tidiwnit d umyaru Ait kaci Mohamed Arab

Posté par algeriedemocratie le 26 décembre 2011

tidiwnit d umyaru Ait kaci Mohamed Arab dans Littérature(2)

Sebɛa n tulisin ɛnant  tayri. Tayri d aḥulfu ur nelli d ṭaṭabaṭaṭa. Rnu, slid “Znezla”, tullisin keffunt s leḥzen. Acimi ihi “Ṭaṭabaṭaṭa”?
ilaq ad tezreḍ a gma belli tugti n tullisin-agi ttwarant ger  mraw(10) d mraw semmus(15) iseggasen. Llant kra uriɣ azgen seg-sent meqbel mraw (10) iseggasen, azgen nniḍen kemmeleɣ uriɣ-t iseggasen-agi ineggura. U ṭaṭabaṭaṭa d aḥulfu-nni iḥulfa usaḍ(héros) n tullist I lehduṛ imeddukal-is ɣef tayri, yeqqar-as kan d ashetref i shetrifen, ziɣ netta i t-yettraǧun d yiwet n tedyant n tayri i t-yessawḍen (ɣas mači aṭas n wakud) ɣer tilisa n tiselbi d timuhbelt. Ma d leḥzen…Nek ɣur-i ur ḥzinent ara tmucuha-nni ugar n wayen ttidiren medden maṛṛa imi ḥkant-ed ɣef tudert amek tella u yal yiwet deg-sent tekfa s usirem d laman deg uzekka i d-iteddun. Ula d asufri tekfa s usirem di llufan i d-ilulen.

Neḥulfa  yella umaynut i d-tewwiḍ (di tira ).  Amzun akken tefɣeḍ i wabriḍ d-wwin wiyaḍ ?
Ur zmireɣ acu ara ad d-iniɣ  ɣef yiman-iw neɣ ɣef tira-w. D kenwi s ineɣmasen aaked d lɣaci I ilaq ad d-inin tura. Nek lemmer ttafeɣ ad ilin xerṣum 100 warrac i wumi ara sḥemleɣ s tira-w tutlayt n tmaziɣt, imi nesɛa zher nekni yesɛan tutlayt yettwanṭaqen asmi tettwanṭaq tseryanit, tegrigit, tṛumanit,d tmaṣrit… U tutlayin-agi mmutent i maṛṛa, mazal-ed ḥala tamaziɣt teckenteḍ s kra isefra d cwiṭ idurar di tmacint i d-yewwin amdan ɣer lqarn-agi n lanternet d tilifun ufus. Ma yella neḥrec u ncemmeṛ I yiɣallen-nneɣ akken ma nella yark nezmer ad tt-nessiweḍ ɣer tisutwin i d-iteddun. Mulac Llah ɣaleb, akken qqaren imezwura…

Tira inek tcuba tira n zimu (di tezlatin), cwiṭ n teḍsa…?
Zimu d yiwen umeddakel ameqran d wumi cerkeɣ ula d tirga. Aṭas n tɣawsiwin d tektiwin i nemyemmal. Neddukel ugar n 15 aya, ahat d aya i d-yefɣen di tira-nneɣ. Daɣen ilaq ad ẓren warrac-nneɣ belli nesɛa yiwen uleɣluɣ am mass Zimu i d-yesnulfan s waṭas deg aṭas n yeḥricen n tẓuri, a ma di tira n tsekla, wala deg isefra neɣ di lmuziga. Ula d ṛṛadyu iǧǧa-d later-is am yiwen udinuzuṛ. U mazal-it d yiwen ara d-yefken aṭas I tmetti akked tmaziɣt seg igerujen yeffer wul-is.

Amek i d ak-d-tban, tura, tira s teqbaylit ? Amek i tt-tettwaliḍ ar zdat ? 
Yeččur usirem mara waliɣ nesɛa: amar mezdad, meziane kezzar (nek ɣur-I, tira-ines d ayen izaden), aumar Ulamara, linda Kuddac,habib-allah mansuri, remdan abdenbi,kamal buɛmara, muḥend ait iɣil, brahim tazaɣart, salem zenia, akli kebaili, buɛlam rabia, Abdellah Hamane, slimane zamouche, ḥamid ubaɣa, awmar mufeq, ǧamal benɛuf d waṭas nniḍen ttuɣ akka tura. Ahat Mulud Mameri s yiman-is ur yurga yara ad ilin wanect-a n yemyura ara yettarun s tmaziɣt 20 iseggasen kan umbeɛd tamettant-is, ad fell-as yaɛfu Ṛebbi. U si tama nniḍen tura iɣerbazen n tmurt n leqbayel la d-ssufuɣen aṭas n warrac d tullas i yettweniɛen tira n teqbaylit. Anect-agi ḥala asirem i yellan deg-s, ɣas ma neẓra tudert tatrart yettazalen mači d tin ara ɣ-iṛeḥmen. Mebla ma ttuɣ atmaten-nneɣ n lmeṛṛuk akked Libya ixeddmen yiwen cɣel ameqran deg usnarni d wesnefli n tutlayt-nneɣ.

Yesteqsa-t Mouloudj.M

source: dépêche de kabylie

Publié dans Littérature(2), tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci

Posté par algeriedemocratie le 13 décembre 2011

Dépêche de kabylie

“Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci

Par Mokrane Chikhi

 

 

 

Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci dans Littérature(2)

Yeffeɣ-d ussan-a ɣer teẓrigin Mehdi yellan di Tizi Wezzu yiwen wamud n tullisin i yura mass Mohamed Arab Ait Kaci, amud-a yewwi azwel « Ṭaṭabaṭaṭa » yellan daɣen d azwel n yiwet tullist ger sebεa-nniḍen i d-yeddan deg wamud. Tullisin-a i yura mass Mohand Arab Ait Kaci, akken ma llant yewwi-d deg-sent ɣef yiɣilifen d wuguren n tudert tatrart, yura-tent s teqbaylit timserreḥt i yezmer ad yefhem yal yiwen, ayen i as-yernan ccbaḥa i uḍṛis. « Tislit, Amakraḍ, Aqjun, Ṭaṭabaṭaṭa, Znezla, Tufga taneggarut, Asufri » d wi i d izwal i sent-yefka i tullisin i d-yeddan deg wamud, yal tullist s wazal-is imi yal yiwet seg-sent yewwi-d deg-s ɣef kra n uḥric n tudert tatrart ; d amedya deg tullist « Ṭaṭabaṭaṭa’, yeḥka-d ɣef yiɣilifen i yettidir unelmad asdawan neɣ « litidyu n wass-a », yemmeslay-d deg-s ɣef tudert n unelmad menwala am wassaḍ n tullist i yefren ad yili d amalas(win i d-iḥekkun). Yeḥka-d amek i yemlal d Faḍma di tesdawit n Ḥesnawa, d teswiεt n wuṛeɣ i yesεedda yid-s uqbel ad tɣib fell-as ɣer taggara imi nettat lawan-nni ideg tt-yemlal tella tennuɣ akked uxḍib-is daymi i d-tusa ɣer tesdawit akken ad tekkes ɣef ul. Di tullist-a, qwant tegnatin ideg amyaru yeglem-d aṭas n yisuyas n tudert n yinelmaden n tesdawit am: udṛagi, ccumaj, taganit neɣ lacan,…atg I win (tid) yebɣan ad ɣṛen(t) amud-a, zemren(t) ad t-afen(t) deg akk tinedlisin n tmurt n Leqbayel, ma di Lezzayer tamanaɣt yella ɣer tnedlisin-a: El Qartassia Bd Amirouche, Bibliothèque Générale El-Biar, Librairie médicale ex rue Charasse Alger Centre, Librairie Les Mots Bd Victor Hugo Alger Centre.

 

Mokrane Chikhi

Publié dans Littérature(2), tamazight(65) | Pas de Commentaire »

“Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci

Posté par algeriedemocratie le 13 décembre 2011

“Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci dans Littérature(2)

Yeffeɣ-d ussan-a ɣer teẓrigin Mehdi yellan di Tizi Wezzu yiwen wamud n tullisin i yura mass Mohamed Arab Ait Kaci, amud-a yewwi azwel « Ṭaṭabaṭaṭa » yellan daɣen d azwel n yiwet tullist ger sebεa-nniḍen i d-yeddan deg wamud. Tullisin-a i yura mass Mohand Arab Ait Kaci, akken ma llant yewwi-d deg-sent ɣef yiɣilifen d wuguren n tudert tatrart, yura-tent s teqbaylit timserreḥt i yezmer ad yefhem yal yiwen, ayen i as-yernan ccbaḥa i uḍṛis. « Tislit, Amakraḍ, Aqjun, Ṭaṭabaṭaṭa, Znezla, Tufga taneggarut, Asufri » d wi i d izwal i sent-yefka i tullisin i d-yeddan deg wamud, yal tullist s wazal-is imi yal yiwet seg-sent yewwi-d deg-s ɣef kra n uḥric n tudert tatrart ; d amedya deg tullist « Ṭaṭabaṭaṭa’, yeḥka-d ɣef yiɣilifen i yettidir unelmad asdawan neɣ « litidyu n wass-a », yemmeslay-d deg-s ɣef tudert n unelmad menwala am wassaḍ n tullist i yefren ad yili d amalas(win i d-iḥekkun). Yeḥka-d amek i yemlal d Faḍma di tesdawit n Ḥesnawa, d teswiεt n wuṛeɣ i yesεedda yid-s uqbel ad tɣib fell-as ɣer taggara imi nettat lawan-nni ideg tt-yemlal tella tennuɣ akked uxḍib-is daymi i d-tusa ɣer tesdawit akken ad tekkes ɣef ul. Di tullist-a, qwant tegnatin ideg amyaru yeglem-d aṭas n yisuyas n tudert n yinelmaden n tesdawit am: udṛagi, ccumaj, taganit neɣ lacan,…atg I win (tid) yebɣan ad ɣṛen(t) amud-a, zemren(t) ad t-afen(t) deg akk tinedlisin n tmurt n Leqbayel, ma di Lezzayer tamanaɣt yella ɣer tnedlisin-a: El Qartassia Bd Amirouche, Bibliothèque Générale El-Biar, Librairie médicale ex rue Charasse Alger Centre, Librairie Les Mots Bd Victor Hugo Alger Centre.

 

Mokrane Chikhi

source: dépêche de kabylie

Publié dans Littérature(2), tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Tizi Ouzou : Hommage à Rachid Mimouni

Posté par algeriedemocratie le 24 janvier 2011

Tizi Ouzou : Hommage à Rachid Mimouni

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.01.11 | 

   	Le grand écrivain algérien Rachid Mimouni.

© D. R.

Le grand écrivain algérien Rachid Mimouni.

Le grand écrivain algérien Rachid Mimouni.

Un hommage à l’écrivain Rachid Mimouni (1945-1995) a eu lieu, mercredi dernier, à  l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.

La rencontre a été organisée par des étudiants de la Faculté des lettres, encadrés par des enseignants. La nombreuse assistance (l’université étant en grève) a suivi une lecture d’extraits de deux romans ; Le Fleuve détourné (1982) et L’honneur de la tribu (1989). Cette rencontre littéraire a pour objectif de redynamiser l’action culturelle et surtout d’encourager la lecture dans l’université, ont affirmé ses animateurs. «La littérature appartient à la nation, au peuple. Les étudiants doivent s’en sentir les héritiers pour pouvoir reprendre le flambeau. L’université doit jouer ce rôle. Elle est la première à devoir le faire, à s’ouvrir sur la société», dira Mme Malika Bouhklou, enseignante au département de français.

«Nous avons opté pour la lecture d’extraits qui représentent à la fois la vie littéraire de Mimouni en tant qu’écrivain, et ses positions en tant qu’intellectuel. Nous voulons aussi sortir du cadre traditionnel, dans notre université, en présentant la vie et l’œuvre d’un écrivain dans une communication. Nous supposons qu’en lisant des passages de l’œuvre d’un écrivain, on donne la vie au texte. Et afin de parler de la diversité linguistique de notre pays, on a pensé à présenter les mêmes extraits des deux romans en arabe, en français, en tamazight et en anglais», dira, par ailleurs, Kaci Sadi, étudiant en post-graduation. Les passages qui ont été lus par les étudiants ont trait, notamment, à «la quête de soi», à la «transgression des tabous» et au «rôle de l’intellectuel dans la société» ; des notions largement développées dans l’œuvre de l’auteur de Tombéza.

La représentation de la femme dans les textes de Rachid Mimouni a été l’un des thèmes qui ont suscité les débats. «La femme, pour Mimouni, est un objet de désir. Elle n’a pas encore ses droits. Elle est opprimée par la société patriarcale avec la bénédiction de l’idéologie du système politique. Ce qu’il faut retenir aussi, c’est que Mimouni a abordé également des tabous, tels que le viol», répondra Nadia Naâr, enseignante au département d’anglais, à une question sur la place qu’occupe la femme dans l’œuvre de Rachid Mimouni.

Djemaâ Timzouert

source: el watan

Publié dans Littérature(2) | Pas de Commentaire »

RACHID BOUDJEDRA : “Le complexe du colonisé est beaucoup plus fort chez nous”

Posté par algeriedemocratie le 23 avril 2010

1

RACHID BOUDJEDRA À “LIBERTÉ”

“Le complexe du colonisé est beaucoup plus fort chez nous”

Par : Sara Kharfi

“Les Figuiers de Barbarie” est le dernier roman de cet auteur prolixe et majeur de la littérature algérienne. Dans cet entretien, il revient sur ses thématiques récurrentes, ses obsessions, sa vision de la guerre et  de l’Algérie.

Liberté : Figuier de Barbarie est une expression qui prend un double sens. Du côté français, c’était une insulte, mais du côté algérien, c’était plutôt un compliment. Pourquoi avoir opté pour ce titre ?
Rachid Boudjedra : D’abord, objectivement. Dans la ferme où j’ai passé beaucoup de vacances d’été, c’était à la fois une ferme et un haras (il y avait l’élevage des chevaux), les palissades étaient toujours en figuier de Barbarie dans notre région, et d’ailleurs dans toute cette région des Aurès. J’ai vécu dedans. Ça m’a fasciné et j’ai trouvé, avec l’âge, avec le temps, que le figuier de Barbarie est quelque chose d’assez particulier. Souvent, les gens ne l’aiment pas beaucoup, mais je trouve que d’un point de vue esthétique, c’est une structure et une sculpture. Il a aussi cette qualité (ou défaut) d’avoir des épines très fortes. Il a des fleurs absolument formidables, mais que les gens ne connaissent pas. Jamais je n’ai entendu parler un écrivain méditerranéen de la beauté des fleurs de Barbarie quand ça fleurit. Le figuier de Barbarie donne de très grosses fleurs blanches, mauves, jaunes et rouges. Quatre couleurs en même temps. Donc, j’ai vu des enceintes des fermes recouvertes complètement par les fleurs ; on ne voit pas les parties qui ressemblent à du plastique et les épines. Le figuier de Barbarie est un peu, pour moi, l’Algérien. Il est très fier, très digne, mais en même temps, il peut être très agressif. Mais je crois qu’il est agressif quand on lui fait du mal. L’Algérien n’est pas quelqu’un d’agressif, malgré tout ce qu’on dit de nous-mêmes négativement. On admire les Marocains, les Tunisiens, les Égyptiens, et même chez les intellectuels, on a cette façon de se voir. Nous avons le déni et la haine de soi. Je ne sais pas, mais, quelque part, la haine de soi a des racines coloniales. Le colonialisme, on ne s’en débarrasse jamais, c’est une maladie chronique, une lèpre. Et donc, voilà pourquoi les Figuiers de Barbarie. Et puis il ne bouge pas. N’importe quel arbre peut bouger par le vent et n’importe quel arbre peut vous érafler, mais pas le figuier. Si vous vous en approchez trop près, il pique. Et l’Algérien est comme ça, il est très orgueilleux — dans le bon sens —, très fier, très digne, mais quand on l’attaque, il devient très méchant.

On retrouve dans ce nouveau roman, les thèmes des précédents : le père toujours omniprésent, et vous reprenez l’histoire du Vainqueur de coupe. Pourquoi ? Est-ce des questions qui n’ont pas été élucidées dans les précédents écrits ?
Le roman n’est pas une clinique, on n’y va pas pour se soigner ou pour résoudre un problème. Ce qui manque chez l’écrivain algérien, ce sont les fantasmes. Aussi bien chez les anciens, dont le grand Kateb Yacine. Le fantasme est autocensuré en Algérie. Il y a la censure sociale et il y a l’autocensure. Mes fantasmes sont toujours les mêmes, depuis que j’écris et même avant ; ils fonctionnent et ils reviennent. Je crois qu’on écrit toujours un seul roman, on réécrit le même roman, par exemple les vingt tomes de Proust, c’est le même roman. Je fonctionne avec le fantasme, et c’est pour cela que ces fantasmes reviennent tout le temps. Je ne changerai jamais. C’est comme les cauchemars, je fais les mêmes cauchemars, je fais les mêmes rêves ; c’est répétitif. Quand j’écris, je fais fonctionner mes fantasmes, le seul point qui change, c’est l’angle, le point de vue. Vous ne poseriez jamais cette question à un peintre. Picasso, dans Femmes d’Alger dans leur appartement (formé de sept parties), il a repris exactement le Guernica (c’est un petit village basque bombardé par Franco). Je ne vois pas la différence entre les deux, sauf que le Guernica est une seule toile. Dans chaque roman, ce sont les sujets qui changent, ce sont les mêmes personnages, et puis il y a toujours le narrateur au centre. Et puis, vous savez, beaucoup d’Algériens n’ont pas lu le Vainqueur de coupe. Aussi, quand j’écris, je pense aux jeunes qui aiment la littérature et qui n’ont pas lu tout Boudjedra.

Les Figuiers de Barbarie est-il un roman de la désillusion ?
Je n’aime pas le mot. Ils sont un peu dans la désillusion, mais ils sont surtout dans la perplexité. La notion d’échec est présente chez les intellectuels parce qu’ils pensent leur vie. Qu’est-ce qu’un intellectuel ? C’est quelqu’un qui pense sa vie, qui se réfléchit, qui s’analyse. Et quand ils (Omar et le narrateur, ndlr) font l’heure de vol, ils font le bilan de leur vie, et c’est l’échec, c’est l’échec total. C’est la désillusion et la perplexité. Chaque peuple se pose la question : pourquoi ne sommes-nous pas heureux ? 

Ce sentiment d’échec n’est-il pas une conséquence du fait que les deux personnages centraux, Omar et le narrateur, avaient fait la guerre ?
Oui, mais pas seulement. C’est l’une des raisons. L’autre raison, c’est l’échec de l’indépendance, il ne faut pas oublier qu’on a eu un coup d’État tout de suite en 1965 ; on a eu octobre 1988, après on a eu les dix ans de terrorisme intégriste. L’horreur ! 

Vous dites dans ce roman que toutes les révolutions sont des échecs, mais il faut les faire quand même. Pourquoi ?
Dans l’Algérie de 1962, il y avait 10% d’enfants scolarisés, il y avait une seule université dans toute l’Algérie, et il y avait un hôpital par grande ville. Aujourd’hui, combien d’universités nous avons ? Combien de gosses vont à l’école ? L’Algérie indépendante est beaucoup mieux, soixante mille fois mieux. Bien sûr. Mais, cependant, l’Algérie ne pouvait pas faire mieux que ce qu’elle a fait jusque-là pour des raisons objectives et subjectives. L’histoire est très subjective aussi. L’Algérien a l’impression que l’intellectuel marocain ou tunisien vit mieux que lui. C’est faux ! Je dirai même que l’Algérien vit mieux. Nous avons des complexes que Fanon avait définis il y a bien longtemps. Le complexe du colonisé est beaucoup plus fort chez nous, parce que nous avons été une colonie de peuplement, que la France n’a pas essayé de tuer les gens ou de les détruire ; elle a surtout essayé de détruire l’identité, et ça c’est un vrai problème. Mais nous en parlons, ça nous inquiète, et c’est bien pour cela que nous sommes un pays intelligent. Car nous sommes inquiets, parce que nous sommes partis de très loin, nous visions très haut, et nous sommes arrivés à un certain niveau qui n’est pas si mauvais que ça, mais qui ne nous satisfait pas. Et ça, c’est une forme d’intelligence. Les deux personnages sont intelligents et malheureux. Qu’est-ce que l’intelligence sinon avoir conscience de soi, mais elle est malheureuse.

Vous dites aussi qu’une langue est révélatrice des équivoques de son histoire. Quel est votre rapport à la langue ?
Je suis bilingue. J’aime beaucoup les langues parlées algériennes que je trouve métaphoriques et extraordinaires, et que j’utilise dans mes romans en arabe. Malgré tout, il est quand même étonnant que nous continuions dans les langues parlées à utiliser le français, à le casser, à le détruire, à le transformer, à le conjuguer. Un substantif français est souvent conjugué en Algérie. Je crois que la métalangue reflète la complexité de l’identité algérienne.

Mais cette métalangue n’est-elle pas représentative d’une violence ? Une confrontation ?
Par rapport à l’identité ? Oui, bien sûr ! Il y a cette fascination/répulsion pour le colonialisme. 

Vous consacrez au colonel Amirouche quelques lignes avec lesquelles vous réhabilitez — un peu — son image. Amirouche fait également l’actualité ces derniers temps avec la parution du livre de Saïd Sadi. Que pensez-vous du parcours de ce martyr ?
Il n’y a pas que le colonel Amirouche. La révolution est faite par des révolutionnaires qui sont souvent héroïques. Mais pas des héros. Amirouche a été un type formidable, mais il a été amené à commettre des crimes contre ses propres troupes. Dans son cas, il est vrai qu’il a été poussé par les services de renseignement français. Par l’armée et par un certain nombre de choses. Moi, j’ai la preuve qu’il n’était pas du tout contre les intellectuels. Il a assassiné quelques intellectuels, il a commis quelques massacres contre les populations, mais il a aussi fait le contraire. Il a fait refouler certains intellectuels vers la Tunisie, parce que le maquis devenait intenable. Lui, il n’a pas fui. Des gens ont parfois été liquidés injustement, mais la France, il faut le reconnaître, a essayé d’infiltrer les maquis. Amirouche est un chef ; c’est un être humain, tout comme Belkacem. À la limite, j’en veux à Krim Belkacem d’avoir fait assassiner Abane Ramdane. Car l’ordre est venu de Belkacem. Boussouf n’a été qu’un second couteau. C’est terrible ! Belkacem, au moment de l’exécution d’Abane, était dans la pièce à côté, et Bentobal raconte que Krim aurait pleuré. Si au moins Abane avait été jugé dans un tribunal révolutionnaire ! Ce sont trois bonhommes qui ont décidé de le tuer. À mon sens, et c’est une hypothèse, c’est parce qu’Abane était le plus progressiste. Ils l’ont liquidé d’une façon terrible. Dans ce roman, je fais justement le parallèle entre la liquidation d’Abane Ramdane et celle de Ben M’hidi. Aussaresses raconte qu’une fois qu’il a été exécuté (c’était à Baba Ali), ils l’emmenèrent à l’hôpital Mustapha. Le médecin l’a ausculté et ils ont constaté le décès à l’hôpital. Un ami de Ben M’hidi m’a raconté que la corde a cassé trois fois, alors qu’il était très maigre et très petit. Ça n’a jamais été raconté, même pas par les historiens. Je crois que c’est le premier roman qui met tout ça en bouillie. Je voulais rendre hommage à tous ces gens-là. Par exemple à Maillot qui sans la cargaison énorme qu’il avait amenée dans l’Ouarsenis, peut-être que la révolution algérienne n’aurait pas pu se faire. Dès que ce convoi a été distribué sur toute l’Algérie, Amirouche a remercié le chef de la région de l’Ouarsenis. Mais Maillot n’a même pas une rue à son nom. Yveton a une petite rue, au Clos-Salembier, là où il est né.

Vous lui consacrez une bonne partie dans votre roman d’ailleurs…
Parce que sa mort est exemplaire. Il était innocent. Il n’a pas tué, il n’a jamais tué personne, mais la France voulait en faire un exemple : le premier pied-noir, membre du FLN, exécuté. 

Pourquoi avoir opté pour l’avion comme lieu où la machine des souvenirs s’enclenche ?
Pour deux raisons. D’abord parce que l’espace aérien est un espace neutre, et il devait y avoir un règlement de comptes entre ces deux copains. Lorsqu’Omar est descendu du maquis, il a accepté l’histoire (ndlr, un père qui travaille pour la France et un frère membre actif de l’OAS). Puis il a commencé à se rétracter, à  changer de position. Je voulais que le règlement de comptes ne se fasse ni chez Omar ni chez le narrateur, mais dans l’espace, parce que l’espace aérien est neutre par définition. La deuxième chose est due au fait que j’ai étudié le grec et qu’il y a chez les Grecs cette notion d’unité d’espace, de temps et de sujet. J’ai fait cela dans l’optique d’avoir un espace et un temps (l’heure de vol). Troisième chose, et c’est franchement par hasard : c’est un copain que je rencontre souvent dans l’avion, donc nous renouons à chaque fois. On se rencontre dans les aéroports. Je me demande s’il ne s’arrangeait pas pour qu’on se rencontre dans l’aéroport, comme dans le roman.

S. K.

Les Figuiers de Barbarie, de Rachid Boudjedra, roman, 204 pages, éditions Barzakh, Algérie, avril 2010, 600 DA.

Publié dans intellectuels algeriens(48), Littérature(2) | 1 Commentaire »

Entretien avec Youcef Merah, poète

Posté par algeriedemocratie le 16 février 2010

Entretien avec Youcef Merah, poète“La réalité des choses est amère”

Youcef Merah est de ceux qui suivent les traces de légendes de la poésie francophone, il est poète, penseur… Né en 1972 à Souk El Tenine, il a poursuivi ses études supérieures à  l’université d’Alger (IEPS Delly Brahim).

Sa poésie porte en elle, la fusion de la vie et de la mort, du jour et de la nuit, du passé et de l’avenir… On peut  boire la vie sans goûter les amertumes de la mort. Il se délecte de l’absurdité de la vie, son accent pessimiste élimine les âmes chétives et parallèlement, insuffle le goût du renouveau, de la renaissance à ceux qui vibrent encore la fibre d’amour, de justice et d’humanité. Si certains poètes dissèquent les mots, Youcef les caresse, les berce nostalgiquement aux lecteurs. Ses premières écritures ont commencé en 1994, c’était le temps où le poète prenait contact avec la poésie et s’engageait par ses propres moyens à éditer en 1999 plus de mille exemplaires de son recueil, vendus dans trois wilayas (Alger, Tizi Ouzou, Béjaïa). Il est affecté particulièrement par l’esprit patriotique, c’est peut-être aussi à travers ses poèmes inspirés par l’amour, le patriotisme et la nostalgie, que le souffle poétique fera son apparition. Ses recueils intitulés “Les griffes du silence” et “Tout dans le feu”, il joue avec les mots clairement exprimés surtout par leur sens caché. Le jeune poète vient de faire son entrée dans la scène littéraire, dans cette interview, il nous a révélé ses ambitions.

 

La Dépêche de Kabylie : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ?

Vous savez avoir un peu plus de 21 ans et faire des études universitaires dans une ville comme Alger qui était à l’époque rongée, par le terrorisme et le désespoir nettement visible sur les faces des gens rendait la vie très difficile et les jours très lourds à supporter ; l’ennui s’installe et donne vie à une certaine imagination, ce moyen de combattre l’amère réalité pour laquelle nous faisons face. L’ennui et le sentiment d’avoir retrouvé son âme sœur affinent tour à tour des traits de convictions sur pas mal de choses concluant l’existence et les aspirations. Un amour est né sous une nuit de printemps et comme vous le savez, les nuits printanières sont remplies de mélancolie et de contemplation, chose qui a laissé une espèce de mauvais impact sur une histoire d’amour née pour vivre de cette main orpheline et condamnée à s’alimenter du fiel de la séparation.

 

Quelles sont vos premières expériences ?

Plutôt bien, un titre édité à compte d’auteur et écoulé dans une seule région est plutôt un résultat encourageant pour moi.

 

Un mot sur l’actualité ?

La réalité des choses est amère ! Le pays se noie dans un monde de choses auxquelles il croit le plus, tout en niant tant d’autres, sensées le conduire vers ces idéaux et le jalonner pour ne rien perdre de cette sève insufflée par les aïeux. Tout nous arrive de l’extérieur, même les idées et c’est pourquoi, les jeunes vont au péril de leurs âmes chercher où ils pourraient les mettre en exergue tant que le pays qui les a vu naître, ne dispose d’aucune échelle référentielle et cautionnée. La société collectionne les déceptions, elle a accepté qu’elle soit la longue haleine d’une âme corvéable. L’actualité algérienne ressemble à un cursus sans examen ni interrogation, on paye pour pouvoir mentir et on prend pour faire semblant de bien écouter ou de n’avoir rien appris.

 

Des projets ?

Un deuxième recueil de poésie sera édité incessamment, il s’intitulera “Les griffes du silence”.

Propos recueillis par Y. Merar

Publié dans Littérature(2) | 1 Commentaire »

 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema