• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 31 octobre 2009

Venus and Adonis/ William Shakespeare

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

Venus and Adonis
Poem by
William Shakespeare

Even as the sun with purple-colour’d face
Had ta’en his last leave of the weeping morn,
Rose-cheek’d Adonis hied him to the chase;
Hunting he loved, but love he laugh’d to scorn;
Sick-thoughted Venus makes amain unto him,
And like a bold-faced suitor ‘gins to woo him.

Thrice-fairer than myself,’ thus she began,
The field’s chief flower, sweet above compare,
Stain to all nymphs, more lovely than a man,
More white and red than doves or roses are;
Nature that made thee, with herself at strife,
Saith that the world hath ending with thy life.

Vouchsafe, thou wonder, to alight thy steed,
And rein his proud head to the saddle-bow;
If thou wilt deign this favour, for thy meed
A thousand honey secrets shalt thou know:
Here come and sit, where never serpent hisses,
And being set, I’ll smother thee with kisses;

And yet not cloy thy lips with loathed satiety,
But rather famish them amid their plenty,
Making them red and pale with fresh variety,
Ten kisses short as one, one long as twenty:
A summer’s day will seem an hour but short,
Being wasted in such time-beguiling sport.’

With this she seizeth on his sweating palm,
The precedent of pith and livelihood,
And trembling in her passion, calls it balm,
Earth’s sovereign salve to do a goddess good:
Being so enraged, desire doth lend her force
Courageously to pluck him from his horse.

Over one arm the lusty courser’s rein,
Under her other was the tender boy,
Who blush’d and pouted in a dull disdain,
With leaden appetite, unapt to toy;
She red and hot as coals of glowing fire,
He red for shame, but frosty in desire.

The studded bridle on a ragged bough
Nimbly she fastens: — O, how quick is love! –
The steed is stalled up, and even now
To tie the rider she begins to prove:
Backward she push’d him, as she would be thrust,
And govern’d him in strength, though not in lust.

So soon was she along as he was down,
Each leaning on their elbows and their hips:
Now doth she stroke his cheek, now doth he frown,
And ‘gins to chide, but soon she stops his lips;
And kissing speaks, with lustful language broken,
If thou wilt chide, thy lips shall never open.’

He burns with bashful shame: she with her tears
Doth quench the maiden burning of his cheeks;
Then with her windy sighs and golden hairs
To fan and blow them dry again she seeks:
He saith she is immodest, blames her ‘miss;
What follows more she murders with a kiss.

Even as an empty eagle, sharp by fast,
Tires with her beak on feathers, flesh and bone,
Shaking her wings, devouring all in haste,
Till either gorge be stuff’d or prey be gone;
Even so she kissed his brow, his cheek, his chin,
And where she ends she doth anew begin.

Forced to content, but never to obey,
Panting he lies and breatheth in her face;
She feedeth on the steam as on a prey,
And calls it heavenly moisture, air of grace;
Wishing her cheeks were gardens full of flowers,
So they were dew’d with such distilling showers.

Look, how a bird lies tangled in a net,
So fasten’d in her arms Adonis lies;
Pure shame and awed resistance made him fret,
Which bred more beauty in his angry eyes:
Rain added to a river that is rank
Perforce will force it overflow the bank.

Still she entreats, and prettily entreats,
For to a pretty ear she tunes her tale;
Still is he sullen, still he lours and frets,
Twixt crimson shame and anger ashy-pale:
Being red, she loves him best; and being white,
Her best is better’d with a more delight.

Look how he can, she cannot choose but love;
And by her fair immortal hand she swears,
From his soft bosom never to remove,
Till he take truce with her contending tears,
Which long have rain’d, making her cheeks all wet;
And one sweet kiss shall pay this countless debt.

Upon this promise did he raise his chin,
Like a dive-dapper peering through a wave,
Who, being look’d on, ducks as quickly in;
So offers he to give what she did crave;
But when her lips were ready for his pay,
He winks, and turns his lips another way.

Never did passenger in summer’s heat
More thirst for drink than she for this good turn.
Her help she sees, but help she cannot get;
She bathes in water, yet her fire must burn:
O, pity,’ ‘gan she cry, ‘flint-hearted boy!
Tis but a kiss I beg; why art thou coy?

I have been woo’d, as I entreat thee now,
Even by the stern and direful god of war,
Whose sinewy neck in battle ne’er did bow,
Who conquers where he comes in every jar;
Yet hath he been my captive and my slave,
And begg’d for that which thou unask’d shalt have.

Over my altars hath he hung his lance,
His batter’d shield, his uncontrolled crest,
And for my sake hath learn’d to sport and dance,
To toy, to wanton, dally, smile and jest,
Scorning his churlish drum and ensign red,
Making my arms his field, his tent my bed.

Thus he that overruled I oversway’d,
Leading him prisoner in a red-rose chain:
Strong-tempered steel his stronger strength obey’d,
Yet was he servile to my coy disdain.
O, be not proud, nor brag not of thy might,
For mastering her that foil’d the god of fight!

Touch but my lips with those fair lips of thine, –
Though mine be not so fair, yet are they red –
The kiss shall be thine own as well as mine.
What seest thou in the ground? hold up thy head:
Look in mine eye-balls, there thy beauty lies;
Then why not lips on lips, since eyes in eyes?
Art thou ashamed to kiss? then wink again,
And I will wink; so shall the day seem night;
Love keeps his revels where they are but twain;
Be bold to play, our sport is not in sight:
These blue-vein’d violets whereon we lean
Never can blab, nor know not what we mean.

The tender spring upon thy tempting lip
Shows thee unripe; yet mayst thou well be tasted:
Make use of time, let not advantage slip;
Beauty within itself should not be wasted:
Fair flowers that are not gather’d in their prime
Rot and consume themselves in little time.

Were I hard-favour’d, foul, or wrinkled-old,
Ill-nurtured, crooked, churlish, harsh in voice,
O’erworn, despised, rheumatic and cold,
Thick-sighted, barren, lean and lacking juice,
Then mightst thou pause, for then I were not for thee
But having no defects, why dost abhor me?

Thou canst not see one wrinkle in my brow;
Mine eyes are gray and bright and quick in turning:
My beauty as the spring doth yearly grow,
My flesh is soft and plump, my marrow burning;
My smooth moist hand, were it with thy hand felt,
Would in thy palm dissolve, or seem to melt.

Bid me discourse, I will enchant thine ear,
Or, like a fairy, trip upon the green,
Or, like a nymph, with long dishevell’d hair,
Dance on the sands, and yet no footing seen:
Love is a spirit all compact of fire,
Not gross to sink, but light, and will aspire.

Witness this primrose bank whereon I lie;
These forceless flowers like sturdy trees support me;
Two strengthless doves will draw me through the sky,
From morn till night, even where I list to sport me:
Is love so light, sweet boy, and may it be
That thou shouldst think it heavy unto thee?

Is thine own heart to thine own face affected?
Can thy right hand seize love upon thy left?
Then woo thyself, be of thyself rejected,
Steal thine own freedom and complain on theft.
Narcissus so himself himself forsook,
And died to kiss his shadow in the brook.

Torches are made to light, jewels to wear,
Dainties to taste, fresh beauty for the use,
Herbs for their smell, and sappy plants to bear:
Things growing to themselves are growth’s abuse:
Seeds spring from seeds and beauty breedeth beauty;
Thou wast begot; to get it is thy duty.

Upon the earth’s increase why shouldst thou feed,
Unless the earth with thy increase be fed?
By law of nature thou art bound to breed,
That thine may live when thou thyself art dead;
And so, in spite of death, thou dost survive,
In that thy likeness still is left alive.’

By this the love-sick queen began to sweat,
For where they lay the shadow had forsook them,
And Titan, tired in the mid-day heat,
With burning eye did hotly overlook them;
Wishing Adonis had his team to guide,
So he were like him and by Venus’ side.

And now Adonis, with a lazy spright,
And with a heavy, dark, disliking eye,
His louring brows o’erwhelming his fair sight,
Like misty vapours when they blot the sky,
Souring his cheeks cries ‘Fie, no more of love!
The sun doth burn my face: I must remove.’

Ay me,’ quoth Venus, ‘young, and so unkind?
What bare excuses makest thou to be gone!
I’ll sigh celestial breath, whose gentle wind
Shall cool the heat of this descending sun:
I’ll make a shadow for thee of my hairs;
If they burn too, I’ll quench them with my tears.

The sun that shines from heaven shines but warm,
And, lo, I lie between that sun and thee:
The heat I have from thence doth little harm,
Thine eye darts forth the fire that burneth me;
And were I not immortal, life were done
Between this heavenly and earthly sun.

Art thou obdurate, flinty, hard as steel,
Nay, more than flint, for stone at rain relenteth?
Art thou a woman’s son, and canst not feel
What ’tis to love? how want of love tormenteth?
O, had thy mother borne so hard a mind,
She had not brought forth thee, but died unkind.

What am I, that thou shouldst contemn me this?
Or what great danger dwells upon my suit?
What were thy lips the worse for one poor kiss?
Speak, fair; but speak fair words, or else be mute:
Give me one kiss, I’ll give it thee again,
And one for interest, if thou wilt have twain.

Fie, lifeless picture, cold and senseless stone,
Well-painted idol, image dun and dead,
Statue contenting but the eye alone,
Thing like a man, but of no woman bred!
Thou art no man, though of a man’s complexion,
For men will kiss even by their own direction.’

This said, impatience chokes her pleading tongue,
And swelling passion doth provoke a pause;
Red cheeks and fiery eyes blaze forth he wrong;
Being judge in love, she cannot right her cause:
And now she weeps, and now she fain would speak,
And now her sobs do her intendments break.

Sometimes she shakes her head and then his hand,
Now gazeth she on him, now on the ground;
Sometimes her arms infold him like a band:
She would, he will not in her arms be bound;
And when from thence he struggles to be gone,
She locks her lily fingers one in one.

Fondling,’ she saith, ‘since I have hemm’d thee here
Within the circuit of this ivory pale,
I’ll be a park, and thou shalt be my deer;
Feed where thou wilt, on mountain or in dale:
Graze on my lips; and if those hills be dry,
Stray lower, where the pleasant fountains lie.

Within this limit is relief enough,
Sweet bottom-grass and high delightful plain,
Round rising hillocks, brakes obscure and rough,
To shelter thee from tempest and from rain
Then be my deer, since I am such a park;
No dog shall rouse thee, though a thousand bark.’

At this Adonis smiles as in disdain,
That in each cheek appears a pretty dimple:
Love made those hollows, if himself were slain,
He might be buried in a tomb so simple;
Foreknowing well, if there he came to lie,
Why, there Love lived and there he could not die.

These lovely caves, these round enchanting pits,
Open’d their mouths to swallow Venus’ liking.
Being mad before, how doth she now for wits?
Struck dead at first, what needs a second striking?
Poor queen of love, in thine own law forlorn,
To love a cheek that smiles at thee in scorn!

Now which way shall she turn? what shall she say?
Her words are done, her woes are more increasing;
The time is spent, her object will away,
And from her twining arms doth urge releasing.
Pity,’ she cries, ‘some favour, some remorse!’
Away he springs and hasteth to his horse.

But, lo, from forth a copse that neighbors by,
A breeding jennet, lusty, young and proud,
Adonis’ trampling courser doth espy,
And forth she rushes, snorts and neighs aloud:
The strong-neck’d steed, being tied unto a tree,
Breaketh his rein, and to her straight goes he.

Imperiously he leaps, he neighs, he bounds,
And now his woven girths he breaks asunder;
The bearing earth with his hard hoof he wounds,
Whose hollow womb resounds like heaven’s thunder;
The iron bit he crusheth ‘tween his teeth,
Controlling what he was controlled with.

His ears up-prick’d; his braided hanging mane
Upon his compass’d crest now stand on end;
His nostrils drink the air, and forth again,
As from a furnace, vapours doth he send:
His eye, which scornfully glisters like fire,
Shows his hot courage and his high desire.

Sometime he trots, as if he told the steps,
With gentle majesty and modest pride;
Anon he rears upright, curvets and leaps,
As who should say ‘Lo, thus my strength is tried,
And this I do to captivate the eye
Of the fair breeder that is standing by.’

What recketh he his rider’s angry stir,
His flattering ‘Holla,’ or his ‘Stand, I say’?
What cares he now for curb or pricking spur?
For rich caparisons or trapping gay?
He sees his love, and nothing else he sees,
For nothing else with his proud sight agrees.

Look, when a painter would surpass the life,
In limning out a well-proportion’d steed,
His art with nature’s workmanship at strife,
As if the dead the living should exceed;
So did this horse excel a common one
In shape, in courage, colour, pace and bone.

Round-hoof’d, short-jointed, fetlocks shag and long,
Broad breast, full eye, small head and nostril wide,
High crest, short ears, straight legs and passing strong,
Thin mane, thick tail, broad buttock, tender hide:
Look, what a horse should have he did not lack,
Save a proud rider on so proud a back.

Sometime he scuds far off and there he stares;
Anon he starts at stirring of a feather;
To bid the wind a base he now prepares,
And whether he run or fly they know not whether;
For through his mane and tail the high wind sings,
Fanning the hairs, who wave like feather’d wings.

He looks upon his love and neighs unto her;
She answers him as if she knew his mind:
Being proud, as females are, to see him woo her,
She puts on outward strangeness, seems unkind,
Spurns at his love and scorns the heat he feels,
Beating his kind embracements with her heels.

Then, like a melancholy malcontent,
He veils his tail that, like a falling plume,
Cool shadow to his melting buttock lent:
He stamps and bites the poor flies in his fume.
His love, perceiving how he is enraged,
Grew kinder, and his fury was assuaged.

His testy master goeth about to take him;
When, lo, the unback’d breeder, full of fear,
Jealous of catching, swiftly doth forsake him,
With her the horse, and left Adonis there:
As they were mad, unto the wood they hie them,
Out-stripping crows that strive to over-fly them.

All swoln with chafing, down Adonis sits,
Banning his boisterous and unruly beast:
And now the happy season once more fits,
That love-sick Love by pleading may be blest;
For lovers say, the heart hath treble wrong
When it is barr’d the aidance of the tongue.

An oven that is stopp’d, or river stay’d,
Burneth more hotly, swelleth with more rage:
So of concealed sorrow may be said;
Free vent of words love’s fire doth assuage;
But when the heart’s attorney once is mute,
The client breaks, as desperate in his suit.

He sees her coming, and begins to glow,
Even as a dying coal revives with wind,
And with his bonnet hides his angry brow;
Looks on the dull earth with disturbed mind,
Taking no notice that she is so nigh,
For all askance he holds her in his eye.

O, what a sight it was, wistly to view
How she came stealing to the wayward boy!
To note the fighting conflict of her hue,
How white and red each other did destroy!
But now her cheek was pale, and by and by
It flash’d forth fire, as lightning from the sky.

Now was she just before him as he sat,
And like a lowly lover down she kneels;
With one fair hand she heaveth up his hat,
Her other tender hand his fair cheek feels:
His tenderer cheek receives her soft hand’s print,
As apt as new-fall’n snow takes any dint.

O, what a war of looks was then between them!
Her eyes petitioners to his eyes suing;
His eyes saw her eyes as they had not seen them;
Her eyes woo’d still, his eyes disdain’d the wooing:
And all this dumb play had his acts made plain
With tears, which, chorus-like, her eyes did rain.

Full gently now she takes him by the hand,
A lily prison’d in a gaol of snow,
Or ivory in an alabaster band;
So white a friend engirts so white a foe:
This beauteous combat, wilful and unwilling,
Show’d like two silver doves that sit a-billing.

Once more the engine of her thoughts began:
O fairest mover on this mortal round,
Would thou wert as I am, and I a man,
My heart all whole as thine, thy heart my wound;
For one sweet look thy help I would assure thee,
Though nothing but my body’s bane would cure thee!

Give me my hand,’ saith he, ‘why dost thou feel it?’
Give me my heart,’ saith she, ‘and thou shalt have it:
O, give it me, lest thy hard heart do steel it,
And being steel’d, soft sighs can never grave it:
Then love’s deep groans I never shall regard,
Because Adonis’ heart hath made mine hard.’

For shame,’ he cries, ‘let go, and let me go;
My day’s delight is past, my horse is gone,
And ’tis your fault I am bereft him so:
I pray you hence, and leave me here alone;
For all my mind, my thought, my busy care,
Is how to get my palfrey from the mare.’

Thus she replies: ‘Thy palfrey, as he should,
Welcomes the warm approach of sweet desire:
Affection is a coal that must be cool’d;
Else, suffer’d, it will set the heart on fire:
The sea hath bounds, but deep desire hath none;
Therefore no marvel though thy horse be gone.

How like a jade he stood, tied to the tree,
Servilely master’d with a leathern rein!
But when he saw his love, his youth’s fair fee,
He held such petty bondage in disdain;
Throwing the base thong from his bending crest,
Enfranchising his mouth, his back, his breast.

Who sees his true-love in her naked bed,
Teaching the sheets a whiter hue than white,
But, when his glutton eye so full hath fed,
His other agents aim at like delight?
Who is so faint, that dare not be so bold
To touch the fire, the weather being cold?

Let me excuse thy courser, gentle boy;
And learn of him, I heartily beseech thee,
To take advantage on presented joy;
Though I were dumb, yet his proceedings teach thee;
O, learn to love; the lesson is but plain,
And once made perfect, never lost again.’

I know not love,’ quoth he, ‘nor will not know it,
Unless it be a boar, and then I chase it;
Tis much to borrow, and I will not owe it;
My love to love is love but to disgrace it;
For I have heard it is a life in death,
That laughs and weeps, and all but with a breath.

Who wears a garment shapeless and unfinish’d?
Who plucks the bud before one leaf put forth?
If springing things be any jot diminish’d,
They wither in their prime, prove nothing worth:
The colt that’s back’d and burden’d being young
Loseth his pride and never waxeth strong.

You hurt my hand with wringing; let us part,
And leave this idle theme, this bootless chat:
Remove your siege from my unyielding heart;
To love’s alarms it will not ope the gate:
Dismiss your vows, your feigned tears, your flattery;
For where a heart is hard they make no battery.’

What! canst thou talk?’ quoth she, ‘hast thou a tongue?
O, would thou hadst not, or I had no hearing!
Thy mermaid’s voice hath done me double wrong;
I had my load before, now press’d with bearing:
Melodious discord, heavenly tune harshsounding,
Ear’s deep-sweet music, and heart’s deep-sore wounding.

Had I no eyes but ears, my ears would love
That inward beauty and invisible;
Or were I deaf, thy outward parts would move
Each part in me that were but sensible:
Though neither eyes nor ears, to hear nor see,
Yet should I be in love by touching thee.

Say, that the sense of feeling were bereft me,
And that I could not see, nor hear, nor touch,
And nothing but the very smell were left me,
Yet would my love to thee be still as much;
For from the stillitory of thy face excelling
Comes breath perfumed that breedeth love by smelling.

But, O, what banquet wert thou to the taste,
Being nurse and feeder of the other four!
Would they not wish the feast might ever last,
And bid Suspicion double-lock the door,
Lest Jealousy, that sour unwelcome guest,
Should, by his stealing in, disturb the feast?’

Once more the ruby-colour’d portal open’d,
Which to his speech did honey passage yield;
Like a red morn, that ever yet betoken’d
Wreck to the seaman, tempest to the field,
Sorrow to shepherds, woe unto the birds,
Gusts and foul flaws to herdmen and to herds.

This ill presage advisedly she marketh:
Even as the wind is hush’d before it raineth,
Or as the wolf doth grin before he barketh,
Or as the berry breaks before it staineth,
Or like the deadly bullet of a gun,
His meaning struck her ere his words begun.

And at his look she flatly falleth down,
For looks kill love and love by looks reviveth;
A smile recures the wounding of a frown;
But blessed bankrupt, that by love so thriveth!
The silly boy, believing she is dead,
Claps her pale cheek, till clapping makes it red;

And all amazed brake off his late intent,
For sharply he did think to reprehend her,
Which cunning love did wittily prevent:
Fair fall the wit that can so well defend her!
For on the grass she lies as she were slain,
Till his breath breatheth life in her again.

He wrings her nose, he strikes her on the cheeks,
He bends her fingers, holds her pulses hard,
He chafes her lips; a thousand ways he seeks
To mend the hurt that his unkindness marr’d:
He kisses her; and she, by her good will,
Will never rise, so he will kiss her still.

The night of sorrow now is turn’d to day:
Her two blue windows faintly she up-heaveth,
Like the fair sun, when in his fresh array
He cheers the morn and all the earth relieveth;
And as the bright sun glorifies the sky,
So is her face illumined with her eye;

Whose beams upon his hairless face are fix’d,
As if from thence they borrow’d all their shine.
Were never four such lamps together mix’d,
Had not his clouded with his brow’s repine;
But hers, which through the crystal tears gave light,
Shone like the moon in water seen by night.

O, where am I?’ quoth she, ‘in earth or heaven,
Or in the ocean drench’d, or in the fire?
What hour is this? or morn or weary even?
Do I delight to die, or life desire?
But now I lived, and life was death’s annoy;
But now I died, and death was lively joy.

O, thou didst kill me: kill me once again:
Thy eyes’ shrewd tutor, that hard heart of thine,
Hath taught them scornful tricks and such disdain
That they have murder’d this poor heart of mine;
And these mine eyes, true leaders to their queen,
But for thy piteous lips no more had seen.

Long may they kiss each other, for this cure!
O, never let their crimson liveries wear!
And as they last, their verdure still endure,
To drive infection from the dangerous year!
That the star-gazers, having writ on death,
May say, the plague is banish’d by thy breath.

Pure lips, sweet seals in my soft lips imprinted,
What bargains may I make, still to be sealing?
To sell myself I can be well contented,
So thou wilt buy and pay and use good dealing;
Which purchase if thou make, for fear of slips
Set thy seal-manual on my wax-red lips.

A thousand kisses buys my heart from me;
And pay them at thy leisure, one by one.
What is ten hundred touches unto thee?
Are they not quickly told and quickly gone?
Say, for non-payment that the debt should double,
Is twenty hundred kisses such a trouble?

Fair queen,’ quoth he, ‘if any love you owe me,
Measure my strangeness with my unripe years:
Before I know myself, seek not to know me;
No fisher but the ungrown fry forbears:
The mellow plum doth fall, the green sticks fast,
Or being early pluck’d is sour to taste.

Look, the world’s comforter, with weary gait,
His day’s hot task hath ended in the west;
The owl, night’s herald, shrieks,  »Tis very late;’
The sheep are gone to fold, birds to their nest,
And coal-black clouds that shadow heaven’s light
Do summon us to part and bid good night.

Now let me say ‘Good night,’ and so say you;
If you will say so, you shall have a kiss.’
Good night,’ quoth she, and, ere he says ‘Adieu,’
The honey fee of parting tender’d is:
Her arms do lend his neck a sweet embrace;
Incorporate then they seem; face grows to face.

Till, breathless, he disjoin’d, and backward drew
The heavenly moisture, that sweet coral mouth,
Whose precious taste her thirsty lips well knew,
Whereon they surfeit, yet complain on drouth:
He with her plenty press’d, she faint with dearth
Their lips together glued, fall to the earth.

Now quick desire hath caught the yielding prey,
And glutton-like she feeds, yet never filleth;
Her lips are conquerors, his lips obey,
Paying what ransom the insulter willeth;
Whose vulture thought doth pitch the price so high,
That she will draw his lips’ rich treasure dry:

And having felt the sweetness of the spoil,
With blindfold fury she begins to forage;
Her face doth reek and smoke, her blood doth boil,
And careless lust stirs up a desperate courage,
Planting oblivion, beating reason back,
Forgetting shame’s pure blush and honour’s wrack.

Hot, faint, and weary, with her hard embracing,
Like a wild bird being tamed with too much handling,
Or as the fleet-foot roe that’s tired with chasing,
Or like the froward infant still’d with dandling,
He now obeys, and now no more resisteth,
While she takes all she can, not all she listeth.

What wax so frozen but dissolves with tempering,
And yields at last to every light impression?
Things out of hope are compass’d oft with venturing,
Chiefly in love, whose leave exceeds commission:
Affection faints not like a pale-faced coward,
But then woos best when most his choice is froward.

When he did frown, O, had she then gave over,
Such nectar from his lips she had not suck’d.
Foul words and frowns must not repel a lover;
What though the rose have prickles, yet ’tis pluck’d:
Were beauty under twenty locks kept fast,
Yet love breaks through and picks them all at last.

For pity now she can no more detain him;
The poor fool prays her that he may depart:
She is resolved no longer to restrain him;
Bids him farewell, and look well to her heart,
The which, by Cupid’s bow she doth protest,
He carries thence incaged in his breast.

Sweet boy,’ she says, ‘this night I’ll waste in sorrow,
For my sick heart commands mine eyes to watch.
Tell me, Love’s master, shall we meet to-morrow?
Say, shall we? shall we? wilt thou make the match?’
He tells her, no; to-morrow he intends
To hunt the boar with certain of his friends.

The boar!’ quoth she; whereat a sudden pale,
Like lawn being spread upon the blushing rose,
Usurps her cheek; she trembles at his tale,
And on his neck her yoking arms she throws:
She sinketh down, still hanging by his neck,
He on her belly falls, she on her back.

Now is she in the very lists of love,
Her champion mounted for the hot encounter:
All is imaginary she doth prove,
He will not manage her, although he mount her;
That worse than Tantalus’ is her annoy,
To clip Elysium and to lack her joy.

Even as poor birds, deceived with painted grapes,
Do surfeit by the eye and pine the maw,
Even so she languisheth in her mishaps,
As those poor birds that helpless berries saw.
The warm effects which she in him finds missing
She seeks to kindle with continual kissing.

But all in vain; good queen, it will not be:
She hath assay’d as much as may be proved;
Her pleading hath deserved a greater fee;
She’s Love, she loves, and yet she is not loved.
Fie, fie,’ he says, ‘you crush me; let me go;
You have no reason to withhold me so.’

Thou hadst been gone,’ quoth she, ‘sweet boy, ere this,
But that thou told’st me thou wouldst hunt the boar.
O, be advised! thou know’st not what it is
With javelin’s point a churlish swine to gore,
Whose tushes never sheathed he whetteth still,
Like to a mortal butcher bent to kill.

On his bow-back he hath a battle set
Of bristly pikes, that ever threat his foes;
His eyes, like glow-worms, shine when he doth fret;
His snout digs sepulchres where’er he goes;
Being moved, he strikes whate’er is in his way,
And whom he strikes his cruel tushes slay.

His brawny sides, with hairy bristles arm’d,
Are better proof than thy spear’s point can enter;
His short thick neck cannot be easily harm’d;
Being ireful, on the lion he will venture:
The thorny brambles and embracing bushes,
As fearful of him, part, through whom he rushes.

Alas, he nought esteems that face of thine,
To which Love’s eyes pay tributary gazes;
Nor thy soft hands, sweet lips and crystal eyne,
Whose full perfection all the world amazes;
But having thee at vantage, — wondrous dread! –
Would root these beauties as he roots the mead.

O, let him keep his loathsome cabin still;
Beauty hath nought to do with such foul fiends:
Come not within his danger by thy will;
They that thrive well take counsel of their friends.
When thou didst name the boar, not to dissemble,
I fear’d thy fortune, and my joints did tremble.

Didst thou not mark my face? was it not white?
Saw’st thou not signs of fear lurk in mine eye?
Grew I not faint? and fell I not downright?
Within my bosom, whereon thou dost lie,
My boding heart pants, beats, and takes no rest,
But, like an earthquake, shakes thee on my breast.

For where Love reigns, disturbing Jealousy
Doth call himself Affection’s sentinel;
Gives false alarms, suggesteth mutiny,
And in a peaceful hour doth cry ‘Kill, kill!’
Distempering gentle Love in his desire,
As air and water do abate the fire.

This sour informer, this bate-breeding spy,
This canker that eats up Love’s tender spring,
This carry-tale, dissentious Jealousy,
That sometime true news, sometime false doth bring,
Knocks at my heat and whispers in mine ear
That if I love thee, I thy death should fear:

And more than so, presenteth to mine eye
The picture of an angry-chafing boar,
Under whose sharp fangs on his back doth lie
An image like thyself, all stain’d with gore;
Whose blood upon the fresh flowers being shed
Doth make them droop with grief and hang the head.

What should I do, seeing thee so indeed,
That tremble at the imagination?
The thought of it doth make my faint heart bleed,
And fear doth teach it divination:
I prophesy thy death, my living sorrow,
If thou encounter with the boar to-morrow.

But if thou needs wilt hunt, be ruled by me;
Uncouple at the timorous flying hare,
Or at the fox which lives by subtlety,
Or at the roe which no encounter dare:
Pursue these fearful creatures o’er the downs,
And on thy well-breath’d horse keep with thy hounds.

And when thou hast on foot the purblind hare,
Mark the poor wretch, to overshoot his troubles
How he outruns the wind and with what care
He cranks and crosses with a thousand doubles:
The many musets through the which he goes
Are like a labyrinth to amaze his foes.

Sometime he runs among a flock of sheep,
To make the cunning hounds mistake their smell,
And sometime where earth-delving conies keep,
To stop the loud pursuers in their yell,
And sometime sorteth with a herd of deer:
Danger deviseth shifts; wit waits on fear:

For there his smell with others being mingled,
The hot scent-snuffing hounds are driven to doubt,
Ceasing their clamorous cry till they have singled
With much ado the cold fault cleanly out;
Then do they spend their mouths: Echo replies,
As if another chase were in the skies.

By this, poor Wat, far off upon a hill,
Stands on his hinder legs with listening ear,
To harken if his foes pursue him still:
Anon their loud alarums he doth hear;
And now his grief may be compared well
To one sore sick that hears the passing-bell.

Then shalt thou see the dew-bedabbled wretch
Turn, and return, indenting with the way;
Each envious brier his weary legs doth scratch,
Each shadow makes him stop, each murmur stay:
For misery is trodden on by many,
And being low never relieved by any.

Lie quietly, and hear a little more;
Nay, do not struggle, for thou shalt not rise:
To make thee hate the hunting of the boar,
Unlike myself thou hear’st me moralize,
Applying this to that, and so to so;
For love can comment upon every woe.

Where did I leave?’ ‘No matter where,’ quoth he,
Leave me, and then the story aptly ends:
The night is spent.’ ‘Why, what of that?’ quoth she.
I am,’ quoth he, ‘expected of my friends;
And now ’tis dark, and going I shall fall.’
In night,’ quoth she, ‘desire sees best of all

But if thou fall, O, then imagine this,
The earth, in love with thee, thy footing trips,
And all is but to rob thee of a kiss.
Rich preys make true men thieves; so do thy lips
Make modest Dian cloudy and forlorn,
Lest she should steal a kiss and die forsworn.

Now of this dark night I perceive the reason:
Cynthia for shame obscures her silver shine,
Till forging Nature be condemn’d of treason,
For stealing moulds from heaven that were divine;
Wherein she framed thee in high heaven’s despite,
To shame the sun by day and her by night.

And therefore hath she bribed the Destinies
To cross the curious workmanship of nature,
To mingle beauty with infirmities,
And pure perfection with impure defeature,
Making it subject to the tyranny
Of mad mischances and much misery;

As burning fevers, agues pale and faint,
Life-poisoning pestilence and frenzies wood,
The marrow-eating sickness, whose attaint
Disorder breeds by heating of the blood:
Surfeits, imposthumes, grief, and damn’d despair,
Swear nature’s death for framing thee so fair.

And not the least of all these maladies
But in one minute’s fight brings beauty under:
Both favour, savour, hue and qualities,
Whereat the impartial gazer late did wonder,
Are on the sudden wasted, thaw’d and done,
As mountain-snow melts with the midday sun.

Therefore, despite of fruitless chastity,
Love-lacking vestals and self-loving nuns,
That on the earth would breed a scarcity
And barren dearth of daughters and of sons,
Be prodigal: the lamp that burns by night
Dries up his oil to lend the world his light.

What is thy body but a swallowing grave,
Seeming to bury that posterity
Which by the rights of time thou needs must have,
If thou destroy them not in dark obscurity?
If so, the world will hold thee in disdain,
Sith in thy pride so fair a hope is slain.

So in thyself thyself art made away;
A mischief worse than civil home-bred strife,
Or theirs whose desperate hands themselves do slay,
Or butcher-sire that reaves his son of life.
Foul-cankering rust the hidden treasure frets,
But gold that’s put to use more gold begets.’

Nay, then,’ quoth Adon, ‘you will fall again
Into your idle over-handled theme:
The kiss I gave you is bestow’d in vain,
And all in vain you strive against the stream;
For, by this black-faced night, desire’s foul nurse,
Your treatise makes me like you worse and worse.

If love have lent you twenty thousand tongues,
And every tongue more moving than your own,
Bewitching like the wanton mermaid’s songs,
Yet from mine ear the tempting tune is blown
For know, my heart stands armed in mine ear,
And will not let a false sound enter there;

Lest the deceiving harmony should run
Into the quiet closure of my breast;
And then my little heart were quite undone,
In his bedchamber to be barr’d of rest.
No, lady, no; my heart longs not to groan,
But soundly sleeps, while now it sleeps alone.

What have you urged that I cannot reprove?
The path is smooth that leadeth on to danger:
I hate not love, but your device in love,
That lends embracements unto every stranger.
You do it for increase: O strange excuse,
When reason is the bawd to lust’s abuse!

Call it not love, for Love to heaven is fled,
Since sweating Lust on earth usurp’d his name;
Under whose simple semblance he hath fed
Upon fresh beauty, blotting it with blame;
Which the hot tyrant stains and soon bereaves,
As caterpillars do the tender leaves.

Love comforteth like sunshine after rain,
But Lust’s effect is tempest after sun;
Love’s gentle spring doth always fresh remain,
Lust’s winter comes ere summer half be done;
Love surfeits not, Lust like a glutton dies;
Love is all truth, Lust full of forged lies.

More I could tell, but more I dare not say;
The text is old, the orator too green.
Therefore, in sadness, now I will away;
My face is full of shame, my heart of teen:
Mine ears, that to your wanton talk attended,
Do burn themselves for having so offended.’

With this, he breaketh from the sweet embrace,
Of those fair arms which bound him to her breast,
And homeward through the dark laund runs apace;
Leaves Love upon her back deeply distress’d.
Look, how a bright star shooteth from the sky,
So glides he in the night from Venus’ eye.

Which after him she darts, as one on shore
Gazing upon a late-embarked friend,
Till the wild waves will have him seen no more,
Whose ridges with the meeting clouds contend:
So did the merciless and pitchy night
Fold in the object that did feed her sight.

Whereat amazed, as one that unaware
Hath dropp’d a precious jewel in the flood,
Or stonish’d as night-wanderers often are,
Their light blown out in some mistrustful wood,
Even so confounded in the dark she lay,
Having lost the fair discovery of her way.

And now she beats her heart, whereat it groans,
That all the neighbour caves, as seeming troubled,
Make verbal repetition of her moans;
Passion on passion deeply is redoubled:
Ay me!’ she cries, and twenty times ‘Woe, woe!’
And twenty echoes twenty times cry so.

She marking them begins a wailing note
And sings extemporally a woeful ditty;
How love makes young men thrall and old men dote;
How love is wise in folly, foolish-witty:
Her heavy anthem still concludes in woe,
And still the choir of echoes answer so.

Her song was tedious and outwore the night,
For lovers’ hours are long, though seeming short:
If pleased themselves, others, they think, delight
In such-like circumstance, with suchlike sport:
Their copious stories oftentimes begun
End without audience and are never done.

For who hath she to spend the night withal
But idle sounds resembling parasites,
Like shrill-tongued tapsters answering every call,
Soothing the humour of fantastic wits?
She says  »Tis so:’ they answer all  »Tis so;’
And would say after her, if she said ‘No.’

Lo, here the gentle lark, weary of rest,
From his moist cabinet mounts up on high,
And wakes the morning, from whose silver breast
The sun ariseth in his majesty;
Who doth the world so gloriously behold
That cedar-tops and hills seem burnish’d gold.

Venus salutes him with this fair good-morrow:
O thou clear god, and patron of all light,
From whom each lamp and shining star doth borrow
The beauteous influence that makes him bright,
There lives a son that suck’d an earthly mother,
May lend thee light, as thou dost lend to other.’

This said, she hasteth to a myrtle grove,
Musing the morning is so much o’erworn,
And yet she hears no tidings of her love:
She hearkens for his hounds and for his horn:
Anon she hears them chant it lustily,
And all in haste she coasteth to the cry.

And as she runs, the bushes in the way
Some catch her by the neck, some kiss her face,
Some twine about her thigh to make her stay:
She wildly breaketh from their strict embrace,
Like a milch doe, whose swelling dugs do ache,
Hasting to feed her fawn hid in some brake.

By this, she hears the hounds are at a bay;
Whereat she starts, like one that spies an adder
Wreathed up in fatal folds just in his way,
The fear whereof doth make him shake and shudder;
Even so the timorous yelping of the hounds
Appals her senses and her spirit confounds.

For now she knows it is no gentle chase,
But the blunt boar, rough bear, or lion proud,
Because the cry remaineth in one place,
Where fearfully the dogs exclaim aloud:
Finding their enemy to be so curst,
They all strain courtesy who shall cope him first.

This dismal cry rings sadly in her ear,
Through which it enters to surprise her heart;
Who, overcome by doubt and bloodless fear,
With cold-pale weakness numbs each feeling part:
Like soldiers, when their captain once doth yield,
They basely fly and dare not stay the field.

Thus stands she in a trembling ecstasy;
Till, cheering up her senses all dismay’d,
She tells them ’tis a causeless fantasy,
And childish error, that they are afraid;
Bids them leave quaking, bids them fear no more: –
And with that word she spied the hunted boar,

Whose frothy mouth, bepainted all with red,
Like milk and blood being mingled both together,
A second fear through all her sinews spread,
Which madly hurries her she knows not whither:
This way runs, and now she will no further,
But back retires to rate the boar for murther.

A thousand spleens bear her a thousand ways;
She treads the path that she untreads again;
Her more than haste is mated with delays,
Like the proceedings of a drunken brain,
Full of respects, yet nought at all respecting;
In hand with all things, nought at all effecting.

Here kennell’d in a brake she finds a hound,
And asks the weary caitiff for his master,
And there another licking of his wound,
Gainst venom’d sores the only sovereign plaster;
And here she meets another sadly scowling,
To whom she speaks, and he replies with howling.

When he hath ceased his ill-resounding noise,
Another flap-mouth’d mourner, black and grim,
Against the welkin volleys out his voice;
Another and another answer him,
Clapping their proud tails to the ground below,
Shaking their scratch’d ears, bleeding as they go.

Look, how the world’s poor people are amazed
At apparitions, signs and prodigies,
Whereon with fearful eyes they long have gazed,
Infusing them with dreadful prophecies;
So she at these sad signs draws up her breath
And sighing it again, exclaims on Death.

Hard-favour’d tyrant, ugly, meagre, lean,
Hateful divorce of love,’ — thus chides she Death, –
Grim-grinning ghost, earth’s worm, what dost thou mean
To stifle beauty and to steal his breath,
Who when he lived, his breath and beauty set
Gloss on the rose, smell to the violet?

If he be dead, — O no, it cannot be,
Seeing his beauty, thou shouldst strike at it: –
O yes, it may; thou hast no eyes to see,
But hatefully at random dost thou hit.
Thy mark is feeble age, but thy false dart
Mistakes that aim and cleaves an infant’s heart.

Hadst thou but bid beware, then he had spoke,
And, hearing him, thy power had lost his power.
The Destinies will curse thee for this stroke;
They bid thee crop a weed, thou pluck’st a flower:
Love’s golden arrow at him should have fled,
And not Death’s ebon dart, to strike dead.

Dost thou drink tears, that thou provokest such weeping?
What may a heavy groan advantage thee?
Why hast thou cast into eternal sleeping
Those eyes that taught all other eyes to see?
Now Nature cares not for thy mortal vigour,
Since her best work is ruin’d with thy rigour.’

Here overcome, as one full of despair,
She vail’d her eyelids, who, like sluices, stopt
The crystal tide that from her two cheeks fair
In the sweet channel of her bosom dropt;
But through the flood-gates breaks the silver rain,
And with his strong course opens them again.

O, how her eyes and tears did lend and borrow!
Her eyes seen in the tears, tears in her eye;
Both crystals, where they view’d each other’s sorrow,
Sorrow that friendly sighs sought still to dry;
But like a stormy day, now wind, now rain,
Sighs dry her cheeks, tears make them wet again.

Variable passions throng her constant woe,
As striving who should best become her grief;
All entertain’d, each passion labours so,
That every present sorrow seemeth chief,
But none is best: then join they all together,
Like many clouds consulting for foul weather.

By this, far off she hears some huntsman hollo;
A nurse’s song ne’er pleased her babe so well:
The dire imagination she did follow
This sound of hope doth labour to expel;
For now reviving joy bids her rejoice,
And flatters her it is Adonis’ voice.

Whereat her tears began to turn their tide,
Being prison’d in her eye like pearls in glass;
Yet sometimes falls an orient drop beside,
Which her cheek melts, as scorning it should pass,
To wash the foul face of the sluttish ground,
Who is but drunken when she seemeth drown’d.

O hard-believing love, how strange it seems
Not to believe, and yet too credulous!
Thy weal and woe are both of them extremes;
Despair and hope makes thee ridiculous:
The one doth flatter thee in thoughts unlikely,
In likely thoughts the other kills thee quickly.

Now she unweaves the web that she hath wrought;
Adonis lives, and Death is not to blame;
It was not she that call’d him, all-to naught:
Now she adds honours to his hateful name;
She clepes him king of graves and grave for kings,
Imperious supreme of all mortal things.

No, no,’ quoth she, ‘sweet Death, I did but jest;
Yet pardon me I felt a kind of fear
When as I met the boar, that bloody beast,
Which knows no pity, but is still severe;
Then, gentle shadow, — truth I must confess, –
I rail’d on thee, fearing my love’s decease.

‘Tis not my fault: the boar provoked my tongue;
Be wreak’d on him, invisible commander;
Tis he, foul creature, that hath done thee wrong;
I did but act, he’s author of thy slander:
Grief hath two tongues, and never woman yet
Could rule them both without ten women’s wit.’

Thus hoping that Adonis is alive,
Her rash suspect she doth extenuate;
And that his beauty may the better thrive,
With Death she humbly doth insinuate;
Tells him of trophies, statues, tombs, and stories
His victories, his triumphs and his glories.

O Jove,’ quoth she, ‘how much a fool was I
To be of such a weak and silly mind
To wail his death who lives and must not die
Till mutual overthrow of mortal kind!
For he being dead, with him is beauty slain,
And, beauty dead, black chaos comes again.

Fie, fie, fond love, thou art so full of fear
As one with treasure laden, hemm’d thieves;
Trifles, unwitnessed with eye or ear,
Thy coward heart with false bethinking grieves.’
Even at this word she hears a merry horn,
Whereat she leaps that was but late forlorn.

As falcon to the lure, away she flies;
The grass stoops not, she treads on it so light;
And in her haste unfortunately spies
The foul boar’s conquest on her fair delight;
Which seen, her eyes, as murder’d with the view,
Like stars ashamed of day, themselves withdrew;

Or, as the snail, whose tender horns being hit,
Shrinks backward in his shelly cave with pain,
And there, all smother’d up, in shade doth sit,
Long after fearing to creep forth again;
So, at his bloody view, her eyes are fled
Into the deep dark cabins of her head:

Where they resign their office and their light
To the disposing of her troubled brain;
Who bids them still consort with ugly night,
And never wound the heart with looks again;
Who like a king perplexed in his throne,
By their suggestion gives a deadly groan,

Whereat each tributary subject quakes;
As when the wind, imprison’d in the ground,
Struggling for passage, earth’s foundation shakes,
Which with cold terror doth men’s minds confound.
This mutiny each part doth so surprise
That from their dark beds once more leap her eyes;

And, being open’d, threw unwilling light
Upon the wide wound that the boar had trench’d
In his soft flank; whose wonted lily white
With purple tears, that his wound wept, was drench’d:
No flower was nigh, no grass, herb, leaf, or weed,
But stole his blood and seem’d with him to bleed.

This solemn sympathy poor Venus noteth;
Over one shoulder doth she hang her head;
Dumbly she passions, franticly she doteth;
She thinks he could not die, he is not dead:
Her voice is stopt, her joints forget to bow;
Her eyes are mad that they have wept til now.

Upon his hurt she looks so steadfastly,
That her sight dazzling makes the wound seem three;
And then she reprehends her mangling eye,
That makes more gashes where no breach should be:
His face seems twain, each several limb is doubled;
For oft the eye mistakes, the brain being troubled.

My tongue cannot express my grief for one,
And yet,’ quoth she, ‘behold two Adons dead!
My sighs are blown away, my salt tears gone,
Mine eyes are turn’d to fire, my heart to lead:
Heavy heart’s lead, melt at mine eyes’ red fire!
So shall I die by drops of hot desire.

Alas, poor world, what treasure hast thou lost!
What face remains alive that’s worth the viewing?
Whose tongue is music now? what canst thou boast
Of things long since, or any thing ensuing?
The flowers are sweet, their colours fresh and trim;
But true-sweet beauty lived and died with him.

Bonnet nor veil henceforth no creature wear!
Nor sun nor wind will ever strive to kiss you:
Having no fair to lose, you need not fear;
The sun doth scorn you and the wind doth hiss you:
But when Adonis lived, sun and sharp air
Lurk’d like two thieves, to rob him of his fair:

And therefore would he put his bonnet on,
Under whose brim the gaudy sun would peep;
The wind would blow it off and, being gone,
Play with his locks: then would Adonis weep;
And straight, in pity of his tender years,
They both would strive who first should dry his tears.

To see his face the lion walk’d along
Behind some hedge, because he would not fear him;
To recreate himself when he hath sung,
The tiger would be tame and gently hear him;
If he had spoke, the wolf would leave his prey
And never fright the silly lamb that day.

When he beheld his shadow in the brook,
The fishes spread on it their golden gills;
When he was by, the birds such pleasure took,
That some would sing, some other in their bills
Would bring him mulberries and ripe-red cherries;
He fed them with his sight, they him with berries.

But this foul, grim, and urchin-snouted boar,
Whose downward eye still looketh for a grave,
Ne’er saw the beauteous livery that he wore;
Witness the entertainment that he gave:
If he did see his face, why then I know
He thought to kiss him, and hath kill’d him so.

‘Tis true, ’tis true; thus was Adonis slain:
He ran upon the boar with his sharp spear,
Who did not whet his teeth at him again,
But by a kiss thought to persuade him there;
And nuzzling in his flank, the loving swine
Sheathed unaware the tusk in his soft groin.

Had I been tooth’d like him, I must confess,
With kissing him I should have kill’d him first;
But he is dead, and never did he bless
My youth with his; the more am I accurst.’
With this, she falleth in the place she stood,
And stains her face with his congealed blood.

She looks upon his lips, and they are pale;
She takes him by the hand, and that is cold;
She whispers in his ears a heavy tale,
As if they heard the woeful words she told;
She lifts the coffer-lids that close his eyes,
Where, lo, two lamps, burnt out, in darkness lies;

Two glasses, where herself herself beheld
A thousand times, and now no more reflect;
Their virtue lost, wherein they late excell’d,
And every beauty robb’d of his effect:
Wonder of time,’ quoth she, ‘this is my spite,
That, thou being dead, the day should yet be light.

Since thou art dead, lo, here I prophesy:
Sorrow on love hereafter shall attend:
It shall be waited on with jealousy,
Find sweet beginning, but unsavoury end,
Ne’er settled equally, but high or low,
That all love’s pleasure shall not match his woe.

It shall be fickle, false and full of fraud,
Bud and be blasted in a breathing-while;
The bottom poison, and the top o’erstraw’d
With sweets that shall the truest sight beguile:
The strongest body shall it make most weak,
Strike the wise dumb and teach the fool to speak.

It shall be sparing and too full of riot,
Teaching decrepit age to tread the measures;
The staring ruffian shall it keep in quiet,
Pluck down the rich, enrich the poor with treasures;
It shall be raging-mad and silly-mild,
Make the young old, the old become a child.

It shall suspect where is no cause of fear;
It shall not fear where it should most mistrust;
It shall be merciful and too severe,
And most deceiving when it seems most just;
Perverse it shall be where it shows most toward,
Put fear to valour, courage to the coward.

It shall be cause of war and dire events,
And set dissension ‘twixt the son and sire;
Subject and servile to all discontents,
As dry combustious matter is to fire:
Sith in his prime Death doth my love destroy,
They that love best their loves shall not enjoy.’

By this, the boy that by her side lay kill’d
Was melted like a vapour from her sight,
And in his blood that on the ground lay spill’d,
A purple flower sprung up, chequer’d with white,
Resembling well his pale cheeks and the blood
Which in round drops upon their whiteness stood.

She bows her head, the new-sprung flower to smell,
Comparing it to her Adonis’ breath,
And says, within her bosom it shall dwell,
Since he himself is reft from her by death:
She crops the stalk, and in the breach appears
Green dropping sap, which she compares to tears.

Poor flower,’ quoth she, ‘this was thy fathers guise –
Sweet issue of a more sweet-smelling sire –
For every little grief to wet his eyes:
To grow unto himself was his desire,
And so ’tis thine; but know, it is as good
To wither in my breast as in his blood.

Here was thy father’s bed, here in my breast;
Thou art the next of blood, and ’tis thy right:
Lo, in this hollow cradle take thy rest,
My throbbing heart shall rock thee day and night:
There shall not be one minute in an hour
Wherein I will not kiss my sweet love’s flower.’

Thus weary of the world, away she hies,
And yokes her silver doves; by whose swift aid
Their mistress mounted through the empty skies
In her light chariot quickly is convey’d;
Holding their course to Paphos, where their queen
Means to immure herself and not be seen.

VENUS AND ADONIS
PLAY BY
WILLIAM SHAKESPEARE

Publié dans Poèsie(16) | 2 Commentaires »

THE PHOENIX AND THE TURTLE DE WILLIAM SHAKESPEARE

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

THE PHOENIX AND THE TURTLE
A POEM BY
WILLIAM SHAKESPEARE

The Phoenix and the Turtle
Let the bird of loudest lay
On the sole Arabian tree,
Herald sad and trumpet be,
To whose sound chaste wings obey.
But thou shrieking harbinger,
Foul precurrer of the fiend,
Augur of the fever’s end,
To this troop come thou not near.

From this session interdict
Every fowl of tyrant wing
Save the eagle, feather’d king:
Keep the obsequy so strict.

Let the priest in surplice white
That defunctive music can,
Be the death-divining swan,
Lest the requiem lack his right.

And thou, treble-dated crow,
That thy sable gender mak’st
With the breath thou giv’st and tak’st,
‘Mongst our mourners shalt thou go.

Here the anthem doth commence:—
Love and constancy is dead;
Phoenix and the turtle fled
In a mutual flame from hence.

So they loved, as love in twain
Had the essence but in one;
Two distincts, division none;
Number there in love was slain.

Hearts remote, yet not asunder;
Distance, and no space was seen
‘Twixt the turtle and his queen:
But in them it were a wonder.

So between them love did shine,
That the turtle saw his right
Flaming in the phoenix’ sight;
Either was the other’s mine.

Property was thus appall’d,
That the self was not the same;
Single nature’s double name
Neither two nor one was call’d.

Reason, in itself confounded,
Saw division grow together;
To themselves yet either neither;
Simple were so well compounded,

That it cried, ‘How true a twain
Seemeth this concordant one!
Love hath reason, reason none
If what parts can so remain.’

Whereupon it made this threne
To the phoenix and the dove,
Co-supremes and stars of love,
As chorus to their tragic scene.

THRENOS

BEAUTY, truth, and rarity,
Grace in all simplicity,
Here enclosed in cinders lie.

Death is now the phoenix’ nest;
And the turtle’s loyal breast
To eternity doth rest,

Leaving no posterity:
‘Twas not their infirmity,
It was married chastity.

Truth may seem, but cannot be;
Beauty brag, but ’tis not she;
Truth and beauty buried be.

To this urn let those repair
That are either true or fair;
For these dead birds sigh a prayer.

THE PHOENIX AND THE TURTLE
A POEM BY
WILLIAM SHAKESPEARE

Publié dans Poèsie(16) | Pas de Commentaire »

A LOVER’S COMPLAINT DE WILLIAM SHAKESPEARE

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

A LOVER’S COMPLAINT
A POEM BY
WILLIAM SHAKESPEARE


From off a hill whose concave womb reworded
A plaintful story from a sist’ring vale,
My spirits t’attend this double voice accorded,
And down I laid to list the sad-tuned tale,
Ere long espied a fickle maid full pale,
Tearing of papers, breaking rings atwain,
Storming her world with sorrow’s wind and rain.
Upon her head a platted hive of straw,
Which fortified her visage from the sun,
Whereon the thought might think sometime it saw
The carcase of a beauty spent and done.
Time had not scythed all that youth begun,
Nor youth all quit, but spite of heaven’s fell rage
Some beauty peeped through lattice of seared age.

Oft did she heave her napkin to her eyne,
Which on it had conceited characters,
Laund’ring the silken figures in the brine
That seasoned woe had pelleted in tears,
And often reading what contents it bears;
As often shrieking undistinguished woe
In clamours of all size, both high and low.

Sometimes her levelled eyes their carriage ride
As they did batt’ry to the spheres intend;
Sometime diverted their poor balls are tied
To th’orbed earth; sometimes they do extend
Their view right on; anon their gazes lend
To every place at once, and nowhere fixed,
The mind and sight distractedly commixed.

Her hair, nor loose nor tied in formal plait,
Proclaimed in her a careless hand of pride;
For some, untucked, descended her sheaved hat,
Hanging her pale and pined cheek beside;
Some in her threaden fillet still did bide,
And, true to bondage, would not break from thence,
Though slackly braided in loose negligence.

A thousand favours from a maund she drew
Of amber, crystal, and of beaded jet,
Which one by one she in a river threw,
Upon whose weeping margent she was set;
Like usury applying wet to wet,
Or monarch’s hands that lets not bounty fall
Where want cries some, but where excess begs all.

Of folded schedules had she many a one,
Which she perused, sighed, tore, and gave the flood;
Cracked many a ring of posied gold and bone,
Bidding them find their sepulchres in mud;
Found yet moe letters sadly penned in blood,
With sleided silk feat and affectedly
Enswathed and sealed to curious secrecy.

These often bathed she in her fluxive eyes,
And often kissed, and often ‘gan to tear;
Cried « O false blood, thou register of lies,
What unapproved witness dost thou bear!
Ink would have seemed more black and damned here! »
This said, in top of rage the lines she rents,
Big discontent so breaking their contents.

A reverend man that grazed his cattle nigh,
Sometime a blusterer that the ruffle knew
Of court, of city, and had let go by
The swiftest hours observed as they flew,
Towards this afflicted fancy fastly drew,
And, privileged by age, desires to know
In brief the grounds and motives of her woe.

So slides he down upon his grained bat,
And comely distant sits he by her side,
When he again desires her, being sat,
Her grievance with his hearing to divide.
If that from him there may be aught applied
Which may her suffering ecstasy assuage,
‘Tis promised in the charity of age.

« Father, » she says « though in me you behold
The injury of many a blasting hour,
Let it not tell your judgement I am old:
Not age, but sorrow over me hath power.
I might as yet have been a spreading flower,
Fresh to myself, if I had self-applied
Love to myself, and to no love beside.

« But, woe is me! too early I attended
A youthful suit -it was to gain my grace -
O, one by nature’s outwards so commended
That maidens’ eyes stuck over all his face.
Love lacked a dwelling and made him her place;
And when in his fair parts she did abide
She was new-lodged and newly deified.

« His browny locks did hang in crooked curls,
And every light occasion of the wind
Upon his lips their silken parcels hurls.
What’s sweet to do, to do will aptly find:
Each eye that saw him did enchant the mind,
For on his visage was in little drawn
What largeness thinks in Paradise was sawn.

« Small show of man was yet upon his chin;
His phoenix down began but to appear,
Like unshorn velvet, on that termless skin,
Whose bare outbragged the web it seemed to wear;
Yet showed his visage by that cost more dear,
And nice affections wavering stood in doubt
If best were as it was, or best without.

« His qualities were beauteous as his form,
For maiden-tongued he was, and thereof free;
Yet, if men moved him, was he such a storm
As oft twixt May and April is to see,
When winds breathe sweet, unruly though they be.
His rudeness so with his authorized youth
Did livery falseness in a pride of truth.

« Well could he ride, and often men would say
`That horse his mettle from his rider takes:
Proud of subjection, noble by the sway,
What rounds, what bounds, what course, what stop he makes!’
And controversy hence a question takes,
Whether the horse by him became his deed,
Or he his manage by th’ well-doing steed.

« But quickly on this side the verdict went:
His real habitude gave life and grace
To appertainings and to ornament,
Accomplished in himself, not in his case.
All aids, themselves made fairer by their place,
Came for additions; yet their purposed trim
Pieced not his grace, but were all graced by him.

« So on the tip of his subduing tongue
All kind of arguments and question deep,
All replication prompt, and reason strong,
For his advantage still did wake and sleep.
To make the weeper laugh, the laugher weep,
He had the dialect and different skill,
Catching all passions in his craft of will,

« That he did in the general bosom reign
Of young, of old, and sexes both enchanted,
To dwell with him in thoughts, or to remain
In personal duty, following where he haunted.
Consents bewitched, ere he desire, have granted,
And dialogued for him what he would say,
Asked their own wills, and made their wills obey.

« Many there were that did his picture get
To serve their eyes, and in it put their mind;
Like fools that in th’imagination set
The goodly objects which abroad they find
Of lands and mansions, theirs in thought assigned,
And labour in moe pleasures to bestow them
Than the true gouty landlord which doth owe them.

« So many have, that never touched his hand,
Sweetly supposed them mistress of his heart.
My woeful self, that did in freedom stand,
And was my own fee-simple, not in part,
What with his art in youth, and youth in art,
Threw my affections in his charmed power,
Reserved the stalk and gave him all my flower.

« Yet did I not, as some my equals did,
Demand of him, nor being desired yielded;
Finding myself in honour so forbid,
With safest distance I mine honour shielded.
Experience for me many bulwarks builded
Of proofs new-bleeding, which remained the foil
Of this false jewel and his amorous spoil.

« But ah, who ever shunned by precedent
The destined ill she must herself assay?
Or forced examples ‘gainst her own content
To put the by-past perils in her way?
Counsel may stop awhile what will not stay,
For when we rage, advice is often seen
By blunting us to make our wills more keen.

« Nor gives it satisfaction to our blood
That we must curb it upon others’ proof,
To be forbod the sweets that seems so good
For fear of harms that preach in our behoof.
O appetite, from judgement stand aloof!
The one a palate hath that needs will taste,
Though reason weep, and cry `It is thy last’.

« For further I could say this man’s untrue,
And knew the patterns of his foul beguiling;
Heard where his plants in others’ orchards grew;
Saw how deceits were gilded in his smiling;
Knew vows were ever brokers to defiling;
Thought characters and words merely but art,
And bastards of his foul adulterate heart.

« And long upon these terms I held my city,
Till thus he ‘gan besiege me: `Gentle maid,
Have of my suffering youth some feeling pity,
And be not of my holy vows afraid.
That’s to ye sworn to none was ever said;
For feasts of love I have been called unto,
Till now did ne’er invite nor never woo.

 » `All my offences that abroad you see
Are errors of the blood, none of the mind;
Love made them not; with acture they may be,
Where neither party is nor true nor kind.
They sought their shame that so their shame did find;
And so much less of shame in me remains
By how much of me their reproach contains.

 » `Among the many that mine eyes have seen,
Not one whose flame my heart so much as warmed,
Or my affection put to th’ smallest teen,
Or any of my leisures ever charmed.
Harm have I done to them, but ne’er was harmed;
Kept hearts in liveries, but mine own was free,
And reigned commanding in his monarchy.

 » `Look here what tributes wounded fancies sent me
Of pallid pearls and rubies red as blood,
Figuring that they their passions likewise lent me
Of grief and blushes, aptly understood
In bloodless white and the encrimsoned mood -
Effects of terror and dear modesty,
Encamped in hearts, but fighting outwardly.

 » `And lo, behold these talents of their hair,
With twisted metal amorously impleached,
I have received from many a several fair,
Their kind acceptance weepingly beseeched,
With the annexions of fair gems enriched,
And deep-brained sonnets that did amplify
Each stone’s dear nature, worth, and quality.

 » `The diamond? -why, ’twas beautiful and hard,
Whereto his invised properties did tend;
The deep-green em’rald, in whose fresh regard
Weak sights their sickly radiance do amend;
The heaven-hued sapphire and the opal blend
With objects manifold: each several stone,
With wit well blazoned, smiled or made some moan.
 » `Lo, all these trophies of affections hot,
Of pensived and subdued desires the tender,
Nature hath charged me that I hoard them not,
But yield them up where I myself must render -
That is to you, my origin and ender;
For these, of force, must your oblations be,
Since I their altar, you enpatron me.

 » `O then advance of yours that phraseless hand,
Whose white weighs down the airy scale of praise.
Take all these similes to your own command,
Hallowed with sighs that burning lungs did raise.
What me your minister, for you obeys,
Works under you, and to your audit comes
Their distract parcels in combined sums.

 » `Lo, this device was sent me from a nun,
A sister sanctified, of holiest note,
Which late her noble suit in court did shun,
Whose rarest havings made the blossoms dote;
For she was sought by spirits of richest coat,
But kept cold distance, and did thence remove
To spend her living in eternal love.

 » `But, O my sweet, what labour is’t to leave
The thing we have not, mast’ring what not strives,
Planing the place which did no form receive,
Playing patient sports in unconstrained gyves!
She that her fame so to herself contrives,
The scars of battle scapeth by the flight,
And makes her absence valiant, not her might.

 » `O pardon me, in that my boast is true!
The accident which brought me to her eye
Upon the moment did her force subdue,
And now she would the caged cloister fly:
Religious love put out religion’s eye.
Not to be tempted, would she be immured,
And now to tempt, all liberty procured.

 » `How mighty then you are, O hear me tell!
The broken bosoms that to me belong
Have emptied all their fountains in my well,
And mine I pour your ocean all among.
I strong o’er them, and you o’er me being strong,
Must for your victory us all congest,
As compound love to physic your cold breast.

 » `My parts had power to charm a sacred nun,
Who, disciplined, ay, dieted in grace,
Believed her eyes when they t’assail begun,
All vows and consecrations giving place.
O most potential love! -vow, bond, nor space,
In thee hath neither sting, knot, nor confine,
For thou art all, and all things else are thine.

 » `When thou impressest, what are precepts worth
Of stale example? When thou wilt inflame,
How coldly those impediments stand forth,
Of wealth, of filial fear, law, kindred, fame!
Love’s arms are peace, ‘gainst rule, ‘gainst sense, ‘gainst shame;
And sweetens, in the suff’ring pangs it bears,
The aloes of all forces, shocks, and fears.

 » `Now all these hearts that do on mine depend,
Feeling it break, with bleeding groans they pine,
And supplicant their sighs to you extend,
To leave the batt’ry that you make ‘gainst mine,
Lending soft audience to my sweet design,
And credent soul to that strong-bonded oath
That shall prefer and undertake my troth.’

« This said, his wat’ry eyes he did dismount,
whose sights till then were levelled on my face;
Each cheek a river running from a fount
With brinish current downward flowed apace.
O how the channel to the stream gave grace!
Who glazed with crystal gate the glowing roses
That flame through water which their hue encloses.

« O father, what a hell of witchcraft lies
In the small orb of one particular tear!
But with the inundation of the eyes
What rocky heart to water will not wear?
What breast so cold that is not warmed here?
O cleft effect! Cold modesty, hot wrath,
Both fire from hence and chill extincture hath.

« For lo, his passion, but an art of craft,
Even there resolved my reason into tears;
There my white stole of chastity I daffed,
Shook off my sober guards and civil fears;
Appear to him as he to me appears,
All melting; though our drops this diff’rence bore:
His poisoned me, and mine did him restore.

« In him a plenitude of subtle matter,
Applied to cautels, all strange forms receives,
Of burning blushes or of weeping water,
Or swooning paleness; and he takes and leaves,
In either’s aptness, as it best deceives,
To blush at speeches rank, to weep at woes,
Or to turn white and swoon at tragic shows,

« That not a heart which in his level came
Could scape the hail of his all-hurting aim,
Showing fair nature is both kind and tame;
And, veiled in them, did win whom he would maim.
Against the thing he sought he would exclaim;
When he most burned in heart-wished luxury
He preached pure maid and praised cold chastity.

« Thus merely with the garment of a grace
The naked and concealed fiend he covered,
That th’unexperient gave the tempter place,
Which like a cherubin above them hovered.
Who, young and simple, would not be so lovered?
Ay me, I fell; and yet do question make
What I should do again for such a sake.

« O, that infected moisture of his eye,
O, that false fire which in his cheek so glowed,
O, that forced thunder from his heart did fly,
O, that sad breath his spongy lungs bestowed,
O, all that borrowed motion, seeming owed,
Would yet again betray the fore-betrayed,
And new pervert a reconciled maid. »
 

A LOVER’S COMPLAINT
A POEM BY
WILLIAM SHAKESPEARE

 

Publié dans Poèsie(16) | 4 Commentaires »

I AM AFRAID DE William SHAKESPEARE

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

You say that you love rain,
but you open your umbrella when it rains…

You say that you love the sun,
but you find a shadow spot when the sun shines…

You say that you love the wind,
But you close your windows when wind blows…

This is why I am afraid;
You say that you love me too…

William SHAKESPEARE

Publié dans Poèsie(16) | Pas de Commentaire »

poèsie de William SHAKESPEARE

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

The lines I wrote for you before, they were lying;
Remember, the ones saying that I can’t love you more;
But I could not comprehend then,
That the flame inside me can burn even more bright.

Time, however, changes even the comands of the kings,
It intervenes the vows, playing all types of games,
It destroys the holy beauty, sotthes the sharpest intensions;
It adapts rebels to the machinery of change.
With the fear of the tyrannical time,
When I am sure about my love, when I have no doubts
Can’t I say ‘I can’t love you more’;
Can’t I forget the future and crown that moment.
No, I can’t say that!
Since love is a baby,
I can’t see it as already grown up,
It will continue to grow.

William SHAKESPEARE

Publié dans Poèsie(16) | Pas de Commentaire »

« Ils avaient juré la mort de Boudiaf ».

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

Assassinat d’un président

« Ils avaient juré la mort de Boudiaf ».

Cela commence par une petite phrase sur l’impermanence des choses et des hommes, une réflexion de simple sagesse, et se termine par du bruit, des chaises de théatre renversées autour d’un drapeau algérien taché de sang. ..

« L’être humain n’est que de passage ici-bas. La vie est brève, nous devons tous disparaitre un jour », dit doucement Mohammed Boudiaf, assis à la tribune du palais de la culture d’Annnaba. Et son visage jusqu’ici souriant devient grave. Voilà vingt sept minutes que le président du Haut Comité d’Etat parle d’économie, de gestion et d’emploi. Maintenant, il aborde la question religieuse, -forcément politique-, celle de la foi et de l’intégrisme. Dans la salle, on se tait, on écoute. Abdel le journaliste est au sixième rang, sur la mezzanine, à une quinzaine de mètres face à la tribune. Son carnet à la main, le chroniqueur local a tout noté : les huit fonctionnaires assis de part et d’autre du président Boudiaf, les fleurs coupées posées à même la table, les caméras, les drapeaux et ces grands rideaux ocres qui ferment la scène. Il est onze heures trente cinq ce lundi vingt neuf juin, Mohammed Boudiaf parle toujours de progrès et de religion. Il commence une phrase : » les pays développés nous devancent grâce à leurs connaissances scientifiques mais …l’Islam ». L’Islam : ce sera son dernier mot. « On a entendu un claquement sec à la droite de la tribune » raconte Abdel, « Comme un coup de pistolet. » Intrigué, le président suspend sa phrase et il tourne la tête vers les coulisses. Au fond de la scène, un homme a écarté le rideau et s’avance. Il est petit, un mètre soixante environ, mince, très pâle, porte l’uniforme bleu des services de sécurité et tient un pistolet mitrailleur calé contre sa hanche. Personne ne bouge. Autour du président, la sécurité est poutant extrêmement stricte. Et très efficace. Aucun homme, même en uniforme, ne peut pénetrer le périmètre rapproché s’il n’est connu des autres gardes du corps. D’ailleurs, aucun autre garde du corps ne semble s’inquiéter. Celui qui s’avance ne peut être qu’un des leurs. Dans la salle, Abdel croit que l’homme en bleu veut en savoir plus sur ce claquement suspect qui a amené le président à s’interrompre. « Il s’est avancé jusqu’à un mètre cinquante derrière la tribune, » dit Abdel » il a regardé l’assistance pendant trois à quatre secondes. Comme s’il hésitait. Puis, sans un mot, il a vidé son chargeur dans le dos du Président ». Ce qu’il n’a pas vu, et que d’autres ont décrit, c’est un deuxième homme en civil, qui aurait jeté des grenades offensives dans la salle et tiré sur le public. « Tout le monde s’est jeté à terre, on entendait des cris et des hurlements de douleur. C’était le chaos, la panique. » Les gardes du corps du président ouvrent le feu. En s’enfuyant vers le couloir, une femme renverse une grosse armoire métallique et le bruit de la chute déclenche une nouvelle fusillade. Abdel est renversé et piétiné par la foule. Quand tout s’arrête, il ne reste qu’une salle dévastée, quanrante et un blessés couchés sur le sol, un assassin en bleu qui tient à bout de bras son pistolet mitrailleur vide et un officiel, le beau frêre du président, assis, la tête dans les mains, seul, au milieu d’une tribune vide. Un médecin se penche sur le président, essaie de prendre son pouls et secoue la tête. On recouvre le corps avec un drapeau. Dehors, des hélicoptères survolent la ville d’Annaba. Pour la première fois en Algérie, et au Maghreb, on a assassiné un Président. A six cent kilomètre de là, une demie-heure plus tard, un écrivain croise un homme connu pour ses sympathies islamistes. Officiellement, Alger ne connait pas encore la nouvelle que la télévision ne donnera qu’a treize heures vingt. Mais les réseaux d’information parallèles ont fonctionné à merveille : l’écrivain stupéfait apprend la tragédie de la bouche de l’islamiste.
« Le président abattu ! Tu es sur qu’il n’est pas seulement blessé ? »
 » Non. Il est mort. »
« Dieu ait son âme. Quel dommage… »
« Dommage ? Pourquoi plains tu sa perte »
« Parce que nous risquons d’aller vers des affrontements graves ! »
 » Et alors ! Au moins, ca clarifiera les choses dans ce pays. » souffle le barbu qui disparait aussitôt. Quand la télévision égrène les versets du Coran, Alger comprend que le président n’est plus. Mais près du port, dans les rues commercantes du centre de la ville, personne ne ferme boutique et, très vite, la foule se remet à trainer entre les étals de pommes de terre et de tomates. Etrange indifférence. Comme si la population ne voulait plus croire qu’un homme d’Etat ou sa perte puisse changer les choses dans ce pays. De l’autre coté de la capitale, dans une salle de rédaction aux volets tirés, un groupe de journalistes et d’intellectuels sont assis, silencieux, dans l’obscurité. Les uns fixent le sol, les autres se prennent la tête entre leurs mains : personne ne parle, personne ne se regarde. Tous sont effondrés. Et terriblement pessimistes : « Au mieux, c’est l’état d’exception ; au pire, c’est l’affrontement dans les rues.. » finit par soupirer l’un.  » Non, c’est plus grave » coupe l’autre,  » nous finirons par avoir les deux. » Quand Mohammed Boudiaf revient a Alger le seize janvier dernier, tout parait encore possible. Malgré ses soixante treize ans, c’est un homme neuf qui a passé trente ans de sa vie en exil, loin de la gestion du FLN, un politique intègre et courageux qui n’a jamais été melé aux affaires de corruption, un personnage historique, un des fondateurs du FLN mais qui a demandé sa dissolution dès la fin de la guerre d’Algérie. Mohammed Boudiaf a une morale, du courage et des idées politiques affirmées : les jeunes ne le connaissent pas mais Alger lui accorde son respect. On attend de lui un changement radical du système. C’est l’etat de grâce. Il ne durera que quelques mois. Le temps de décréter l’état d’urgence, de s’attaquer à la corruption, au parti historique du FLN, aux troupes du FIS qu’il finit par dissoudre, d’essayer, en vain, de redonner confiance au peuple et de relancer l’économie…Il s’essouffle. Dans les rues populeuses d’Alger, on lui reproche d’avoir cédé sur l’essentiel, de ne plus vouloir abattre le système mais d’essayer de le sauvegarder. Quand le président lance son « Rassemblement National », il a encore beaucoup de partisans mais pas mal d’ennemis. Dans leur salon obscur aux volets tirés, le groupe d’intellectuels et de journalistes a fini par sortir de sa prostration pour passer en revue les hypothèses de l’attentat. Tous sont d’accord pour écarter l’idée de l’action individuelle d’un déséquilibré. On l’a dit : on ne franchit pas ainsi le système de sécurité mis en place autour du président d’un pays comme l’Algérie.Ici, on sait ce qu’est la protection d’un homme d’Etat. Reste l’action d’un ou plusieurs éléments appartenant aux services eux-mêmes. Pour le compte de qui ? Il y a l’hypothèse la plus facile, celle de l’épilogue d’une longue lutte entre le Président Boudiaf et le Front Islamique du Salut. Deux jours plus tôt, Abassi Madani et Ali Benhadj devaient être jugés devant le tribunal militaire de Blida. La défense s’est retirée pour protester contre l’absence de certains témoins et la fermeture de l’audience aux observateurs étrangers : procès reporté. Annulation du deuxième tour des élections, dissolution du FIS en mars dernier, arrestation de la plupart de ses dirigeants emprisonnement de plusieurs milliers de ses militants dans les camps du désert algérien…Le contentieux était lourd entre les islamistes et Mohammed Boudiaf. D’un coté, un mouvement islamiste privé de sa « victoire » électorale avant d’être décapité et dissous ; de l’autre, le terrorisme qui a tué en quelques mois une centaine de policiers, de gendarmes et de militaires, de quoi maintenir toute une armée sur le pied de guerre. Sur ce point, Boudiaf l’intraitable n’avait pas reculé d’un pouce : « le FIS est hors la loi. Plus jamais de FIS. Ah non ! Plus jamais cà. » A la veille du procès de Blida, des tracts signés par des « justiciers » s’en prenaient directement au « HCE » : « on vous fera bientot payer…Nous vous ferons porter l’habit de la peur. » Boudiaf serait tombé, comme le président égyptien, victime de l’intégrisme ? Cette chronique de l’attentat annoncé ne convaint pas tout le monde a Alger. Mohammmed Boudiaf s’était aussi attaquée à de puissants intérets, ceux du « trabendo », le marché noir qui traverse le pays et ses frontières, ceux d’une corruption massive, ceux de la mafia. Reste enfin l’autre option, plus politique, un règlement de compte au sein du sérail, où certains voyaient dans l’intransigeance du personnage présidentiel, un obstacle insurmontable à la réconciliation nationale. Le président croyait à l’ordre et à l’application d’une politique sécuritaire. Sa mort par attentat ressemble à un échec sanglant dela répression de ces derniers mois. Aujourd’hui, l’Algérie se retrouve dans la même problématique que Janvier, avec un homme, une structure et un espoir en moins. Sans Mohammed Boudiaf, la structure du Haut Comité d’Etat et le parti du « Rassemblement National » ne sont que des coquilles vides… »La dernière carte du pouvoir a été abattue » remarque un observateur politique. « Reste l’armée. Les militaires devront choisir entre prendre le pouvoir et le gérer directement ou bien chercher encore un homme proche du civil pour leur faire écran ». Dans le premier cas, le pouvoir revient à une junte militaire qui décrète l’état d’exception, interdit les partis, gèle les intitutions et censure la presse ; dans l’autre, la structure sans âme du HCE s’ouvre pour acceuillir en son sein, une nouvelle personnalité. En espérant gagner un répit de quelques mois, en espérant mettre un terme au désespoir algérien, à cette marche continue vers la violence. Et depuis l’assassinat d’un président de soixante treize ans, cette longue marche ressemble à un suicide.

2 juillet 1992

ParJean-Paul Mari

Publié dans Boudiaf(4) | 1 Commentaire »

Les révélations du colonel Mohamed Samraoui de la DRS à Al Jazeera

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

Les révélations du colonel Mohamed Samraoui de la DRS à Al Jazeera

L’autre version de la  » république  »

Nasreddine Yacine, algeria-watch, 6 août 2001

Que va-t-on trouver au colonel Mohamed Samraoui dit Habib pour le descendre en flamme ? La presse algérienne n’a pas encore été briefée pour fournir des  » éléments  » biographiques sur cet ex-officier supérieur des services spéciaux algériens (DRS). Dans quelques jours probablement, les Salima Tlemçani, Mounir Boudjemaâ, Nacer Belhadjoudja, N. Sebti… et autres Anis Rahmani, honorables correspondants du colonel hadj Zoubir (chargé de l’information à la DRS), vont  » sévir  » à coup d’ » infos  » pour tenter de discréditer l’auteur des témoignages accablants sur la guerre qui a lieu en Algérie depuis 1992.
L’émission Bila Houdoud de la chaîne de télévision satellite Aljazeera, diffusée mercredi dernier en début de soirée, n’est pas passée inaperçue. Ils étaient certainement des millions d’algériens à l’avoir suivie. Le lendemain, elle était le sujet de discussion numéro un dans les cafés et dans les longues chaînes interminables pour l’acquisition du fameux formulaire de demande de logement locatif.
C’est que les révélations de ce colonel de la DRS ont de quoi choquer les  » âmes sensibles  »  » foncièrement républicaines « . Mohamed Samraoui se dit prêt à témoigner devant le tribunal pénal international (TPI) et ramener les preuves de ce qu’il avance. En attendant cet heureux événement, ici les principaux extraits de l’intervention du colonel Mohamed Samraoui :

L’arrêt du processus électoral et la répression du FIS

 » Le 29 décembre 1991, je m’étais rendu à Blida pour rencontrer le colonel Abdelmalek Bendjedid (frère du président Chadli Bendjedid) pour lui faire part des rumeurs et des bruits qui circulent à propos de l’imminence d’un coup d’Etat contre le président. Abdelmalek me fait part à son tour, en me demandant de garder cela pour moi tout seul, des décisions qui allaient être prises par Chadli en l’occurrence le limogeage des généraux Toufik (patron de la DRS) et de Khaled Nezzar (ministre de la Défense) et leur remplacement respectivement par le général Kamel Lahrache et Dib Makhlouf « .

 » Larbi Belkheir est derrière l’idée des camps du Sud, de la dissolution du FIS et l’assassinat de Boudiaf « .

 » Après les résultats du premier tour des élections législatives, nous avons rencontré plusieurs chefs de partis politiques, dont des petits partis que je ne citerai pas, pour connaître leur avis sur la situation « .

 » Mahfoud Nahnah, que j’ai rencontré le 27 décembre en compagnie du commandant Guettouchi Amar, a exprimé son refus des résultats et était favorable à l’arrêt du processus électoral « .

 » D’autres contacts ont été entrepris avec la société civile dont Benhamouda de l’UGTA pour connaître leurs avis sur cette nouvelle situation et leur demander de bouger en faveur de l’annulation des résultats des élections « .

 » Nous, les officiers, étions également favorables pour l’arrêt du processus électoral. Et pour cause, les hauts responsables de l’armée (généraux) nous ont dressé un tableau noir du FIS en prédisant des lendemains apocalyptiques en cas de l’accession de ce dernier au pouvoir. Ce n’est que plus tard que j’ai compris qu’ils avaient monté tout cela pour leur propre bien et non celui de l’Algérie, et de peur d’être jugés « .

 » Le président Chadli Bendjedid a rencontré Abdelkader Hachani et lui a promis la poursuite du processus électoral. A la suite de cette rencontre, une conclave entre les généraux a eu lieu au commandement des forces terrestres à Aïn Naâdja. C’est là qu’a été décidé l’arrêt du processus électoral « .

 » Le 1er janvier 1992, le général Smaïn (qui était colonel à l’époque) m’a chargé de contacter le général Mohamed Lamari. Contact pris, ce dernier m’ordonne de choisir 7 ou 8 de mes proches collaborateurs en qui j’ai totale confiance et de les ramener le 4 janvier pour « une opération secrète », me dit-il « .

 » Le lundi 4 janvier, je suis arrivé avec les dossiers de tous les membres du FIS. La séance de travail était présidée par le général Aït Mesbah Sadek. Nous avions décidé d’arrêter les éléments dangereux du FIS (membres du Majlis Echoura, présidents d’APC, députés élus et les candidats au 2e tour). En tout 1100 personnes devaient être arrêtés à Alger. L’opération n’a pas eu lieu comme prévu. Un ordre d’annulation a été donné, tard dans la soirée, par le général Smaïn. Plus tard, le nombre des personnes à arrêter a été revu à la hausse. Il est passé à 12 500 entre militants et sympathisants du FIS sur le territoire national. Ils ont raflé à l’aveuglette pour radicaliser le mouvement et pousser à la haine de l’Etat « .

 » Les camps du sud étaient programmés pour permettre aux gens de différentes régions de se connaître entre eux « .

 » Entre temps, les généraux cherchaient une solution politique à la destitution de Chadli. Benhabylès, président du Conseil Constitutionnel, n’a pas voulu entrer dans la combine. Ils ont pensé à Ben Bella, mais ils ne l’ont pas contacté de peur qu’il ne se retourne contre eux. Aït Ahmed a été contacté, mais n’a pas accepté. En démocrate, il n’aurait jamais toléré d’être une marionnette entre les mains des militaires. Ils ont également pensé à Ahmed Taleb Ibrahimi, mais Sid-Ahmed Ghozali a refusé en le qualifiant d’ »imam en cravate ». C’est de Ali Haroun qu’est venue l’idée de contacter Mohamed Boudiaf « .

 » Le 10 janvier 1992, le général Khaled Nezzar a proféré des menaces contre Chadli, lorsque celui-ci voulait revenir sur son engagement précédent de démissionner « .

 » Au mois de mai 1992, au cours d’une réunion à Chateauneuf (poste de commandement de la police et caserne des forces spéciales d’Alger, dans laquelle des disparus sont morts sous la torture) à laquelle j’avais assisté en compagnie du capitaine Ahmed, les officiers de police Ouaddah et Tahar Kraâ, le général Smaïn avait déclaré devant d’autres témoins : « je suis prêt à sacrifier 3 millions d’algériens pour rétablir l’ordre « .

L’assassinat de Mohamed Boudiaf

 » Les premiers litiges entre Boudiaf et les généraux étaient relatifs au Sahara Occidental, à l’affaire du général Belloucif, et au changement du chef du gouvernement. Boudiaf voulait limoger Sid-Ahmed Ghozali pour le remplacer par Amine Abderrahmane ou Saïd Sadi. Il voulait également déterrer l’affaire Belloucif, mais les généraux n’en voulaient pas de peur que le dossier ne remonte jusqu’à eux « .

 » Informé d’une pseudo tentative d’insurrection, le 5 mars 1992, qu’aurait dirigé le capitaine Ahmed Chouchène, commandant des forces spéciales à l’académie de Cherchell, Boudiaf s’est étonné de voir que dans la liste qu’on lui présente le grade le plus élevé d’une telle opération est celui de capitaine. Il a donc ordonné le relèvement de ses fonctions et la mise aux arrêts du général Mohamed Lamari, et la nomination du général Khelifa Rahim à sa place. D’ailleurs, je défie quiconque de me montrer un document signé par Mohamed Lamari entre le 29 mars 1992 jusqu’à la mort de Boudiaf « .

 » La grenade offensive dont se servit Boumaârafi lors de l’assassinat de Boudiaf était dans mon bureau. Elle y a été déposée après l’opération de Télemly dans laquelle sont morts le sous-lieutenant Tarek et le commandant Guettouchi Amar. Je ne l’ai plus revue depuis « .

 » Boumaârafi est l’assassin de Boudiaf. Il a été ajouté à la liste des éléments du GIS partant pour Annaba par le général Smaïn Lamari après une entrevue des deux hommes dans le bureau de ce dernier. Smaïn a chargé le commandant Hamou de signer l’ordre de mission individuel de Boumaârafi « .

 » Après l’assassinat de Boudiaf, Boumaârafi devait être abattu à son tour par deux de ses collègues. Doué d’une grande intelligence, il a sauté un mur de deux mètres et s’est livré à la police « .

 » Le 29 juin 1992, juste après l’assassinat de Boudiaf, nous (responsables des services de sécurité de l’armée) eûmes une réunion avec Khaled Nezzar qui nous a déclaré d’emblée, sans qu’aucune enquête ne soit menée, que « le commandant Hamou est innocent ». Il a ensuite réclamé le soutien des services de sécurité pour continuer sa mission « .

 » Même condamné à mort, Boumaârafi ne sera pas exécuté « .

 » Le 1er instigateur de l’assassinat de Boudiaf est le général Smaïn Lamari « .

La naissance du GIA

 » J’ai assisté à la naissance du GIA. Il a été créé pendant l’été 1991 par le commandant Guettouchi Amar, mort au cours d’une opération anti-terroriste à Télemly. Il était secondé par le capitaine Djaâfar chargé d’éditer les communiqués et de les transmettre aux journalistes « .

 » Chebouti, fondateur du MIA, circulait dans une voiture des services, une R9 couleur crème « .

Pourquoi la création du GIA ?  » Afin de justifier les assassinats qu’ils commettaient pour se débarrasser notamment de certains officiers, comme le colonel Salah, le commandant Boumerdès Farouk dit Rabah, le commandant Djaber, le commandant Hicham (assassiné à Blida)… Les assassinats de plusieurs officiers restent inexpliqués « .

 » Le GIA a été créé pour servir des desseins, mais ses créateurs ont vite été débordés par d’autres groupes islamiques armés. C’est pour cela que nous utilisions l’appellation « des GIA » « .

Intervention téléphonique pendant l’émission du capitaine Ahmed Chouchène, accusé de tentative d’insurrection en mars 1992

 » J’ai été kidnappé le 3 mars de la caserne. Mais, lorsque cela a été découvert, ils ont dû me présenter devant le tribunal militaire de Béchar et me condamner à 3 années de prison « .

 » En novembre 1994, une tentative d’insurrection a été provoquée dans la prison de Berrouaghia. Un groupe d’intervention rapide (GIR) numéro 80 de la gendarmerie nationale a tiré et blessé 1200 prisonniers. Par la suite, un autre groupe de la gendarmerie, je répète, un autre groupe cagoulé, est entré pour décapiter 51 parmi les 1200 prisonniers et les brûler. Les corps ont été enterrés dans une fosse commune dans un champ d’exécution de la prison de Berrouaghia. Si des gens ont le courage d’aller vérifier, les corps y sont toujours « .

Le colonel Semraoui ajoute :  » A sa sortie de prison en 1995, le général Kamel Abderrahmane, patron de la DCSA (Direction Centrale de la Sécurité des Armées), avait demandé à Chouchène d’être l’adjoint de Djamel Zitouni l’émir du GIA « .

Missions spéciales

 » En 1995, le général Smaïn est venu à Cologne en compagnie du général Hacène Beldjelti dit Abderrezak (cet unique général issu du sud algérien était chargé de la sécurité à la présidence de la République sous la présidence de Liamine Zeroual – ndlr) et plusieurs autres officiers dont les commandants Merabet Omar et Benguedda Ali, et le colonel Benabdellah (un homme d’action). Ils voulaient assassiner des responsables du FIS comme Abdelbaki Sahraoui et Rabah Kébir. Je me suis opposé à ces opérations « .

 » Le colonel Benabdellah Mohamed m’a avoué avoir commis des massacres dans la région de Blida « .

source:algeria-watch.org

Publié dans Boudiaf(4) | Pas de Commentaire »

MOHAMED BOUDIAF:1 novembre 1954

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

Boudiaf

Par MOHAMED BOUDIAF

Répondant aux désirs des militants du parti et certainement à celui de tous les Algériens épris de vérité, la commémoration du 20e anniversaire du 1er novembre 1954 sera pour moi l’occasion de reprendre l’histoire de cette époque, des contacts, des discussions, des démarches, de l’organisation, en un mot des circonstances réelles dans lesquelles est née l’insurrection algérienne.
Bon nombre de personnes étrangères à ces événements ont écrit et continuent de le faire en déformant par intérêt ou par ignorance les faits attribuant à des gens des rôles qu’ils n’ont pas joués, idéalisant certaines situations, et passant d’autres sous silence, refaisant l’histoire après coup. Le résultat le plus clair de ces manipulations est d’entrainer une méconnaissance d’un passé pourtant récent chez les millions de jeunes Algériens qui n’ont pas vécu cette période et qui sont pourtant avides d’en savoir les moindres détails.
Mon propos va donc s’attacher à reconstituer le déroulement des événements de l’année 1954 en m’efforçant de rétablir la vérité historique et de relever les erreurs les plus fréquemment commises. Je suis personnellement convaincu que cette histoire reste à écrire; ce qui sera dit ci-après ne peut être que le survol rapide d’un bouillonnement révolutionnaire impétueux qui a su transformer une crise grave du mouvement national en un processus de lutte armée dont l’aboutissement fut la libération de l’Algérie d’une colonisation séculaire.
Pour bien comprendre les événements de l’année 1954, il est indispensable de faire un retour en arrière pour bien situer les raisons profondes de l’élan révolutionnaire qui à été à la base de la préparation rapide et du succès du déclenchement de la guerre de libération nationale. Je ne crois pas qu’il suffit comme le font certains, de mettre en valeur le rôle de quelques «  chefs historiques » et de ramener l’histoire à des individus pour saisir ce qui c’est passé. Les hommes du 1er novembre, s’ils eurent un mérite, ce fut précisément celui d’être parvenus à exprimer et à mettre en œuvre ce qu’une grande masse d’Algériens pensaient et souhaitaient. Eux-mêmes furent le produit de circonstances, de luttes politiques et il est dangereux de pratiquer le culte des héros ( même s’ils sont morts ) car c’est là le meilleur moyen de nier le rôle du peuple…
Il paraît très intéressant de suivre pas à pas l’évolution du nationalisme algérien et, en particulier du parti qui en fut le plus représentatif, le P.P.A. Mais cela dépasserait largement le cadre de cet écrit. Aussi, je me contenterai de dire quelques mots des événements qui, à mon sens, ont joué un rôle dans la maturation du processus insurrectionnel.

MAI 1945 ET SES CONSEQUENCES

Je veux parler d’abord des événements de mai 1945 qui, en ensanglantant le Constantinois ont fait la preuve irréfutable que le colonialisme ne pouvait être combattu que par des moyens révolutionnaire.
Pour les militants de ma génération, le 8 mai 1945 fut le point de départ d’une prise de conscience et d’une rupture:
Prise de conscience de la nécessité de rechercher au-delà de la simple revendication de l’indépendance la voie à suivre et les moyens à employer pour y parvenir. Il faut dire que, jusqu’à cette époque, le débat dans le mouvement nationaliste se situait surtout autour du thème même de l’indépendance, de sa possibilité, de l’affirmation de la personnalité algérienne contre la politique d’assimilation. Pour la stratégie à suivre, rien n’était défini, si ce n’est la référence aux grands principes démocratiques et humanitaires. Avec la charte de l’atlantique, qui reconnaissait « le droit des peuples à disposer d’eux mêmes «  les dirigeants des mouvements finirent par penser que l’émancipation de l’Algérie pourrait être obtenue par des moyens pacifiques. Cette conception idyllique vola en éclats lorsque les évènements de mai 1945, avec leurs milliers de morts, ramenèrent brutalement les Algériens à la réalité.
Rupture avec les anciennes conceptions de la lutte et de l’organisation. Avant la deuxième guerre mondiale, l’organisation du P.P.A. Se limitait à un mouvement de sympathisants acquis à l’idée de l’indépendance. Les cadres citadins du mouvement qui avaient du mal à sortir d’Alger n’étaient pas parvenus à en étoffer la structure, malgré la grande réceptivité des masses aux mots d’ordre simples qu’ils diffusaient. Vers la fin de la guerre, le mouvement créé autour du « Manifeste du Peuple Algérien « , les A.M.L. ( Amis du Manifeste de la Liberté ) avait en quelques mois recueilli des centaines de milliers d’adhésions.
Lancé par des notables issus de la petite bourgeoisie et de la bourgeoisie instruite ( Abbas et les élus des délégations financières ). Le Manifeste avait grâce à un « Additif » de dernière heure, recueilli le soutien du P.P.A. Parce que sa base était plus populaire, ce dernier joua un rôle moteur dans le mouvement, tout en cherchant à en durcir les positions. Et comme les activités de propagande des A.M.L. Rassemblaient beaucoup de monde, cela permettait aux militants du P.P.A. D’établir de nombreux contacts. Aussi, au congrès des A.M.L de 1945 ( mars ) il apparut nettement que la tendance P.P.A. Était majoritaire et la revendication de l’indépendance s’y affirma avec force.
En fait, l’effervescence populaire était à son comble. Le mécontentement et le sentiment anticolonialiste puisaient leur force dans la situation effroyable que connaissait la grande majorité des Algériens abandonnés à la famine à la maladie. Les autorités coloniales décidés à reprendre la situation en main, cherchaient l’occasion de frapper un grand coup. Elles la trouvèrent dans les défilés organisés à l’occasion de la victoire auxquels les mouvements nationalistes participèrent avec des drapeaux algériens pour monter leur volonté d’accéder à l’indépendance. Il est faux de prétendre qu’ils voulaient organiser un soulèvement. J’ai eu plus tard l’occasion d’en discuter avec le responsable du parti de Sétif, Maïza, il n’avait aucune directive et ne savait quoi répondre aux militants qui vinrent lui en demander après le début des incidents dans la région. Ce sont des provocations policières qui ont mis le feu aux poudres. Le scénario fut le même un peu partout. Dès que les drapeaux étaient sortis, la police tirait sur le porteur. La foule réagissait. Mais c’est à Sétif que les réactions furent les plus violentes, car la manifestation tourna à l’émeute, de nombreux paysans se joignant au mouvement et se soulevant spontanément. Pendant plusieurs jours, des fermes furent attaquées. Une centaine d’Européens furent tués entre le 8 et le 13 mai.
La répression fut d’une violence inouïe. Les légionnaires et les tirailleurs sénégalais se distinguèrent particulièrement. Des mechtas entières furent rasées, les douars bombardés par l’aviation et la marine, tandis que les milices des colons se livraient à des massacres atroces. Enfin, les arrestations se comptaient par milliers. Cette offensive du colonialisme a eu pour effet de clarifier les choses. Les A.M.L. Se disloquèrent. Chaque mouvement constitutif prenant ses distances et suivant une évolution autonome :
Abbas et ses amis fondèrent l’U.D.M.A ( Union Démocratique du Manifeste Algérien ) qui rassemblait des notables issus des professions libérales, de la grosse bourgeoisie, des élus, etc. Tout en se prononçant pour l’autonomie de l’Algérie, l’U.D.M.A se situait à l’intérieur du système colonial, plus proche des courants assimilationnistes d’avant guerre que des nationalistes proprement dits. Elle ne cherchait d’ailleurs pas à organiser les masses, son objectif était surtout la constitution d’une clientèle électorale.
Les Oulémas qui, bien qu’étant une organisation à caractère religieux et culturel, ne pouvait s’empêcher de jouer un rôle politique. Leur attitude était ambiguë. Défenseurs acharnés se la personnalité musulmane en Algérie, ils étaient beaucoup moins chauds lorsqu’il s’agissait de se prononcer sur l’indépendance totale. Selon eux celle-ci ne pouvait être envisagée dans l’immédiat tant que les grandes masses restaient plongées dans l’ignorance. Implantés dans les médersa et les mosquées, ils exerçaient une influence certaine sur la population, au moins dans les villes. Ils réservaient leurs coups surtout au P.P.A. , calquant leurs positions sur celles de leurs amis U.D.M.A.
Le P.P.A. Était désormais le mouvement sur lequel reposaient les espoirs de l’Algérie. La répression de 1945 avait amené une épuration du mouvement. Pas mal d’anciens responsables rejoignirent l’U.D.M.A. Ou cessèrent toute activité. Parallèlement , l’arrivée au sein du parti de nombreux jeunes gens qui revenaient de la guerre, pour la plupart originaires des villes et villages de l’intérieur, bouscula le cadre traditionnel d’origine citadine et algéroise et fit apparaître des tendances plus dures qui pensaient à mettre en place une organisation plus solide, mieux charpentée et dotée d’une stratégie révolutionnaire.

LA CREATION DU M.T.L.D.
Et c’est précisément à ce moment en 1946 que Messali à son retour d’exil, se prononça pour la participation du P.P.A. Aux élections. Influencé sans doute par les délégués arabes à l’O.N.U. Qu’il avait rencontrés à Paris, il développa l’idée que le parti, pour élargir son audience, devait entrer dans une phase de légalité, s’ouvrir sur les intellectuels rechercher le soutien des milieux français libéraux. Inutile de préciser que beaucoup de militants étaient hostiles à cette nouvelle orientation, mais ils ne purent la combattre car le parti était bâti autour du personnage de Messali et personne ne pouvait s’opposer à sa volonté. Or, Messali frappé par le succès de l’U.D.M.A. Aux élections du 2 juin 1946, tenait absolument à ce que le P.P.A. Participe aux élections législatives. Il prit cependant soin de présenter cette participation comme un simple moyen de toucher les masses et qui n’impliquait pas l’abandon de la ligne révolutionnaire du parti, thème qu’il développa largement au cours de la campagne électorale, allant jusqu’à affirmer que les élus du parti n’iraient pas au Palais Bourbon. Ce qui ne fut qu’une promesse sans lendemain puisque les cinq élus siégèrent jusqu’en 1951, terme de la législature.
Le passage à cette politique électoraliste eut des conséquences déterminantes sur les positions du parti. Les militants durent changer leur mentalité et leurs méthodes de travail. Ils furent obligés de sortir de la clandestinité pour mener des actions légales, tenir des meetings, combattre les candidats des autres partis et même se présenter comme candidats. Cela ne manqua pas de troubler bon nombre d’entre eux partisans d’une ligne dure, qui exigèrent de la direction la tenue d’un congrès.
Ce
lui-ci se tint clandestinement début 1947 en présence de Messali. Au terme de trois jours de discussions violentes, il entérina la voie électoraliste appliquée par le parti, créant à cet effet une organisation légale : le M.T.L.D. ( Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques ). En contrepartie, il décida de mettre en place une Organisation Spéciale ( l’OS ) de caractère para-militaire dont l’objectif était de préparer à terme l’action armée. Bien que résultant d’un compromis et répondant au souci de la direction de ne pas se couper de l’aile dure du mouvement, la création de l’O.S n’en demeure pas moins un événement capital. De plus elle constituait aux yeux des militants une garantie contre les déviations qui pourraient attendre le parti.
A partir de là, Messali et la direction du parti ayant les coudées franches, poursuivirent leur politique électoraliste avec un succès inégal. Echec relatif aux élections législatives de 1946 compensé, il est vrai, par un succès aux élections municipales d’octobre 1947 pour lesquelles le parti obtint 80% des voix. Ce succès amena l’autorité coloniale à sévir et à truquer les élections. Aussi, en 1948, lors du vote pour l’assemblée algérienne, la répression s’abattit sur l’organisation légale. Les candidats étaient arrêtés, les militants pourchassés, tandis que des députés, régulièrement élus, étaient recherchés par la police. Cette réaction montra clairement à tous les limites de l’action légale et dissipa les illusions que pouvaient encore entretenir certains militants sur les possibilités de lutte à l’intérieur du système colonial. Persister dans cette voie relavait désormais, non plus de l’erreur politique mais de la trahison délibérée. La suite des évènements n’allait pas tarder à nous le démontrer.

… ET DE L’O.S.

Mais revenons à l’O.S. Dont l’installation fut réalisé durant cette période 1947-1948. Ses militants furent choisis au sein de l’organisation politique clandestine du P.P.A. Sur la base de critères tels que : conviction, courage physique, discrétion, clandestinité etc. En principe ces choix devaient faire de l’O.S. Une organisation rigoureusement sélective complètement autonome du reste du parti et dont le but aurait été de former des cadres en vue du déclenchement du processus révolutionnaire. En fait, il faut reconnaître que les nombreux marchandages qui présidèrent au dégagement des éléments de l’O.S. Pesèrent lourdement sur une naissance difficile. En effet, les responsables de l’organisation politique étaient réticents à l’idée de se séparer de leurs meilleurs militants.
Six mois après, la mise en place était quand même chose faite et, au printemps 1948, l’O.S. Commença à voler de ses propres ailes. La direction était confiée a un état-major national constitué d’un coordinateur, Mohamed Belouizdad, d’un responsable militaire Belhadj Djilali, d’un responsable politique Hocine Aït Ahmed et de responsables départementaux : Oranie, Ahmed Ben Bella; Algérois, Maroc Mohamed; Alger-ville et Mitidja, Reguimi Djilali, Kabylie, Aït Ahmed et Contantinois, Mohamed Boudiaf. Mohamed Belouizdad assurait la liaison avec le bureau politique du P.P.A. Dont il était membre.
Sur le plan territorial l’Algérie fut découpée en cinq départements : l’Oranie, Algérois, non compris Alger-ville et la Mitidja qui formaient un département la Kabylie et le Contantinois. Chaque département ou unité militaire était lui-même divisé en zones qui se composaient de régions qui à leur tour, englobaient des localités.
Sur le plan organisationnel, la structure de base était le demi-groupe constitué de deux militants et d’un chef de demi-groupe. Ensuite, deux demi-groupes formaient un groupe; soit 3 + 3 + 1 chef de groupe = 7 militants. Au-dessus du groupe, on trouvait la section, composée de deux groupes et coiffée par un chef de section, soit en tout 15 personnes.
La section était le niveau le plus élevé de la structure organique: au dessus il y avait la localité. Si par hasard, une localité possédait des effectifs supérieurs a 15 militants. Il fallait créer une autre section. Ces structures étaient rigoureusement cloisonnées entre elles : chaque demi-groupe menant une activité séparée et n’ayant aucune liaison avec les autres demi-groupes.
L’O.S. Constituait une organisation fermée aux effectifs bloqués et dont le volume oscilla et entre 1 000 et 1 500 militants, avec une stabilisation autour du millier a la fin de la période d’installation.
Examinons maintenant la formation qui était dispensée aux militants. Il y avait ce qu’on appelait l’éducation militante et qui était beaucoup plus morale que politique. Elle comprenait des cours sur les qualités du militant révolutionnaire, ses droits, ses devoirs, son rôle, l’esprit de sacrifice, l’initiative, l’anonymat de l’effort, le comportement militant face a la police etc. A côté de cela, les militants recevaient une formation militaire basée sur deux brochures d’une douzaine de leçons chacune et dont l’enseignement allait depuis la leçon de tir, les missions individuelles, jusqu’à l’organisation d’une zone de guérilla. Ces cours théoriques étaient enrichis par l’usage et le maniement d’armes individuelles, par des manoeuvres sur le terrain, des exercices d’alerte et quelques rudiments sur les explosifs et la fabrication de bombes
En conclusion, un militant de l’O.S., cette formation acquise, devait être capable d’organiser et de diriger une action de guérilla.
Dégagés des tâches d’agitation, de propagande, de recrutement, de collecte de fonds, etc, les militants de l’O.S., dans leur ensemble, après un an et demi de travail continu, avaient atteint un niveau de formation élevé comparativement à celle qui étaient resté dans l’organisation politique.
A la fin de 1949, l’O.S. Avait terminé son instruction et déjà un peu partout, une certaine impatience se manifestait. La base voulait passer à une autre étape. La direction du parti fut informée de ces difficultés et des dangers qu’une telle incertitude sur les tâches futures de l’O.S. Faisait courir à la sécurité même de l’organisation dont le secret avait pourtant jusque là , été relativement bien gardé. Mais, comme toujours, les réponses du sommet demeuraient évasives et aucune solution ne venait. Le malaise se généralisa; le cloisonnement devenait de plus en plus difficile à préserver et la mobilisation des militants ne pouvait plus être maintenue si aucune tâche, aucune activité n’étaient fixées.
L’inévitable arriva. En mars 1950 une répression féroce s’abattit sur l’O.S., démantelant ses structures, amenant l’arrestation de centaines de militants et contraignant à l’inactivité tous ceux qui avaient échappé à l’emprisonnement. Un incident mineur dans la région de Tébéssa fut a l’origine de la vague d’arrestation. Voici les faits tels qu’ils me furent rapportés par Ben M’hidi ( qui m’avait succédé à la tête du département de Constantine ). Un cadre de la région nommé Rehiem soupçonné de fournir des renseignements à la police fut exclu du parti. Ben M’hidi fut chargé de l’enquête. Un commando fut dépêche sur place. Cédant à l’énervement, le chauffeur du commando se laissa aller a des menaces. Cette maladresse fut fatale, Rehiem s’enfuit et dénonça les membres du commando à la police qui les arrêta. Ce fut là le point de départ de la vague répressive qui déferla sur toute l’organisation de l’O.S.
Avec du recul, on peut se demander comment l’O.S. N’a pu mieux résister à l’offensive colonial, même si les méthodes employées par la police furent violentes, tortures systématique,etc. Au début, le cloisonnement était respecté : le contrôle de responsables se faisaient avec des cagoules afin de préserver leur anonymat; les groupes n’avaient pas de liaison entre eux. Mais le meilleur des cloisonnements ne perdurer qu’un temps. Il est certain que la police coloniale avait recueilli un certain nombre d’informations. Et plus le temps passait, plus elle parvenait à faire des recoupements. En septembre 1949, je venais d’être muté au département d’Alger, je me souviens que cette question me préoccupait énormément : nous recrutions des gens, nous leur donnions des armes et une formation militaire. Ces gens-là pouvaient être arrêtés, torturés et parler : quelle devait être notre réaction en tant que responsable ? Je posai la question au comité d’organisation. En cas de répression policière, que doit-on faire ? Est-ce que le parti prévoit quelque chose dans ce cas-là ? Je n’ai jamais eu de réponse.
Lorsque les arrestations commencèrent à Tébessa, les responsables vinrent alerter le parti et demandèrent des directives. On leur répondit «  Brûlez les papiers, mettez le matériel à l’abri et attendez « Mais la passivité de la direction du parti ne s’arrêta pas là. Cette dernière, petite bourgeoisie bureaucratique, opta alors pour une voie capitularde tout en évitant de se désolidariser de façon voyante des militants arrêtés. Ce fut là la fameuse thèse du complot élaborée par le comité central qui consistait à reconnaître que les militants arrêtés appartenaient bien au parti, tout en niant l’existence d’une organisation spéciale disposant d’armes et d’accuser la police d’avoir monté un complot de toutes pièces.
Si cette position ne visait qu’a maquiller la vérité en essayant de sauver le plus de militants possible de condamnations lourdes, la chose aurait été plus ou moins admissible. Malheureusement, ce n’était pas le cas. Pour la direction du parti prise de panique, il s’agissait avant tout de dégager sa responsabilité afin de ne pas être impliquée dans cette affaire. C’était tout simplement l’expression d’un état d’esprit et un choix délibéré de la direction, Messali compris.
Pour ceux de l’O.S. Qui échappèrent à la répression ( au niveau de l’état-major, avaient été arrêtés : Ben Bella, Reguimi, Youssefi et Bel Hadj; trois responsables départementaux; Ben Saïd pour l’Oranie, Boudiaf pour l’Algérois et Ben M’hidi pour le Constantinois avaient échappé aux recherches, de même qu’un certain nombre de responsables régionaux et locaux dont Ben Boulaïd qui prit le maquis quelque temps, Bitat, Didouche Mourad, Ben Tobbal, etc.) le lâchage et la défection de la direction ne faisaient plus de doute. Cependant, nous voulions encore espérer et, lorsque le parti nous demanda de lui faire un rapport sur la situation, nous lui proposâmes :
1)De reconstituer l’O.S. Avec une nouvelle conception ;
2)De réviser la ligne politique du parti dans le sens de la préparation d’une action
armée et de s’appuyer davantage à cet effet sur les régions montagneuses : Aures, Kabylie, Ouarsenis, en vue d’y implanter des maquis;
3)De former des cadres militaires. Nous préconisons en particulier l’envoi d’éléments recherchés à l’étranger, pour y recevoir une formation militaire plus poussée.

La direction dissout l’O.S.

Il n’y eut aucune réponse. Après avoir trainé un an, certainement pour émousser les réactions possibles de la base, le parti décida de dissoudre purement et simplement l’O.S. Et de réintégrer ses membres dans l’organisation politique. A ce moment, il apparut clairement que les dirigeants du parti ne voulaient plus entendre parler d’action armée encore moins de reconstitution d’une organisation qui avait failli mettre fin à leur quiétude et à leur train-train.
En somme, le divorce était total entre la direction du parti et les rescapés de l’O.S. La question qui se posait à nous ( principalement Ben Boulaïd, Ben M’hidi, Didouche et moi-même ) était : que faire ? Nous décidâmes d’attendre en mettant de côté les armes, le service d’identité et les boites aux lettres ( a ce sujet, il est totalement faux de prétendre que Ben Bella fut au courant de quoi que se soit en ce qui concerne les armes, comme l’affirme Courrière dans un de ses nombreux écrits sur la guerre d’Algérie ). Une autre décision fut prise, celle de ne pas réintégrer dans l’organisation politique certains éléments sûrs, tels que les gardiens de dépôts, les agents de liaison ainsi que l’organisation de l’O.S. Des Aurès qui n’avait pas été touchée par la répression.
Le reste des effectifs rejoignit non sans difficultés les cellules politiques. Certains cadres ( Boussouf, Benabdelmalek, Mechati, Bitat, Habachi, Guerras? Ben M’hidi, Didouche… ) furent reversés dans l’organisation politique comme permanents. Prenant prétexte du fait qu’ils étaient recherchés, la direction les avait écartés de toute responsabilité élevée. Ils furent placés en général au niveau des Daïrates. Ils eurent souvent du mal à s’adapter, découvrant dans leurs régions d’autres méthodes de travail, une discipline relâchée, un état d’esprit différent de celui qu’ils avaient connu dans l’O.S. Certains réussirent pourtant à améliorer la situation et à obtenir une certaine influence auprès des militants avec qui ils étaient en rapport. Près du tiers de l’organisation d’Algérie fut ainsi contrôlé par des éléments venant de l’O.S. Mais le problème restait entier. Le parti avait, par la dissolution de l’O.S., clairement manifesté son refus de passer à une phase d’action directe. Quand aux militants de base, trompés par une propagande démagogique, ils étaient convaincus que le parti étai toujours révolutionnaire et il était difficile de les détromper sans remettre en cause le parti lui-même.
Durant toute cette période de 1951 à 1954, l’éclatement et l’approfondissement de la crise au sein du P.P.A. Allaient permettre à toute une frange du parti, qui considérait le sommet avec méfiance, d’entreprendre un travail politique qui, en fin de compte, a touché pas mal de militants. Bien sûr, ce travail n’était pas d’une grande ampleur, il ne sortait pas du cadre de la discipline du parti; mais il traduisait un sentiment profond : la conviction que la direction s’était écartée de la voie de l’indépendance.
Il ne s’agissait pas d’une tendance organisée, mais de contacts plus ou moins réguliers entre des éléments qui n’avaient pas perdu de vue la nécessité de passer à l’action et qui cherchaient à s’empêcher que le point de vue réformiste de la direction n’envahisse la base. Il s’agissait surtout d’une communauté de vues. Cette solidarité des anciens de l’O.S. Fut renforcée par la méfiance et les brimades systématiques dont ils étaient l’objet de la part de la hiéarchie du parti, qui les soumettait à une surveillance quasi policière.
Mon cas personnel posa pas mal de problèmes au Comité Central. J’étais à Alger en contact avec un certain nombre de responsables. Ils ne savaient quel travail me donner. Me confier une Daïra alors que j’étais responsable du département revenait à me rétrograder sans motif. Me mettre à la tête d’une wilaya, cela signifiait que je pourrais assister aux réunions à l’échelon national et être au courant de pas mal de choses, ce à quoi ils ne semblait pas tenir. Aussi me laissèrent-ils sans affectation pendant plus d’un an avant de me confier un travail de bureau : il s’agissait de reprendre les rapports financiers qui parvenaient à l’organisation. J’eus quelque temps après, la possibilité d’accéder aux «  rapports organiques « . A cette époque, chaque responsable de département ramenait de volumineux rapports. Sid Ali, le responsable national, n’avait pas le temps de les lire. Je lui proposai de lui faire des résumés. C’est ainsi que j’ai pu suivre chaque mois l’évolution des effectifs, l’application des directives, l’état d’esprit de la population, l’état de l’organisation, les informations pour toute l’Algérie. Ce travail ne me prenait pas plus de huit à dix jours par mois. Il me laissait tout loisir de rencontrer les camarades de passage à Alger, car ma position me permettait de les toucher facilement.
Ces rencontres consistaient essentiellement en échanges d’informations. Avec les éléments sûrs, on étudiait la manière d’accentuer dans un sens plus révolutionnaire les directives. C’est ainsi que Benabdelmalek organisa dans la région de Soumâa des meetings dans tous les marchés de la région, provoquant une forte agitation qui mit le parti dans l’embarras. Il avait interprété à sa façon, une directive de routine concernât les prise de parole.
C’est à la suite d’un autre dépassement de directives que Messali, en tournée de propagande dans la région d’Orléansville ( El-Asnam ) fut arrêté et interné en France. De grandes manifestations populaires avaient été organisés en effet par le comité régional dont le responsable, Guerras, un ancien de l’O.S. Avait dépassé les intentions du Comité Central qui souhaitait un accueil plus discret.
Cela dit, il faut reconnaître honnêtement que notre petit groupe de rescapés de l’O.S. En dépit de son désir d’entreprendre une action conséquente, mettant le parti devant le fait accompli, ne pouvait faire ce qu’il voulait à cause de la suspicion dont il était l’objet et de la grande difficulté qu’il avait de se mouvoir librement. De plus, nous ne pouvions nous passés du concours du parti pour nos moyens d’existence, nos hébergements, etc, car nous étions toujours activement recherchés par la police.
Dans ces conditions, notre travail restait limité, les tentatives pour élargir notre groupe se heurtaient au réseau d’information de la direction. Je citerai une anecdote à ce sujet : Didouche qui était dans l’Est algérien avait essayé de sonder le permanent de Souk Ahras, Safi Boudissa. Celui-ci se pointe un jour à Alger, prend contact avec Dekhli, responsable à l’organisation, et demande pourquoi : «  C’est une affaire privée et grave. «  Mis en présence de Lahouel, Boudissa lui dit : «  C’est très grave, il y a des éléments qui intriguent pour te renverser. «  «  Qui ? «  demande Lahouel «  Je ne sais pas, mais il y a Didouche «  C’est Lahouel lui-même qui rapporta cette conversation à Dekhli en lui demandant de me sonder pour voir ce qu’il en était. Un mois plus tard, Didouche était muté à Boghari sans la moindre explication. Même aventure pour Boussouf qui, après un mois de suspension, fut muté d’Oran à Skikda.
Au printemps 1952, un membre du Comité central, Abdelhamid Mehri, qui était opposé à la politique de la direction et que je voyais souvent vint m’informer que deux officiers originaires du Rif ayant fait leurs études militaires à Baghdad cherchaient des Algériens décidés à lancer des actions. Ces deux officiers avaient été envoyés par l’Emir Abdelkrim qui les avaient chargés de contacter les divers mouvements maghrébiens. Ils avaient rencontré deux membres de la direction du parti, Mezrena et Lahouel, en présence de Mehri qui, en tant qu’arabisant, servait d’interprète. La réponse du parti fut qu’il n’avait rien à faire. Abdelkrim qui s’attendait à cette réaction avait conseillé à ses émissaires de contacter d’autres éléments du parti, même en dehors de la direction. Mehri, au courant de leurs intentions, leur proposa de nous rencontrer. Nous eûmes une première discussion avec eux. Ils nous expliquèrent que leur objectif était de lancer à l’échelle maghrébine en contactant des Tunisiens des Algériens, des Marocains. Pour ce qui concerne l’Algérie, ils pensaient qu’une action provoquerait une mise hors circuit de la direction et favoriserait la libération de la base.
Didouche était à ce moment là à Berrouaguia et je lui demandais de me rejoindre pour approfondir la question, car la perspective d’une action qui ne serait pas isolée et qui déborderait le cadre algérien nous semblait intéressante. Nous ne voyions pas très bien la suite, car l’appareil du parti était très puissant. Il était impossible de toucher la base enfermée dans ce carcan et soumise à une hiérarchie solide. Pourtant, nous pensions qu’une action de ce genre pouvait faire sauter quelques écrans. Nos interlocuteurs nous quittèrent en nous laissant des coordonnées à Tunis et en nous disant qu’ils allaient prendre des contacts au Maroc.
Après cela, nous commençâmes à nous organiser. Nous touchâmes Ben M’hidi qui regroupa quelques éléments, puis Mostefa Ben Boulaïd. Et nous constituâmes un comité ( avec Mehri, Ben Boulaïd, Didouche et moi-même ) chargé d’organiser les éléments valables. Ben Boulaïd devait fabriquer quelques bombes en attendant la réponse de nos officiers. En fait, il n’y eut jamais de réponse. Le dépôt de bombes constitué par Ben Boulaïd sauta un an après, à la grande stupéfaction du parti qui n’en avait jamais entendu parler. Fort heureusement, l’affaire fut circonscrite car le propriétaire du local ou avait eu lieu l’explosion, ami de Ben Boulaïd, tint bon face à la police, soutenant qu’il ignorait que le tas de ferrailles entreposé dans son magasin renfermait des produits explosifs.
Entre temps, ma situation à Alger devenait de plus en plus difficile, le local du parti était soumis à une surveillance constante de la part de la police qui organisait de temps à autre une descente. Il m’était devenu impossible d’y travailler. Je demandai avec insistance une autre affectation. On me proposa la France. Je me réunis avec les autres membres de notre peti groupe pour le demander conseil. Il fut décidé que je partirai et qu’en cas de besoin, je reviendrais.
C’est ainsi que je me suis retrouvé en France en tant que responsable de l’organisation de la fédération du M.T.L.D. Quelques temps après mon départ, Didouche signalé une fois de plus, me rejoignit à la suite d’une mutation suivi de Guerras, puis de Habachi Abdeslam. Notre groupe en Algérie se rétrécissait, d’autant plus que Ben M’hidi et Bitat avaient été suspendus pour des raisons de sécurité à la suite d’un contrôle de police à Aïn Temouchent. Il ne restait plus que Boussouf, Abdelmalek, Mechati, etc. La tactique de la direction était de muter en France les éléments qui posaient des problèmes en espérant bien qu’une fois là, ils se désintéresserait et se laisseraient corrompre. Du côté de l’O.S., les choses en étaient là.
Du côté du parti dans son ensemble, il se partageait en trois :
Les organismes de direction, bureaucratisés, divisés, plongés dans la routine et le conformisme, coupés de la masse militante, donnaient l’impression d’être de plus en plus dépassés. Le P.P.A. Avait une structure très hiérarchisée : entre la base et le sommet existait un corps de permanents qui serait d’intermédiaire. La direction disposait d’une grande autonomie. Elle n’était soumise à aucun contrôle. En 1950, à la suite de la répression contre l’O.S., le Comité Central s’était vidé d’une partie de ses membres : Mostefaï, Cherchali, Amrani, qui ne voulaient pas entendre parler d’armes. Mostefaï pour sa part, avait proposé de revoir complètement l’organisation du parti et de travailler en vue du rapprochement avec les autres partis afin de réaliser l’union nationale. Ces éléments avaient été remplacés sans que personne n’en sache rien. Quant à Messali, encensé par ses proches, il s’éloignait de plus en plus de la réalité, finissant par donner plus ‘importance à sa personne qu’a la cause qu’il prétendait servir. Tant que les membres du parti confondaient les deux, cela fut le point de départ du violent différend qui l’opposa au Comité Central. Ces conflits et ces luttes divisaient donc un sommet embourgeoisé et de plus en plus préoccupé par ses problèmes internes. Une petite anecdote pour illustrer l’état d’esprit qui régnait au niveau des responsables. Quatre détenus de l’O.S. : Zirout, Benaouda, Slimane de Oued Zenati et Abdelbati de Annaba avaient réussi à s’évader de la prison de Annaba. Un journal du soir annonçait cette nouvelle. Le lendemain au bureau du parti je demandai des informations sur la façon dont cela s’était passé. Personne n’ensavait rien. Je demandai alors à Sid Ali si des dispositions avaient été prises dans les régions ou l’organisation existait pour venir en aide aux fugitifs. Il me répondit : « Comment ? Ils s’évadent comme cela en laissant la détention. Ils étaient des responsables. Ils ne peuvent pas s’évader comme cela. Il leur fallait rester avec les détenus pour les organiser, pour les maintenir, dans un état de discipline. « A la base et dans le peuple tout lemonde était convaincu que c’était le parti qui avait organisé l’évasion !
Les élus du M.T.L.D., notamment les conseillers municipaux collaboraient avec les élus européens, particulièrement à Alger, Constantine et Oran et participaient plus ou moins efficacement à la gestion de leurs communes respectives, très contents de leurs rôles qui n’était pas sans leur fournir certains avantages matériels.
Les militants à la base, cloisonnés, soumis à la férule de cadres fonctionnarisés manifestaient un mécontentement grandissant et même une certaine lassitude.
Le résultat en était l’immobilisme voire la répression.
Quant aux autres formations politiques : Oulamas, U.D.M.A., P.C.A.,elles étaient, elles aussi, dans le creux de la vague. C’est à ce moment précis qu’elles constituèrent avec le P.P.A. M.T.L.D. Le Front Algérien pour la Défense et le Respect de la Liberté. ( 1951 ).
N’y a t-il pas là une indication d’un dénominateur commun à tous ces mouvements qui cherchaient par un regroupement à compenser la désaffection des masses à leur égard : la situation des années 1952-1953 est précisément marquée par cette crise de confiance profonde des masses populaires vis-à-vis des partis politiques. Cela peut s’expliquer par le fait qu’aucun d’entre eux ne proposait une voie claire pour libérer le pays de l’exploitation coloniale. Les masses étaient conscientes de leur situation, mais elles se trouvaient chez aucun parti la réponse à leurs questions.
La crise de confiance s’amplifia lorsque les premières actions directes commencèrent en Tunisie et au Maroc. Ces évènements eurent l’effet d’un coup de fouet sur les masses dont les critiques devenaient de plus en plus acerbes. Cette flambée se communiquait à la base du parti dont les militants pouvaient difficilement ignorer l’état d’esprit qui régnait au sein du peuple. Cette impatience et cette nervosité s’exprimèrent en plusieurs occasions, notamment lors des manifestations ouvrières du 14 juillet 1953.

La crise du Parti

Poussée dans ses derniers retranchements, la direction crut trouver le moyen idéal pour sortir de l’impasse en organisant un congrès dont elle prit soin à l’avance d’exclure la quasi-totalité des éléments ayant appartenu à l’O.S. Pour de fallacieuses raisons de sécurité. Ces éléments, appelés dans le langage imagé de la direction du parti «  les lourds » étaient en effet toujours recherchés. La désignation des délégués aux congrès se fit en deux tours. La base désignait des délégués qui, eux-mêmes, désignait leurs représentants au congrès. Ben M’hidi, élu dans le département d’Oran, fut obligé de se désister, il réussit toutefois à envoyer à sa place Ramdane Ben Abdelmalek.
Le congrès se tint en avril 1953 à Alger, et le seul élément de l’O.S. Qui put intervenir fut donc Ramdane Ben Abdelmalek, Ben Boulaïd qui avait été appelé au Comité Central était condamné au silence par ce même Comité Central défendait à tous ses membres de critiquer le rapport présenté en leur nom. Ben Saïd, ex-responsable de l’O.S. D’Oran, fut placé au bureau du congrès et de ce fait n’avait pas la liberté de s’exprimer, encore que ses positions étaient beaucoup moins fermes depuis son arrestation et sa courte détention. Il fut d’ailleurs désigné au Comité Central et nous lâcha complètement.
Ben Abdelmalek, en posant les problèmes de l’orientation du parti, de la dissolution de l’O.S. Et de la nécessité du changement, ne put ébranler un Comité Central condamné au silence et des congressistes bien incapable de saisir des problèmes dont ils ignoraient tout. Le congrès se termina en bon ordre après avoir voté les rapports et les statuts présenté par le Comité Central. C’est seulement quelques jours après que les difficultés commencèrent et particulièrement à propos de la désignation des membres de la direction et de la limitation, par les nouveaux statuts, des pouvoirs de Messali ( absent de ce congrès car il était à Niort en résidence surveillée ).
Le «  chef national «  se mit dans tous ses états encouragé par Mezerna qui avait été éliminé du bureau politique par Moulay Merbah dont l’admiration et l’obéissance aveugle à Messali n’avaient d’égales que son ambition démesurée. Ce fut là le démarrage de la fameuse crise entre Centralistes et Messalistes. Malgré les interventions et les déplacements entre Alger et Niort, la crise s’aggrava d’autant plus que Messali exigeait les pleins pouvoirs pour redresser la situation ce que le Comité Central et le bureau politique refusèrent. Jusqu’en décembre 1953, tout ce remue-ménage restait circonscrit au niveau des deux antagonistes. Mais, la crise finit par sortir du cercle dirigeant pour atteindre progressivement la base militante.
Cela commença à Noël 1953 au sein de l’émigration. La Fédération de France du M.T.L.D.-P.P.A., devait organiser une conférence d’information à l’intention des cadres du parti. Le matin même de la réunion, de très bonne heure, Fillali Abdallah vint nous rendre visite, à Didouche et moi-même,pour nous informer qu’il était porteur d’un message de Messali destiné aux militants et qu’il avait l’intention de le lire au cours de la conférence. Fillali, qui connaissait notre opposition à la politique réformiste et incohérente du parti, nous considérait certainement comme acquis à la cause du «  zaïm «  , ce qui d’ailleurs n’était pas tout à fait faux. Ne sachant pas ce qui se tramait en haut lieu, nous étions logiquement beaucoup plus du côté de la contestation. Le message de Messali, bien que très confus, parlait de vigilance et posait le problème de la liberté d’expression comme droit inaliénable des militants. Nous encourageâmes Fillali à le lire, tout en étant convaincus que ce n’était là ni le langage ni la façon de s’adresser à des militants volontairement tenus dans l’ignorance et peu armés pour saisir les subtilités d’un écrit en lui-même peu clair. Ce fut un membre du bureau à la conférence, Moussa Boulkaroua, qui le lut, après quelques difficultés. En fait, en dehors de quelques éléments en contact avec le sommet, le reste des participants ne saisit rien aux allusions et la conférence prit fin comme si de rien ne s’était passé.
A partir de ce jour, nos contacts avec Messali par l’intermédiaire de Fillali entrèrent dans une phase active. La vérité est qu’il nous fallut très peu de temps pour comprendre que Messali, contrairement à ce que nous attendions de lui, avait des idées plutôt sommaires sur la révolution qu’il prétendait vouloir faire. Nous lui fîmes parvenir des questions précises : «  Que voulait-il faire ? Qu’entendait-il par révolution ? Dans combien de temps cette révolution ? » Il nous fit répondre qu’il fallait lui faire confiance. C’était là plus qu’il n’en fallait pour nous faire une opinion définitive. Très inquiets de ce qui se passait, et réagissant en tant que responsables de l’organisation, nous lui fîmes savoir par Fillali qu’en notre qualité de militants du rang ( par opposition aux membres des organismes de direction ) nous resterions à nos postes sans prendre parti, si Messali de son côté, s’engageait à circonscrire le conflit aux sphères dirigeantes. Cette position nous était dictée par la crainte d’un déchirement au sein de la base qui serait ainsi amenée à épouser des querelles qui n’étaient pas les siennes et à être détournée des véritables problèmes. Par ailleurs, ayant entrepris un travail en profondeur au point de vue organisationnel, dans la fédération, nous attendions beaucoup de la constitution de noyaux de militants solides, capables le moment venu de ne pas se laisser tromper. Enfin, ce parti était notre parti, nous avions beaucoup sacrifié pour son existence. Nous sentions que Messali, pour rétablir son autorité, était prêt à tout casser. Cela nous était particulièrement douloureux. Quarante-huit heures plus tard, Messali nous fit répondre qu’il était d’accord. Ce qui ne l’empêcha pas, dès le lendemain, de faire contacter des cadres de l’organisation de la région parisienne ( Boutchiche, Mansour de Boulogne, Abdallah l’horloger, Bouziane de Nanterre), qu’il reçut en délégation à Niort. Nous comprimes alors que la grande mêlée avait commencé. Cette façon d’opérer fut généralisée à toutes les régions de la Fédération de France, créant une situation des plus confuses. Les thèmes développés pa Messali, lors de ses rencontres avec ces délégations, étaient que les responsables avaient trahi la révolution et que les militants ne devaient reconnaître comme autorité que Messali lui-même et ceux qu’il désignerait. C’est là le résumé d’une longue litanie ou tour à tour il se montrait humble et menaçant, utilisant tous les artifices susceptibles de toucher des interlocuteurs peu informés et encore sensibles au prestige du «  zaïm « .
Les évènements se précipitèrent et en l’espace de deux mois, janvier et février 1954, toute l’organisation de la fédération de France bascula du côté Messaliste, en dehors de quelques noyaux sans grande importance à Lyon, Marseille, Sochaux et de cadres permanents retenus du côté du Comité Central par la mensualité. En Algérie, un travail identique fut entrepris. Le résultat ne fut pas de même nature, compte tenu de la différence de maturité politique des militants des deux côtés de la Méditerranée et aussi vraisemblablement de l’absence de Messali du territoire national.
Nous maintenions, Didouche et moi, une correspondance régulière avec les anciens de l’O.S. Qui étaient au pays. Des informations que nous recevions, il ressortait que d’anciens responsables, tels que Zirout, Ben Tobbal, Benaouda, Mechati, Rachid Mellah, Saïd plus connu sous le sobriquet de «  Lamotta «  touchés par la vague de critique des deux tendances du parti, avaient pris plus ou moins position pour Messali. Quiconque à leur place aurait fait de même, compte tenu des agissements humiliants à leur égard, du cadre permanent qui dépendait d’un Comité Central dont les sentiments et les positions n’étaient que trop connus quand il s’agissait des «  lourds « .
La situation devenait grave, elle nécessitait une intervention de notre part. Ce fut dans ces circonstances qu’en accord avec Didouche, je demandai au secrétariat de la Fédération de France ( tendance centraliste ) de retourner au pays pour reprendre contact avec les éléments de l’O.S. «  égarés « . La réponse fut rapide et je rejoignis le pays début mars, laissant Didouche avec une Fédération de France en pleine décomposition. Ben M’hidi était à Alger, ainsi que Bitat qui y résidait depuis 1951. L’un et l’autre étaient fortement ébranlés par la situation du parti. Je complétai leur information et nous décidâmes tous trois de faire venir Mostefa Ben Boulaïd. Puis, je pris contact avec Dekhli Mohamed, alias si El Bachir, qui était responsable général de l’organisation et membre du Comité Central et nous convînmes d’entreprendre quelque chose pour arrêter la débandade, à la condition de maintenir la base militante en dehors du conflit de la direction. Il accepta et nous fixâmes un autre rendez-vous. En attendant, je me rendis à Constantine ou je tint une autre réunion avec Mechati, Mellah, Hamada Mohamed dit Youcef et Saïd «  Lamotta « . Après un échange d’information, nous décidâmes d’adopter une position neutre dans le conflit entre les deux tendances. Cette position devait être défendue dans comité d’organisation de Constantine ou les ex-O.S étaient majoritaires.

Création du C.R.U.A.

A mon retour à Alger, Ben Boulaïd était arrivé. Nous nous réunîmes avec Ben M’hidi et Bitat pour préparer notre rencontre avec Dekhli. Ce dernier, accompagné de son adjoint Bouchbouba Ramdane alias si Moussa, contrôleur à l’organisation, était au rendez-vous ou je me rendis accompagné de Ben Boulaïd. Cette réunion se termina sur un accord : celui de lancer un mouvement d’opinion dans la base en vue de préserver l’unité du parti. Ce fut là l’origine de la création du C.R.U.A. ( Comité Révolutionnaire d’Unité et d’Action ). Les réunions suivantes eurent pour objet de préciser le sigle, les mots d’ordre, les moyens et l’organisation de la diffusion des écrits du C.R.U.A. Une précision d’importance est à faire ici avant de poursuivre. A la fin mars, le Comité Central, incapable de faire face à la pression Messaliste, était revenu sur ses positions et avait accordé à Messali les pleins pouvoirs, lui allouant un budget de cinq millions d’anciens francs en vue d’organiser un congrès du parti dans les trois mois. Cet épisode de l’affrontement Messali- Comité Central est à souligner parce qu’il situe bien les circonstances de la création du C.R.U.A. Et explique la hargne et la mauvaise humeur des Messalistes à l’annonce de cette initiative qu’ils n’attendaient pas. Ils organisèrent quelques semaines plus tard, une expédition punitive contre Bitat et moi-même, incident qui situe bien les agents de Messali et leurs méthodes expéditives. Nous répondîmes à cette provocation en attaquant 48 heures après le local du M.T.L.D. Tenu par les Messalistes, donnant la réplique à ces méthodes de gangsters et de voyous. Cette riposte fit réfléchir Mézerna et ses sbires qui n’osèrent plus s’attaquer à nous et ce jusqu’au 1er Novembre 1954. Cette précision a également son importance car dans le contexte d’alors, nous nous placions du côté des Centralistes et il nous était très difficile d’échapper à cette accusation, sans dévoiler nos batteries avant l’heure.
Le C.R.U.A. Dont le comité était composé de quatre membres : deux anciens de l’O.S. Et deux anciens Centralistes, vit le jour le 23 mars 1954. Le lendemain, une proclamation était lancée pour préciser les objectifs du C.R.U.A., qui se résumaient en ceci :
Unité du parti par un congrès large et démocratique afin de garantir la cohésion interne et de doter le parti d’une direction révolutionnaire. Pour parvenir à ce congrès, il était demandé à tous les militants de ne pas épouser les dissensions des dirigeants. Cette proclamation fut distribué dans une grande partie du territoire national.
Un bulletin intérieur : «  Le Patriote « , organe d’information politique défendant ces positions neutralistes et s’attachant à faire prendre conscience aux militants de la gravité de la situation, fut édité. Avec ses six numéros, ce bulletin permit de faire un travail appréciable en ce sens qu’il précisait le rôle des militants qui devaient dire leur mot et arbitrer la crise plutôt que de suivre tel ou tel clan.
«  Le Patriote «  fut un élément de liaison, d’orientation et de propagande d’idées nouvelles et en ce sens de dépassement de la situation de crise.
A ce point de notre développement, il n’est pas inutile d’expliquer les raisons qui nous ont poussés à nous associer dans le C.R.U.A. À des Centralistes. Il faut savoir qu’en mars 1954, il était impossible malgré l’anarchie qui régnait dans l’organisation de prendre des contacts dans cette dernière sans passer par les cadres permanents qui étaient précisément contrôlés par Dekhli. Le problème était donc, puisque nous avions déjà les Messalistes sur le dos, de gagner du temps, tout en disposant de moyens financiers, matériels d’impression et de locaux que le Comité Central avait en sa possession. Ce qui comptait le plus, c’était de parvenir à renouer le contact avec les militants de la base et parmi eux certains cadres de l’O.S. Recherchés, que nous avions perdus de vue depuis longtemps. C’est grâce à cela que, personnelement, j’ai pu, retrouver Zirrout, Ben Tobbal, Benaouda, Souidani Boudjemâa, Bouchaib Mohamed, etc… Par ailleurs, du moment que nous étions d’accord au sein du C.R.U.A. Sur des mots d’ordre que nous estimions valables, il fallait en attendant le développement inévitable de la situation reprendre contact avec les militants de la base, tenir des réunions, expliquer la situation, dénoncer la démagogie, le culte de la personnalité, la bureaucratisation, etc… Nous pensions que cette tâche correctement accomplie bouleverserait les données et c’est ce qui arriva, même si nos partenaires Centralistes ne nous suivirent pas dans cette voie.
Pendant plus de trois mois, tous les anciens cadres de l’O.S. Sillonnèrent le pays prenant en main une grande partie de l’organisation, à l’exception pourtant de la Kabylie dont nous parlerons plus loin. Les Messalistes quant à eux, forts de la bénédiction du «  zaïm «  et passé la première flambée d’invectives contre les membres du Comité Central et les responsables en général, voyaient leur répertoire s’épuiser. En effet on ne peut maintenir une organisation en l’alimentant seulement avec des insultes et une démagogie abêtissante. Au juste, qui étaient les Messalistes ? Derrière Messali, au prestige largement surfait, et deux médiocres ex-membres du Comité Central Mezerna et Merbah, il y avait quelques anciens parmi les fidèles qui entraînaient un flot de gens peu au courant de ce qui se passait. Dans ces circonstances, il est vraisemblable que d’anciens militants exclus en profitèrent pour s’infiltrer dans leurs rangs, lesquels étaient sans doute truffés de provocateurs et de mouchards à la solde du colonialisme.
Les Centralistes, pour leur part, donnaient l’impression d’attendre que le C.R.U.A. Ou plus exactement ses éléments moteurs tirent les marrons du feu pour eux. Ouvertement, ils ne disaient rien,, mais ils laissaient entendre à leurs proches partisans que le C.R.U.A. C’était eux. Ces rumeurs, parvenant aux oreilles de bon nombre de militants finirent par créer un malaise que nous devions enrayer sans délai. Nous tînmes une réunion, Ben Boulaïd, Didouche et moi-même, pour examiner la nouvelle situation, à la suite de quoi nous décidâmes de convoquer les anciens cadres de l’O.S., d’une part pour clarifier nos positions par rapport aux Centralistes, et, d’autre part pour poser les problèmes de l’action à mener et de la structure à lui donner. Cette décision nous amena à la réunion des 22 qui se tint à Alger au Clos Salembier, dans la deuxième quinzaine du mois de juin 1954, sans que je puisse en fixer la date avec précision. Y assistaient : Ben Boulaïd, Ben M’hidi, Didouche, Bitat et moi même en notre qualité d’organisateurs de la réunion. ( Courrière donne la date du 25 juillet, ce qui ne concorde pas avec les autres événements. C’est plutôt du 25 juin qu’il faudrait parler ).

La réunion des 22

Les autres participants étaient tous des anciens de l’O.S. Bien que recherchés, la plupart d’entre eux avaient continué leur activité et maintenu des contacts avec des militants sûrs, dans les régions ou ils avaient exercé des responsabilités. L’idée assez répondue selon laquelle les «  22 «  étaient des individus isolés est dénué de tout fondement. Certes, notre souci de déclencher l’action sur tout le territoire national nous avait amenés à faire appel à des éléments moins représentatifs, mais c’était somme toute l’exception.
D’un point de vue géographique, il y avait pour Alger : Bouadjadj Zoubir, Belouizdad Athmane, Marzougui Mohamed et Derriche chez qui nous étions réunis. Pour Blida : Souidani Boudjemâa et Bouchaib Belhadj qui, sans être originaires de la région, la connaissaient bien pour s’y être réfugiés depuis qu’ils étaient recherchés, travaillant dans les fermes et établissant des contacts avec les ouvriers agricoles. Pour l’Oranie : Boussouf Abdelhafid et Ramdane Abdelmalek qui étaient toujours en activité dans le parti, respectivement responsables de la daïra de Maghnia et de celle de Nemours. Pour le Constantinois : Mechati, Habachi Abdesslam, Rachid Mellah, Saïd dit «  Lamotta « , membres du Comité de Constantine et sûr lesquels nous comptions beaucoup pour déclencher l’action à Constantine même. ( Ils nous lâchèrent avant le 1er Novembre. Badji Mokhtar représentait la région de Souk Ahras. Il y avait pour le Nord-Constantinois, Zirout Youcef qui, après son évasion avait pris le maquis dans la région de Smendou. Contacté au début par le C.R.U.A., il nous avait dit : «  Je n’ai pas d’éléments d’appréciation sur le conflit, mais je marche avec vous parce que j’ai confiance en vous « . Effectivement, il reprit en main toute l’organisation de la région, Ben Tobbal et Benaouda étaient les deux autres représentants du Nord-Constantinois. Courrière affirme que Hadj Ben Alla a participé à la réunion des 22, ce qui est faux. Ce fut le cas de Maïza, responsable de Sétif et surtout de Mehri, que nous considérions comme acquis et qui nous lâcha en ce moment.
Quand aux éléments de la Kabylie, ils n’assistaient pas à cette réunion pour des raisons que nous exposerons plus loin.
La séance était présidée par Ben Boulaïd. Quant à moi, je présentai le rapport, élaboré au cours des réunions préparatoires par tout le groupe, relayé de temps à autre par Ben M’hidi et Didouche.

Les points soulevés étaient les suivants :

historique de l’O.S depuis sa création jusqu’à sa dissolution,
bilan de la répression et dénonciation de l’attitude capitularde de la direction du parti,
travail effectué par les anciens de l’O.S entre 1950 et 1954,
La crise du parti, ses raisons profondes à savoir le conflit entre la ligne réformiste de la direction et les aspirations révolutionnaires de la base, crise dans le résultat était la scission du parti et son inefficacité,
explication de notre position dans le C.R.U.A. Par rapport à la crise et aux Centralistes,
compte-tenu de cette situation, de l’existence de la guerre de libération en Tunisie et au Maroc, que fallait-il faire ? Le rapport se terminait par ces mots : «  Nous, anciens de l’O.S., il nous appartient aujourd’hui de nous concerter et de décider de l’avenir « .

La séance de l’après-midi fut réservée à la discussion du rapport qui eut lieu dans une atmosphère franche et fraternelle. Deux positions se dégagèrent : l’une d’elle, représentant essentiellement par les éléments recherchés, préconisait le passage immédiat à l’action comme seul moyen de dépasser la situation catastrophique non seulement du parti, mais du mouvement révolutionnaire dans son ensemble. L’autre orientation sans remettre en cause la nécessité de l’action, jugeait que le moment de la déclencher n’était pas encore venu. Les échanges d’argument furent très durs. La décision fut acquise après l’intervention émouvante de Souidani Boudjemâa qui, les larmes aux yeux fustigea les réticents en déclarant : «  Oui ou non, sommes-nous des révolutionnaires ? Alors qu’attendons-nous pour faire cette révolution si nous sommes sincères avec nous-même. «

La motion qui fut adoptée condamnait nettement la scission du parti et ses auteurs. Elle proclamait la volonté d’un ensemble de cadres de «  juguler les effets de la crise «  et de sauver «  le mouvement révolutionnaire algérien de la débâcle « . Elle décidait «  le déclenchement de l’insurrection armée, seul moyen pour dépasser les luttes intestines et libérer l’Algérie « . Elle se terminait par la phrase : «  Les 22 chargent le responsable national qui sortira du vote de mettre sur pied une direction qui aura pour tâche d’appliquer les décisions de la présente motion « .

La procédure employée pour dégager cette direction avait pour finalité de sauvegarder l’anonymat de ceux qui en feraient partie. Il fut donc entendu d’élire seulement le responsable national à la majorité des deux-tiers, celui-ci choisirait les autres membres du Comité qui ne seraient connus que de lui seul. La désignation devait se faire de la façon suivante : chacun des membres de la réunion reçut un numéro selon la place qu’il occupait dans la salle ( car tout le monde ne se connaissait pas par son nom ). Le président de séance, Mostefa Ben Boulaïd qui jouissait de la confiance de tous fut chargé du dépouillement et de la proclamation des résultats. Le premier tour ne donna pas de majorité. Après le second tour, Ben Boulaïd revint pour déclarer «  le résultat est acquis «  sans donner aucune autre précision. Sur ce, la réunion des 22 prit fin après un échange de rendez-vous et de points de chute entre les participants qui devaient travailler ensemble.
Ce même jour, Ben Boulaïd, dans un entretien en tête à tête m’apprit mon élection et me communiqua les bulletins de vote qu’il avait précieusement gardés.
Dès le lendemain, je fis appel à Ben Boulaïd, Didouche, Ben M’hidi et Bitat, qui avaient participé à tout le travail préparatoire pour constituer le comité chargé de mettre en application la résolution des 22 ( Comité des 5 ).
Il est clair que malgré les mesures pour préserver le caractère clandestin de cette direction, il n’était nullement question de sacrifier les principes de collégialité et de discussions libres auxquels nous tenions beaucoup après la triste expérience que nous venions de vivre dans le parti. Il faut préciser que jusqu’au 1er Novembre, ce Comité qui s’adjoignit plus tard Krim, fonctionna d’une façon démocratique et avec une grande efficacité.
Notre première réunion eut lieu chez Kechida Aïssa ( rue Barberousse ). Il s’agissait d’étudier la résolution des «  22 «  et de voir comment la mettre en application. Après avoir donné au nouvel organisme, un contenu et un règlement intérieur, nous décidâmes :
1)de regrouper les anciens de l’O.S. Et de les intégrer dans une structure. En effet, jusqu’à ce moment-là, nous avions pris des contacts en tant que C.R.U.A., mais les éléments d’accord avec nous n’étaient pas organisés.
2)De reprendre l’instruction militaire à partir de l’ancienne brochure de l’O.S. Qui fut reproduite.
3)De faire des stages de formation en explosifs afin de fabriquer les bombes, nécessaires au déclenchement.
Les responsabilités furent réparties entre les membres du Comité. Il fut recommandé en outre de multiplier les contacts avec les responsables de la Kabylie ( qui étaient encore réticents ) afin de les intégrer au mouvement.

Après la réunion des «  22 « , le C.R.U.A. Continua son travail comme par le passé. Les membres Centralistes ignoraient bien entendu tout de ce qui venait de se passer. Mais, maintenant, les choses allaient vite et les menées sournoises du Comité Central ne povaient plus ni arrêter, ni freiner la préparation de l’insurrection nationale.
Quelques jours plus tard, au début du mois de juillet, des émissaires Messalistes et Centralistes m’apprirent que Ben Bella se trouvait en Suisse et qu’il désirait me rencontrer. Je mis au courant les autres membres du Comité qui m’encouragèrent à faire le déplacement pour savoir ce qui se passait à l’extérieur et essayer de gagner à notre cause la délégation du Caire. Je me rendis donc en Suisse le 7 juillet et là, j’appris que la délégation extérieure affolée par la crise du parti, avait envoyé Ben Bella et Khider pour tenter de réconcilier les deux tendances. Les deux émissaires avaient rencontré Mézerna et Fillali pour les Messalistes, Lahouel et Yazid pour les Centralistes. Après plusieurs tentatives de rapprochement, les deux parties restèrent sur leur positions et la mission de conciliation ne donna aucun résultat. Khider, excédé, retourna au Caire en laissant Ben Bella seul à Berne. Ce dernier avait été informé, aussi bien par ses interlocuteurs Messalistes que Centralistes que les anciens de l’O.S. Se montraient intraitables et que sous couvert de neutralisme, ils faisaient du travail fractionnel, ce dernier argument venant des Messalistes. Ben Bella chargea les uns et les autres de me faire savoir qu’il souhaitait me rencontrer en Suisse.
Sitôt arrivé à Berne, je contactai Ben Bella qui en tant qu’ancien de l’O.S. Bénéficiait de notre confiance et je l’informai de ce qui s’était passé au cours des derniers mois de ce que nous projetions et surtout de ce que nous attendions de la délégation extérieure. Immédiatement, il donna son accord à notre action et se fit fort d’obtenir le soutien des autres membres de la délégation extérieure, ainsi que celui des Egyptiens. Lahouel et Yazid, qui étaient encore à Berne, manifestèrent le désir d’avoir des entretiens avec nous.
Compte tenu de l’importance de cette rencontre, je demandai à Ben Boulaïd, Didouche et Ben M’hidi de me rejoindre en Suisse. Les discussions avec les deux membres du Comité Central furent longues, mais nous parvînmes à un accord. Il fut convenu de ne pas s’entêter à suivre Messali dans sa voie scissionniste, de dissoudre sans grand bruit le Comité Central dont certains membres gagneraient l’étranger pour renforcer la «  délégation extérieure «  et enfin de mettre à notre disposition une grande partie des fonds du parti pour nous permettre de parachever notre travail de préparation de l’action armée. Sur ce, nous nous séparâmes et chacun d’entre nous rejoignit son lieu de destination, Ben Bella le Caire et les quatre autres Alger. Lahouel n’arriva à Alger qu’avec trois jours de retard sur notre rendez-vous, ayant été retenu, semble-t-il, en France? Nous le rencontrâmes, Ben Boulaïd et moi-même, pour mettre à exécution les décisions de Berne. A notre grande surprise, il nous fut répondu qu’il n’avait jamais été question de décisions, mais de propositions à soumettre au Comité Central ! Cette volte-face ne nous étonna qu’a moitié, car depuis longtemps, nous avions notre idée sur ces gens-là et leurs méthodes tortueuses.
Sur ces entrefaites, Messali avait tenu son congrès à Hornu ( Belgique ) le 15 juillet, excluant tout le Comité Central et bien entendu les membres du C.R.U.A. Ce n’était pas plus difficile que cela ! Seul maître du parti, il allait commencer sa deuxième révolution qui devait le mener à la trahison.
C’est précisément à la suite de ce nouveau développement que le C.R.U.A se disloqua. Les deux centralistes Dekhli et Bouchbouba retournèrent au bercail : la rupture eu lieu vers le 20 juillet. Constitué en vue de sauver l’unité du parti, le C.R.UA. N’avait plus de raison d’être puisque le congrès messaliste avait consommé la scission. Le C.R.U.A. Devait reconnaître son échec et se dissoudre ou alors se donner de nouveaux objectifs répondant à la situation nouvelle. Cette argumentation n’eut pas l’heur de plaire à Dekhli et Bouchouba dont la présence au C.R.U.A. N’avait d’autre but que de faire obstruction au messalisme sous couvert du neutralisme.
Contrairement à ce qui est affirmé dans bien des textes, le C.R.U.A. Dont les objectifs étaient limités, cessa d’exister dès que la scission du P.P.A. Devint effective. De toute façon, la réunion des «  22 «  et le Comité des Cinq avaient prit la relève sur des positions bien plus claires e le travail sérieux était commencé nous laissant peu de temps à consacrer au C.R.U.A. Dont le bulletin «  Le Patriote «  parut pour la dernière fois le 5 juillet.
Il est temps d’examiner maintenant nos rapports avec les responsables de la Kabylie. Yves Courrière a exposé longuement ce problème dans son livre «  Les fils de la Toussaint «  ; les inexactitudes, voire les contres-vérités y sont nombreuses. En outre, les spéculations de l’auteur et de ses informateurs sur l’antagonisme arabo-berbère obscurcissent la question et aboutissent à des interprétations pour le moins tendancieuses.
L’organisation politique de la Kabylie forte d’un millier de militants s’était ralliée dès le début du différend aux thèses messalistes. Les difficultés de contact avec les principaux responsables de cette région, en majorité recherchés par la police, avaient empêché le travail d’explication et de confrontation comme cela s’était passé dans d’autres régions. L’O.S. De la Kabylie avait été dissoute en 1948 par le parti lors de l’affaire dite du «  complot berbériste «  qui avait entraîné l’exclusion de pas mal de militants. Les anciens de l’O.S. N’avaient plus de contacts avec la Kabylie, notamment avec les militants qui avaient pris le maquis. Au moment de nos démelés avec les messalistes, ces derniers ne se gênaient pas pour nous menacer de faire appel aux maquisards kabyles pour nous liquider. C’est également à cette époque que Benaouda, qui était en Kabylie, fut envoyé par Krim et Ouamrane dans le Nord Constantinois pour rallier Zirout et d’autres éléments en vue de descendre en force à Constantine et de contraindre les éléments neutralistes à s’aligner sur les positions des messalistes, quitte à utiliser les moyens extrêmes.
Bref, jusqu’au mois de mai, il était clair que l’organisation de Kabylie avait pris fait et cause pour Messali. Pourtant, compte-tenu de l’importance de cette partie du territoire algérien, tant du point de vue des militants de valeur qu’elle renfermait, que de sa situation géographique, il n’était pas question de la laisser en dehors du mouvement. C’est pourquoi nous fîmes plusieurs tentatives pour établir le contact. Ce n’est que fin mai que Si Hamoud, un ancien militant de cette région, habitant à Beaufraisier, parvint à entrer en contact avec Krim et Ouamrane et nous mit en rapport.
La première entrevue eut lieu au café El-Ariche, Ben Boulaïd et moi-même y rencontrâmes Krim qui était accompagné de Ouamrane. Il s’agissait là d’une simple prise de contact. Nous nous revîmes le lendemain chez Nadir ( préfet d’Alger en 1962 au moment de la zone autonome ) à Kouba. A la fin de cette réunion, il serait exagéré de prétendre que nous étions parvenus à un résultat. Krim et Ouamrane étaient très flottants. C’est pourquoi, il nous été impossible de les inviter à la réunion des «  22 «  car à ce moment ils étaient encore loin de partager nos idées. Malgré les contacts fréquents que nous avions avec eux et nos recommandations lors d’une rencontre qui eut lieu à Tizi-Ouzou ou ce problème fut abordé, ils envoyèrent une délégation dirigée par Zammoum au congrès messaliste du Hornu, ce qui montre bien qu’ils n’avaient pas opté de façon définitive.
Pour le Comité des cinq, il fallait coûte que coûte vaincre les doutes et les réticences des militants de la Kabylie. Pour cela, nous avions établi un questionnaire en trois points qui devait être présenté aux deux tendances du parti :
1 Êtes-vous pour l’action insurrectionnel ? Sinon pourquoi ?
2 Si oui, quelle aide comptez-vous y apporter ?
3 Dans le cas ou une action est déclenchée en dehors de vous, quelle sera votre position ?
Krim et Ouamrane furent chargés de le présenter aux Messalistes. Une autre délégation comprenant à dessein Krim devait faire le même travail avec les Centralistes. Comme il fallait s’y attendre, les Messalistes non seulement repoussèrent cette initiative avec dédain, qualifiant ses auteurs de démagogues et de fractionnistes, mais Moulay Merbah eut une attitude humiliante et cassante à l’egard de Krim à qui il interdit d’avoir des contacts avec nous. Quant aux Centralistes, tout en se déclarant pour l’action, ils refusaient de l’envisager dans l’immédiat. Ces démarches éclairèrent Krim et Ouamrane qui comprirent que le moment était venu pour eux de s’engager résolument avec nous. Ce qui fut fait lors d’une réunion tenue rue du Chêne, vers la fin août, ou ils nous présentèrent les cadres de la Kabylie, Krim fut alors admis dans notre comité dont il devint le sixième membre avec Ouamrane comme adjoint.
Revenons maintenant aux contacts avec Ben Bella et au rôle joué par ce dernier. Après la première entrevue, il eut une seconde au début du mois d’août en vue de prendre contact avec des responsables marocains et tunisiens que Ben Bella s’était chargé d’inviter. Accompagné de Didouche, je me rendis à Berne por rencontrer Abdelkébir El Fassi pour le Maroc et un certain Azeddine Azzouz pour la Tunisie. Le premier nommé refusa de se réunir avec le second pour des raisons de sécurité,semble-t-il, ce qui nous obligea à les voir séparément. Si Abdelkébir El Fassi donnait l’impression d’être au fait de ce qui se passait au Maroc, Azzouz par contre, ignorait tout du problème fellagha tunisien, carbien qu’originaire de Tunisie, il travaillait en Lybie. Avec Abdelkébir El Fassi, nous tombâmes d’accord pour prendre contact avec des militants marocains du Rif espagnol. De plus, il se fit fort de nous fournir des armes dans le Rif dans un délai maximum d’un mois après le versement de leur montant à son compte bancaire de Zurich. Nous lui passâmes immédiatement une commande.
Selon Ben Bella, les Egyptiens, mis au courant de nos projets, étaient disposés à nous accorder toute aide que nous désirions. Seulement, ils n’étaient pas encore convaincus et voulaient avoir des preuves tangibles du sérieux de notre entreprise. Nous demandâmes à Ben Bella de faire vite pour nous procurer un contingent d’armes et à cet effet un rendez-vous fut fixé à Tripoli pour préparer la filière et passer les armes.
De retour au pays, le Comité des cinq fut réuni pour prendre connaissance des résultats de notre mission et plusieurs décisions furent prises. D’abord, il nous fallait racler les fonds de caisse et faire parvenir en Suisse le plus d’argent possible. L’opération donna 1.400.000 anciens francs que Bitat fut chargé de faire parvenir à detination. Ben Boulaïd devait se rendre à Tripoli pour prendre livraison des armes promises par Ben Bella, Ben M’hidi et moi-même nous partîmes pour le Rif espagnol afin d’établir les contacts nécessaires, ( ceci se passait au moment de l’Aïd El Kébir, soit le 9 août ).
Deux semaines plus tard, tous les éléments chargés de mission à l’extérieur, étaient de retour au pays. Le Comité des cinq se réunit pour discuter du résultat de ces déplacements. En vérité, il n’y avait rien à discuter. De Tripoli aucune arme. De Suisse, l’argent avait été versé au compte de Abdelkébir El Fassi amputé de 200 000 francs prélevés par Ben Bella pour ses frais. Et du Rif, en dehors de promesses verbales, rien de palpable. Le seul aspect positif, c’était la connaissance de passages frontaliers à l’Est et à l’Ouest et le contact avec les patriotes marocains du Rif, lesquels s’étaient montrés enchantés de nous connaître et partisans d’une action révolutionnaire commune.
Pour terminer avec ce chapitre, il est capital de souligner qu’aucune arme n’est entée au pays avant le 1er Novembre. Les promesses d’El Fassi n’étaient que pure invention. Les départements d’Oran et d’Alger qui attendaient cet armement furent obligés de déclencher l’action avec quelques armes, pas plus d’une dizaine, en mauvais état et certaines sans munitions. Le responsable de la Wilaya V, Ben M’hidi, n’avait pour toute arme qu’un vieux 7,65 avec deux balles.
Quant à la délégation extérieur du Caire, de quel côté était-elle ? Personne ne pouvait le dire, d’autant plus qu’après le Congrès du Comité Central, tenu le 15 août, le premier numéro du journal centraliste «  La Nation Algérienne «  contenait les photos d’Aït Ahmed et de Khider en bonne place avec des déclarations de l’un et de l’autre. Ce qui ne manqua pas de provoquer les protestations de nos partisans qui étaient convaincus que la délégation extérieure avait opté pour nous. Ce que nous leur avions affirmé en toute bonne foi; Ben Bella nous ayons certifié qu’une délégation avait pris position en notre faveur.
Tous ces points éclaircis, revenons à la situation du pays. Les Messalistes et les Centralistes après leurs Congrès respectifs s’étaient exclus mutuellement. Chaque groupe se revendiquant de la légitimité et accusant l’autre de toutes les infamies. La guerre était ouverte : bagarres dans les rues, invectives, occupations des locaux sous le regard amusé et plein de satisfaction de la police colonialiste qui laissait faire ce travail de destruction du parti nationaliste algérien.

Les militants séparés en deux clans hostiles se livraient passionnément à cette lutte, convaincus d’un côté comme de l’autre, qu’ils défendaient la vérité. Les agressifs étaient sans conteste les Messalistes parce que majoritaires et complètement fermés à toute discussion, conformément aux ordres reçus de leurs responsables qui craignaient des défections en cas de confrontations entre militants. Pour eux, Messali, le «  Chef National « était au-dessus de toute critique et ne pouvait en conséquence avoir tort. En cela, il faut le dire, ils ne faisaient qu’obéir à l’image simpliste qui leur avait été inculquée dans le parti même.
Les partisans du Comité Central, moins nombreux, mais plus formés politiquement, portaient le débat au niveau des principes et des méthodes de travail. Ils s’attaquaient aux méfaits du culte de la personnalité, à la mégalomanie de Messali et à ses procédés autocratique. Autant dire, que les arguments d’un côté comme de l’autre étaient en porte-à-faux parce que chaque clan se refusait à mieux situer la crise du Parti dont l’origine se trouvait dans la sclérose de la direction, incapable de répondre à l’attente des militants et de mener la lutte révolutionnaire pour libérer le pays.
Face a cette décomposition du P.P.A. M.TL.D., quelles étaient les positions des autres partis politiques algériens ? A l’effet de surprise du début de la crise, avait fait place un sentiment de soulagement à peine voilé chez l’U.D.M.A., et les Oulémas. Quant au P.C.A., sa position était plus nuancée : expectative prudente avec un penchant pour la tendance centraliste considérée comme plus raisonnable et plus intelligente. Du côté des masses, le sentiment était au pessimisme et à la désapprobation. Et il n’était pas rare d’entendre dans la bouche de l’homme de la rue cette remarque pertinente : «  C’est bien le moment de se bagarrer entre frères, quand les valeureux patriotes tunisiens et marocains versent leur sang por libérer leur pays «

Les préparatifs de l’action

C’est dans cette atmosphère de confusion et d’anarchie, que le Comité des cinq ( devenu des six, début septembre ) travailler d’arrache-pied pour constituer les premiers commandos, les former en vitesse, les armer et les préparer pour la nuit du 1erNovembre 1954. Le temps pressait car il fallait profiter de la confusion crée par la crise et du rideau de fumée de surenchères et des disputes pour échapper à une répression toujours possible. Déjà les Messalistes ne se privaient pas de dénoncer auprès de leurs partisans certains membres du Comité en les désignant par leur vrai nom, désirant par cette manœuvre attirer la répression policière sur eux. Par ailleurs, l’organisation de Constantine constituée d’une quarantaine d’éléments qui étaient au courant de tous les préparatifs, avait lamentablement lâché, démobilisant les groupes déjà formés, à qui fut donnée la liberté de rejoindre le clan politique de leur choix.
En ce début septembre, le Comité des six se trouvait confronté à plusieurs problèmes dont le plus important était : la représentativité politique du nouveau mouvement, son contenu politique, l’armement, les fonds, ainsi que la date du déclenchement.
. En ce qui concerne le premier point, les six s’ils étaient plus ou moins connus dans l’organisation et dans plus d’un cas seulement sous des pseudonymes, étaient par contre complètement inconnus de l’opinion algérienne, ainsi que sur la scène internationale. Dans notre esprit, déclencher une action armée qui n’avait de chance de réussir qu’avec l’adhésion et l’appui des masses, nécessitait des noms connus ou tout au moins une tête d’affiche. Des deux clans qui se disputaient les dépouilles du parti, il n’en était pas question. Il ne restait qu’une personnalité qui, à nos yeux, remplissait ces conditions et d’autres : rectitude politique et morale, honnêteté et capacités. C’était Lamine Debaghine, personnalité politique connue qui avait quitté le parti en 1949 et dont le prestige était resté intact auprès de beaucoup de militants et d’intellectuels. Notre choix fixé, une délégation formée de Ben Boulaïd, Krim et moi-même se rendit à Saint-Arnaud ( actuellement El-Eulma ) ou Lamine était installé comme médecin. A la tombée de la nuit, nous frappâmes à la porte de son cabinet. Après les présentations, nous lui exposâmes l’objet de notre visite. Il posa beaucoup de questions sur nos forces, nos moyens, notre implantation, etc… Complètement informé, il fit une critique très sévère du parti messaliste et de tous les autres responsables. Puis, il nous demanda un délai de réflexion pour nous donner une réponse quant à son éventuel engagement. Rendez-vous fut pris à Alger au café Bourahla, rue de la Liberté. Sur ce, nous prîmes congé et chacun d’entre nous rejoignit le lieu de ses activités. Au jour fixé, tout le Comité était présent, pas très loin du lieu de rendez-vous.
Une voiture destinée à nous convoyer à un lieu de réunion attendait derrière l’Opéra d’Alger. Le moment venu, Ben Boulaïd fut chargé de se rendre au café pour guider Lamine jusqu’à nous. Un quart d’heure passa sans qu’il revienne. Nous attendions quelque temps encore, puis nous envoyâmes Krim qui resta à son tour . Notre impatience grandissait d’autant plus que certains d’entre nous étaient armés et que les conditions de sécurité n’étaient pas excellentes. Bref, une heure après, tout le monde se retrouva au lieu de réunion, mais sans Lamine. Ce n’est d’ailleurs qu’au retour de nos envoyés que nous sûmes ce qui s’était passé. Lamine était accompagné d’amis personnels, Boukadoum Haoues, un ex-député M.T.L.D., et du Capitaine Saïdi, autre personnalité politique du M.T.L.D. Ben Boulaïd qui ne s’attendait pas à trouver ces deux nouvelles figures, se montra très réservé et attendit que Lamine se décide. Or, ce dernier, non seulement ne donnait pas l’impression de vouloir quitter le café, mais en présence de ses deux compagnons, remettait en cause son éventuelle adhésion, non sans critiquer certains aspects de ce que nous projetions. Quand Krim rejoignit le groupe, Lamine continua à développer son point de vue qui se résumait en ceci : si les régions des Aurès et de la Kabylie étaient capables d’entreprendre une action armée, lui Lamine n’avait aucune confiance dans le reste. A ces mots, Ben Boulaïd l’interrompit pour lui signifier que tous ceux qui étaient engagés, étaient décidés à aller jusqu’au bout, et qu’ils avaient une confiance totale les uns dans les autres. Lamine, au tempérament impulsif, répliqua s’adressant à Ben Boulaïd : «  Alors, pourquoi êtes-vous venus me chercher, vous auriez dû le faire le jour ou vous avez décidé de vous détacher du clan du parti et de faire cavalier seul. «  A ces mots, Ben Boulaïd pourtant très calme de nature se leva et répondit «  Nous sommes venus te chercher, maintenant, on ne te cherche plus. Nous n’avons besoin de personne « . Et il quitta le café laissant les trois hommes avec Krim qui, un moment après, nous rejoignit pour nous confirmer ce que nous savions déjà.
Cette expérience nous apprit qu’il n’y avait rien à attendre du personnel politique de l’époque. D’autres contacts, avec des éléments tels que Mehri, Demagh El Atrousse, Kassem Mouloud, l’actuel ministre des Habous, se soldèrent par un échec de même nature. Une tentative auprès des Oulemas n’aboutit à rien. En fin de compte, nous renonçâmes à ce travail inutile pour placer notre confiance dans le peuple et aller de l’avant.
. Notre seconde préoccupation, était la définition du contenu politique et organisationnel du mouvement à créer. Plusieurs réunions du Comité aboutirent à un ensemble de décisions.
Il faut souligner qu’a cette époque, tout le contenu politique du mouvement nationaliste se réduisait au thème de l’indépendance. Aucun approfondissement sérieux n’ayant été fait dans le parti, les membres du Comité n’avaient pour faire face à la lourde tâche de la définition de leur mouvement, que leur bon sens et leur volonté, à défaut de formation.
En reprenant les écrits d’alors, en particulier la proclamation du F.L.N. On est frappé par le souci de ses rédacteurs de sauver le mouvement révolutionnaire de la faillite, de dénoncer les luttes intestines et leurs auteurs, de placer l’action dans le contexte nord-africain et de fixer comme objectif de la lutte, l’indépendance nationale sans toutefois en préciser la nature et le contenu économique et social. Reprenons ici les termes de la proclamation : «  but : l’indépendance national par :
1.la restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques,
2.le respect de toutes les libertés fondamentales, sans distinction de races ni de confessions. «
Comme on le voit, cette définition reste très floue et cela explique en parti les contradictions que connaîtra la lutte de libération nationale et les nombreuses crises qui l’ont secouée. La plus importante étant celle qui, en été 1962, plaça Ben Bella au pouvoir et après lui Boumedienne. L’un comme l’autre jouant sur ces contradictions qui demeurent et s’amplifient.
Le seul élément nouveau, déjà introduit par le C.R.U.A., était le recours à la base et au peuple algérien pour trancher la crise : les militants, des années durant, avaient été habitués à recevoir des ordres et à les exécuter. Par notre appel direct à la base, par dessus les appareils, nous poussions les militants à reprendre l’initiative et à ce débarrasser de la tutelle d’un sommet impuissant et paralysé, car nous étions convaincus que c’était là, la seule issue : donner au peuple la possibilité de trancher et de choisir la voie à suivre.
Parallèlement à la définition politique deux principes d’organisation furent adoptés :
La décentralisation, compte-tenu de l’étendue du territoire national, il était impossible à tout organisme centralisé de diriger la lutte. C’est pourquoi il fut décidé de laisser toutr liberté d’action à chaque Wilaya. Une réunion du Comité des six fut prévue pour le mois de janvier 1955. Elle ne s’est jamais tenue et pour cause : sitôt la lutte engagée, toutes les Wilayas restèrent pour une longue période isolées. En attendant, et pour éviter toute fausse note, trois tracts furent rédigés à l’avance pour être distribués aux mêmes dates dans toutes les Wilayate.
- la primauté de l’intérieur sur l’extérieur. Principe juste dans son esprit dans la mesure ou il signifiât que rien ne pouvait être fait son l’accord de ceux qui se battaient sur le terrain.
Enfin, nous décidâmes d’appeler l’organisation politique : Front de Libération Nationale ( F.L.N. ) et l’organisation militaire : Armée de Libération Nationale ( A.L.N. ).
. Pour ce qui est des structures, l’Algérie fut divisée en six Wilayate.
- la première délimitée au nord par la ligne de chemin de fer allant de Béni Mansour à Souk Ahras, à l’est par la frontière tunisienne, au sud par les confins sahariens et à l’ouest par les limites de l’ex-département de Contantine. Ce fut Ben Boulaïd, assisté de Chihani, qui en avait la direction.
- la deuxième délimitée au nord par la mer, à l’est par la frontière tunisienne, au sud par la ligne de chemin de fer Béni Mansour- Souk Ahras et à l’ouest par la ligne de chemin de fer allant de Béni Mansour à Bougie. C’est Didouche, avec comme adjoint Zirout, qui fut placé à sa tête.
- la troisième comprenant la Grande Kabylie était placée sous le commandement de Krim, avec comme adjoint Ouamrane.
- la quatrième comprenant le reste de l’ex-département d’Alger avait comme responsable Bitat dont l’adjoint était Soudani Boudjemâa.
- la cinquième couvrant le territoire de l’ex-département d’Oran était dirigée par Ben M’hidi; quant à son adjoint le choix lui était laissé entre Ramdane Benabdelmalek et Boussouf.
- la sixième qui n’existait pas sur le papier et qui devait couvrir tout le Sud algérien : les ex-territoires du Sud, les oasis et la Saoura.
Personnellement, je fut chargé de rejoindre la délégation extérieure avec tous les documents et de retourner au pays pour la réunion de janvier 1955, dont il à été question plus haut.
. Une stratégie en trois étapes combinant les aspects politique et militaire fut arrêtée au terme de longues discussions.
Première étape : installation du dispositif militaire et politique de préparation et d’extension. Du point de vue militaire, à la date du déclenchement, toutes les Wilayates étaient tenues de se manifester en donnant le maximum de force et d’éclat à leur action, en vue de démonter que l’insurrection touchait tout le territoire national. Après les premières actions, tous les hommes armés devaient se retirer sur des positions préparées à l’avance et susceptibles de leur assurer le maximum de sécurité. En attendant un armement adéquat, le Comité de Wilaya devait installer des cellules politiques, tout en parachevant la formation des militants encore inaccoutumés à la vie des maquis. Les seules actions autorisées sur le plan militaire étaient la reconnaissance du terrain, l’organisation des relais, des zones de repli et des dépôts de vivres et de médicaments, la collecte des armes, le harcèlement de nuit des forces ennemies, les petits coups de main contre les forces isolées. Dans cette étape, il était recommandé d’éviter l’affrontement avec un ennemi encore beaucoup plus puissant que nous.
L’objectif principal de cette étape était politique : compte-tenu de la surprise des masses et de leur manque d’information, au moment du déclenchement, les cellules politiques, de même que les hommes armés, avaient pour tâche essentielle d’expliquer aux masses populaires le sens, la nature et les objectifs de notre action, afin de gagner leur sympathie et leur soutien. Pendant cette étape d’explication, les mouchards et les agents de l’autorité coloniale devaient être particulièrement visés pour encourager les masses.
Deuxième étape : celle de l’insécurité généralisée. Du point de vue militaire, les groupes armés plus nombreux, mieux aguerris, dotés d’un armement plus important, devaient passer à des actions dont l’objectif était de généraliser l’insécurité sur tout le territoire : embuscade, destruction des ponts, chemins de fer, routes, transformateurs électriques, coups de main plus audacieux et plus nombreux, terrorisme urbain contre les ennemis de la révolution. Au niveau politique, les masses ayant été préparées pendant la première étape devaient être organisées et intégrées dans l’action afin de mener parallèlement aux maquisards des luttes de masses : grèves, manifestations, campagnes de désobéissance. Elles devaient en outre prendre en charge les tâches d’administration et de justice dans le but de couper l’administration coloniale. Les renseignements, la logistique et le ravitaillement étaient aussi de leur ressort.
Troisième étape : constitution de zones franches. Au point de vue militaire, une partie du territoire étant libérée, il fallait constituer des zones franches fortifiées et soustraites totalement à l’atteinte de l’ennemi. C’est dans ces conditions seulement que pouvait être mise en place une direction révolutionnaire chargée du commandement de l’ensemble des actions et résidant donc sur le terrain. Au point de vue politique, c’est dans cette dernière étape, que la fusion devait se faire entre aspect militaire et aspect politique afin de dégager les différents organes de pouvoir révolutionnaire, préfiguration de celui qui dirigerait le pays après l’indépendance.
Pour les armes et les fonds, avant-dernier point des tâches du Comité des Six, chaque Wilaya fut chargée de se procurer des fonds par ses propres moyens. Quand aux armes, le principal dépôt était dans les Aurès avec à peu près 300 armes italiennes, achetées dans le courant 1947-48 en Libye, stockées dans un premier temps à Oued Souf et de là, transférées en 1949 dans les Aurès ou elles étaient cachées dans des fûts remplis d’huile. Les deux dépôts d’Alger, ainsi que le service d’identité furent remis au premier groupe d’action de la capitale. Ces dépôts ne renfermaient que quelques grenades et quatre ou cinq revolvers de différents calibres, ainsi qu’un contingent de balles, le tout en très mauvais état. Une vingtaine de mousquetons prélevés sur les armes des Aurès furent envoyés sur le Nord Constantinois, tandis que la Kabylie en recevait une trentaine. Ce qui avait empêché une dotation plus importante, c’était le problème du transport, de la sécurité et du temps dont nous disposions. Les Wilayates IV et V devaient recevoir leur contingent des armes commandées auprès de Abdelkébir El Fassi. Ces armes nous ayant fait défaut, ces deux Wilayates étaient les plus faibles.
. Il ne restait plus qu’à fixer la date du déclenchement. Dans un premier temps, nous avions retenu le 15 octobre. La délégation extérieure en fut avertie. Il y eut une fuite. Allal El Fassi donna la date à Yazid qui se trouvait à cette époque au Caire, le prenant pour un des nôtres. Ce dernier rappliqua immédiatement à Alger et alerta ses amis du Comité Central. Une autre fuite eut lieu a à Soumâa, près de Blida ou des éléments formés par Soudani Boudjemâa furent débauchés par Lahouel. Celui-ci mis au courant des préparatifs, sentant les choses devenir plus sérieuses, entreprit un véritable travail de sape, nous accusant d’envoyer les gens «  au casse-gueule «  et réussissant à faire reculer certains des éléments.
Les Centralistes affolés demandèrent à nous rencontrer. Nous nous réunîmes chez Bouda avec Lahouel et Yazid. Ils nous reprochèrent notre entêtement à ne pas rejoindre leurs rangs et les bruits alarmistes qui circulaient ; entre autres, la date du 15 octobre. Ils avançaient enfin que la délégation extérieure désapprouvait notre position. Bien sûr, nous niâmes avoir fixé une quelconque date, quant à la délégation extérieure, nous voulions bien la rencontrer et prendre une position commune. Il fallait coûte que coûte les rassurer. Nous nous sommes mis d’accord pour envoyer une délégation au Caire comprenant Lahouel-Yazid pour les Centralistes et moi-même pour les Neutralistes comme ils nous appelaient.
C’est de cette façon qu’au déclenchement de l’action, les deux Centralistes se trouvaient au Caire, ainsi d’ailleurs que deux Messalistes Mézerna et Fillali Abdellah qui, eux étaient en discussion avec la délégation extérieure en vue de la rallier à Messali ou de l’expulser des locaux du Comité de Libération de l’Afrique du Nord du Caire. Immédiatement après cet incident, le Comité des Six reporta la date au 1er novembre sans en informer qui que ce fut. Cette fois-ci, le secret fut bien gardé et les premières actions armées donnaient le départ de l’ébranlement qui durant plus de sept ans d’une guerre terrible et sans merci, permet à l’Algérie de s’arracher d’une domination de cent trente ans.

In EL DJARIDA N° 15 NOV-DEC 1974.

source:lequotidiendalgerie.com

Publié dans Boudiaf(4) | Pas de Commentaire »

Le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik a été arrêté

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

image

Le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik a été arrêté jaujourd’hui et incarcéré à la prison de Bouchoucha à Tunis, a-t-on appris auprès de Reporters Sans Frontières (RSF) et du parti français Les verts qui ont demandé sa libération.

Le journaliste a été arrêté « alors qu’il était convoqué à 10h pour la prétendue agression d’une femme dans la rue la semaine passée », indique RSF sur son site précisant qu’ »il été transféré au centre de détention de Bouchoucha à Tunis ».

Pour l’organisation, il s’agirait « d’une affaire montée de toutes pièces par les autorités pour inquiéter le journaliste, connu pour ses articles critiques à l’égard du président (Zine El Abidine) Ben Ali ».

Les Verts affirment dans un communiqué qu’ »il s’agit d’une manipulation du régime de Ben Ali, à l’égard duquel le journaliste s’est montré critique ».

M. Ben Brik avait observé au printemps 2000 une longue grève de la faim de 42 jours pour protester, disait-il, contre les violations des Droits de l’Homme en Tunisie.

Des irrégularités pendant les élections

Des partis d’opposition ont dénoncé hier des « irrégularités », sans pour autant contester la victoire du président Zine El Abidine Ben Ali.

« Nous avons enregistré des irrégularités en bloc et en détail », a déclaré à la presse Mustapha Ben Jaafar, chef du Forum démocratique pour le Travail et les Libertés (FDTL, légal). C’était plus que surprenant », a-t-il ajouté, évoquant « en exemple » le fait qu’un seul observateur sur 14 proposés par son parti à Bizerte (nord) ait été autorisé à suivre l’opération.

Ecarté de la présidentielle, Ben Jaafar avait vu les listes de son parti amputées de moitié aux législatives et n’a obtenu aucun siège au parlement. « Le problème n’est tant dans les chiffres que dans la mentalité de ceux qui ont pris l’habitude de jouer seuls », a-t-il regretté, en référence au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir).

« Les résultats de la présidentielle étaient attendus dans la mesure, où cette élection ne présentait aucun enjeu électoral », a affirmé Ahmed Brahim, justifiant la reconduite de Ben Ali à 89,62% des voix. « Les élections ont été une nouvelle occasion manquée, les résultats ne reflètent guère la réalité des forces en présence », a-t-il estimé.

source:matin-dz

Publié dans Tunisie(17) | 1 Commentaire »

BD: Renouveau algérien

Posté par algeriedemocratie le 31 octobre 2009

faïza Ghozali

Renouveau algérien

Unique vignette de Zina sans le voileUnique vignette de Zina sans le voile© SlimLa BD algérienne, qui pleurait depuis plus de vingt ans son âge d’or révolu des années 1960-1970, refait des bulles. Une dizaine d’albums (dont une adaptation d’un roman policier de Yasmina Khadra, Le Dingue au bistouri) ont été publiés cette année, alors qu’aucune création n’avait vu le jour depuis… 1987. Signe annonciateur de ce renouveau : en 2003, l’Enag, maison d’édition publique, avait réédité une quarantaine d’anciens albums (Les Aventures de Sindbad le marin, de Mahfoud Aïder, La Boîte à chique, de Slim…) qui ont fait cet âge d’or.

Ce réveil est en grande partie lié au Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda), qui a vu le jour l’an dernier, et dont la deuxième édition s’est tenue du 14 au 18 octobre. « Nous voulons créer une dynamique et relancer l’industrie de la BD », explique Dalila Nadjem, commissaire de l’événement et directrice de la maison d’édition Dalimen. Surtout, « ce festival veut réconcilier l’ancienne génération avec la nouvelle, très prometteuse ». Les Slim, Haroun, Melouah, Aïder, Le Hic… semblent, en effet, avoir trouvé une relève avec Tahar Aidaoui, Amine Benabdelhamid, alias « Nime » (tous deux lauréats du concours Jeunes talents du Fibda 2009), Samir Toudji, alias « Togui »… Une nouvelle génération qui a été « trop longtemps inexistante », commente Slim, auquel le Fibda a rendu hommage via une exposition de ses dessins, dont une première version, inédite, de l’inénarrable Bouzid et de sa dulcinée Zina.

Pourquoi cette éclipse ? « Il y a des circonstances atténuantes », explique Dalila Nadjem. Façon pudique de désigner la montée de l’islamisme à la fin des années 1980 et la décennie noire qui a ensanglanté ensuite le pays. Du coup, la plupart des signatures reconnues se sont effacées, les unes dans l’exil, les autres abandonnant la partie faute de support. « La diffusion est un gros problème », insiste Slim, qui a d’ailleurs trouvé la parade. Il s’est associé à un éditeur sur Internet, lulu.com, qui lui permet de rééditer ses albums sur commande (pour un prix compris entre 11 et 15 euros).

Trop frileux, les éditeurs algériens ? L’avis fait consensus. Et Slim d’enfoncer le clou : « Ce pays n’aime pas la BD ! » Pourtant, nuance Dalila Nadjem, « les choses bougent. Aujourd’hui, quelques éditeurs prennent des risques et ont plus d’audace ». Et d’autres émergent, comme la jeune maison Z-Link, lancée par Salim Brahimi, qui édite Laabstor, une revue consacrée aux jeux vidéo et… au manga algérien. De son côté, le Fibda publie le numéro zéro d’un fanzine, El Bendir, appelé à devenir mensuel. Des initiatives salutaires et à encourager .

 

BD: Renouveau algérien dans vive l'algerie(128) 029102009175959000000zinacopie2

Vignette extraite de Zid Ya Bouzid, première histoire de Bouzid, de Slim (1969)

source:jeune afrique

Publié dans vive l'algerie(128) | 1 Commentaire »

12
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema