• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 21 août 2009

Disparus: Une nouvelle campagne d’intimidation contre les réfractaires aux indemnisations

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

Le Collectif des Familles de Disparu(e) s en Algérie (CFDA) et SOS Disparu(e) s dénoncent les nouvelles atteintes portées par les autorités algériennes aux droits les plus fondamentaux des proches de disparu(e)s. 

Depuis quelques jours, toutes les familles qui ont refusé d’entreprendre les démarches pour obtenir les indemnisations reçoivent des convocations émanant du commissariat, de la gendarmerie et/ou du tribunal. Des avertissements ou mise en demeure, émanant du Wali (Préfet) sont également envoyés par voie d’huissier et enjoignent les familles à se rendre immédiatement au tribunal le plus proche pour demander un jugement de décès. Dans certaines régions, ce sont les agents de police ou de gendarmerie qui se déplacent en personne au domicile des familles.

«Tu les prends ! Même si tu les jettes, même si tu les donnes à la mosquée ! Tu as trois jours pour te décider, après tu ne toucheras plus rien.» Voilà les propos injurieux que les représentants de la loi tiennent à l’encontre des familles de disparus, en les pointant du doigt. Malgré tout, ces familles osent tenir tête aux autorités et refusent d’entamer un processus qui enterrerait à jamais leurs disparus. 

Cette revendication du droit à
la Vérité est tout à fait légitime mais elle est totalement occultée par les autorités qui n’ont de cesse d’imposer aux familles, par décret ou par la menace, le silence. De plus, d
ans l’incompréhensible logique des plus hautes instances du pays, les indemnisations ne sont pas toujours attribuées aux familles qui les demandent alors qu’elles sont imposées à d’autres. En effet, les familles qui demandent les indemnisations ne les obtiennent pas toujours et celles qui les refusent sont sommées de les accepter.

Il est primordial de rappeler que cette indemnisation, telle que proposée par les autorités algériennes, ne saurait être considérée comme une réparation pleine et entière. En effet, le droit international considère que la réparation, pour être effective, doit être associée aux droits à
la Vérité et à

la Justice. A contrario, les autorités algériennes se bornent, années après années, à nier l’existence de ces droits pour les familles de disparus. 

Devant ce simulacre de réconciliation, marqué par le mépris et l’injustice, les familles de disparus restent unies et déterminées à faire la lumière sur le sort de tous les disparus. Au moment où les accords d’association entre l’Union Européenne et l’Algérie sont renégociés, le CFDA et SOS Disparu(e)s appellent la communauté internationale et la société civile à soutenir le combat porté par des centaines de proches de disparus pour
la Vérité et
la Justice !

source:ffs1963.unblog.fr

Publié dans Disparus en Algérie(4) | Pas de Commentaire »

Karim Tabbou à Ouzelaguène:«Le FFS ne rentrera pas dans les rangs !»

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

tabou.jpgLe FFS n’a pas dérogé à son habitude de tenir une activité politique à Ouzelaguène, la commune qui a abrité le congrès de la Soummam, à l’occasion du 53e anniversaire de ses assises historiques.

«Nous sommes des millions de Abane Ramdane», s’est écrié de prime abord Karim Tabbou, premier secrétaire du FFS, à l’intention de «ceux qui ont géré le pays par des procédés visant la destruction de la société algérienne». Lors d’un meeting populaire qu’il a animé hier à Ighzer Amokrane, l’orateur n’a pas manqué de réaffirmer la détermination de son parti à continuer le combat de l’architecte de la Révolution tout en qualifiant le FFS de «vrai Front de libération nationale» d’après-guerre. «Nous sommes ici pour marquer notre fidélité au congrès de la Soummam», a-t-il souligné à l’adresse de ceux qui ne réaliseraient pas encore, parmi l’assistance nombreuse, l’importance de la plate-forme du premier congrès du FLN dans l’organisation politique et militaire de la révolution armée. Karim Tabbou n’a pas manqué d’aborder, par la même occasion, la situation socioéconomique du pays et considère la reconduction d’Ahmed Ouyahia à la tête du gouvernement comme une «provocation» à l’égard des Algériens.

« Le chef de l’État n’a pas de politique économique», a-t-il asséné, tout en dénonçant «les milliards de dinars dépensés dans des festivités folkloriques et le renforcement de l’arsenal des services de sécurité au détriment du pouvoir d’achat des Algériens». Parallèlement à la flambée des prix des produits de première nécessité, « la Kabylie a été brûlée et ce sont les services de sécurité qui ont mis le feu à la forêt de Tadmaït », accusera-t-il. Le premier secrétaire national du FFS a décoché quelques flèches en direction de la presse qu’il accuse d’acharnement contre son parti et «conseille» à certains journalistes d’enquêter sur les nombreuses affaires de corruption qui gangrènent la société afin de mieux informer leurs lecteurs. «Le FFS ne rentrera pas dans les rangs», a-t-il tonné sous les ovations de la foule. Hamid Ferhat, président de l’APW de Béjaïa, a affirmé pour sa part que « ce sont les ennemis du congrès de la Soummam et de la Révolution algérienne qui ont restitué des terres au profit des harkis et freiné le développement local ». EL Watan.

Publié dans FFS(13) | Pas de Commentaire »

:الجزائر تأبى العرفان لطاوس عمرو

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

بعد أزيد من ثلاثة عقود عن رحيلها :الجزائر تأبى العرفان لطاوس عمروش الجزائر تأبى العرفان لطاوس عمروشإن الحديث عن أي فرد من عائلة  »آل عمروش » ليس بالأمر الهيـّن، كوننا بصدد إلقاء الضوء على أزيد من نصف قرن من الإبداع في المجال الأدبي الثقافي والنضال لإحياء الهوية الحقة، وكذا من الصمود أمام النسيان والتهميش والمنفى· فقد كان ثلاثي  »آل عمروش » من صفوة المثقفين الجزائريين بعد نهاية حرب التحرير، إلا أن جزائر الاستقلال أدارت لهم ظهرها، لا لشيء سوى لانتمائهم لدين مختلف، دين المستعمر، فاختاروا المنفى في أرض الله الواسعة، والحنين إلى الوطن يقطع أوصالهم، إلى أن رحلوا في غربتهم دون أن تلتفت الجزائر إلى ذكراهم وإلى أحلامهم وطموحهم·

طاهر أوشيحة

طاوس عمروش أو  »لويز ماري »، اسمها الكاثوليكي، كانت واحدة من هؤلاء النساء القليلات اللواتي عرفتهن الجزائر من جيل المثقفات السابقات لجيلهن، كيف لا وهي ابنة أول امراة مثقفة على مستوى القارة الإفريقية، مثقفة بالمعنى الحقيقي للكلمة، المرأة التي زرعت في أبنائها حب الوطن وثقافة الأجداد والقيم العالمية والإنسانية، حرصا منها أن تترك بصمتها الخاصة في حياتهم· فكان تعلق طاوس والمهوب بوالدتهما كبيرا، وقد كان لطاوس شرف أن تكون أول روائية جزائرية من خلال رواية  »جوسينث نوار » عام 1947 التي كتبتها بأسلوب حيوي ينم عن تأثرها بالثقافة الشفهية التي تركت فيها بصماتها، والتي نقلت لها من طرف والدتها، وكذلك من خلال تجربتها الإنسانية· كما ردت الجميل لوالدتها من خلال كتاب بعنوان  »مارغريت طاوس »، حيث جمعت اسم والدتها الكاثوليكي واسمها هي الأمازيغي· وكان للطاوس عدة روايات· وبالموازاة مع إبداعها الأدبي، كانت أيضا فنانة من الطراز الرفيع، حيث أدت العديد من الأغاني البربرية الأصيلة في قالب الأوبرا  »أشويق »، نصوص تلك الأغاني التي جمعها وترجمها أخوها  »جون المهوب » إلى اللغة الفرنسية في كتاب  »الأغاني البربرية »· هذا الطابع الغنائي الذي اشتهرت به طاوس ومثلت به الجزائر في العديد من المحافل الدولية، على غرار مهرجان داكار للفنون السمراء عام 1966. كما عرفت طاوس بنضالها من أجل إحياء الثقافة والهوية الأمازيغية من وجهة نظر ثقافية واجتماعية بحتة، وساهمت في تأسيس الأكاديمية الأمازيغية بباريس عام 1966. إلا أنها انسحبت منها لاحقا مع بداية تسييس القضية الأمازيغية، الشيء الذي عارضته بشدة هذه هي طاوس عمروش وهكذا كانت مواقفها· فالبرغم من كونها مثقفة، إلا أنها كانت شخصية خرافية تبدو وكأن روحها بعثت من السنين الغابرة، حيث قال عنها أندريه بروتون خلال لقائه بها:  »إنها الملكة نيفرتيتي بعثت في زمن آخر »، حيث كانت تحمل في شخصيتها تلك التراجيديا التاريخية التي لا نشعر بها إلا عند قراءتنا عن تلك الشخصيات التاريخية والآلهة القديمة التي تمزج بين الخيال والخرافة·

وعن حياتها الخاصة، فقد ارتبطت طاوس بفنان تشكيلي فرنسي، أندريه بورديل، ليفترقا فيما بعد· ولدت لها ابنة وحيد  »لورانس بورديل عمروش »، والتي كانت هي الأخرى شديدة الارتباط والولع بشخصية والدتها التي قالت عنها في إحدى شهاداتها:  » لقد كنت جد قريبة من أمي·· يصعب عليّ نطق كلمة أمي، بالنسبة لي هي طاوس، لأنها ليست ملكية خاصة بي، فقد كان هناك فرق كبير بين تلك الراهبة التي كانت تتألق على خشبة المسارح منتعلة الكعب العالي الذهبي اللون بقامتها التي لا تتجاوز مترا وثمانية وخمسين سنتمترا، تلك المرأة العملاقة الملكة الخرافية· وبين الأم التي عشت معها تحت سقف واحد، فقد كانت وكأنها تنتمي لعالم آخر، وهو الشيء الذي يميزها عن غيرها من النساء اللواتي يكتبن ويغنين·· كانت وكأنها من زمن آخر، عنيفة، ومرهفة الحس، تميل إلى التملك، إلا أنها تتوق إلى الحنان والرقة·· كانت شخصا يجمع عدة نقائض في شخصية واحدة، فقد عانت لمدة طويلة من المنفى وازدواجية الهوية، كما عانت لأنها لم تعرف في حياتها حب رجل·· أعترف أنها كانت فعلا شخصا رائعا، وقد توفيت بين ذراعيّ· وخلال كل تلك الفترة التي احتككت بها، كنت مطلعة جدا عمّن تكون فعلا·· لم نتناقش عن أشياء عديدة لسوء الحظ، فهي كانت تريد حمايتي، وأنا لم أكن فضولية لأطلب منها المزيد·· لم أقرا كتاب >قصة حياتي< إلا بعد وفاتها·· فعلا، كانت تريد حمايتي من معاناة ازدواجية الانتماء، فكانت تكرر دائما لي: أنت فرنسية، أنت فرنسية·
طاوس كانت بمثابة إلهة إغريقية غامضة، على عكس والدتها فاطمة آث منصور التي كان شعاع شمس أو قطرة ندى على أوراق زهرة، أو ضحكة طفل كافية لتنسيها كل همومها· أما والدتي، فكانت مثل طاحونة، وكانت جعجعتها الدائمة وطحينها هما الزاد الذي يغذي كتاباتها''·

الجزائر لا تبالي

مباشرة بعد الاستقلال، كانت طاوس عمروش مهمشة من طرف السلطات الجزائرية، وكذا من طرف الطبقة المثقفة الجزائرية التي أرادت أن تضع ''آل عمروش'' في طي النسيان· لذا، لم تتردد على بلادها كثيرا، فقد تمت دعوتها في نهاية الستينيات من أجل إلقاء محاضرة حول أخيها ''جون المهوب عمروش''، كما عادت مرة أخرى بدعوى رسمية من طرف الطالب الإبراهيمي الذي كان يشغل آنذاك منصب وزير الثقافة والإعلام، كما طـُلب منها أن تكون ضيفة شرف خلال المهرجان الثقافي الإفريقي للموسيقى والشباب الذي احتضنته الجزائر عام 1966 لكن دون أن تغني فيه، الشيء الذي رفضته وردت عليه بنشرها لمقال مطول على صفحات جريدة ''لوموند'' الفرنسية· وبالرغم من ذلك، فإنها تحدت السلطات الجزائرية وقدمت وغنت في المهرجان أمام الملايين من المشاركين فيه وأمام الشباب والطلبة الجزائرين· ومن تلك الفترة، بدأت تسوء علاقتها مع الجزائر· وفي زيارتها الثالثة شبه الرسمية، فتحت طاوس النار على العديد من الوزراء والمسؤولين الجزائريين وانتقدتهم بشكل مباشر ولاذع، وقد تم توقيفها بالمطار، ولم يطلق سراحها إلا بعد تدخل ''رضا مالك'' الذي كان آنذاك سفير الجزائر في باريس· ومنذ تلك الحادثة، انتهى الأمر ولم تطأ رجلها أرض الوطن، لأنها فضلت صون كرامتها وعدم تحمل ذل السلطات الجزائرية التي تحاملت عليها من خلال تهميشها في العديد من المحافل، وعمدت حتى إلى طمس سيرتها· وكان مصير أخيها المهوب نفس، فقد قامت السلطات بإخفاء تسجيلات الفنانة التي قامت بها في استوديوهات إذاعة القناة الثانية، ولا يعرف إن أتلفت أو ماذا صنع بها· كما أن طاوس لم تعد إلى تونس، مسقط رأسها، إلا أنها كانت تزور المغرب باستمرار، حيث تلقت عدة دعاوى رسمية من طرف القصر الملكي المغربي، إلى أن توفيت بعد صراع طويل مع داء السرطان في الثاني من أفريل عام 1976 بسان ميشال أين دفنت، وأوصت أن لا يكتب على شاهد قبرها أي شيء سوى ''طاوس''· ولحد الآن، لا تزال طاوس عمروش غير معروفة من طرف العديد من الجزائريين، خاصة من الجيل الجديد· فالبرغم من وجود عدة جمعيات تنشط في إطار الحفاظ على الموروث الثقافي والأدبي للشخصية، إلا أن الجهات الرسمية لم تحرك ساكنا في دعم تلك الجهود· ولعل الصراع الدائر حاليا بين عدة جمعيات وبين السلطات حول إطلاق اسم ''طاوس عمروش'' على دار الثقافة ببجاية، خير دليل على نكران الجميل وإدارة الظهر لمن كانت لتمثل معلم من معالم الثقافة والهوية الجزائرية، وشخصية تعتز بها جزائر التفتح والتنوع الثقافي، لتبقى ابنة ''إغيل أعلي'' ببجاية رمزا من تلك الرموز التي يتحامل ناكرو الجميل على طمسها·

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

بمناسبة مئويته الثانية: ماذا لو كان داروين مسلما

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

بمناسبة مئويته الثانية: ماذا لو كان داروين مسلما؟ ماذا لو كان داروين مسلما؟كثيرا ما تعرض داروين، صاحب  »أصل الأجناس »، إلى النقد وإلى السب وحتى التكفير من أجل أمرين لم يوردهما قطّ في كتابه: إنكار الله ونزول الإنسان من القرد.
في الواقع، فإن المعارضين لنظريته، رجال الدين خاصة، كانوا يرفعون تلك التهمة من أجل نقضها. إنها نفس الحجة التي كانت وراء رفض المسلمين و »علمائهم » لأفكار هذا العالِم البريطاني من علماء أواخر القرن التاسع عشر. وقد كان المصلح الإسلامي الكبير جمال الدين الأفغاني، وهو معاصر لداروين، يسخر من نظرية الإرتقاء بهذه الكلمات: لو أجزنا أن أنواع المخلوقات تتطور من بعضها البعض، لأجزنا أن تتحول النملة إلى فيل وأن يتحول الفيل إلى نملة.
علماء كثيرون في الغرب وأناس عاديون أيضا، أصبحوا يقبلون ما يسمى بالداروينية، دون أن يجدوا في ذلك تناقضا مع إيمانهم. وكون جميع الكائنات العائشة فوق الأرض انحدرت من جد واحد بدائي، لا يزعجهم في إيمانهم. إن انتماء البشر إلى المملكة الحيوانية، كما يقولون، يمنحهم شيئا من التواضع، وقد يقرب بينهم وبين باقي المخلوقات، وفي ذلك ما فيه من تجلّ رائع للإرادة الإلهية. ظهر أيضا توافقيون أو توفيقيون جمعوا بين العلم وبين الدين. وهكذا، فإن الله سيبقى يؤدي دوره كمصدر للخلق، لكن الصورة التي يكونها عنه المؤمنون عندما خلق آدم، أصبح ينظر إليها كتشبيه رمزي، وستلتحق لوحة الخلق التي رسمها مايكل أنجيلو على سقف كنيسة سيكستين بروما منذ عصر النهضة، هي الأخرى بالتيار الرمزي دون أن تفقد من وهجها. في نفس الوقت، ظهر أنصار الخليقة الذين يرفضون رفضا تاما الداروينية ويواجهونها بقراءتهم الحرفية للكتاب المقدس، ويمكن أن نضع الرافضين لها من المسلمين في هذه الخانة.
كان القسيس جيمس يوشر (توفي سنة 1658) يحدد اليوم الأول للخليقة بـ23 أكتوبر سنة 4004 قبل المسيح. العلماء المسلمون ساروا على نفس المنوال. فها هما المؤرخان الكبيران الطبري (توفي سنة 310 هـ) وإبن الأثير (630 هـ) يعتقدان نقلا عن  »سفر التكوين »، أحد أسفار التوراة، أن الزمن الذي انقضى منذ بداية الخليقة إلى عصريهما يتراوح ما بين 6000 و7000 سنة. وروى أبو هريرة، وهو راو معروف ويكثر بخصوصه الجدل، حديثا مفاده أن اليوم الذي خلق فيه آدم كان يوم جمعة.
من بين اللحظات المميزة في المهرجان الإفريقي الثاني بالجزائر، لحظة رفع الستار عن لوسي، الأسترالوبيتيك افارنسيس الشهير (ثلاثة ملايين سنة) الذي اكتشف في إثيوبيا سنة .1974 لوسي، كما سماها مكتشفوها تيمنا بأغنية للبيتلز، كانت تذاع ساعتها، كانت تعتبر حتى سنة 2001 أقدم الأجناس الأولى التي انحدر منها الإنسان قبل أن يزيحها توماي عن مكانتها تلك، وهو من نوع ساحلنتروبوس تشادينيسيس، بعمره العائد إلى سبعة ملايين سنة. لو سألنا أحد  »علمائنا » الأفاضل عن موقف الشريعة من ذلك المعرض، لجاء رده متحفظا كما هي العادة في هذه المواقف:  »إذا كان الغرض هو عرض عظام متحجرة لمخلوق قديم، فلا حرج، لكن إذا كان الغرض هو عرض كائن قديم كحلقة في سلسلة التطور التي وصلت إلى الإنسان، فهذا يخالف الشريعة ». وبالطبع، فإن خليدة تومي، ولا يجب الخلط بينها وبين توماي، كانت ستجد نفسها في موقف محرج للغاية.
في مؤلفه  »تجديد الفكر العربي » العائد إلى ثمانينيات القرن الماضي، يشير المفكر العربي المعاصر زكي نجيب محمود إلى أن المسلمين هم أمة فقه أكثر منها أمة فكر. وسيجد هذا الرأي تعضيدا قويا له، حين سينبري الشيخ القرضاوي في أحد أحاديثه الملحوظة ليقول إنه في وسعه نقض الداروينية شرعا، أي بأدلة مستقاة من الدين. إنه استمرار لموقف قديم وقفه  »شيخ الإسلام » إبن تيمية في عصره (728 هـ) حين أفتى بعدم جواز الإشتغال بالسيمياء شرعا، لما في ذلك من تدخل في الخلق بعد أن يبدل السيميائيون من طبيعة المادة والمعادن. قبل ابن تيمية، كان أبو حامد الغزالي (450 هـ) يحارب بكل قوة الفلاسفة، وكان يقول إن العقل مخادع وهو عاجز عن الإحاطة بالحقيقة المطلقة، أي معرفة الله. الحدس فقط هو الطريق المؤدى إلى الوصول إلى المطلق. وكان  »العالم » السعودي الكبير المعاصر ابن الباز يرفض حتى وفاته كون الأرض كروية وكونها تدور حول الشمس.
لكن، ها هو  »عالم » يقدم نفسه كـ »رئيس للجنة الإعجاز العلمي في القرآن » يتحمل مهمة البرهنة على علمية القرآن. إنه  »الدكتور » زغلول النجار، وهو يؤكد في كتاباته وفي محاضراته الموزعة على نطاق واسع بفضل الفضائيات القائمة في الجزيرة، أن كتاب المسلمين المقدس يحتوى كل الاكتشافات والنظريات العلمية، من علم الأجنة إلى اتساع الكون فالصفائح الأرضية ثم النسبية المطلقة والنسبية المقيدة! ولكنه يحرص مع ذلك على إقصاء الداروينية من  »الحقائق العلمية الواردة في القرآن الكريم منذ خمسة عشر قرنا من الزمن ». صفتك العلمية تغطي أي ميدان يا سيدي؟ إنه الفقيه يقتحم دوما ميدانا ليس ميدانه، ثم يقرر  »شرعيا » ما هو العلمي وما هو غير العلمي. لنفرض أن أحد تلك الاكتشافات أعيد فيها النظر، كما جرى حين أسقط بلوتو من عرش الكواكب إلى صفة الصخور المبتذلة الهائمة بين الكواكب. لنفرض أن نظرية نمو الكوكب الأرضي عادت إلى السطح وطردت نظرية الصفائح التكتونية؟
كان الشيخ محمود شلتوت، أحد كبار  »علماء » الأزهر (توفي سنة 1963) يسخر من هؤلاء الذين يقحمون القرآن في مثل هذه الجدالات، ولم يجد سوى نظرية داروين لكي يبرهن بواسطتها عن تهافت هذا الصنف من  »علماء » الإسلام، وقد كتب يقول:  »لسنا نستبعد إذا راجت عند الناس في يوم ما نظرية داروين مثلا، أن يأتي إلينا مُفسّر من هؤلاء المفسرين الحديثين فيقول إن نظرية داروين قد قال بها القرآن الكريم منذ مئات السنين ». ولم يجد الشيخ بدا من التحذير من حذلقة أمثال  »الدكتور » زغلول النجار، مبينا أنهم يسخرون من عقول البسطاء وفي نفس الوقت يعرضون القرآن للتكذيب وللتجريح لو أن أحد تلك الإكتشافات والنظريات ثبت بطلانها أو نقصها.
قبل زغلول النجار، برز  »دكتور » آخر في مجال  »علمية القرآن » هو مصطفى محمود. ومن بين  »الإعجازات القرآنية » التي قال بها أن القرآن تنبأ بأن أنثى العنكبوت هي التي تنسج بيتها وليس الذكر. وقد تصدت الراحلة بنت الشاطئ لهذه الحذلقة السخيفة، وبّينت أن العرب في كلامهم العادي كثيرا ما يؤنثون الحشرات والحيوانات، وعليه، قالت بنت الشاطئ: فإذا كان هناك من إعجاز علمي، فهو يتعلق بلغة العرب من قبل أن ينزّل القرآن!
مصطلح  »عالِم » وجمعه  »علماء » كان وراء غموض كبير لدى المسلمين. في الفرنسية، وكذا الإنجليزية وباقي اللغات الأوروبية، توجد حزمة من مصطلحات توضح المعاني بطريقة دقيقة، بحيث لا يكون هناك أي لبس أو خلط بين العلم الديني والعلم الدنيوي. واستفادت اللغات الأوروبية من كلمة لوغوس اليونانية ومن تفريعاتها لوغ ولوغيست ولوجي، ليصبح كل اختصاص متبوعا بها يدل على ميدان محدد. في العربية وحتى إلى يومنا هذا، فإن مصطلح  »عالِم » يحيل أول ما يحيل إليه إلى عالِم الدين من فقيه ومفسر ومفت، وكل من كان متبحرا في الدين. ولكي نخرج من هذا الميدان، نجد أنفسنا مضطرين إلى إضافة كلمة إلى المصطلح لكي يفي بالغرض، مثل أن نقول عالم رياضيات أو عالم فضاء وهلم جرا..
تحتل رؤية هلال رمضان في تراثنا وفي فلكلورنا مكانة مفضّلة تبيّن غلبة  »العالِم » بمعناه التقليدي على الفلكي. فمن بين كل شهور السنة القمرية، يكون شهر رمضان هو الوحيد الذي لا يجوز  »شرعا » رؤيته إلا بالعين المجرّدة والإعلان عنه من طرف لجنة دينية لرصد هلال رمضان. وفي الآونة الأخيرة، أعطى خطر انتشار أنفلونزا الخنازير بين الحجاج لهذا الموسم مثلا إضافيا لهيمنة عالِم الدين. فعوض أن يُطلب من المختصين تشخيصهم للوضعية واتخاذ قرارت على أساس علمي عصري، عمدنا إلى استفتاء علماء الدين في شرعية تعليق الحج لهذا الموسم أو التقليص من عدد الحجاج. وقد حسم  »علماء » السعودية الأمر بإصدارهم فتوى، مؤداها أن من مات بحمى الخنازير كان شهيدا. ولمجرّد أن يصبح هذا الحيوان الكريه المحرّم أكله على المسلمين سببا من أسباب الصعود إلى الجنة، لهو إعجاز بأتم معنى الكلمة. ومع ذلك، فالجميع يعرف القاعدة الدينية الذهبية الداعية إلى أولوية الحفاظ على حياة الإنسان وسلامته، هذا الإنسان نفسه الذي وجد له داروين روابط بيولوجية مع الحيوان والحشرات.
ب. علاو

source:el khabar hebdo

Publié dans islam(46) | Pas de Commentaire »

Les défis de l’Algérie horizon 2020. Bonne gouvernance, Démocratie et Développement

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

Les défis de l’Algérie horizon 2020. Bonne gouvernance, Démocratie et Développement

57340912 Le fondement stratégique est d’arrimer l’Algérie à l’économie mondiale et permettre la résorption du chômage et de la pauvreté. Nous éviterons la démagogie, la fuite en avant et les visions utopiques. Car une société décrétée, bureaucratisée, régie par des relations de clientèles, la mentalité de bien vacant, conduit à l’irresponsabilité collective et à la régression sociale.

Car l’Algérie ne dispose pas d’autres alternatives que l’adaptation à la mondialisation dont les espaces euro-maghrébins, arabo-africains et euro méditerranéens constituent son milieu naturel.. Prétendre que la mondialisation aliène le développement du pays et les libertés c’est ignorer une évidence: sans insertion euro méditerranéenne, l’Algérie serait bien davantage ballottée par les vents des marchés avec le risque d’une marginalisation croissante.

De ce fait, l’instauration progressive de l’économie de marché humanisée et
de la Démocratie, évitant la fracture sociale permettant, sans douleur, le passage d’une économie rentière à une économie basée sur le travail et le génie créateur, la responsabilisation des Algériens qui deviennent les acteurs de leur propre destin, est la seule alternative.

1- Le principe de l’efficacité économique

Ce principe reposera sur quatre (O4) actions complémentaires :

1.1 La nécessité d’une nouvelle politique économique marquée par l’innovation, évitant qu’une économie qui produit la richesse ne détruise les liens sociaux dans un univers où la plupart des structures d’encadrements, (familles, religion, syndicats) sont faibles, marquée par une véritable rigueur caractérisée :

- par une monnaie stable

- par la réduction des déficits publics.

1.2 La nouvelle politique doit donc tenir compte de l’espace euro-méditerranéen. L’Algérie est appelée à jouer le rôle moteur pour cette construction, du fait que c’est un pays pivot. Les négociations futures avec l’Organisation mondiale du commerce et son adhésion pour une zone de libre-échange avec l’Europe correspondront aux avantages comparatifs des pays du Maghreb dans leur ensemble.

1.3 - La nouvelle politique sera marquée par l’adaptation à l’universalisation de l’économie de marché.. Le commerce international n’est pas un jeu à sommes nulles. L’ouverture peut être douloureuse à court terme car elle impose des changements mais elle est bénéfique à moyen et long terme et porteuse d’espoir.

1.4- La politique économique entre 2009/2020 devra prendre en compte la mutation nécessaire des services publics marchands. La conception passée sur une superposition forte entre secteur public, entreprise publique, monopole, activité limitée du territoire national, devra faire place à l’efficacité de gestion, à la concurrence des services collectifs, par l’introduction de paramètres marchands pour tester de l’efficacité des services collectifs.

2- État Régulateur et Équité

Comme cela a été souligné avec force tout au cours de notre analyse, il y a nécessité pour éviter les effets pervers du marché. Pour cela, l’action régulatrice de l’Etat et notamment de la dynamisation des collectivités locales doivent favoriser les initiatives collectives (associations) et individuelles sans jamais se substituer à elles, loin de toute vision bureaucratique. Ainsi il s’agira de s’interroger sur le degré d’universalité du service public rendu, sur la légitimé de la péréquation des tarifs utilisés entre clients et contribuables, parallèlement au redéploiement de l’action de l’Etat.

Les relations donc entre l’Etat et le marché doivent procéder d’une démarche pragmatique par une définition des règles incitative. Ainsi, l’Etat Régulateur, tout en ne se substituant pas au marché, édictera les règles de jeux et les fera respecter par l’ensemble des acteurs économiques et sociaux. Evitons toute démagogie et promesses utopiques : l’égalité n’est pas l’égalité du modèle de l963-2OO9 mais recouvre la nécessité d’une transformation de l’Etat providence par la mutation des services collectifs, par la formulation du contrat social qui devra concilier les principes de l’efficacité économique et de l’équité. Il s’agit de ne pas confondre justice sociale et égalitarisme. Certes, l’Algérie a vécu sur un modèle égalitaire simple, l’Etat propriétaire gestionnaire ayant régenté l’ensemble de l’activité économique et sociale par la réduction des inégalités, le développement des prestations sociales pour tous, bien que certains contestent que ce modèle ait été équitable. Mais d’une manière générale, ce compromis est remis en cause par l’évolution vers une société plus ouverte, plus individualiste exigeant des traitements plus personnalisés, avec comme toile de fond une croissance plus sélective.

De ce fait, cela remet en cause le traitement statistique global qui correspond de moins en moins à la réalité plus complexe. Ainsi, les problèmes doivent être abordés différemment et cela passe par une réflexion collective sur la justice au sens sociétal. Car le lien est fort entre justice et équité afin de dépasser la conception commune aujourd’hui qui prédomine d’injustice, encore qu’il n’existe pas de justice et d’équité absolue. L’universalité de la justice n’existant pas, elle dépend du moment daté et du mouvement historique. Une société dynamique en forte croissance offre des espoirs individuels plus grands en tolérant certaines inégalités qu’une société dont l’économie est en stagnation, où l’avenir est incertain. Paradoxalement, en dynamique, certaines inégalités à court terme profitent aux plus défavorisés à moyen terme, bien entendu si l’on respecte les droits fondamentaux.

Cependant, il ne saurait être question d’un désengagement de l’Etat aux dépens des personnes et régions les plus défavorisées. Les efforts consisteront à éviter une domination excessive de l’argent sur la vie sociale. La société de marché incitant naturellement à plus d’efforts et de dynamisme et la solidarité dans la compétition implique de cesser d’exclure sous peine de devenir une société de décadence. Ainsi, selon notre conception, l’équité qui ne recoupe pas l’égalitarisme est une condition de l’efficacité globale de l’économie. Dans un tel contexte, il faudra identifier lés inégalités qui doivent être combattues (inefficaces et injustes) et trouver le niveau acceptable d’inégalités nécessaire pour assurer le dynamisme de l’économie. Cela suppose une réflexion sur l’optimum que la société souhaite et une approche cas par cas en fonction du domaine étudié par une reconnaissance mutuelle des créances et des dettes sociales que l’on échange et qui se distribuent par un traitement symétrique des devoirs et des droits.

En fait, les principes de justice sociale dans une société ouverte doivent faire l’objet d’une gestion décentralisée qui repose sur la confiance, le partenariat, le dialogue et le contrat, si on veut qu’ils deviennent effectifs. Il ne sera plus question de la simple égalité d’accès à des prestations banalisées mais l’équité par la discrimination positive, privilégiant le renforcement des relations professionnelles, la relance des négociations collectives, branches par branches, grâce à de nouvelles méthodes de travail fondées sur l’innovation continue. Il y a lieu de favoriser de nouvelles structures sociales dynamiques pour impulser le changement et impulser celles traditionnelles, par définition plus conservatrices. Par ailleurs la réforme du système fiscal, étant au cœur même de l’équité, doit être une priorité. Mais l’impôt dont le paiement constitue un acte de citoyenneté, peut tuer l’impôt s’il décourage les activités utiles du fait qu’il modifie l’allocation des ressources réalisées, notamment l’offre de capital et de travail ainsi que la demande de biens et services. Cette réforme devra trouver le moyen de prélever des recettes en perturbant le moins possible les mécanismes qui conduisent à l’optimum économique. Aussi, il s’agira de mettre en place une bonne fiscalité qui devra s’articuler autour des prélèvements faiblement progressifs sur des assiettes larges qui n’altéreraient pas nécessairement leur caractère redistributif. Pour cela, l’on devra combiner, dans ce cadre, l’équité horizontale fondée sur le principe à revenu égal- impôt égal, et l’équité verticale qui conduit à augmenter le taux réel d’imposition à mesure que le revenu s’accroît. L’objectif sera de réduire la progressivité de l’impôt sur le revenu tout en ne portant pas atteinte a ses propriétés redistributives.

Mais comme le problème qui touche â l’impôt, autant que l’amnistie fiscale, est sensible ( ne signifiant en aucune manière le recyclage de l’argent sale comme celui provenant de la drogue), l’action consistera à favoriser un grand débat collectif, impliquant les partenaires économiques, sociaux et politiques.

3- Priorité des priorités : éradiquer le chômage et la pauvreté

Une Nation ne peut distribuer que ce qu’elle a préalablement produit si elle veut éviter la dérive économique et sociale. Aussi, si l’objectif stratégique est l’éradication du chômage et de la pauvreté par la mie en œuvre des politiques sectorielles dans le cadre des avantages comparatifs mondiaux analysées précédemment, l’action principale consistera à introduire l’initiative économique de tout le monde et les capacités entrepreneuriales, caractérisées par les prises de risques industriels et économiques afin d’accroître la valeur ajoutée et donc la croissance économique. L’encouragement de la petite et moyenne entreprise devra être la priorité et ce, en revoyant le financement de la protection sociale qui continue à être assis, pour l’essentiel, sur les cotisations sociales et absorber les gains de productivité au détriment de l’emploi et des salaires directs. Aussi, s’agit-il de réduire les à-coups sur l’emploi en accroissant la flexibilité des revenus et des temps de travail par une formation permanente pour permettre l’adaptation aux nouvelles techniques et organisations. Comme il y aura lieu d’abaisser les cotisations sur les bas salaires afin de diminuer les coûts relatifs des emplois non-qualifiés. Cependant, en allégeant les charges, il faudra mesurer le prix de cet effort de redistribution par les actions ciblées de solidarité nationale en évitant de décourager les activités économiques. La solution la plus sure sera de s’appuyer sur la qualification des salariés qui va de pair avec la spécialisation de l’économie. L’avenir est dans les gisements importants d’emplois sur les activités de services, des emplois de proximité, ce qui impliquera le développement important dans les années à venir des services marchands rendus nécessaires par l’élévation du niveau de qualification.

4- Nécessité d’une mutation systémique portée par des forces sociales nouvelles

Tout projet de société est forcément porté par des forces sociales. L’identification claire de ces facteurs renvoient à l’existence de très fortes pesanteurs sociologiques et culturelles et à des dysfonctionnements avérés observés dans l’activité des appareils de l’Etat .La prise en compte des structures tribalo-confrériques est vital pour une gestion politique efficace de l’Algérie.

Cette identification permettra :

- d’obtenir une lisibilité plus grande des stratégies de contournement et de mise en échec déployées;

- de rendre plus visibles les forces sociales et politiques qui portent ces stratégies et les exécutent ;

- d’avancer un certain nombre d’hypothèses susceptibles d’expliquer pourquoi, drapés cyniquement et impunément des faux habits de la modernité et porteurs d’un discours mystificateur sur l’alternance, les droits de l’homme et les libertés, les défenseurs d’un statu quo mortel pour le pays ont pu s’opposer aussi longtemps à des changements jugés par tous comme étant absolument nécessaires.

- d’élaborer enfin une stratégie de riposte plus cohérente que celle qui a prévalu durant le premier mandat, plus offensive et donc plus efficiente, stratégie seule à même, de notre point de vue, de garantir la pleine réussite des réformes nécessaires au pays et de mettre l’Algérie en position de s’adapter avec succès aux exigences de la mondialisation.

Car en dernière analyse, le traitement correct de la question qui nous occupe ne saurait faire l’impasse sur une donnée essentielle : le contexte ou le cadre global dans lequel il faut replacer, encore et toujours, cette question grave et complexe. L’exigence de l’insertion de l’Algérie dans la mondialisation appelle une stratégie efficiente d’adaptation, voire même une stratégie de survie, que des acteurs internes – et même externes au pays
- hostiles aux réformes, perçoivent depuis des années déjà comme une menace majeure pour leurs intérêts.. L’insertion dans l’économie mondiale comme objectif stratégique implique un certain nombre de mesures absolument indispensables qui permettront de combler le retard accumulé. Nous avons posé comme hypothèse de travail la question de la hiérarchie des priorités – en matière d’ordonnancement temporel des actions à engager dans la mesure où les secteurs structurants, donc les plus sensibles, exigent un traitement prioritaire en raison principalement :

- de l’urgence que présentent leurs états respectifs,

- des imbrications existant entre ces différents secteurs et de l’interconnexion des réseaux d’intérêt qui les irriguent et qui déploient des stratégies communes de résistance et de riposte. C’est pourquoi, un traitement simultané et correctement synchronisé des actions de réformes à mener doit être retenu comme la démarche la plus appropriée et la plus productive. Ainsi les réformes à poursuivre et/ ou à engager relèvent des aspects les plus sensibles, sinon les plus importants, de l’organisation et de la gestion du pays et de ses relations avec son environnement régional et international.

a) Au plan interne il s’agira d’engager les véritables réformes politiques, économiques et sociales, réformes qui doivent impérativement toucher :

- Le système politique, centre névralgique de la résistance au changement et à l’ouverture,

- Le secteur des hydrocarbures, source de rente et objet de toutes les convoitises,

- Le système financier et bancaire, nouveau centre de la distribution de la rente,

- Le système éducatif, centre d’élaboration et de diffusion de la culture et de l’idéologie de la résistance au changement et à la modernisation du pays.

b) Au plan international la mondialisation dans sa version contemporaine renvoie non seulement à des interactions internationales d’ordre économique mais aussi à des interactions de type religieux et culturel, politique et idéologique, militaire, etc.

C’est pourquoi toute stratégie d’adaptation ou de réponse à ce phénomène doit embrasser l’ensemble de ses composantes et de ses manifestations. S’agissant de notre pays, rappelons, à la lumière des éléments de réponse traités plus haut, que sa participation volontaire et active à l’ordre international en construction doit être appréhendée et retenue comme un objectif de toute première importance.

L’isolement qu’a eu à subir l’Algérie jusqu’à 1999 ayant été efficacement rompu, l’action entre 2009/2020 devrait être consacré à consolider son retour sur la scène internationale et à lui ouvrir de nouvelles perspectives, d’autant plus que la crise d’octobre 2008, crise systémique, devrait entraîner de profonds bouleversements géostratégiques 215/2020. Ainsi, en matière de relations économiques internationales, son action doit s’insérer dans le cadre incontournable de la politique commune des pays industrialisés, politique conçue comme réponse aux crises économiques et financières que ces pays développés ont connues ces trente dernières années. A titre de rappel, on notera que les grandes crises monétaires et pétrolières, l’interdépendance de plus en plus grande observée entre les économies des pays industrialisés ainsi que l’unification tendancielle des différents marchés dans le cadre du processus de globalisation, ont amené progressivement ces pays à leur apporter une « réponse collective » la situation ainsi créée, réponse organisée en trois niveaux :

- le premier niveau concerne la coordination de plus en plus étroite des politiques économiques : coordination des politiques monétaires dans un premier temps puis celle des politiques budgétaires dans un second temps.

- le deuxième niveau renvoie au processus de constitution d’ensembles économiques régionaux viables (Union européenne, ALENA, Mercosur, etc.).

- le troisième niveau a trait au renforcement des institutions multilatérales (FMI, Banque mondiale, OMC).

Cette « réponse » des pays industrialisés constitue pour nous le cadre obligé de notre redéploiement en même temps que l’horizon indépassable de nos actions.

C’est pourquoi, la même démarche et le même souci doivent prévaloir pour nous en matière préservation de l’environnement, de défense et de sécurité, etc. Nous ne pouvons en effet qu’être attentifs aux nouvelles préoccupations de la communauté internationale et apporter notre contribution à ses attentes et à ses demandes dans des domaines aussi divers que ceux de la lutte contre le terrorisme international et la criminalité, la prévention et la résolution des conflits, etc.

La professionnalisation et la modernisation de l’ANP – qui sera en charge de la mise en œuvre d’une doctrine de sécurité et de défense dans un cadre institutionnel multilatéral – deviendra dès lors une priorité majeure.

La modernisation de l’appareil diplomatique et la redéfinition de ses missions en fonction des nouvelles données internationales devra être, elle aussi, une priorité.

En résumé :

L’Algérie de 2O2O sera ce que les Algériennes et les Algériens voudront qu’elle soit. Mais avec optimisme, nous pensons qu’elle sera caractérisée par le développement et la Démocratie. Car d’une manière générale, l’avenir du pays est lié à l’adaptation aux nouvelles exigences de l’heure, évitant l’utopie néfaste de l’autarcie, par l’émergence d’entrepreneurs innovateurs permettant une percée dans le cadre de la compétitivité internationale, une croissance et une par voie de conséquence une diminution du chômage et de la pauvreté. Car, malgré ses nombreuses difficultés, l’Algérie recèle d’importantes potentialités en ressources naturelles, en moyens matériels et surtout humains. Le dynamisme de la population féminine jouera un rôle central avec la jeunesse qui représente les 2/3 de la population.

Il nous appartient à tous, femmes et hommes, de tenir compte des enjeux de la mondialisation et du bien être de la population, en hâtant la réalisation de la Démocratie , l’accélération des réformes et l’instauration de l’économie de marché se fondant sur la justice sociale :

-Pour arrêter les dégâts dévastateurs de la crise économique, tisser les réseaux de solidarité nationale et nous adapter aux nouvelles mutations mondiales.

- Permettre la relance de l’activité économique basée sur le savoir, seule condition d’atténuation des tensions sociales.

- D’œuvrer pour une Algérie ouverte sur le monde et le progrès, conciliant cohésion sociale et efficacité économique, notre authenticité et la modernité par le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident, la tolérance du fait du droit à la différence,

- Favoriser une solidarité plus accrue entre le Nord et le Sud et faire du bassin méditerranéen un lac de paix et de prospérité au profit de l’ensemble des populations de la région.

Docteur Abderrahmane MEBTOUL Professeur Université Économiste (Algérie) , pour algerie-focus.com

Publié dans vive l'algerie(128) | Pas de Commentaire »

Tariq Ramadan limogé de son poste de conseiller auprès de la ville de Rotterdam. (+ réponse de Tariq Ramadan)

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

Tariq Ramadan limogé de son poste de conseiller auprès de la ville de Rotterdam. (+ réponse de Tariq Ramadan)

tariq_ramadan3 L’information circule sur le net. L’universitaire d’origine égyptienne, Tariq Ramadan, petit-fils de Hassan Al-Banna, le fondateur des « Frères musulmans », aurait été « limogé de son poste de « conseiller » auprès de la ville de Rotterdam (Pays-Bas) ».

C’est le journaliste algérien, Mohamed Sifaoui, qui se présente comme « spécialiste » des mouvements islamistes, qui, sur son blog, donne la nouvelle, mais sur le ton partisan qu’on lui connaît. « Ce sont des journalistes néerlandais qui viennent de m’annoncer la nouvelle qui a fait l’objet d’une dépêche de l’agence néerlandaise. Cette décision aurait été prise en raison des liens entretenus par Tariq Ramadan avec une télévision iranienne contrôlée par le régime des mollahs. Il animait une émission sur cette même chaîne et ses accointances avec un média iranien, proche du pouvoir d’Ahmadinejad, enlevaient à l’intéressé toute crédibilité, selon des sources proches de la ville de Rotterdam  » peut-on lire sur son blog. Des blogs pro-israéliens ont également repris cette information.

Par ailleurs, selon le site d’information presseurop « Trois partis politiques néerlandais ont exigé la démission de l’islamologue suisse, conseiller à l’ntégration pour la municipalité de Rotterdam et « visiting professor » à l’Université Erasme de la même ville ». Ils estiment que « ses fonctions seraient incompatibles avec son émission « Islam and Life » sur PressTV » qui serait financée par le régime iranien« , ajoute la même source.

L’intéressé, en l’occurrence Tariq Ramadan, n’a fait pour le moment aucun commentaire qui confirmer ou infirmer son limogeage.

algerie-focus.com

Lettre ouverte à mes détracteurs aux Pays Bas

_____________________________________

Une nouvelle polémique a commencé aux Pays-Bas. Au mois de mai-juin, on m’accusait de « double discours », d’homophobie et de propos inacceptables à l’égard des femmes. Après vérification, la municipalité de Rotterdam a précisé que ces accusations étaient infondées. Aujourd’hui on affirme que je serais lié au régime iranien et que je soutiendrais la répression qui a suivi les dernières élections. N’est-il pas étonnant que cette dernière accusation ne soit apparue qu’aux Pays-Bas ? Tout se passe comme si j’étais utilisé (avec l’islam) pour régler des comptes politiques dans la course aux voix alors que les élections approches. L’ombre de Geerd Wilders n’est pas loin, lui qui gagne des voix en comparant le Coran au « Mein Kampf » de Hitler. Je suis devenu l’épouvantail et le prétexte au défoulement de passions politiques pas très saines : au fond, cette polémique dit davantage sur l’évolution inquiétante des Pays-Bas que sur ma personne.

Les attaques sur mon engagement ont été très violentes et il faut répondre clairement aux accusations. Quand j’ai accepté d’animer une émission en avril 2008, j’avais pris trois mois de réflexion en discutant avec des amis iraniens ainsi qu’avec des spécialistes. J’ai moi-même suivi de près l’évolution du pays et les tensions internes. Je fus l’un des premiers penseurs musulmans, en Occident, à prendre position contre la fatwa à l’encontre de Salman Rushdie. Depuis vingt cinq ans, tout en relevant que comparativement aux pays arabes, l’Iran avait avancé en matière du droit des femmes et de l’ouverture démocratique, j’ai critiqué le manque de liberté d’expression en Iran, l’imposition du foulard, ou plus récemment la conférence sur l’holocauste de 2006 (qui entretenait une dangereuse confusion entre la critique de la politique israélienne et l’antisémitisme). J’ai bien sûr condamné la répression et les tirs sur les manifestants à la suite des élections.

J’ai toujours gardé cette ligne critique, et constructive. Je passe du temps à étudier la vraie nature des dynamiques internes et je ne me laisse pas influencer par les campagnes de propagande, ni de l’intérieur du système iranien, ni celle d’Israël (qui affirme, pour s’innocenter de façon inacceptable, que l’Iran serait le principal obstacle à la paix), ni celle des Etats-Unis ou de pays européens qui défendent des intérêts stratégiques. Les rapports entre les forces religieuses et politiques sont très complexes en Iran. Une vision binaire, qui opposerait deux camps – les conservateurs fondamentalistes aux réformateurs démocrates – témoigne d’une profonde ignorance des réalités du pays. En sus, les évolutions vers la transparence démocratique ne se feront pas par les pressions occidentales : le processus sera interne, long et douloureux. En acceptant d’animer un show télévisé autour de débats sur l’islam et la vie contemporaine, j’ai fait le choix du débat critique. On ne m’a jamais rien imposé et j’ai pu inviter des athées, des rabbins, des prêtres, des femmes, voilées ou non, pour débattre de sujets tels que la liberté, la raison, le dialogue interreligieux, le sunnisme et le chiisme, la violence, le jihad, l’amour, l’art, etc. Qu’on regarde donc ces émissions et que l’on me dise si on y trouve une seule seconde de soutien au régime iranien. Le programme est une opportunité d’ouverture sur le monde et je le mène dans le respect de tous mes interlocuteurs. En ces temps de crise en Iran, je veux prendre une décision sereine et juste : je dois considérer les faits et déterminer la meilleure stratégie pour accompagner le processus interne vers la transparence et le respect des droits humains. La polémique et les débats passionnés comme aux Pays Bas aujourd’hui ne sont pas de bons conseils et je veux y voir clair avant de me déterminer.

Quand j’ai accepté l’offre de PressTV Ltd à Londres (je n’ai eu aucun contact avec des autorités iraniennes mais avec des producteurs de télévision qui offraient un service à la chaine), je l’ai fait en étant clair sur mes conditions quant aux choix des sujets et à mon indépendance dans le cadre d’une émission traitant de religion, de philosophie et de questions contemporaines. J’ai tout rendu public et mes émissions sont aussi sur mon site depuis le début. J’ai fait le choix d’accompagner l’évolution des mentalités sans jamais avoir à soutenir le régime ni à me compromettre. C’est un choix que beaucoup d’amis iraniens ont non seulement compris mais encouragé. Je ne fais pas ce travail pour l’argent et une autre chaine de télévision d’informations internationales m’a proposé jusqu’au triple des honoraires. J’ai refusé au nom de mes principes. Si je le voulais, en changeant de discours politique et religieux, je pourrais aujourd’hui amasser des fortunes : tous ceux qui suivent mon travail le savent. Mais flatter les rois, les princes, les régimes et les fortunes n’est pas ma philosophie de vie. Mes prises de position m’ont amené à payer le prix fort et je n’ai jamais cédé : je ne peux me rendre en Egypte, en Arabie Saoudite, en Tunisie, en Lybie, en Syrie car j’ai critiqué ces régimes qui étaient anti-démocratiques et ne respectaient pas les droits de l’homme. Les Etats-Unis ont révoqué mon visa à cause de mes virulentes critiques contre les guerres en Afghanistan et en Irak et le soutien unilatéral à Israël. Ce dernier pays m’a fait savoir que je n’y serai jamais le bienvenu. Un conseiller de l’ambassade de Chine m’avait murmuré un rien menaçant, il y a vingt ans, que mon engagement auprès des Tibétains ne passeraient pas inaperçu auprès les autorités de son pays.

J’ai toujours assumé mes choix, je n’ai jamais soutenu une dictature ou une injustice dans les sociétés majoritairement musulmanes comme dans tout autre société. Quant à ceux qui me reprochent « le principe » de présenter un programme de télévision dans une chaine iranienne, je réponds que travailler pour une chaine de télévision n’impose pas de soutenir un régime. Si l’acte politique était si simple, il faudrait d’urgence que mes détracteurs, si férus d’éthique en politique, demande au gouvernement néerlandais de mettre immédiatement un terme aux relations politiques et économiques avec l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, Israël ou la Chine. Curieusement, je n’entends pas ces voix. Comme je ne les ai pas entendues quand la municipalité de Rotterdam m’a lavé des fausses accusations de « double discours » ou « d ‘homophobie » ou encore quand la Cours fédérale américaine à inverser en ma faveur le jugement du tribunal de première instance concernant la révocation de mon visa. Pourquoi ce silence ? Pourquoi ces accusations à géométrie variable ? Parce que ces campagnes ne sont que des prétextes destinés à attaquer un « intellectuel musulman visible » et ainsi de gagner des voix sur la peur et le rejet de l’islam. Tous les moyens sont bons pour gagner des électeurs, même les moins dignes, même les moins honnêtes. Je respecte les principes, mais je ne plierai pas devant la propagande malsaine. Non pas seulement pour mon honneur mais également pour celui de notre humanité et de notre avenir.

mardi 18 août 2009, par Tariq Ramadan

source:algerie-focus.com

Publié dans Tariq Ramadan(7) | Pas de Commentaire »

La maison de Abane Ramdane restaurée en musée

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

La direction de la culture et la wilaya de T.O débloquent deux milliards de centimesLa maison de Abane Ramdane restaurée en musée

Désormais, le domicile du héros de la Révolution, Abane ramdane, est entièrement restauré et érigé en musée national faisant partie du patrimoine historique. Cette reconnaissance de plus à Abane Ramdane, a été l’initiative du directeur de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou et de du ministre de la Culture. A ce titre, la restauration du domicile, construit dans les années 1950, par la famille Abane, et qui était à l’état de délabrement critique, a suscité une grande  satisfaction des citoyens de la région et du village Azouza d’où est natif Abane.

Les travaux ont débuté en août 2008 et les délais accordés n’excédant pas 18 mois, avec une enveloppe financière de près de deux milliards de centimes.

Hier, à l’occasion du 20 Août, une visite d’inspection effectuée sur les lieux, par le direction de la culture, Mouloud Ali El Hadj, le chef de daïra de LNI et du P/APC de LNI.

L’avancement des travaux est plus que satisfaisant, et en présence du bureau d’étude du projet et de l’entreprise en charge de la réalisation, l’inspection a fait ressortir que le projet est à 90% de sa réalisation.

L’échéance du 1er novembre est retenue, en présence de la famille Abane et des maquisards de la région, pour l’inauguration et la réception définitive du musée.

La wilaya de Tizi-Ouzou, la direction de la culture, les moudjahidine, les autorités de LNI, les ministères de la Culture et des Moudjahidine, ont promis de faire du 1er novembre prochain, un événement grandiose à une portée nationale où un grand gala sera à l’ordre du jour avec la participation de grandes stars de la chanson algérienne et kabyle et surtout comme souhaité par la population de Fort National, la présence de la vedette de la chanson kabyle, Lounis Aït Menguellet.

B. T.

source:la dépêche de kabylie

Publié dans Abane(19) | Pas de Commentaire »

Festival Tamazegha du Marseille

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

Il se tiendra les 17,18 et 19 septembre prochain à MarseilleLe Festival Tamazegha dédié à la musique africaine Festival Tamazegha du Marseille dans MUSIQUE ALGERIENNE(35) 2202_74969

Entre mémoire des traditions et métissages actuels, que les deux folles soirées du Festival Tamazegha du Marseille vont se dérouler du 17 au 19 septembre prochain au Théâtre de la Sucrière de la ville de Marseille.

Ces deux grands spectacles, dédiés au patrimoine musical d’Afrique du Nord, englobent  un riche et varié programme entre chants, théâtres et musiques. Les émigrés de Marseille vont vivre le moment de ce spectacle qui débutera au coeur de Saint Louis et ses usines, dont  le Théâtre de la Sucrière propose un espace de réappropriation des cafés d’antan, lieux d’expressions et de diffusions artistiques qui marquèrent l’histoire de ce territoire.

La soirée de 17 septembre est consacrée à la regrettée H’nifa, avec la projection du film documentaire du réalisateur Ramdane Iftini, intitulé H’nifa une vie brûlée. Ce film retrace la vie de la diva de la chanson kabyle, la rebelle et la poète maudite qui nous a quittés en date du  23 septembre 1981.

Ce film documentaire narre le destin tragique et romanesque de cette artiste souvent comparée à Edith Piaf. H’nifa était une artiste née et une véritable avant-gardiste.

Le charme et la suavité de sa voix la rendirent incontournable et éclatante sur scène. H’nifa a chanté pour la femme, les amours impossibles, l’exil qu’elle a vécu durant sa vie et même celui des autres exilés de leurs pays natals. Alors, qui ne se souvient pas de la chanson Yid-em yid-em, le duo incontournable avec Kamel Hamadi, et d’autres chansons identitaires de cette chanteuse immortalisée dans les cœurs !

Par ailleurs, la soirée du 18 septembre connaîtra la projection  du film documentaire de Shamy Chemini, co-fondateur du groupe les Abranis. Le film retrace l’histoire de ce groupe mythique de la musique kabyle. Il est l’un des groupes précurseurs du Rock pop en Algérie.

En marge de cette occasion, Shamy Chemini, présentera en avant parution son livre La légende Abranis. Quant à la soirée de la clôture du festival Tamazegha qui coïncidera avec le 19 septembre,celle-ci se déroulera  sous des ateliers musicaux animés par Noureddine Chenoud ainsi que d’autres artistes. Par ailleurs, Ali Ferhati lui aussi s’investira sur scène avec ses mots écrits sur l’amour, sa mélodie qu’il compose avec amour aussi. La soirée connaîtra, en outre, la présence d’Izga qui va épicer la soirée avec son style novateur, des chansons dont il parle d’amour et d’injustice, tout cela sous une mélodie jouée avec l’ influence du pop rock en expression amazighe. Ainsi, ces artistes vont s’affronter sur le ring de la scène de Marseille tout au long du Festival Tamazegha.    

Ouerdia Sait

source: la dépêche de kabylie

Publié dans MUSIQUE ALGERIENNE(35) | Pas de Commentaire »

Une page héroïque du commando Ali Khodja (Wilaya IV)

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

Le commandant Azzedine raconte la bataille de Bouzegza

Une page héroïque du commando Ali Khodja (Wilaya IV)

Le commandant Azzedine raconte la bataille de Bouzegza

« Fi Djbel Bouzegza Ki djat Franssa testehza Hasbetna khobza Tahna aâliha berraffal ! » (Chanson populaire durant la guerre de Libération nationale)

Le Bouzegza est ce massif bleu violacé, couleur qui lui a donné son nom (azegza veut dire bleu en tamazight) qui offre, à l’est de la Mitidja, son ubac à la mer.

C’est ce dos de lion couché qui porte sur ses contreforts les gros bourgs voisins méridionaux et orientaux de la capitale. C’est ce lieu d’où ont déferlé les fantassins en armes, tout comme l’ont fait ceux de l’Ouarsenis et du Djurdjura pour courir au secours d’Alger, désertée par les Janissaires en déroute le 14 juin 1830, quand les armées coloniales se sont répandues sur la grève de Sidi Fredj. C’est ce djebel mythique où le prestigieux commando Ali Khodja, unité d’élite des combattants de la glorieuse ALN de la Wilaya IV, a écrit, les 4, 8 et 12 août 1957, des pages de légende parmi les plus illustres de la guerre de Libération nationale. Djebel qualifié de « pourri » par le général Jacques Massu dans ses mémoires en raison de la dérouillée qu’il y a écopé puisqu’il y a laissé plus de six cents morts dans les rangs de son armée ! Après le démantèlement de la première zone autonome d’Alger successif à l’arrestation de son chef Yacef Saâdi (23 septembre 1957) et la mort d’Ali La Pointe et de ses compagnons dans un refuge à La Casbah (8 octobre 1957), l’armée française a considérablement épaissi ses effectifs militaires dans les maquis, particulièrement les wilayas périmétriques de la capitale. La pression s’est particulièrement imposée sur la Wilaya IV, d’évidence en raison de sa contiguïté.

Dès lors qu’Alger a été éreintée et sa farouche résistance réduite, il ne se passait plus un jour sans que les armées coloniales en nombre, tous corps confondus, appuyées par des moyens aériens et terrestres considérables, ne se déploient comme la misère sur le monde à travers monts et talwegs. Un harcèlement permanent ! Il en sortait de partout. Les hélicoptères de transport, qu’on appelait les « bananes » (voir encadré), pondaient journellement des hommes en armes sur les crêtes et les pentes des reliefs les plus escarpés. Une crête occupée par l’adversaire était pour nous une bataille de perdue ! Le quadrillage était d’un tel maillage que la seule région de Ouled Moussa (ex-Saint-Pierre-Saint-Paul) était hérissée de pas moins de 58 postes militaires ! Une submersion asphyxiante qui nous contraignait à vivre en apnée. Alors que depuis les premières actions d’Ali Khodja et de son commando nous avions appris à opérer et nous mouvoir au grand jour, la constriction exercée sur nous par l’ennemi nous astreignait à une position défensive. L’initiative nous avait échappé et sans une réaction salutaire, nous risquions de perdre tout le terrain laborieusement gagné politiquement et militairement, après de durs combats souvent coûteux en vies humaines. Face à ce pressing mortel, le conseil de la Wilaya IV, alors présidé par le commandant Si M’hamed – qui assurait encore l’intérim du commandement après le départ pour Tunis du colonel Si Sadek – avait pris la décision historique et combien audacieuse de lancer une offensive généralisée contre les villes et villages relevant de sa compétence territoriale. Cette stratégie apparaissait comme la seule solution susceptible de desserrer l’étau létal qui nous étranglait. L’extension de nos capacités de nuisance et l’élargissement de notre champ d’intervention, la multiplication des points d’impact de nos raids allaient nécessairement fragmenter les rangs de l’adversaire et modérer la compacité de ses énormes moyens.

Nous somme début août 1957, conformément à l’ordre du conseil de wilaya, toutes les unités combattantes que comptait la IV sont passées à l’action. Du fait de ma parfaite connaissance de la région de Tablat, de son relief et de ses installations militaires sensibles – je m’étais évadé de sa prison le 20 octobre 1956 – il échut au commando Ali Khodja, que je dirigeais depuis sa reformation à Boukrem en janvier 1957, la mission de mener une attaque et d’y faire le plus de tintouin possible pour y semer la panique dans les rangs et la peur dans les esprits. Malheureusement, en arrivant de nuit aux abords de ce gros bourg qu’il était à l’époque, contrôlant une position stratégique sur l’axe routier Alger-Bou Saâda après le col des Deux Bassins, notre déconvenue a été grande quand nous avons constaté une concentration massive de troupes ennemies fortement équipées. L’armée coloniale s’apprêtait visiblement à lancer un de ces terribles et redoutables ratissages qui n’épargnait rien, ni les hommes ni leur environnement. Audacieux mais surtout pas téméraires, nous avons évité l’objectif pour le contourner et nous diriger vers le nord, vers le massif de Bouzegza. Sans le savoir, nous allions à la rencontre de ce qu’un coup du destin va transformer en un véritable enfer sur la terre. Alors que nous faisions mouvement vers la région de Djebel Zima, au centre du triangle Khemis El Khechna-Tablat-Lakhdaria, éludant prudemment un affrontement défavorable pour nous contre un ennemi de loin supérieur en nombre et en moyens, les autres unités avait lancé des attaques foudroyantes sur toutes les cibles qui avaient été déterminées. L’écho a été puissant et à la hauteur de nos espérances. La section de Si Boualem avait opéré contre Palestro (aujourd’hui Lakhdaria) avec succès. Les djounoud avaient même pris le soin de vider une pharmacie, emportant médicaments et nécessaires de premiers secours. Cependant, jouant de malchance, lors de la retraite de nuit, l’infirmier de la section fut arrêté. Interrogé sur la destination du retrait de sa section, sauvagement torturé, épuisé, il finit par lâcher, tout à fait fortuitement, une destination : Bouzegza ! Il savait que c’était faux mais il pensait ainsi fourvoyer ses tortionnaires sur une fausse piste. Ce qu’il ne savait pas par contre, c’est que nous nous étions réfugiés dans cet endroit, convaincus que nous y serions à l’abri car loin des voies principales de communication. Il y a lieu de préciser qu’en 1957, les montagnes et les forêts d’Algérie n’avaient pas encore été balafrées de pistes, chemins et sentiers par les scrapers et les bulldozers du génie militaire.

Ainsi, ne sachant bien évidemment rien du sort cruel de l’infirmier malchanceux de la section de Si Boualem, nous pensions que nous étions loin d’une éventuelle opération des Français. La région de Djebel Zima où nous avions décidé de nous arrêter était traversée en son milieu par une ravine fortement encaissée. C’est un petit affluent de l’oued Corso, sec en cette période de l’été. Les versants de la montagne étaient inégalement couverts ; tandis que l’un présentait plutôt l’aspect d’un maquis plus ou moins buissonneux, l’autre qui lui faisait face était constitué de pierraille et de caillasse incandescente en ce mois d’août. Nous étions réfugiés dans les maisonnettes éparses de la dechra. Nous comptions les heures et, de manière générale, lorsqu’arrivait 13h, nous pouvions souffler car une attaque ennemie qui commençait à cette heure de la journée nous permettait souvent, après une résistance conséquente, de décrocher à la faveur de la nuit tombante. L’obscurité rendait l’intervention de l’aviation impossible et l’usage de l’artillerie inutile. Nous exploitions les ténèbres pour sortir du ratissage. Mais cela était valable pour les mois d’hiver, vu la courte durée du jour. En été, la nuit tombe tardivement. Ce qui faisait que ce n’est que sur les coups de 16h que la menace s’éloignait sans jamais disparaître et anesthésier notre vigilance. L’armée française ne sortait ordinairement pas une certaine heure passée. Alors, nous pouvions nous occuper des tâches d’hygiène et profiter de l’accalmie pour une petite toilette et/ou une lessive. Ce jour du 4 août 1957, il était approximativement 15h, tout paraissait tranquille. Subitement les cigales cessèrent de striduler… Brusquement comme surgit du silence et jaillit du néant, un déferlement d’hommes et d’armes emplit, dans un grondement tumultueux, le ciel et la terre. Le versant, qui faisait face aux masures dans lesquelles nous nous trouvions, a été littéralement dévasté par les tirs de l’aviation. De l’infirmerie tenue par Baya el Kahla, une infirmière digne de tous les éloges, où je rendais visite aux malades et aux blessés, j’observais le déluge de fer et de poudre qui s’abattait sur un espace qui ne mesurait pas plus de deux kilomètres carrés.

Des moyens démesurés, cyclopéens avaient été déployés contre ce qui en l’état de leur connaissance se voulait la simple section du capitaine si Boualem qui avait opéré son coup de force à Palestro. Sur les crêtes qui nous faisaient face, les « bananes », tels des oiseaux d’acier géants pondaient, dans la chaleur et la poussière épaisse soulevée par les rotors qui fouettaient l’air dans un sifflement sinistre, des couvées entières de soldats armés jusqu’aux dents qui, cassés en deux, s’éloignaient des pales, avant de prendre position. Une fois leur ponte au sol, les appareils frappés de la cocarde tricolore de l’armée colonialiste, amblaient, pour regagner de l’altitude dans le ciel irradiant, vibrant de réverbération, pour laisser d’autres autogyres épandre d’autres troupes. Très vite, je me suis rendu compte, au regard de cette débauche d’hommes et de matériel, en observant les mouvements tout à fait improvisés des troupes au sol, que cette opération avaient en fait été préparée à la hâte et qu’il n’y avait dans tout ce remue-ménage aucune tactique élaborée préalablement. Pourtant, apprendrons-nous plus tard, cette expédition était directement commandée sur le terrain par le général Jacques Massu lequel s’était vu confier en janvier par Robert Lacoste les pleins pouvoirs de police. Il était accompagné des généraux Allard, de Maisonrouge et Simon. A la manière d’une machine à coudre les avions surfilaient les flancs de la montagne. Mais ils avaient à faire à des hommes aguerris qui avaient l’instinct de guerre des combattants les plus expérimentés. Les djounoud du commando avaient eu l’extrême intelligence militaire de ne pas bouger pour tenter une sortie ou essayer de décrocher. S’ils avaient commis cette erreur, non seulement ils auraient été des cibles que l’aviation aurait vite repérées et taillées en pièces mais les hélicoptères au lieu d’atterrir sur le versant d’en face, auraient déposé les troupes sur la crête du même côté où nous nous trouvions. Ainsi ont-ils laissé passer le bombardement intensif comme on patiente que l’orage se vide et jusqu’à ce que les « bananes » se soient éloignées abandonnant leur pondaison sur l’autre versant. Nous étions en face d’eux. A peu près deux cents mètres, à vol d’oiseau, nous séparaient. Mais il fallait une bonne vingtaine de minutes pour aller d’un point à l’autre. Dans le ciel plombé, les Pipers, tels des vautours, décrivaient inlassablement leurs cercles excentriques.

Nous étions hors de portée de leurs mitraillettes (voir encadré) mais pas des fusils. Tandis que mes vêtements séchaient, habillé d’une simple gandoura, je me trouvais à quelques enjambées des maisons où étaient répartis les membres du commando. Je les rejoint à toute vitesse, et enfilait promptement mon treillis encore humide.Nous avons encore temporisé un moment pour bien situer les positions de l’ennemi. Puis, furtivement nous sommes sortis de nos abris et nous avons gagné la crête. Nous avions une vue synoptique de toute la région. A notre grande stupéfaction d’autres troupes escaladaient en ahanant la contre-pente. Half-tracks, véhicules blindés, camions de transport de troupes… se dirigeaient vers le lieu où nous avions pris position. A ce moment, j’ai réalisé que leur manœuvre, même impréparée, pouvait déboucher sur un encerclement qui nous serait fatal. Je me souviens de ce chef de section, ô combien courageux, qui avait sorti le drapeau national, décidé à partir à l’assaut de cette nuée en armes. D’un geste je l’en dissuadais. Il ne fallait surtout pas qu’ils nous repèrent. Pour l’heure la confusion était totale de leur côté. Nous étions vêtus des mêmes treillis que nous portions de la même façon au point que nous poussions le détail jusqu’à mettre, comme eux, le col de la chemise sur le revers de la vareuse du battle-dress. Comme eux, nous étions coiffés de chapeaux de brousse, ces couvre-chefs de toile, dont un bord est relevé à l’aide d’un bouton pression. Et pour cause, tout comme notre « usine d’armement », notre « atelier de confection » était la « route goudronnée » où nous montions nos embuscades. Nous recevions rarement des équipements de l’extérieur et nous ne les portions jamais. Que ce soit les armes ou les tenues, je ne me souviens pas que le commando en ait un jour fait usage. Face à l’ennemi, peu économe en matériel de combat, nous disposions nous aussi de mitrailleuses 30 (voir encadré). Toutefois, comme elles consommaient des quantités de munitions trop importantes nous avons dû renoncer à leur emploi. En revanche, nous avions des FM BAR, fusils-mitrailleurs de l’OTAN, des FM 24/29, fusils-mitrailleurs français, des mitraillettes Thomson, d’un calibre 11.43, comme celle des films noirs américains, des MAT 49 françaises, des fusils MAS français, armes de précision, des fusils américains Garand, des carabines US, etc. Pour tout dire, le commando était armé de 9 fusils-mitrailleurs. A ma connaissance, aucune compagnie de l’armée d’en face n’en disposait d’autant. Si nous ne comptons que les armes de poing et d’épaule, conventionnelles s’entend, notre puissance de feu dans les engagements était souvent supérieure à n’importe quelle équivalence numérale française. Cela signifie aussi que chaque groupe avait un FM soit un total de trois par section ! Neuf fusils-mitrailleurs qui aboient de concert est d’un effet déconcertant sur l’adversaire !

Lors de nos diverses opérations et embuscades nous récupérions beaucoup d’armements. Nous gardions les meilleurs et nous donnions à nos frères, des autres secteurs et régions ou aux moussebiline, celles dont nous n’avions pas besoin. Comme nous ne voulions pas dépasser la katiba de 110 hommes, nous ne conservions que les armes requises pour un tel effectif… Le petit incident du drapeau passé, nous nous sommes fondus dans terrain et observions les agissement des soldats à la jumelle. Au bout d’un moment, nous avons compté à première vue deux compagnies environ qui arrivaient du sud là-bas vers Palestro. Une compagnie française est composée de quelque 140 hommes. Vu la distance qui nous séparait, nous avions présumé qu’il s’agissait de la section de Si Boualem qui repliait. Mais très vite nous nous sommes rendus compte qu’il s’agissait aussi d’unités ennemies. Nous les avons laissés venir à nous, toujours tapis, nous confondant avec le relief et la végétation de broussailles et d’épineux. Subrepticement, avec un petit groupe de djounoud armés de mitraillettes nous allons à leur rencontre, laissant les fusils et six fusils-mitrailleurs sur la crête pour nous protéger d’un raid aérien éventuel. Nous allions résolument vers l’affrontement, sans trop d’agitation. Les hommes sur lesquels nous allions fondre étaient comme nous, jeunes, mais visiblement sans expérience, ils étaient hésitants, bavards, s’interpellaient sans cesse. Ils se tordaient les chevilles dans la caillasse, se plaignaient, puis repartaient sans trop savoir vers où ils se dirigeaient. Ils nous aperçoivent mais ils sont persuadés que nous étions des leurs, vu que ne tirions pas. Mais une fois à portée de nos MAT nous les arrosons copieusement…

- Bon Dieu nous sommes des dragons ne tirez pas ! Hurlaient-ils.
- Mais alors que faites vous là-bas, si vous êtes des dragons Rejoignez-nous dans ce cas ! leur répondais-je, avec force gestes autoritaires, ajoutant ainsi à la confusion s’emparait d’eux.
- Vous êtes complètement barjos, vous avez abattu des hommes à moi, criait celui qui commandait la troupe. Alors qu’ils croyaient avoir affaire aux leurs, nous surgissions et en arrêtions par paquets dans cet embrouillamini total. On les arrête par sections entières. « Levez les mains ! » Délestés de leurs armes, paniqués, les prisonniers montent en courant la pente jusqu’à la crête où les cueillent les membres du commando restés en poste. Ils s’entassent, s’accroupissent dans les cours des maisons. Nous jetons en tas leurs armes et leurs munitions. « Quel pactole ! Jamais vu ça ! » A un moment donné l’aviation a survolé le champ de bataille, mais pour opérer il faut qu’une distance nous sépare et comme nous étions vêtus des mêmes uniformes, du ciel, les pilotes ne pouvaient pas nous distinguer les uns des autres. De même pour l’artillerie qui ne pouvait pas pilonner, tant que nous étions rivés à eux. Nous ne leur laissions pas le temps de se positionner loin de nous et dégager un espace qui nous séparerait suffisamment pour permettre un bombardement aérien ou un tir de barrage de l’artillerie. Mais au bout d’un instant, les appareils reviennent et l’artillerie se réveille. Les uns mitraillent, l’autre canonne, sans distinction. A l’aveugle. Nous reculons et nous dégageons pour rejoindre les fusils-mitrailleurs et les fusils embusqués sur la crête et les laissons faire un carnage dans leurs propres rangs. Le combat se déroulait à la mitraillette. Habitués au terrain et à ses accidents, nous nous déplacions plus rapidement et utilisions le moindre escarpement pour nous placer hors de portée de leurs tirs. A la décimation causée par l’aviation et l’artillerie, qui s’acharnent sur leurs propres troupes, s’ajoutent les giboulées de nos fusils mitrailleurs qui entrent en action… C’est une opération qui a débuté vers 15h et qui a duré jusqu’au début de la nuit.

Quoiqu’en dise, la propagande militaire française relayée par les journaux colonialistes de l’époque qui ont fait état de prétendues dizaines de morts dans nos rangs, j’affirme, en tant que responsable de ce commando d’élite dont l’héroïsme et la bravoure ont été chantés par le peuple qui l’a enfanté, et déclare devant les vingt témoins de cette bataille et qui sont toujours en vie (voir leur liste), que nous avons relevé hélas la mort de moussebilin et de pauvres civils sans arme et que le commando n’a enregistré qu’un blessé. Un courageux déserteur de l’armée française que nous surnommions Ahmed El Garand, qui est arrivé chez nous armé d’un fusil de cette marque. Le journal parisien Le Monde parlera, au lendemain de cette débâcle, de plus de 600 morts parmi les hommes des 4 généraux ! Les combats rapprochés ont fait rage jusqu’à ce que tombe la nuit. Aussitôt Baya El Kahla, qui avait organisé les femmes de la déchra, me rejoint et nous informe des multiples possibilités de retraite qu’elles avaient aménagées. Elles nous donnent les mots de passe. Et à mesure de notre progression protégée par la nuit, nous rencontrions des femmes postées en éclaireuses pour ouvrir le passage et nous prévenir de la présence éventuelle de groupes ennemis et des embuscades qu’il pouvait tenter. Rapidement, nous sommes sortis de l’encerclement emportant avec nous une soixantaine d’armes, car c’est tout ce que nous pouvions porter. Nous avons laissé sur place des dizaines d’autres que la population du douar devait récupérer pour les donner aux sections ou aux djounoud de leur région ou de leur zone. Ce fut la défaite de Massu et de ses trois généraux. Sans avoir l’honnêteté de reconnaître qu’il s’agissait d’une déconfiture, il ruminera jusqu’à la fin de ses jours son échec sur les cimes de Bouzegza. Je n’ai jamais raté l’occasion d’enfoncer davantage le clou en rappelant aux pires de ses mauvais souvenirs, comment il y mordit la poussière ! ça lui sapait son ego de grand stratège. Le fait d’avoir racolé quatre généraux comme lui, pour les convier à ce qu’il croyait être un pique-nique estival, ou une randonnée de montagne, ajoute à ses rots atrabilaires.

Il ignorait et il a compris que tout ce qu’il savait de la guerre révolutionnaire, c’était celle qu’il menait jusque-là contre le peuple désarmé. Que ce qu’il savait de la guerre tout court, c’était ce qu’il avait accompli sous le bouclier tutélaire et protecteur des alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Anglais dans le Fezzan en Libye en 1941 et Américain au sein de la deuxième DB de Leclerc en 1944. Les quatre généraux n’avaient rien cogité, rien préparé, convaincus qu’ils étaient, qu’ils allaient « casser du fell comme on va aux fraises ». Le commando Ali Khodja leur a prouvé ce jour-là que la guerre n’est pas une promenade de santé. Ils avaient sous-estimé la combativité de leur adversaire, ils avaient méjugé la réactivité des djounoud de l’ALN, tout comme ils avaient surévalué leur capacité d’organisation qu’ils croyaient naturellement supérieures à celles des indigènes que nous étions. Par ricochet, notre victoire revient aussi et indirectement à ce jeune infirmier courageux de la section de Si Boualem qui les a involontairement jetés dans un guêpier. Le 4 août à Bouzegza, la victoire a été celle du remarquable commando Ali Khodja. C’est aussi celle de tous les moussebilin et de toute la population de la région de Zima. Mais ce qu’on appelle la bataille de Bouzegza, ne s’arrête pas à la journée du 4 août 1957… Le 8 août, soit trois jours plus tard, persuadée que comme la foudre qui ne frappe pas deux fois au même endroit, l’armée française ne repassera pas là où elle a déjà opéré, d’autant qu’elle en garde un souvenir plutôt affligeant. Nous sommes donc revenus dans ce massif, après nous être reposés et repris des forces non loin de là. Mais ils ont eu exactement la même réaction et nous n’avions pas posé nos bardas que…

« El Askar ! El Askar ! »

Des deux versants montaient des colonnes de soldats. Nous nous trouvions entre les deux. Armés et comme toujours en tenue impeccable, nous sommes sortis et nous nous sommes engagés en colonne tout comme eux sur un sentier qui allait en direction de taillis assez touffus pour nous permettre de décrocher. Les avions arrivaient derrière nous. C’étaient des T6, « es seffra » (jaune), armés de mitrailleuses 12/7, qui approchaient en piqué sans tirer. Leur altitude n’était pas fort élevée et leur vitesse modérée (environ 250 km/h). Nous distinguions parfaitement les pilotes qui jetaient des regards à partir de leur cockpit. Cette fois encore, notre sang-froid sera à l’origine de notre succès. Alors que les appareils menaçants arrivaient dans notre dos en hurlant, sans nous démonter, nous leur faisions des signes amis de la main pour leur signifier que nous étions « des leurs ». Alors que les deux colonnes, nous « encadraient » mais à distance, les avions poursuivaient leur noria menaçante au-dessus de nos têtes. Tireront-ils, ne tireront-ils pas ? Au bout d’un moment, qui nous a semblé un siècle, nous nous sommes mis hors de vue, sous le couvert végétal avant de nous disperser. Aussitôt, les pilotes comprennent qu’ils avaient été leurrés. Cette fois-ci, il n’y a pas eu d’engagement et nous avons réussi à nous faufiler à travers bois et ravines pour nous éloigner du théâtre du ratissage. Aussi étonnant que cela puisse paraître, nous sommes revenus au même endroit le 12 août, croyant dur comme fer qu’un lieu que les Français ont ratissé, brûlé, bombardé, pilonné, « napalmé », serait le meilleur des abris. Mais la loi des probabilités a été bousculée et pour la troisième fois, en une semaine, nous sommes tombés nez à nez sur l’ennemi. Nous venions d’ouvrir les portes de l’enfer. Ce n’étaient plus des dragons, mais des paras. Tôt, les affrontements ont commencé avec l’engagement des ferka de si Boualem encerclé, sur une position qui lui était défavorable. Elles ont été pratiquement décimées, les pertes ont été considérables. Nous avons perdu des hommes tout comme nous avons enregistré une dizaine de blessés. Notre connaissance du terrain nous a sauvés d’un immense péril. Tout ce que l’ALN comptait dans cette zone de commissaires politiques, de responsables des renseignements, de chargés de la logistique, des agents de liaison, et toute la population avaient été sollicités pour nous permettre de sortir de la nasse avec le moins de dégâts possibles. Tirant les enseignements des deux précédents affrontements, cette fois les « léopards » ont mis pour ainsi dire le paquet et se sont ingéniés à tenter de redorer le blason terni des quatre généraux. Un feu roulant ininterrompu, des pluies de grenades, que nous réexpédions d’ailleurs, car dans leur hâte de se débarrasser de l’engin explosif, ils lançaient aussitôt la goupille retirée, ce qui nous donnait souvent le temps de les renvoyer à l’expéditeur. Ce que m’a appris mon expérience au maquis, c’est que si la peur est contagieuse, le courage l’est tout autant. Lorsque vous savez que vous pouvez compter sur ceux qui se trouvent à votre droite et à votre gauche, eux aussi sont convaincus qu’ils peuvent compter sur vous. Ce que j’ai appris à Bouzegza, c’est qu’au combat comme dans la vie, il ne faut jamais sous-estimer l’autre.

- amazitb1@yahoo.fr

Liste des membres du commando Ali Khodja encore en vie

- Zerari Rabah dit Si Azzedine
- Yahi Ahmed dit Ali Berianou
- Aït Idir Hocine dit Hocine
- Tounsi Djilali dit Abdelkader
- El Kahlaoui Abdelkader dit El Kahlaoui
- Rafaâ Louennass dit Rouget
- Kouar Hocine dit Hocine
- Blidi Abdelkader dit Mustapha Blidi
- Ben Salah Ammar dit Nachet
- Boulis Lakhdar dit Lakhdar
- Ladjali Mohamed dit Hamid Doz
- Rahim Mohand dit Bédja
- Si Athman
- Bachir Rouis dit Nehru
- Zerrouk
- Touhami Ali
- Nezlioui
- Kadi Mohamed-Chérif dit Chérif el Kbayli
- Hout Ahmed

Quelques action du commando Ali Khodja

- Juillet 1957 : accrochage à Djebel Belemou (Bou Zegza)
- 05 mars 1958 : accrochage à Belgroun
- 1958 : accrochage à Eryacha
- 1958 : accrochage à Lemchata
- 15 mai 1958 : accrochage à Maghraoua - 1958 : accrochage à Hadjra Essafra - 1958 : accrochage à Zaouïa (Soufflat)
- 1958 : attaque d’un camp près de Aomar
- 17 octobre 1958 : accrochage à Souflat
- 22 octobre 1958 : accrochage à Ouled Sidi Abdelaziz
- 06 janvier 1959 : accrochage à Tafoughalte (en Wilaya III)
- mai 1959 : accrochage des commandos des zones 1 et 2 près de Batna
- 1959 : embuscade à Aïn Oulmane (Sétif)
- 1959 : embuscade à Boutaleb (Aurès)
- Août 1959 : accrochage à Champlain.

boukhalfa amazit

source: el watan

Publié dans vive l'algerie(128) | Pas de Commentaire »

Le soufisme et l’ouverture interreligieuse-eric geoffroy

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

Religioperennis.org
1
Le soufisme et l’ouverture
interreligieuse
Eric Geoffroy
Le pluralisme religieux en islam
Selon la conception cyclique que se fait l’islam de la Révélation,
chaque nouveau message prophétique puise dans le patrimoine spirituel de
l’humanité. L’islam est particulièrement conscient de cet héritage puisqu’il se
présente comme l’ultime expression de la Volonté divine révélée aux hommes
depuis Adam, comme la confirmation et l’achèvement des révélations qui l’ont
précédé. À ce titre, il reconnaît et reprend les messages des prophètes antérieurs
à Muhammad. Le Coran est explicite sur cet héritage : « Dites : “ Nous croyons
en Dieu, à ce qui a été révélé à Abraham, à Isaac, à Jacob et aux tribus; à ce qui
a été donné à Moïse et à Jésus; à ce qui a été donné aux prophètes, de la part de
leur Seigneur. Nous n’avons de préférence pour aucun d’entre eux; nous sommes
soumis à Dieu ” » (Cor. 2 : 136). Muhammad est le « sceau » – c’est-à-dire le
dernier – des prophètes, dont le nombre s’est élevé selon lui à 124000. Or, le
Coran mentionne seulement vingt-sept prophètes, précisant que « pour toute
communauté il y a un envoyé » (Cor. 10 : 47). Il faut donc rechercher les autres
à une échelle très large dans l’histoire de l’humanité. Les savants musulmans
reconnaissent ainsi volontiers en Bouddha, Zoroastre ou encore Akhenaton des
prophètes. Ils ont relevé dans le Coran deux allusions au Bouddha 1, et certains
d’entre eux ont vu dans les « avatars », ou incarnations divines du bouddhisme,
l’équivalent des prophètes de l’islam. De la même façon, des ulémas indiens ont
considéré les Védas, textes sacrés de l’hindouisme, comme inspirés par Dieu et
ont compté les hindous parmi les « Gens du Livre », c’est-à-dire les peuples
ayant reçu une écriture révélée.
Religioperennis.org
2
Le Coran évoque à plusieurs reprises la « Religion primordiale » ou
« immuable » (al-dîn al-qayyim). Toutes les religions historiques seraient issues
de cette religion sans nom 2, et auraient donc une généalogie commune. L’islam
considère cependant la diversité des peuples et des religions comme une
expression de la Sagesse divine 3. Il existe ainsi une théologie du pluralisme
religieux en islam, même dans son versant le plus exotérique. « À chacun de
vous, Nous avons donné une voie et une règle » (Coran 5 : 48) : ce verset
justifie la diversité des traditions religieuses, lesquelles se trouvent unies, de
façon sous-jacente, par l’axe de l’Unicité divine (tawhîd). Chaque croyant sera
rétribué pour sa foi et son observance de sa propre religion : « Ceux qui
croient, ceux qui pratiquent le judaïsme, ceux qui sont chrétiens ou sabéens,
ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, ceux qui font le bien : voilà ceux
qui trouveront une récompense auprès de leur Seigneur. Ils n’éprouveront alors
plus aucune crainte, et ne seront pas affligés » (Cor. 2 : 62).
L’universalisme de la Révélation a été confirmé par le Prophète :
« Nous autres, prophètes, sommes tous les fils d’une même famille; notre religion
est unique » (Bukhârî). À une époque où l’intransigeance religieuse était de mise,
la reconnaissance du pluralisme religieux devait se traduire par le respect foncier
des autres croyants : « Quiconque fait du mal à un chrétien ou à un juif sera mon
ennemi le jour du Jugement. » Par la suite, les enjeux politiques, les intérêts
économiques mais aussi les croisades ont souvent mis à mal les idéaux islamiques
en la matière, et les savants exotéristes ont restreint cette large perspective :
puisque la loi islamique abrogeait les lois révélées antérieurement, les religions qui
en émanaient étaient caduques. D’interminables polémiques dogmatiques virent
alors le jour, notamment entre chrétiens et musulmans. Mais même parmi les
théologiens et les juristes il y a toujours eu des esprits porteurs d’une conscience
universelle. Ecoutons Ibn Hazm (XIe s.) : « Place ta confiance en l’homme
1 Cor. 21 : 85, et la sourate 95 intitulée Le figuier.
2 Voir par exemple Cor. 30 : 30.
Religioperennis.org
3
pieux, même s’il ne partage pas ta religion, et défie-toi de l’impie, même s’il
appartient à ta religion », ou encore ce cadi du XVe s. qui affirmait : « tout
homme peut être sauvé par sa propre foi, celle dans laquelle il est né, pourvu
qu’il la conserve fidèlement. »
L’unité transcendante des religions
Ce sont incontestablement les soufis qui ont donné toute sa
dimension au thème coranique de la « Religion primordiale ». Ils éprouvent plus
que d’autres cette communauté d’adoration que constitue l’humanité au-delà de la
diversité des croyances. Leur ouverture aux autres confessions découle d’une
évidence métaphysique : « la doctrine de l’Unicité divine ne peut être qu’une »
(al-tawhîd wâhid).
Les premiers ascètes ont probablement été influencés par les moines
et les ermites chrétiens du Proche-Orient. Il semble même que leur modèle ait été
davantage Jésus, par sa vie ascétique et errante, que Muhammad. Par la suite, des
maîtres orthodoxes ont avoué leur vénération pour Jésus. La littérature soufie
cite abondamment les propos du Christ, Ghazâlî en particulier, mais il n’est pas le
seul. Les moines chrétiens ont été respectés au long de l’histoire de l’islam, si l’on
excepte bien sûr le terrorisme récent. Les soufis voient en eux des spirituels
suivant la voie du Christ, et certains cheikhs présentent à leurs disciples la
conduite des moines comme un idéal à atteindre.
Hallâj professe évidemment l’universalisme de la « Religion
primordiale ». Après avoir tancé un musulman qui s’en prenait à un juif sur le
marché de Bagdad, il a ces mots : « J’ai réfléchi sur les dénominations
confessionnelles, faisant effort pour les comprendre, et je les considère comme
un Principe unique à ramifications nombreuses 4. » Dans la même veine, le
maître iranien Ibn Abî l-Khayr affirme que « toutes les religions et tous les
3 Cor. 5 : 48; 30 : 22; 49 : 13.
4 Dîwân, traduit par L. Massignon, Paris, 1981, p.108.
Religioperennis.org
4
hommes sensés reconnaissent que Celui qui est unanimement adoré et But
suprême est un seul et même Être. Il est Un de tous les points de vue et la dualité
est impossible en Lui 5. » Par leurs propos ou leurs attitudes, Ahmad Rifâ‘î ou
‘Abd al-Qâdir Jîlânî témoignent d’une semblable compréhension du pluralisme
religieux et de l’universalité de l’adoration divine.
C’est encore Ibn ‘Arabî qui a fourni un cadre doctrinal au thème de
« l’unité transcendante des religions » (wahdat al-adyân), bien que l’expression
ne soit pas de lui. À ses yeux, toutes les croyances, et donc toutes les religions
sont vraies, car chacune répond à la manifestation d’un Nom divin; or toutes ces
théophanies particulières ont leur source en Dieu, le « Réel », le « Vrai ». Il y a
ainsi une unité fondamentale de toutes les lois sacrées, et chacune détient une
part de vérité. La diversité des religions est due à la multiplicité des
manifestations divines, « qui ne se répètent jamais ». S’appuyant sur le hadîth
qudsî « Je suis conforme à l’opinion que Mon serviteur se fait de Moi », Ibn
‘Arabî conclut d’abord que les croyances sont conditionnées par les différentes
théophanies reçues par les êtres et par la conception nécessairement fragmentaire
que chacun se fait de Dieu; ensuite que Dieu accepte toutes les croyances – pas
au même degré bien sûr – car les conceptions humaines ne sauraient limiter l’Être
divin. Chaque religion, dit-il, ne dévoile en réalité qu’un aspect de la divinité.
Citant Junayd, il ajoute que les croyances sont comparables à des récipients de
différentes couleurs : dans tous les cas, l’eau est à l’origine incolore, mais elle
prend la couleur de chaque récipient.
Celui qui se limite au stade de ce que Ibn ‘Arabî appelle le « dieu
créé dans les croyances » rejette le credo de l’autre, car il n’a pas accès à l’Être
divin d’où émanent toutes les théophanies. Le gnostique, quant à lui, reconnaît
Dieu en toute forme car « Où que vous vous tourniez, là est la face de Dieu »
(Cor. 2 : 115). Ibn ‘Arabî donne donc ce conseil : « Prends garde à ne pas te lier
à un credo particulier en reniant tout le reste [...] Que ton âme soit la substance
5 M. Ebn E. Monawwar, Les étapes mystiques, p.65.
Religioperennis.org
5
de toutes les croyances, car Allâh le Très Haut est trop vaste et trop immense
pour être enfermé dans un credo à l’exclusion des autres 6. »
Ibn ‘Arabî en arrive à une autre conclusion : quelque soit le
destinataire du culte que voue l’homme (Dieu dans ses diverses nominations,
mais aussi la nature ou même les idoles), c’est toujours Dieu qu’il adore, même
s’il n’en est pas conscient. Tel est le sens de ce fameux poème :
Mon coeur est devenu capable de toutes les formes
Une prairie pour les gazelles, un couvent pour les moines
Un temple pour les idoles, une Ka‘ba pour le pèlerin,
Les Tables de la Thora, le Livre du Coran.
Je professe la religion de l’Amour, et quelque direction
Que prenne sa monture, l’Amour est ma religion et
ma foi 7.
Il ne faut pas voir dans ce poème un « gélatineux syncrétisme » 8,
mais bien plutôt l’expression d’une réalisation spirituelle accomplie au sein d’une
tradition donnée, en l’occurrence l’islam. Le fidèle qui a une approche
superficielle de sa religion reste sur la circonférence, au niveau de la norme
extérieure; il n’appréhende pas les autres croyances et cherche donc à imposer la
sienne. Mais celui qui se réalise dans sa propre tradition parvient à la Réalité
universelle (Haqîqa), qui transcende toutes les croyances et confessions 9.
Pratiquer la religion de l’Amour, c’est reconnaître que « Dieu a
décrété que vous [les créatures] n’adoriez que Lui » (Cor. 17 : 23), et que
l’homme n’a été créé que pour l’adoration (Cor. 51 : 56). Plusieurs courants du
soufisme postérieur à Ibn ‘Arabî prônent ouvertement cette religion de l’Amour,
même s’ils ne citent pas nommément le Shaykh al-Akbar. Ahmad Tijânî, par
6 Fusûs al-hikam, traduction de C.A. Gilis sous le titre Le livre des chatons
des sagesses, Paris, 1997, I, p.278.
7 Traduction de H. Corbin, L’imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn
‘Arabî, Paris, 1958, p.109.
8 C. Addas, Ibn ‘Arabî et le voyage sans retour, p.101.
Religioperennis.org
6
exemple, n’hésita pas à soutenir lors d’une séance publique que « Dieu aime
l’infidèle », ce qui choqua une grande partie de l’auditoire. Le cheikh tijânî Tierno
Bokar, surnommé par Théodore Monod « le saint François d’Assise de
Bandiagara », enseignait en plein Sahel africain qu’il n’y a qu’une Religion
primordiale, « comparable à un tronc dont les religions historiques connues
seraient sorties comme les branches d’un arbre. C’est cette Religion éternelle,
poursuivait-il, qui a été enseignée par tous les grands envoyés de Dieu et
modulée en fonction des nécessités de chaque époque 10 ». Dans la logique d’Ibn
‘Arabî, Tierno en conclut que « croire que sa race, ou sa religion, est seule
détentrice de la vérité est une erreur [...] La foi est d’une nature comparable à
celle de l’air. Comme l’air, elle est indispensable à la vie humaine et l’on ne saurait
trouver un seul homme qui ne croie véritablement et sincèrement en rien 11 ».
L’un de ses disciples, Amadou Hampaté Bâ, manifesta pour sa part la vénération
qu’un musulman peut avoir pour Jésus, et fut l’un des artisans du dialogue
islamo-chrétien.
Au cours des siècles, l’école d’Ibn ‘Arabî et, au-delà, tous ceux qui
reconnaissent leur dette envers le maître andalou ont repris et adapté sa doctrine
aux différents contextes historiques. ‘Abd al-Karîm Jîlî explora la relation entre
le prophète Ibrâhîm (Abraham) et les barâhima, les « brahmanes » ou prêtres de
l’hindouisme : à ses yeux, cette proximité consonantique n’est pas fortuite car,
selon lui, les hindous affirment descendre d’Abraham et appartenir à sa religion.
L’émir Abd el-Kader fut aussi un digne émule d’Ibn ‘Arabî dans ce
domaine. Refusant l’absolutisme de la croyance individuelle, il met l’accent sur
l’Unicité divine sous-jacente aux différents credos 12. Malgré ses déboires avec
l’impérialisme français, il prône le rapprochement avec le christianisme : « Si les
musulmans et les chrétiens m’écoutaient, s’écrie-t-il, je ferais cesser leur
9 Cf. le schéma supra, p.
10 A. H. Bâ, Vie et enseignement de Tierno Bokar, p.144, 153.
11 Ibid., p.149.
Religioperennis.org
7
antagonisme et ils deviendraient frères à l’extérieur et à l’intérieur 13. » Lorsqu’à
Damas, en 1860, il sauve la vie de onze mille chrétiens menacés par des
émeutiers, il ne fait que mettre en application la doctrine qu’il professe Damas 14.
Animé par le même humanisme spirituel, le cheikh Ahmad ‘Alawî
nourrit une immense curiosité à l’égard de toutes les religions. Connaissant la
tradition chrétienne – il apprécie en particulier l’Évangile de Jean – il a prêché
toute sa vie l’entente entre musulmans et chrétiens. « Si je trouvais un groupe qui
soit mon interprète auprès du monde de l’Europe, on serait étonné de voir que
rien ne divise l’Occident de l’Islam », écrit-il en pleine période coloniale. L’esprit
christique qui l’anime, et qui trouvera son explication un peu plus loin, est
partagé par ses successeurs. Le cheikh ‘Adda Bentounès (m. 1952) s’écrie : « Si
les chrétiens connaissaient l’amour pour Jésus qui, en mon coeur, brûle d’un feu
ardent, ils viendraient embrasser mon haleine ! 15 », et son fils, le cheikh Mahdî,
prescrit à un disciple des « formules de prière christiques » (wird ‘îsawî). Des
membres algériens de la ‘Alawiyya rencontraient régulièrement les moines de
Tibhérine qui ont été assassinés par le suite; ils les avaient d’ailleurs prévenus du
danger qu’ils encouraient face au G. I. A..
René Guénon (m. 1951) s’est lui aussi efforcé de rappeler l’unité et
l’identité fondamentales de toutes les traditions spirituelles. C’est pour cette raison
précisément que son oeuvre traite davantage des doctrines hindoues, par
exemple, que du soufisme auquel il était affilié. Les affinités métaphysiques de
Guénon avec Ibn ‘Arabî sont évidentes puisqu’il développe la doctrine de l’ «
unicité de l’Être » 16.
12 M. Chodkiewicz, introduction aux Ecrits spirituels, p.35; ‘Abd al-Qâdir al-
Jazâ’irî, Le Livre des Haltes, traduction de M. Lagarde, Leiden, 2001, II, 114;
372-375.
13 B. Étienne, Abdelkader, p.250.
14 Ibid., p.298.
15 Le Choeur des prophètes – Enseignements soufis du Cheikh ‘Adda
Bentounès, Paris, 1999, p.181.
16 M. Vâlsan, L’Islam et la fonction de René Guénon, Paris, 1984, p.28-32.
Religioperennis.org
8
Frithjof Schuon, issu de la ‘Alawiyya, fut proche également de
Guénon. Il a signé un ouvrage au titre explicite : De l’unité transcendante des
religions. Il y expose en langage occidental les idées qu’Ibn ‘Arabî avait
évoquées de façon souvent allusive. Si l’on s’en tient aux seuls dogmes, expliquet-
il, les différentes croyances paraissent antagonistes, et tout texte sacré semble
porter en lui des contradictions internes. En réalité, les différences de forme entre
les religions « ne portent pas atteinte à la Vérité une et universelle » puisqu’elles
sont l’expression de la volonté divine 17. Schuon, qui a pris le nom de « cheikh
‘Îsâ (Jésus) », a exercé une grande influence sur certains milieux chrétiens. La
vénération qu’il portait à Marie (Maryam) l’a amené à nommer sa voie initiatique
la Maryamiyya. « Marie personnifie l’Essence informelle de tous les Messages,
écrit-il, elle est par conséquent la « Mère de tous les Prophètes »; elle s’identifie
ainsi à la Sagesse primordiale et universelle, la Religio Perennis » 18. Avant
Schuon, d’autres soufis ont médité sur le personnage coranique de Marie, et ont
affirmé être en contact subtil avec la Vierge.
L’héritage prophétique
Cette proximité entre les saints musulmans et les prophètes et
certaines figures antérieures à l’islam historique doit être placée dans la
perspective de l’ « héritage prophétique » dont sont investis les saints musulmans
19. Cet héritage explique en effet pour une bonne part la conscience universaliste
qui caractérise les soufis. Tous les Occidentaux qui ont approché le cheikh ‘Alawî
ont été frappés par son apparence christique, et l’un d’eux parle d’une « belle tête
de Christ douloureux et tendre ». Cette ressemblance était l’émanation d’une «
station » spirituelle propre au cheikh, qui explique son rayonnement en Occident
17 De l’unité transcendante des religions, Paris, 1979; voir en particulier le
premier chapitre.
18 « Hagia Sophia », dans Marie et le mystère marial, numéro spécial de
Connaissance des Religions, n°47-48, 1996, p.1-2.
19 Cf. supra p.
Religioperennis.org
9
chrétien. Pour autant qu’on puisse en juger, le type christique est l’un des plus
répandus chez les saints musulmans, ce qui n’est guère surprenant puisque
l’islam reconnaît à Jésus un statut particulier et un rôle eschatologique majeur.
Les soufis, quant à eux, voient en lui le « sceau universel de la sainteté ».
Louis Massignon a certainement trop « christianisé » la figure de
Hallâj, mais il est vrai qu’Ibn ‘Arabî le considèrait comme un héritier de Jésus, à
l’intérieur de la sphère muhammadienne bien sûr 20. Un autre saint christique
moins célèbre, mais tout aussi marquant, est ‘Ayn al-Qudât Hamadânî (m. 1131),
qui connut la « passion » puisqu’il fut mis en croix à l’âge de trente-trois ans 21.
Dans la Turquie ottomane, où l’influence d’Ibn ‘Arabî s’étendit rapidement,
plusieurs cheikhs se distinguaient également par leur aspect christique; à l’instar
de ‘Ayn al-Qudât, certains passent pour avoir eu le pouvoir de ressusciter les
morts, ce qui est en islam un signe du tempérament christique 22. Ils ont été
soupçonnés de s’être convertis en secret au christianisme. Ibn ‘Arabî avait
pourtant précisé que si un soufi invoquait Jésus, même sur son lit de mort, cela
n’impliquait pas qu’il soit devenu chrétien 23. Mais dans une région où le
syncrétisme était florissant, les autorités exotériques avaient des raisons de se
méfier.
D’une façon plus générale, les sources mentionnent un grand
nombre de saints qui auraient été en contact avec l’un ou l’autre prophète par
l’intermédiaire de son « entité spirituelle ». Les visions du prophète Ibrâhîm
(Abraham) semblent particulièrement fréquentes.
L’ « idolâtrie cachée » du commun des croyants
De nombreux mystiques persans (Ibn Abî l-Khayr, ‘Ayn al-Qudât,
Rûmî, Shabestarî…) considéraient que la croyance du simple fidèle ou encore du
20 M. Chodkiewicz, Le Sceau des saints, p.103.
21 Les tentations métaphysiques, introduction de Ch. Tortel, p.27.
22 Cf. Cor. 5 : 110.
23 Le Sceau des saints, p.103.
Religioperennis.org
10
théologien exotériste n’est qu’ « idolâtrie cachée ». L’homme non réalisé
spirituellement ne peut qu’être idolâtre, voire « infidèle », car il n’adore pas Dieu en
vérité; il n’adore que ce qu’il conçoit être Dieu. Nous retrouvons là
l’enseignement d’Ibn ‘Arabî, mais les soufis persans se montrent plus radicaux
dans leur critique du fidèle « bien-pensant ». Ils manient volontiers le paradoxe
pour éveiller les consciences : la foi et l’infidélité, le bien et le mal sont des
théophanies différenciées de l’Être divin; puisqu’elles ont une même source, leur
opposition doit être relativisée. Le juge ‘Ayn al-Qudât déclarait en ce sens :
Las, las ! Cette Loi est la religion de la bêtise,
Notre religion est l’impiété et la religion des chrétiens [...];
L’impiété et la foi, sur notre vie sont une seule chose 24.
Et Sanâ’î :
L’infidélité et la foi courent sur Sa voie,
Unies dans leur louange
« Il est Un sans ressemblance ».
Il faut dépasser les barrières dogmatiques, afin de mieux réaliser
l’essence universaliste du message islamique et atteindre la Religion primordiale. «
Je ne suis ni chrétien, ni juif, ni zoroastrien, ni musulman », affirme Rûmî dans
un poème où il nie toute multiplicité, toute dualité pour se résorber en Dieu seul
25. Très ouvert aux autres confessions, Rûmî comparait les voies menant à Dieu
aux chemins qui convergent tous vers La Mecque, et lançait cet appel : « Viens,
viens, qui que tu sois, infidèle, religieux ou païen, peu importe ! » Lors de ses
funérailles, « tous les habitants étaient là, les musulmans, mais aussi les
chrétiens et les juifs car tous se reconnaissaient en lui [...] Les juifs avançaient
dans le cortège en chantant des psaumes, les chrétiens en proclamant l’Évangile
et nul ne songeait à les écarter ». Le sultan fit venir les responsables des
24 Les Tentations métaphysiques, p.280.
25 É. de Vitray-Meyerovitch, Anthologie du soufisme, p.262.
Religioperennis.org
11
communautés juive et chrétienne, et leur demanda pourquoi ils honoraient ainsi
un musulman : « En le voyant, nous avons compris la vraie nature de Jésus, de
Moïse et de tous les prophètes 26. »
Dans sa Roseraie du mystère, Shabestarî fait fructifier la doctrine
d’Ibn ‘Arabî en milieu persan. En se fondant comme lui sur ce verset : « Les
sept cieux, la terre et tout ce qui s’y trouve célèbrent Ses louanges. Il n’y a rien
qui par la louange ne Le glorifie – mais vous ne comprenez pas leur glorification
» (Cor. 17 : 44), il affirme avec résolution l’unité des religions découlant de l’ «
unicité de l’Être », et l’unité des divers adorateurs et chercheurs de Dieu .
La tentation du syncrétisme
La frontière entre l’ouverture interreligieuse et le syncrétisme est
parfois ténue. Ce dernier peut se limiter à la pure dimension doctrinale, comme
chez Suhrawardî Maqtûl qui professe une théosophie où se fondent plusieurs
apports, ou chez Ibn Sab‘în qui se nourrit aussi bien d’Hermès et de Platon que
des maîtres du tasawwuf. Ibn Hûd (m. 1300), disciple d’Ibn Sab‘în à Damas, était
appelé le « cheikh des juifs » en raison de l’ascendant qu’il exerçait sur certains
représentants de cette communauté. Par ailleurs, il « accueillait le soleil à son
lever en faisant le signe de la croix », et proposait à ceux qui désirent se placer
sous son obédience de choisir entre trois voies initiatiques : celles de Moïse, de
Jésus et de Muhammad. Il a été perçu comme syncrétiste par les exotéristes mais
aussi par la majorité des soufis. Certains compagnons de Sadr al-Dîn Qûnawî
auraient confessé la divinité de Jésus, ce qui indignait Rûmî lui-même 27.Peut-être
faut-il voir en Ibn Hûd un saint musulman « abrahamique », puisant à la source du
monothéisme. Dans ce Proche-Orient où coexistent tant bien que mal judaïsme,
christianisme et islam, la figure du Patriarche peut évidemment jouer un rôle
salutaire. N’y a-t-il pas de nos jours en Israël-Palestine une « voie initiatique
26 É. de Vitray-Meyerovitch, Islam, l’autre visage, Paris, 1995, p.97-98.
27 Rûmî, Le Livre du Dedans, Paris, 1982, p.164-165.
Religioperennis.org
12
abrahamique » (tarîqa ibrâhîmiyya) vivifiée par des soufis palestiniens et des
spirituels juifs ?
Le soufisme turco-persan se caractérise par une plus grande
tolérance que le soufisme d’expression arabe. Si certains auteurs persans prônent
un supraconfessionnalisme de nature métaphysique, les derviches anatoliens
pratiquent volontiers une mystique transconfessionnelle. Le bektachisme est ainsi
un véritable creuset d’influences diverses où se côtoient chamanisme,
christianisme, chiisme hétérodoxe. À la fin de l’époque médiévale, les Bektachis
étaient si proches des moines grecs que l’on a parfois du mal à distinguer les uns
des autres. En Anatolie, l’affranchissement des barrières confessionnelles était
chose partagée, et on disait communément qu’ « un saint est pour tout le monde
». Des groupes soufis ont parfois été taxés d’hétérodoxie en raison de leur
souplesse dogmatique, mais il n’empêche que celle-ci a été un facteur
incontestable d’islamisation. Ibn Hûd a ainsi fait entrer des juifs de Damas en
islam, et les Bektachis ont largement contribué à convertir les populations des
Balkans.
Le syncrétisme religieux a parfois pris une dimension directement
politique. L’exemple le plus célèbre est le rêve de l’empereur moghol Akbar (m.
1605), qui voulait libérer hindous et musulmans de tout préjugé confessionnel et
tenta de promouvoir une religion universelle (dîn-e ilahî). Il fonda à cet effet une
école de traducteurs, afin de mettre en regard le soufisme et le Vedânta hindou.
Son arrière petit-fils, le prince Dârâ Shakûh, fin connaisseur de l’un comme de
l’autre, traduisit lui-même des textes majeurs de l’hindouisme. Dans son
Confluent des deux océans (Majma‘ al-bahrayn), il tenta de prouver l’unité
principielle des métaphysiques islamique et hindoue. S’il fit oeuvre de pionnier en
matière de mystique comparée, il ne se soucia guère de politique et, accusé
d’hérésie par ses propres frères, fut exécuté en 1659. Sauf dans quelques cercles
soufis, son exemple n’a guère été retenu en Inde par la postérité.
Les pressions de l’exotérisme et de l’histoire
Religioperennis.org
13
L’ouverture interreligieuse qui caractérise le soufisme a cependant
ses limites. Tout d’abord, l’ensemble des soufis n’adhère pas à la doctrine de
l’unicité de l’Être, qui fonde en quelque sorte celle de l’unité transcendante des
religions. Ceux qui professent cette doctrine sont minoritaires et souvent
considérés, au sein même du soufisme, comme des marginaux. Un musulman ou
un soufi peut dialoguer avec des représentants d’autres religions ou mystiques
sans être convaincu d’une quelconque « unité transcendante des religions ». Par
ailleurs, le principe coranique de la « Religion immuable » s’assortit d’une
critique, de la part des musulmans, des « déviations » que les religions antérieures
à l’islam auraient fait subir aux messages divins. L’islam stigmatise en particulier
dans le christianisme les dogmes de l’Incarnation et la Trinité. Les livres révélés et
les prophètes ayant précédé Muhammad font l’objet d’une reconnaissance qui n’a
d’égal que le désaveu des dérives dogmatiques survenues dans l’une ou l’autre
religion : sur ce point, l’immense majorité des soufis s’aligne sur la position
islamique officielle.
Par le passé, avant que des contacts prolongés entre civilisations
aient été établis, chaque civilisation ou chaque religion était centrée sur ellemême,
tournée vers son propre « soleil ». Même si les uns et les autres avaient
connaissance d’autres systèmes solaires, ils les percevaient comme s’opposant au
leur. Chaque religion avait sa cohérence interne, et il n’était pas nécessaire
d’adhérer à toute la vérité, mais à sa vérité.
Cet exclusivisme se justifiait d’autant plus que les relations
qu’entretenaient les différentes civilisations étaient souvent belliqueuses. Un grand
mystique chrétien, Saint Bernard, appela lui-même à la Guerre Sainte contre les
« infidèles ». Si les croisades ont permis des contacts entre musulmans et chrétiens,
elles ont aussi contribué à la détérioration des rapports entre les uns et les autres.
Si Ibn ‘Arabî recommande au prince seljoukide Kaykâ’ûs de faire preuve de
fermeté vis-à-vis des chrétiens anatoliens, c’est en partie en raison des progrès de
la Reconquista en Espagne et de la présence des croisés en Orient. Au
demeurant, cette attitude ne peut surprendre chez un cheikh qui portait toute son
attention au respect de la Loi. En outre, si des soufis comme Ibn ‘Arabî étaient
Religioperennis.org
14
animés par quelque conscience universelle, ils ne pouvaient s’en ouvrir à leurs
contemporains. Il se devaient d’être solidaires du corps exotérique auquel ils
appartenaient, et ne pouvaient donc évoquer l’unité fondamentale des formes
religieuses qu’en termes allusifs.
Même les soufis considérant que l’islam n’a pas abrogé les religions
antérieures restent persuadés de la supériorité de leur religion. Pour Ibn ‘Arabî,
l’islam est comparable au soleil, et les autres religions aux étoiles : celles-ci ne
disparaissent pas avec le lever du soleil, mais leur lumière est absorbée par celle
de l’astre. L’un de ses disciples, ‘Abd al-Razzâq Qâshânî (XIVe s.), auteur d’un
commentaire ésotérique du Coran, concède que juifs et chrétiens obtiendront le
même degré spirituel et la même rétribution que les musulmans exotéristes, ce
qui constitue déjà une ouverture considérable dans le contexte de l’époque. Mais
selon lui la connaissance de l’Unité, de l’Essence divine est réservée à l’élite des
musulmans, c’est-à-dire aux soufis. Les limitations inhérentes au judaïsme et au
christianisme, explique Qâshânî, sont résolues par l’islam qui opère la synthèse
entre leur tendance respective : l’extérieur (zâhir) pour le judaïsme, et l’intérieur
(bâtin) pour le christianisme. L’islam représente donc « le sommet absolu et
demeure qualitativement supérieur aux autres formes religieuses. Déclarer que
toutes les religions “se valent” du fait qu’elles mènent à une Réalité unique n’est
exact que jusqu’à un certain degré de réalisation spirituelle. Au-delà il n’y a
d’autres voies d’accès à la réalisation spirituelle complète que l’Islam, c’est-à-dire
la pratique du soufisme à ses degrés les plus élevés 28 ».
Si certains soufis ont admis que toutes les formes religieuses étaient
encore valables après l’apparition de l’islam, la grande majorité s’est alignée sur la
position dominante en islam, à savoir que chaque religion a eu sa raison d’être en
son temps. Or l’islam est la dernière religion révélée. Ainsi, les soufis indiens
postérieurs à Dârâ Shakûh (XVIIe s.) admettent la vérité des doctrines védiques
et emploient à l’occasion des termes et des symboles hindous. La plupart,
28 P. Lory, Les Commentaires ésotériques du Coran, p.135.
Religioperennis.org
15
cependant, se montrent sceptiques quant aux possibilités de réalisation spirituelle
au sein de l’hindouisme à leur époque.
Depuis le XXe s., les frontières qui séparaient les civilisations et les
religions se sont effondrées. Nul ne peut plus ignorer les autres « soleils ». Tout
croyant est sommé d’être fidèle à sa tradition, tout en reconnaissant comme
valables les autres formes religieuses, sans quoi il pourrait être amené à perdre
la foi en sa propre religion 29. C’est pourquoi, au siècle dernier, des auteurs
comme René Guénon, Frithjof Schuon mais aussi Ananda Coomaraswamy et
Aldous Huxley ont pu énoncer clairement la doctrine de la Sagesse universelle
dans ses différents modes d’expression, quelque soit la tradition à laquelle euxmêmes
aient appartenu. Les divers intégrismes posent le problème des rapports
entre l’extérieur et l’intérieur de chaque message révélé, car une même religion
peut engendrer aussi bien un dogmatisme aveugle qu’une spiritualité éclairante.
La vocation du soufisme a été précisément de résorber la multiplicité dans l’unité,
de dépasser le particulier pour accéder à l’universel.
29 S. H. Nasr, Essais sur le soufisme, Paris, 1980, p.176.

Publié dans islam(46) | Pas de Commentaire »

 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema