• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 août 2009

mort du dernier survivant 14-18

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

Jeudi 30 Juillet 2009

mort du dernier survivant 14-18 dans DILEM(16) dilem_photo_610_300709

source:tv5monde

Publié dans DILEM(16) | Pas de Commentaire »

dilem en vacances

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

dilem en vacances dans DILEM(16) moz-screenshot-5

Vendredi 31 Juillet 2009

dilem_photo_611_310709 dans DILEM(16)

DILEM

source:tv5monde

Publié dans DILEM(16) | Pas de Commentaire »

عنابة : رئيس جمعية « الحرية » يهدد بالإنتحار لأنه مهدد بالسجن 06 سنوات من طرف قضاة مجهولين

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

عنابة : رئيس جمعية « الحرية » يهدد بالإنتحار لأنه مهدد بالسجن 06 سنوات من طرف قضاة مجهولين
تعرف وضعية السيد « حناشي محمد » حالة خطيرة في جانبيها النفسي والمادي فالرجل الذي صار مهددا في كل لحظة وثانية ومطاردا عبر المحمول الذي صار وسيلة للتدمير في بلادنا ,فمن خلال ما قدمه للجريدة التي انفردت به في مكان منعزل لتوضيح الأمر حول وضعيته التي قال عنها :بما أنني رئيس جمعية « الحرية » بحي طاحونة كاوكي استدعيت لحضور اللقاء الخاص بالمجتمع المدني لمناقشة انشغالات المواطنين , وبالرغم من أنني كنت قبلها بيوم بالمستشفى بحكم أنني « مريض مزمن » بالقلب وهوالذي كاد أن يودي بي الى الوفاة , ولكن لبيت الدعوة وحضرت اللقاء الذي كان بتاريخ 16/04/2009 وذلك بقصر الثقافة طبعا كان ذلك بحضور السلطات المعنية وعلى رأسهم والي ولاية عنابة , وكان لي دوري في قول كلمتي وعدّدت البعض من مشاكل الناس ولم انفرد بمبادرة فريدة ,بل كان كلامي أما الممثل الرسمي من والي وغيره عاديا حيث كان اللقاء يهدف كما مبرمج له الى كشف العديد من الأخطاء والنقائص والسلبيات التي تمارس يوميا ولا تكون في معضمها في صالح المواطن, واضافة الى ذلك كنت أمثل فقط بلدية عنابة لا غير فللأحياء والبلديات الأخرى من يمثلها ولست مخولا قانونيا الى التطرق حول ذلك, وطبيعيا لم يحدث ما من شأنه أن يعتبر خارج عن المألوف في مثل هته اللقاءات وإلا لكان الوالي قد اعترض على كلامي وأوقفني في الحين آنذاك, لكن الغريب في الأمر أنني فوجئت مؤخرا بأنني مستدع لدى الشرطة للتحقيق في اعتداء لفظي وما يسمى بالقذف في حق 12 رئيس بلدية بالرغم من أن ذلك لم يحدث اطلاقا , وتم سماع أقوالي من طرف الشرطة القضائية يوم الإربعاء بتاريخ :29/07/2009 صبحا , بالمكتب رقم 54 حيث علمت بعدها بأن خصمي ممثل في 12 رئيس بلدية للأسباب الآنفة , وطلبوا مني أن أسلمهم رقم المحمول الخاص بي لأي طارئ وبالتالي تسهيل الإتصال بي كما يقول .
لكن الأخطر هو ما يصلني كل لحظة من تهديدات متلاحقة من طرف مجهولين ولا يكونوا سوى هؤلاء حيث يهددونني بالسجن لمدة 06 سنوات , حيث نصبوا أنفسهم في كل مهمة من مهام القضاة والمحامين والمنفذين أين حددوا التهم وأجازوا المدد, وحرموني من حقي في التقاضي والدفاع عن نفسي الذي يكفله الدستوركما يؤكد , علما أنني اكتشفت بأنني أصبحت مطاردا لأسباب مسيّسة ـ على حسب أقواله ـ فإضافة الى أنني عضو مناضل في « ح ج ت » لإنا ابن شهيد ولا أزال أتحمل الواجب من خلال النشاط في المجتمع المدني , ولم يشفع لي ذلك , فقد علمت من خلا تحرياتي الخاصة أن الأمر له علاقة بالأحداث التي عرفتها الجبهة والمحافة بالولاية, فقد تم الترتيب للوقائع بحضور هؤلاء بمعية محافظ الأفلان السيد زيتوني,ونشير في الأخير أن الجلسة تجري حيثياتها مساء ولسوف نوافيكم بالجديد في هته القضية التي لا تزال تشغل الرأي العنابي

عبدو

Publié dans JUSTICE(2) | Pas de Commentaire »

وحدات حراس السواحل تحبط عملية ابحار 45 حراقا بينهم تونسي براس الحمراء بعنابة

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

وحدات حراس السواحل تحبط عملية ابحار 45 حراقا بينهم تونسي براس الحمراء بعنابة
وفاة حراقا مع اصابة18 اخرين بجروح

تمكنت وحدات حراس السواحل لولاية عنابة ليلة الخميس الى الجمعة من انقاذ45 حراقا  في عمليتين مختلفتين  و حسب ما علمته الجزائر الاخبار من  الوحدة البحرية الرئيسية بالمنطقة فانه تم تسجيل حالة وفاة لشباب يبلغ من العمر 32نقل الى مصلحة حفظ الجثث بمستشفى ابن رشد  مع اصابة18 اخرين بجروح متفاوتة الخطورة و حسب ذات المصادر فان الرحلة الاولى وقعت على بعد4 اميال شمال راس الحمراء حيث تم توقيف على متن المركبة الاولى24 مرشحا للهجرة السرية تم توقيفهم منتصف الليل و20 دقيقة بعد ان احتطمت مركبتهم و سقوط ركابها الى عرض البحر في حين تم توقيف المركبة الثانية على متن10 اميال و نصف شمال راس الحمراء بعنابة على متنها22 شبابا في حدود الثالثة و خمسين دقيقة كانت هي الاخرى اصطدمت بوحدة حراس السواحل في حين تمكن افراد المركبة الثالثة من الفرار دون معرفة عددهم الاجمالي و الذين مايزال البحث عليهم جاريا كما انه و حسب ذات المصادر فان المجموعتين تتشكلان من46 شابا من بينهم واحد من جنسية تونسية و الاخرين من ولايتي قالمة و عنابة ليرتفع بذلك عدد الحراقة الموقوفين منذ جوان من السنة الجارية الى 222شاب مرشح للهجرة غير الشرعية.
جمال عميروش

Publié dans harraga(25) | Pas de Commentaire »

احباط عملية ابحار 28 حراقا كانوا باتجاه الجزرالايطالية انطلاقا من سواحل عنابة

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

احباط عملية ابحار 28 حراقا كانوا باتجاه الجزرالايطالية انطلاقا من سواحل عنابة       

تكمنت فرق حراس السواحل بولاية عنابة الواقعة على فجر ال يوم السبت في حدود الثالثة من توقيف28 حراقا في عرض المتوسط كانوا بصدد الالتحاق بالسواحل الايطالية و حسب ما افادت به مصادر مقربة من الوحدة الرئيسية لحراس السواحل بعنابة فان مصالحهم شنت عملية مطاردة دامت حوالي12 ساعة لتوقيف هؤولاء الحراقة الذين كانوا قد فروا منذ الخميس الفارط ليتم توقيفهم على بعد كيلومترات في عرض البحر الابيض المتوسط كما ان اعمارهم تتراوح مابين15 الى41 سنة و تاتي هذه العملية بعد توقيف46 حراقا امس الجمعة من بينهم تونسي مع اصابة18 اخرين منهم بجروح مع وفاة اخر يبلغ من العمر32 سنة ليصل بذلك عدد الحراقة الموقوفين منذ بداية السنة الجارية الى 250 حراقا عبر سواحل ولاية عنابة و كان68 حراقا قد تم مثولهم امام وكيل الجمهورية المختص اقليما كما ان عدد الموقوفين السنة المنصرمة وصل الى ازيد من1300حراقا 98 منهم لقوا حتفهم في عرض المتوسط لتبقى ولايتي عنابة و عين تيموشنت القبلة المفضل لهؤولاء.

Publié dans harraga(25) | Pas de Commentaire »

Démissions en cascade au RCD de Mechtras

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

Démissions en cascade au RCD de MechtrasLa gestion du parti mise à l’indexDémissions en cascade au RCD de Mechtras dans RCD(17) 2194_74548

Dans une déclaration rendue publique, hier, trois responsables et ex-élus du RCD de la section de Mechtras s’estiment outrés par l’attitude des militants RCD de la localité.

Ainsi, les trois signataires de la déclaration, le moins que l’on puisse dire, virulente à l’endroit du parti de Saïd Sadi, font remarquer qu’à chaque fois que le RCD « se sent menacé, il crie à l’intox et au travestissement de la réalité. C’est devenu carrément sa devise. Comme si ce parti était le détenteur de la vérité ». Ce torrent d’accusations émanant de ces ex-élus et responsables du parti est généré par une déclaration diffusée sur le Net par les militants de la section du RCD de la localité. Comme riposte, les trois signataires, en l’occurrence Omar Cheballah, ex-élu, Saïd Saïdi, ex-élu, et Madjid Saâd, ex-président de la section, affirment que c’est à la suite de la dénonciation publique des dysfonctionnements de l’exécutif communal et de l’annonce publique de leur retrait, datant du 1er août, en raison, expliquent-ils, de divergences profondes avec l’exécutif de la commune sur la gestion de la municipalité, que le RCD de Mechtras s’en est pris violemment à eux.  Pour ces désormais ex-militants du RCD, le RCD, quand il est « à court d’arguments, est désormais coutume pour lui de tomber à bras raccourcis sur tous ceux qui font entendre une toute autre voix que la sienne ». Misère de la démocratie, ajoutent-ils pour exprimer leur déception quant à la gestion faite au RCD de leur cas. Plus loin, ils notent que le parti du RCD qui  « s’enorgueillit et se targue de faire de la pratique démocratique, alors que dès qu’une voix dissidente ou discordante dénonce l’illégalité et l’injustice, elle est traitée de félon, à croire que ce terme à une toute autre définition pour eux ».  Et ce qui est plus étonnant et curieux, informent les dissidents du RCD, c’est que les membres de l’exécutif de la commune de Mechtras, dont les responsables hiérarchiques dénoncent à cor et à cri la prétendue intox d’un quotidien local, « font régulièrement appel au service de ce journal pour faire parler d’eux. Ce qui est en porte-à-faux avec leur soi-disant ligne politique ».  Par ailleurs, les démissionnaires du RCD indiquent qu’affirmer que le Rassemblement de Mechtras se porte bien relève du délire. « Soit ses responsables sont complices ou complètement coupés de la réalité du terrain, soit ils sont frappés de cécité politique ; ou peut être les trois symptômes à la fois. »

Par ailleurs, les trois ex-responsables du RCD mettent au défi leurs anciens coéquipiers au sein du Rassemblement « pour donner un bilan organique après le départ des responsables de l’ancienne section : ont-ils enregistré une quelconque adhésion ou attiré des sympathisants dans le parti ?”  Evoquant le bilan de l’exécutif, ils estiment que les innombrables projets promis à la réalisation sont soit en suspens, soit à l’arrêt ou carrément non réalisés. Ils citent, à titre d’exemple, des maisons qui ne sont pas encore alimentées en électricité en raison notamment, expliquent-ils, « du laxisme de l’exécutif”. Toujours sur ce point, ils indiquent que n’eût été le sens de l’entraide légendaire des habitants de la Kabylie, une grande partie de la population « serait plongée dans le noir ». Et d’informer qu’une autre frange n’est jusqu’à l’heure actuelle pas raccordée au réseau du gaz de ville, la laissant trimballer les bonbonnes de gaz. « Beaucoup de projets ne sont pas achevés dans les délais impartis : le nouveau siège de la mairie et la bibliothèque communale ne sont toujours pas terminés à quand le bout du tunnel ? » Les 100 locaux commerciaux demeurent un mirage et leur construction est renvoyée aux calendes gracques. Revenant, encore une fois à la charge, les trois signataires du communiqué estiment qu’au RCD, toute personne qui fait dans la critique utile « est considérée comme un paria. Maladroitement, on nous accuse de manquement à la morale et à la discipline. Nous invitons les Monsieur- Propre à sonder la population au sujet de vos augustes élus et vous verrez leur sens du service public transformé en service personnel ».

Les signataires du communiqué estiment que les membres de l’exécutif « rivalisent d’ingéniosité pour faire dans le clientélisme. Ils sont discrédités, comme, et c’est notre intime conviction, le parti du RCD. Ils ajoutent que le formation de Saïd Sadi n’est devenue que l’ombre d’elle-même, à force de pratiquer la marginalisation et l’exclusion des militants qui l’ont déserté massivement. Pourtant des hommes ont vraiment sacrifié leur carrière, leur vie et leur famille sur l’autel des chimères démocratiques dont se prévalent, avec leur langue de bois, ses dirigeants ».

Synthèse M. Mouloudj

Publié dans RCD(17) | Pas de Commentaire »

L’Algérie ne se porte pas bien, il faut s’occuper d’elle

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

L’Algérie ne se porte pas bien, il faut s’occuper d’elle

Ali Yahia
Ali Yahia Abdennour
El Watan, 12 août 2009

Elle est malade, il faut la soigner, ne pas se tromper de diagnostic ni de remède. Son problème, ce sont ses dirigeants qui veulent rester à vie ou trop longtemps au pouvoir auquel ils ont accédé par un coup d’Etat ? par les armes ou par les urnes.

La présidence de la République, polluée par l’argent qui joue un rôle important en politique, est fermée, verrouillée, il faut ouvrir ses portes et ses fenêtres, chasser le renfermé, créer un puissant appel d’air frais qui viendra non seulement de la mer et des plaines, mais des plateaux et des montagnes du pays. Il faut insuffler un peu d’air frais à un pouvoir qui étouffe, parce qu’il maintient le statique mortifère qui est la même pièce de théâtre politique jouée par les mêmes acteurs. Le président doit faire preuve de sens politique, témoigner d’une grande capacité d’ouverture vers le peuple, s’ouvrir sur les partis politiques de l’opposition, les représentants des syndicats et de la société civile autonome et les jeunes générations. Le pouvoir qui est divisé en clans, puis en castes, enfin en dynasties qui ne sont pas l’apanage des monarchies, s’est replié sur lui-même, a peur de l’ouverture, parce qu’il croit que ce serait sa fin, son arrêt de mort. Il n’y a pas que les monarchies qui créent des dynasties. Il faut d’abord changer de gouvernement, aucun ministre n’a démissionné et aucun n’est démissionné. La longétivité des ministres n’est pas un facteur de stabilité, mais fabrique de la fragilité économique et de l’exaspération sociale. Ahmed Ouyahia, un simple artisan du pouvoir, voire un technocrate, dont certains vantent la compétence et le pragmatisme méticuleux, soucieux de précision, pense toujours à son avenir, mais n’en parle pas. Le président couve le premier ministre et ses conseillers sont ses prolongements.

Il faut jeter un regard lucide sur la nature du pouvoir

Le pouvoir vieillit et le pouvoir absolu vieillit absolument. L’Algérie est une ruche où les abeilles se laissent commander par les guêpes. Le retour du monopole politique, de la pensée unique qui étouffe les voix de l’opposition, renforce l’idéologie ou le discours politique, social et moral dominant, conduit à la régression des libertés. Le président a construit un pouvoir vertical pour ne pas subir des influences diverses ni s’entourer d’avis divergents, avant de décider. C’est l’identification du peuple avec celui qui le gouverne, le cheminement au renoncement des Algériens à exercer pleinement leurs devoirs de citoyens responsables. La verticale du pouvoir qui personnalise et concentre un pouvoir illimité entre les mains du président, dans un pays où il n’y a pas de contre-pouvoir, est dangereuse. Tout émane du président, tout dépend de lui. Il n’y a pas de séparation mais confusion des pouvoirs, le pouvoir législatif joue un rôle mineur et le pouvoir judiciaire est aux ordres du pouvoir exécutif. La magistrature est dans son ensemble non pas debout ou assise comme le veut la loi, mais à genoux et à plat ventre comme le veut le pouvoir exécutif. Quand l’opposition est faible, le pouvoir qui ne peut se mouvoir sans écraser quelqu’un, se divise et, quand elle est forte, il se ressoude pour se défendre. Il faut clarifier le jeu politique : d’un côté le pouvoir sans tensions ni rivalités ou divergences stratégiques, qui ne peut durer sans cohésion au sommet, de l’autre l’opposition dans toutes ses composantes, sans déchirements fratricides, sans polémiques ou recherches de leaderships qui minent son union. Le président exerce une emprise totale sur la chaîne unique de télévision. En Afrique et dans le monde arabe, le pouvoir se transmet de père en fils comme dans les monarchies. En Algérie c’est la transmission dynastique du pouvoir par la fratrie qui semble être, pour le moment, une rumeur qui a pris le pas sur l’information. Y’a-t-il des remous à ce sujet parmi d’autres gouvernants au sommet de l’Etat ?

Le silence est de rigueur. Le peuple Algérien veut être maître de son destin. La minorité riche dit comme Letizia Bonaparte, il y’a plus de deux siècles : pourvu que ça dure, sachant pertinemment que cela ne peut pas durer. La majorité pauvre peut faire sienne la citation d’Aimé Césaire : Mon nom : offensé, mon prénom : humilié, mon état : révolté. L’Algérien a le choix des mots qui expriment sa situation présente : rejeté, méprisé, angoissé, marginalisé, floué, aliéné, etc, etc. L’humour aussi est un acte de résistance, la forme la plus aiguë du désespoir. Le président américain Obama n’a pas adressé de félicitations au président Bouteflika pour sa 2è réélection à la magistrature suprême, entachée de fraude bien intégrée dans les mœurs politiques du pays et présente au rendez-vous de toutes les élections. Le scrutin du 8 avril 2009 a été marqué par un niveau record d’abstention. Le président Obama a déclaré à Accra capitale du Ghana : « L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions ». Il n’approuve pas les pouvoirs qui font les coups d’Etat ou modifient la constitution pour rester au pouvoir. Il ne veut pas cautionner les responsables des Etats qui maintiennent les statiques et ne s’engagent pas dans la démocratie, le respect des droits de l’Homme et la lutte contre la corruption. La corruption, inséparable de l’exercice du pouvoir, qui est à tous les niveaux et dans tous les domaines, est le cancer du peuple. L’état d’urgence permanent est un danger pour la démocratie, les droits de l’Homme, l’exercice des libertés individuelles et collectives.

La charte pour la réconciliation nationale a échoué

Chaque année à l’approche du Ramadan et des anniversaires de dates symboliques, à savoir l’anniversaire de sa création et de son allégeance à El Qaïda Maghreb, le GSPC déclenche de grandes offensives dans de nombreuses wilayas, avec des moyens importants. Le 17 juin 2009 un convoi de gendarmerie nationale tombe dans une embuscade qu’il a tendue sur la RN5 dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj, 18 gendarmes et 2 civils décèdent dans cette attaque. L’embuscade perpétrée le 29 Juillet 2009 à Damous dans la wilaya de Tipaza a fait 23 victimes, tous des militaires. Le choix des cibles est concentré sur l’armée et les forces de sécurité. Le GSPC est présent et actif sur le terrain, a des relais au sein de la population donc la capacité de se renouveler. La force donnée pour décapitée à plusieurs reprises par le ministre de l’Intérieur, se renouvelle par l’engagement de nouvelles recrues. La stratégie sécuritaire du pouvoir, inadaptée, doit être revue, corrigée. La charte nationale qui devait être un grand projet politique a été réduite à sa dimension sécuritaire. L’amnistie sans vérité et justice n’est qu’impunité. L’effet psychologique recherché par le président, à savoir une reddition massive de tous les groupes armés qui formeraient des files indiennes devant les commissions de probation, afin que les combats cessent faute de combattants, n’a pas eu lieu. C’est l’échec de la charte pour la réconciliation nationale.

La demande sociale a un coût, mais la paix sociale n’a pas de prix

Une partie importante du peuple se trouve en dehors des institutions, car elle n’a d’autre alternative que la rue pour s’exprimer. Le gouvernement mène une politique de plus en plus antisociale. L’aisance financière ne s’est pas reflétée sur la vie de tous les Algériens mais seulement sur la minorité au pouvoir. Il y a les nouveaux riches, toujours plus riches et les pauvres, plus pauvres. C’est une période bénie pour ceux qui s’enrichissent en toute impunité. La pauvreté fait tache d’huile, s’étend à tout le pays, affecte la majorité de la population. Les conflits isolés vont se reproduire avec plus de force et de manière coordonnée. Le président entend-il la colère des pauvres qu’il doit regarder dans les yeux pour mesurer leur détresse mais aussi les menaces de mécontentement, d’affrontement et de revendication ? Les inégalités ne sont pas réduites mais exacerbées et exigent la redistribution des richesses nationales. L’Algérie est l’exemple d’une profonde injustice sociale. Le pouvoir n’est pas à l’écoute de la société dont le pouvoir d’achat ne fait que baisser d’année en année. Il ne veut pas entendre cette Algérie des fins de mois difficiles, des pauvres, des chômeurs, des retraités. Il y’a une rupture, une cassure entre d’une part une minorité jouissant d’un niveau de vie égal ou supérieur à celui des pays les plus riches de la planète, et de l’autre la majorité de la population dont le problème fondamental est de satisfaire ses besoins les plus élémentaires. Une nouvelle période d’instabilité s’ouvrira. L’idéologie ultra-libérale se double d’une pratique dirigiste et sécuritaire. Les Algériens demandent du concret, veulent la réduction de l’inflation et la réhabilitation du dinar. Le rejet du libéralisme sauvage, sans règles ni garde-fous, qui ouvre la voie à la corruption et au marché informel qui fait la loi. Les Algériens doutent de l’objectivité des statistiques du gouvernement. Elles sont fausses et plus personne n’y croit. Comment vivre heureux dans une villa avec jardin et piscine ou un logement à 7 pièces quand les voisins vivent à 7 dans une pièce ? Un manifeste pour la souveraineté du peuple et une Algérie de citoyens et non de sujets. Ecoutons ce qui se dit, ce qui se pense, ce qui se réfléchit pour entrer dans le 21e siècle. L’Algérie a perdu ses repères, se hâte avec lenteur, considère qu’il est urgent d’attendre. Il faut la mettre en état de marche, rassembler les Algériens de tous bords dans une société civile mobilisée et mobilisatrice pour qu’ils apportent le concours de leurs expériences et de leurs compétences à mettre au service de l’alternance démocratique. Trois principes fondamentaux, trois vertus démocratiques doivent guider le manifeste : ouverture aux jeunes générations dans la diversité, défense de la démocratie et des droits de l’Homme, préserver les valeurs humaines de dignité, de justice, de liberté et de solidarité. Cet impératif de dignité, doit être toujours présent, il ne faut jamais l’oublier. Tout débat apaisé, toute réflexion cohérente qui s’appuie sur une volonté politique et une intelligence stratégique pour éclairer la voie du manifeste contribuera à éliminer la régression politique et sociale.

Ali Yahia Abdennou

Publié dans ALI YAHIA ABDENNOUR(7) | Pas de Commentaire »

L’INTELLECTUEL COLONISÉ ET POST-COLONISÉ

Posté par algeriedemocratie le 12 août 2009

Publié dans intellectuels algeriens(48) | Pas de Commentaire »

 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema