Tahar Djaout: L’éternelle lumière

Posté par algeriedemocratie le 4 février 2010

Tahar DjaoutL’éternelle lumièreTahar Djaout: L’éternelle lumière dans T.Djaout(13) 2341_82100

Il n’est pas l’unique ou le seul intellectuel que la région d’Azeffoun ait bercé mais il fut le plus connu et le plus célèbre : Djaout le timide, le modeste, le journaliste, le poète, l’écrivain.

Tahar a vu le jour le 11 janvier 1954 à Oulkhou, un village dépendant de la commune d’Aït Chafka, daïra d’Azeffoun. C’est dans ce petit village qu’il emprunte le chemin de l’école. Dès son enfance le brillant élève quitta la région pour s’installer à Alger exactement à La Casbah.

En 1977, il obtient sa licence en Mathématiques comme ceci ne lui a pas donné grande satisfaction comme il continua ses études en Sciences de la communication ce qui a été sanctionné par un DEA à l’université de Paris II en 1985.

A 22 ans, il entama sa carrière journalistique à El Moudjahid avant de rejoindre “Algérie Actualité” comme responsable de la rubrique culturelle et cela de 1980 à 1984. Et enfin il fonda le premier hebdomadaire “Ruptures” avec Arezki Metref et Abdelkrim Djaâd et cela en 1993.

Djaout possède à son actif maintes publications des œuvres poétiques ou romanesques.

L’auteur publie Solstice barbelé paru en 1975, suivi de l’Arche à vau-l’eau en 1978, Insulaire et lie en 1980 et aussi en 1982 L’oiseau minéral, et en 1983 L’étreinte du sablier”.

Dajout l’écrivain s’est illustré par ces livres romanesques :

L’exproprié en 1981, son énigmatique roman. Les Chercheurs d’os en 1984 qui lui a valu le prix de la fondation Del Duca”, suivie par Les Rets et l’oiseleur dans la même année, après ce fut au tour du roman Les Vigiles en 1991 qui a remporté plusieurs prix : “Prix Méditerranée” “Kateb Yacine” et celui de la “fondation Abla”, puis en 1987 l’Invention du désert suivie de La cité du soleil et sa dernière œuvre qui a été publiée 6 ans après sa mort en 1999 : Le dernier été de la raison.

Djaout le humble a vu son dernier jour venir suite à un crapuleux attentat commis par des intégristes musulmnans en recevant une balle au crâne.

Après une semaine de coma profond il ne se réveillera jamais.C’était le 26 mai 1993 à 9 h 00 devant son domicile à Baïnem. Le poète est parti laissant derrière lui une famille et un riche patrimoine littéraire.

Et cet extrait : “On n’a pas encore chassé de ce pays la douce tristesse léguée par chaque jour qui abandonne, mais le cours du temps s’est comme affolé, et il est difficile de jurer du visage du lendemain. Le printemps reviendra-t-il ?”

Sahnoun Karim

source: dépêche de kabylie

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

الطاهر جاووت الأديب: البحث عن الهوية في ثنايا التاري

Posté par algeriedemocratie le 13 juillet 2009

خ البحث عن الهوية في ثنايا التاريخ »الصمت هو الموت وأنت إن سكتت ستموت وإن تكلمت ستموت إذن تكلم ومت »، هي الكلمة التي اشتهر بها الطاهر جاووت الذي كان من بين هؤلاء الأدباء الذين يعون أن الأدب لن يغير وجه العالم، إلا أنه لم يتجاهل قوة الكلمة فهو شديد الإيمان بالمثل الشعبي القائل  »الكلمة كالرصاصة إذا أطلقت فلا عودة لها ».

طاهر أوشيحة

بدأ الطاهر جاووت مسيرته الأدبية بالشعر حيث صدرت له مجموعة شعرية لينتقل إلى الرواية، ولعل ما نلمسه خلال مطالعتنا لنصوص جاووت ذلك النبذ الشديد لكل ما هو سلطة سواء كانت إلهية دينية، سياسية أو اجتماعية كما أن كتابات الأديب مهووسة بمحورين أساسيين في جل أعماله الأدبية ألا وهما تقصي التاريخ وتقفي أثره والبحث المتواصل عن الهوية الحقة لكامل منطقة شمال إفريقيا. وقد جاءت روايته الأولى  »المسلوب » وفية لهذين المحورين، الرواية التي تعتبر أكبر عمل للكاتب حسب رأي النقاد، وكذا بالحكم الشخصي لصاحبها، حيث قال في هذا الصدد  »إنها أول مولود لي تصادف صدورها مع ميلاد ابنتي البكر ». بالرغم من أن ولادة الرواية كانت عسيرة في تلك الفترة، فالرواية التي كتبها جاووت بين عامي 1974 و1976 لم تر النور إلا في العام ,1981 ويعود الفضل في وصولها إلى رفوف المكتبات إلى الأديب والصحفي رشيد ميموني الذي عين في فترة سابقة كعضو في لجنة القراءة التابعة للمؤسسة العمومية للنشر بصفته أديبا وصحفيا لخلق نوع من التوازن داخل المؤسسة. كما أن الرواية لم تلق اهتماما نقديا كبيرا حتى لا توقظ أبالسة الرقابة، إلا أن الرواية كرست كأكبر عمل أدبي للكاتب الصحفي بعد عقدين من صدورها، إذ أن الرواية عظيمة من حيث الشكل والمضمون، فقد تعاطى صاحب النص مع مختلف الأجناس الأدبية في آن واحد، والبحث عن الكلمة والفعل يفرض نفسه على القارئ، إذ يستحيل مطالعة النص دون اللجوء إلى القاموس للوقوف على الثراء اللغوي الذي في رصيد الكاتب. أما عن أحداث الرواية فهي تدور داخل مقصورة قطار في إحدى المدن الفرنسية المقصورة التي كانت قاعة محكمة تضم متهمين جزائريين الأصل وبالوصول إلى المحطة كان سيصدر الحكم ضدهم ليعود الكاتب والراوي في نفس الوقت إلى البحث في ذاكرته ويفهم بسرعة أنه تم سلبه مسقط رأسه ووطنه من تاريخه ومن ذاكرته، حيث يعلن سخطه على المستعمر الفرنسي ويبعث الكاهنة على لسان الكاتب  »محمد خير الدين » الذي ذكره في الرواية مشيرا إلى الاضمحلال الأيقوني الذي تعرضت له الشخصية، كما يبعث الشيخ المقراني وثورته الشعبية وكيف كان مصيره شبيها بمصير الكاهنة حتى أن التشويه مس اسميهما، ويعود إلى حالة الجزائريين تحت وطء الاستعمار، حيث كان يطلق عليهم اسم  »الأهالي »، هذه الرواية كانت أيضا بمثابة فاتحة أو تمهيد لمجموعة روائية متشعبة المواضيع، إلا أن البحث عن الهوية في ثنايا التاريخ كان المحور الأساسي لأعماله الموالية. فرواية  »الباحثون عن العظام » الصادرة عام 1984 كانت الأحداث تدور فيها حول شخصية رئيسية قدمت نفسها للقراء على هذا النحو »  »أنا ابن المطماطا الصبي الباحث عن العظام.. »، هذا الصبي الذي كان ضمن بعثة خاصة موجهة للبحث عن عظام من سقطوا في ساحة الوغى خلال الثورة التحريرية الجزائرية، حيث تكون تلك العظام بمثابة إثبات لمشاركة المنطقة في الثورة المجيدة وإعطائها شرعيتها التاريخية. وتأتي رواية  »اختراع الصحراء » مهووسة بمحور تعقب التاريخ، ولكن هذه المرة بلمسة خيالية، وكانت الفكرة الأساسية لهذا النص هي  »الوقت هو الله »، حيث يعرض فيها جاووت مواجهة بين بيئتين صحراويتين، صحراء باردة متجسدة في تلك المدينة الباريسية، والصحراء الأخرى هي الصحراء الفعلية من الجزائر إلى الصحراء العربية الكبرى، حيث يستهدف الكاتب اغتيال الوقت ومن خلاله اغتيال الله، إلا أن في هذه الرواية الوقت القاتل مختلف فهو وقت الإمبريالية الرأسمالية التي فرضت نفسها كإله عالمي جديد. وتدور الرواية في أربع بيئات مختلفة أولها المدينة الباريسية تليها الصحراء المغربية ثم الصحراء العربية وأخيرا منطقة القبائل، وكان لكل بيئة أحداثها الخاصة والمنفصلة، لتبقى العلاقة الوحيدة الرابطة بين هذه البيئات هو التاريخ وفشل تخطي حواجزه والوصول إليه في سباق نحو المستحيل.
في آخر رواياته والتي نشرت في العام 1999 بعد ست سنوات من اغتياله، الرواية التي اختار لها ناشرها عنوان  »آخر صيف للعقل »، وهي ذات بعد إنساني تتناول التطرف والعنف، حيث يرصد لنا الكاتب فترة تصاعد العنف التطرفي في الجزائر بداية التسعينيات من خلال بطل الرواية الذي يدعى  »بوعلام يكر »، الذي كان يملك مكتبة، ويروي لنا الكاتب كيف حاول هذا الأخير الصمود في وجه العنف والمتطرفين الذين دعوه إلى إغلاق مكتبته، حيث دخل الجميع في ذلك التيار الذي سيطر على وجدانهم حتى أهله والمقربين منه، وبعد طول صراع مع الأفكار التطرفية وتعدد تهديدات اغتياله، يغلق بوعلام مكتبته ويدخل في حياة مؤقتة وكأنه ينتظر تغير الأوضاع وعودة المياه إلى مجاريها، واستمرار تصاعد التطرف وفرض مبادئه العمياء التي أوجدت لنفسها مبادئ خاصة وعلوما خاصة ومقولبة، وأصبح كل إبداع بدعة وكفرا ليأخذ النص نهاية مفتوحة لا يمكن أن نراهن ما سيؤول إليه المستقبل وما مصير بطل الرواية وهل سيعود الربيع؟
التجربة الأدبية للطاهر جاووت الذي رحل قبل الأوان تنم عن أفكار تخبئ للقارئ في ثناياها العديد من التجارب والأفكار بداية باللغة القبائلية التي تمثل محورا مهما في أدب جاووت الذي كثيرا ما يقوم بترجمة أفكاره من هذه اللغة إلى لغة كتابته، كما نلمس التزام الكاتب نحو عالم تميزه علاقات بشرية أفقية وليست عمودية مستبعدا بذلك كل أشكال السلطة وكذا التعلق بالهوية والتاريخ، هذا دون أن ننسى اللمسة البيوغرافية في مجمل أعماله أين يستقي الكاتب عددا من الأحداث من خلال تجربته الشخصي

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

poêmes de Tahar Djaout

Posté par algeriedemocratie le 12 juillet 2009

RAISON DU CRI

s’il n’y avait ce cri,
en forme de pierre aiguë
et son entêtement à bourgeonner

s’il n’y avait cette colère,
ses élancements génésiques
et son soc constellant,

s’il n’y avait l’outrage,
ses limaces perforantes
et ses insondables dépotoirs,

l’évocation ne serait plus
qu’une canonnade de nostalgies,
qu’une bouffonnerie gluante,

le pays ne serait plus
qu’un souvenir-compost,
qu’un guet-apens
pour le larmier.

                      •  

Tahar DJAOUT – Extrait de « Perennes » – 1983



 

                      •  

Soleil Bafoué

(…)

Faut-il avec nos dernières larmes bues
oublier les rêves échafaudés un à un
sur les relais de nos errances
oublier toutes les terres du soleil
où personne n’aurait honte de nommer sa mère
et de chanter sa foi profonde
oublier oh oublier
oublier jusqu’au sourire abyssal de Sénac
Ici où gît le corpoème
foudroyé dans sa marche
vers la vague purificatrice
fermente l’invincible semence
Des appels à l’aurore
grandit dans sa démesure
Sénac tonsure anachronique de prêtre solaire
Le temple
édifié dans la commune passion
du poète
du paria
et de l’homme anuité
réclamant un soleil

 

Tahar DJAOUT – Extrait de « Bouches d’incendies », édition collective, ENAP, 1983.



 

(…)

je pense à Feraoun
sourire figé dans la circoncision du soleil
ils ont peur de la vérité
ils ont peur des plumes intègres
ils ont peur des hommes humains
et toi Mouloud tu persistais à parler
de champ de blé pour les fils du pauvre
à parler de pulvériser tous les barbelés
qui lacéraient nos horizons

(…)

un jour enfin Mouloud la bonté triompha
et nous sûmes arborer le trident du soleil
et nous sûmes honorer la mémoire des morts
car
avec
tes mains glaneuses des mystères de l’Aube
et ton visage rêveur de barde invétéré
tu as su exhausser nos vérités
écrites en pans de soleil
sur toutes les poitrines qui s’insurgent

 

Tahar DJAOUT – Extrait de « L’Arche à vau-l’eau », Ed. Saint-Germain-des-Prés, 1978.



COMME AVANT

Elle ne viendra pas.
Le sourire, le soleil
Disparaîtront aussi.
Il faudra plier
Mes attentes, mes moignons
Et mon coeur habité
D’un battement sans pareil.
Le soir m’attend
Et le cafard ;
Puis la Route  

Toujours très longue.

 

  Tahar DJAOUT – Extrait de « Perennes » – 1983



L’ARBRE BLANC

ma richesse,
c’est la neige,
et sa lumière aurorale.

j’accumule les fruits
d’arbres scellés de blanc
et j’envoie mes oiseaux
ausculter les cimaises.

oiseau,
mon messager
au creux secret des arbres.
oiseau
étoile mobile
qui incendie les neiges.

j’attends
- le ciel descend
sur les dents de la ville

j’attends -
et l’ombre emballe
les maisons engourdies.

quand saignera sur nous
le feu coulant
du jour ?
je tisonne,
dans l’attente,
les cendres
d’un été mort.

 

   Tahar DJAOUT – Extrait de « Perennes » – 1983



POÈME POUR NABIHA

Je rentrerai de voyages
Et te trouverai endormie.
Le raffût des meubles se sera tu,
Les bêtes en douceur se seront éclipsées
Et tous les tambours de la maison
Seront devenus peaux vivantes mais discrètes.

J’arrive toujours dans la suspension juste des pulsations,
Quand la chaux, l’argile et leur blancheur ont tout réoccupé.

J’arrive
Et je vois peu à peu l’émersion :
Toi d’abord qui orchestres couleurs et mouvements,
Redonnes leur tapage aux bestioles,
Diriges des vols périlleux.
Puis les objets,
Fiers de leur prouesses,
Déclenchent l’élan des manèges.

Tu chercheras les chiens acrobates du rêve
Entre les draps étonnés,
Tu secoueras un à un les poudroiements de la lumière
Et la vie se réinstallera.

Tu te réveilles
Et la maison devient un carnaval

 

   Tahar DJAOUT – Extrait de « Perennes » – 1983



TERRE FERME

Tes odeurs aquatiques
Et la noria me prend.
Il me revient des images de noyade comme lorsque la mer
Libère sa tendresse vorace de mère anthropophage.
Il me revient
Des insistances de sèves ruant dans les barreaux des peaux contraignantes.

J’aimais l’aventure sans issue,
Alors que j’étais déjà riche de tant de cargaisons
Arrimées à la proue de tes seins.
Mes mains arraisonnaient ton corps,
Nouant leur égnimes dévoreuses,
Débusquant l’or des florules.

Je savais, par exemple, que l’aréole sentait l’orange amère.

Je connaissais presque tout : tes marées tenues en laisse,
Ta cadence respiratoire, la résine de tes aisselles, ton odeur de mer lactée, tes ombres qui m’abritent le soir, tes gestes qui adoucissent mes angles.

Ton sexe, je l’appelais paradisier.

Tes odeurs submarines.
Et la noria m’entraîne.
Quand j’émerge tu es là
Pour amarrer le vertige.

Ton corps, c’est la terre ferme.

 

    Tahar DJAOUT – Extrait de « Perennes » – 1983



SAISON TARDIVE

Le ciel hale son oeil de sang,
Soleil pris à tes genoux.

Te revoilà champs dénoué
Dans la suspension zénithale :
Midi fourbit ses cuirasses,
Le sang palpe l’épiderme.

Je veux retrouver sous la peau
Ces nerfs qui disent une jument folle.
Mais mes doigts n’ont plus ce flair
Qui lève des oiseaux affolés.

Je ne peux que contempler
L’envol des saisons migratrices.
Le temps entasse les amours mortes
Sur les falaises de l’oubli.

Voici que l’été abandonne
Ses errements de bête pleine.
L’appel du soir, irresistible.
De quel sommeil dormir :
Celui de la graine assoupie ?
Celui de la pierre sourde ?

Je regagne ma nudité :
Une pierre lavée par les crues ;
Je réintègre mon mutisme :
Un silence d’enfant apeuré.

Habiterai-je un jour
Cette demeure rêvée :
Ta blessure – ô délices ! -
Où le soleil s’assombrit ?

 

   Tahar DJAOUT – Extrait de « Perennes » – 1983

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

Le cas de Tahar Djaout présenté par Reporters sans frontières

Posté par algeriedemocratie le 11 juillet 2009

Le cas de Tahar Djaout présenté par Reporters sans frontières

Le 26 mai 1993, Tahar Djaout est le premier journaliste assassiné en Algérie (il meurt le 2 juin). Depuis cette date, cinquante-six autres journalistes ont été tués. La plupart de ces assassinats ont été revendiqués par différents groupes armés se réclamant de l’islamisme, qui considèrent les professionnels algériens de l’information comme des « supp »ts du pouvoir » et des « ennemis de l’Islam ». Mais aujourd’hui encore, les circonstances qui entourent certains de ces assassinats demeurent obscures et suscitent des interrogations.

C’est à la fois parce que ce crime a eu un grand retentissement au sein de la société algérienne et qu’il est le premier d’une série qui a traumatisé les journalistes algériens que Reporters sans frontières a décidé d’enquêter sur cette affaire. L’assassinat de Tahar Djaout est devenu emblématique des crimes commis en Algérie, dont les circonstances troubles et non élucidées favorisent l’impunité et le sentiment d’injustice. Les journalistes ont été une cible privilégiée des attentats, dans le but de distiller dans l’ensemble de la société une terreur, source d’un silence résigné. Le retentissement de l’affaire Djaout, qui a bénéficié d’une large couverture dans la presse, est perceptible dans les journaux d’alors. Reporters sans frontières a pu rencontrer des journalistes et des collaborateurs de Tahar Djaout, dont certains sont réfugiés aujourd’hui à Paris.

Journaliste au Moudjahid, puis à Algérie-Actualité, Tahar Djaout fonde, en janvier 1993, avec deux confrères d’Algérie-Actualité, l’hebdomadaire Ruptures. Agé de 39 ans, écrivain reconnu et journaliste respecté, Tahar Djaout incarnait pour beaucoup la figure de l’intellectuel honnête. Auteur de plusieurs romans, les seuls honneurs qu’il acceptait étaient ceux qui récompensaient son talent d’écrivain, ses seules revendications étaient la liberté d’expression et de création. « Le silence, c’est la mort / Et toi, si tu parles, tu meurs / Si tu te tais, tu meurs / Alors, parle et meurs » : à sa mort, ces vers de Djaout ont été maintes fois repris et ont marqué la mémoire collective. Ils sont devenus une profession de foi pour de nombreux journalistes algériens. Il assumait sa triple culture, arabe, berbère et française (sa langue d’écriture privilégiée était le français). C’est peut-être cette image de l’Algérie moderne et tolérante qu’on a voulu tuer en Tahar Djaout. Sa mort apparaît d’autant plus injuste qu’écrire était sa seule et véritable ambition.

Le 26 mai 1993, comme tous les matins à la même heure, Tahar Djaout se met au volant de sa voiture, garée au pied de son immeuble, dans une de ces cités qui défigurent Alger. Un jeune homme s’approche de lui, Djaout ouvre sa fenêtre. L’assassin lui tire à bout portant trois balles dans la tête, sort le corps du véhicule et s’enfuit avec la voiture qui sera retrouvée quelques heures plus tard. Un détail n’a pas été éclairci par l’enquête : le long du parking oú a eu lieu l’assassinat, se trouve un chantier, mystérieusement vide ce mercredi matin-là à 9 heures. Est-ce que les ouvriers ont reçu des menaces, pour déserter leur lieu de travail ? Si tel était le cas, cela signifierait que le meurtre avait été minutieusement préparé. Pendant huit jours, Tahar Djaout est plongé dans un coma profond dont il ne sortira pas. Le médecin le déclare cliniquement mort dès le premier jour. Il meurt à l’h »pital de Ba‹nem, le 2 juin 1993.

Deuxième victime de ce meurtre : Ruptures disparaît des kiosques en août 1993. Les cofondateurs du journal se sont réfugiés à Paris en juillet, entraînant la dissolution de l’équipe. Le journal est finalement victime de tensions avec la Société d’impression d’Alger, qui provoquent sa liquidation. L’hebdomadaire avait fait paraître une trentaine de numéros, diffusés en moyenne, selon ses animateurs, à 70 000 exemplaires.

Symptomatiques d’une société qui se méfie de l’information officielle, les rumeurs les plus extravagantes sur le meurtre courent dans le pays, véritables révélateurs du traumatisme provoqué par ce meurtre et du fossé qui sépare la population de ses gouvernants. Alors que Tahar Djaout est toujours dans le coma, le 30 mai, un jeune homme fait une « confession » télévisée et révèle l’identité des deux exécutants et du commanditaire, chef connu et médiatisé des GIA. Mais cette version ne satisfait pas les amis de Tahar Djaout, qui organisent un « comité pour la vérité ». Finalement, les assassins présumés de Tahar Djaout comparaissent dans un procès peu convaincant : alors que les deux principaux accusés ont été abattus par les forces de l’ordre quelques jours après l’assassinat, le jeune complice revient, devant la cour, sur ses aveux et déclare avoir été torturé. Quant au « commanditaire », il est déclaré non coupable. De fait, l’identité des véritables coupables du premier assassinat d’un journaliste algérien reste une énigme.

Jusqu’à présent les autorités algériennes n’ont jamais arrêté les assassins des cinquante-sept journalistes tués entre 1993 et 1996, ni prouvé devant la loi leur culpabilité. Les résultats des enquêtes n’ont jamais été rendus publics. Les seuls procès d’assassins de journalistes qui ont été portés à la connaissance du public ont eu lieu par contumace. Dans une interview au quotidien français La Croix, du 5 août 1993, Omar Belhouchet, directeur du quotidien El Watan, lui-même cible d’une tentative d’assassinat le 17 mai 1993, confiait : « On est des milliers dans le même cas à avoir peur de tout, des intégristes, d’une partie du pouvoir, des règlements de comptes qu’il ne faut pas exclure. »

L’affaire Djaout, son énigme, cristallise le malaise qui règne dans la société algérienne concernant les assassinats imputés officiellement aux groupes armés islamistes. L’absurdité de tels crimes est représentative d’un système politique bloqué et opaque. L’impunité dont jouissent les meurtriers conduit à s’interroger sur les motivations du régime à laisser vivre la population dans la terreur. Que signifient ces enquêtes expéditives, voire bâclées, ces culpabilités peu crédibles, car « prouvées » à l’aide de la torture, ces mascarades de procès ? Est-ce pour conjurer l’impuissance des forces de sécurité face à la violence intégriste? Protéger les véritables assassins? L’histoire répondra peut-être un jour à ces questions. En attendant, les versions officielles des attentats sont suspectes aux yeux d’un certain nombre de journalistes ou de familles des victimes.

Contact :
Reporters sans frontières
5, rue Geoffroy Marie
Paris 75009, France
Tél : +33 1 44 83 84 84
Fax : +33 1 45 23 11 51
E-mail : rsf@rsf.fr
Site web : www.rsf.fr

Les idées et les opinions exprimées sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les vues de l’UNESCO.

Publié dans T.Djaout(13) | 1 Commentaire »

LE DERNIER ETE DE LA RAISON DE TAHAR DJAOUT

Posté par algeriedemocratie le 11 juillet 2009


LE DERNIER ETE DE LA RAISON DE TAHAR DJAOUT dans T.Djaout(13) le_dernier___t___de_la_raison LE DERNIER ETE DE LA RAISON DE TAHAR DJAOUT

 

Quand nous découvrons cette œuvre en 1999, Tahar Djaout est mort depuis 6 ans…le titre de cette œuvre, en réalité titre d’un de ses chapitres, ce fut l’éditeur lui-même qui le lui donna, Djaout n’en ayant pas eu le temps puisqu’il est mort de ses blessures le 2 juin 1993.

 

Sorte de chant posthume, ce livre se lit comme un appel au monde non seulement algérien mais malheureusement arabe. Les islamistes sont depuis le 11 septembre 2001 au devant de la scène internationale. La guerre contre « l’axe du mal » mise en place par Georges W. Bush a gagné l’ensemble des pays occidentaux avec malheureusement les faussetés qui en découlent. Afghanistan, Irak, Syrie, Palestine, Liban, Pakistan, la liste est longue ; les pays qui tombent sous la mainmise islamiste s’égrènent dans les informations et augmentent dans le diaporama mondial. Néanmoins les voix que nous entendons venir de ces pays semblent toutes adhérer au fanatisme comme si la rébellion n’y existait pas. Nous ne soulèverons pas ici l’idée de l’intégrité du journalisme occidental même si nous savons que là-bas « des gens font l’amour. Obstinément. »[1]

 

Le roman de Djaout dénonce l’aboutissement d’un travail en amont des Frères Musulmans en Algérie à travers l’histoire d’un homme simple, Boualem Yekker, libraire, père de 2 enfants. Boualem est alors spectateur lucide (d’où son nom, Yekker, en kabyle, qui signifie « celui qui s’éveille » ou « celui qui se lève » exprimant ainsi le projet premier de l’œuvre) de cette déviance qui transforme rapidement les gens qui l’entourent : « les enfants sont devenus les exécutants aveugles et convaincus d’une vérité qu’on leur présente comme supérieure [2]» …jusqu’à sa famille qui l’abandonne parce qu’il est celui qui n’accepte pas de se plier au vent de la folie intégriste. Son refus réside dans le fait qu’il ne veut pas fermer sa librairie ; cette attitude de rébellion ne surgit pas d’un positionnement de révolte mais plutôt d’une incompréhension et du questionnement de et sur ce qui arrive à son pays. C’est également ici que se trouve la modernité de ce roman, dans le fait de la voix d’un homme du pays qui est pris dans la dérive islamiste des siens. Mais c’est aussi dans la mise en perspective du temps qui, comme un personnage, circule dans le roman.

 

L’écriture de Djaout alterne entre un lyrisme puissant et une réalité dure et impitoyable. Fiction et réalité s’enchaînent, tous les actes commis par la population contre Boualem sont toutes vraies : « la première pierre a l’atteindre a été lancée par une fille. Douze ans pas plus » (p. 43), « il y a exactement cinq jours, il a trouvé le pare-brise de sa voiture en miettes et un pneu lacéré au couteau » (p. 44) et une lettre de menaces lui est envoyée.

 

Revenons à l’incipit qui place le roman dans une ligne pouvant dans un premier temps appartenir à la science fiction dans le désir de former une pensée unique. Prédication, I, métaphore génératrice du Dernier été de la raison, ouvre le livre en lettres italiques. Elle interpelle le lecteur sur la force de « l’Œil Omniscient », c’est un appel au peuple qui glorifie l’arrivée de la foi dans le pays, avec un véritable prêt à penser et prêt à agir : « Il faut forger les hommes à l’usage de la parole. Et, pour cela, les prendre dès l’enfance. Gommer dans leur cœur le doute et dans la tête les questions. Le Grand Œuvre est à ce prix. (…) Gloire à Celui qui nous guide dans le désert sans repères du monde, nous affermit à l’heure du doute, nous éclaire face aux ténèbres de l’adversité.» (p. 12)

Le personnage du libraire ami d’un musicien, Ali Elbouliga, n’est pas sans sens. En effet, il est le contrepoint de l’obscurantisme et du fanatisme. La culture, l’art et même la science sont des éléments essentiels à la société pour que l’homme s’interroge et se trouve dans la possibilité de créer, action ne pouvant appartenir qu’à Dieu selon les croyants. « Tant que la musique pourra transporter les esprits, que la peinture fera éclore dans les poitrines un paradis de couleurs, que la poésie martèlera les cœurs de révolte et d’espérance, rien pour eux n’aura été gagné. » (p. 16) Néanmoins, ce livre est une tragédie puisque « les Frères Vigilants » (terme que Djaout attribue « aux pontifes enrubannés ») réussissent à imposer leur conception du monde et de la science :

 

1. la science n’a le droit de s’intéresser qu’aux questions non tranchées dans le Livre.2. Tout résultat, toute découverte scientifiques doivent être confrontés avec le Texte afin de leur y trouver une justification.3. Notre religion est la source de tout savoir : toute loi scientifique, morale ou législative édictée au temps d’avant cette religion, ou l’humanité baignait dans les ténèbres, le mensonge et la barbarie, est nulle et non avenue. (p. 84)

 

Boualem lui-même jusqu’ici épargné, trouve son œuvre et son travail mis à néant. La nouvelle tombe comme un couperet dans le roman puisque la phrase est détachée et placée entre deux périodes, formant à elle seule un paragraphe : « La librairie a été fermée. » (p.103) 

 

C’est dans la notion du temps que le lyrisme de Djaout se déploie. Il y a un avant et un après « ce qui était la République, et qui se dénomme aujourd’hui la Communauté dans la foi. » (p. 33) Cela se sent dans le paysage de l’Algérie et dans les corps :

 

Le soleil, en déclinant, étire l’ombre des arbres. Le vent, pareil à un chat sagace, joue avec des papiers et des feuilles mortes qu’il fait tournoyer sur place. Des ombres passent : les gens ont acquis une manière de se faufiler au lieu de marcher. Boualem Yekker a, depuis maintenant plus d’une année, le sentiment de vivre dans un espace et un temps anonyme, irréel et provisoire, ou ni les heures, ni les saisons, ni les lieux ne possèdent la moindre caractéristique propre ou la moindre importance. C’est comme si on vivait une vie en blanc en attendant que les choses reprennent leurs poids, leurs couleurs et leur saveur. C’est comme si le monde avait renoncé à son apparence, à ses attributs, à ses différentes fonctions, déguisé le temps d’un carnaval. (p. 19)

 

Dans un chapitre « Un rêve en forme de folie », Djaout met en place ce balancement fatidique que subit l’Algérie entre la terreur islamiste et le rêve de Boualem d’une société où la liberté s’exprime par la liberté d’un homme et d’une femme d’aller ensemble : « Il y aurait d’abord beaucoup de verdures qui fournirait l’ombre, la fraîcheur, les fruits, la musique des feuilles et les gîtes d’amour. (…) Mais aucun strapontin n’était prévu pour les régulateurs de la foi, les surveillants de consciences, les gardiens de la morale, les fondées du pouvoir du ciel. Boualem Yekker aspirait à une humanité libérée de la hantise de la mort et du châtiment éternel. (…) La catastrophe s’est abattue, comme un séisme qui bouleverse la face du monde, dévoilant des gouffres hideux, des paysages dévastés, des espaces inhospitaliers, des faces affligées de verrues, des corps cataleptiques. » (p. 68) Le monde qui entoure Boualem dégage une ambiance apocalyptique qui s’annonce comme pérenne : « On n’a pas encore chassé de ce pays la douce tristesse léguée par chaque jour qui nous abandonne. Mais le cours du temps s’est comme affolé, et il est difficile de jurer du visage du lendemain./ Le printemps reviendra-t-il ? » (p. 124)

 

 

A travers le personnage de Boualem Yekker, Djaout révèle son inquiétude quant à l’avenir de son pays. Boualem est-il alors le double de l’auteur dans la lutte incessante contre cette peur ? Si nous nous plongeons dans la biographie de ce dernier, nous voyons bien qu’il n’a jamais cessé à travers ses romans, ses poèmes, ses articles de dénoncer la gangrène islamiste. Malheureusement le chant posthume de Djaout, demeuré ouvert, prélude sa fin, sa mort.

 

Lama Serhan 

 



[1] Wajdi Mouawad, « La courbature », Courrier International, 3 au 23 août 2006, numéro 822-823-824.

[2] Tahar Djaout, Le dernier été de la raison, éditions du Seuil, 1999, page 45.

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

TAHAR DJAOUT, MANIÈRES DE TUER LE TEMPS

Posté par algeriedemocratie le 11 juillet 2009

TAHAR DJAOUT, MANIÈRES DE TUER LE TEMPS 

Par Ali Chibani 

 

                                                        

 

« J’ATTENDS JUSTE LE MOMENT PROPICE POUR FLINGUER LE DESTIN. »

Tahar Djaout, L’Exproprié.

 

 

            «Le silence c’est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs».  Tahar Djaout est de ces écrivains qui savent que la littérature ne peut pas changer le monde, mais qui n’ignorent pas la force de la parole. « La parole est comme une balle. Une fois sortie, elle ne revient plus », dit le proverbe de Kabylie où Djaout a vu le jour, le 11 janvier 1954, et plus précisément au village Oulkhou de la ville maritime Azzefoun. Mais il a vécu dès son enfance à la Casbah d’Alger. Licencié en mathématiques à la faculté de la capitale algérienne, il obtient par la suite un DEA en Sciences de l’information et de la communication préparé à l’université Paris II.

            Tahar Djaout a été l’un des plus grands journalistes algériens. Il écrit pour El-Moudjahid avant d’intégrer la rubrique culturelle de l’hebdomadaire Algérie-Actualité. Entre ces deux titres, il avait travaillé pour Actualité de l’émigration où il signait ses articles sous le pseudonyme de Tayeb S. Pour ce qui est de ses critiques littéraires ou, plus généralement, artistiques, Djaout avouait qu’elles étaient le druit d’une lecture personnelle

            Son parcours d’écrivain, Djaout l’a commencé par la publication de poésies, d’un recueil de nouvelles et, enfin, ce qui est communément appelé des romans[1] et qu’il convient de considérer comme des fables. Farouchement opposé à l’Etat algérien et aux intégristes islamistes, farouche défenseur de l’identité amazighe, Tahar Djaout est visé dans un attentat le 28 mai 1993. Touché de trois balles à la tête, il perd la vie le 03 juin 1993.


L’Iconoclaste. Les poésies de Tahar Djaout sont le lieu où toute forme d’autorité (divine, religieuse, politique ou sociale) est rejetée. Le jeune poète se choisit comme figure tutélaire Nabile Farès et Mohamed Kheïr-Eddine, notamment en ce qui a trait à la quête des origines et de l’Histoire nord-africaine. L’Exproprié est son premier roman. Il est question d’un train-tribunal qui transporte des inculpés devant descendre à la gare que leur assigne le verdict des « Représentants » de l’Algérie. Le narrateur fouille dans sa mémoire. Il comprend rapidement qu’il est dépossédé de son espace natal, de son histoire et de sa mémoire. Il déclare : « On m’a truqué les yeux et la mémoire. » (p. 21) La remontée du cours du temps, qui devrait se faire parallèlement à l’avancée dans l’espace-livre, aboutit à un échec. En effet, le personnage-narrateur ne retrouve pas le père fondateur : « Le vrai problème, c’était avec le père. Aucune passerelle entre nous deux. Mon père est une impasse irrémédiable ; il ne conduit nulle part : ni vers lui-même, ni vers les autres (…). Sa vue pour moi était liée à un spectacle de ruine. » (p. 101) « Spectacle de ruine », le texte l’est aussi. Déstructuré, il se caractérise par ses nombreuses analepses et prolepses qui éprouvent la mémoire du lecteur. D’entrée de jeu, il déclare : « Ma tête est plus attrayante (plus facile à manier aussi) dans sa nouvelle gracilité, sa nouvelle forme segmentaire. L’impression d’enchâsser quelques sensations et quelques souvenirs dans un coffret gigogne étirable à l’infini. » Dans cet ouvrage, Djaout se présente déjà comme un iconoclaste en se rapprochant de la Kahéna et d’Agadir de Mohamed Kheïr-Eddine : 

 

Ici,

à l’ombre de la 

Kahéna, seule iconoclaste de notre histoire 

 je dis mon anti-manifeste

et rends hommage à M.K.E, qui, le premier,

décida de jeter son sang aux latrines

et de faire peau neuve.  

 

Si l’Histoire est introuvable, le narrateur l’invente. En effet, il se sert d’Al-Moqrani, le dirigeant de la grande révolte de 1871 en Kabylie contre le colonisateur français. Dans le roman, ce personnage historique devient une légende allégorique à double titre. Il est d’abord celui dont le nom propre est transformé de nom kabyle en nom arabe et, par la suite, le rebelle qui est sorti des mémoires : « Ne reste de (et sur) Ali Amoqrane (=? Mohand Ath Moqran  è El-Moqrani) qu’un poème équivoque… » (p. 15) C’est ce qui lui permet la création d’une nouvelle histoire, en l’occurrence celle qui fait du martyre un bandit de grand chemin.

 

« Le temps c’est Dieu ». La quête de l’Histoire est le sujet de L’Invention du désert. Dans ce récit, d’une rare beauté, deux déserts se font écho : le désert froid qu’est la ville parisienne et le désert algérien puis d’Arabie. Dans cette œuvre, Djaout vise le meurtre du Temps, et par là le meurtre de Dieu. La parole se place ainsi en opposant fertile à la Parole du Texte coranique contre toute autre forme de création : « Ne blâmez pas le temps, car le temps c’est Dieu. », dit le hadith (la parole du prophète Mohamed). Or l’objectif du poète est d’évincer le temps, donc Dieu, qui est l’Image, l’Etre révélé dans le désert et le Signe qui se veut unique. Pourquoi ne pas l’y tuer ? Mais dans ce cas précis, ce qui tue Dieu, c’est un autre temps, celui de l’Impérialisme capitaliste, qui s’impose en nouveau dieu mondial. Il a fait du désert l’être vide, comblé par des signes étrangers. Le signe de la Foi est vidé de sa substance à l’image des paradigmes souvent sans verbes, sans colonnes vertébrales, qui parsèment le parcours de lecture. Le verbe, comme le Verbe, s’est fourvoyé : « Sanyo. Mercedes. Parasols multicolores des pèlerins. Sermon abrupt de Arafat. Miracle contre microprocesseurs : combat perdu d’avance par Dieu qui doit errer [à l’image du narrateur] quelque part, dans l’informulé du désert. » (pp. 61-62)

 

L’Invention, comme l’ensemble des écrits de Djaout, se distingue par le procédé du télescopage qui permet de créer un semblant d’unité dans une œuvre morcelée, fruit du délire de l’auteur-narrateur. L’Invention est le récit des espaces. L’espace-texte correspond à des espaces extérieurs. Il y a dans ce roman quatre parties. Chacune d’elles se déroule dans un espace précis, et toutes racontent une histoire unique : la violence de l’Histoire. La première partie se déroule à Paris, la seconde dans le désert maghrébin, la troisième en Arabie et la dernière en Kabylie ; bien que ces quatre espaces se télescopent dans la totalité du texte. Le lien métonymique c’est l’Histoire et l’échec de sa quête, le désert aride. La dernière partie cherche un moyen de dire ce désert sans dévaloriser la vie. D’où l’humour déployé : « Ce n’est que lorsque la nuit devenait entière, que lorsque le mouvement risquait de provoquer une catastrophe d’ustensiles que ma mère tendait le bras vers le quinquet. » (p. 155)

 

C’est un éditeur parisien qui commande de ce dernier une histoire de la dynastie des Al-Moravides. L’auteur-narrateur va finalement écrire sur Ibn Toumert, le fondateur à titre posthume de la dynastie des Al-Mohades et l’un des rares à avoir pu unifier l’ensemble du Maghreb. Ce sera, comme dans L’Exproprié, une course derrière l’impossible. Le vide qui s’en produira, l’auteur-personnage-narrateur tâchera de le combler grâce à son histoire personnelle. C’est le sens à donner au récit autobiographique qui occupe une partie importante du récit. Tahar Djaout déclare : « …je donne une vision de l’histoire qui privilégie l’histoire individuelle au détriment de l’histoire collective, cette dernière étant souvent oppressive et falsifiée[2] Nous relèverons d’ailleurs la lutte ouverte entre deux temps imposant leurs sceaux au style de l’auteur : l’écriture-atelier, reflet d’un temps individuel et dont la chambre en forme de parallélépipède et les feuilles amalgamées sont la métaphore principale, et l’écriture-chantier, incarnée par des dunes qui s’enjambent et s’avalent. Les deux écritures mènent vers le non-temps ; on est sur le seuil de l’être et du non-être : « Quand la voiture est lancée à 130km/h sans pour autant parvenir à vaincre la distension des dunes, on sent se réduire la distance entre vivre et mourir, entre la plénitude et le vide… » (p. 28)


L’ascète. Pour Djaout, il n’y a pas de rupture entre ses œuvres. Il est vrai que les mêmes procédés sont reproduits, et développés, dans tous ses écrits. De manière complètement arbitraire, nous réfèrerons au travaille sur le signe et sur le personnage. Le signe se divise en signifiant et en signifié. Or  Djaout, en quête de pureté et d’ascèse[3], ce qui explique la présence d’un espace décharné et abrupte (désert, pierres…), construit des œuvres autour d’un signifié mais avec des signifiants diversifiés. La mobilité du texte et le sens ne sont que des mirages comme l’eau dans le désert.

 

Le héros, lui, n’est ni parfaitement bon, ni parfaitement mauvais. Disons qu’il est humain. C’est le cas des deux personnages centraux dans Les Vigiles. Cette fable politique relate les mésaventures d’un jeune inventeur qui vient d’améliorer un métier à tisser ancestral pour l’adapter aux exigences des temps présents. Il est d’abord suspecté d’être un terroriste, avant de subir la rétension de son passeport pour l’empêcher de se rendre à la foire des inventeurs à Heidelberg (ce dernier fait est également autobiographique). Néanmoins, Mahfoud Lemdjad réussit à présenter son invention et gagne le prix des inventeurs. A son retour en Algérie, les autorités locales, qui étaient à l’origine de toutes les embûches qu’il a rencontrées, lui offrent un terrain qu’il accepte. Ce cadeau est signalé dans un court chapitre d’un paragraphe. Parallèlement au parcours de l’inventeur, Menouar Ziada, un combattant ayant rejoint l’armée de libération par lâcheté et parce qu’il n’a rien à perdre, est le premier à remarquer la présence suspecte de Mahfoud Lemdjad. Il trouve là l’occasion de se rattraper de son passé peu glorieux et le dénonce à son ami Messaoud Mezayer. Après la victoire de Mahfoud Lemdjad, « ceux qui font l’histoire de Sidi-Mebouk », ville-microcosme où se passe l’histoire, le contraignent à se suicider sous peine de dévoiler son passé au grand public. Nous comprenons ici que l’œuvre est construite en forme de delta. Partant de deux points séparés, le sens culmine dans la mort symbolique de l’inventeur et dans le suicide de Menouar Ziada. Accepter un terrain offert par des dirigeants corrompus prouve que la lucidité des démocrates et des intellectuels n’est pas un paravent à leur corruption. Accepter de se suicider pour protéger sa dignité et par amour de sa patrie prouve que la lâcheté de Menouar Ziada ne signifie nullement sa malhonnêteté. Enfin, remarquons que la poésie s’impose comme hiatus, offrant une courte halte, après l’essoufflement de la prose engagée dans une description fidèle de la réalité et du quotidien des Algériens. Ne confondons pas ces passages avec le second chapitre des Chercheurs d’os. Bien que dans cette dernière fable, le hiatus revienne sur la première enfance du narrateur et sur la vie du frère mort pendant la guerre, il n’est nulle question de repos. Il s’agit, au contraire, d’une ré-écriture de l’entièreté de l’œuvre mais en portant son regard sur la période coloniale, afin de démontrer l’inscription de l’Histoire algérienne dans un temps cyclique ayant pour point de départ et pour point d’arrivée la violence.

Littérature et engagement. L’engagement de Djaout dans l’Histoire socio-politique algérienne à travers ses œuvres est rapidement suivi d’un désengagement en limitant son objectif à vouloir susciter l’interrogation, qui est au centre de ses préoccupations dans
Le Dernier été de la raison. Aux certitudes fichées des islamistes, il oppose la question. D’après Roland Barthes, cité par Benoît Denis,
« …la littérature  parle obliquement, dit les choses à demi-mots, maintenant une ambiguïté ou un flottement du sens qui en fait une machine à interroger indéfiniment le monde et les signes, ce questionnement incessant constituant la seule prise que l’écrivain possède sur le donné.[4] » Le travail stylistique et esthétique participe également à l’atténuation de cet engagement que l’écrivain exprime pleinement dans ses chroniques. Il faut dire que Djaout partage la conception qu’a le chanteur-poète kabyle Lounis Aït Menguellet de l’engagement : « C’est d’être efficace à son poste. [5] » Cela implique que chaque citoyen est engagé dans l’amélioration de son quotidien. C’est ce qui ressort de cette déclaration de l’écrivain :

 

 

Je pense que les livres de Boudjedra et de Mimouni [Fis de la haine et De la barbarie en générale et de l’intégrisme en particulier] sont tout à fait les bienvenues (sic), quelle qu’en soit la teneur. Ce sont deux actes militants courageux. (…) Ce qui me paraît par contre, un peu injuste, c’est de faire de ces écrivains, parce qu’ils sont très médiatisés, les initiateurs de ce genres (sic) de combat, alors que des citoyens (journalistes, universitaires, artistes, hommes de la rue…) ont mené, dès l’apparition de l’intégrisme, une lutte au prix de leur vie[6].  

 

 

En parlant, dans Les Vigiles, de « débat esthético-politique », l’écrivain francophone algérien met en relief son souci de l’intransitivité de son écriture ; intransitivité indéniablement assurée.

 

En guise de conclusion, nous évoquerons quelques thèmes intéressants pour la recherche sur les œuvres de Tahar Djaout. Nous commencerons par la langue kabyle qui est au centre de son écriture. En fait, Djaout traduit souvent du kabyle au français. C’est le cas pour « L’étoile dans l’œil », chapitre poétique dans Les Vigiles, qui est une reprise littérale de l’expression kabyle désignant « les taies ». Il est aussi important de remarquer l’engagement de Djaout à proposer un monde où les relations entre hommes soient d’ordre horizontal et non vertical, abolissant ainsi toute conversation fondée sur la domination. Autre thème de recherche, les rencontres « bizarres » entre les sèmes auxquels Djaout fait des rencontres inhabituelles. Enfin il ne serait pas vain de dégager les indices autobiographiques pour constater leur poids dans le travail effectué par l’auteur sur l’Histoire collective.

[1] Solstice Barbelé (poésie), Sherbrouk, Canada, éd. Naaman, 1975.

L’Exproprié (roman), (édition revue et corrigée), Paris, François Marjault, 1991.

Les Chercheurs d’os (roman), Paris, Édition du Seuil, 1984. 

L’Invention du Désert (roman), Paris, Édition du Seuil, 1987. 

Mouloud Mammeri, « Entretien avec Tahar Djaout », Alger, éd La Phomic, 1987. 

Les Vigiles (roman), Paris, Éditions du Seuil, 1991. 

Pérennes (poésie), Paris, éd Europe/Poésie, Le Temps des cerises, 1996. 

Le Dernier été de la raison (roman), Édition du Seuil, Paris, 1999. 

[2] Entretien paru dans le quotidien Horizons, 07 mars 1988.

[3] La quête de la pureté n’est rien d’autre qu’une quête de soi, « Tahar », en arabe, voulant dire « le pur ». 

[4] Littérature et engagement, « de Pascal à Sartre », Paris, éd. du Seuil, coll. Points, 2000, p. 67. 

[5] www.i.france.com /menguellet/interview%201.htm, « Lounis Aït Menguellet, “Je n’ai jamais voulu être un symbole de quoi que ce soit” », Alger-Républicain, entretien réalisé par Zahir Mahdaoui.

[6] Entretien réalisé par Ratiba Benbouzid, El Watan, le 15/10/92.

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

Pourquoi faire lire Les Chercheurs d’Os de Tahar Djaout dans le secondaire ?

Posté par algeriedemocratie le 11 juillet 2009

Tahar Djaout, Les Chercheurs d’os

Pourquoi faire lire Les Chercheurs d’Os de Tahar Djaout dans le secondaire ? dans T.Djaout(13) les_chercheurs_d__os Pourquoi faire lire Les Chercheurs d’Os de Tahar Djaout dans le secondaire ?

 

« Un squelette attend quelque part que les honneurs lui soient rendus ». Ce squelette est celui du grand frère du narrateur, un jeune kabyle, mort pendant la guerre d’Indépendance de l’Algérie. L’arrière-plan du roman est en effet très historique, comme le montre la composition de celui-ci. Le première et la troisième parties se situent après la guerre et le départ des « étrangers », les colons français, tandis qu’une large analepse, couvrant toute la deuxième partie, évoque la période qui précède l’occupation du pays, jusqu’à l’arrivée des premiers camions et l’implantation de l’école française.

 

L’évocation en classe de ces événements historiques est d’autant plus fondamentale que la guerre d’Algérie est l’un des épisodes de l’Histoire les moins enseignés dans le secondaire, alors que nous savons pourtant qu’ouvrir le débat au sein des établissements scolaires permettrait d’enrayer toute démarche caricaturale et simpliste, et de freiner tout repli communautaire. Et justement, la vision donnée par Djaout de ces événements est tout à fait originale. D’abord parce que la guerre d’Algérie, à proprement parler, est absente du livre. Ne sont évoqués que son « avant » et son « après ». Pourtant, malgré l’ellipse, elle est omniprésente, représentée de façon métonymique par le cadavre du grand frère. Ensuite parce que le narrateur est un enfant de quatorze ans qui se tient à l’écart de tout discours politique : « la guerre contre l’occupant constitue la source de toutes les discussions actuelles dans le pays et je ne vois pas comment je pourrais intervenir sur un sujet aussi grave et tellement ardu. ». Enfin, la colonisation en elle-même est marquée par l’ambivalence. Certes, Djaout n’en montre pas les aspects positifs : « le monde va changer pour vous, oh non, il ne deviendra pas meilleur ; vous allez découvrir tellement de choses aux ressemblances illusoires que vous n’arriverez plus jamais à prendre le monde par son bout le plus innocent », fait-il dire à Saïd, ouvrier maghrébin, venu au village pour construire la nouvelle école ; mais l’auteur laisse parler l’enfant qui se laisse parfois émerveiller par les paillettes du monde moderne. Ainsi, le chapitre concernant la découverte par le village du cinéma est à cet égard tout à fait représentatif (II,4).

 

 

Mais l’essentiel du discours, constitué par l’après-colonisation, est marqué par le bouleversement des valeurs. Le monde inauguré par la colonisation est un monde fondé sur l’opulence et partant l’égoïsme, et qui ne prendra pas fin avec elle, la guerre de Libération et l’Indépendance, ne parvenant pas à freiner ce bouleversement : « Maintenant au contraire, c’est l’arrogance, la provocation. C ’est à qui entassera le plus de déchets devant sa porte, c’est à qui pendra à ses fenêtres le plus de choses coûteuses et tentantes. ». Le monde issu de la fin de la colonisation apparaît aussi comme un monde de faux-semblants, religieux notamment. On sent en effet comme un « vent de dévotion (…). Ceux qui aspirent à une escalade sociale et hiérarchique ont un petit chapelet à conviction et passent leurs journées à l’égrener. ». Ce dont parle Djaout, c’est donc de l’absurdité de toute entreprise humaine. Si l’Indépendance était vitale et a permis aux hommes de restaurer leur dignité et d’accéder à nouveau à leurs richesses, la mutation de civilisation engendrée par la colonisation ne peut être freinée. Et l’absurdité se ressent au niveau de l’intrigue même puisqu’il s’agit pour le narrateur d’aller rechercher les os de son frère mort au combat, alors même que l’on sait dès le début de l’œuvre que cette entreprise eût été contraire aux vœux du défunt : « Le mieux que je puisse espérer pour mon frère est que ses os demeurent introuvables (…) Mon frère ne peut qu’être à l’aise là où il repose. De toute manière il est impossible qu’il s’y sente plus mal que chez nous ». Cette même vanité de l’entreprise est soulignée une fois la quête achevée et les os retrouvés : « Et voici que nous le ramenons captif, les os solidement liés, dans ce village qu’il n’avait sans doute jamais aimé ». Et pourquoi ? Quelles étaient donc les motivations du voyage ? Encore une fois, la justification des apparences et la gloire de compter un héros dans sa famille : « Chaque personne a besoin de sa petite poignée d’os bien à elle pour justifier l’arrogance et les airs importants qui vont caractériser son comportement à venir sur la place du village ».

 

 

C’est à ce moment là que le roman peut prendre, aux yeux des élèves, une autre tournure. Au-delà du discours politique sur les événements historiques, Tahar Djaout produit un discours de l’universel. Le jeune narrateur de quatorze ans n’a pas de nom, sans doute pour faciliter une identification possible avec le lecteur. En effet, ce que le narrateur symbolise, c’est l’Adolescent, et c’est en cela que les élèves peuvent tous se sentir touchés par ce livre. En effet, le narrateur, jeune berger dans un petit village kabyle étriqué, a soif d’épanouissement. Le voyage est d’abord pour lui un moyen de prendre la mesure de sa propre existence : « Comme le voyage nous apprend des choses incroyables ! », « une vie où les poux, la honte, les accrocs, la bouse et les tâches terriennes de collecte et de désherbage n’ont aucune place ». On retrouvera également, dans la confrontation à l’Autre instaurée par le voyage, les préoccupations de tout adolescent : « Moi, j’aurais tout donné pour que mes vêtements me quittent, que je cesse ainsi de trimbaler ma provenance, ma condition et ma gêne qui me trahissent comme un immense livre ouvert où furètent les yeux des passants. Etre comme tout le monde, sans ce doigt sarcastique qui vous désigne à tous les supplices. ». Ce roman est donc un roman d’apprentissage. Ce que le narrateur découvre, petit à petit, lui qui est conscient et lucide par rapport à l’absurdité du voyage même et de son entreprise, c’est la nécessaire rébellion, fusse-t-elle intérieure, vis-à-vis des membres du village, et de la famille par la suite : « L’acharnement de la famille est plus malfaisant que toutes les légions de l’enfer ! La famille vous harcèle de votre vivant, multiplie les entraves et les baillons, et, une fois qu’elle vous a poussé vers la tombe, elle s’arroge des droits draconiens sur votre squelette. ». Ce constat amer est pourtant celui qui fera de l’enfant un adulte. La leçon finale du voyage n’est pas désabusée. Si l’âne apparaît comme le seul survivant du voyage, la mort métaphorique du narrateur est probablement celle de l’enfant en lui, s’apprêtant à devenir adulte, à rompre avec la mentalité étriquée du village et la nouvelle civilisation dans laquelle s’est jeté, corps et âme, son pays.

 

C’est parce que Djaout sait, à partir d’une situation géographique et historique particulière, atteindre l’universel, que tous les adolescents de France peuvent se reconnaître dans son œuvre. C’est d’ailleurs à mon sens ce qui fait la force de l’enseignement de la littérature francophone : pouvoir par une apparente dé-contextualisation (éloignement géographique et culturel), aborder avec des adolescents des sujets parfois plus enfouis et tacites, qui touchent l’humanité dans son ensemble. Et c’est peut-être, justement, parce que l’œuvre de Djaout est très ouverte et peu didactique que l’adolescent peut se sentir touché mais aussi ébranlé par cette œuvre en demi-teinte, marquée du sceau de la mort et de la désespérance, mais à travers laquelle on peut lire et penser que le salut naîtra de la capacité de la jeunesse, justement, à s’extirper de la condition qui a été décidée pour elle.

 

 

 

 

Virginie BRINKER

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

Tahar Djaout, fragments de l’itinéraire d’un exproprié et d’un vigile…

Posté par algeriedemocratie le 8 juillet 2009

Le colloque débutera aujourd’hui au Théâtre Malek-Bouguermouh de BgayetTahar Djaout, fragments de l’itinéraire d’un exproprié et d’un vigile…Tahar Djaout, fragments de l’itinéraire d’un exproprié et d’un vigile… dans T.Djaout(13) 2164_73047

Le programme prévu pour la  journée d’aujourd’hui est composé de trois parties durant lesquelles deux communications par séance seront données, et ce jusqu’à 17 h avant la séance nocturne de 21 h durant laquelle trois communications auront lieu. Chaque séance sera suivie d’un débat.

Sous le thème «Tahat Djaout : fragments de l’itinéraire d’un exproprié et d’un vigile de l’Algérie qui avance», un colloque sur l’auteur du roman  les Vigiles, devrait débuter aujourd’hui, mercredi 8 juillet 2009 et se poursuivra encore demain, jeudi 9, au Théâtre de Bgayet qui vient tout juste d’être baptisé officiellement «Malek-Bouguermouh». Ainsi, l’âme de Tahar Djaout planera durant deux jours sur «Yemma Gouraya» au même théâtre dont le directeur, Omar Fetmouche, a adapté Les Vigiles qui a reçu le Grand Prix au Festival du théâtre professionnel tout récemment à Alger.

Ce sera, en principe, le wali de Bgayet, Ali Bedrici, qui ouvrira ce colloque sur feu Tahar Djaout avant les allocutions des directeurs de la culture de Bgayet, Mourad Nacer, et du théâtre Malek-Bouguermouh, Omar Fetmouche, ainsi que le coordinateur de ces deux journées, Ahmed Boualili.

Le programme prévu pour la  journée d’aujourd’hui est composé de trois parties durant lesquelles deux communications par séance seront données, et ce jusqu’à 17 h avant la séance nocturne de 21 h durant laquelle trois communications auront lieu. Chaque séance sera suivie d’un débat. Ainsi, ces communications seront animées respectivement par : Merino Leonor Carcia de l’Université autonome de Madrid (Tahar Djaout, sa liberté, son imaginaire : Le socle de la littérature) ; Mohamed Yefsah de l’Université de Lyon 2 (Du nationalisme défait : poétique et politique des romans de Tahar Djaout) ; Youcef Imoune de l’Université d’Alger (Les discours autour de Djaout) ; Rachid Mokhtari, critique et journaliste (L’ablation de la mémoire) ; Dya Kamilia de l’ENS de Bouzaréah (L’itinéraire dans Exproprié  de Tahar Djaout. Lecture générique des voix discursives) ; et  Yamila Ghebalou de l’Université d’Alger (Le souffle poétique de Tahar Djaout). La séance de la soirée qui aura lieu de 21 h à 22 h 30 consistera en des lectures poétiques et des témoignages qui seront suivis de débats. C‘est ainsi que Mohamed Smaïl Abdoun de l’Université d’Alger fera un témoignage et un récital poétique, Yamila Ghebalou fera une lecture de poème avant que le directeur du théâtre, Omar Fetmouche, ne termine avec une lecture et mise en espace de poèmes de Djaout.

Demain, les communications reprendront avec deux séances intitulées : «Djaout entre littérature et journalisme», avec Ahmed Tessa comme modérateur et «Djaout, ce vigile de l’écriture» avec Omar Fetmouche comme modérateur. Ces cinquième et sixième séances seront suivies d’une synthèse et de recommandations à 15 h 30. Au programme de la cinquième séance, trois communications seront données par Bélaïd Djefel de l’ENS de Bouzaréah (l’ «écrire» et le «dé-lire» de l’Autre : les chroniques littéraires de Tahar Djaout) ; Ahmed Boualili (la présence de Djaout dans ses écrits littéraires et journalistiques : ethos discursif et ethos prédiscursif ; et  Djouher Amhis, critique littéraire (entre raison et déraison : Lecture de Le dernier été de la raison) la sixième et dernière séance de ce colloque sera constituée de deux communications qui devraient être données par Mohand Ouali Djebli de l’Université d’Alger (Le thème de l’école dans Les Vigile : Une vision critique) et Malika Fatima Boukhelou de l’Université de Tizi-Ouzou (pour une lecture mythanalytique des Vigiles).

 Après ces deux journées de travail bien chargées, les participants auront droit à une visite de la capitale des Hammadites qui est prévue pour 16 h avant le dîner de clôture à 20 h et la représentation de l’adaptation d’Omar Fetmouche du roman Les Vigiles de Tahar Djaout prévue pour 22 h.

 Enfin, pour clôturer en beauté ce colloque, les participants se rendront, vendredi matin, à Azzefoun où un pélérinage au village de feu Tahar Djaout, Oulkhou, est programmé. Rien de mieux pour un hommage à la hauteur de cette grande figure assassinée par l’intolérance. D’ailleurs, les organisateurs du colloque ont bien écrit : «A la veille d’une commémoration triste mais qui nous interpelle sur notre engagement, nous avons voulu rendre hommage à l’écrivain journaliste Tahar Djaout, figure de proue de la résistance par la plume. Il a été le premier sur une longue liste macabre à être assassiné parce qu’il couvait un verbe subversif. Djaout dérangeait par ses idées. Ces dernières sont en porte-à-faux  avec celles que développaient ses détracteurs. Comme le dit très bien Plantin, c’est dans le conflit que naît l’argumentation. Toutefois, ce conflit n’est pas mené à armes égales, bien qu’il ne reste aucun souvenir de ses assassins et que Djaout jouit aujourd’hui d’une renommée internationale». C’est signé par le comité organisateur qui termine ainsi : «Nous ambitionnons à travers ce colloque remettre sous le feu des projecteurs l’homme et son œuvre».

Amastan S

source:dépêche de kabylie

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

L’AFFAIRE DJAOUT: UN CRIME POLITIQUE NON ÉLUCIDÉ

Posté par algeriedemocratie le 28 juin 2009

L’AFFAIRE DJAOUT: UN CRIME POLITIQUE NON ÉLUCIDÉ

Par Arezki Aït-Larbi

L’assassinat du journaliste n’a toujours pas livré ses secrets.

Alger, 8/03/01 - En quittant son domicile situé à Baïnem, une cité populaire de la Banlieue ouest d’Alger, Tahar Djaout, écrivain, journaliste et directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Ruptures ne se doutait pas que sa vie allait prendre, ce 26 mai 1993, un tournant tragique.

Il est 9 heures du matin. Tahar Djaout entre dans sa voiture, et allume le moteur. Un jeune homme tapote sur la vitre, comme s’il voulait demander quelque chose. Djaout le regarde: il se retrouve brusquement face au canon d’un revolver.

Dans un ultime et dérisoire réflexe de défense, il lève les mains en bouclier. Une détonation, puis une deuxième… Le sort du poète est scellé: touché à la tête, il sombre dans un coma profond, dont il ne se réveillera jamais. Les agresseurs jettent le corps encore agité de soubresauts sur le sol, montent dans le véhicule, et démarrent en trombe.

Du balcon qui surplombe le parking, des voisines qui ont vu toute la scène donnent l’alerte. Évacué vers l’hôpital de Baïnem, Tahar Djaout rendra l’âme une semaine plus tard.

Les aveux télévisés
Le 1er juin 1993, au journal de 20 heures, un jeune homme de 28 ans, Belabassi Abdellah, passe aux aveux. Présenté comme le chauffeur du commando, il affirme que l’ordre d’abattre Tahar Djaout venait de Abdelhaq Layada, « émir » du GIA, et qu’une fatwa avait été lancée contre le journaliste, car « il était communiste, et avait une plume redoutable qui influençait les musulmans! »

Puis, il donne les noms de ses complices: Boubekeur Ras-Leghrab, marchand de bonbons et chef du groupe, Brahimi Mohamed dit Toufik, Ahmed Benderka et Abdelkrim Aït-Ouméziane. Il affirme que pour brouiller les pistes, il devait les déposer à Bab-El-Oued (environ 15 km de la cité de Baïnem où habitait Djaout), et les récupérer, après l’attentat, dans un autre endroit. Ultime révélation, il serait l’unique survivant du commando, ses complices ayant tous étés abattus lors d’accrochages avec les forces de police.

Saïd Mekbel, le célèbre billettiste du journal Le Matin ne cache pas son scepticisme: « On nous annonce que quatre des assassins de Tahar Djaout ont été tués », écrit-il le lendemain dans Mesmar Djeha, sa chronique quotidienne. « Qu’on me pardonne de le dire si brutalement : l’annonce a été reçue comme un gros gag, elle a même fait rire certains… de désespoir. C’est qu’on ne croit plus rien, on ne croit plus personne. »

Ce doute sera conforté par de curieuses lacunes dans l’enquête. En retrouvant, quelques heures après l’attentat, le véhicule de Djaout utilisé par les assassins pour leur fuite, la police s’est empressée de le restituer à la famille, sans procéder aux expertises d’usage. Les voisines qui, de leur balcon, ont vu les assassins, n’ont pas été convoquées pour éventuellement les identifier…

« Commanditaires de l’ombre »
Au lendemain de l’enterrement, une vingtaine d’artistes et d’intellectuels décident de créer un « Comité vérité Tahar Djaout ». Dans un communiqué publié le 7 juin 1993, ils appellent l’opinion publique à les soutenir dans leur quête, car, écrivent-ils, « trop de crimes politiques restent impunis dans notre pays. Les images de lampistes exhibées à la télé ne pourront masquer les commanditaires de l’ombre. »

Parmi les signataires, le professeur en psychiatrie Mahfoud Boucebsi, le chirurgien Soltane Ameur, les écrivains Rachid Mimouni et Nordine Saâdi, le cinéaste Azzedine Meddour et le journaliste Omar Belhouchet. Saïd Mekbel, coordinateur du comité, explique ses objectifs: « nous sommes résolus à lancer une tradition pour connaître les vrais auteurs et commanditaires de ces crimes. »

Le lendemain vers 11 heures 30, le professeur Boucebsi est assassiné de plusieurs coups de couteau devant l’entrée de l’hôpital Drid Hocine, où il était chef de service. À 16 heures, des policiers se présentent au siège de l’hebdomadaire Ruptures, et demandent « les adresses des membres du Comité pour assurer leur protection! » Certains d’entre eux refusent, d’autres, sous la pression, choisiront l’exil. « L’assassinat du professeur Boucebsi est la preuve que nous avons mis le doigt sur un point sensible », confie Saïd Mekbel à des amis. Le 3 décembre 1994, il est abattu, en plein jour à son tour, dans un restaurant d’Alger.

Les juges ne suivent pas
Juillet 1994, l’affaire Djaout arrive devant la Cour spéciale d’Alger, juridiction d’exception créée en 1993 pour juger les affaires de terrorisme, et aujourd’hui dissoute. Dans le box des accusés, le « chauffeur » Belabassi Abdellah et « l’émir » Abdelhaq Layada, arrêté une année auparavant, ont la mine crispée. Le procès commence par un coup de théâtre: Belabassi revient sur ses aveux télévisés et déclare avoir parlé sous la torture. Ses avocats affirment même détenir la preuve qu’au moment du crime, il s’entraînait avec son club de Hand-ball au stade algérois du « 5 juillet. »

Quant à Layada, déjà condamné à la peine capitale pour d’autres crimes, il semble tenir à son innocence dans celui-ci, comme si sa vie en dépendait: « je ne connaissais même pas Tahar Djaout; plaide-t-il, je n’ai entendu parler de lui qu’après sa mort… » En effet, au moment de l’attentat, « l’émir » du GIA se trouvait au Maroc depuis deux mois, avant d’être extradé vers l’Algérie une année plus tard, suite à d’âpres négociations entre les autorités des deux pays. Expédié en quelques heures, le procès se termine par un verdict surprenant: Layada est acquitté et Belabassi, poursuivi pour complicité dans d’autres attentats, écope d’une peine de dix ans de prison.

Hérésie Subversive
À l’annonce de cette sentence, Layada apostrophe les journalistes, venus nombreux: « la justice m’a innocenté dans cette affaire, j’espère que vous en tiendrez compte dans vos articles! » Cet acquittement n’empêchera pas des journaux de revenir sur la fable du « poète assassiné par un marchand de bonbons, sur ordre d’un tôlier! » Sans doute pour conforter le classement du dossier judiciaire et éviter les questions restées, à ce jour, sans réponse: qui sont les véritables assassins de Tahar Djaout? Qui sont leurs commanditaires?

Dans un pays qui n’a pas fini de compter ses morts, cette quête de vérité peut paraître dérisoire. Pour certains milieux « républicains », c’est une hérésie subversive. Au nom de « la famille qui avance », une formule empruntée au dernier éditorial de Tahar Djaout et détournée de son sens initial, de véritables « commissaires politiques » sont chargés de traquer les velléités de remise en cause des « vérités » officielles: le moindre doute, la plus timide interrogation sont condamnés comme des « tentatives d’absoudre les islamistes de leurs crimes! »

Malgré ces manœuvres, il reste toutefois une certitude: huit ans après, l’assassinat de Tahar Djaout, comme tant d’autres, reste une énigme.


COPYRIGHT ©Algeria Interface.

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

Interview de t. djaout le 23 mai 1993

Posté par algeriedemocratie le 25 décembre 2008

image

Tahar Djaout Les intellectuels, le pays, l’école… Trois jours avant l’attentat contre lui, Djaout avait accordé cette interview* dont seul un bref extrait a été diffusé sur la BBC.

Pourquoi les intellectuels algériens observent-ils le silence sur ce qui se passe en Algérie ? On a l’impression qu’ils ne sont pas concernés par la répression, le processus démocratique en cours et les violences armées.

A vrai dire, les intellectuels algériens n’ont jamais été silencieux, tel qu’on le prétend parfois. Le problème qu’il faudrait soulever, c’est peut-être celui du peu de moyens dont ils disposent pour s’exprimer et celui d’un fossé qui s’est creusé entre eux et le reste de la société ; fossé dû notamment à la qualité de l’école algérienne et qui n’a pas permis une relève au niveau intellectuel. Donc une école qui produit une jeunesse coupée des intellectuels, une jeunesse qui n’a pas d’outils d’analyse, qui a peu de moyens d’appréhender la réalité sous l’angle de l’intelligence, sous l’angle de l’analyse. Les intellectuels, à vrai dire, s’expriment—pas tous, mais pour quelques uns par les moyens qui leur sont donnés, c’est-à-dire les livres qui n’ont pas, hélas, la répercussion voulue, des interventions dans la presse. Je crois que c’est déjà suffisant pour un intellectuel. Parce qu’un intellectuel ne dispose pas forcément de tribunes importantes comme les tribunes politiques, il ne dispose pas d’adhérents, d’une foule qui le soutient, qui lui permet de tenir des meetings. Donc, je crois que l’intellectuel algérien et je parle encore ici d’un certain profil d’intellectuel qui prend ses responsabilités donc l’intellectuel algérien s’exprime avec les moyens qui sont les siens. Mais c’est vrai aussi qu’il y a eu l’intellectuel officiel, le prototype de l’intellectuel qui était là pendant le parti unique, qui était le porte-parole du pouvoir qui, avec la démocratie, se découvre soudain l’âme de démocrate et qui, lorsqu’il s’agit de prendre ses responsabilités, lorsque les jeux ne sont pas clairs, cet intellectuel généralement se terre chez lui en attendant que les choses s’éclaircissent pour qu’il puisse s’exprimer sans prendre aucun risque. Mais peut-on appeler intellectuel ce genre de personnage ?

Vous avez déclaré récemment que l’intégrisme est une excroissance du régime en place. Vous pouvez préciser un peu votre pensée ?

Je pense que lorsqu’on regarde l’idéologie du FLN, l’intégrisme islamique n’est que l’aboutissement de cette idéologie. C’est une expression paroxystique de l’idéologie du FLN. Lorsque nous prenons la Constitution élaborée par le FLN qui stipule que l’Islam est religion de l’Etat, il est évident que les islamistes, dans leur logique, ne demandent que l’application de cet article de la Constitution. Nous voyons aujourd’hui le FLN dans le champ politique. Lors du dialogue avec le HCE par exemple, le FLN avait des positions tout à fait proches de celles des islamistes. Et la presse du FLN est devenue la presse des islamistes. Donc le passage de la logique et de l’idéologie du FLN vers la logique et l’idéologie intégriste est un passage extrêmement ténu. Le pas est très vite franchi. Je pense que c’est l’arabo-islamisme du FLN qui, en évoluant d’un point de vue idéologique, a donné l’islamisme tout simplement.

Vous estimez que la lutte contre le terrorisme et l’intégrisme n’est pas une condition suffisante pour l’avènement de la démocratie en Algérie et que ce n’est pas par la répression qu’on peut vaincre ce phénomène (intégrisme). Que proposez-vous ? Quelles sont les solutions ?

Je dis d’abord que la lutte contre l’intégrisme est une condition nécessaire. Parce qu’il y a effectivement des partis qui disent que la lutte contre l’intégrisme n’est pas une condition suffisante. Moi j’ajoute en plusqu’elle est nécessaire. Parce que ces partis ne disent pas que cette lutte est nécessaire. Moi, ce que je veux dire, il ne faut pas combattre les extrémistes intégristes avec leurs propres armes qui sont des armes de la violence. Il faut les combattre avec les armes qui sont les armes d’un Etat de droit, c’est-à-dire qu’il faut les combattre d’abord sur le plan culturel, en essayant d’implanter une culture humaniste. Il faut les combattre sur le plan juridique par tout l’arsenal de la loi qui sauvegarde, à la fois, les droits de l’homme et sa dignité. Donc, il ne faut pas combattre les intégristes par la violence qui est leur arme à eux, mais qui n’est pas l’arme d’un Etat de droit.

Le dialogue actuel engagé par le pouvoir avec les partis d’opposition et les associations de la société civile a-t-il une chance d’aboutir sans la participation de représentants de l’ex-Front islamique du salut (FIS) ?

Je pense qu’à ce niveau il y a un projet de société, il y a un projet civilisationnel. Quelle que soit l’importance du Front islamique du salut dissous, on ne peut dialoguer avec ce parti. Quelle que soit son implantation sociale, son idéologie totalitaire fait qu’on ne peut pas dialoguer avec lui. Et là, c’est un choix politique que la société algérienne doit assumer. C’est comme le problème du nazisme et le problème du fascisme : quelle que soit l’implantation de ces deux idéologies, il fallait les combattre, parce que ce sont des idéologies négatrices de tout ce qui fait la valeur de l’homme, de tout ce qui fait la démocratie. Je pense que l’annulation du processus électoral en janvier 92 ne voudrait rien dire si aujourd’hui le pouvoir qui a décidé d’annuler ce processus —parce qu’il voyait dans ce processus un départ non seulement vers l’inconnu mais vers le chaos de l’Algérie, donc ce serait un retour en arrière terrible — se met soudain à dialoguer avec les islamistes. Je crois que l’islamisme, comme nous l’avons dit tout à l’heure, c’est l’aboutissement de toute la pratique politique et idéologique en place depuis 1962. Je pense que des gens au pouvoir en janvier 1992 ont eu un sursaut d’intelligence devant ce qui attendait l’Algérie. Ils ont dit non à la poursuite d’une telle logique électorale. Si, aujourd’hui, on se met à dialoguer avec ces gens-là qui ont pris les armes, qui, chaque jour que Dieu fait, assassinent des citoyens ou des agents de l’ordre, ça ne veut plus rien dire. Je crois qu’aucun Etat de droit ne peut se permettre de dialoguer avec un parti qui a pris les armes et qui assassine les citoyens.

Passons à autre chose, si vous le voulez bien. Depuis quelques temps, on assiste à un débat sur le système éducatif algérien. Il se trouve que ce débat-là tourne autour d’un seul point : l’introduction de la langue anglaise en 4e année aux côtés du français. Cette décision a suscité une levée de boucliers, a provoqué une polémique dans le pays. Que pensez-vous de cette décision ?

L’école algérienne se porte très mal. Parmi l’une des causes, il y a le fait que cette école tourne le dos à la réalité linguistique du pays. L’Algérie est un pays trilingue : on y parle l’arabe, le berbère et le français. Cette école, malheureusement, pour des raisons idéologiques, des raisons de légitimité politique, n’a pas voulu prendre en considération cette réalité de la langue que nous rencontrons chaque jour dans les rues de l’Algérie. Les langues en Algérie ont un statut idéologique qui n’est pas toujours conforme ou même n’est jamais conforme à la réalité du terrain. Le courant idéologique connu, arabo-islamique, qui a fait main basse sur l’école algérienne depuis une vingtaine d’années (…), revendique, nous le savons depuis longtemps, l’exclusion du français du système d’enseignement. Et aujourd’hui, il veut introduire l’anglais en concurrence avec le français. C’est totalement absurde. L’anglais est une langue internationale, qu’on peut apprendre, mais cette langue n’aura jamais la même place ou le même statut que le français. Le français est une langue extrêmement prégnante dans la société algérienne. Regardez le tirage des journaux de langue française est supérieur au tirage des journaux de langue arabe. Regardez toute la littérature algérienne produite en langue française. Donc, il y a une réalité de la langue qu’on veut ignorer. Le français est une langue pratiquée par les Algériens, c’est une langue qui n’est pas à proprement parlé une langue étrangère même si, idéologiquement, elle n’a pas le statut de langue disant nationale. Mais ce n’est pas du tout une langue étrangère. Les Algériens ne pourront jamais écrire en langue anglaise des chefs-d’œuvre littéraires comme ceux qu’ont écrit Kateb Yacine, Mouloud Mammeri et Mohamed Dib en langue française. Donc, on ne peut pas mettre sur le même plan ces deux langues. Moi, je souhaite que l’anglais puisse avoir une place dans notre école. J’ai fait mes études en français et en arabe et j’ai appris l’anglais comme langue étrangère, comme d’autres ont appris l’allemand, l’espagnol ou le russe. Mais l’anglais ne pourra jamais être maîtrisé comme le français l’est en Algérie.

Comment interprétez-vous cette décision de mettre en concurrence l’anglais et le français ? Vous savez, c’est une vieille revendication, comme je l’ai dit, du courant qui a investi l’école depuis maintenant deux décennies. Je pense que c’est une concession faite par le ministre actuel à ce courant idéologique qui est très fort au sein de l’institution éducative. Je pense que c’est une concession à ces gens-là. Est-ce que le ministère de l’Enseignement va maintenir cette décision qui est extrêmement critiquée comme vous le voyez chaque jour dans les journaux en Algérie ? Est-ce que, quand bien même elle est maintenue, cette décision donnera des fruits réellement à l’école ? C’est des questions qui restent posées. Mais je crois que, fondamentalement, le fait de poser l’introduction de la langue anglaise à l’école algérienne en ces termes c’est-à-dire en termes de concurrence avec une langue qui est maîtrisée, qui est implantée qu’est le français c’est encore une fois une preuve que les vrais problèmes de l’éducation en Algérie ne sont pas abordés et qu’on essaie de gagner du terrain, qu’on essaie de dévoyer le débat par des questions qui sont de fausses questions.

*Interview réalisée le 23 mai 1993 au siège de l’hebdomadaire Ruptures près de la Faculté centrale d’Alger. Victime d’un attentat le 26 mai, Tahar Djaout est décédé le 2 juin à l’hôpital de Baïnem à l’ouest d’Alger.

Mohamed Arezki-Himeur in El Watan du 29 05 08

Publié dans T.Djaout(13) | Pas de Commentaire »

12
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema