• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Ajdid di tira : “Ameddakel” n Zimu

Posté par algeriedemocratie le 27 février 2010

Amddakel, ammud n tullisin n Muṛad Zimu.Yeffeɣ-d ɣer tezrigin Tira, ass n 27 di tuber iɛeddan.
Deg yiɛezzugen neɣ di lɣerba, di tesdawit neɣ di tmura, s teqbaylit heddren ak medden i yura Zimu Muṛad, amyaru, acennay, amedyaz, amud n tullisin  « Amdakel ».Yura ɣef wid tečča lɣerba n tmura almi sweḥlen iman-nnsen deg umerḍax. Amdakel, d tamuɣli n Zimu ɣef Zwina, at lbaḍna, tinna akken inudan rrif, ur tt-qbilen imawlan-is, ur tt-qbilen lecyax-is mafaɣ a tkemmel tisselbi ! Amdakel, d tira ɣef tiɛɛiqert yeǧǧan acḥal d tiwaculin ttidirent s tmara, ur mqefraqent, ur ddirent akken ilaq.Yelha ṣṣber maɛna igellu s lbenna n wussan, igellu s leqder d wayen i ɣ-yellan deg ul.Tella Zwina i lbaḍna, i tukksa lxiq, maɛna Zwinna yeččur wul-is almi yegla s yixef-is.Tenɣa iman-is, truḥ d asfel, tewwi labḍna, tewwi tiɛewji n weqbayli ur nessin ad yili s idis n warraw-is . Xelfen-tt-id Hamid d Saɛdiyya, maɛna almi ṛzaget teswiɛt…
Amdakel, si ccna ɣer tira, d aḥrun n Muṛad Zimu ɣef tdukli, ɣef teqbaylit, d asmekti n yeḥbiben, d asmekti n Lynda ḥemmlen di sin, am netta am Ḥsen almi qrib tegla s tdukli-nnsen ! Fkan d asfel ad tidir tdukli-nnsen..
Amdakel, d tuɣalin ɣer wussan n tesdawit, ɣer liḥala n litidyu, di tizi n wass-a.  D tuɣalin ɣer tɛewji n weqbayli, ɣer usmmuzzeɣ-nni yesmuzzuɣ anda akken ur ilaq; Ɣer wasif yekkan gar wid yeɣran d wat zik, ɣer wid yettun ula d tajaddit.Amdakel, d akaṛni azeggaɣ, tezweɣ idammen-nni yessazzal imi akken ara fken icufuṛen taṛwiḥt-nnsen d asfel, ur ḥsin ad ddren neɣ ad teglu yis-sen.Ma ddren, rebḥen-d cwiṭ n yedrimen, ma mmuten ad ṛuḥen am tadla yečča yilef. Amdakel, deg-s xemsa tullisin banent: Amerḍax, amdakel, Zwina, akaṛni azeggaɣ d litidyu.Litidyu tebḍa d iḥricen: yeɣra meskin, imaziɣen, a neṛṛez wala ad neknu, anwa I d abrid ay abrid?, yella yiwen yella ulac-it, yettmeslay kan I waḍu, nous ne sommes pas des arabes.
Muṛad Zimu, d acennay d amyaru.Ilul deg Ucallam, di tmurt n leqbayel.Yeɣra tussna n tmetti di Lezzayer tamannaɣt.Sakin, ikemmle leqraya-s n Magister di tutlayt d ydles amaziɣ , di Tizi Wezzu. Yessufeɣ-d ddeqs isidiyen: “ ijeǧǧigen n tsusmi” di 1997;Slupri, di 2001; Maɛlic tant-pis, di 2004 ; apipri kan, di 2007.Yura yakan ammud n tullisin “Tikli” I d-iffɣen ɣer wesqamu unnig n timmuzɣa H.C.A. di 2004.Yexdem  rebɛa n iseggasen di ṛṛadyu tis snat.Tikelt-agi, di 2010, yessufeɣ-d ammud n tullisin “Amdakel”  ɣer tezrigin Tira

Zira

source:dépêche de kabylie

Publié dans Zimu(11) | Pas de Commentaire »

Le transporteur” disponible désormais en version kabyle

Posté par algeriedemocratie le 22 février 2010

Cinéma
“Le transporteur” disponible désormais en version kabyle

Une jackette spécialement conçue accompagne le produit désormais “version familiale” pour ne pas dire “censurée”. La réalisation du doublage est signée Hadjeb Massinissa qui a fait appel à la contribution de sa propre sœur Dyhia pour les voix féminines.

Le doublage qui a fait ses apparitions sur les écrans algériens il y a plusieurs années notamment à travers les feuilletons qui nous venaient dans le temps tout droit du Mexique, semble prendre de l’essor et donner des idées du reste, à nos “producteurs” locaux. C’est ainsi que plusieurs entreprises ont été initiées pour combler un peu le vide ambiant qui handicape la production nationale, notamment celle d’expression kabyle réduite à quelques œuvres qui se comptent sur les doigts d’un main. Face à un tel état de fait, toutes les vidéos à intonation kabyle sont la bienvenue aux amateurs qui attendent toujours plus. A cette frange, un nouveau cadeau leur est tombé du ciel avec cette version kabyle du “transporteur” commercialisée par les éditions Galaxie. Une jackette spécialement conçue accompagne le produit désormais “version familiale” pour ne pas dire “censurée”. La réalisation du doublage est signée Hadjeb Massinissa qui a fait appel à la contribution de sa propre sœur Dyhia pour les voix féminines. Un détail : “Le transporteur” est devenu “Amesvrid”. L’éditeur a, lui, un nom qui ne change pas. Il s’appelle “Mouh Rougi” et c’est vrai : Un vrai “rougi”, pas le poisson, pour le film il est assez original et même marrant de le voir. Jason Stathman Shu à parler en kabyle couramment, ce n’est que du cinéma bien sûr.

R. C.

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Si Yusef U Qasi ɣer Meksa d Saɛid Iɛemrac

Posté par algeriedemocratie le 22 février 2010

Si Yusef U Qasi ɣer Meksa d Saɛid Iɛemrac

Di tallit ideg urk teglled tamurt-nneγ ddaw uzaglu-s akked d draɛ-is, At Jennad d amedya ger tudrin n Leqbayel i yuggin azaglu-a n urk. Ger yirgazen i yellan  sedduyen imenγi nutni d at Qasi yellan d lqeyyad n dewla taerkit di Lzzayer n lawan-nni Yusef u Qasi : Yusef u Qasi ilul γer lewhi n iseggasen n 1680 deg taddart n at Gurat. Ur d-cfin ara fell-as mi meẓẓiy armi kan i d-yufrar s tmedyazt-is. Qqaren beli d netta i ttawin wat Jennad mi ara yili yimenγi. Neγ d netta i ten-yettawin :

Kkert ad tewtem

Ay at Jennad ur neɛrif

Begset ulanda teffrem

Ttif Muend Azwaw lγir

Kra akka yedder ittuseggem

Ttif ma nekseb-it axir

 Ihi wagi d asefru d awezlan i swayes yessadaf1 tabγest2 i yijennaden akken  ad naγen nutni d at Qasi γef uaγer. Daγen deg usefru anda yenna:

Nekk d Ajennad men llasel-iw

Yettruun leɛdu.

Meyya d irekkben ur iris

D amnay nettɛud

Njebbed ddal s leris

Mi γ-yera weɛdaw yeknu.

 D acu kan wagi d amɛebber kan i d-yellan gar-as d Muend u Ʃebdellah n at Yiraten. Armi ten-yefra yiwen umrabbe i d-arsen γer laɛqel nsen.imi tikwal amɛebber yettuγal d amennuγ i d-igellun s twaγiyin meqqren imi ijebbed-iten nnif. Armi wezzaf.Dagi daγen yenna Yusef u Qasi :

 Nekkni nussa-d ad nrebbi arrac

Lemer ad slen laɛrac

Nennuγ γef tiγilt uerrac.

Yenna daγen :

Cwi nettɛeddi fell-as

A wi yebγan deg-s yimγur

Ma d aas ur t-nettaǧǧa

Amer wi iteddun meγrur.

Yemmut Yusef u Qasi. Yeǧǧa-d deffir-s agerruj. Maca tamedyazt deg wat Jennad ur tebis ara kan dina. γas akken  ɛelen u d-jban ara maca uγalen-d s wudem amaynut yessafaggen iqremyad.

Meksa Abdelqader, anwa ur nesli ara i tezlatin-is ? ladγa tina n : Massinissa, aner, au…

Ahu! Ahu! Yemma au yettsuu

Ahu! Ahu! Yemma yettnadi ad aγ-idum.

A yemma sel-d a yemma

γur-m kan ara nerzzeγ.

Ad am-mlleγ akk lbana

Au yettnadi ad aγ-idum.

 Ǧehden aas wawalen n Meksa. Acu  t-yeǧǧan ad yettwawet s ujenwi di Fransa. Dagi anda i d-igellem tamurt-is yenna :

Ay ul-iw meyyez ewwer

Adrar, iij, azaγer

Ʃeddant fell-asen lemayen.

Acal ideflawen i d-yewwten

Acal i d-mllen issafen

lameɛna ɛlay ur sen-zmmiren.

Deg tallit-agi  deg waydeg Meksa yesdenduy snitra-s. Yella waye wakkin  d imru umi yuggi ad yefk talwit. D amedya ger wid yebγan idles akked d umezruy i tmurt-is. Acku d netta akked yemddukkal-is am At Sliman amid d wiya i d-yebna lssas i tudukla n tmedyazt di Suq Led umi seman Yusef u Qasi. Wagi d Saɛid Iɛemrac. S isefra d ifsassen. Isenda alaγen n yemddanen.

Yemma dihya yemma

Tagrawlit deg yicawiyen

Asmi akken i d-yusa Ʃuqba

Deg wakal-iw d acu yexddem ?

Yewwi-d yid-s Kusayla

Гer dder ujedɛun yeqqen

S yis-s inuda Sera

S ssnesla i–t-id-urzzen

aɛid Iɛemrac yerra lwelha-as s amezruy alqayen n tmurt nneγ. Daγen yefka  leq-is i tfelsafit anda yenna :

 …Amek i d-luleγ

Amek i  ww

Amek i d-baneγ

Amek i d-sɛiγ tarwa

Tura meqqreγ

La ttebbireγ

 Yerna ugadeγ

Amek ara afeγ azekka

Amek ara mmteγ

Ayen ara reγ

Deffir  lemri i yella.

 Ghersem Abdenou

1)      Yessadaf: seg umyag adef( kcem) entrer

2)      Tabγest : courage.

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Tidukla Numidiya n Wehran: 21 di furar’’, ass agraɣlan n tutlayt tayemmat

Posté par algeriedemocratie le 22 février 2010

Tidukla Numidiya n Wehran
‘’ 21 di furar’’, ass agraɣlan n tutlayt tayemmat

Ilmend n usmekti n wass agraɣlan n tutlayt tayemmati d-yettasen di 21 di furar.Tidukla tamaziɣt Numidiya i qedcen di temdint n wehran, tessudes-d’’Ass uselmed n teqbaylit’’ ass-nni n lǧemɛa s yiwen n leqdic d amerkanti.timlilit-agi rran-tt imḍebren n tdukla ;ad tili d tajmilt i le professeur n tesnilest kamal nayt zerrad , imi netta d yiwen ger Yimezwura I yebdan yeslemden tamaziɣt deg uxxam n tdukla numidiya deg temdint n wehran uqbel ad iruḥ ɣer tmurt lalman:’’d kama luẓerrad I aɣ-yeslemden akk s yiɛeggalen n tdukla n numidiya tira n tmaziɣt, asmi yella yeslmad deg yiseggasen nni n 90 di tesdawit n wehran , yettas-d akka ɣer uxxam n tdukla yettelḥaq-d timsirin n tira timeddiyin n wass ’’ i aɣ -d yenna Ǧamal Benɛuf d aɛeggal tdukla. Ilmend n tejmilt-agi:yebda leqdic s ɣef 09h00:yella-d yiwen n usarag i d- yefka Ǧamal Benɛuf ɣef liḥala deg tettidir tutlayt n tmaziɣt ass-a,syin akin llant-d kra n temsirin n tira’’agemmay d tseftit” i wid werǧin lemden tamaziɣt,sɣur Saliḥa ben meryem akk d ǧamal benɛuf

Tameddit,ikemmel leqdic s yiwet n Upirat (opérette) “Taweṭṭuft d werǧeǧǧi” i d-turar talilt igerdan “Ameẓyan Mhenni” – aḍris d tririt s asayes: Ǧamal Benɛuf. Ɣef 17h00 d : -Taɣuri n usefru “Akli aweqqas” n Sɛid At Mɛemmer, ideg yerra tajmilt i Kamal Uẓerrad.

-Taɣuri usefru “Amzun d iṭij i d-yecreq” n Dda Ɛebdella Ḥaman, ideg yerra tajmilt i Dda Lmulud At Mɛemmer. Yekfa leqdic s wawal i d-yellan ɣef yimahalen n lmulud at Mɛemmer, d leqdic n kamal Uẓerrad . Ɣer taggara d Tikci ugerdas n yiseɣ “Kamal Uẓerrad” i Ṣaliḥa Ben Meryem, imi d nettat i d taselmadt tamenzut i yesslmaden tamaziɣt/taqbaylit, di tudert-is ala 13 n yiseggasen!.

Afud igerzen i tdukla n numidiya n yimaziɣen n wehran .

B.Benhamouche
source: dépêche de kabylie

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

le Docteur Sidhoum menacé de mort par le pouvoir algèrien

Posté par algeriedemocratie le 21 février 2010

le Docteur Sidhoum menacé de mort par le pouvoir algèrien dans salah-eddine sidhoum(25) sidhoum2

Ce jour, vendredi 19 Février 2010 à 08h45, le Dr Salah-Eddine SIDHOUM militant bien connu des Droits de l’Homme en Algérie – actuellement privé de sa connexion Internet – m’a informé, depuis son téléphone mobile qu’il a été appelé plusieurs fois la veille, entre 21h00 et Minuit, par un individu qui l’a, à chaque fois grossièrement insulté et menacé de mort. Le numéro du mobile d’où sont partis ces appels et ces menaces est : — 07 70 44 82 11 –.  Je porte cette grave information à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, pour dénoncer les méthodes mafieuses des insatiables criminels, tenants du pouvoir politique – civil et militaire – en Algérie, qui n’ont pas eu assez de plus de 18 ans d’Etat d’Urgence de plus de 200.000 morts, de plus de 20.000 disparus et du pillage de dizaines de milliards de dollars volés au détriment du peuple et du patrimoine national algérien.

Signé : Abdelkader DEHBI.

PS: A signaler que le Docteur Sidhoum avait lancé, depuis quelques jours seulement, une vaste initiative pour enquêter sur les avoirs des barons du régime à l’étranger. Il avait sollicité la collaboration d’avocats et de groupes d’avocats, amis de l’Algérie, pour étudier les voies et moyens en vue de déposer plainte contre ces satrapes, et demander officiellement à la communauté internationale de geler ces comptes, ainsi que toutes les possessions de ces barons du régime, partout dans le monde, en attendant de les restituer au peuple algérien.

 

Salah-Eddine SIDHOUM dit :

Mes cher(e) compatriotes,
C’est d’un cybercafé que je m’adresse à vous pour vous remercier pour votre indéfectible soutien. Tous les commentaires que je viens de lire, tout comme les appels et les e-mails que je reçois régulièrement depuis hier matin me réconfortent dans mon combat contre cette voyoucratie agonisante mais féroce.Malgré ces apparences de défaitisme, de fatalisme et d’abattement de notre peuple, je reste persuadé et convaincu qu’il y a des hommes et des femmes qui sauront répondre à l’appel du DEVOIR, comme l’ont fait nos aînés en 54. Soyons mobilisés et vigilants.
Je voudrais vous informer que j’ai déposé hier matin à 9h une plainte au commissariat de mon quartier (Mouradia 15e). Je tiens à cette occasion à remercier nos jeunes inspecteurs de police qui m’ont reçu et qui connaissent depuis fort longtemps mon combat contre la hogra et au service des opprimés. Ils ont tenu à être à mes côtés et à me réconforter. Ils ont accompli dignement leur travail. Cela démontre encore une fois que l’Algérie n’est pas totalement gangrénée. Si la tête l’est, le corps ne l’ai pas totalement. Et c’est très important dans la suite de notre combat pacifique contre ce régime. Il est fort possible que l’individu auteur de ces menaces téléphoniques et du SMS soit identifié et qu’on nous dise qu’il s’agit d’un « drogué » ou d’un « malade mental » pour couvrir les commanditaires de ces intimidations. On connait la musique des « services ».
Je voudrais dire à cette voyoucratie en képi et en col blanc que ni vos intimidations, ni vos tentatives de liquidation physique (comme en décembre 94), ni votre prison (comme en 92 et 2003) ne viendront à bout de la volonté et des convictions des femmes et des hommes libres de ce pays. Vous êtes dans votre phase terminale d’un cycle naturel de vie. Les jours de ce régime déliquescent sont comptés. Que sont devenues les dictatures de ce monde (Shah, Videla, Pinochet, colonels grecs, Bokassa….)? Elles ont toutes inexorablement fini dans les poubelles de l’Histoire. Evitez encore une fois une autre aventure sanglante à notre peuple déjà exsangue. Partez avant qu’il ne soit trop tard. Car à ce rythme, un véritable tsunami populaire risque de balayer non seulement votre système, mais tout le pays. Et la décision échappera alors aux sages de ce pays. Elle reviendra alors à la rue. Et là, Rabi Yaltaf.
Fraternelles et respectueuses à toutes mes soeurs et tous mes frères en Algérie et en exil.
Salah-Eddine.

Publié dans salah-eddine sidhoum(25), vive l'algerie(128) | Pas de Commentaire »

Le patrimoine ancestral en voie de disparition en Kabylie : Le dernier moulin à eau de l’Akfadou

Posté par algeriedemocratie le 21 février 2010

Le patrimoine ancestral en voie de disparition en Kabylie : Le dernier moulin à eau de l’Akfadou

Pour ses services, le meunier n’exigeait pas d’argent ; il prélevait un quart de « guelva », le double décalitre.

C’est une petite bicoque en pierre de grès au milieu de jardins en terrasses, à l’ombre des frênes, des chênes et des figuiers séculaires. Cette vieille masure pittoresque qui surplombe un torrent de montagne gonflé par les eaux de la fonte des neiges est un moulin à eau. Un moulin à eau comme on n’en trouve plus aujourd’hui alors qu’ils étaient très nombreux dans la région, il y a encore un demi siècle. Et c’est un véritable miracle que cette antiquité soit encore en activité. Da Tayev, son propriétaire, est un fringant jeune homme de 78 printemps au ton jovial et à l’esprit aussi vif que le pas.

C’est avec beaucoup d’entrain qu’il remplit encore son office de meunier, accomplissant les mêmes gestes et les mêmes rituels depuis 1953, année de la fondation du moulin. Tout est encore aussi rustique qu’authentique dans ce moulin mis à part, peut être la roue à palettes qui est aujourd’hui en fer alors qu’elle était en bois comme l’ensemble de l’engrenage qui compose ce moulin hydraulique. « C’est parce que le bois pourrit en été quand le moulin s’arrête que j’ai opté pour une roue en métal », nous explique Da Tayev en nous montrant les mécanismes qui font tourner les meules. Nous sommes au village d’Imaghdassen, pratiquement au sommet de l’Akfadou, à plus de 1 100 mètres d’altitude. C’est une journée d’hiver très printanière et le panorama qui se déroule à nos pieds est tout simplement sublime. Déclinant en altitude les villages descendent en cascade jusqu’à se perdre dans le bleu de l’horizon au fond des vallées brumeuses.

« Ici, c’est le pays du gland et du sanglier »

Il y a encore quelques années une vingtaine de moulins activaient dans la région. Chaque moulin était la propriété d’une dizaine ou d’une quinzaine de paysans associés pour la circonstance. Il servait à moudre le blé, l’orge, les fèves, les pois chiches, les glands, le maïs, le café et même des épices. Il servait également à la préparation de ce fameuse farine dénommée « arkoul » ou « adhemine », faite à base d’orge, de pois chiches et de maïs grillés.

Cette farine était indispensable au paysan et constituait son ordinaire quand il partait travailler aux champs. Mélangée à de l’huile d’olive et accompagnée d’une poignée de figues sèches, elle était souvent le principal et très consistant repas qui agrémentait le dur labeur de la terre. Pour ses services, le meunier n’exigeait pas d’argent. Il prélevait un quart de « guelva », le double décalitre. « Aujourd’hui, les gens ne mangent plus d’orge », dit Da Tayev comme à regret. Pour la confection de la galette et du couscous, tout le monde s’est rabattu sur les semoules industrielles présentes en force dans le commerce même si personne ne sait précisément de quoi elles sont faites.

Assis au bord d’un talus, Da Tayev sculpte à coups de hache une nouvelle pièce pour l’engrenage de son moulin qu’il fait surgir d’un tronc de chêne. Tout donnant des petits coups précis, il nous parle de ce temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, comme dit la chanson. Avant, à Imaghdassen, on vivait du bois de la forêt, principale richesse de la région. Bois de chauffage ou de construction, il était vendu dans les vallées par les habitants qui s’improvisaient bûcherons ou menuisiers. Chaque tribu kabyle avait sa spécialité et ses produits spécifiques. L’Akfadou fournissait le bois de ses forêts et faisait ainsi vivre ses hommes.

Celui qui n’arrivait pas à subvenir aux besoins de sa famille prenait son baluchon et émigrait en France. « S’il n’y avait pas l’émigration, il y a longtemps qu’on serait tous morts de faim », dit Djamel, son fils qui ajoute avec une pointe d’humour : « Ici, c’est le pays du sanglier ». Il est vrai que seule cette force de la nature qu’est le sanglier arrive à survivre dans cette contrée aussi belle que rude, aussi altière que pauvre. Djamel ne sait pas encore s’il reprendra un jour le travail de son père. Il possède une petite boutique et taille la pierre de grès pour la revendre à ceux qui ont les moyens de se construire une villa. Da Tayev, lui, possède un petit lopin de terre, un moulin, deux vaches, un mulet et surtout, cette volonté de perpétuer le mode de vie hérité de ses ancêtres. Sa petite retraite glanée des quatre ans passés en France lui suffit à peine à boucler les fins de mois difficiles.

La montagne ne nourrit plus son homme

Aujourd’hui, il n’y plus de moulins et si peu d’eau dans les ruisseaux. Les hivers sont moins féconds et la plupart des sources de montagnes ont été captées et versées dans le réseau AEP qui alimente les villages. Avant, l’eau du torrent était réglementée selon un usage bien établi. Du vendredi soir, après la prière du Maghreb jusqu’à mardi matin, elle servait à faire tourner les moulins. Le reste de la semaine elle s’en allait en rigoles sinueuses irriguer les jardins nourriciers. Ainsi allait la vie. Aujourd’hui il en va autrement. La montagne ne nourrit plus son homme. Les nouvelles générations ne travaillent plus la terre. Les vieilles traditions et les vieux métiers se perdent. Ceux qui ont font le choix de rester au village se sont tourné vers l’élevage bovin quand ils ne vivotent pas en vendant des cartes de recharge téléphoniques ou des babioles chinoises.

Un patrimoine à sauvegarder

Au départ, Da Tayev n’avait le droit de faire tourner son moulin qu’en hiver lorsque l’eau abondait. Et pour cause, il était le dernier arrivé dans une corporation jalouse de son métier et qui veillait à ne pas admettre d’intrus. Puis, petit à petit, les meuniers se sont mis à disparaître les uns après les autres et les moulins à tomber en ruines. Les temps ont changé mais ils n’ont pas eu de prise sur Da Tayev qui continue vaille que vaille à maintenir une tradition beaucoup plus pour par plaisir que par rentabilité commerciale.

En plus de cette joie du paysan obstiné à faire tourner de vieilles meules usées par le temps, il y a également autre chose que notre meunier ne dit pas mais que l’on devine dans ses gestes et son regard. Il y a cette notion d’utilité publique par le service rendu à ses vieilles grands-mères qui continuent de lui ramener du grain à moudre. Quand on les voit, le port altier, gravir les sentiers pentus du village avec leurs vieilles robes défraîchies avec des sacs de 30 kilos que de fragiles cordelettes maintiennent sur le dos, on se dit que rien n’a vraiment changé et que le temps est immuable dans ce coin de montagne.

On se dit aussi que le meunier qui nourrit les hommes de farine et les bêtes de son est un beau et noble métier qui gagnerait à être sauvegardé. Aujourd’hui quand les gens viennent voir Da Tayev, ce n’est pas forcément pour moudre leurs grains. Ils sont de plus en plus nombreux à venir le voir avec une caméra ou un appareil photo numérique afin d’immortaliser des gestes et un métier qui appartiennent à un autre siècle et qu’il faudrait peut être songer à préserver comme une part de notre patrimoine ancestral.

|Comment ça marche ?

Pour faire tourner un moulin, il faut, bien entendu, de l’eau, beaucoup d’eau. L’eau du torrent est détournée en amont par un petit canal qui aboutit au-dessus du moulin. Un bief la ramène alors jusqu’en bas. Le bief, une sorte de tuyau qui se rétrécit progressivement tout le long de sa longueur, amène l’eau dans la partie souterraine du moulin. Tombant presque à pic d’une hauteur de 15 mètres, l’eau est naturellement sous pression et fait tourner une roue à palettes qui entraîne l’engrenage qui fait tourner les meules. Une merveille de simplicité, d’efficacité et d’ingéniosité. L’énergie renouvelable était connue de nos ancêtres depuis des temps immémoriaux. Les moulins hydrauliques étaient en usage à travers toute la Kabylie, principalement dans les régions qui disposent d’un cours d’eau plus ou moins pérenne. Quelle est l’origine exacte de ces moulins ? Ont-ils été introduits par les romains ou par les agriculteurs andalous fuyant la reconquista ? Nul ne semble le savoir.|

Par Djamel Alilat

source: el watan

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

Amek ay neggrent tutlayin ?

Posté par algeriedemocratie le 21 février 2010

Amek ay neggrent tutlayin ?

( d aḍris n Omar Mouffok )

mardi 16 février 2010

Amek ay neggrent tutlayin ? dans tamazight(65) arton32

Kra n yimesnilsiyen qqaren-d d akken tutlayin yellan deg wemḍal ad neqsent s wezgen, ma d wiyaḍ qqaren-d d akken ala kan ciṭṭaḥ n yimiḍiyen (centaines) n tutlayin ara d-yeqqimen, imi amur ameqqran si tutlayin n wemḍal -tuget deg-sent ttmeslayen-tent ala kan kra n yigiman (milliers) n medden- atenti la ttuɣalent ɣer deffir sdat n tutlayin ijehden am teglizit, taspenyulit, tapurtugalit, tacinwat, tarusit, tindunisit, taɛṛabt, taswahilit akk d thendit. Dɣa, llan wid i d-yeqqaren d akken di meyya yiseggasen-agi ara d-iteddun, 90 % si tutlayin n wemḍal ara inegren. Amek neggrent tutlayin ? Amek ay zemren warraw-nsent ad tent-id-ssukksen seg nnger ?

Amek ay neggrent tutlayin ?

Assenger n kra n wegdud si rrif d yiwet si ssebbat n wengar n tutlayin. ɣef umedya (lemtel), asmi ay snegren Wuṛufiyen (Européens) imezdaɣen inesliyen n tegzirt n Tasmanya (di Ustṛalya), aṭas n tutlayin -ur neẓri acḥal llant- ay inegren yid-sen. Maca ssebba tameqqrant akk deg wengar n tutlayin nettat mi ara tili tmetti (communauté) yettmeslayen tutlayt-is teḥṛes-itt terbaɛt nniḍen, ay ijehden yernu tugar-itt, akken ad tejj tutlayt-is u ad d-ternu ɣer tneggarut-a. Dɣa tikwal, medden lemmden tutlayt tabeṛṛanit ɣer tama n tutlayt-nsen taneslit, u d anect-n ay d-yeḍran di Groenland, d yiwet n tama ay teḥkem Danmaṛk, anda ay ttmeslayen Yiskimuten (Eskimos) tutlayt-nsen, takalaallisut (kalaallisut) yernu ssnen diɣ ad mmeslayen tadanmaṛkit. TUTLAYIN2005-2-70249 dans tamazight(65) D acu kan, aṭas anda ara naf d akken timetti yesɛan tutlayt-is taneslit tettwaḥṛes akken ad tt-tejj u ad tejj yid-s tinettit-is (identité) tadelsant. D anect-a ay d-yeḍran i Yikurdiyen di ṭṭerk, anda ay d asen-yegdel (interdire) usaḍuf (lqanun) ad d-ssuffɣen s kra n tɣawsa ara yarun s tutlayt-nsen neɣ ad tt-slemden akken ilaq. D anect-a diɣ ay d-yeḍran akk d yimeẓyanen n Yihendiyen n Temrikt (Indiens d’Amériques), imi si melmi kan, llan mazal kra deg-sen ttqasan-ten lemmer ad mmeslayen s tutlayt-nsen deg yiɣerbazen igensiyen (internats).

Angar n tutlayin iḍerru-d deg-in deg-in (din din) neɣ s leɛqel ?

Yezmer ad d-yeḍru dindin am wakken ay yezmer ad d-yeḍru cwiṭ, cwiṭ. Yuɣ lḥal, tezmer ad tenger tutlayt deg yiwet kan n tsuta (ljil) ma yella ur d-mazal ara a tt-lemmden yigerdan. Anect-a yeḍra-d s tidet akk d Yiskimuten Iyupiken (Yupiks) n Alaska, imi lemmer ad nuɣal kan s 20 n yiseggasen ɣer deffir, ad naf d akken igerdan-nsen meṛṛa llan ttmeslayen tayupikt, di lweqt i deg ass-a, Iyupiken imeẓyanen akk ay nezmer ad ten-naf ttmeslayen tutlayt-nsen sɛan si 20 n yiseggasen d asawen, ma d igerdan iyupiken ttmeslayen kan taglizit. Yeḍra-d diɣ wanect-a akk d Yikusiyen (Ecossais) n tegzirt n Cape Breton (di Tikust Tamaynut, di Kanada), imi deg yiseggasen n 1940 llan mazal-iten ttmeslayen tutlayt tikusit, maca di tizi n yiseggasen n 1970, uɣalen yigerdan-nsen ur a lemmden ara tutlayt-a. TUTLAYIN2005-2-70249 Di kra n yimukan nniḍen, tutlayin ɛeṭṭlent ugar akken ad negrent. Tutlayin tihendiyin n Temrikt (amérindiennes) am tonondagat (onondaga) akk d tmohawkt (mohawk), ay ttmeslayen di tmiwa ibeɛden ɣef temdinin n Uwanek (Etat) n New York akk d tmiwa n Kanada ay d-iqerben ɣer din, qqiment sin n leqrun nitenti a neggrent cwiṭ, cwiṭ, d acu kan, ar ass-a, mazal ttmeslayen-tent yimeqqranen yernu tamohawkt, llan ula d kra n yelmeẓyen ay d-mazal ssnen-tt.

Acḥal n tutlayin ara iteddun akken ad negrent deg wemḍal (ddunit) ?

Ɣef leḥsab n yiwet n tesnaddant (statistique) ay yettwaxedmen di 1996, 6703 n tutlayin ay llan ttmeslayen-tent medden deg wemḍal (ddunit) deg useggas-nni. Ger-asent, 1000 n tutlayin llan ttmeslayen-tent di Temrikt, 2011 n tutlayin di Tefriqt, 225 n tutlayin di Tuṛuft, 2165 di Asya akk d 1320 n tutlayin di Tuqyanust (Océanie). Yuɣ lḥal, ilaq ad nḥader seg yemḍanen-agi (nombres) imi ay llant waṭas n tutlayin deg wemḍal i ɣef nesɛa ciṭṭaḥ kan n yisallen, yernu diɣ aṭas n yisallen ay nesɛa ɣef kra n tutlayin, ass-a iɛedda-tent zzman. Rnu-yas s anect-a, yewɛeṛ ɣef yimassanen (savants) ad gen talast ger n tutlayt akk d tentala (dialecte), d acu kan, tuget meqqren deg yimesnilsiyen (linguistes) msefhamen d akken amḍan n tutlayin yellan deg wemḍal ad yili ifel (iɛedda) i 5000. Yuɣ lḥal, aṭas si tutlayin-agi ara inegren sya ɣef lqern. Kra n yimesnilsiyen qqaren-d d akken tutlayin yellan deg wemḍal ad neqsent s wezgen, ma d wiyaḍ qqaren-d d akken ala kan ciṭṭaḥ n yimiḍiyen (centaines) n tutlayin ara d-yeqqimen, imi amur ameqqran si tutlayin n wemḍal -tuget deg-sent ttmeslayen-tent ala kan kra n yigiman (milliers) n medden- atenti la ttuɣalent ɣer deffir sdat n tutlayin ijehden am teglizit, taspenyulit, tapurtugalit, tacinwat, tarusit, tindunisit, taɛṛabt, taswahilit akk d thendit. Dɣa, llan wid i d-yeqqaren d akken di meyya yiseggasen-agi ara d-iteddun, 90 % si tutlayin n wemḍal ara inegren.

Anwa ay d imdanen umi tezmer ad tenger tutlayt ?

Xas akken tutlayin-agi yettidiren deg umihi d tidersiyin (minotités) ay tent-yettmeslayen, maca amur meqqren si tutlayin n wemḍal d tutlayin n tdersiyin TUTLAYIN003-2-5de36 [maci aṭas n medden ay tent-yettmeslayen]. Aḥric meqqren si tutlayin n wemḍal ttmeslayent-tent teqbilin n Papua Ginya Tamaynut (Papouasie-Nouvelle-Guinée) wuɣur ay nezmer ad naf 900 n tutlayin. Di Ustṛalya, 90 % si tutlayin n yimezdaɣen iserwen (aborigènes) n tmurt-agi ara inegren di tsuta-yagi (ljil) n wass-a. Imezdaɣen inesliyen n Temrikt (Ihendiyen) mazal-iten cfan ɣef 90% si tutlayin-nsen. Tidersiyin akk d teqbilin n Tefriqt, n Asya akk d Tuqyanust mazal ttmeslayen igiman (milliers) n tutlayin, yernu di Tuṛuft, aṭas n yegduden ay rran di rrif ay d-mazal ttmeslayen tutlayin-nsen am tirlandit, tafrizit (di Tmura n Wadda -Pays-Bas), taprovensalit akk d tbaskit.

Acḥal n tutlayin yellan deg umihi di Temrikt n Ugafa (Amérique du Nord) ?

Ɣef leḥsab n yiwet n tesnadent (statistique) ay d-yeffɣen si melmi kan, ala kan 194 n tutlayin tihendiyin ay d-yeqqimen si yimiḍiyen-nni (centaines) n tutlayin ay llan ttmeslayen-tent zik-nni. Ger n tutlayin tihendiyin ay d-mazal ddrent ass-a, 33 seg-sent ttmeslayen-tent yimeqqranen akk d yigerdan; 34 seg-sent ttmeslayen-tent yimeqqranen akk d ciṭṭaḥ kan n yigerdan; 73 seg-sent qrib ala kan d imeqqranen ay tent-yettmeslayen yernu tuget deg-sen flen i 70 n yiseggasen; ma d 5 seg-sent ad ilint ahat ass-a negrent maḍi.

Tutlayin ur a nettuselmad ara i yigerdan neɣ tid ara lemmden kan ciṭṭaḥ n yigerdan atenti deg umihi yernu a teddunt akken ad negrent. Yuɣ lḥal, ala kan d 33-nni n tutlayin n terbaɛt tamezwarut ayen yellan di « laman » [tid ay ttmeslayen yimeqqranen akk d yimecṭaḥ]. D acu kan, ula d tutlayin-a, tuget deg-sent a ttidirent ɣef yiri n umihi, imi wid ay tent-yettmeslayen ttidiren ɣer tama n trebbaɛ yesɛan igerdan yettmeslayen taglizit [dɣa zemren yigerdan-nni Ihendiyen yettmeslayen naqal tutlayt-nsen, ad tt-jjen u ad uɣalen ad ttmeslayen taglizit]. Rnu-yas s anect-a, tirebbaɛ meṛṛa n Yihendiyen n Temrikt n Ugafa atenti la ttwaḥṛasent akken ad jjent tutlayin-nsent u ad ttmeslayent s teglizit yernu si ger wid yettḥulfun s waṭas i weḥṛas-agi d tisutyin (lejyal) meẓẓiyen. Yuɣ lḥal, tilibizyu akk d yisura (films) numen ttaznen-d izen (message) ay yessebɛaden medden ɣef wazalen-nsen imensayen (valeurs traditionnelles), yernu jebbden-d ilmeẓyen akken ad kecmen ɣer yiwen n wemḍal (monde, univers) n yiweẓla (affaires) icebḥen ugar, yili amḍal-a ur yesɛi ara akk assaɣ (relation) akk d win n wegdud-nsen, win n yeqdimen-nsen akk d wansayen-nsen.

Akken yebɣu yili, xas ma yella ass-a aḥric meqqren si tgemmi (patrimoine) n tutlayin deg umihi ayen yella, mi ara nwali d akken aṭas n tutlayin n Yihendiyen n Temrikt ay d-yessawḍen alammi d lqern wis 21, ad nẓer d akken tirebbaɛ ay tent-yettmeslayen xas d timecṭaḥ maca jehdent, yernu diɣ, tutlayt tesɛa azal meqqren di tudert n yemdanen.

Mi ara tenger kra n tutlayt, d acu ara d asen-yeḍrun i wid tt-yettmeslayen akk d yemdanen n wemḍal s umata ?

Mi ara tesṛuḥ kra n terbaɛt tutlayt-is, ad tesṛuḥ diɣ aḥric ameqqran si tnettit-is tadelsant (identité culturelle). Mi ara sṛuḥen yemdanen tutlayt-nsen, ama s lebɣi-nsen neɣ ala, ad naf d akken dima yella wayen i ten-iḥeṛsen akken ad gen aya, yernu tikwal, wid yesṛuḥuyen tutlayt-nsen ttḥulfun d akken sṛuḥen tinettit-nsen timettit (identité sociale) am wakken ay ttḥulfun d akken ttwarnan. D acu kan, maci igduden meṛṛa tettṛuḥu-yasen tnettit-nsen timettit mi ara sṛuḥen tutlayt-nsen; ɣef umedya, Ihendiyen Ichumashen (Chumash) n Kalifuṛnya akk d yimezdaɣen n tegzirt n Man [di Briṭanya Tameqqrant] xas sṛuḥen tutlayin-nsen, ur sṛuḥen ara tinettit-nsen. Maca akken yebɣu yili, tettɣimi-d tutlayt d azamul ijehden n tnettit n wegdud. Aḥric meqqren si tudert tadelsant, taneffant (spirituelle) akk d tudert taggagt (intellectuelle) s tutlayt-nsen ay t-ttidiren medden. Dɣa, wid ay d-mazal ttmeslayen tutlayt-nsen yis-s ara daɛun, yis-s ara yissinen ineqqisen-nsen (mythes), tifugliwin-nsen (cérémonies), tamedyazt-nsen (poésie), ccbaḥa n wawal-nsen akk d wawalen-nsen akniyen (mots techniques), yernu s tutlayt-nsen diɣ ara ttemzulun (se saluer), yis-s ara ttemsefraqen akk d wid ḥemmlen, d iɣunab-is (styles) n wawal ara sseqdacen, yis-s ara ttqessiren yernu yis-s ara ttmeslayen i yigerdan-nsen. S tutlayt-nsen ara zemren ad d-mmeslayen ɣef tnumyin (habitudes), ɣef ṭṭbayeɛ akk d wayen akk umi ttḥulfun. Maca ma sṛuḥen tutlayt-nsen, anect-agi meṛṛa ilaq ad t-beddlen akken ad d-yemyezg akk d tutlayt-nni tamaynut ara sseqdacen syad d tasawent, dɣa awalen-nni akk ay llan sseqdacen-ten deg yedles-nsen ad ten-beddlen s wawalen nniḍen, s yimesliyen (leswat) nniḍen akk d tjeṛṛumt nniḍen n tutlayt-nni ur nelli nsen, neɣ ma ur zmiren ara, ad sṛuḥen kulci. Yuɣ lḥal, aṭas n wansayen (traditions) ay yettmettaten akken kan ara temmet tutlayt, dɣa imawlan-nsen ttaddamen sakin tinumyin n wegdud-nni ay ten-yernan. Ihi, aḥraz n tutlayt yesɛa azal meqqren aṭas ɣer wegdud, akken ad tidir tnettit-is, akken ur inegger ara netta s timmad-is.

Seg tama nniḍen, ula d tussna (science) aṭas ay tesṛuḥuy mi ara temmet kra n tutlayt. Yuɣ lḥal, s tutlayt ay ttemseḥfaḍen yemdanen amezruy n yegduden-nsen, dɣa mi ara tenger tutlayt, tezmer ad teglu s waṭas n yisallen yesɛan azal meqqren ɣef umezruy aqbur n wegdud-nni. Nnger n tutlayin ireggel-as abrid i tussna akken ad tissin tamusni n wemdan (cognition) neɣ amek ilemmed yernu yettissin lumuṛ. Mi ara nezrew (ad nɣer) akk ayen i deg cerkent tutlayin n wemḍal meṛṛa, nezmer ad nissin akk ayen nezmer ad t-id-nini s tutlayt n wemdan akk d wayen ur nezmir ara, ayen tezmer ad t-teg tutlayt n wemdan d wayen ur tezmir. Dɣa anect-a yesselmad-aneɣ-d aṭas n tɣawsiwin ɣef leɛqel n wemdan akk d wamek ay zemren yigerdan ad lemden dindin yernu s tefses anagraw (système) iweɛṛen akka am tutlayt. Dɣa, simmal ttanqasent tutlayin yellan deg wemḍal, simmal ara tettanqas tmusni-nneɣ ɣef leɛqel n wemdan.

I ma mmeslayen akk yemdanen yiwet n tutlayt, ur yessishil ara wanect-a lumuṛ ? Xas ma yella llan aṭas n medden deg wemḍal ay terra tmara ad lemden kra n tutlayt taɣelnawt (nationale) neɣ tagraɣlant (internationale) [i lmend n wemsefham akk d wid ur nettmeslay ara tutlayt-nsen], anect-a ur yebɣi ara d-yini d akken ilaq ad jjen tutlayt-nsen tayemmat, taneslit. Igerdan ay d-yettenkaren s snat n tutlayin neɣ ugar, ttuɣalen ssnen tutlayin-a meṛṛa, am yigerdan ay d-yettenkaren kan s yiwet n tutlayt

D acu ay wumi nezmer i wakken ur neggrent ara tutlayin yellan deg umihi ?

Tarbaɛt yebɣan ad teḥrez neɣ ad d-tessider tutlayt-is tesɛa aṭas n yefranen (choix, options) ger n yifassen-is. Tadyant yessewhamen akk deg usider n tutlayin tezmer ad tili d tin ay d-yeḍran akk d tutlayt taɛebrit (hébreu) ay yuɣalen d tutlayt tayemmat n wegdud [di lqern wis 20], mbeɛd ma tesɛedda acḥal n leqrun tettwalmad kan akken tt-uran zik-nni. Ma d tirlandit, si tama nniḍen, yettunefk-as wazal meqqren di tsuda (institutions) akk d tsertit n Irland, imi d nettat ay d tutlayt taɣelnawt n tmurt-a, xas akken tesseɛraq-as teglizit tikli. Di Ziland Tamaynut, sbedden-d Yimaoriyen (Maoris) [imezdaɣen inesliyen n tmurt-a] almaten n yigerdan (jardins d’enfants) i deg qeddcen yimeqqranen yessnen tutlayt tamaorit, yernu ttmeslayen-asen i yigerdan ala kan s tutlayt-a. Imḍiqen-agi qqaren-asen s tmaorit « kohanga reo » neɣ « leɛcuc n tutlayt », yernu ama di Ziland Tamaynut neɣ di Alaska, ama di Hawaii neɣ anda nniḍen, llan wid yebdan a xeddmen akka ula i yigerdan n yiɣerbazen imenza akk d kra n tesnawiyin (lycées). Ma di Kalifuṛnya, uɣalen yelmeẓyen [ihendiyen] ttṛuḥun ɣer yilemmasen akk d yemɣaren ay d-mazal ssnen tutlayt-nsen akken ad asen-tt-slemden. Yuɣ lḥal ass-a, aṭas n yisaragen (conférences), iḥuna (ateliers) n leqdic ɣef tutlayin akk d yedlisen ara yettɛawanen imdanen, iɣerbazen akk d trebbaɛ ara iqeddcen akken ad ḥerzen tutlayin-nsen.

Imi aṭas n tutlayin ayen yellan deg umihi, imesnilsiyen la ttaɛraḍen ad lemden akk ayen zemren fell-asent, i wakken xas ma tenger tutlayt-nni, tamusni-yines ur tnegger ara yid-s. Dɣa, wid yettnadin deg wennar kellsen-d (enregistrer) tisfifin tiẓrawiyin (cassettes vidéo) akk d tesfifin n tmesliwt ɣef tutlayin-a, yernu ttarun-tent am wakken ay d-sseddayen tasuqilt i wayen akk ay d-kellsen. Rnu-yas s anect-a, zerrwen diɣ yemnuda (chercheurs) amawal akk d yilugan (règles) n tutlayin-agi yernu ttarun-asent-d imawalen akk d tjeṛṛumin.

Qeddcen diɣ yimesnilsiyen akk d trebbaɛ ay yebɣan ad ḥerzent tutlayt-nsent, dɣa ttaken-asent tallalt taknit (aide technique) akk d ttawil ay ḥwajent i lmend n usselmed n tutlayt, aḥraz-yines akk d ussider-ines. Yuɣ lḥal, imawalen akk d tjeṛṛumin ay d-ttarun sɛan tasɣent (dduṛ) meqqren di tallalt-a. D acu kan, imesnilsiyen zemren ad ɛiwnen diɣ tirebbaɛ-agi s tarmit-nsen (expérience) n usselmed akk d wezraw (étude) n waṭas n tutlayin. Dɣa zemren ad sqedcen ayen ay d-lemden si tutlayin nniḍen ay yellan deg umihi akken ad ɛiwnen kra n terbaɛt ad teḥrez tutlayt-is, yernu zemren ad sqedcen tiknussniwin (technologie) tineggura i lmend n weklas akk d wezraw n tutlayin.

A d-ttlalent tutlayin timaynutin deg wemkan n tid yettmettaten ?

Ih. Aṭas n tutlayin n yezmulen (signes) ay d-yennulfan di leqrun-agi iɛeddan, u gar-asent tutlayt n yezmulen tamarikanit. Tatokpisint (Tok Pisin, néomélanésien), tutlayt taɣelnawt n Papua Ginya Tamaynut, tekka-d seg yiwet n tnerbaẓt (mélange) n tutlayin ay yebnan ɣef teglizit akk d kra n tutlayin nniḍen. Yernu, mi ara ttɛeddin leqrun, zemrent ula d tintalyin (dialectes) n kra n tutlayt ad nnernint alamma uɣalent ula d nitenti d tutlayin i yiman-nsent, akken d-teḍra d tentalyin n tlatinit ay d-yefkan ass-a tafṛensist, taṭalyanit akk d tutlayin nniḍen.

TUTLAYIN001-768b5 D acu kan, ur nezmir ara ad nesnemhel (ad nqaren) tutlayin-agi timaynutin ɣer tgemmi (patrimoine) n tutlayin n wemḍal ayen ara ineggren. Igiman-nni (milliers) n tutlayin ay ttmeslayen ass-a deg wemḍal, seg wasmi ay d-yebda umezruy n yemdanen ara mehhzent (évoluer) akken ad ilint akken llant ass-a. Yal tawacult n tutlayin tesɛa, ma cwiṭ, 5000 n yiseggasen aya seg wasmi ay d-temsefraq ɣef tiyaḍ, tikwal ugar n wanect-a. Ma tuɣal teglizit d nettat kan ay d tutlayt tawḥidt deg wemḍal, laqent-as timrawin n yigiman (dizaines de milliers) n yiseggasen akken ad d-tefk tanḍa-yagi (diversité) tameqqrant n tutlayin yellan ass-a, yernu akken ad d-yili wanect-a, ilaq ad d-ilint ula d tignatin-nni ay d-yellan zik deg umezruy n yemdanen akken ad-tili tanḍa-yagi yellan ass-a. Yuɣ lḥal, tanḍa akk d tgemmi n tutlayin n wemḍal, ḥwajen-tt yemdanen s tidet di tudert-nsen, yernu ma tṛuḥ, ur tezmir ad d-tettwaxlef.

Omar Mouffok ( Tiddukla Tadelsant Imedyazen )

Yeffeɣ-d weḍris-a seg  » Timmuzɣa  » tis 16. n useqqamu unnig ntimmuzɣ deg useggas 2008.

(c) Omar Mouffok

source:imedyazen.com

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

L’homme qui en savait trop

Posté par algeriedemocratie le 20 février 2010

C‘est un miraculé. L’homme d’affaires tunisien Ghazi Mellouli, 45 ans, n’aurait pas dû survivre à la tentative d’assassinat dont il a été victime, le 18 novembre 2009.C’était le jour du match de football Algérie-Egypte qualificatif pour la Coupe du monde 2010, qui se jouait au Soudan. Mellouli regarde la télévision dans le salon de la villa qu’il a louée dans un complexe résidentiel de Tripoli (Libye), en bord de mer. Il parle en même temps au téléphone avec un marchand d’avions français, Yves D., à Genève. « Soudain, j’ai entendu des cris aigus, raconte au Monde ce témoin. Je n’ai plus reconnu la voix de Mellouli. Ça a duré une quarantaine de secondes avant que la ligne soit coupée. Je n’ai pas compris ce qui se passait. »

if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD(‘x40′)} else {OAS_AD(‘Middle’)}

par-derrière, l’a ceinturé puis lui a porté plusieurs coups de poignard. L’agresseur, dit-il, n’est autre que son ancien chauffeur, un Tunisien qui a pris l’initiative inattendue de le rejoindre à Tripoli, quelques jours plus tôt.

Mellouli hurle : « Mais qu’est-ce que tu fais ? Tu es devenu fou ? » L’autre répond : « Ne bouge pas ou je te frappe encore. » L’agresseur relâche sa victime quelques secondes, le temps de sortir de sa poche une corde et de l’adhésif. « Il préparait une mise en scène pour faire croire à un cambriolage qui aurait mal tourné », pense Ghazi Mellouli.

L’homme d’affaires profite de ce bref répit pour reprendre l’avantage, malgré ses blessures. Dans le corps-à-corps qui va suivre, le poignard vole à l’autre bout de la pièce. Mellouli réussit à se relever. Il ouvre la porte de la villa et prend la fuite, chancelant, les entrailles à demi hors de l’abdomen. « Je les ai tenues, comme une boule sous ma chemise, jusqu’à l’arrivée des sauveteurs », se souvient-il.

Son agresseur, lui, s’enfuit vers la plage. Un complice l’attend, vraisemblablement dans une voiture. La frontière tuniso-libyenne n’étant qu’à une heure et demie de Tripoli par la route, il paraît plausible qu’il ait regagné la Tunisie, avant même que la police libyenne ait eu le temps de réagir.

Transporté aux urgences, Mellouli va passer cinq heures sur la table d’opération. L’estomac et le foie ont été sérieusement endommagés, mais aussi la vésicule biliaire, l’aine, la main, l’épaule… Le blessé reste plusieurs jours dans un état critique, mais, contre toute attente, il s’en sort. « On dit souvent le pire des médecins libyens, mais, ce jour-là, ils m’ont sauvé la vie ! », remarque-t-il.

Mi-décembre 2009, Mellouli est transféré en France, grâce à l’intervention de son frère qui a la nationalité française. Il subit une seconde opération. A présent, en convalescence à Paris, il s’apprête à faire une demande d’asile politique à la France. A intervalles réguliers, il reçoit sur son portable des coups de fil et des SMS de menace de mort, en provenance de Tunisie. « Ton heure est venue ! », « Adieu pour toi », ou encore : « Ta mère et ta soeur (restées en Tunisie) vont payer pour toi ! »

Qui en veut à sa vie et pourquoi ? Sur ordre de qui, surtout, son agresseur a-t-il agi, le 18 novembre à Tripoli ? « Il n’a pas l’âme d’un assassin. Pour qu’il en soit venu là, c’est qu’on l’a menacé, j’en suis convaincu », affirme Ghazi Mellouli.

Pas un instant, l’homme d’affaires tunisien ne met en cause la Libye. Il se voit, dit-il, plutôt au coeur d’un règlement de comptes politico-mafieux orchestré par l’un des clans au pouvoir à Tunis. Sollicitées par Le Monde à plusieurs reprises, les autorités tunisiennes n’ont pas souhaité réagir à cette affaire.

L’agresseur de Mellouli, en tout cas, est libre de ses mouvements, en Tunisie, en dépit de la plainte déposée contre lui auprès des autorités libyennes et tunisiennes. Pour Thibault de Montbrial, l’avocat français de M ; Mellouli, il est évident que son agresseur a bénéficié de « solides complicités », depuis la Tunisie, pour mener son opération. « Il a fallu notamment qu’il paye les 1 000 dollars de visa d’entrée en Libye et qu’il quitte le secteur, dissimulé au fond d’une voiture, couvert du sang de sa victime », souligne Me de Montbrial.

Ghazi Mellouli en saurait-il trop ? Depuis toujours, ce faux dilettante baigne dans le milieu tunisien des affaires. Il connaît mieux que personne les clans qui s’accaparent les richesses de la Tunisie depuis des années. Et pour cause : il a fait partie de ce marigot avant d’en être chassé.

Quand il se lance dans les affaires, sa bonne étoile s’appelle Moncef Ben Ali. C’est un ami. Il est en outre le frère cadet de Zine El-Abidine Ben Ali, à l’époque ministre de l’intérieur. Après que Zine El-Abidine Ben Ali eut accédé à la présidence de la République, en 1987, Mellouli s’associe avec Moncef Ben Ali pour importer des matières premières industrielles. Ils touchent des commissions florissantes. Et les démêlés de Moncef Ben Ali avec la justice française ne les dérangent pas trop. Impliqué dans un réseau de trafic de drogue, dit la « Couscous Connection », le frère du président est condamné par défaut, en novembre 1992, à dix ans de prison par un tribunal parisien. Pendant plusieurs années, le tandem Moncef Ben Ali-Ghazi Mellouli fonctionne bien. Le nom de Ben Ali ouvre toutes les portes.

Le vent va pourtant tourner. Leïla Trabelsi, que le chef de l’Etat a épousée en 1992, est bien décidée à asseoir son pouvoir. Au fil du temps, la nouvelle première dame va écarter tous ceux qui ne sont pas de son clan ou de sa fratrie. Kamel Eltaïef, ami intime du président, est mis sur la touche. Moncef Ben Ali ne tarde pas à découvrir que les Trabelsi – Moncef Trabelsi en particulier – ne sont pas ses alliés, bien au contraire. Quant à Slim Chiboub, l’époux d’une fille née du premier mariage du président – jusque-là considéré comme le gendre préféré du chef de l’Etat -, il tombe en disgrâce, de même que ses amis.

Florence Beaugé

source:lemonde.fr

Publié dans Tunisie(17) | Pas de Commentaire »

Ayant suivi de près une tentative de “harga”

Posté par algeriedemocratie le 17 février 2010

Enquète : Harraga

Ayant suivi de près une tentative de “harga”

Les secrets d’une aventure suicidaire !

Par : M. O. T.

2

Omar et le groupuscule d’accompagnateurs venus saluer les boat people s’éclipseront furtivement  et dans la discrétion, tout comme ils avaient rejoint la plage.

“Omar, mon frère, si nos jours sont comptés, je préfère que nous ne mourions pas tous les deux ensemble !” Ce sont les ultimes propos ayant persuadé le jeune Omar à renoncer, au moment même où il mettait ses pieds sur l’une des cinq embarcations en partance vers l’Espagne, à l’aventure de la traversée transméditerranéenne clandestine ! Aujourd’hui, Amine, le frère aîné, auteur de ces propos instinctifs, vit dans la région parisienne. Omar est resté à Mostaganem. Témoin de tous ses préparatifs, c’est lui qui nous raconte une grande partie des péripéties de l’aventure que vous allez suivre.
Disposant de véhicules, motos et pleins d’autres “gadgets” et biens personnels à même de susciter le rêve et l’envie de nombre de ses congénères, Amine ne manquait pratiquement et apparemment de rien chez lui à Mostaganem. Et pourtant… !
À l’instar de centaines, voire de milliers de jeunes de son âge, il céda à la tentation de l’“Eldorado outre-méditerranéen”, abandonnant ses études dont il devait entamer la quatrième et dernière année à l’école régionale des beaux-arts de Mostaganem. “Chauffé” par l’étrange facilité d’une traversée écourtée à à peine 5 ou 6 heures par la folle rumeur colportée à travers la région, Amine jouissait d’une autre “force attractive” pour le continent européen : trois tantes maternelles étaient légalement établies en France alors que deux oncles venaient de réussir, cahin-caha, la traversée clandestine, juste quelques semaines avant lui. Le premier oncle avait rejoint, l’été dernier, l’Italie à partir de la côte d’Annaba. Un mois plus tard, c’est au départ de la Salamandre, la coquette station balnéaire de Mostaganem, que le second avait mis le cap sur la côte ibérique. Agonisant, massacré et fracassé, lui et ses compagnons de voyage, par une mer en furie, il a failli rejoindre l’au-delà avant d’atterrir sur l’autre rive ! Ayant rallié tout de même la France, il se remet difficilement de son traumatisme et de ses fractures multiples, nous confie son neveu Omar.  En dépit de ce cauchemar certainement vivace, l’obsession de l’aventure ne cessait de tarauder l’esprit du feu follet Amine.
Entraîné par la fougue irrésistible qui s’est emparée cet été des jeunes Mostaganémois, il commença par amasser le pécule nécessaire à la “croisière” aventureuse. À cet effet, il “liquida” et ses biens propres et les objets que lui avait confié son oncle avant son départ ! Quelque 70 millions de centimes du “butin” sont reconvertis en euros. De connivence avec cinq autres compères, et à l’insu des parents, les préparatifs de l’aventure à haut risque sont intenses. En dehors du groupuscule et d’un cercle particulièrement restreint d’amis et de complices, rien ne filtre sur le “plan d’action” envisagé.
Le “vaisseau” à emprunter, ou “botty” dans le jargon des harraga, est une embarcation de 4,90 mètres achetée à un émigré. On la dote d’un moteur de marque Yamaha neuf, acquis pour 28 millions de centimes. L’appareil de guidage par satellite est acheté à Oran pour 6,7 millions de centimes, sans compter les frais du service du “technicien” sollicité pour la mise au point et l’initiation au maniement de l’équipement.
On se dote de deux chambres à air pour pneus de tracteur et d’une pompe à air pour les gonfler afin d’en faire des bouées de sauvetage en cas de besoin. On se procure une bonne dizaine de jerrycans de carburant, des bottes, des gilets de sauvetage et quelques colis de dattes dont on n’a même pas la certitude d’en consommer, tellement l’appétit s’estompe face au mystère de l’imprévu. On s’assure du “beau temps” promis par Dame Météo, consultée via internet et on implore Dieu pour le bon déroulement de la succession des évènements à affronter.
On s’arrange en vue d’une sortie sans encombre, des eaux territoriales nationales, et on s’est fixé le jour J — plutôt la nuit N — afin de garantir une meilleure discrétion à une semaine des fêtes de l’Aïd !
Deux véhicules, dont un fourgon, étaient empruntés, cette nuit-là, pour acheminer hommes et bagages à Sidi Mejdoub, l’autre station balnéaire située face au port, à quelques encablures du centre-ville. Les conditions étaient tellement propices qu’on se permit, aux ultimes moments de mettre le cap, d’inviter deux autres jeunes du quartier à prendre part au voyage. Bien que maigre, l’apport financier des deux jeunots qui ne cherchaient que ça contribuait néanmoins à l’amortissement des charges.  Curieux concours de circonstances, pas moins de cinq embarcations étaient en partance, cette nuit-là, pour la rive espagnole ! À la hâte et dans la précipitation, on transborde équipements et provisions.
Les téléphones portables dotés de puces Mobilis sont soigneusement scotchés afin d’éviter tout risque de détection du champ magnétique. Six à neuf “passagers” s’apprêtaient à prendre place dans chaque embarcation. Des filles et même des adolescents faisaient partie des aventuriers. L’émotion est à son comble au moment du grand départ   : pleurs et sanglots étouffés fusaient, ça et là, en sourdine ou en silence au moment des ultimes adieux.  Amine était incapable de résister à l’émotion intense. “Omar, mon frère, si nos jours sont comptés, je préfère que nous ne mourions pas tous les deux ensemble !” dit-il à l’adresse de son cadet avant de l’embrasser bien fort. Guère plus tenace, Omar ne tarda pas à céder à une telle supplication. Ne trouvant mot à redire, il s’exécuta et descendit de l’embarcation prête pour le départ.
Il était environ une heure quand les cinq “botty” s’ébranlèrent à destination de la rive rêvée. Omar et le groupuscule d’accompagnateurs venus saluer les boat people s’éclipseront furtivement et dans la discrétion, tout comme ils avaient rejoint la plage.
Le lendemain, il était 13 heures passées quand le téléphone portable d’Omar retentit. Somnolent sous l’effet du jeûne et en quête de sommeil, il eut du mal à déchiffrer le SMS dont il venait d’être destinataire. “Appelles-moi !” Bien que laconique, le message était néanmoins fortement réjouissant. Il augurait d’un bon signe ! Amine était bel et bien vivant. Dans la précipitation, Omar formula et reformula le numéro d’appel de son frère. Une fois ! Deux fois ! À la troisième tentative, le répondeur automatique s’exprimant en espagnol précéda Amine.  Amina et ses “coéquipiers” étaient arrivés à bon port, quelque part sur la rive d’Almeria ! Abandonnant embarcation et équipements encombrants, le groupuscule de compagnons s’est aussitôt disloqué. Trois jours durant, Amine passait le plus clair de son temps à déambuler, en duo avec un ami, à travers une forêt côtière. Ici, Omar “approvisionnait” quotidiennement la puce particulièrement “gourmande” d’Amine ! 400 à 500 dinars lui étaient “télé-crédités” chaque jour. Grâce à ce subterfuge permis par l’opérateur public de téléphonie mobile, le contact avec Omar et la famille restée au pays est, depuis, permanent.
Au terme d’un bref séjour chez un concitoyen originaire de Relizane établi à Barcelone, le duo de clandestins en “cavale” est entré en France en compagnie d’un proche venu les chercher à Marseille.  Aujourd’hui, Amine qui fêtera la semaine prochaine son 25e anniversaire, est hébergé par l’une de ses tantes maternelles. “Bossant” comme un dingue, il tente de se frayer, là-bas, l’avenir rose tant rêvé ici chez lui !

M. O. T.

libérté

Publié dans harraga(25) | Pas de Commentaire »

Le journal de Jean Mouhoub Amrouche de Tassadit Yacine

Posté par algeriedemocratie le 17 février 2010

Le journal de Jean Mouhoub Amrouche de Tassadit YacineSecrets de famille, secrets de combatsLe journal de Jean Mouhoub Amrouche de Tassadit Yacine dans intellectuels algeriens(48) 2353_82710

Natif d’Ighil Ali en 1909, il a grandi substantiellement dans la culture chrétienne et les premières expressions littérales d’Amrouche sont poétiques, qu’il s’échine à publier dès les premières années qu’il passe en Tunisie durant les années trente. Très attaché à la quête des origines, il publie tout de go un essai intitulé Éternel Jugurtha. Mais, l’homme n’est pas décidé à s’arrêter en si bon chemin. Butinant insatiablement et goulûment dans la riche tradition orale kabyle, il fait transcrire Les Chants Berbères de Kabylie en langue française auxquels il a donné une dimension planétaire et aisément accessible.

Elle est chercheuse, écrivaine et anthropologue, dont les multiples travaux sont résolument tournés vers l’enrichissement de la planète amazighe. La fille spirituelle de Mouloud Mammeri, alias Tassadit Yacine, directrice de la revue des études berbères «Awal», vient de publier aux éditions Alpha une œuvre singulièrement riche «Le journal de Jean Mouhoub Amrouche», un pavé déjà paru récemment en France chez Non Lieu.    En fait, ce « Journal » de 442 pages est le résultat d’un travail de longue haleine qui a duré une dizaine d’années passées à éplucher les écrits et les réflexions d’Amrouche, reflets de ses menées combatives en faveur de la cause algérienne qu’il dirigeait sur différents fronts, intellectuel notamment.    Ainsi, trouve-t-on dans ce « Journal » toute une panoplie d’articles inédits, d’échanges épiscopaux, de notes personnelles consignés entre 1928 à 1962, qui sont autant d’indices qui renseignent sur le caractère particulier de l’écrivain poète et ses relations avec son entourage immédiat.

Écrit sous forme de mémoires, «Le journal» déroule la saga d’une errance individuelle et familiale dans les arcanes de la savane qu’est la société algérienne alors sous le joug des fauves coloniaux que le fils de Fadhma Ath Mansour abordait avec une franche et farouche hostilité. Natif d’Ighil Ali en 1909, il a grandi substantiellement dans la culture chrétienne et les premières expressions littérales d’Amrouche sont poétiques, qu’il s’échine à publier dès les premières années qu’il passe en Tunisie durant les années trente.  Très attaché à la quête des origines, il publie tout de go un essai intitulé Éternel Jugurtha. Mais, l’homme n’est pas décidé à s’arrêter en si bon chemin. Butinant insatiablement et goulûment dans la riche tradition orale kabyle, il fait transcrire Les Chants Berbères de Kabylie en langue française auxquels il a donné une dimension planétaire et aisément accessible.  Homme de radio irascible et homme de plume impénitent, le frère de Taous a longtemps animé des émissions sur Radio Tunis, Radio France-Alger et Radio France-Paris. Dans la foulée, il a dirigé la revue littéraire parisienne l’Arche. Cependant, ses positions clairement anticoloniales lui ont valu d’être coupé des ondes françaises et il se dirige dès lors vers Radio de Lausanne où il a continué le chemin qu’il s’est tracé. Ironie du sort, un mal incurable a eu raison de sa santé ; et Amrouche mourut à quelques mois de l’indépendance de l’Algérie.  A bientôt cinquante ans après sa mort, le nom de Amrouche demeure respecté et admiré loin de sa terre natale, et suprême paradoxe, il continu à a être malmené par les gardiens de la morale nationale, un nom auquel on donne des coups de triques que seule une intolérance atavique justifie.  Bref, « Le journal » vient justement à une heure opportune pour remettre les pendules à l’heure, secouer les esprits frigorifiés par l’anathème et dire que l’Algérie pays de soleil, de couleurs et de beautés doit être aussi pays de bonté et de vivre ensemble. N’est-ce pas les vœux pieux de nos aïeux ?

Tarik Djerroud

dépêche de kabylie

Publié dans intellectuels algeriens(48) | Pas de Commentaire »

1234
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema