:الجزائر تأبى العرفان لطاوس عمرو

Posté par algeriedemocratie le 21 août 2009

بعد أزيد من ثلاثة عقود عن رحيلها :الجزائر تأبى العرفان لطاوس عمروش الجزائر تأبى العرفان لطاوس عمروشإن الحديث عن أي فرد من عائلة  »آل عمروش » ليس بالأمر الهيـّن، كوننا بصدد إلقاء الضوء على أزيد من نصف قرن من الإبداع في المجال الأدبي الثقافي والنضال لإحياء الهوية الحقة، وكذا من الصمود أمام النسيان والتهميش والمنفى· فقد كان ثلاثي  »آل عمروش » من صفوة المثقفين الجزائريين بعد نهاية حرب التحرير، إلا أن جزائر الاستقلال أدارت لهم ظهرها، لا لشيء سوى لانتمائهم لدين مختلف، دين المستعمر، فاختاروا المنفى في أرض الله الواسعة، والحنين إلى الوطن يقطع أوصالهم، إلى أن رحلوا في غربتهم دون أن تلتفت الجزائر إلى ذكراهم وإلى أحلامهم وطموحهم·

طاهر أوشيحة

طاوس عمروش أو  »لويز ماري »، اسمها الكاثوليكي، كانت واحدة من هؤلاء النساء القليلات اللواتي عرفتهن الجزائر من جيل المثقفات السابقات لجيلهن، كيف لا وهي ابنة أول امراة مثقفة على مستوى القارة الإفريقية، مثقفة بالمعنى الحقيقي للكلمة، المرأة التي زرعت في أبنائها حب الوطن وثقافة الأجداد والقيم العالمية والإنسانية، حرصا منها أن تترك بصمتها الخاصة في حياتهم· فكان تعلق طاوس والمهوب بوالدتهما كبيرا، وقد كان لطاوس شرف أن تكون أول روائية جزائرية من خلال رواية  »جوسينث نوار » عام 1947 التي كتبتها بأسلوب حيوي ينم عن تأثرها بالثقافة الشفهية التي تركت فيها بصماتها، والتي نقلت لها من طرف والدتها، وكذلك من خلال تجربتها الإنسانية· كما ردت الجميل لوالدتها من خلال كتاب بعنوان  »مارغريت طاوس »، حيث جمعت اسم والدتها الكاثوليكي واسمها هي الأمازيغي· وكان للطاوس عدة روايات· وبالموازاة مع إبداعها الأدبي، كانت أيضا فنانة من الطراز الرفيع، حيث أدت العديد من الأغاني البربرية الأصيلة في قالب الأوبرا  »أشويق »، نصوص تلك الأغاني التي جمعها وترجمها أخوها  »جون المهوب » إلى اللغة الفرنسية في كتاب  »الأغاني البربرية »· هذا الطابع الغنائي الذي اشتهرت به طاوس ومثلت به الجزائر في العديد من المحافل الدولية، على غرار مهرجان داكار للفنون السمراء عام 1966. كما عرفت طاوس بنضالها من أجل إحياء الثقافة والهوية الأمازيغية من وجهة نظر ثقافية واجتماعية بحتة، وساهمت في تأسيس الأكاديمية الأمازيغية بباريس عام 1966. إلا أنها انسحبت منها لاحقا مع بداية تسييس القضية الأمازيغية، الشيء الذي عارضته بشدة هذه هي طاوس عمروش وهكذا كانت مواقفها· فالبرغم من كونها مثقفة، إلا أنها كانت شخصية خرافية تبدو وكأن روحها بعثت من السنين الغابرة، حيث قال عنها أندريه بروتون خلال لقائه بها:  »إنها الملكة نيفرتيتي بعثت في زمن آخر »، حيث كانت تحمل في شخصيتها تلك التراجيديا التاريخية التي لا نشعر بها إلا عند قراءتنا عن تلك الشخصيات التاريخية والآلهة القديمة التي تمزج بين الخيال والخرافة·

وعن حياتها الخاصة، فقد ارتبطت طاوس بفنان تشكيلي فرنسي، أندريه بورديل، ليفترقا فيما بعد· ولدت لها ابنة وحيد  »لورانس بورديل عمروش »، والتي كانت هي الأخرى شديدة الارتباط والولع بشخصية والدتها التي قالت عنها في إحدى شهاداتها:  » لقد كنت جد قريبة من أمي·· يصعب عليّ نطق كلمة أمي، بالنسبة لي هي طاوس، لأنها ليست ملكية خاصة بي، فقد كان هناك فرق كبير بين تلك الراهبة التي كانت تتألق على خشبة المسارح منتعلة الكعب العالي الذهبي اللون بقامتها التي لا تتجاوز مترا وثمانية وخمسين سنتمترا، تلك المرأة العملاقة الملكة الخرافية· وبين الأم التي عشت معها تحت سقف واحد، فقد كانت وكأنها تنتمي لعالم آخر، وهو الشيء الذي يميزها عن غيرها من النساء اللواتي يكتبن ويغنين·· كانت وكأنها من زمن آخر، عنيفة، ومرهفة الحس، تميل إلى التملك، إلا أنها تتوق إلى الحنان والرقة·· كانت شخصا يجمع عدة نقائض في شخصية واحدة، فقد عانت لمدة طويلة من المنفى وازدواجية الهوية، كما عانت لأنها لم تعرف في حياتها حب رجل·· أعترف أنها كانت فعلا شخصا رائعا، وقد توفيت بين ذراعيّ· وخلال كل تلك الفترة التي احتككت بها، كنت مطلعة جدا عمّن تكون فعلا·· لم نتناقش عن أشياء عديدة لسوء الحظ، فهي كانت تريد حمايتي، وأنا لم أكن فضولية لأطلب منها المزيد·· لم أقرا كتاب >قصة حياتي< إلا بعد وفاتها·· فعلا، كانت تريد حمايتي من معاناة ازدواجية الانتماء، فكانت تكرر دائما لي: أنت فرنسية، أنت فرنسية·
طاوس كانت بمثابة إلهة إغريقية غامضة، على عكس والدتها فاطمة آث منصور التي كان شعاع شمس أو قطرة ندى على أوراق زهرة، أو ضحكة طفل كافية لتنسيها كل همومها· أما والدتي، فكانت مثل طاحونة، وكانت جعجعتها الدائمة وطحينها هما الزاد الذي يغذي كتاباتها''·

الجزائر لا تبالي

مباشرة بعد الاستقلال، كانت طاوس عمروش مهمشة من طرف السلطات الجزائرية، وكذا من طرف الطبقة المثقفة الجزائرية التي أرادت أن تضع ''آل عمروش'' في طي النسيان· لذا، لم تتردد على بلادها كثيرا، فقد تمت دعوتها في نهاية الستينيات من أجل إلقاء محاضرة حول أخيها ''جون المهوب عمروش''، كما عادت مرة أخرى بدعوى رسمية من طرف الطالب الإبراهيمي الذي كان يشغل آنذاك منصب وزير الثقافة والإعلام، كما طـُلب منها أن تكون ضيفة شرف خلال المهرجان الثقافي الإفريقي للموسيقى والشباب الذي احتضنته الجزائر عام 1966 لكن دون أن تغني فيه، الشيء الذي رفضته وردت عليه بنشرها لمقال مطول على صفحات جريدة ''لوموند'' الفرنسية· وبالرغم من ذلك، فإنها تحدت السلطات الجزائرية وقدمت وغنت في المهرجان أمام الملايين من المشاركين فيه وأمام الشباب والطلبة الجزائرين· ومن تلك الفترة، بدأت تسوء علاقتها مع الجزائر· وفي زيارتها الثالثة شبه الرسمية، فتحت طاوس النار على العديد من الوزراء والمسؤولين الجزائريين وانتقدتهم بشكل مباشر ولاذع، وقد تم توقيفها بالمطار، ولم يطلق سراحها إلا بعد تدخل ''رضا مالك'' الذي كان آنذاك سفير الجزائر في باريس· ومنذ تلك الحادثة، انتهى الأمر ولم تطأ رجلها أرض الوطن، لأنها فضلت صون كرامتها وعدم تحمل ذل السلطات الجزائرية التي تحاملت عليها من خلال تهميشها في العديد من المحافل، وعمدت حتى إلى طمس سيرتها· وكان مصير أخيها المهوب نفس، فقد قامت السلطات بإخفاء تسجيلات الفنانة التي قامت بها في استوديوهات إذاعة القناة الثانية، ولا يعرف إن أتلفت أو ماذا صنع بها· كما أن طاوس لم تعد إلى تونس، مسقط رأسها، إلا أنها كانت تزور المغرب باستمرار، حيث تلقت عدة دعاوى رسمية من طرف القصر الملكي المغربي، إلى أن توفيت بعد صراع طويل مع داء السرطان في الثاني من أفريل عام 1976 بسان ميشال أين دفنت، وأوصت أن لا يكتب على شاهد قبرها أي شيء سوى ''طاوس''· ولحد الآن، لا تزال طاوس عمروش غير معروفة من طرف العديد من الجزائريين، خاصة من الجيل الجديد· فالبرغم من وجود عدة جمعيات تنشط في إطار الحفاظ على الموروث الثقافي والأدبي للشخصية، إلا أن الجهات الرسمية لم تحرك ساكنا في دعم تلك الجهود· ولعل الصراع الدائر حاليا بين عدة جمعيات وبين السلطات حول إطلاق اسم ''طاوس عمروش'' على دار الثقافة ببجاية، خير دليل على نكران الجميل وإدارة الظهر لمن كانت لتمثل معلم من معالم الثقافة والهوية الجزائرية، وشخصية تعتز بها جزائر التفتح والتنوع الثقافي، لتبقى ابنة ''إغيل أعلي'' ببجاية رمزا من تلك الرموز التي يتحامل ناكرو الجميل على طمسها·

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

Preuves que le site www.kabyles.net est pro sioniste et islamophobe

Posté par algeriedemocratie le 19 août 2009

Preuves que le site www.kabyles.net est pro sioniste et islamophobe

 Preuves que le site www.kabyles.net est pro sioniste et islamophobe dans kabylie(60) header-kabyles_net-copie-1

fff dans kabylie(60)

Une preuve que le site www.kabyles.net est un produit sioniste , Islamophobe et raciste , ce site a pour but de ruiné notre identité , notre culture , et notre histoire , Les preuves
1/ ils critiquent toutes les religions en Kabylie et tous les leaders Kabyles ( ait ahmed , said saadi , ait menguellet , Slimane Azem ( parceque ce dernier a chanté sur lislam) , akhli yahyaten , colonel amirouche , mohand oulhadj……..etc
2/ www.kabyles.net cherche meme pas a unifier les Berbères ( imazighen) mais seulement les kabyles , pourquoi ? Tout simplement Parce qu’ils savent que les berbères marocains ou les chaouis , les touarègue …..etc   réclamerons leurs religions (pour la majorité musulmane) du coup ils ont renoncé a ça ,
3 le but de www.kabyles.net est de porté le message d’israel , et de monter la haine anti arabe et anti musulmans, ils critiquent meme les turcs, qui sont a mon avis loins de nos problemes en Kabylie
www. kabyles net critiquent Obama , alors que bush ils disent pas un mot.

Kabyles.net  a  pour but de divisé l’algerie , et particulierement la Kabyli Qui de tous les temps etait la garante des libertés de cultes  et le symbole de respect et de dignité .
a vous de lire ma petite recherche sur les liens solide entres les instances sionistes et le site Kabyles.net ,
ouvrez les liens et vous allez voir que les sites sionistes alimentent le site kabyles.net , ils ont meme des journalistes communs , leurs articles sont des plagiats venant des sites sionistes
Conclusion : Un vrais Kabyle c’est celui qui ce bat pour un principe et non  pour un intérêt .
ceci est un message a kabyles.net , Honte , vous avez le sang dans vos  claviers .


LES ARTICLES    1 Communiqué de l’Upjf

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et www.upjf.org )

voir l’article de

http://www.kabyles.net/Communique-de-l-Upjf,04532.html

et
http://www.upjf.org/medias/les-communiques-upjf-lupjf-condamne-convocation-lambassadeur-disrael-bernard-kouchner_media503_aiIXRTHlqQirIfh.pdf

B

A
_________________________________________________________________

                2 Mbala Mbala dit Dieudonné et son parti antisioniste

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et http://www.juif.org)

voir l’article de


http://www.kabyles.net/Mbala-Mbala-dit-Dieudonne-et-son,04394.html

et

http://www.juif.org/opinions/200,mbala-mbala-dit-dieudonne-et-son-parti-antisioniste.php

2-copie-1
_______________________________________________1______________________

                3 Haïr les juifs est un devoir religieux

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et http://www.crif.org/)

voir l’article de


www.kabyles.net/Hair-les-juifs-est-un-devoir.html

et

http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=14743&artyd=10

3-copie-1

4
_____________________________________________________________________


                  4 Le Hamas participe aux massacres en Iran

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et www.terredisrael.com )

voir l’article de

www.kabyles.net/Le-Hamas-participe-aux-massacres,04426.html

et
www.terredisrael.com/wordpress/?p=8935

5-copie-2

6-copie-2
____________________________________________________________________


                        5 Mollah, un métier qui rapporte gros

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et http://sionisme.xooit.com/ )

voir l’article de

http://www.kabyles.net/Mollah-un-metier-qui-rapporte-gros,04467.html

et

http://sionisme.xooit.com/t16423-RICHE-COMME-UN-MOLLAH-EN-IRAN-beau-metier-etre-dictateur-en-turban-compte-et-biens.html

7

_____________________________________________________________________

                     6 Amours voilées, témoignages

(message identique (plagiat )entre kabyles.net et Bivouac-id.com )

voir l’article de

http://www.kabyles.net/Amours-voilees-temoignages,04358.html

et

http://www.bivouac-id.com/2009/05/10/amours-voilees-temoignages/

9

10

header-kabyles_net-copie-1

fff

Une preuve que le site www.kabyles.net est un produit sioniste , Islamophobe et raciste , ce site a pour but de ruiné notre identité , notre culture , et notre histoire , Les preuves
1/ ils critiquent toutes les religions en Kabylie et tous les leaders Kabyles ( ait ahmed , said saadi , ait menguellet , Slimane Azem ( parceque ce dernier a chanté sur lislam) , akhli yahyaten , colonel amirouche , mohand oulhadj……..etc
2/
www.kabyles.net cherche meme pas a unifier les Berbères ( imazighen) mais seulement les kabyles , pourquoi ? Tout simplement Parce qu’ils savent que les berbères marocains ou les chaouis , les touarègue …..etc   réclamerons leurs religions (pour la majorité musulmane) du coup ils ont renoncé a ça ,
3 le but de www.kabyles.net est de porté le message d’israel , et de monter la haine anti arabe et anti musulmans, ils critiquent meme les turcs, qui sont a mon avis loins de nos problemes en Kabylie
www. kabyles net critiquent Obama , alors que bush ils disent pas un mot.

Kabyles.net  a  pour but de divisé l’algerie , et particulierement la Kabyli Qui de tous les temps etait la garante des libertés de cultes  et le symbole de respect et de dignité .
a vous de lire ma petite recherche sur les liens solide entres les instances sionistes et le site Kabyles.net ,
ouvrez les liens et vous allez voir que les sites sionistes alimentent le site kabyles.net , ils ont meme des journalistes communs , leurs articles sont des plagiats venant des sites sionistes
Conclusion : Un vrais Kabyle c’est celui qui ce bat pour un principe et non  pour un intérêt .
ceci est un message a kabyles.net , Honte , vous avez le sang dans vos  claviers .

LES ARTICLES    1 Communiqué de l’Upjf

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et www.upjf.org )

voir l’article de

http://www.kabyles.net/Communique-de-l-Upjf,04532.html

et
http://www.upjf.org/medias/les-communiques-upjf-lupjf-condamne-convocation-lambassadeur-disrael-bernard-kouchner_media503_aiIXRTHlqQirIfh.pdf

B

A
_________________________________________________________________

                2 Mbala Mbala dit Dieudonné et son parti antisioniste

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et http://www.juif.org)

voir l’article de


http://www.kabyles.net/Mbala-Mbala-dit-Dieudonne-et-son,04394.html

et

http://www.juif.org/opinions/200,mbala-mbala-dit-dieudonne-et-son-parti-antisioniste.php

2-copie-1
_______________________________________________1______________________

                3 Haïr les juifs est un devoir religieux

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et http://www.crif.org/)

voir l’article de


www.kabyles.net/Hair-les-juifs-est-un-devoir.html

et

http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=14743&artyd=10

3-copie-1

4
_____________________________________________________________________


                  4 Le Hamas participe aux massacres en Iran

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et www.terredisrael.com )

voir l’article de

www.kabyles.net/Le-Hamas-participe-aux-massacres,04426.html

et
www.terredisrael.com/wordpress/?p=8935

5-copie-2

6-copie-2
____________________________________________________________________


                        5 Mollah, un métier qui rapporte gros

( message identique (plagiat )entre kabyles.net et http://sionisme.xooit.com/ )

voir l’article de

http://www.kabyles.net/Mollah-un-metier-qui-rapporte-gros,04467.html

et

http://sionisme.xooit.com/t16423-RICHE-COMME-UN-MOLLAH-EN-IRAN-beau-metier-etre-dictateur-en-turban-compte-et-biens.html

7

_____________________________________________________________________

                     6 Amours voilées, témoignages

(message identique (plagiat )entre kabyles.net et Bivouac-id.com )

voir l’article de

http://www.kabyles.net/Amours-voilees-temoignages,04358.html

et

http://www.bivouac-id.com/2009/05/10/amours-voilees-temoignages/

9

10

Publié dans kabylie(60) | 6 Commentaires »

kabyles.net est un site raciste anti-kabyle et anti-islam

Posté par algeriedemocratie le 18 août 2009

kabyles.net est un site raciste anti-kabyle et anti-islam dans kabylie(60) fff
Une preuve que le site www.kabyles.net est un produit sioniste , Islamophobe et raciste , ce site a pour but de ruiné notre identité , notre culture , et notre histoire , Les preuves1/ ils critiquent toutes les religions en Kabylie et tous les leaders Kabyles ( ait ahmed , said saadi , ait menguellet , Slimane Azem ( parceque ce dernier a chanté sur lislam) , akhli yahyaten , colonel amirouche , mohand oulhadj……..etc2/ www.kabyles.net cherche meme pas a unifier les Berbères ( imazighen) mais seulement les kabyles , pourquoi ? Tout simplement Parce qu’ils savent que les berbères marocains ou les chaouis , les touarègue …..etc   réclamerons leurs religions (pour la majorité musulmane) du coup ils ont renoncé a ça ,
3 le but de www.kabyles.net est de porté le message d’israel , et de monter la haine anti arabe et anti musulmans, ils critiquent meme les turcs, qui sont a mon avis loins de nos problemes en Kabylie
www. kabyles net critiquent Obama , alors que bush ils disent pas un mot.

Kabyles.net  a  pour but de divisé l’algerie , et particulierement la Kabyli Qui de tous les temps etait la garante des libertés de cultes  et le symbole de respect et de dignité .
a vous de lire ma petite recherche sur les liens solide entres les instances sionistes et le site Kabyles.net ,
ouvrez les liens et vous allez voir que les sites sionistes alimentent le site kabyles.net , ils ont meme des journalistes communs , leurs articles sont des plagiats venant des sites sionistes
Conclusion : Un vrais Kabyle c’est celui qui ce bat pour un principe et non  pour un intérêt .
ceci est un message a kabyles.net , Honte , vous avez le sang dans vos  claviers

source:muslim.kabyle.over-blog.com

Honte , vous avez le sang dans vos  claviers

Publié dans kabylie(60) | 9 Commentaires »

Posté par algeriedemocratie le 17 août 2009








 dans kabylie(60) reload dans kabylie(60)



tambourinaire

Idhebalen de kabylie. Le retour de la tradition

Profession : tambourinaire

« Je suis né tambourinaire », dit Kherbouche Arezki, 31 ans, dont la moitié a été vécue dans cette musique folklorique kabyle que l’on désigne sous le nom d’« Idhebalen ».

Arezki est originaire de Tabouânant, dans la région d’Ighil Ali. Un tout petit village mais qui ne compte pas moins de six troupes d’Idhebalen, presque autant d’habitants que de musiciens. Ces dernières années, ces groupes de musique traditionnelle qui animent les fêtes dans les villages font un retour en force, après avoir presque disparu pendant près de trois décénnies. Nous sommes dans la région des Ath Abbas, là où cette musique est née, probablement d’un métissage avec la musique ottomane. Ce sont les Turcs, en effet, qui ont introduit et popularisé en Algérie ce genre musical à partir du XVIe siècle. Les kabyles des Ath Abbas, qui les ont combattus pendant trois siècles en leur interdisant l’entrée de la Qalâa, la capitale de leur petit royaume, ont repris cette tradition à leur compte en y introduisant le bendir pour l’adapter aux rythmes et aux airs locaux. Les troupes d’Idhebalen sont des orchestres de quatre musiciens où l’on retrouve le tbal (la grosse caisse), le bendir et deux ghaïtas (hautbois), l’une grave et l’autre aiguë. En Kabylie, il y a deux grandes écoles d’Idhebalen. Celle des Ath Abbas en basse Kabylie et celle des Igawawen, en haute Kabylie. La différence entre les deux est que la tradition des Ath Abbas semble plus élaborée avec une quinzaine de noubas dont Zendani, Tagmarine, Qbaïli, Zriga, Heddi, Haouzi et autres, alors que celle des Igawawen, aux dires des connaisseurs, ne comporte que le mode léger dit « Rwah, Toughaline ». Au reste, de grands tambourinaires issus des villages de la haute Kabylie, comme Kaci Iboudraren, ont fait leurs classes chez les Ath Abbas.

Le style de ces derniers est très proche de celui des Hauts-Plateaux sétifiens ou du folklore chaoui. Cette similitude vient du fait que les Ath Abbas sont issus des hauts plateaux du Hodna qu’ils ont quittés après l’invasion des Beni Hillal. Les instruments sont fabriqués par des artisans locaux, dans les villages de Ouizrane, Tighilt Oumial, Tizi Allouane et Taourirt Ou-âvlla. Ce dernier village semble d’ailleurs spécialisé dans el ghita tilouth, cette cornemuse locale faite d’une outre et d’un hautbois. Des hautbois ont été également ramenés par les premiers émigrés kabyles des régions bretonnes. Rien d’étonnant quand on connaît les similitudes entre le folklore kabyle et la musique celtique dont la fusion a donné de beaux métisses comme Thalweg ou la rencontre du chanteur Idir avec des interprètes celtes. « J’ai créé le premier groupe du village et transmis mes connaissances tout en continuant à faire des recherches », dit Arezki At Tabouânant. Quand un groupe n’est pas complet, il ramène quelqu’un des villages alentour ou même des Igawawen. Au village, on ne s’étonne pas d’entendre un, deux, voire trois groupes faire des répétions dans tajjmaâth (Agora) ou en pleine nature, sous un frêne ou un olivier. L’agenda du groupe de Arezki est complet jusqu’à la fin août. Son téléphone n’arrête pas de sonner pour des commandes d’animation de fêtes. Cette année, les tarifs des prestations ont augmenté. Elles varient de 18 000 DA pour une circoncision jusqu’à 25 000 DA pour un mariage. Tous les groupes veillent au respect des traditions, aussi bien dans la tenue que les musiciens arborent que dans le déroulement des cérémonies.

Chaque moment fort de la noce s’apparente à l’exécution d’une sorte de mouvement musical ou nouba. La sortie de la mariée du domicile de ses parents, son arrivée dans la maison de son époux, le moment où elle est conduite à la fontaine du village, la cérémonie du henné, l’ourar (séance de chants et de danse) que l’on anime en soirée, etc. Il y a encore quelques années, une cérémonie de mariage réussie en Kabylie ne pouvait se concevoir sans Idhebalen. Aussitôt annoncés, on accourait de tous les villages pour les entendre et les voir jouer et, surtout, danser au son de leur musique jusqu’au lever du jour. Ils avaient leurs superstars comme Messaoud Ferhat, Amar Ouziri, Kaci Iboudraren, Ahmed Ouherroug et Si Lmadani Ou Handis. Le mariage durait trois jours : assensi, tamaghra et avagous. Seuls les gens fortunés pouvaient se permettre le service de ces artistes que l’on traitait comme des rois. Certains avaient mêmes des danseuses. La danse des Ath Abbas, différente de celle de la Haute Kabylie s’exécute non pas avec les hanches mais avec les pieds. On l’appelle amrawah ou zendani daw oufouss et ressemble beaucoup aux danses des Hauts-Plateaux. Aujourd’hui, malgré la concurrence furieuse des disc-jockeys qui assomment littéralement l’assistance avec leurs torrents de décibels où le raï le dispute au charqui, Idhebalen maintiennent vaille que vaille une tradition vieille de plusieurs siècles et ne sont pas près de quitter la scène. Guendouz est la véritable capitale des Idhebalen. Quelques villages comme celui de Belaguel, Tighilt Oumial, Ouizrane et Handis se disputent la paternité de ce genre musical.

Djamal Alilat

source:el watan

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

Kabyles.net est sa fausse transcription de la langue kabyle.

Posté par algeriedemocratie le 16 août 2009

Kabyles.net est sa fausse transcription de la langue kabyle.

 

Un kabyle impliqué dans le combat identitaire Amazigh est forcément conscient de l’impérativité de bien écrire sa langue. Le combat pour la reconnaissance de la langue amazigh a fait des centaines de mort depuis 1962. L’écriture d’une langue est une question très importante. Tous nos scientifiques et nos linguistes ont tranché sur le fait qu’il est impératif pour nous tous d’apprendre à écrire dans notre langue. Le passage de l’oralité à l’écrit est une question de survie dans une langue menacée de disparition comme le berbère. C’est pour cette raison que dès les premiers balbutiements du Mouvement Culturel Berbère M. Mammeri a esquissé un petit manuel pour l’apprentissage de la transcription du kabyle dans le but de standardiser la fixation de  notre langue. M. Mammeri a commencé à donné des cours de berbère à la faculté d’Alger depuis 1967. Mais il se retournera bien des fois dans sa tombe quand il saura que 42 ans plus tard, sur un site qui s’appelle kabyles.net, on écrit le kabyle sans aucune règle.  

J’ai relevé leurs erreurs monumentales en procédant à des captures d’écrans pseudo par pseudo :

tiziritamazight.jpg

•1.  Thiziri : L’écriture du pseudo déjà est erronée. En effet on devrait écrire Tiziri le « t » fricatif n’est qu’une variante régionale. Thiziri donc dans une de ses réponses a écrit : « Dhayen ! Yughal ukelmun si dharen ». On retrouve toujours le même genre d’erreur Dhayen au lieu de Dayen. Yughal, peut être que Thiziri n’est pas au courant qu’on peut facilement écrire un « ɣ » sur le net et a préféré écrire l’ancien « gh » des manuscrits de Boulifa. Mais dans « Akelmun », là, il n y a aucune excuse même chez Boulifa ça s’écrivait en « q » Aqelmun. Puis vous avez « si dharen », qu’il fallait écrire : s iḍarren. Thiziri mérite un sombre zéro. Je dirais qu’elle n’a même pas le niveau d’un écolier kabyle qui fait ses cours de tamazight.  

amazigh1tamazight.jpg

•2.  Amazigh1 : Regardez ces jolies phrases-insultes dignes d’un gendarme kabyle : « inugh del aar ighelvith ». Avoir l’audace de se donner « Amazigh » comme pseudo et écrire de cette manière. Cet individu n’a aucune notion des particules qui constituent un mot ou une phrase. « Inugh » au lieu de Innuɣ. « Del aar » au lieu d’écrire : d lɛaṛ. « Ighelvith » au lieu iɣleb-it. Je crois que c’est la même personne d’ailleurs qui est sous le prochain pseudo vu que c’est le même genre d’erreur qui revient.

amazigh2tamazight.jpg

•3.  Amazigh : On retrouve aussi les mêmes mots lisez vous-même : « yezmer il aar, ithvin afu kadumis ». Bonne nouvelle dans cette phrase nous avons un mot sans erreur. « Yezmer » est écrit comme il se doit, pour vous dire que les miracles existent. Le reste de la phrase :  « il aar , ithvin afu kadumis » au lieu d’écrire : i lɛaṛ i tbin ɣef uqadum-is. Il faut bien séparer les particules pour écrire en kabyle.

daarwessu.jpg

•4.  Dâarwessu : Là c’est une catastrophe. Le pseudo déjà est lamentablement écrit. Daɛwessu. La transcription de ce pseudo nous renseigne que son porteur ne connait la Kabylie que pendant les vacances. En effet, ce ne sont que les kabyles de France qui ont du mal à substituer le « ɛ » en « r ». L’individu qui se cache derrière ce pseudo ne sait probablement pas que ce pseudo est un emprunt de l’arabe « daɛwatu ssu’ » qui est le fait de souhaiter que du mal s’abatte sur quelqu’un.

Évidemment ce ne sont ici que des exemples, le site est bien fourni de belles erreurs de transcription.

Bon, soyons indulgent, qu’on fasse une erreur de frappe sur un mot, tout le monde peut se tromper, mais là, ce genre d’erreur que nous avons montrées, sont des erreurs dictées par l’ignorance pure et simple des règles les plus élémentaires, établies pour la transcription de notre langue. Nous avons donc raison de remettre en cause jusqu’à la kabylité des personnes qui se cachent derrière ces pseudos.

A présent, avec Internet, avec les centaines d’enseignants de berbère, avec les leçons d’écriture dispensées sur Internet et sur BRTV, avec les manuels d’apprentissage de la transcription qui se vendent ou s’empruntent gratuitement,  avec les associations qui ont toutes dans leurs programmes « promotion de la langue amazighe » … Avec tous les moyens que nous avons aujourd’hui, aucun kabyle qui se respecte, n’a le droit de se justifier de ne pas apprendre comment écrire dans  sa langue maternelle.

Mais peut être que kabyles.net est trop occupé à lécher les bottes de ses maîtres pour apprendre à écrire dans une langue vieille de milliers d’années.

On s’en fout à la rigueur mais quand on écrit sous l’adresse kabyles.net qui engage la Kabylie est ses habitants, nous avons le droit de dire : STOP, arrêtez de massacrer notre langue !

Kabyles.net, un trafic quasi-nul et une boutique en préparation !

Ad wen-d-smektiɣ yiwet n temɛayt ḥekkun leqbayel si zik. Yiwen aɛni, ulac wi yettmeslayen fell-as, ulac win t-id-yettadren, dɣa amek ara yexdem, iṛuḥ iḍreg di tala. Deg wass-en yuɣal yisem-is ala netta deg yimawen nat taddart-is.

En résumé, les kabyles d’antan se racontent  l’histoire d’un individu, qui vivait dans un village. Cet individu avait tellement envie de voir les gens parler de lui, comme on parle de ceux qui font des exploits, qu’il a décidé un beau jour de chier dans la fontaine. Son voeu est alors exhaussé tout le village et même toute la région ne parla que de lui pendant un bon moment. La preuve on parle de lui même de nos jours.

Cette histoire est aussi celle de kabyles.net. Un site à un trafic médiocre comme c’est illustré sur le rapport de alexa.com. Vous remarquerez une comparaison avec les sites kabyles, kabyle.com (rouge) et tamazgha.fr (vert) fait miroiter que kabyles.net (en bleu) est presque invisible, on distingue à peine le graphe bleu qui l’illustre. Le trafic du site flirt avec zéro.

traficsite1.jpg

Cette situation se remarque aussi sur les commentaires publiés sur les articles rapportés par le site. Les articles mis à la une du site ou dans la rubrique “opinion” sont en majorité passés inaperçus, exception faite des articles islamophobes et ceux qui insultent Aït Menguellet. Les autres articles tous à ZERO, aucune réaction de la part des lecteurs, même ces articles repris de juif.org ou de upjf.fr.

Le site kabyles.net donc, ne fait de l’audimat et ne fait parler de lui que lorsqu’il tape sur Aït menguellet ou quand il devient islamophobe.

J’ai aussi remarqué la présence d’une nouvelle rubrique “BOUTIQUE” qui est toujours “en travaux”.

Faites le liens donc, avec le semblant de trafic que le site essaye de se fabriquer en léchant les bottes des sionistes et en tapant sur la religion de plus d’un milliard de citoyens dans le monde et en tapant sur des artistes pourtant kabyles, avec tout ce semblant de trafic, le site kabyles.net se prépare aussi à vendre des choses dans sa boutique.  

Mais vendre quoi au juste !? Comment est-ce qu’un site pareil déversant tant de haine puisse espérer vendre ne serait-ce une aiguille. Vous connaissez-vous des commerçants qui méprisent la religion de leurs clients éventuels !? Vous connaissez des commerçants qui insultent les artistes adorés par la majorité de leurs clients éventuels !? Le site kabyles.net rêvent peut être de vendre des robes kabyles !? Mais personne ne souhaite offrir une robe touchée par des mains qui manipulent aussi un clavier pour écrire des insultes.

Vous croyez vous que c’est possible qu’un touriste, un nostalgique, un Internaute à la recherche d’un exotisme sur le net, puisse cliquer sur Boutique, après avoir lu des blasphèmes sur une religion ou une insulte sur un artiste ? Quel genre de romantique serait un kabyle qui après avoir lu des insultes telles que « lalam gillette » aurait envie d’acheter un bracelet ou une robe pour l’offrir à celle à qui il  a tant de fois écouté Lounis chanter « Ur iyi-ttaǧǧa » ou bien « aṛǧu-yi » … !?

Publié dans kabylie(60) | 1 Commentaire »

Kabyles.net est sa fausse transcription de la langue kabyle.

Posté par algeriedemocratie le 16 août 2009

Kabyles.net est sa fausse transcription de la langue kabyle.

 

Un kabyle impliqué dans le combat identitaire Amazigh est forcément conscient de l’impérativité de bien écrire sa langue. Le combat pour la reconnaissance de la langue amazigh a fait des centaines de mort depuis 1962. L’écriture d’une langue est une question très importante. Tous nos scientifiques et nos linguistes ont tranché sur le fait qu’il est impératif pour nous tous d’apprendre à écrire dans notre langue. Le passage de l’oralité à l’écrit est une question de survie dans une langue menacée de disparition comme le berbère. C’est pour cette raison que dès les premiers balbutiements du Mouvement Culturel Berbère M. Mammeri a esquissé un petit manuel pour l’apprentissage de la transcription du kabyle dans le but de standardiser la fixation de  notre langue. M. Mammeri a commencé à donné des cours de berbère à la faculté d’Alger depuis 1967. Mais il se retournera bien des fois dans sa tombe quand il saura que 42 ans plus tard, sur un site qui s’appelle kabyles.net, on écrit le kabyle sans aucune règle.  

J’ai relevé leurs erreurs monumentales en procédant à des captures d’écrans pseudo par pseudo :

tiziritamazight.jpg

•1.  Thiziri : L’écriture du pseudo déjà est erronée. En effet on devrait écrire Tiziri le « t » fricatif n’est qu’une variante régionale. Thiziri donc dans une de ses réponses a écrit : « Dhayen ! Yughal ukelmun si dharen ». On retrouve toujours le même genre d’erreur Dhayen au lieu de Dayen. Yughal, peut être que Thiziri n’est pas au courant qu’on peut facilement écrire un « ɣ » sur le net et a préféré écrire l’ancien « gh » des manuscrits de Boulifa. Mais dans « Akelmun », là, il n y a aucune excuse même chez Boulifa ça s’écrivait en « q » Aqelmun. Puis vous avez « si dharen », qu’il fallait écrire : s iḍarren. Thiziri mérite un sombre zéro. Je dirais qu’elle n’a même pas le niveau d’un écolier kabyle qui fait ses cours de tamazight.  

amazigh1tamazight.jpg

•2.  Amazigh1 : Regardez ces jolies phrases-insultes dignes d’un gendarme kabyle : « inugh del aar ighelvith ». Avoir l’audace de se donner « Amazigh » comme pseudo et écrire de cette manière. Cet individu n’a aucune notion des particules qui constituent un mot ou une phrase. « Inugh » au lieu de Innuɣ. « Del aar » au lieu d’écrire : d lɛaṛ. « Ighelvith » au lieu iɣleb-it. Je crois que c’est la même personne d’ailleurs qui est sous le prochain pseudo vu que c’est le même genre d’erreur qui revient.

amazigh2tamazight.jpg

•3.  Amazigh : On retrouve aussi les mêmes mots lisez vous-même : « yezmer il aar, ithvin afu kadumis ». Bonne nouvelle dans cette phrase nous avons un mot sans erreur. « Yezmer » est écrit comme il se doit, pour vous dire que les miracles existent. Le reste de la phrase :  « il aar , ithvin afu kadumis » au lieu d’écrire : i lɛaṛ i tbin ɣef uqadum-is. Il faut bien séparer les particules pour écrire en kabyle.

daarwessu.jpg

•4.  Dâarwessu : Là c’est une catastrophe. Le pseudo déjà est lamentablement écrit. Daɛwessu. La transcription de ce pseudo nous renseigne que son porteur ne connait la Kabylie que pendant les vacances. En effet, ce ne sont que les kabyles de France qui ont du mal à substituer le « ɛ » en « r ». L’individu qui se cache derrière ce pseudo ne sait probablement pas que ce pseudo est un emprunt de l’arabe « daɛwatu ssu’ » qui est le fait de souhaiter que du mal s’abatte sur quelqu’un.

Évidemment ce ne sont ici que des exemples, le site est bien fourni de belles erreurs de transcription.

Bon, soyons indulgent, qu’on fasse une erreur de frappe sur un mot, tout le monde peut se tromper, mais là, ce genre d’erreur que nous avons montrées, sont des erreurs dictées par l’ignorance pure et simple des règles les plus élémentaires, établies pour la transcription de notre langue. Nous avons donc raison de remettre en cause jusqu’à la kabylité des personnes qui se cachent derrière ces pseudos.

A présent, avec Internet, avec les centaines d’enseignants de berbère, avec les leçons d’écriture dispensées sur Internet et sur BRTV, avec les manuels d’apprentissage de la transcription qui se vendent ou s’empruntent gratuitement,  avec les associations qui ont toutes dans leurs programmes « promotion de la langue amazighe » … Avec tous les moyens que nous avons aujourd’hui, aucun kabyle qui se respecte, n’a le droit de se justifier de ne pas apprendre comment écrire dans  sa langue maternelle.

Mais peut être que kabyles.net est trop occupé à lécher les bottes de ses maîtres pour apprendre à écrire dans une langue vieille de milliers d’années.

On s’en fout à la rigueur mais quand on écrit sous l’adresse kabyles.net qui engage la Kabylie est ses habitants, nous avons le droit de dire : STOP, arrêtez de massacrer notre langue !

Publié dans kabylie(60) | 2 Commentaires »

Dda stayevski, un esprit brillant chez les « brutes » du site kabyles.net

Posté par algeriedemocratie le 16 août 2009

Dda stayevski, un esprit brillant chez les « brutes » du site kabyles.net

Tout d’abord je recommande à tout le monde de visiter le blog de Dda Stayevski http://mazaris.blogspot.com/. Nous apprenons beaucoup de choses sur la langue kabyle. J’ai été étonné de voir le site pas-dutout-kabyle kabyles.net parler de lui.

Pourquoi le site kabyles.net s’intéresse soudainement à ce brillant esprit !? Une question qu’il faut se poser vraiment mais dont la réponse est très compliquée. Dans cet article je souhaite soumettre à votre jugement un échange de commentaires entre Dda Stayevski et quelques intervenants sur le site kabyles.net dont des membres modérateurs ‘Amazig + Daâarwessu+ halim Akli).

Je vous demanderai d’être patient et d’essayer de lire la sagesse de Dda stayevski quand elle se heurte face à la brutalité des propos et des affirmations des agents de kabyles.net, noyés dans leur ignorance et leur haine. Lisez les réactions de Dda Stayevski qui prend de plein fouet la stupidité d’Amazigh et de Dâarwessu.

Juste pour vous mettre dans le bain de la discussion. En effet, Dda Stayevski, anti-islamiste mais pas islamophobe comme vous allez le voir à travers ses commentaires, propose que la Kabylie revienne à sa pratique ancestrale tolérante de l’Islam. Comme je l’avais dit ici dans un autre article, la Kabylie a cohabité avec l’Islam 14 siècles à l’abri du fanatisme islamiste. Ce dernier est  importé d’orient a fait des milliers de morts en Algérie depuis deux décennies.  Pour se faire les imrabḍen doivent reprendre leur position sociale d’avant, pour réguler et s’occuper de la question spirituelle de la Kabylie. Je partage entièrement la position de Dda Stayevski (c’est l’une des rares fois que j’appelle quelqu’un par Dda en ayant le sentiment que la personne le mérite vraiment). L’islamophobie est de ne pas tolérer l’existante de musulmans alors qu’aucune société ne peut vivre sans spiritualité et c’est le drame de beaucoup de kabyles qui n’arrivent pas à comprendre cette réalité comme le dit si bien Dda Stayevski : « Un peuple comme le notre ne peut pas vivre sans spiritualité, notre peuple dans sa composante républicaine (dite laïque) est majoritairement composé de croyants, de déistes, d’agnostiques et une infime quantité de gens athées. C’est une société anticléricale mais pas contre la foi en le Créateur. Si l’on veut faire de nous une société matérialiste “sans morale” et “sans Dieu” comme les bezbozhniki promulgués par les bolchéviques en Russie moi je le dis tout de suite : NO WAY ! Je connais trop bien les malheurs de la Russie causé par ces nihilistes destructeurs, des aventuristes-extrémistes haïssant leur pays. . . Donc je reviens à la charge : assumer toutes les composantes de notre peuple et élaborer une idée kabyle. C’est la solution qui me parait la plus appropriée et la plus conforme aux kabyles ».

 

Dda Stayevski : Je connais imravdhen n’lvaraka (imṛabḍen n lbaraka), des Kabyles pieux et qui défendent d’abord leur kabylité.

Aussi je recommande la solution suivante :

  • la pratique de toute religion en Kabylie doit se faire sous l’autorité des Kabyles imravdhen. C’est-à-dire que les Arabes n’ont pas le droit de répandre leur religion directement, ils doivent passer par imravdhen. En clair il faut respecter les règles que nous avons depuis des siècles. Par exemple l’État algérien n’a pas le droit d’imposer la construction de mosquées ou de désigner un imam/cheikh en Kabylie.

  • Imravdhen doivent être désignés comme instance de contrôle de la religion en général sur les territoires kabyles ; ils sont les censeurs qui doivent veiller à ce que ces religions respectent le droit kabyle, c’est leur devoir.

Je suis un fervent partisan d’une nouvelle réorganisation de notre société et d’une répartition des tâches. Et comme tu peux le juger imravdhen ainsi que les autres Kabyles ont des devoirs.

Mark Wanes : Il ne faut se faire aucune illusion sur les chances de vivre librement dans une Algérie arabo-musulmane le seul espoir de vie démocratique est en Kabylie autonome (avec ou sans marabouts) espace laïc proposé par Ferhat. Et ce en des termes ne souffrant aucune équivoque.

Anonymes : une façon de voir les choses trés arrierée ca rappele le moyen age en europe. Il faut abolir complètement “thirruvdha” et cesser avec la descrimination. Dans la Kabylie dont je rêve, il n’y aura que des kabyles, ni plus, ni moins. (Ne pas comprendre que je parle des étrangers qui seront les bienvenus chez-nous, pour travailler, pour le tourisme ou autre…) [ NDLR Et on rêve en plus d'avoir des touristes et des étrangers pour travailler …]

Halim Akli : J’aimerai juste indiquer à nos lecteurs que ce point de vu est loin de refléter l’opinion de l’équipe de Kabyles.net. Ainsi, personnellement, je me positionne en faux contre cette “analyse” trop superficielle …

Amazigh : Les imravdens comme l’a si bien exprimé un intervenant sur ce forum, vivaient aux dépends des Kabyles, et complètement isolée du reste de la population kabyle et renfermée sur elle-même. Ils utilisaient la religion comme moyen pour duper les kabyles et mener une vie de parasite à leurs dépends … Cette secte d’Imravdens, n’est pas très aimée chez moi.

Dda stayevski : Imravdhen c’est d’abord une institution, une institution kabyle. Il y avait des bons et des mauvais imravdhen, on peut juger/condamner les gens mais pas une institution. Cette institution est un avant tout un instrument. Un instrument que nos adversaires, ou nos ennemis c’est selon, se sont emparés pour mener à bien leur usurpation. C’est un instrument qu’ils ont su utiliser contre nous.

Ma réflexion est simple et consiste à procéder à un renversement de vapeur, à utiliser notre propre institution des imravdhen au bénéfice de tous les kabyles pour contrer nos adversaires et ennemis, les arabes et leurs musulmans.

Dâarwessu : Mais de quelles institutions parlez-vous ainsi ? Je refuse net de considérer ou même d’envisager une seule sconde que ces mythomanes de “Imravdhen” & Cie puissent être considéré comme une institution …

Dda stayevski : Faites preuve d’un peu plus de finesse, s’il vous plaît ! Faites des efforts et ne laissez pas la paresse intellectuelle vous accabler …

Amazigh : Soyons rationaux et logiques, c’est une secte et non pas une institution ! Arrêtons de philosophie trop sur la question … Cette secte doit disparaitre …

Dâarwessu : Citation : “Cette secte doit disparaitre,” Je préférerai avec un grand plaisir l’… exterminer moi-même …

Dda stayevski : Azul Amazigh !  Tu ne fais qu’un constat en disant que c’est une SECTE … L’essentiel aujourd’hui est de dépasser ce clivage entre kabyles républicains et imravdhen, ça sera dans l’intérêt de notre peuple et de notre Patrie. Je sens que ce que j’ai dit de faire des imravdhen une digue anti-islamiste est très mal compris, ou très mal interprété surtout par ceux qui comprennent mal (mal le français ou simplement mal) et dans certains cas très très mal reçu …

Amazigh : L’être humain avec sa stupidité d’époque et son ignorance avait besoin d’un Dieu et d’une croyance, c’est de cette idée qu’elles sont nées toutes les religions … La citoyenneté écrasera toutes les différences qui puissent existés entre eux, la laïcité consolidera les liens entre eux. Ce n’est surement pas l’Amraved qui va me protéger de l’arabo-islamiste et stopper l’islamisation de la Kabylie ! Il faut être toqué pour croire à ça ou de favoriser le retour de la secte imravden qui est entraine de disparaitre !!!

Dda stayevski : Amazigh ! Je vois que vous campez sur vos positions et que vous ne voulez pas bouger ne serait-ce d’un iota. Et pourtant il va falloir le faire… Défendre son point de vue est très louable mais l’ériger en dogme, en solution incontournable c’est à mon avis une faute grave. Une telle opinion catégorique diffère à peine de celle du cléricat arabo-musulman, à la solde du Qartel dirigé par la sawdia arabia … Un peuple comme le notre ne peut pas vivre sans spiritualité, notre peuple dans sa composante républicaine (dite laïque) est majoritairement composé de croyants, de déistes, d’agnostiques et une infime quantité de gens athées. C’est une société anticléricale mais pas contre la foi en le Créateur. Si l’on veut faire de nous une société matérialiste “sans morale” et “sans Dieu” comme les bezbozhniki promulgués par les bolchéviques en Russie moi je le dis tout de suite : NO WAY ! Je connais trop bien les malheurs de la Russie causé par ces nihilistes destructeurs, des aventuristes-extrémistes haïssant leur pays. . . Donc je reviens à la charge : assumer toutes les composantes de notre peuple et élaborer une idée kabyle. C’est la solution qui me parait la plus appropriée et la plus conforme aux kabyles.

Daârwessu :   1 + 1 = deux et certainement pas… Dieu et toutes sa clique de prophètes et d’escrocs ! Ce qui n’est pas à mon humble avis d’être la définition ou même le postulat d’un dogme du genre : E=MC²…

Dda Stayevski : Tu es incorrigible l’ami ! Pour paraphraser Dda Lwennas je dirai de toi : Hath an, Hath an Daârwessu. (Hat’san, Hatsan Daawessu : La voilà ! La voilà qui s’amène, la Malédiction)

Il n’y a pas de dogme en sciences exactes, il y a des hypothèses démontrées, des formules. E=MC2 n’est pas un dogme mais une formule applicable dans la limite de nos connaissances et de notre entourage, nul savant ne peut dire si elle serait universelle littéralement parlant c-a-d applicable à tous les espaces, toutes les galaxies de l’univers. Une spiritualité saine est une richesse et non pas un fardeau. Je parle des êtres humains faits de chair et d’os, d’âme et de sentiments. Pour les robots, les cybercréatures et les tamagotchi il faut voir avec les japonais, c’est la référence en la matière !

Daârwessu : Mon petit gars, je n’ai pas vu 1 seul “amravedh depuis 50 ans et je ne sais même pas à quoi cela sert exactement contrairement à un plombier ou un électricien. J’ai même songé à vous faire parvenir la photo paradisiaque d’un endroit sur terre où ils n’ont jamais entendu parler de vos fameux “imravdhen” que vous élèvez arbitrairement içi au rang de “institution”

Dda Stayevski : daârwessu ! Franchement c’est mal poli de tenir de tels propos à mon encontre. Vous feignez d’ignorer le fond du sujet et vous mettez de nouvelles couches d’obscénités à chaque message. Ou bien vous n’avez absolument rien compris à ce sujet ou bien vous avez vraiment un problème de communication. Franchement vous risquez de devenir associable et infréquentable si ce n’est pas déjà le cas. Sur ce je juge nos échanges clos. Rien de personnel.

Ainsi se termina la joute entre le brillant savant et les brutes de kabyles.net. Un dernier mot pour Dda Stayevski : A gma i k-id-smektiɣ s yiwen wanzi qqaren-t At Zik « ddu d usaɛdi ad taɣeḍ di saɛd-is, ddu d wemcum ad d-taɣeḍ di ccum-is ».

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

La tradition de la transhumance en kabylie

Posté par algeriedemocratie le 13 août 2009

La tradition de la transhumance en kabylie

Bergers de haute montagne

A quelques encablures des cohues de nos villes stressées et surpeuplées, il y a des mondes qu’on ne soupçonne même pas d’exister. Qu’on est loin d’imaginer.

Il faudrait grimper au sommet du Djurdjura, là où l’herbe est verte, l’ombre des cèdres accueillante, là où chantent les sources et les oiseaux, là où l’air n’est empli que des senteurs enivrantes des fleurs et des plantes pour voir le monde de Da Mohamed. Da Mohamed ? Un fringant jeune homme de 56 printemps qui règne sur un troupeau de bœufs de 138 têtes, là-haut, tout là-haut, dans les alpages situés entre le col de Tirourda et la forêt d’Ath Ouavane. Un petit bout de paradis champêtre qui n’a franchement rien à envier aux paysages alpestres de ces cartes postales qui font de la réclame pour un chocolat suisse ou un fromage de France. L’endroit ne s’appelle pas le Clos aux Marguerites ni même Saint-Emilion du clocher, mais tout bonnement Adrar Nath Meslayene. Du nom du arch ou confédération de villages, qui en est le propriétaire. Da Mohamed est donc bouvier ou si vous préférez un terme un peu plus poétique, berger de haute montagne. Chaque année, il estive sur les mêmes territoires pendant six mois. D’avril à octobre, il ne redescend que lorsque la nécessité lui commande de faire quelques ravitaillements. Une moitié de l’année parmi les hommes et l’autre parmi les bêtes. C’est cela la tradition de la transhumance. Une tradition encore vivace dans une bonne partie des villages des versants nord et sud du Djurdjura. Da Mohamed se lève tous les jours aux aurores à l’heure où le troupeau commence à paître. La première tâche de la journée consiste à s’assurer qu’aucune bête ne s’est perdue ou blessée pendant la nuit. Vers 7 h, repus, les bovidés commencent à descendre par petits groupes pour s’abreuver. Ils ont trois abreuvoirs à leur disposition. Alimentés par des sources naturelles, ces abreuvoirs datent du temps de la France coloniale. A partir de 10 h, les bêtes font la sieste jusqu’en fin d’après-midi lorsque ils recommencent à brouter à travers les prairies. Vers 9 h du soir, ils remontent vers les hauteurs pour dormir en groupes sur un terrain plat. Pour Da Mohamed, il faut procéder au comptage des bêtes chaque soir et chaque matin. Quelquefois, un bœuf étranger égaré vient chercher refuge parmi le troupeau. Il faut le garder le temps que son propriétaire se manifeste. Sinon, la vie s’écoule paisiblement comme un long fleuve tranquille. Il s’agit surtout de surveiller les bêtes et de veiller à ce qu’elles ne se perdent ni ne se blessent. Lorsque des gens viennent à passer par là, Da Mohamed leur offre toujours l’hospitalité. Un café, un couscous, un peu de galette, une poignée de figues sèches, quelques herbes médicinales ou un brin de causette sans jamais chercher à savoir qui ils sont. C’est la loi de la montagne. Qui que tu sois, tu es le bienvenu. Son temps libre, Da Mohamed l’occupe à écouter la radio ou à faire des poèmes. D. A. Il en a de très beaux qu’il a soigneusement consignés sur un petit cahier d’écolier et qu’il nous a lus non sans plaisir. Evidemment, à vivre au milieu de toute cette nature, on ne peut que devenir poète. D’habitude, il est complètement seul à faire ce travail. A part Mike, son fidèle chien berger qui lui tient compagnie, il n’y a que les chacals, les sangliers, les vautours, les porcs-épics, les singes et autres habitués de ces altitudes à lui rendre, quelquefois, une petite visite de courtoisie et de bon voisinage. Cette année, son fils Karim, 29 ans, ainsi que son neveu sont avec lui pour l’assister dans ce travail qu’il a entamé, il y a maintenant un peu plus d’un quart de siècle. Pendant que Da Mohamed nous prépare un délicieux petit café bouilli à l’ancienne, Karim surveille à la jumelle les bêtes qui se sont aventurées sous les cèdres presque au sommet de la montagne. Il ne faut surtout pas en perdre une. « A plus de 10 millions de centimes l’unité, ces tondeuses à gazon » sont de vraies petites fortunes sur pattes. Leurs propriétaires paient 800 da par mois et par tête. Une somme qu’une vache peut engloutir en deux ou trois jours si elle reste dans son écurie à se nourrir de bottes de foin. De plus des maquignons, de la région de Michelet et d’Iferhounen, ont recours aux services de Da Mohamed. Le métier est devenu très rentable. Un métier que l’on pratique à tout âge. Ali, 19 ans, a quitté les bancs de l’école prématurément à la 7e année. Depuis, il est berger, presque par vocation si ce n’est par amour du métier. Il garde les moutons en hiver et les bœufs en été. Son village possède 80 bœufs et cinq bouviers pour les garder. Il faut compter 2000 DA par paire de bœufs et par mois. Lui officie sur le versant sud du Djurdjura. Selloum, Ivahlal, Taqervouzth, Ath Mellikeche, chaque village possède ses propres zones de pacage. Des territoires convoités qui ont, par le passé, donné lieu à des guerres tribales, dont les sanglants épisodes sont encore ancrés dans la mémoire collective. Rencontre avec ces fameux bergers et déjeuner aussi champêtre que frugal à l’ombre des cèdres. Au menu, galette, olives séchées, oignons, huile d’olive et abouglou ou agouglou, selon l’accent du terroir. C’est un yaourt 100% nature que l’on obtient en versant quelques gouttes de sève de cardon sauvage ou de figue verte dans du lait frais. Tandis que les hommes se restaurent, le troupeau se repose en ruminant placidement. Une chèvre s’approche des bergers, les mamelles gonflées. Elle réclame avec des bêlements plaintifs d’être traitée car elle a besoin d’être soulagée de son trop plein de lait. C’est un délicieux et joyeux moment que ces instants passés avec ces pâtres au verbe truculent, ces authentiques fils du peuple qui, à force de vivre avec les animaux, ont fini par tout connaître de la nature… humaine.

Pâtres agreste

Ces hommes, qui vivent dans la simplicité et le dénuement et proche de la nature, ont toujours le mot pour rire. Le bonheur est sûrement dans le pré. Ils vivent dans des petites cabanes en pierre et en bois éclairées à la lumière de la bougie ou à celle des étoiles. Les chiens, ces auxiliaires du berger, sont indispensables pour tenir à bonne distance les chacals affamés et toujours à l’affût d’un nouveau-né à se mettre sous le croc. Il faut dire aussi qu’il n’y a jamais de vol, mais il arrive que le troupeau se perde et qu’on le cherche par monts et par vaux. Certains propriétaires lâchent leurs troupeaux libres 12 mois sur 12. Les bœufs deviennent alors semi-sauvages. Il n’y a pas d’autre solution que de l’abattre au fusil si on veut en attraper un. Velqacem et Younes ont le même âge. Originaires d’Ivahlal, ils ont tous les deux 28 ans et un troupeau de 24 bœufs qu’ils ont achetés les uns après les autres dans les marchés de l’est du pays. Ils les gardent à la montagne à tour de rôle avec des rotations de 5 jours. Leurs bovins, ils les paient à près de cinq millions de centimes l’unité et les revendent le double au bout de deux ans d’engraissement. L’hiver dans un hangar et l’été en plein air, le bétail engraisse surtout à la saison sèche en se gavant de l’herbe fraîche des hauteurs. L’année dernière, ils sont montés un 15 mai et sont redescendus le 13 novembre. Aqdhar, cette tradition de la transhumance qui voit le troupeau du village estiver, n’existe plus dans leur village depuis 1986. A la place, des petites PME, comme celle de Velqacem et Younes, ont repris le créneau pour lancer une économie pastorale qui gagnerait à être encouragée. Jadis, vers le 15 mai, tout le village (hommes, femmes et enfants) remontait à Amrah, une aire battue et clôturée par des murailles de pierre où l’on réunissait les animaux pour la nuit. On chantait et on battait des mains chemin faisant. Arrivés là, on encourageait les bœufs à se battre. Un combat sans merci pour désigner le champion, l’aramoul, le chef cornu qui va avoir le devoir de conduire tout le troupeau et le plaisir de saillir toutes les femelles. Tous les prétendants au titre doivent se battre. Parfois à mort. Un seul en sortira vainqueur. Un aramoul reconnu par ses pairs et dont l’autorité ne sera pas remise en question avant la prochaine saison. Il aura pour tâche de conduire un troupeau de 150 à 200 bœufs et ne laissera aucun congénère étranger s’approcher de ses administrés. Il guide et dicte les règles de conduite. Le nif kabyle faisait que l’on achetait très souvent un bœuf spécialement pour cette circonstance, pour être champion. Le prestige de la victoire rejaillissait évidemment sur son propriétaire.

Nos amis les bêtes

Parallèlement au combat des bœufs, une compétition très disputée engageait les hommes : le tir au fusil. Il faut abattre une cible, en général une pierre plate placée à une bonne distance de nos prétendants au titre envié de tireur d’élite du village. Karim, le fils de Da Mohamed, est boulanger. Un métier qu’il n’aime pas du tout. Il préfère garder les bœufs et trouve beaucoup davantages à cette vie en plein air. « J’aime vivre avec les bêtes en pleine nature. C’est une vie saine et on n’est jamais malade », dit-il en promenant son regard sur les monts constellés de villages que l’on voit au loin. Chaque jour, il est aux petits soins avec ses bovidés. Dans sa cabane, il possède tous les vaccins et tous les traitements nécessaires aux petits bobos, en plus de la pharmacopée traditionnelle à base de plantes médicinales. « Je sais exactement ce qu’il faut pour chaque blessure et pour chaque maladie », précise-t-il. Avant de prendre, à regret, congé de Da Mohamed et de ses bêtes, celui-ci tient à nous offrir un petit cadeau symbolique : un sachet plein d’herbes aromatiques et médicinales de différentes espèces. « Pourtant, que la montagne est belle, disait Jean Ferrat. Comment peut-on s’imaginer… »

Par Djamel Alilat

source:el watan

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

Des manifestants bloquent l’accès ouest de Tizi-Ouzou

Posté par algeriedemocratie le 8 août 2009

Ils demandent la libération d’un citoyen qui aurait été agressé par des policiersDes manifestants bloquent l’accès ouest de Tizi-OuzouDes manifestants bloquent l’accès ouest de Tizi-Ouzou dans kabylie(60) 2191_74384

De jeunes manifestants en colère ont procédé, hier, à la fermeture de l’axe routier reliant Tizi-Ouzou à la capitale, et ce, au niveau de l’entrée ouest de la ville.

Usant de barricades de fortune, de pierres et de pneus brûlés, les jeunes ont bloqué, des heures durant, tout accès à la ville.

Les usagers de la RN 12 ont également eu beaucoup de mal à quitter Tizi-Ouzou. Ceux qui l’ont fait ont dû faire preuve de beaucoup d’ingéniosité, car il fallait contourner et les barricades et les embouteillages pour avoir accès à la rocade sud, puis à la RN 12.

Pour ce qui est des raisons de cette (énième) colère, les jeunes manifestants nous ont fait savoir qu’ils protestaient contre l’arrestation (qu’ils jugent arbitraire !) d’un des leurs, résidant du quartier sud-ouest.

Selon les propos des jeunes qui ont fermé la route, cette personne, qu’ils qualifient de “très respectable”, a non seulement fait l’objet d’une arrestation illégale, mais également d’agression de la part des policiers.

Le fils du concerné, qui nous a présenté un certificat médical attestant que son père a été roué de coups et qu’il a été sévèrement blessé au front par une crosse de kalachnikov, raconte que son père était “allé voir ces policiers pour qu’ils s’expliquent sur l’arrestation, quelques minutes plus tôt d’un de ses fils, lui aussi passé à tabac. Une altercation s’en est suivie.

Les esprits se sont échauffés et mon père s’est physiquement accroché avec les policiers. Ils l’ont sévèrement roué de coups.

Mon père n’a dû son salut qu’à l’intervention de quelques riverains…”

Mais le plus injuste dans cela, ajoute notre interlocuteur, c’est que “le lendemain, quand mon père s’est présenté au procureur pour déposer plainte contre ses agresseurs, il a été immédiatement arrêté et jeté en prison. Il comparaîtra demain (aujourd’hui dimanche, Ndlr) devant le juge…”

Cela dit, la fermeture de la route pendant presque toute la journée d’hier à eu comme objectif de demander la libération du détenu.

Ce dernier, fils de chahid et souffrant d’une maladie chronique, à passé hier son 6e jour d’emprisonnement.

source:la dépêche 8/08/09

Publié dans kabylie(60) | Pas de Commentaire »

Kabyles.net, un site dédié à la haine de la Kabylie.

Posté par algeriedemocratie le 8 août 2009

Kabyles.net, un site dédié à la haine de la Kabylie.

Le site kabyles.net se spécialise de plus en plus dans la provocation.  Ce sujet serait d’une banalité évidente si seulement le site n’avait pas comme adresse le nom des habitants de la Kabylie. Au regard de ce qui se publie sur ce site il est urgent de se poser la question de savoir si c’est dans notre intérêts en tant que kabyles de voir un site s’afficher islamophobe, pro-sioniste et qui s’amuse par ailleurs à casser du kabyle quand ça fait augmenter le nombre de ses visiteurs par jour. 

Écartons tout malentendu, nous ne sommes pas contre le peuple juif. Cette phrase est indispensable pour éviter les raccourcis de certains lecteurs. Nous souhaitons voir un jour les peuples israélien et palestinien  vivre côte à côte dans la paix et le respect.  Nous ne sommes pas aussi islamiste mais nous estimons, comme le stipule l’article 18 de la déclaration universelle des droits de l’Homme que  « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites ».  Nous allons tenter ensemble d’analyser un article critiquant la participation d’Aït Menguellet au PANAF. « Le papier » publié à la Une du site  par Halim Akli  le jeudi 23 juillet 2009  et s’intitule «  Le PANAF et nos aartistes ». L’auteur de ce papier a à son actif plus de 70 articles et des dizaines de commentaires sur le site kabyles.net. Connu, comme militant du RCD, structuré jusqu’à ce jour.  Halim intervient sur beaucoup de thèmes sur le site. La chanson : avec des critiques constructives sur Medjahed Hamid, Le groupe Inasliyen, Nouara, Gouloussa (un chanteur débutant), Mohamed Allaoua (qui a aussi participé au PANAF). Et des critiques virulentes et dévalorisantes pour le chanteur débutant Zimou et Aït Menguellet. Tout d’abord, si la participation au PANAF était un tord, pourquoi donc Halim Akli ne revient pas sur ses dires à propos de Mohammed Allaoua qu’il décrit comme « l’exception artistique » !? Pourquoi ne pas citer d’autres artistes qui ont participé au PANAF !? Pourquoi ne pas parler de cette foule nombreuse qui s’est bousculée pour voir ces artistes au stade de Tizi-Ouzou !? Halim Akli donc, sur le plan éthique, à des choses à se faire reprocher. En effet, il ne critique pas la participation au PANAF mais il utilise la participation au PANAF comme prétexte pour justifier sa critique pour Lounis Aït Menguellet. Là aussi, si Aït Menguellet, comme le rappelle la majorité des commentaires, à applaudi Bouteflika en 1999, Le RCD, Parti politique dont est structuré Halim Akli à ce jour, a donné 3 ministres au 1er gouvernement de Bouteflika. Que fait Halim Akli donc au RCD ? Qu’à t-il fait pour s’opposer à la participation du RCD au gouvernement de Bouteflika ? 

Je ne crois pas que Halim Akli est capable de justifier ces contradictions. 

Faisons un tour sur quelques statistiques. Sur l’article de Halim Akli,  nous avons relevé jusqu’à présent :  a.    20 commentaires attribués au pseudo Thiziri. b.   12 commentaires attribués au pseudo Amazigh 

c.   10 commentaires attribués au pseudo Bahaq d.   03 commentaires attribués au pseudo Miss Fortune 

e.   03 commentaires attribués au pseudo Lounes f.     01 commentaire de l’auteur de l’article Halim Akli. 

Nous remarquons donc un total de 49 commentaires signé par 5 pseudos. En postulant que derrière chaque pseudo il y aurait une personne. Cinq personnes donc à elles seules ont signé 49 commentaires dont certains sont d’une longueur étonnante. 

Après avoir visité des dizaines d’articles publiés sur ce site nous remarquons aisément que ces pseudos reviennent assez souvent pour aller dans le bon sens et conforter la ligne éditoriale. Il y a aussi le pseudo de kabyliste qui a signé à lui aussi des dizaines de commentaires et de papiers.    On décrirait ça comme une sorte d’acharnement médiatique à une petite échelle. On multipliant les commentaires et les réactions, les intervenants souhaitent avoir un impacte psychologique sur les visiteurs qui ne prennent pas le temps de lire les signataires des commentaires et leurs contenus. Le message est claire : on est nombreux à ne pas aimer. Alors qu’en réalité, il n y a que 5 pseudos et peut être 5 personnes derrière. Cette remarque est valable sur les derniers articles portant sur les vérités scientifiques du Coran et sur les articles dédiés pour casser le chanteur kabyle débutant Zimou. 

Si nous reprenant le même postulat selon lequel derrière chaque pseudo il y aurait une personne, nous avons donc compté plus de 12 personnes qui ont essayé tant bien que mal de prendre la défense de Aït Menguellet sans compter les anonymes et les messages supprimés en plus du miens alors que je l’avais rédigé en kabyle.  Revenant aux administrateurs du site. Thiziri, à elle (ou à lui) seule a signé 20 commentaires, en plus des commentaires qu’elle (il) poste sur d’autres « articles ». Nous avons toutes les raisons de penser que cette personne est payée pour ça. Sa présence quasi-obsessionnelle sur le site attestée par ses dizaines de commentaires et articles  publiés est impossible pour n’importe quelle personne ayant un emploi du temps ordinaire (boulot, famille …). L’éventualité donc que la personne qui se cache derrière le pseudo Thiziri est employée du site est vraisemblablement évidente.  Il n’y a aucun mal à employer une personne pour s’occuper d’un site. Mais dans le cas de kabyles.net nous avons le droit de poser certaines questions qui fâchent ? D’où vient l’argent ? Nous croyons savoir que kabyle.com, le plus grand site kabyle connu à ce jour, n’arrive pas à rémunérer ses administrateurs et ses modérateurs. Comment est-ce possible donc pour kabyles.net !? La réponse est sans doute à chercher dans la ligne éditoriale du site. En effet, cet islamophobie et ce pro-sionisme affichés sont peut être lucratifs.  Il suffit seulement de savoir à quelle porte frapper pour empocher l’argent. 

Mais à bien réfléchir, ça serait trop leur donner d’importance aux administrateurs du site, que de développer ce genre d’analyse. La vérité c’est qu’ils font ça gratuitement les pauvres. L’État sioniste n’a pas besoin d’eux. L’Islam ne disparaîtra pas de la Kabylie, quoi qu’il fasse.  Kabyles.net reprend donc des articles de juif.org gratuitement. J’ai lu un administrateur répondre à une question qui demandait le pourquoi du soutien affiché pour Israël, écrire « l’ennemi (juif) de mon ennemi (arabe) et mon ami ».  Une seule phrase, vous avez là toute la philosophie du site kabyles.net.  Revenant maintenant à nos motivations de tenter un éclairage sur les sombres manipulateurs du site kabyles.net. 

Chers administrateurs du site kabyles.net :  Vous avez le droit de soutenir qui vous voulez. Vous avez le droit de critiquer la religion que vous voulez et de prêcher pour celle que vous croyez juste. Vous avez le droit de critiquer les chanteurs que vous n’aimez pas. Vous avez le droit de parler de tout et de dire tout. Mais tout ce que vous dites sous l’adresse kabyles.net implique tous les kabyles. Nous avons donc un droit de regard parce que vous utilisez le nom donné à nos ancêtres. La Kabylie ne manque pas d’ennemi pour lui en chercher d’autres. La Kabylie a besoin de soutien et de compassion pour son combat. Les kabyles ont besoin d’un espace sur Internet qui parlerait d’eux comme des citoyens démocrates, qui respectent les autres cultures, qui respectent les religions, qui respectent les autres peuples, qui respectent les autres langues … Il faut que le Monde voit en nous des êtres respectueux pour qu’il daigne soutenir notre combat contre le régime algérien pour que notre culture, nos religions, notre liberté, notre langue et  notre histoire soient respectés.

Publié dans kabylie(60) | 1 Commentaire »

12345...7
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema