à ma disposition tout l’argent que je veux. Mais ma réponse était claire : je lui ai dit que j’étais prêt à coopérer avec lui sans aucune contre-partie à condition de revoir leur politique vis-à-vis du peuple sans exception et que l’intérêt de l’Algérie prime sur toute autre chose.

Après la première rencontre, ils m’ont proposé de participer à un projet d’assassinat des chefs du FIS en clandestinité qui ont pris les armes et ils m’ont cité à ce titre: Mohammed Said, Abdelrazak Redjem et Saïd Makhloufi. Je me suis étonné après la citation des cibles en leur disant que ces personnes sont des politiques et ont été forcées de prendre les armes ; et il est possible de trouver, avec eux, des solutions qui préserveront les droits de tous les Algériens et éviteront de faire couler plus de sang. J’ai aussi dis :  » si vous m’avez parlé de l’assassinat de Djamel Zitouni qui a reconnu sa responsabilité dans le massacre des femmes et des enfants, ma mission aurait été plus compréhensible !  »

A ce moment, le colonel Bachir Tartague m’a interrompu avec virulence et m’a dit :  » laisse Zitouni tranquille, il est des nôtres et c’est avec lui désormais que tu travailleras, nous t’organiserons un rendez-vous avec lui.  »

Lorsque la discussion a atteint ce niveau ma stupéfaction était complète et je n’avais d’autre choix que de faire semblant d’accepter toutes les proposions. Je voulais gagner un temps précieux qui allait me permettre de me préparer pour quitter l’Algérie le plutôt possible.
Lorsqu’ils m’ont fixé un rendez-vous avec l’un des intermédiaires afin d’organiser ma rencontre avec Zitouni, je ne suis pas parti au rendez-vous grâce à l’aide d’un avocat. J’ai pu quitter l’Algérie le 19 novembre 1995 par les frontières maliennes. Après un long périple en Afrique de l’ouest je suis arrivé en Grande Bretagne le 19 novembre 1997 où j’ai demandé l’asile politique qui m’a été accordé conformément à la convention internationale de 1951 le 21 juin 1999. Depuis cette date je vis en Grande Bretagne.

Lorsque j’ai terminé mon intervention, le ministre de la défense s’est levé pour commenter mon témoignage et a dit :
 » Je connais le capitane Chouchane et je le respecte et je respecte ses convictions. Je pense que je l’ai désigné dans une commission militaire de grande importance si je ne me trompe pas, mais je sais aussi qu’il est un islamiste convaincu et adopte le discours des islamistes. En ce qui concerne son affaire, j’ai été informé qu’il a eu des contacts, en avril et en mai 1991, avec Saïd Makhloufi et Abdelkader Chebouti ; ces derniers avaient constitué des organisations islamiques armées et a reconnu devant le juge d’instruction qu’il a reçu des ordres de la direction du FIS pour observer l’attitude de l’armée. Quant à l’affaire de Guemmar, je ne sais d’où Chouchane a ramené ses chiffres, parce qu’on a perdu sept militaires et non un et les personnes sanctionnées étaient des éléments dangereux ; et l’implication du FIS, d’une manière ou d’une autre, était claire. De même, le MAOL, appartenant aux islamistes, diffuse des informations sur l’armée sans même connaître les prérogatives des membres du commandement militaire ; Moi, je les connais, qu’ils se mettent en rang pour les compter, ils ne dépasseront même pas le nombre des doigts de la main. « 

C’était là, l’intervention du ministre pour commenter mon témoignage.

On m’a accordé quelques minutes pour lui répondre et j’ai dit :  » Je ne sais pas pourquoi, le ministre a parlé de mes contacts avec Saïd Makhloufi et Abdelkader Chebouti, mais je confirme ma rencontre avec ces deux citoyens algériens à l’instar des autres officiers et sous-officiers ; l’objectif de la rencontre était légitime ; en effet, le déploiement des forces armées sur tout le territoire national, sa mise en état d’alerte maximum et les provocations que subissent les citoyens ont fait craindre à beaucoup d’entre eux, que l’armée commet des massacres comme ceux subis par les islamistes en Syrie, en Egypte et en Irak. Si nous, les militaires, nous étions mécontents du comportement agressif du commandement, les islamistes ont plus de raisons d’avoir peur. Aussi ils nous ont contacté pour s’assurer les intentions non criminelles du commandement militaire, je leur ai confirmé que je ne prendrais pas les armes contre un Algérien civil et qu’ils ne devraient pas devancer les événements et de respecter les ordres de la direction politique. Ces rencontres avaient permis d’éviter de couler le sang en 1991 et je défie le ministre de la défense et tous les services de sécurité de prouver que Saïd Makhloufi et Abdelkader Chebouti ont accompli une action armée avant mon arrestation le 3 mars 1992. C’est la raison pour laquelle j’ai refusé de coopérer avec les services de sécurité pour arrêter ces deux hommes en 1992 comme j’ai refusé de participer dans le complot de leur assassinat en 1995 parce que je crois qu’ils sont des victimes du despotisme du pouvoir. « 

Là, j’ai terminé mon temps de parole et la séance fut levée.

Je veux continuer, ici, ma réponse au ministre afin de mettre les points sur les i.
En ce qui concerne l’affaire de Guemmar, j’ai parlé des pertes dues au crime lui-même c’est-à-dire un sergent tué et 20 armes volées. Et il était possible de limiter les pertes en vies si l’affaire était traitée dans son contexte local. Mais c’est l’obstination du commandement à mobiliser des sections des différentes armées pour pourchasser des adolescents encerclés, ne sachant pas manier les armes, qui a augmenté le nombre de morts à 60 dont 24 adolescents tués par les forces spéciales et sans qu’aucun soldat ne soit blessé. Quant aux six militaires dont a parlé le ministre, ils étaient tués par leurs collègues par erreur et l’affaire est connue parmi les soldats des forces spéciales ; le ministre ne devrait pas creuser un peu plus cette affaire parce que son odeur sera nauséabonde.
Quant à ma relation avec le MAOL, le ministre sait que je suis très clair et si j’étais membre dans cette organisation, je l’aurai déclaré fièrement, mais je ne suis pas membre et personne ne m’a proposé d’y adhérer jusqu’à maintenant. De même, la nature confidentielle des informations que publie le MAOL n’a pas de relation avec ma spécialité ; je n’ai pas travaillé, durant tout mon service, dans les secrets du commandement de l’armée, mais j’ai rempli mes missions dans le domaine de l’entraînement et des opérations avec les soldats et les officiers et j’ai eu la confiance des chefs et des subalternes jusqu’à mon arrestation, comme vous le savez monsieur le ministre. Malgré cela, je ne cache pas ma relation fraternelle avec certains membres de ce mouvement que j’ai connus lorsque j’ai quitté l’Algérie et qui mérite la plus grande considération et le plus grand respect.

Quant à l’allégation du ministre que le mouvement est de fabrication islamiste, c’est faut sans aucun doute parce qu’il est confirmé qu’il n’adhère pas au projet islamique et ne désire pas coopérer avec les islamistes et ses éléments connus étaient dans le front anti-FIS jusqu’à 1995 avant qu’ils ne découvrent la nature criminelle des décisions du commandement.

Quant à ma relation personnelle avec les islamistes, je confirme qu’elle n’est qu’une relation normale comme toutes mes relations avec les autres Algériens ; Comme je démens catégoriquement ce qu’a prétendu le ministre concernant le fait que je reçois mes ordres de la direction du FIS ! La vérité est que j’ai refusé l’accusation des cheikhs du FIS injustement lorsque j’étais sous la torture ; et si cela était vrai, pourquoi ils ne l’ont pas cité dans les chefs d’accusation contre la direction du FIS et pourtant j’étais en prison lors de leur jugement ? Mais ce que monsieur l’ex. ministre n’a pas dit, c’est que le papier qu’il avait entre les mains lorsqu’il commentait mon témoignage n’était autre qu’une partie du procès-verbal de mon interrogatoire au centre de torture de Ben Akoun en mars 1992.

Il aurait été plus honnête de ramener tout le PV ainsi que la lettre que je lui ai envoyé. Malgré cela, je confirme que ma relation avec le projet islamique est fondée sur une conviction profonde, qui ne souffre d’aucun doute, que c’est le projet idéal pour le bonheur de l’humanité dans la vie ici-bas et dans l’Au-delà ; et je ne suis pas concerné, dans cette attitude par ce qu’adoptent les partis islamiques eux-mêmes ou ce que prétendent les ennemis des islamistes. Si les gens étaient honnêtes et justes, ils découvriront la Vérité. Mais l’ex. ministre de la défense et ses conseillers parient sur les suites du 11 septembre et croient que l’Islam est devenu une accusation dangereuse, aussi il faut coopérer pour pourchasser ceux qui se cachent derrière et c’est la raison pour laquelle ils tournent autour de cette colonne érodée sans arrêt ; En vérité, ils sont plongés dans un mirage dont ils se réveilleront, un jour, car l’homme juste trouvera sa place sur toute la terre de Dieu et pourra vivre avec tous les hommes quelles que soient leurs races et leurs religions tant qu’ils resteront attachés à leur humanité.

Quant aux prétendus sauveurs de l’Algérie, leur problème est qu’ils ne veulent pas vivre en tant que citoyen en Algérie comme tous les Algériens et ne peuvent supporter de vivre en tant que démocrate en Occident comme tous les citoyens occidentaux ; mais ils se sont habitué à vivre en tant que despotes occidentaux dans l’Algérie oppressée et c’est là une situation étrange qui ne peut ni se stabiliser, ni durer et s’ils reviennent à eux, ils sauront que leurs folles ambitions sont la cause du mal qui a touché tout le monde.

En conclusion, j’espère que les Algériens et les Algériennes qui ont choisi la confrontation avec la majorité du peuple révisent leurs positions et arrêtent leur mensonge et leur injustice et tirent les leçons de ce qui s’est passé, sinon la machine de la destruction qu’ils ont conduit en 1992 les écrasera un jour. En ce qui concerne le peuple algérien et quel que soit le nombre de ses victimes, il se relèvera haut et fort avec ses principes inébranlables et sa glorieuse histoire que les hommes d’honneur ont construit à travers ses siècles.

Le Capitaine Ahmed Chouchen

 

samirabdi

Témoignage

Du Capitaine

Samir Abdi

 

 

Au Soldat Algérien.

Il a fallu un courage immense pour que j’ecrive ces lignes qui sont maintenant entre les mains du soldat Algérien…..
Un temoignage devant l’histoire, pour la condamnation de la tyranie des services de securite qui ont atteint les limites les plus incroyables dans leur mepris des vies des citoyens et de leur securite, plongeant ainsi l’Algerie dans le noir d’une nuit sans fin.


En tant qu’officier de l’ANP, je porte une part de responsabilite devant l’histoire et devant le peuple, Car le silence est l’allie le plus fort des forces du mal au sein de l’institution militaire, et la peur est le carburant de cette machine infernale qui moissonne les vies humaines.
Pour cette raison mon temoignage ne met pas en cause seulement un groupe de generaux, mais l’institution militaire toute entiere; c’est parceque les atrocites et les crimes n’ont ete commis qu’apres que ce groupe de generaux ait neglige et bafoue l’ANP et la totalite de ses services de securite.

L’incroyable et le plus honteux vient du fait que tous les massacres et les carnages, sont commis sous la baniere de l’interet de la nation , la preservation de la republique et la lutte anti-terroriste avec la complicite de la dite societe civile et des partis microscopiques.

Le secret des tortionnaires a ete decouvert: n’est-il pas temps de l’arreter et de prendre soin de ce peuple meurtrie, egorge? Est-ce-que les enfants fideles de l’Algerie au sein de l’ANP et les services de securite sont convaincu que le remede vient du refus des faux symboles et le jugement de ceux qui ont enfonce l’Algerie dans cette terrible experience, le seul chemin vers la reconquete de la dignite et de l’honneur vient de la reconciliation nationale, et le retour au peuple qui est seul apte a choisir son destin et ceux qui le gouvernent suivant la loi et la constitution. Est-il temps pour nous de revenir a notre mission essentielle qui est la defense du territoire national et la legalite constitutionnelle.

L’histoire n’est pas clemente, et c’est la raison pour laquelle « avec notre nombre eleve » au sein de l’ANP nous souffrons et regrettons ce qui se passe en Algerie entre meurtres et massacres, et tout cela pour qu’une poignée d’opportunistes (soit visible ou dans les coulisses) puisse durer dans les postes de decisions.
Pour tout cela nous incombons la responsabilite de la crise et ses concequences aux generaux decideurs, car l’argument du terrorisme islamiste « GIA » n’est plus valable et ne satisfait plus personne.
Nous sommes au courant plus que toute autre personne de la realite concernant ce groupe »GIA » fictif et ses limites réelles ainsi que ses capacites a tuer et massacrer des villages entiers.

Ceux qui ont planifie et execute le plus ignoble des projets que le monde Arabe ait vu, sont les memes qui qualifient leurs adversaires de terroristes et d’extremistes.

Est-ce que le soldat Algerien est arrive a un stade où il est suffisamment conçient pour ne plus permettre aux crimes de se reproduire.

Nous l’ésperons !
Le Capitaine Samir Abdi.

 

 

 

 

var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=’ » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-1770134-1″); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}

Publié dans DRS(39) | Pas de Commentaire »

12
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema