“Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci

Posté par algeriedemocratie le 13 décembre 2011

“Ṭaṭabataṭa” : Amud n tullisin n Mohamed Arab Ait Kaci dans Littérature(2)

Yeffeɣ-d ussan-a ɣer teẓrigin Mehdi yellan di Tizi Wezzu yiwen wamud n tullisin i yura mass Mohamed Arab Ait Kaci, amud-a yewwi azwel « Ṭaṭabaṭaṭa » yellan daɣen d azwel n yiwet tullist ger sebεa-nniḍen i d-yeddan deg wamud. Tullisin-a i yura mass Mohand Arab Ait Kaci, akken ma llant yewwi-d deg-sent ɣef yiɣilifen d wuguren n tudert tatrart, yura-tent s teqbaylit timserreḥt i yezmer ad yefhem yal yiwen, ayen i as-yernan ccbaḥa i uḍṛis. « Tislit, Amakraḍ, Aqjun, Ṭaṭabaṭaṭa, Znezla, Tufga taneggarut, Asufri » d wi i d izwal i sent-yefka i tullisin i d-yeddan deg wamud, yal tullist s wazal-is imi yal yiwet seg-sent yewwi-d deg-s ɣef kra n uḥric n tudert tatrart ; d amedya deg tullist « Ṭaṭabaṭaṭa’, yeḥka-d ɣef yiɣilifen i yettidir unelmad asdawan neɣ « litidyu n wass-a », yemmeslay-d deg-s ɣef tudert n unelmad menwala am wassaḍ n tullist i yefren ad yili d amalas(win i d-iḥekkun). Yeḥka-d amek i yemlal d Faḍma di tesdawit n Ḥesnawa, d teswiεt n wuṛeɣ i yesεedda yid-s uqbel ad tɣib fell-as ɣer taggara imi nettat lawan-nni ideg tt-yemlal tella tennuɣ akked uxḍib-is daymi i d-tusa ɣer tesdawit akken ad tekkes ɣef ul. Di tullist-a, qwant tegnatin ideg amyaru yeglem-d aṭas n yisuyas n tudert n yinelmaden n tesdawit am: udṛagi, ccumaj, taganit neɣ lacan,…atg I win (tid) yebɣan ad ɣṛen(t) amud-a, zemren(t) ad t-afen(t) deg akk tinedlisin n tmurt n Leqbayel, ma di Lezzayer tamanaɣt yella ɣer tnedlisin-a: El Qartassia Bd Amirouche, Bibliothèque Générale El-Biar, Librairie médicale ex rue Charasse Alger Centre, Librairie Les Mots Bd Victor Hugo Alger Centre.

 

Mokrane Chikhi

source: dépêche de kabylie

Publié dans Littérature(2), tamazight(65) | Pas de Commentaire »

TAHAR ZBIRI-HOUARI BOUMEDIÈNE

Posté par algeriedemocratie le 13 octobre 2011

Par Mohamed Maârfia, moudjahed
8. L’échec
Les causes objectives de l’échec de Tahar Zbiri n’ont pas d’autres raisons que son option, dès le début sur le dialogue, les appels à la raison et la persuasion. Cette option n’était pas inspirée par la peur d’affronter par la force Boumediène et ses moyens, mais par la crainte de voir le pays replonger dans les déchirements qui ont précédé et suivi le cessez-le-feu de 1962. Il était convaincu que «la table rase du 19 juin» était une bonne chose pourvu que ses promesses soient tenues. C’est cette illusion, nourrie jusqu’au bout, qui le mènera à l’échec.
La meilleure preuve que sa démarche était pacifique est l’ordre qu’il donne au 1er bataillon de chars de quitter la capitale, qu’il tient sous le feu de ses canons, pour un cantonnement à El- Asnam, à 200 km de là. Dès lors qu’il démontre qu’il ne nourrit aucune velléité de prise de pouvoir par la force, il démobilise ceux de ses partisans qui sont prêts à aller plus loin à ses côtés. Il paralyse les mains du plus efficace et du plus déterminé de ses officiers, en l’occurrence le commandant Amar Mellah, lequel ne peut plus élaborer un plan cohérent et une liaison efficace avec les divers éléments de son dispositif, sans heurter de front le parti pris de Zbiri, en l’occurrence la concertation avec les autres chefs militaires et les appels à la raison en direction de Boumediène. Le départ d’Alger du 1er bataillon de chars, pivot central autour duquel doit s’articuler l’intervention des autres unités favorables au mouvement, est compris par les partisans de Zbiri comme la fin de la crise et le début de la solution politique. Zbiri n’a pas d’équipe. Il ne veut pas en constituer. Il ne veut pas apparaître comme quelqu’un qui se présente en alternative à Boumediène avec une sorte de cabinet fantôme. Il décourage ceux qui, plus lucides que lui, le voient courir vers l’abîme. «Je n’ai fait de contrat avec personne et je n’ai demandé à personne de me suivre», jette-til à ceux, parmi ses proches, qui tentent un exposé réaliste des choses. Abdelaziz Zerdani, l’ami des jours difficiles, quand dans l’Aurès, Adjoul tenait d’une poignée sanglante la grande Idara, Abdelaziz Zerdani tant injustement accusé et tant recherché par les services de sécurité n’a jamais prétendu à un rôle national futur. Il s’est borné, une ou deux fois — sans être écouté, hélas — à dire ce qu’il pense des assurances de Saïd Abid. Quelques jours après ces mises en garde, les événements lui donneront raison. Une équipe aurait été utile pour évaluer froidement — tout en convaincant Zbiri de garder ses atouts militaires — chaque proposition, chaque avancée pour transcrire immédiatement dans le concret les engagements du chef du CR. Mais encore une fois, Zbiri n’avait pas d’équipe ! Il n’avait pas d’équipe parce qu’il n’a jamais été question pour lui de faire un coup d’Etat. Zbiri n’a fait aucun effort pour expliquer ses intentions, laissant dans l’incertitude ceux qui, dans l’armée, auraient pu faire une autre lecture que celle qui semblait évidente : un simple «ôtes-toi de là que je m’y mette». Les turbulences de ce mois de décembre 67 semblaient à beaucoup une querelle dont le pays pouvait faire l’économie. Le pouvoir aura beau jeu, une fois l’échec consommé, de travestir la vérité. Ses relais tentent d’accréditer la thèse de «la conjuration d’officiers ignards et ambitieux liés par des liens tribaux». Comme aucun responsable ni au niveau national ni au niveau régional ne s’était déterminé publiquement en faveur des thèses de Zbiri, la configuration régionaliste deviendra crédible. Cherif Mahdi, secrétaire de l’étatmajor général, courageusement, refusera d’avaliser les mensonges officiels et remettra les choses à leur juste place par ses écrits chez les services de sécurité, par ses déclarations lors de l’instruction et par son cri du cœur devant la cour. Quand, écœuré par les dérobades, les défections, les reniements, les lâchetés et les trahisons de certains membres du Conseil de la révolution y compris les militaires, Cherif Mahdi dit les choses telles qu’elles se sont passées, un silence respectueux plane dans la salle. Le commandant Abdelghani qui préside le tribunal, mal à l’aise, essuie les verres de ses lunettes, étrangement embuées. Mais ce qui est arrivé après l’échec est une autre histoire. Revenons à cette soirée du 13 décembre. La rencontre du 13 décembre 1967, au soir, au domicile du chef de la 1re Région militaire, laquelle a réuni autour de ce dernier Mohamed Salah Yahiaoui, le colonel Abbès ainsi que Abderrahmane Bensalem et Zbiri (respectivement chef de la 3e Région militaire, responsable de l’Académie de Cherchell, commandant du quartier général et chef d’état-major) a été provoquée par Saïd Abid pour signifier à Zbiri que Houari Boumediène oppose une fin de non-recevoir à toutes ses demandes. Il conclut qu’ayant, lui, échoué dans sa médiation, il ne peut plus rien tenter. Les chefs militaires présents semblent, par leur silence, partager la position de Saïd Abid. Sont-ils conscients que leur «neutralité» soudaine, affichée au mépris des engagements pris à l’égard du chef d’état-major, livrait ce dernier, pieds et poings liés, à la vindicte de Boumediène ? Zbiri fait — enfin — la seule lecture à faire : Boumediène l’a désarmé par la ruse et les faux-fuyants. Il lit sur le visage fermé de ses vis-à-vis que pour Boumediène l’heure de la curée est arrivée, et que eux s’en accommodent… Il est effondré, il constate — trop tard — qu’il n’a pas mesuré correctement la détermination de son vis-à-vis à ne rien céder sur rien. Il n’a tout simplement pas voulu comprendre que ce dernier avait une démarche et un but en opposition totale avec ceux qu’il voulait, lui, imposer. Il a surévalué «le poids spécifique» et la solidarité des chefs militaires qui s’étaient portés garants de la parole de Boumediène. Il n’a enfin, et jusqu’au bout, jamais douté de la sincérité de Saïd Abid. Ce même Saïd Abid qui, pendant longtemps, bien avant juin 1967, n’avait cessé de pousser à la roue, qui avait incité Zbiri a réagir contre les faits accomplis de Boumediène, Saïd Abid qui a détruit Chabou de réputation et qui, soudain, freine des quatre fers. Pour Zbiri, le chef de la 1re Région militaire est, objectivement, l’homme qui lui ôté des mains tous ses atouts avant de l’enfermer dans l’impasse. Saïd Abid, que certains ont accusé, à tort, d’avoir été un agent provocateur, une créature cynique de Boumediène, était tout simplement un brave homme qui a été audessous de l’enjeu, lorsque les hasards de l’Histoire avaient mis entre ses mains le sort de l’Algérie. Saïd Abid, ancien petit employé de banque, bardé d’un modeste certificat d’études, était venu à la révolution au début de l’année 1957 par le soupirail de Tadjerouine (à l’époque un peu le Kandahar tunisien de la révolution algérienne). Il n’a jamais connu d’autres épreuves que celles que procure le relatif inconfort des bivouacs précaires de la frontière. Il n’avait pas le cumul historique, le substrat des expériences, la solidité des convictions qui font les révolutionnaires matures et qui osent. A l’heure de la décision, il est redevenu tout simplement Abid Saïd pris de vertige par l’accélération du manège qu’il avait imprudemment mis en branle. Placé entre les extrêmes, indécis, hésitant, bousculé par deux impatiences, il a joué le rôle d’un sage de village s’usant à réconcilier deux coqs de quartier séparés par une querelle subalterne. Il payera de sa vie, dans quelques heures, ses entrechats sur le fil du savoir. Devant la nouvelle donne, il ne reste plus à Zbiri que deux alternatives : se soumettre ou réagir. L’ordre qu’il donne de faire converger les unités vers Blida, ordre qui met littéralement Saïd Abid entre les mâchoires de l’étau, est obéi. C’est de cet étau que jailliront les balles qui tueront l’infortuné chef de la 1re Région militaire. Il importe peu de savoir qui a appuyé sur la gâchette. Objectivement, la démarche du chef de la 1re Région militaire était suicidaire. Le deuxième but du chef d’état-major est de provoquer une réunion (même restreinte) des membres du Conseil de la révolution favorables à son option politique et faire prendre conscience à Houari Boumediène de la responsabilité qu’il prendrait en faisant ouvrir le feu sur ses adversaires politiques et sur une partie de l’armée. Les aléas du terrain font que les forces qui s’étaient ébranlées vers le siège de la 1re Région militaire ne pourront jamais atteindre leur objectif. Le maquisard transparent, fidèle à ses idéaux, artisan d’un 19 Juin fondateur, a été vaincu par celui qui était venu de trop loin pour reculer et qui avait réglé le calendrier et l’heure à son propre chiffre.
9. Epilogue
Tahar Zbiri pourra échapper à Houari Boumediène mû par une terrible vindicte. Il lui échappera grâce à la mobilisation des chefs de la Wilaya IV historique dont, surtout, le commandant Lakhdar Bouragâa. D’Alger à Tébessa, des moudjahidine, anciens compagnons d’armes de Zbiri (Lakhdar Gouasmia, Mohamed Elhadi Rezaïmia, Mohamed Haba, etc.), des hommes de cœur (Aïssa Meguellati et ses deux fils Nadir et Djamel, Abdelmalek Boumaïza, Hamou Staïfi, Abdeljalil Ayat, Hamid Chakbouni, le docteur Harmouche et tant d’autres) risqueront leur carrière, leurs biens, leur liberté, leur vie pour le protéger et le guider sur sa route vers l’exil. Tahar Zbiri évoquera-t-il leurs noms un jour ? La secousse sanglante du 14 décembre 67 sera ressentie à tous les niveaux de l’ANP. Beaucoup de cadres en seront traumatisés. Terribles seront les conséquences pour l’Algérie. Le délestage du Conseil de la révolution, d’une manière aussi radicale, permettra à Houari Boumediène d’asseoir définitivement sa dictature sur le radier massif de la police politique pour pouvoir monologuer pendant longtemps, face à son miroir, à mille lieux des réalités de son pays.
M. M.

Publié dans histoire(16) | Pas de Commentaire »

Abeṛṛani, L’Etranger de Camus en kabyle

Posté par algeriedemocratie le 2 octobre 2011

yle

Abeṛṛani, L’Etranger de Camus en kabyle dans tamazight(65) arton756

Abeṛṛani, L’Etranger de Camus en kabyle

samedi 10 septembre 2011, par Karim T

Mohamed Arab Aït Kaci a tradui le roman dans la langue de Si Mohand, mais faute d’avoir pu trouver un éditeur, il a mis son œuvre en libre circulation sur Internet.

L’Etranger d’Albert Camus fait désormais partie des chefs d’œuvre traduits en kabyle, mais il ne sortira pas en version papier, pour le moment l’ouvrage est disponible uniquement sous forme de fichier PDF. L’auteur, Mohamed Arab Aït Kaci n’a pas trouvé d’éditeur, il invite donc les lecteurs à diffuser son roman par le biais d’Internet. Le lien vers le texte a été largement relayé, notamment par le chanteur Zimu sur Facebook.

Le roman raconte l’histoire d’un colon français qui tue un « Arabe ». Lors de son procès, l’accusé est interrogé non pas pour le crime qu’il a commis mais parce qu’il n’a pas pleuré à la mort de sa mère. Le livre tient son titre du fait que le personnage, d’apparence froide et insensible est « étranger » à la morale de la société. Le livre, paru en 1942 s’inscrit dans une veine existentialiste, il illustre la philosophie d’Albert Camus, celle l’homme libre et révolté face à l’absurdité de l’existence.

Dans Abeṛṛani d’Aït Kaci utilise une langue kabyle populaire, accessible, avec notamment l’emploi de mots courants empruntés au français comme rridu (le rideau) tafremlit (l’infirmière) ou à l’arabe comme yenneḥcam (il a été humilié). L’auteur utilise quelques néologismes berbères tels que taɣdemt (la justice).

source: rezki.net

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Traduction de l’Etranger d’Albert Camus en Tamazight

Posté par algeriedemocratie le 17 août 2011

www.aberrani.files.wordpress.com/2011/08/aberrani-n-albert-camus1.pdf

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaire »

Interview de Murad Zimu sur le recueil de nouvelles en tamazight « Ameddakel »

Posté par algeriedemocratie le 15 août 2011

Interview de Murad Zimu sur le recueil de nouvelles en tamazight

La littérature kabyle écrite peut aujourd’hui s’enorgueillir de posséder une nouvelle génération de jeunes auteurs qui semblent de plus en plus conscients de la nécessité de la faire sortir de ses thématiques et des formes traditionnelles qui, à force de répétition, risquent de devenir obsolètes.

Le danger guette toujours les littératures qui ne se renouvellent pas… Dans cette génération d’auteurs, on peut citer Brahim Tazaghart, Kamal Bouamara, Ramdane Abdenbi, Djamal Arezki, Saïd Chemakh et Mourad Zimu. Auteur d’un premier recueil de nouvelles (Tikli Le cheminement) édité par le HCA, revoici Zimu qui récidive en publiant Ameddakel, un deuxième recueil édité aux Editions Tira (Bougie), composé de dix textes : Amedah, akarni azeggagh, Zwina, Ameddakel, Litidyu… Le thème de la camaraderie les traverse tous, d’où le titre du recueil. Amerdakh met en scène une esthétique typique de la nouvelle : celle de la surprise. Bien que le début du récit traîne un peu par certaines lourdeurs, l’auteur réussit brillamment la suite du récit. Qasi, le personnage central, est tombé dans une affaire dont il ne saisit apparemment pas les contours : à la veille de son départ en Algérie, ce kabyle de Paris, qui vient d’obtenir ses papiers, reçoit la visite de policiers qui l’accusent d’avoir participé à un kidnapping. Le nœud de l’histoire est ingénieusement dissimulé : le nouvelliste prend le pari d’entraîner son lecteur jusqu’au bout du récit avant de le lui révéler. Pari réussi ! Racontée par un narrateur témoin, la nouvelle Akarni azeggagh (Le carnet rouge) traite de la violence des « années noires ». Le lecteur retiendra inéluctablement cette expression véhiculée par le titre (Akaṛni azeggagh), qui traduit à elle seule le drame d’un citoyen et celui de tout un peuple, pris en otage : Un chauffeur de camion (un routier) traverse chaque nuit un barrage de militaires. Ces derniers le contraignent à choisir : soit il attend le lever du jour, soit il franchit le barrage et prend ainsi ses responsabilités en cas d’attaque. Le narrateur fait vivre au lecteur d’intenses moments de peur, traversés par des lueurs d’espoir de délivrance. Nous laisserons le lecteur découvrir par lui-même le mystère du carnet rouge. La nouvelle Zwina est écrite sur la trame de deux destins féminins : l’une n’arrive pas à tomber enceinte, l’autre, une attardée mentale n’arrive pas à trouver sa place dans la société, mais l’une trouve chez l’autre un peu de réconfort : Zwina trouve dans les petits moments fugaces qu’elle passe auprès de sa voisine une bouffée d’oxygène. De même pour Saɛdia qui subit la fureur de son époux frustré de ne pas avoir d’enfants. Les deux figures représentent la condition fragile de la femme. Fragile, car sa liberté et son bonheur dépendent de ceux de son partenaire (le cas de Sadia). Dans le cas de Zwina, sa différence (elle est attardée mentale) lui impose de rester cloîtrée à la maison, au lieu de suivre sa scolarité comme les filles de son âge. Courts et incisifs, les quatre derniers récits mettent en scène, dans un style plein de dérision, à la manière de Mohia, la figure de l’étudiant, foncièrement en décalage avec sa société… Zimu est visiblement marqué par cette figure. Ainsi, dans Ameddakel, le narrateur raconte l’histoire d’une amitié entre deux étudiants que tout rassemble, de leur condition foncièrement précaire jusqu’à l’amour d’une même étudiante. La fin du récit ne manquera pas d’émouvoir le lecteur… La nouvelle est un genre littéraire très difficile : l’écrivain est contraint de s’en tenir au principe de la concision, de condenser sa matière littéraire et de créer de l’effet sur son lecteur. Les nouvelles de Zimu ne laissent pas indifférent le lecteur, c’est l’un de leurs nombreux mérites. La langue utilisée dans le recueil est d’une grande clarté. Si le caractère expérimental de la littérature kabyle écrite est, pour l’instant, très évident, elle connaîtra un grand essor grâce à des écrits comme Ameddakel, a fortiori lorsqu’une tradition de lecture sera bien installée.

Amar Ameziane

Publié dans Zimu(11) | Pas de Commentaire »

Entretien avec Mohend A. Bessaoud ( revue Azar ,avril 1992)

Posté par algeriedemocratie le 13 août 2011

 

Entretien avec Mohend A. Bessaoud ( revue

 Azar

,avril 1992)

Azar : Vous êtes le principal fondateur et l’animateur de l’

 Agraw Imazighen

(AcadémieBerbère). Fondée en à Paris en 1966, c’est-à-dire à un moment de grande répression contretout ce qui est berbère, cette association culturelle, à travers les bulletins qu’elle diffusait, aeut un énorme impact auprès de la jeunesse berbérophones, notamment celle de Kabylie.Pouvez-vous nous retracer en quelques lignes cette épopée ?M.A.Bessaoud

: Vous n’ignorez pas que le berbérisme, en tant que doctrine politique, a été créepar un groupe de jeunes kabyles dont Laïmeche Ali avait été le leader, et ce par opposition àl’arabisme virulent qui veut que l’Algérie, voire l’Afrique du Nord toute entière, soit arabe. Ces jeunes, contrairement à ce que l’on pourrait penser, étaient d’ardents nationalistes algérienspuisqu’ils étaient tous des militants du MTLD, après avoir été, pour les plus âgé d’entres eux, ceuxdu PPA. Malgré cela, les dirigeants de ces partis virent en eux un grand danger…pour lenationalisme arabe dont ils étaient porteurs. D’où leurs attaques virulentes, n’excluant pas laviolence, allant également jusqu’à qualifier ces ardents nationalistes « d’agents de la colonisation »,donc de « traitres ».Ils (les dirigeants des partis) n’ignoraient pas pourtant que les Français les traquaient au même titreque les autres nationalistes, puisqu’ils furent obligés, pour échapper aux arrestations et à la torture,de prendre le maquis où mourut hélas ! Laïmeche Ali, victime de typhus.Les autres jeunes, n’ayant pas pu entrainer la population derrière eux, mirent fin à leur « aventureguerrière » en saisissant la chance d’une amnistie que leur offrit la France, cette nation« magnanime ». Ce qui permit à beaucoup d’entres eux de rallier le FLN à sa naissance. Il n’en futpas de même hélas pour ceux qui hésitèrent, comme ce fut le cas de Ouali Bennaï, Ould HemoudaAmar, Si Moh Benaïssa… car ils furent assassinés par le FLN en 1956, mettant ainsi un terme finalà ce berbérisme qui était devenu la bête noire des tenants de l’arabisme.Cette finale dramatique pour ne pas dire « cet échec », est due au fait que l’idée du berbériste,véhiculée par les jeunes dont nous avons parlé, passait aux yeux de la population, aidée en cela parles propagandistes du MTLD, comme un « facteur de division ». L’heure était donc à l’unité face aucolonialisme français.C’est dire que le nombre de militants berbéristes était minime pour entrainer une mobilisation de la jeunesse kabyle. Il y avait en effet, pour toute la petite Kabylie, deux militants, de qualité il est vrai, je veux nommer le docteur Aïssani et le professeur Mohamed Chérif Sahli.Quand à la basse Kabylie, j’ai beau racler ma mémoire pour allonger la liste, je ne peux cependantvous offrir que les noms suivants : Si Mouh Benaïssa, professeur d’arabe de Mechtras, le professeurAnane Slimane, Aït Amrane Si El Hocine d ighil Bouzerou, Hamiche de Tigzirt s/mer et quelquesautres…Même en autre Kabylie, les militants berbéristes ne couraient pas les rues en dehors bien entendu,des lieux de sa naissance, je peux nommer Tizi Rachid, Mekla et Djemaa Saharidj. On trouve eneffet Ould Hemmouda Amar de Tassaft Ouguemoun, Aït Medri d’Aït Ziri, Ben Younés Mohand àAït Hichem, Si Mohand Amokrane Aydjer d Azazga.Bref le berbérisme, malgré ses chants guerriers, ne pouvait pas mobiliser des compagnies. Mais cet échec me servit personnellement, car il permit de me rendre compte que l’on ne peut pas créer unparti politique berbériste sans qu’il y ait des Berbères. Idée que seul un des anciens berbéristespartagea, je veux parler d’Amara Ouali Tahar et aussi du docteur Younes Bouchek. Je suis d’ailleursabsolument certain que le premier nommé eut été parmi les membres fondateurs si je l’y avaisinvité. De toute façon, il m’aida plus que d’autres à continuer mes activités, au moment où Hanouz Mohend Saïd me déclara la guerre à cause de la «

grammaire berbère » qu’il avait publiée, et que je jugeais «impropre à la consommation».

 

Sans Agraw Imazighen…

Il serait trop long de parler des difficultés que nous avons rencontrées, les jeunes et moi, dans ladiffusion de nos tracts et nos bulletins, donc de nos idées. Insultés souvent, menacés parfois, nousfumes obligés d’ignorer les provocations, proférées trop souvent par des kabyles aux yeux desquelsnous passions pour des « diviseurs », donc des « traitres ». Et en ce qui me concerne, des menacesde mort ne me furent pas épargnées. Savez-vous, par exemple, que j’ai été condamné à mort par leFFS en 1968. Mr Aït Ahmed l’a, lui-même, avoué, par Boumediene à divers reprises, et notammenten 1969 ; en 1970 par Krim Belkacem et en 1977 par Hassane Aneggaru, qui se dit encore le roi duMaroc.« Pourquoi M. Aït Ahmed et Krim Belkazcem adoptèrent-ils cette position » ? diriez-vous. Toutbonnement parce qu’ils étaient convaincus que l’Académie Berbère empêchait développement deleurs partis respectifs. Sur quoi, ils n’avaient pas tort. Ce furent d’anciens militants et sympathisantsde l’Académie Berbère qui permirent à M. Aït Ahmed d’émerger de l’isolement où il se trouvait.En conclusion, n’en déplaise à certains auteurs qui oublient volontairement que le berbérisme estmort en 1956 et enseveli en 1962, sans Agraw Imazighèn (Académie Berbère) ils seraientaujourd’hui citoyens d’un pays qui ne serait plus le leur.

Azar : Qu’elle est la grande manifestation de l’Académie Berbère en France alors queL’Amicale des Algériens en Europe était omniprésente ?

M. A. Bessaoud : Les chanteurs kabyles peuvent aujourd’hui se produire librement sans êtrel’objet d’une attaque de la part de l’Amicale. Ils ignorent cependant que çà n’a pas toujours étéainsi.Tenez, en 1969 par exemple, parce que l’Amicale ne faisait aucune place à nos chants dans les galasqu’elle organisait, nous décidâmes d’en organiser un avec des chanteurs typiquement kabyles.Aussitôt branle-bas de combat au siège de l’Amicale ainsi que du consulat et même del’Ambassade. Ils convoquèrent un à un les chanteurs que nous avions réunis sur notre affiche pourleur dire qu’ils participaient, sans le savoir peut-être, à une entreprise de division.»

L’Académie Berbère, leur dit-on en outre, est crée par la C.I.A. en accord avec Israël ». On leurajouta que « les pères blancs et les pieds noirs n’étaient pas étrangers non plus à cette création

Bref, « chanter c’était trahir le pays ». Comme j’avais offert de grosse sommes d’argent à ces joueurs de guitares et de tam-tam, ils persistèrent dans leur attitude. Alors l’Amicale changea detactique. Ses militants nous déchirèrent en effet presque toutes les affiches (1200) que nous avionscollées dans les cafés et dépêcha, le jour du gala, plus d’un millier de ces militants pour dissuaderles nôtres de venir. Tous les boulevards, de St Michel aux Gobelins en passant par st Germainétaient occupés par eux et des groupe de six ou sept arrêtaient les gens et tentaient de les menaceren cas où… Rien n’y fit. Car le gala fut un immense succès. Ce qui amena l’Amicale, soucieuse degagner du « fric », à organiser des galas dans les principales villes de France, et avec des chanteurskabyles, s’il vous plait. Ce qui lui valut mes félicitations et une féroce « engueulade » de KaïdAhmed.

Azar : Est-ce que les jeunes vous encourageaient ?

 M.A B

: Sans eux, sans leur enthousiasme, il n y aurait pas eu d’Agraw Imazighen, car ce sont euxqui lui ont donné la dimension qu’il fut la sienne quelques années plus tard. Je n’ai pas ménagé mesefforts, bien entendu, car j’ai été de toutes les distributions. Mais le mérite leur appartient. Ils medoivent une certaine formation, je leur dois la réussite, d’autant que la tâche était immense et lesdangers réels. Savez vous par exemple, que j’ai reçus 27.000 lettres venant du Niger, de Lybie, et

 

même du Maroc, sans parler de la Kabylie.

Azar : Avez-vous eu des contacts avec des berbérisants et si oui lesquels ?

M.A.Bessaoud

: Le seul berbérisant que nous avions à cette époque-là, est celui qui était desnôtres, c’est Mouloud Mammeri. Je le connaissais depuis longtemps et nous avions étions mêmeséchangé une correspondance. Ce fut par lui que je sus, en 1967, que « notre cause était perdue »,« Mohend Aarav, m’a t-il dit, j’ai sept étudiants ; deux Hollandais, deux Kabyles et troisarabophones, que je soupçonne d’être de la SM. Les deux Kabyles ne vont plus revenir l’annéeprochaine, et moi non plus, car c’est pour eux que je me sacrifie ». Mammeri ne m’abandonna pasl’année suivante, il eut plus d’étudiants kabyles qu’il n’en espérait, une raison donc de persévérer.Quant aux autres berbérisants, j’ai eu des rapports directs avec Lionel Galland et des rapportsépistolaires avec le père Dallet, un immense bonhomme, et Arsène Roux, le plus engagé desberbérisants.

Azar : C’est quoi pour vous la langue tamazight ?

M.A.B :Les Malais ont un proverbe qui se traduit ainsi : «Qui perd sa langue perd sa race

». Aquoi j’ajoute, je cite de mémoire, la dernière phrase de « La dernière leçon » d’Alphonse Daudet, les Contes du Lundi  , «quand on conserve sa langue, c’est comme si l’on tient la clé de sa prison».Je terminerai ma réponse par cette autre citation, je cite encore de mémoire, «

 Il y a des milliardsd’hommes sur cette terre. Que dire donc de ceux qui veulent tuer une langue ? Car si la mort d’homme n’entraine pas celle du genre humain, celle d’une langue provoque la fin d’unecivilisation

». Charles Nordier.

Azar : Comment expliquez vous le rejet de la question berbère (amazigh) non seulement parles différents gouvernements que le pays a connu mais également par beaucoup d’Algériens,qu’ils soient arabophones ou berbérophones ?

M.A.B

: Je crois avoir dit plus haut que l’arabisme qui est l’ennemi numéro 1 de tout ce qui estberbère, a triomphé en 1962. Il est donc prévisible que la mort de notre langue allait êtreprogrammée par ces messieurs (1), [1] en se sens qu’elle contredit leur assertion. Mais il est peut-être nécessaire de montrer que l’arabisme a été créé par des chrétiens pour diviser et affaiblirl’islam.En 1905, les chrétiens libanais qui se sentaient à l’étroit sous domination turque, firent un appel dupied à « leurs frères musulmans » pour les inciter à se libérer de la tutelle turque, créant ainsi « lenationalisme arabe » ou « l’arabisme ». Cette démarche eût été vaine si elle n’avait eu le soutien dela France et de l’Angleterre, qui se disaient « puissances musulmanes » parce qu’elles occupaientrespectivement l’Afrique du Nord pour l’une, l’Egypte, la Malaisie et l’Inde pour l’autre. Ellesexcitèrent donc nos « frères » arabes par les Laurence « d’Arabie » et les généraux Allembyinterposés, réussissant ainsi à les enrôler par dizaines de milliers dans leurs armées respectives, nonsans leur avoir promis, bien entendu, la liberté et l’indépendance. On sait ce qu’il advint.La Turquie vaincue, la France eut, comme part du partage, le Liban et la Syrie ; l’Angleterre, l’Irak,la Jordanie et la Palestine. Et les Arabes ….eurent la Berbérie, car c’est depuis ce temps là quenaquit l’expression « Maghreb arabe ». Pourquoi la Berbèrie ? Parce que tous les musulmans, lesBerbères, à l’exception des Kabyles et des Touarègues sont les seuls à se considérer inférieurs auxArabes à cause du prophète Mohammed et de l’islam. Cela est si vrai que quand un Arabe est àcourt d’argument, il déclare : « Nnbi Aarbi » (le prophète est arabe). Notons que mêmes lesKabyles, surtout ceux qui vivaient en France après la guerre d’Algérie, avaient fini par renoncer àleur identité pour se proclamer carrément Arabes, d’où les difficultés que nous avons eues à lesconvaincre du contraire, d’autant que le mot « berbère » était, à leurs yeux, chargé de tout le méprisdu monde.

 

(revue Azar 

(édition berbère) en avril 1992)

Entretien avec Mohend A. Bessaoud ( revue   Azar  ,avril 1992) dans tamazight(65) clip_image001

 

Publié dans tamazight(65) | 1 Commentaire »

Amawal n tusnakt

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

  • Abaque :isiqneÇ.(Néo.per.)(aqnuÇ :La boule (Dictionnaire Français-Kabyle de Mr.Dallet)
  • Abscisse :izirgim.(Néo.per.)
  • Abscisse à l’origine :izirgim g tijjent.(Néo.per)
  • Acre :akuÇmrar.(Néo.per.)
  • Addition :asmun.
  • Addition de fonctions :asmun n twuriwin .
  • Addition de fractions :asmun n tiriÇitin.asmun n ikÏamn.
  • Addition de nombres réels :asmun n ifaÄinen isedyan .
  • Addition de vecteurs :asmun n isawayn.
  • Adjacent :amajay .
  • Agrandissement :asxitr.
  • Aire :azur.
  • Aléatoire :agucar.(Lexique 1980 Paris)
  • Algèbre :ajbar.
  • Algoritme :axurzm.awarzim.(Aseglalaf n Kabyle)
  • Amortissement :asenfÇ(Aseglalaf n Kabyle).
  • Amplitude :tasedfut(Aseglalaf n Kabyle)
  • Angle (dans un plan) :avamir (g yan uvawas). axaziz (g yan uvawas)
  • Angle aigu :avamir umsid.axaziz umsid.
  • Angle au centre :avamir g ulamas.axaziz g ulamas.
  • Angle au centre dans un polygone régulier :avamir g ulamas n umnnaÇey alugan.axaziz g ulamas n umnnaÇey alugan.(amnnaÇey :Néo.per.)
  • Angle de dépression :avamir n idr.axaziz n idr.
  • Angle de rotation :avamir n usutl.axaziz n usutl.
  • Angle d’élévation :avamir n usedkl.axaziz n usedkel.
  • Angle droit :avamir inemn .axaziz inemn.
  • Angle extérieur d’un cercle :avamir undiv n yan uwariy.axaziz undiv n yan uwariy.
  • Angle extérieur d’un polygone :avamir undiv n yan umnnaÇey.axaziz undiv n yan umnnaÇey.
  • Angle inscrit :avamir uzmmim.axaziz uzmmim.
  • Angle intérieur d’un cercle :avamir agensan n yan uwariy.axaziz agensan n yan uwariy.
  • Angle intérieur d’un polygone :avamir agensan n umnnaÇey.axaziz agensan n yan umnnaÇey.
  • Angle nul :avamir umyiy.
  • Angle obtus :avamir aferkip.axaziz aferkip.(aferkip:Tawalt.com)
  • Angle plat :avamir aïemnan .axaziz aÏemnan.avamir apermil.axaziz apermil.(apermil:Tawalt.com)
  • Angle plein :avamir ikæarn .axaziz ikÆarn.avamir udkir.axaziz udkir.
  • Angle polaire :avamir awuman.axaziz awuman .avamir urniy.axaziz urniy.
  • Angle rentrant :avamir akejman.axaziz akejman.
  • Angle saillant :avamir ikectan.axaziz ikectan.
  • Angle tangentiel à un cercle :avamir agiran i yan uwariy.axaziz agiran i yan uwariy.avamir amlevmar.axaziz amlevmar.
  • Angle ( relations entre des… :avamir (aivkan ger id..axaziz (ivkan ger id..)
  • Anneau :tawinst.
  • Annuité :tifrigast.(Néo.per.)
  • Antécédent :azermaz.(Néo.per.)
  • Apex :ajarir.asabiv.
  • Apothème :asderday.(Néo.per.)
  • Application :aseltv.asnas.
  • Approximation :asenreg .asijey.
  • Arbre :addag,axlij,aseælu.
  • Arc :ucn
  • Arc cosécante :ucn agudznam.(Néo.per)
  • Arc cosinus :ucn akudcunzar.(Néo.per)
  • Arc cotangente :ucn agudgar.(Néo.per)
  • Arc sécante :ucn ageznam.(Néo.per.)
  • Arc sinus :ucn acunzar.(Néo.per.)
  • Arc tangente :ucn agiran.ucn amlevmar.(amlevmar :Néo.per.)
  • Are :ar.
  • Arête :amdr.agmmir.agamir.(amdr :aseglalaf n Kabyle)
  • Argument :afakul.unÇ.
  • Arithmétique :alugÄn.(Néo.per.)
  • Arrangement :asttef.
  • Arrondi :awererray.
  • Arrondissement :aweray.
  • Associativité :tasemdawast(Parler des Ayt Säid ou Ouiccu. Cercle de Ouaouizeght.Région deTadla-Azilal) .
  • Asymptote :acenvad .(Néo.per.)
  • Attribut :ayla.
  • Axe de nombres :igejdi n ifaÄinen .
  • Axe de réflexion :igejdi n usended.
  • Axe de symétrie :igejdi n uzund.igejdi n umisi. .
  • Axe des abscisses :igejdi n igirzimn.
  • Axe des ordonnées :igejdi n tufsinin. .
  • Axe polaire :igejdi awuman.igejdi urniy.
  • Axiome :ucb.
  • Azimut :aswat.
  • Barycentre :aÇamas.(Néo.per.)
  • Base :aday.aliv.adasil.
  • Bénéfice :araz.
  • Biconditionnelle :tanafadat.
  • Billion :abelyun.
  • Binôme :anasav.(Néo.per.)
  • Bipoint :tanbkit.(Néo.per.)
  • Bissectrice :tayugfalt.tanakÏast.tanasnaft.(Néo.per.)
  • Biunivoque :Ayugwal.ayugnÇi.(Néo.per.)
  • Borne :agmir.
  • Boucle :tawingt.anadic.
  • Boule :aqaniÇ.
  • Calcul :IÄN.
  • Calculer :AD ISSIÄN.
  • Canonique :akmamad.
  • Capacité :AZAMIR.
  • Caractère :ASAKIL.
  • Caractère statistique :ASAKIL AÄANAN.
  • Caractéristique de dispersion :AZALIY N UZEMZEÏ.tanupyut n uzemzÏ.afaris n uzemzÏ.azaliy n usemzeoweÄ.tanupyut n usemzeoweÄ.afaris n usemzeoweÄ.(asemzeoweÄ :P arler d’une tribu à Ouaouizeght .Règion de Tadla-Azilal.
  • Caractéristique de position :AZALIY N USRAS.tanupyut n usras.afaris n usras.
  • Cardinal d’un ensemble :apedman N TAGRUMMA.apedman n ucepmuÄ.
  • Carré :AKUÇAÇ.aÇunan.
  • Carré cartésien :AKUÇAÇ akertaz.aÇunan akertaz.
  • Carré d’ un nombre :AKUÇAÇ N YAN ufaÄin.aÇunan n yan ufaÄin.
  • Carré géométrique :AKUÇAÇ ASEVCAL .aÇunan asevcal (asevcal :Néo.per.)
  • Carré magique :AKUÇAÇ ASETFAL .aÇunan asetfal. (asetfl :Lexique de Mr.Omar Et-ttaqi)
  • Carré parfait :AKUÇAÇ UBLIL.aÇunan ublil. (ublil :Lexique 1980 Paris).
  • Carrelage :aseÄley.
  • Cathète :aÇmajay.(Néo.per.)
  • Centilitre :akalter.(Néo.per)
  • Centimètre :akatmiÄ.(Néo.per.)
  • Centimètre carré :akatmiÄ akuÇaÇ.akatmiÄ aÇunan.
  • Centimètre cube :akatmiÄ agsasan. (agsas :Lexique 1980 Paris)
  • Centre :ALAMAS.amas.
  • Cercle :TAGURART.TÇAYERT.awariy.
  • Cerf-volant :asiwan.afrafag. (afrafag :Néo.per)
  • Chaîne :ASERRARU.
  • Chance :ANAÇ .
  • Changement d’échelle :ASELgeF N TISKKILYA.
  • Chemin :ABRID.avaras.
  • Chiffre :AZaWIL.azwil.(Lexique 1980 Paris)
  • Chronogramme :aturÇun.akudÇun .turzazunt.(Néo.per.)
  • Circonférence :asuty.(Dictionnaire de Tamazight de Mr.Haddachi Ahmed.)
  • Circuit :INÄI.
  • Classe :AFASIN .(Lexique de Mr.Omar Et-taqi)
  • Classement :AFSaN.
  • Classification :ASEFSEN.
  • Coefficient :akesdu.Néo.per.)
  • Combinaison :asuddes.
  • Combinaison linéaire :asuddes azwawaÄ.
  • Combinatoire :uddis.(Lexique 1980 Paris)
  • Commutativité :amelfeg.
  • Compas :isiwnes.isins.(Néo.per.)
  • Complémentaire d’un ensemble:asesmad n yat tegrumma.asesmad n yan ucepmuÄ.
  • Composition de fonction :asunz n twuri.
  • Concave :AVENJAN .abuÄan.ageobub.ageobur.uÇoiy.
  • Concavité :TIVVUNJA.abubÄ.ageobeb.ageober.tiÇÇuoya.
  • Concentrique :agudmas.(Néo.per.)
  • Conditionnelle :TAFADAT.
  • Cône :azurnim.(Néo.per.)
  • Congruence de figures géométriques:amyanm N WUDMAWN ISEVCALN . (isevcaln :Néo.per.)
  • Congruence de nombres :amyanm N ifaÄinen. .
  • Congruents :imyanamn.
  • Conique :azurnam.
  • Conjecture :amxamma.
  • Conjonction :acram.
  • Connecteur :amezday.
  • Consécutifs :IÄEFRAN .
  • Conséquent :AGEMÄAN.
  • Constante :TALAKINT.
  • Contour :ASUTY. (Dictionnaire de Tamazight de Mr Haddachi Ahmed).
  • Contraction :akenÇeÇ.
  • Contradiction :AMERWEL.AKENWEÄ.
  • Convexe :AQBABAY.afensiy.uÄrin.
  • Convexité :TIQBIT.tifensiyt.tiÄurrena.
  • Coordonnées à l’origine :isanaÄn s TIJJENT.imsadagn s tijjent.
  • Cordonnées d’un point :isanaÄn N TBEKKIT.imsadagn n tbekkit.
  • Coplanaires :akedvas.ikedvas.(Néo.per.)
  • Corde :ANaZIZ.
  • Cornet :TAROIWT.(Parler d’une tribu n Ayt sexman .Région de Tadla-Azilal)
  • Corollaire :tisnit.
  • Corps :AMESSUY.AJANIG. (ajnag :Article de Mr.Ayt jadu publié en tawiza)
  • Corps rond :AMESSUY AWERERRAY.AJANIG AWERERRAY.
  • Corrélation :amecrm.
  • Corrélation linéaire :amecrm azwawaÄ.
  • Correspondants :imesqadn.
  • Cosécante d’un angle :agudzam N yan UVAMIR.akudzam n yan uxaziz.
  • Cosinus d’un angle :akudcunzar N yan UVAMIR.akudcunzar n yanuxaziz.
  • Cotangente d’un angle : agudgir N UVAMIR.agudgir n yan uxaziz.
  • Côté :AÇEY.
  • Cote Z(ou cote standard) d’une donnée :timirnunt yaz n yan ifiki(nev timirnunt talegmant.
  • Couche shérique :ASERKM AæERYAN.aserkm :Lexique 1980 Paris)
  • Couple :TAYUGA.
  • Courbe :azalig.
  • Couronne :AXASIY.ISNI.
  • Crible d’ Eratosthène :acÏaÏÏu n uratustin.ifif n uratustin.
  • Critère :ALAGIM.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Croissance :ANBBER.
  • Croissant :unbir.
  • Cryptarithme :aneytl. (Néo.per.)
  • Cube :AGASIS.
  • Cycle :AZALIM.ullus.
  • Cylindre :AWELELLU* (Lexique 1980 Paris)
  • Dallage :asebÄn.
  • Décaèdre :amradm.(Néo.per.)
  • Décagone :amraÇey.amrafs.amramd.(Néo.per)
  • Décalitre :amraltar.(Néo.per.)
  • Décilitre :awismaltar(Néo.per.)
  • Décimale :amraday.(Néo.per.)
  • Décimètre :amrakat.(Néo.per).
  • Décomposition :afuÇÇer.
  • Décroissant :anesrar..
  • Défintion d’un ensemble en compréhension :asussen n yat tegrumma g tigzi.asussen n yan ucepmuÄ g tigzi.
  • Définition d’un ensemble en extension :asussen n yat tegrumma g uskuÏÏey.asussen n yan ucepmuÄ g uskuÏÏey.
  • Degré :afasin.
  • Déltoïde :akariÄm.(Néo.per)
  • Demi-droite :azegnam.(Néo.per.)
  • Demi-plan :azgenvas.(Néo.per.)
  • Dénombrement :asefÄn.
  • Dénominateur :anemvan.
  • Dénominateur commun :anemvan iccarn.
  • Développement décimal d’un nombre :asnebber amraday n yan ufaÄin. (amraday :Néo.per.)
  • Développement d’ un cône et d’un cylindre:asnebber n yan uzurnim d yan uwelellu.
  • Développement d’un polyèdre :asnebber n yan umnnadm. (amnnadm :Néo.per)
  • Développement d’un solide :asnebber n yan uqurar.
  • Diagonale :tazdavmart.abadis. (tazdavmart :Néo.per.ubdis,abadis (Dictionnaire de Kabyle)
  • Diagramme :anevcaz.(Néo.per.)
  • Diagramme à bandes :anevcaz s icaÏiÄn.
  • Diagramme à bâtons :anevcaz s igÏÏumn.
  • Diagramme à ligne brisée :anevcaz s uzrirg irÇan.
  • Diagramme à pictogrammes :anevcaz s ikelkaz.(Néo.per.)
  • Diagramme à tige et feuilles :anevcaz s traÄa d ifrawn.anevcaz s watu d ifrawn.
  • Diagramme cartésien :anevcaz akertaz.
  • Diagramme circulaire :anevcaz awererray.
  • Diagramme de carroll :anevcaz. n Ukarul.
  • Diagramme de dispersion :anevcaz n uzemÇÏ.anevcaz n usemzeoeÄ.
  • Diagramme de Venn :anevcaz n fen.
  • Diagramme de quartiles :anevcaz n imerkaÇ.(Néo.per.)
  • Diagramme en toile d’araignée :anevcaz n usasa n tissimt.
  • Diagramme saqittal :anevcaz …
  • Diamètre :ukd.akdu.
  • Différence :ubÄ.ibÄ.abÄu.
  • Dilatation du plan : avraÄ n uvawas.
  • Dimension :umt.
  • Direction d’une droite :tanila n inimi.
  • Discriminant de l’équation du second degré :asnepyay n umwasa n ufasin asinan.
  • Disjoints :.bÄan.
  • Disjonction :tibÄi.
  • Disjonction exclusive :tibÄi tuslidt.
  • Dispersion :azemzeÏ.asemzeoweÄ.
  • Disphénoïde :akuÇrid.(Néo.per.)
  • Disque :aÄebsi.atawil. (aÄebsi :Lexique 1980 Paris.
  • Distance :asatam. (asttum :Lexique de Mr.Omar Et-taqi ).
  • Distrbution :asedgr.
  • Distributivité :tisedgert.
  • Dividence :afulraz.(Néo.per.)
  • Diviseur :ameÇwan.
  • Divisible :aÇunan.
  • Division :taÇuni*.(Lexique 1980 Paris)
  • Dodécaèdre :amrasinqur.(Néo.per.)
  • Dodécagone :amrasinÇey.(Néo.per.)
  • Domaine :tavult*
  • Données statistiques :ifikitn iÄanan.
  • Droite :inimi.
  • Droite de régression :inimi n udirz. (adirz :Lexique de Mr.Omar Et-taqi)
  • Droite numérique :inimi uynin.
  • Droites :inimitn.
  • Ecart :alam.anakiz.
  • Echantillon aléatoire :alamic agucar. (talmmict :Lexique de l’informatique de Mme Samiya Saadi Buzefran publié au site Rezki-net.
  • Echantionnage :almmec.
  • Echelle de mesure :tiskkilya n usval.
  • Effectif :asemday*Lexique 1980 Paris)
  • Egalité :tikselt.
  • Elément :aferdis.
  • Ellipse :tucnegliyt.(Néo.per.)
  • Emprunt :araÄil.
  • Encadrement :asexreb. (axrib :Le cadre :Lexique de Mr.Haddachi Ahmed.
  • Ennéagone :aÏÇaÇy.(Néo.per.)
  • Enquête statistique :tirzi taÄanant.
  • Ensemble :tagrumma.apecmuÄ.
  • Ensembles équipotents :tigrumma tiksaÇmarin.ipecmaÄ iksaÇmarn. (aksaÇmar :Néo.per.)
  • Equation :amwasa.(Lexique de Mr Omar Et -taqi)
  • Equation algébrique :amwasa ajebran.
  • Equation canonique :amwasa akmamad.
  • Equation du premier degré :amwasa n ufasin amezwaru.
  • Equation du second degré :amwasa n ufasin asinan.
  • Equation d’une droite :amwasa n yan inimi.
  • Equation expononcielle :amwasa aleÇmar.amwasa asefsar.(Néo.per.)
  • Equation générale :amwasa amatan.
  • Equation impossible :amwasa azulal.
  • Equation indétérminée :amwasa argucal. (aguccel :Lexique 1980 Paris)
  • Equation irrationnelle :amwasa argezÄan.
  • Equation linéaire :amwasa azwawaÄ.
  • Equation littérale :amwasa aseklan.
  • Equation logarithmique :amwasa axurzman.amwasa awarziman.
  • Equation numérique :amwasa uynin.
  • Equation paramétrique :amwasa adesval.(Néo.per.)
  • Equation polynomiale :amwasa amnnajmak.(Néo .per.)
  • Equation quadratique :amwasa akuÇaÇ.amwasa aÇunan.
  • Equation rationnelle :amwasa agezÄan.
  • Equation symétrique :amwasa azunad.amwasa amisan.
  • Equation transcendante :amwasa aoutrar. (aoutrar :P arler des Ayt Wirra.El Ksiba n Moha Ou Saïd.)
  • Equation trigonométrique :amwasa aÇevmar.(Néo.per.)
  • Equation vectorielle :amwasa asaweyan.
  • Equations équivalentes :imwasatn iksazaln.(Néo.per.)
  • Equiangle :aksavmar.(Néo.per.)
  • Equidistant :aksaltam.(Néo.per.)
  • Equilatéral :aksaldis.aksalÇey.(Néo per.)
  • Equilatère :aksaldasan.aksalÇan.(Néo.per.)
  • Equipollence :akesmver..(Néo.per.)
  • Equivalence :aksuzl.(Néo.per.)
  • Espace :aberrepmu.(Parler des Ayt Wirra .El Ksiba n Moha Ou Saïd.)
  • Espérance mathématique d’une variable aléatoire :asirm asensaÄan n yat tunÄiÄeyt tagucart. (tanÄa :Variété :Lexique 1980 Paris.
  • Estimation :amxamma.asedked.
  • Etendue d’une distribution :azaÄ n usedger.
  • Etendue interquartile :azaÄ agerzal.(Néo.per.)
  • Evénement :tudyint
  • Evénement certain :tudyint tuntimt.
  • Evénement composé :tudyint tuddist.
  • Evénement élémentaire :tudyint taferdast.
  • Evénement impossible :tudyint tazulalt.
  • Evénements compatibles :tudyinin imsasan.tudyinin imsadan .
  • Evénements complémentaires :tudyinin tinesmadin.
  • Evénements dépendants :tudyinin tuzdiyin.
  • Evénements équiprobables :tudyinin iksapecradn.(Néo.per.).
  • Evénements incompatibles :tudyinin irsasan.tudyinin iresmadan .
  • Evénements indépendants :tidyanin tifulayin..
  • Eventualité :alfesdey.(Néo.per)
  • Expérience aléatoire :tirmit tagucart
  • Exponentiation :asefser.aleÇmer.
  • Exposant :anefsar.
  • Expression algébrique :tasefrut tajebrant.
  • Expression fractionnaire :tasefrut tariÇant.tasefrut takeÏmant.
  • Expression littérale :tasefrut taseklant.
  • Expression numérique :tasefrut tuynint.
  • Expression polynomiale :tasefrut tamnnajmakt.
  • Expression rationnelle :tasefrut tagezÄant. (agezÄen :La raison :Tawiza.Mr.Boudhan.)
  • Extérieur d’une conique :berra n yan uzurnam
  • Extrapolation :anirzel.(Néo.per.)
  • Extremum :tabkkizalt.(Néo.per.)
  • Face :adensir.
  • Facteur :amental.
  • Factorielle :tumentilt.
  • Factorisation :asmentl..
  • Faiseau de cercles :aqar n iwariyn.
  • Faiseau de droites :aqar n inimitn.
  • Famille :tawacult.
  • Figure :udm.afan.
  • Figures :udmawn.ifanen.
  • Figures congruentes :udmawn ikmamadn.ifanen ikmamadn.
  • Figures homothétiques :udmawn iserswan.ifanen iserswan.
  • Figures isométriques :udmawn ikesvaln.ifanen ikesvaln.
  • Figure planes équivalentes :udmawn iÏemnan iksazaln.ifanen iÏemnan iksazaln.
  • Figures semblables :udmawn immeswan.ifanen immeswan.
  • Flèche :asermeÏ.(Petit lexique de Mr Masr n Ayt jadu publié suite à un article dans Tawiza par Mr.Boudhan.)
  • Fonction :tawuri.
  • Fonction à optimiser :tawuri i usvudu.
  • Fonction affine :tawuri tunjiÏ(tunjiÄt).
  • Fonction algébrique :tawuri tajebrant.
  • Fonction circulaire :tawuri tawererrayt.
  • Fonction continue :tawuri tazubdant.
  • Fonction croissante :tawuri inebbern.
  • Fonction de variation directe :tawuri n usenÄey usrid. (usrid :Lexique :1980 Paris.
  • Fonction de variation parcielle :tawuri n usenÄey ukÏis.
  • Fonction décroissante :tawuri t tanesrart.
  • Fonction définie par parties :tawuri ittuswuttun s ikaÏisn.
  • Fonction exponentielle :Tawuri tasefsart.tawuri taleÇmart.
  • Fonction homographique :tawuri taksalnavt.(Néo.per.)
  • Fonction inverse :tawuri tuqliyt.
  • Fonction inversible :tawuri tuqliliyt
  • Fonction logarithmique :tawuri taxurzmant.tawuri tawerzamt.
  • Fonction partie entière :tawuri akaÏis ublil.tawuri akaÏis ummid.
  • Fonction périodique :tawuri tuyjirt.
  • Fonction polynomiale :tawuri tamnnajmakt.
  • Fonction racine carré :tawuri aÇver akuÇaÇ.tawuri aÇver aÇunan.
  • Fonction rationnelle :tawuri tagezÄant.
  • Fonction sinusoïdale :tawuri tuzligt.
  • Fonction transcendante :tawuri taoutrart.
  • Fonction trigonométrique :tawuri taÇevmart..
  • Forêt :tiÇgi.tagant.
  • Forme canonique d’une fonction :asanaz ukmimd n yat twuri. (asanaz :P etit lexique publié suite à un article de Mr Masr n Ayt Jadu dans Tawiza Par Mr Boudhan.)
  • Forme de base d’une fonction :asanaz n wadda n yat twuri.asanaz n n waday n yat twuri.
  • Forme factorisée d’un polynôme :asanaz usmentil n yan umnnasav.
  • Forme générale d’une fonction :asanaz amatan n yat twuri.
  • Forme paramétrique d’une fonction :asanaz adesval n yat twuri.
  • Forme propositionnelle :asanaz asumar.
  • Formule :tasanazt.
  • Formule de Héron :tasanazt n hirun.
  • Foyer :almessi.
  • Fractal :ariÇan.akeÏman.
  • Fraction :tiriÇit.akÏam.
  • Fractions équivalentes :tiriÇitin tiksazalin..ikeÏman iksazaln.
  • Fractions semblables :tiriÇitin immeswan.ikeÏman immeswan.
  • Fréquence :asnagar.
  • Frise :tawinest.
  • Frontière :adasis.
  • Gauche :azelmaÄ.abelpaÄ.
  • Génératrice :tameslalt.
  • Géométrie :asevcel.asevkel.(Néo.per.)
  • Glissement :ucuÄ.
  • Googol :agugul.
  • Googolplex :agugufliks.
  • Gramme :azun.
  • Grandeur :tixitert.
  • Graphe :akeftus.(Néo.per.)
  • Graphe complémentaire :akeftus anesmad.(Néo.per.)
  • Graphe complet :akeftus usmid(Néo.per.)
  • Graphe connexe :akeftus uzdiy.(Néo.per.)
  • Graphe fermé :akeftus urgil.(Néo.per.)
  • Graphe orienté :akeftus adensir.(Néo.per.)
  • Graphe ouvert :akeftus urÇim .(Néo.per.)
  • Graphe planaire :akeftus afeltas.(Néo.per). (afeltas :D ictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad).
  • Graphe pondéré :akeftus ustil.(Néo.per)
  • Graphe régulier :akeftus alugan.(Néo.per.)
  • Graphe simple :akeftus ubzin.(Néo.per.)
  • Graphe valué :akeftus uctiy.(Néo.per.)
  • Graphique :akeftasan.(Néo.per.)
  • Groupe :taseÄma.
  • Hasard :agacur.
  • Hauteur :ajgal.
  • Hectare :amÄar.(Néo.per.)
  • Hectolitre :ameÄltar.(Néo.per.)
  • Hémisphère :azgenæar.(Néo.per.)
  • Hendécagone :amranÇey.(Néo.per.)
  • Heptadécagone :asamraÇ.(Néo.per.)
  • Heptaèdre :asadm.(Néo.per.)
  • Hexagone :asaÇey.(Néo.per.)
  • Histogramme :asÏazun.(Néo.per.)
  • Homographie :tazunevt(Néo.per.)
  • Homologue :amzund.
  • Homothétie :azunsers.(Néo.per.)
  • Hyperbole dans un plan :tafucent g yan uvawas.(Néo.per.)
  • Hypoténuse :agarzaÄ.(Néo.per.)
  • Hypothèse :agarxmim.agardmim.(Néo.per.)
  • Icosaèdre :awerdam.(Néo.per.)
  • Identité algebrique :tanttit tajebrant.
  • Identité logique: tanttit tameÇlant.
  • Image :awalif.
  • Implication :tinci.
  • Incident :uÄr.
  • Inconnue :tudrigt.
  • Inéquation :aremwasa.(Néo.per.)
  • Infini :arsmur.arafaÄ.(Néo.per)
  • Intérêt composé :avabir uddis.
  • Intérêt simple :avabir ubzin.
  • Intérieur d’une conique :agensu n yan uzurnam.(Néo.per.)
  • Interpolation :agerÄres.(Néo.per.)
  • Intersection :agermen.(Néo.per.)
  • Intervalle :agransa.(Néo.per.)
  • Intervalle ouvert :agransa urÇim.(Néo.per.)
  • Invariant :arunÄiy.(Néo.per.)
  • Inverse d’un nombre :tuqliyt n yan ufaÄin..
  • Inversible :uqlily.
  • Isométrie :akesvel(Néo.per.).
  • Isométrique :akesval(Néo.per.).
  • Itération :aluls.
  • Jumeaux(nombres) :icniwn.
  • Kilogramme :agimzun.afeÄzun.(Néo.per.)
  • Kilomètre :agimkat.afeÄgat.(Néo.per.)
  • Kilomètre carré :agimkat akuÇaÇ.agimkat aÇunan.afeÄgat akuÇaÇ.afeÄgat aÇunan.
  • Largeur :tafliyt.afeltv.
  • Lemme :asamar.(Néo.per.)
  • Lien statistique :azda aÄanan.
  • Lien géométrique :azda asevcal.(Néo.per.)
  • Ligne :ajariÄ.izirg.
  • Limite :atsa.
  • Litre :alatir.
  • Logarithme :axurzm.awarzim (Aseglalaf n Kabyle).
  • Loi :asaÄuf.
  • Longueur :tavzi.
  • Losange :asdinav.tifliliyt. ( 1er mot :Néo.per.)
  • Lunule :azgenur. (Néo.per.)
  • Marge d’erreur :atam n ugul.
  • Masse :abadir.
  • Mathématique :asunÄn. (Néo.per.)
  • Matrice :isirew (Lexique amazigh-afransis 1980,Paris.
  • Maximum :ajgagal.
  • Médiane :ulmis.
  • Médiatrice :asevmarnam.(Néo.per.) tabdamast (Aseglalaf n Kabyle).
  • Mesure :akat.(Lexique 1980 Paris)
  • Mesure algébrique :akat ajebran.
  • Mesure de dispersion :akat n ufenzr.akat n uzemzeÏ.akat n uzemzeowaÄ. (afenzer :D ictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad).
  • Mesure de position :akat n usras.
  • Mesure de tendance centrale :akat n udenser alemsan
  • Méthodes quantitaves :tarrayin tuccikin
  • Mètre :asval .
  • Mètre carré :asval akuÇaÇ.asval aÇunan.
  • Mètre cube :asval ugsis.(Lexique 1980 Paris)
  • Milieu :amas.tuÇÇumt.
  • Milliard :agimendid.(Néo.per.)
  • Mililitre :awesgimltar.(Néo.per.)
  • Milimètre :awesgimval.(Néo.per.)
  • Million :agendid.(44 n ilamidn g tjerrumt n ils amazigh Mass mohammed Chafiq)
  • Minimum :azdadar.
  • Modalité :tikt.timekt.timect.
  • Mode :ik.imk.imc.
  • Monôme :ayuksav.ayensav.(Néo.per.)
  • Motif :azakik.
  • Motif numérique :azakik uynin.
  • Moyenne arithmétique :tulmist talugÄant.(Néo.per.)
  • Moyenne géométrique :tulmist tasevcalt.(Néo.per.)
  • Moyenne proportionnelle :tulmist tacrekmat(Néo.per.).
  • Multiple :Ukfifd.
  • Multiplicande :amekfid.
  • Multiplicateur :amekfad.
  • Multiplication :akfad.(Lexique 1980 Paris)
  • Négation :azrurt.
  • Nœud :akamis.taglult.(taglult :Le poète Amasine atanan .Le site Amaynu-net.)
  • Nombre :afaÄin.
  • Nombre à virgule :afaÄin s ticcert(2ème mot lexique 1980 Paris).
  • Nombre abondant :afaÄin afeljaj.
  • Nombre aléatoire :afaÄin agucar.(2ème mot lexique 1980 Paris.)
  • Nombre algébrique :afaÄin ajebran.
  • Nombre cardinal :afaÄin apedman(2ème mot adjectif tiré de ahddim qui signifie socle.)
  • Nombre carré :afaÄin akuÇaÇ.afaÄin aÇunan.
  • Nombre chromatique :afaÄin avmamay.
  • Nombre complexe :afaÄin ukris.afaÄin uxniz.
  • Nombre composé :afaÄin ustif.
  • Nombre cubique :afaÄin ugsis.
  • Nombre décimal :afaÄin amraday.(2ème mot néo.per.)
  • Nombre déficient :afaÄin apyuÄ.
  • Nombre dénommé :afaÄin ussiv.
  • Nombre d’or :afaÄin n urv.
  • Nombre entier :afaÄin udwis.afaÄin ummid,afaÄin ublil (Ummid ,ublil:Lexique 1980 Paris)
  • Nombre figuré :afaÄin anadmay.
  • Nombre fractionnaire :afaÄin ariÇan.afaÄin akeÏman.
  • Nombre imaginaire :afaÄin udwin.
  • Nombre impair :afaÄin aranay.afaÄin arublig. (Aranay et arublig :Néo.per.)
  • Nombre irrationnel :afaÄin argezÄan.
  • Nombre naturel :afaÄin agaman.
  • Nombre négatif :afaÄin azerarat.
  • Nombre ordinal :afaÄin afesnan.
  • Nombre pair :afaÄin anayan.afaÄin abelgan.
  • Nombre palindrome :afaÄin averÇay(2ème mot néo.per.).
  • Nombre parfait :afaÄin ublil(2ème mot :Lexique 1980 Paris.).
  • Nombre périodique :afaÄin uyjir.
  • Nombre positif :afaÄin umdig.afaÄin ufrir.
  • Nombre premier :afaÄin amezwaru.
  • Nombre rationnel :afaÄin agezÄan.
  • Nombre réel :afaÄin asedyan.
  • Nombre transcendant :afaÄin aoutrar.
  • Nombre triangulaire :afaÄin akariÄan.afaÄin acebran.
  • Nombres :ifaÄin.
  • Nombres amicaux :ifaÄin iddukeln.
  • Nombres congrus modulon :ifaÄin ikmamadn.
  • Nombres jumeaux :ifaÄin icniwn.
  • Nombres opposés :ifaÄin umgiln.
  • Nombres relativement premiers :ifaÄin imezwura s uvkan…
  • Nonagone :aÏÇaÇy.(Néo.per.)
  • Norme d’un vecteur :alagim. N yan usawey..
  • Notation :aklas.
  • Nuage de points :amedlu n tibkkitin.
  • Numérateur :ayÇun(Néo.per.).
  • N-uplet :tamufesnit.(Néo.per.)
  • Octaèdre :atamzar.(Néo.per.)
  • Octogone :atevmar.(Néo.per.)
  • Onze :mrayan.
  • Opérande :tacta..
  • Opérateur :ameskakar.
  • Opération :askukr.
  • Optimisation :asvudu.
  • Ordinal :afesnan
  • Ordonnée :tufsint.
  • Ordonner :ad isefsen.
  • Ordre :afasin.
  • Ordre croissant :afasin aneberan
  • Ordre décroissant :afasin anesrar.
  • Ordre des opérations :afasin n tuskirin.
  • Orientation du plan géométrique:ivd n uvawas asevcal. (3ème mot néo.per.)
  • Origine d’un système d’axes :tijjent n usunaÄ n igejda.
  • Origine d’une ligne orthogonale :tijjent n ujariÄ asevmarnam (3ème mot néo.per.).
  • Paire :ana.abalig.
  • Parabole :takenzirart.
  • Parallélépipède :azursdiv.(Néo.per.)
  • Parallèles :isadivn.(Lexique 1980 Paris)
  • Parallèlogramme :usdivÇey.(Néo.per.)
  • Paramètre :adesval.(Néo.per.)
  • Partie :akaÏis.
  • Pavage :asttef.
  • Pavé :asttif.
  • Pentadécagone :amravmar.(Néo.per.)
  • Pentaèdre :asmusdm.(Néo.per.)
  • Pentagone :asmuvmer.(Néo.per)
  • Pente :aæsar.
  • Pentomino :
  • Périmètre :asatay.(Asutey :Lexique de Mr. Ahmed Haddachi)
  • Période :ayajir.(Ayjar :Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Permutation :amssenfl.
  • Perpendiculaire :apmarsal.(Néo.per)
  • Perspective :taÇermilt(Néo.per)
  • Perspective à deux points de fuite :taÇermilt s snat tbekkitin n urwal.
  • Perspective cabinet :taÇermilt ajamar.
  • Perspective cavalière :taÇermilt tamnayt.
  • Perspective dimétrique :taÇermilt tasisvalt.(Néo.per.)
  • Perspective isométrique :taÇermilt takesvalt.(Néo.per.)
  • Perte :asukl.ajmaÄ(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Pqcd :
  • Pi :
  • Plan :avawas.
  • Plan cartésien :avawas akertaz.
  • Plan de symétrie :avawas n uzund.avawas n umisi.
  • Plans parallèles :ivawasn imsadavn.
  • Poids :aÇaÇa.asatil.
  • Point :tabkkit.
  • Polyamant :amnnakariÄ.amnnacbar.(Néo.per.)
  • Polycube :amnnagsis.(Néo.per.)
  • Polyèdre :amnnadm.(Néo.per)
  • Polygone :amnnaÇey.(Néo.per.)
  • Polygone des fréquences :amnnaÇey n isnagarn.
  • Polynôme :amnnasav.(Néo.per.)
  • Polyomino :amnnakaÇ.(Néo.per)
  • Population :agdud.
  • Postulat :azariq.
  • Pourcentage :afamiÄ(Néo.per.)
  • Ppcm :
  • Preuve mathématique :unÇ asensaÄan.
  • Priorité des opérations arithmétiques :tizwert n tuskikrin tilugÄan.
  • Prisme :asdavday.(Néo.per.)
  • Prix de revient :atig n uÄrri.
  • Prix de vente :atig n uzenzi.
  • Prix unitaire :atig ayukan.
  • Probabilité :apecrid.(Néo.per.)
  • Probabilité conditionnelle : apecrid afadan.
  • Probabilité d’un événement :apecrid n yat tudyint.(Néo.per.)
  • Probabilité expérimentale ou fréquentielle :apecrid araman nev asengar.
  • Probabilité géométrique :apecrid asevcal.
  • Probabilité subjective : apecrid asenduban.
  • Probabilité théorique : apecrid aÇiran.
  • Produit cartésien d’ ensembles :akafid akertaz n tigrumma.akafid akertaz n ipecmaÄ.
  • Produit de deux nombres :akafid n sin ifaÄin.
  • Produit scalaire de deux vecteurs :akafid aseÆfil n sin isiway.
  • Profit :agenfif.(Lexique 1980 Paris)
  • Progression arithmétique :asfar alugÄan.(1er mot :Lexique Paris 1980,2ème mot néo per.)
  • Progression géométrique :asfar asevcal.(2ème mot néo per.)
  • Projection :azeqlef.(Lexique Tawalt .com)
  • Projection axonométrique :azeqlef acerdasval.(2ème mot néo.per.)
  • Projection cabinet :azeqlef ajamar.
  • Projection cavalière :azeqlef amnay.
  • Projection dimétrique :azeqlef asisval..
  • Projection isométrique :azeqlef akesval.
  • Projection oblique :azeqlef asanay.
  • Projection orthogonale :azeqlef asevmarnam.
  • Projection parallèle :azeqlef asedvan.
  • Projection trimétrique :azeqlef astasval.(Néo per.)
  • Proportion :acrekmed.(Néo.per.)
  • Proposition :asumr.
  • Propriété :tayla.
  • Puissance :aÇmumr.
  • Pyramide :tazamugt.azamig.(Lexique 1980 Paris)
  • Pythagore :afetgur.
  • Quadrant :avmarnam.(Néo.per.)
  • Quadratique :afasinan.
  • Quadrilatère :akuÇaÇy.(Néo.per.)
  • Qualité :tavara.tanamalt.
  • Quantiles :
  • Quartile :akeÇmur.(Néo.per.)
  • Quatrième proportionnelle :acrekmed akuÇan.
  • Quintile :asmumur.(Néo .per.)
  • Quotient de deux nombres :amviÇun n sin ifaÄin. (amviÇun :Néo.per.).
  • Rabais :asebrex. (ibarx :Etre moins cher :Lexique de Mr.Omar Et-taqi).
  • Rabattement :azqam.
  • Racine :aÇver.
  • Racine carré d’un nombre réel :aÇver ukuÇaÇ n yan ufaÄin asedyan.aÇver aÇunan n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine cubique d’un nombre réel :aÇver ugsis n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine d’un polynôme :aÇver n yan umnnasav.(amnnasav :Néo.per.)
  • Racine d’une équation :aÇver n yan umwasa.
  • Racine n-ième d’un nombre réel :aÇver awisan n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine numérique d’un nombre :aÇver uynin n yan ufaÄin.
  • Radian :asvalmir.(Néo.per.)
  • Radical :ufgig. (Afggag :Amawal n Tanekra i France.com.)
  • Radicande :aÇeryan.
  • Raisonnement mathématique:azgezÄn asensÄan.
  • Raisonnement proportionnel :azgezÄn acerkmad.
  • Rang :adaris.
  • Rapport :avesdiy.(Néo.per.)
  • Rapporteur :isivmer.(Néo.per)
  • Rationalisation du dénominateur d’une expression fractionnaire :asuddes n unemvan n yat tsefrut tariÇant.asuddes n unemvan n yat tsefrut takeÏmant.
  • Rayon :aqar.(Lexique 1980 Paris)
  • Recensement :asiÄn.
  • Réciproque d’une fonction :apurc n twuri(Lexique Tawalt.com).
  • Rectangle :avmarnam.(Néo.per.)
  • Rectangle d’or :avmarnam n urv.
  • Réduction :azqam.
  • Réflexion :asended.(Lexique 1980 Paris)
  • Réflexivité :tisundet.
  • Région du plan :asagay n uvawas.
  • Règle :alagan.
  • Règle de trois :alagan n kraÄ.
  • Régularité :tilugent.
  • Relation :acram.
  • Relation connexe :acram azedyan.
  • Relation de proportionnalité :acram n ticrekmet.
  • Relation de Pythagore :acram n ufetgur.
  • Relation de variation cyclique :acram n usnÄey azelman.
  • Relation de variation directe :acram n usnÄey usrid*.
  • Relation de variation du second degré :acram n usnÄey n ufasin asinan.
  • Relation de variation en escalier ou par palier :acram n usnÄey g usanen* nev s iriÇi.
  • Relation de variation exponentielle :acram n usnÄey asefsar.acram n usnÄey aleÇmar.
  • Relation de variation inverse :acram n usnÄey uqliy.
  • Relation de variation nulle :Acram n usnÄey umyiy.
  • Relation de variation partielle :acram n usnÄey ukÏis.
  • Relation d’équivalence :acram n uksuzl.
  • Relation métrique :acram asevlan.
  • Relation réciproque :acram unfil.acram apurac.
  • Relation réflexive :acram asendad.
  • Relation symétrique :acram azunad.acram amisan.
  • Relation transitive remarquable :acram azegran asenvivs.
  • Repérage :asmrey.
  • Repère :timiriyt.amra.tamra.
  • Reproduction :askufres.(Néo.per.)
  • Réseau :taratsa.inirfl.
  • Résolution d’un triangle :arudzem n yan ukariÄ.arudzem n yan ucabir.
  • Reste :agulaz.
  • Résultat d’une expérience aléatoire :agamiÄ n yat tirmit tagucart.
  • Résultat d’une opération :agamiÄ n yat tuskikrt..
  • Résultat favorable :agamiÄ asedram.
  • Résultat possible :agamiÄ aÇubaÇ.
  • Retournement :amgulley.
  • Réunion :asegrew.
  • Rhombe :apercal.(Néo.per.)
  • Rotation : asutl.
  • Scalaire :aseÆfil.
  • Sécante :ageznam.
  • Sécante d’un angle :ageznam n uvamir.
  • Secteur :agazam.
  • Section conique :ubÄ azurnam.
  • Segment :agazim.
  • Semblable :urwiws.uswiwn.
  • Sens :amak.amag.
  • Sept :sa.
  • Série statistique :aserraru aÄanan.
  • Sexagésimal :adasmray.(Néo.per.)
  • Similitude :amyav.ameswen.
  • Singleton :atceryan.atceryuk.atcerij.(Néo.per.)
  • Sinus :acunzr.(Néo.per.)
  • Six :sÄis.
  • Solide géométrique :aqurar asevcal.
  • Solution d’un système d’équations :arudzem n yan usunaÄ n imwusa.
  • Solution d’une équation :arudzem n yan umwasa.
  • Somme :avarid.
  • Sommet :tibrÏ
  • Sondage :aseplulg.
  • Sous-ensemble :adumun.(Néo.per.)
  • Sous-graphe d’un graphe :adunuv n yan ukeftus.(adunuv :Néo.per.)
  • Soustraction :aduks.(Néo.per.)
  • Sphère :aæra.abaliv.
  • Statistique descriptive :asiÄn agelman.
  • Suite numérique :aÏafir uynin.
  • Suites proportionnelles :iÏafirn icerkmad.
  • Superficie :tajumma.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Surface :azur.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Symétrie :azund.amisi.
  • Symétrique :azunad.amisan.
  • Système :asunaÄ.(tasunÄa :L’ordre :Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Système de nombres :asunaÄ n ifaÄin.
  • Système d’équation :asunaÄ n umwasa.
  • Système d’inéquation :asunaÄ n uremwasa.
  • Table :afil.tasqqimut.
  • Table de nombres :afil n ifaÄin.tasqqimut n ifaÄin.
  • Table de pythagore :afil n ufetvur.tasqqimut n ufetvur.
  • Table de valeur :afil n tizzulya.afil n wacta,afil n ick,afil n wazal.tasqqimut n tizzulya,n wacta,n ick, n wazal.
  • Tableau :asemyalay.tafkuyt.
  • Tableau de corrélation :asemyalay n ucram.tafkuyt n ucram.
  • Tableau d’effectifs réels :asemyalay n isemdayn isedyanen.tafkuyt n isemdayn isedyanen.
  • Tableau des fréquences :asemyalay n isnagarn .tafkuyt n isnagarn .
  • Taille d’un échantillon :tiddi n ulamic.
  • Taille d’un graphe :tiddi n ukeftus.
  • Taille d’une matrice :tiddi n yan usirew.
  • Taille d’une population :tiddi n yan umadan.
  • Tangente :igiri.amlevmir.
  • Tautologie :abezoeq(Lexique publié à Tawalt .com).
  • Taux :alamis.
  • Terme :aweltu.(Néo.per.)
  • Termes semblables :iwelta immeswan.iwelta immerwasn.iwelta imyavn.
  • Tessellation :aseoben (tuobint :La mosaïque).
  • Tétraèdre :akuÇdam.(Néo.per.)
  • Théorème :iÇiri.
  • Topologie :asung.(Néo.per.)
  • Trace d’une transformation géométrique :adariz n uselket asevcal.
  • Transformation géométrique :aselket asevcal.
  • Transitivité :tizzugra.
  • Translation :asenpumccey.(Parler d’Ayt Säid Ou Ouiccu.Ouaouizeght.Région Tadla-Azilal).
  • Transversale :adegdis.abellegdis (Lexique de Mr Youssef Ibouanane Asafu.)
  • Trapèze :apercal.apercral.(Néo.per.)
  • Treillis :taratsa.
  • Triangle :akariÄ.acariÄ.acabir.
  • Trigonométrie :aÇevmer..(Néo.per.)
  • Trinôme :akerdasis.(Néo.per.)
  • Triplet :akerÄasal(Néo.per.)
  • Tronc de cône :agencic n uzurnim
  • Troncation :azqam.
  • Tuile :aqermud.
  • Unité :tayukt.tayant.
  • Unité de mesure :tayukt n usval.tayant n usval.
  • Univers :ivezwer.
  • Univers des événements :ivezwer n tudyinin.
  • Univers des résultats possibles :ivezwer n igamiÄn izubaÇ.
  • Valeur :azal.tizzulya.acta.ick.
  • Valeur absolue d’un nombre réel :azal nev tizzulya ven ick niv acta ugdiz n yan ufaÄin asedyan .
  • Valeur approchée :azal nev ick ven tizzulya niv acta asenmil.
  • Valeur de position :tizzulya,azal,ick,acta n usras.
  • Valeur numérique d’une expression algébrique :tizzulya,azal,ick,acta uynin n yat tsefrut tajebrant.
  • Variable :unÄiÄy.
  • Variable aléatoire :unÄiÄy agucar.
  • Variable dépendante :unÄiÄy uzdiy.
  • Variable indépendante :unÄiÄy afulay.
  • Variable statistique :unÄiÄy aÄanan.
  • Variance :amziray.
  • Variation :asnÄey.
  • Vecteur géométrique :asawey asevcal.
  • Vinculum :andadah.
  • Vingt :agnar.simra.warm.
  • Virgule de cadrage :ticcert**n usexreb.
  • Voisinage d’un nombre :asijey n yan ufaÄin.
  • Voisinage d’un sommet d’un graphe :asijey n yat tibreÏ n yan udalif.
  • Volume :anect.ancek.
  • Zéro :amya.
  • Zéro d’une fonction :amya n yat twuri.

Adriraw :Référence :

Netmaths :lexique des mathématiques pour l’enseignement primaire et secondaire.Mr.Paul Patenaude.
Net mat :amawal n usunÄn I usselmed amenzu d usinan .mass bul batenud.
- Dictionnaire encyclopédique de la langue française.
- Lexique berbère-français/français-berbère.Editions Imedyazn 1980.
- Lexique de la langue tamazight et ses termes juridiques de Mr.Omar Et-taqi(En arabe et tamazight)
- 44 leçons de la grammaire tamazight de Mr.Chafiq Mohammed(En arabe et tamazight).
- Dictinnaire de tamazight de Mr.Ahmed Haddachi.
- Lexique de l’informatique de Mme Samiya Saadi Buzefran.Site de Mr.Rezki.Rezki-net.
- Aseglalaf n Kabyle.
- Tawalt.com (Amawal n Mr Idder n lybya).
- Dictionnaire Français-Kabyle de Mr.Dallet.
- Néologismes personnels :( Néo.per).
- Dictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad.
- Le parler n Ayt Säid Ou Ouiccu ,le parler d’une tribu à Ouaouizeght,le parler d Ayt sexman .Région de Tadla-Azilal.
- Amawal amazigh de Mr Youssef Ibouanane.

Avzzaf mupmmad g wass n 27/12/2010.

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaire »

Iɣsan s teqbaylit

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

Isufegh-d Usqamu Unnig n Timmuzgha g tmurt n Dzayer aseggwas a-d, yan umawal amazigh amaynu g iger n usesfer (médecine), ila s w-assagh « Ighsan s teqbaylit » . Amawal a-d irẓem iseksal (iserẓam) nes ghef tasnaghest (ostéologie), yat seg tferkiwin n umaḍal n usesfer.
Bab n umawal a-d, Mass Muḥemmad Zakariya Benremḍan, iẓli tiwuriwin nes i taseknawalt n usesfer. Tiwisi nes a-d, ira-tt ad teg tasurift tamawast i tlalit n yan usegzawal (dictionnaire) amazigh axatar n usesfer.
Mass Benremḍan, ar iswuri tizi a-d g yan umawal yaḍen ghef tasnaṭṭant (pathologie), isti y as assagh n « Isental n w-aṭṭanen » , ra-d iẓer tifawt g 2011.

Iɣsan s teqbaylit dans Amawal s tmaziÉ£t(65) 46232_147802368576902_147795901910882_357190_1882503_n

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaire »

lexique des termes géographiques

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

Azul !

Voici un essai de lexique des termes géographiques , il nous appartient tous de le compléter par les termes manquants ou ajouter des éventuels synonymes :

Targa , tragwa : la rivière ( pluriel : tirgwin )
Asif , ighzer : le fleuve (pluriel : isaffn , ighzran )
Illel : la mer (pluriel : illeln)
Agaraw : l’océan (pluriel : igarawn )
Azaghar : la plaine (pluriel : izughir )
Adrar : La montagne ( pluriel : idurar )
Azurz : cours d’eau (pluriel : izuriz )
Taftist : la plage ( pluriel : tiftisin )
Azilal : chaine montagneuse (pluriel : izilaln )
Aghenbu ( taghenbut ) :le sommet de la montagne (pluriel : ighnba)
Tawrirt : la colline ( pluriel : tiwririn )
Tizi : vallée ( col ) ( pluriel : tiziwin )
Ajarif : la falaise ( pluriel : ijarifn )
Tanz’ruft : le désert (sahara) ( pluriel : tinz’rufin)
Tasawent : la montée ( pluriel : tisawnin )
Takwssart , tamadla : la descente ( pluriel : tikwssarin , timadliwin )
Az’ru : le rocher ( pluriel : iz’ran )
Amuzzer : la cascade ( pluriel imuzzar )
Angay : la crue ( pluriel : ingayn )
Remarque : ne dites pas : ih’mel wassif ( ighzer)
Mais : ingi wassif ( ighzer )
Timicca : le silex ( pluriel : timiccaw )
Ang’mirs : la craie
Alud’ : la boue
Talaxt : l’argile
Tisnt : le sel
Tiselli , tazrut : la pierre
Tamjagwjt : tempête de poussière (pluriel timjuggaj)
Tagut : la tempête de pluie (avec gouttes obliques : acud’iy )
Agd’rur ( ibengher ) : la poussière
Ifri : la grotte
Icc n udrar : corne de la montagne ( pluriel acciwn )
Amenzaw : le continent
Almu : la prairie ( pluriel ilmuten )
Aghulid : le versant à pic ( pluriel ighuliden )
Taz’ult : La galène ( pluriel : tiz’uliwin )
Az’arif : L’ alunite ( pluriel : Iz’arifen )
Anfed : L’acier ( pluriel : inefden )
Urgh : l’or ( pluriel : urghen )
Uzzal : le fer ( pluriel uzzalen )
Tasmaght : Le mica ( pluriel : tismaghin )

Tanmmirt

Tudert i tmazight , tudert i tarwa ines

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaire »

Amawal amasɣan n tmaziɣt Sɣur : D.Messaoudi

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

Amawal amasɣan n tmaziɣt

 

Sɣur : D.Messaoudi

Taγult n usγan d tawwurt tameqqrant seg d-keccmen yimerḍilen aεraben γer tmaziγit. D tidet, kra seg yimerḍilen-a ttusertayen, maca aṭas seg-sen ttγimin akk-n s talγa-nsen tanaṣlit, d ayen yessedramen anagraw γef tebna tutlayt tamaziγt d wayen yettekkin deg usentali n tmeggarut-a. I lmend n waya, yesḍulli ad nemdel tawwurt-a n ureṭṭal d wad nales tiṣki n wayen yeddermen s useqdec n wawalen inaṣliyen n tmaziγt, ara d-nenadi seg tentaliwin-is, akked usmuzzeγ n yimerḍilen-nni. Macci d aya kan, yessefk daγen ad d-naf tarrayt iyes ara nessekcem awalen-a γer tmesgida akked utelfaz, ladγa deg wallaγ n yimamen akked yimesnakucen, ama d iqbayliyen, ama d aεraben.

Deg wayen ay d-yetteddun, ad d-efkeγ zwar awalen utbiten; γurwat ad awen-ikellex yirem-a n « utbiten » [1], imi netta yecmel-d ama d awalen-nni sseqdacen imaziγen watlayi, ama d wid-nni sseqdacen yemnadayen deg yedlisen. Sakkin, ad d-efkeγ kra n wawalen ay d-snulfaγ s tarrayin yettwassnen yakan deg taγult-a, am usuddem, asmuzzeγ alγawan, tasuγelt tasekkilant, atg. Deg taggara, ad d-bedreγ idlisen ay sqedceγ deg unadi-a d wad as-d-seggriγ s wumuγ deg ara d-ssegziγ awalen yuεṛen.

Awalen utbiten :

-          abekkaḍ - péché
-          abennan - vain
-          acehhed - fait de prononcer la chahada
-          acrik - associé
-          adgaẓ - supplice
-          adnubi, udnib - pécheur
-          aḥeǧǧaǧ, ahaggag - pèlerin
-          aḥuǧǧu - pèlerinage
-          ajahed - fait de combattre, djihad
-          ajenniw - démon, djinn
-          akafriw - infidèle
-          alaxeṛt - zombi
-          alekkuḍ - fouet
-          amanef - égaré
-          amarked - récompense
-          amaṛtaddi - qui quitte l’islam
-          amasiḥi, aneṣrani - chrétien
-          amaslay - impur
-          amaγlal - éternel
-          amcaγli - avertisseur
-          amerkid, tuẓult - vertu
-          amesγura - muezzin
-          amettin - le mort
-          ameγrad - univers
-          amin - amen
-          amjahed - moudjahid
-          amrabeḍ, agurram, ambaṛek - marabout
-          amsurḍu - élève de l’école coranique
-          amuddir - vivant
-          amutel - châtiment
-          amẓallu - prieur
-          amγafer - fait de se rendre visite pendant l’Aïd
-          anaflas - croyant
-          anasfal - tentateur
-          aneḍfar - disciple
-          anef - s’égarer
-          aneffu - esprit
-          aneglus - ange
-          anesbakkaḍ - pécheur
-          anez - s’incliner
-          anmezray - impie
-          annuz - inclination
-          aqasi - punition
-          aqili, tasureft - pardon
-          arufi - clément
-          asaxram - adultère
-          asbur, ikerhi - voile féminin
-          asburru - fait de se voiler
-          aṣebri - patient
-          asekni - signe
-          asektu - rappel
-          asfel - sacrifice
-          asudder - résurrection
-          asγan, tisreḍt - religion
-          atter s … - adorer
-          axellaq - Créateur
-          aylan - verset
-          ayniz - rakaa
-          aytem - sacrilège
-          azendiq - hypocrite
-          aẓumu, aẓumi - carême
-          aγuda - fait de rendre grâce
-          aεezzab - grand clerc
-          caγli - avertir
-          ccada, taguzi - chahada, témoignage
-          ccariεa - charia
-          cciṭan, yeblis - Satan
-          cehhed, igaz - prononcer la chahada
-          dden, adan - appeler à la prière
-          ddunnit - ici-bas
-          dgeẓ - supplicier
-          dket - ê. dans la quiétude
-          ekt, seddeq - donner l’aumône
-          fles - croire en
-          ftu - donner une fatwa
-          hajeṛ - quitter
-          hellel, rettel - psalmodier
-          igi - acte
-          iḥlil, ixlal - ê. licite
-          ihwah, uhuḍ - le mal
-          iman - âme
-          imceṛṛi, amuheḍ - malfaiteur
-          imdeyyen - religieux
-          iminig - expatrié 
-          imlayken - anges
-          imqeddes - sacré
-          imrad, agreffu - prosternation
-          imseddeq - charitable
-          ineslem, imeslem - musulman
-          inig - s’expatrier
-          irew - jeune clerc
-          iseḍnen - chapelet
-          jahed - combattre
-          Jebril - Gabriel
-          laxeṛt - l’au-delà
-          Lquran, Alquran - Coran
-          Massi-nneγ - notre Seigneur
-          mred, grefet - se prosterner
-          mud - adorer
-          mutel - châtier
-          nfu - ê. utile
-          qas - punir
-          qil, suref - pardonner
-          Ṛebbi, Yalla, Yakuc - Dieu
-          ṛjem - lapider
-          sbur - se voiler
-          seγnew - créer
-          stenǧi - faire ses ablutions  
-          sudder - ressusciter
-          taḍfi - délice
-          tafaska - fête
-          taflest - croyance, foi
-          tagada - égalité
-          taḥlaylit, tixlelt - fait d’ê. licite
-          takeffaṛt - expiation
-          takuti - aumône
-          tamasleyt - impureté
-          tameddurt - la vie
-          tamella - miséricorde
-          tamesgida - mosquée
-          tamettant - la mort
-          tamezrit - désobéissance
-          tamkerra - miracle
-          tamsadaqt, zzakat - zakat
-          tamsunt - paradis
-          tamugant - temple
-          tanfa - utilité
-          tasuṛet, tasurrit, tasarnat - sourate
-          tasuzelt - salutation
-          tatubt, tagerẓawt - le repentir
-          tawadna - appel à la prière
-          tawatri, tittar, tiwatriwin - invocation(s)
-          taxelqit - création
-          taẓallit, amud - prière
-          taγdemt - justice
-          taγennawt - création
-          taεacuṛt, abiyannu - achoura
-          tičča - moment pour rompre le jeune
-          tifawt, tafrara - aube
-          tikerkas - mensonge
-          tillas, tihay - ténèbres
-          timsi, ahes, ǧihennama - enfer
-          tirmit - épreuve
-          tittert - adoration
-          tiwri - malédiction
-          ttwekkel, segẓen - se remettre à
-          tub, mmegraẓ - se repentir
-          tuki - offrande
-          tulluγt, tawlaγt, tiγudi, tanafut - le bien
-          tuẓumin - fait de faire le carême
-          uḍuf - deuil
-          ugdil - illicite, interdit
-          uman - ê. clair, évident
-          uẓum, ẓum - jeuner
-          uγdim - juste
-          wekkel - remettre à
-          ẓẓal, muhed - prier
-          γafer - visiter qlqn pendant l’Aïd
-          γdem - ê. juste
-          γnew - ê. crée
-          γudi - rendre grâce
-          εezṛayen, εezṛin - Azraël
-          εṣu - désobéir

Ismawen n tẓalliwin:

-          taẓallit n utewweb                     - prière de l’aube
-          taẓallit n tenzayt (γabecca)          - prière du matin
-          tizzernin                                   - prière du dohr
-          tigẓin, takest                             - prière du âsr
-          tisemsin                                   - prière du maghreb
-          tisuḍsin, tinniḍes                       - prière de l’aïcha

Kra n tefyirin :

-          tagallit n tkerkas / ccada n zzuṛ    - faux témoignage
-          irk iggi                                      - mauvaise action
-          yir awal                                     - mauvaise parole
-          awal n Ṛebbi                              - parole de Dieu
-          tafaska n tneqqit / yiγras             - Aïd el Adha
-          tafaska n yičča                           - Aïd el Fitr
-          eg acrik i Ṛebbi                          - associer qlqn à Dieu
-          yeεṣa Ṛebbi                               - il a désobéi à Dieu

Asumer n kra n wawalen d tefyirin imaynuten: [2]

-          tasnakuca / tasnakuct (théologie): seg “tussna” → « tasna » (science) akked “yakuc” (Dieu)

-          amasnakuc / asnakucan (théologien) 

-          tayankuca / tayankuct (monothéisme) : seg “yan” akked “yakuc” (Dieu)

-          amyankuc / ayankucan (monothéiste)

-          tagetyakuca / tagetyakuct (polythéisme) : seg “egt” (ê.nombreux) akked “yakuc”

-          amgetyakuc / agetyakucan (polythéiste)

-          tabakuca / tarakuca (athéisme)

-          abakucan / arakucan (athéiste)

-          abakuc / arakuc (athée): seg “aba” / “ar” (néant, privatif) akked “yakuc”

-          anezday (associateur): seg umyag “zdi” (associer, réunir, unir)

-          amecrak = anezday

-          amazun (envoyé) : seg umyag “azen” (envoyer)

-          tasidest (acte qui cause l’impureté après l’acte sexuel) : seg “sides” (mettre de côté) [3]

-          asidas (personne impure après l’acte sexuel)

-          tajnaba = tasidest ; imjenneb = asidas

-          tyemmem (se purifier par lustration pulvérale)

-          atyemmem (lustration pulvérale)

-          anbi (prophète)

-          sneg, sebbeḥ (louer)

-          tasnegt, asebbeḥ (louange)

-          taftut (fatwa)

-          taknisa (église)

-          ameεṣaw (désobéissant), seg “εṣu” (désobéir)

-          timeεṣa (désobéissance)

-          taseǧǧadat (tapis réservé pour la prière)   

-          adlis uγris (livre sacré)

-          aggur n uẓumu (croissant du ramadan)

-          azaraf aneggaru (jugement dernier)

-          azul fell-awen (que le salut soit sur vous)

-          iḍ n qadaṛ (nuit du qadar) [4] 

-          iḍ n twadda d usali (nuit de içra et de miεraj)

-          iḍ n ucukku / iḍ n yimiji (nuit du doute)

-          imenzayen n Islam (principes de l’islam)

-          inaw amasγan (discours religieux)

-          isulas / ijga isemmusen n Islam (les cinq piliers de l’islam)

-          taggara n umaḍal / angar n umaḍal (la fin du monde)

-          taẓallit n tingrawt (prière du vendredi)

-          taẓallit n ugraw (la prière du groupe)

-          taẓallit n umessikel (prière du voyageur)

-          taẓallit n umuḍin (prière du malade)

-          taẓallit n unabay (prière de l’absent)

-          taẓallit taneflant, tanfelt (prière surérogatoire)

-          taẓallit γef umettin (prière sur le mort)

-          tinawt n tingrawt (prêche du vendredi)

-          tudert taneffawt (vie spirituelle)

Tagrayt:

Anadi-a war ccek ur yemmid ara; γef waya, ssarameγ ad t-kemmlen wiyaḍ akken ad yili d tisergelt iyes ara nergel abrid i tesεurrebt, xersum deg taγult-a n usγan. Meccan, imnadayen imaziγen ur ilaq ad ilin d imεeṣṣben arma bγan ad sgedlen i yal awal ara d-yekken seg taεrabt; ur ilaq ad nettu nwis tutlayt-a, imi tettidir γer yidis n tmaziγt, d nettat ay d aγbalu amenzu seg d-tugem tutlayt-nneγ imerḍilen-is.

_______________________

Timawin :

  1. Kra n wawalen, γas d imaynuten, ad ten-nessiḍen gar wawalen umrisen imi nutni ttusqedcen deg waṭas n yedlisen.
  2. Kra n wawalen nenna-d d imaynuten, acku beddlen talγa; ttwasmuzzγen. I lmend n umedya, agdazal n yermi afṛansis am “désobéissance” deg tmaziγt taruṣwibt d “lmeεṣiyya”, akk-a ay yettwanṭaq gar medden, maca nkkni nefka-as talγa tamaynut s yiwen seg yiqulab imaziγen; nerra-t d “timeεṣiwt”, am “zlu – timezliwt”.
  3. I usebγer n tmaziγt, yelha ma nesseqdac awalen imerḍilen yettwasmuzzγen akked wawalen imaziγen d-nesnulfa seg wid-nni s tsuγelt. Amedya: “tajnaba, imjenneb” / “tasidest, asidas”. Acu kan, akken ad yili umwati gar umeslay d-yettureḍlen d win d-yettwasnulfan, yessefk γef umnaday ad yissin wullen tutlayt tamerḍalt.
  4. Awal-a yebna γef uqaleb amaziγ war targalt tazwarant am deg “nadam” (sommeille)

Iγbula:

-          ABDESSELAM A., 1997. – Dictionnaire abrégé du vocabulaire redressé de la langue berbère, ENAG.

-          ACHAB. R., 1996. – La néologie lexicale berbère (1945-1995), PEETERS, Paris.

-          ALOJALY Gh., 1980. – Lexique touareg-français (parlers berbères du Niger), Copenhague, Akademisk Forlag.

-          BOUMALK A. & NAIT ZERRAD K., 2009. – Vocabulaire grammatical de tamzight, IRCAM, Rabat.

-          CHAKER S., 1981. – Tableau récapitulatif des procédures de création lexicale berbère (kabyle),Bulletin intérieur du C.R.A.P.E., Alger, pp 143-145.

-          DALLET J-M., 1982. – Dictionnaire Kabyle-Français : parler des At Mangellat, Algerie, Paris : SELAF.

-          DELHEURE J., 1984. – Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF.

-          DELHEURE J., 1987. – Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF.

-          DESTAING E., non daté. – Étude sur le tachelhit du Sous (vocabulaire français-berbère), tome 7, Ed. Ernest Leroux.

-          FOUCAULT Le P. de, 1918. – Dictionnaire touareg-français (dialecte ahaggar), tomme 1, Paris, Ed. Maisonneuve Frères.

-          HADDADOU M.A., (non date). – Guide de la culture et de la langue berbères, ENAL-ENAP.

-          HCA, 2004. – Amawal n tmazight tatrart (français-tamazight), Ed. Ministère de la Culture.

-          JUSTINARD L., 1914. – Manuel de berbère marocain, dialecte chleuh, Librairie Orientale & Américaine, E. Guilmoto, Paris.

-          NAIT ZERRAD K., 1998. – Amawal amasγan n tmaziγt, Centro Studi Camito-Semitici, Milano.

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaire »

12345...105
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema