• Accueil
  • > Recherche : fortune said bouteflika

Résultats de votre recherche

« La corruption et l’impunité sont l’autre visage des Etats répressifs »

Posté par algeriedemocratie le 1 novembre 2009

« La corruption et l'impunité sont l'autre visage des Etats répressifs »

Me Boudjemaâ Ghechir. Président de la LADH

« La corruption et l’impunité sont l’autre visage des Etats répressifs »

- Après avoir absous les terroristes de leurs crimes, le pouvoir protège ses dignitaires contre des poursuites pourtant méritées ; l’impunité est-elle devenue un mode de gouvernance en Algérie ?
- Effectivement, le pouvoir en Algérie, sous le signe de la réconciliation nationale et après avoir absous les terroristes de leurs crimes, protège ses dignitaires contre les poursuites pourtant bien méritées comme vous le dites. Les terroristes ont attaqué des institutions étatiques et s’en sont pris à des civils. Ils ont commis des atteintes généralisées aux droits de l’homme, y compris des massacres de civils, des enlèvements, et autres actes de torture. Nombreuses sont les femmes qui ont été violées ou réduites à l’esclavage sexuel. Les forces de sécurité ont fait disparaître des milliers de personnes, se sont rendues responsables d’exécutions sommaires, de détentions arbitraires et d’actes de torture, sans craindre de devoir rendre compte de leurs actes. Les mesures présentées comme des initiatives positives en vue de réaliser la paix et de mettre fin à la tragédie nationale, (la loi de la Rahma, la concorde civile et la loi de la réconciliation nationale) ont, en réalité, institutionnalisé l’impunité, car parmi les personnes visées, certaines sont soupçonnées d’actes criminels. Ainsi, dix ans après le début d’un conflit qui a coûté plus de deux cent mille vies et a fait des centaines de milliers de blessés, d’orphelins, de veuves, de sans-toit, et de disparus, les autorités et certains groupes armés ont conclu des accords pour ramener la paix tant souhaitée par la population civile. Cependant, des inquiétudes existent quant à la voie empruntée pour atteindre la paix. Ces accords secrets ont consacré l’impunité pour leurs auteurs, et aucune mesure concrète n’a été prise à ce jour pour ôter l’impunité aux membres des services de sécurité responsables de violations des droits de l’homme. Pour la plupart, les victimes et leurs familles n’excluent pas le pardon, mais pas sans que justice soit rendue. Une paix durable ne peut se construire au détriment de la vérité et de la justice, ni reposer sur l’impunité, qu’elle soit accordée aux membres des forces de sécurité ou des groupes armés. Pour le président de la République, cette façon de faire est dictée par les équilibres politiques, ce qui confirme clairement que l’Etat algérien est un Etat-système, réduit à gérer l’équilibre en son sein, enfermé dans une crise multidimensionnelle qui est la conséquence de plusieurs causes constituant dans leur ensemble un obstacle à la construction d’un Etat moderne ayant pour mission de générer un mode de gouvernance qui assurera la primauté de droit et l’Etat de droit. Si l’on veut éviter que notre avenir ne connaisse la barbarie qui a marqué notre passé, pour qu’à l’horreur du terrorisme ne s’ajoute pas l’impunité, la parole doit être donnée à la justice. Il faut rejeter la situation confuse où tout le monde est coupable et où tout le monde est innocent. Il faut identifier les assassins et les traduire en justice. Traduire un criminel devant la justice s’inscrit dans cette recherche de paix sociale, le but de la justice est multiple, à savoir : retisser le tissu social, restaurer les normes et les valeurs, sanctionner les torts et prévenir la récidive. Le but de la réconciliation nationale est de tourner la page ; mais avant de tourner la page, il faut d’abord la lire, apprendre par cœur son contenu, donner aux victimes – seulement les victimes – la possibilité de décider de clore le chapitre des violations commises. Beaucoup de victimes et leurs proches souhaiteraient pouvoir tourner cette page mais n’en sont tout simplement pas capables dans la mesure où elles ont l’impression que la justice n’a pas été rendue. La lutte contre l’impunité est un élément central de la réparation et l’équité.
- S’agit-il d’une vieille pratique du système ou d’un fait nouveau ?
- On ne doit pas oublier la réaction du pouvoir face à certains événements politiques ayant ensanglanté notre pays. Le pouvoir a décrété l’amnistie générale après les événements du 5 octobre 1988 et les noms qui ont été cités pour avoir supervisé les séances de tortures pendant ces événements ont été nommés à des responsabilités importantes. L’affaire Massinissa Guermah et l’affaire des gendarmes de la brigade de Kaïs et beaucoup d’autres événements sont restés sans sanction. On peut conclure donc que le système politique algérien tient au sacro-saint principe de l’impunité qui est érigé en mode de gouvernance.
- Est-ce la marque de Bouteflika ou alors les exigences du système actuel ?
- Je crois que ce sont les exigences du système qui privilégient cette solution. D’ailleurs, le Président a été très clair, il a déclaré que « les équilibres politiques ne permettent pas plus. »
- Barkat et Saïdani sont-ils des cas isolés ou est-ce l’arbre qui cache la forêt ?
- Barkat, Saïdani et Cie forment une des dimensions de la crise du système politique algérien. Le niveau de corruption qui affecte les administrations publiques et la classe politique est au rouge depuis déjà plusieurs années. L’Algérie reste à la traîne, y compris dans le monde arabe. Qui n’a pas en mémoire les scandales financiers qui ont éclaboussé l’histoire de notre pays, le nombre de commissions d’enquête mises en place et dont les rapports n’ont jamais quitté les tiroirs de ceux qui les ont élaborés ? Le citoyen algérien qui ne s’est pas encore expliqué le scandale des 26 milliards des années 1990, ni le scandale El Khalifa qualifié d’arnaque du siècle, ni celui de la BCIA et encore moins celui de la BEA, et les nombreuses affaires qui n’ont pas encore livré leurs secrets, découvre le cas Saïdani et le cas Barkat et se demande toujours si ceux qui étaient à l’origine des scandales sont au-dessus des lois. Lorsque la corruption s’installe dans les rouages de l’Etat, le Trésor public devient le porte-monnaie particulier de certains responsables. Les lois deviennent gênantes et les astuces, pour les contourner, deviennent la règle cardinale. La corruption et l’impunité sont l’autre visage des Etats répressifs, dont les politiques sont basées sur la violation des droits de l’homme, des règles de la démocratie et des principes de la bonne gouvernance. En Algérie, la lutte doit être menée à l’échelle nationale par des efforts communs entre les citoyens, les médias, la justice et les honnêtes responsables qui doivent faire face à l’impunité des crimes économiques et les crimes contre la dignité humaine. Le phénomène met à nu aussi les limites de la réforme de la justice… Effectivement, car l’impunité est un phénomène politique, social et juridique. L’appareil judiciaire est incapable d’assurer la protection des droits et libertés des citoyens. La justice est exercée dans un cadre où s’entrecroisent des influences et des pressions directes et indirectes, faisant du juge un simple comptable de décisions rendues. Elle est incapable de déclencher l’action publique contre les responsables de certains rangs et certains hommes d’affaires sans l’aval des autorités politiques. Même le ministre de la Justice est incapable d’exercer ses prérogatives pour dénoncer au procureur général les infractions à la loi pénale de certaines personnes.
- Les mécanismes anticorruption sont neutralisés…
- La loi 01/06 est dépréciée par trois facteurs : primo, elle a abrogé des articles du code pénal qui était plus sévère, deuxio, elle parle de code de conduite des agents publics, mais jusqu’à maintenant, aucun code n’a été adopté. Et enfin, l’organe national de lutte et prévention contre la corruption, rattaché normalement à la Présidence, n’a pas été installé jusqu’à ce jour, ce qui démontre que les pouvoirs publics n’ont pas la volonté de prévenir ni de s’attaquer au fléau.
- Quel impact sur le moral de la société ?
- La corruption est politiquement et économiquement d’une gravité extrême, parce qu’elle entretient l’impression du « tous pourris », pervertit la libre concurrence commerciale et économique et appauvrit les pays. Bernanos disait : « L’énorme proportion des coupables finit toujours par détruire chez les non-coupables le sens de la culpabilité ». Si dans la société le crime partage le quotidien avec la corruption, le simple citoyen s’est donc résigné à suivre les exemples des corrompus, des escrocs et des trafiquants, voyant qu’ils restent impunis. Il s’est convaincu, à travers tous les exemples des scandales qu’a connus le pays et à travers les temps qui ne changent pas, que dans le monde de la politique et le monde des affaires et même dans la vie quotidienne, l’immoralité et le vice sont devenus des vertus cardinales. L’échelle des valeurs s’est renversée. Les journaux parlent clairement des candidats au Sénat prêts à payer des millions pour chaque voix. Le secteur privé qui est appelé à participer effectivement dans l’économie et de prendre l’initiative sans qu’il soit acolyte ni avec les organismes de l’Etat ni complice dans les affaires de corruption, est constitué, à l’exception de quelques entreprises, par des prête-noms, introduits dans les organismes de l’Etat et impliqués dans les affaires de corruption. Pour lutter contre les effets dévastateurs de la corruption avec son corollaire, l’impunité, il faut un changement de règles dans la société afin que la lutte contre la corruption devienne plus efficace. Il faut suspendre les immunités diplomatiques, parlementaires et judiciaires le temps des enquêtes financières, instaurer l’obligation légale faite aux dirigeants politiques de justifier de l’origine licite de leur fortune, et la mise en place d’une veille bancaire autour de ces mêmes personnes et de leur famille.
- A l’instar d’autres voix, notamment dans la presse, vous avez dénoncé l’impunité à plusieurs reprises, pensez-vous que le pouvoir Bouteflika pourrait un jour faire marche arrière ?
- Personnellement, je suis pour le moment pessimiste. Le bout du tunnel est très loin et la situation en Algérie est lestée par des spécificités : le pouvoir séduit la foule par la propagande, en usant du monopole des médias lourds comme moyen de persuasion de la population, et par là même désavouer ses opposants et combattre les idées qui le contrarient ; les allégeances personnelles, familiales, régionales et claniques sont les caractéristiques principales dans la gestion des institutions de l’Etat ; le refus de toute participation populaire, par peur de perdre le pouvoir et le privilège. Les responsables considèrent le peuple comme incapable, de telle façon qu’ils se sont substitués à lui dans la gestion des affaires. Le peuple n’est appelé qu’à avaliser les choix des décideurs ; les règles de droit sont bafouées, surtout par les autorités qui leur accordent peu de crédit, et l’arbitraire qui perdure a fini par désabuser la population à l’égard des lois ; le pouvoir exerce une mainmise totale sur la société alors que les citoyens se sentent complètement délaissés et expriment de plus en plus violemment leur désespoir ; la rupture totale entre administration et administrés ; les journalistes indépendants qui dénoncent la corruption et les atteintes aux droits de l’homme sont harcelés par la justice ; la faiblesse des institutions ; notre société évolue dans l’état de délabrement qui caractérise les structures politiques, économiques et sociales, ce qui menace de provoquer une série de ruptures qui pourraient s’avérer irrattrapables. On peut alors conclure que l’état actuel des choses ne peut permettre la construction d’un Etat moderne, un Etat de droit avec une justice forte et indépendante ; surtout que l’attachement à l’Etat de droit tant prôné par le pouvoir actuel représenté par Bouteflika s’avère n’être que de vains mots, destinés à séduire l’opinion internationale.

ParNouri Nesrouche

source:el watan

Publié dans vive l'algerie(128) | Pas de Commentaires »

témoignages selon le maol

Posté par algeriedemocratie le 18 juillet 2009

témoignages selon le maol dans DRS(39) Abdelkaderzitouni

Témoignage

Du Commandant

Abdelkader Zitouni

 

Les héros de Novembre.

Beaucoup d’Algériens n’ont toujours pas assimilé ce qui leur arrivent, ils ne comprennent pas non plus les raisons de cette tragédie qui les a plongés dans un chagrin indescriptible. Il faut dire à juste titre qu’ils n’ont pas eu le recul nécessaire et le temps de penser à la question puisqu’ils se sont et pendant longtemps, enfouis pour échapper à la terreur qui a anéanti des milliers de vies humaines. Comment expliquer le plus simplement du monde sans s’éloigner et sans prendre trop de temps en quelques mots les raisons d’une guerre qui n’en finie pas ? Il est vrai que c’est presque un challenge que de résumer des années d’une gouvernance barbare en quelques lignes.
Mais avant de citer les raisons d’une catastrophe, je voudrais expliquer au lecteur comment L’Armée Nationale populaire a été à la fin des années quatre vingt remodelée, altérée pour la transformer de fer de lance pour la défense de l’Algérie et son peuple vers un fer de torture pour le contrôle des richesses de l’Algérie et le musellement de son peuple.

En ce qui me concerne, je dois dire que je suis issu d’un milieu modeste, une famille comme il en existe beaucoup en Algérie, une famille qui a toujours fait des sacrifices dans la vie, une famille qui a des principes et qui a choisi de vivre dignement. Le sens de l’honneur et du devoir, c’est dans le berceau familial qu’on les acquière.

Mon engagement au sein de l’Armée n’a jamais été une réaction impulsive animée par le sentiment de vengeance suite à une injustice. Je n’ai jamais eu à l’esprit la moindre pensée, de garantir par mon engagement une quelconque réussite matérielle. Un seul et unique objectif me remplissait le cœur de joie et d’optimisme: appartenir à l’ANP pour servir, défendre et protéger mon pays. Eh oui, bien que cela puisse paraître si naïf et démodé, ce sont bien les seuls motifs qui m’ont poussé à m’engager. Je ne sais pas comment expliquer cette détermination de donner de sa personne pour son pays, sauf qu’étant enfant, voir les films de la guerre de libération en noir et blanc sur notre vieux téléviseur me remplissait d’un sentiment étrange, un mélange de fierté et de volonté de sacrifice, je voulais ressembler aux héros qui ont bâti la légende, je voulais me sacrifier pour cette terre pour faire partie de ces hommes qui hantaient mon esprit, ces hommes qui ont donné à l’honneur tout son sens. Pour ces raisons je me suis engagé et pour ces raisons je me suis juré de donner ce que j’avais de plus cher pour les défendre : Ma vie, et pour ces raisons aussi je me suis soulevé avec mes frères au MAOL contre ceux qui ont souillé la mémoire des martyrs.

Je dois dire avec franchise que tout ce que j’ai appris pendant les premières années de vie au sein de l’ANP était pour moi la concrétisation d’un rêve formidable. Jeune officier, je m’appliquais dans mes missions et je veillais scrupuleusement à l’exécution des ordres de mes chefs hiérarchiques. Rien ne pouvait m’éloigner de mon devoir même l’établissement d’une famille car je considérais que la priorité était de construire le pays et d’édifier un Etat à la mesure des espérances de tous les martyrs qui ont donné leurs vies pour que je puisse faire parti de l’Armée Nationale Populaire. Je dois avouer qu’écrire ces lignes est beaucoup plus difficile que je ne pensais car j’ai de la peine, beaucoup de peine à évoquer tout cela et me remémorer un rêve qui a tourné au cauchemar.

Au fil du temps, surtout au début des années quatre vingt, les choses ont commencé à changer et des pratiques nouvelles sont apparues, les petits passe-droits, les petites affaires tels les lots de terrains, les logements, les véhicules, autant de biens matériels qui faisaient tourner la tête à certains de nos chefs de l’époque. J’ai essayé de leur trouver des excuses au fond de moi, mais une nouvelle réalité se dessinait devant mes yeux et cela a été véritablement le commencement de la décadence car à ces petits privilèges beaucoup d’appétits se sont aiguisés et la réussite matérielle devenait une priorité chez nombre de nos chefs. A cette époque ça me faisait mal d’entendre les citoyens algériens dire des militaires qu’ils s’engageaient pour  » Honda et Blonda « , mais j’ai compris par la suite que cette politique de compromission généralisée des cadres de l’ANP émanait comme on dit  » d’en haut  » puisque cela leur permettait de contrôler l’Armée, de la façonner et la remodeler à leur guise. Je ne peux dire combien d’officiers et de sous-officiers honnêtes ont fait les frais d’une liquidation systématique dès qu’il s’agissait de protéger une nouvelle caste de militaires qui ont investi l’ANP, comme des criquets, avec pour seule ambition le confort personnel.

A la fin des années quatre vingt et avec les évènements d’octobre je savais que nous allions vers la catastrophe et c’était l’avis de tous ceux qui faisaient leurs devoirs avec assiduité. Tout avait changé depuis mon engagement et rien de ce que je voyais autour de moi ne pouvait être comparé à ce que j’aspirais par une carrière dans l’armée. Nous avons glissé petit à petit dans le gouffre et aux petits trafics qui pouvaient passer inaperçus se sont succédés les grands détournements et les grosses combines qui mettaient en danger et la sécurité du pays et son avenir. En un mot je ne reconnaissais plus l’ANP, des commandants d’unités s’en sont même pris à la solde des HDT (hommes de troupes) et des appelés, et même leurs rations alimentaires étaient détournées par les responsables, ce qui faisait que nos djounouds et même les officiers étaient obligés chaque soir de se nourrir de lait et de pain. Je ne cite que ce petit exemple simple sans pour autant relater ce qui est encore plus grave, l’armement au sein du CFT. Le matériel acheté par le commandement (surtout au début des années quatre vingt dix) était visiblement inadéquat vu sa vétusté, à peine repeint par la mafia des pays de l’Est, il n’était bon que pour une chose : figurer sur les bilans du commandement pour justifiés des dépenses faramineuses de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Bon nombre d’officiers intègres qui ont manifesté leur inquiétude auprès du chef de l’Etat major se sont vus écarter et même arrêtés par les services de la DCSA. Il était claire que tout avait changé, tout était différent et les hommes qui voulaient servir avec foi n’avaient plus leur place parmi une nouvelle espèce de chefs qui se comportaient comme des requins et bien pire car ils ne se sont entourés que de gens comme eux sur lesquels ils pouvaient compter et en définitif tous ceux qui avaient de mauvaises réputations se sont retrouvés à la tête des postes stratégiques commandant des hommes intègres à qui ils menaient la vie dure en les affectant surtout vers les premières lignes du front de la lutte contre le terrorisme. Les militaires intègres se sont en fin de compte retrouvés pris entre deux feux, et même s’ils arrivaient à échapper à la mort lors d’opérations suicides décidés par le commandement, ils étaient toujours réaffecté aux même missions ce qui faisait qu’ils étaient condamnés à disparaître quelques soient les données.

La lutte contre le terrorisme qui s’en ai suivi à été en ce qui me concerne, une vraie guerre contre un peuple affamé et appauvri. Les méthodes et les stratégies adoptées par Khaled Nezzar, Mohamed Lamari, Mohamed Touati, Fodhil Chérif, et les autres étaient des méthodes colonialistes barbares, des méthodes intégristes ; oui intégristes car éradicatrices. J’ai tout connu après cela, l’horreur, la déception la révolte ; tout cela je le vivais et au fond de moi je voulais punir très sévèrement les responsables de ce drame : ceux qui avaient gâché le rêve.

Animé par le même sentiment du premier jour de mon engagement, j’ai fais le serment de tout donner pour sauver mon pays et j’ai pris la décision de rejoindre ceux qui partageaient les mêmes objectifs et les mêmes idéaux. Tout ce que je sais c’est que rien n’est perdu tant qu’il y a des hommes dignes qui portent l’Algérie dans leurs cœurs.
Les assassins qui commandent l’Armée aujourd’hui ne sont pour moi que de vulgaires mutins qui ont pris en otage tout un pays ; des êtres indignes qui n’ont pas un passé honorable ; ils sont complexés par la gloire de la guerre de libération qu’ils ont combattue dès les premières heures de la révolution mais surtout après l’indépendance. Rien ne sert de les insulter car tout compte fait, ils ne méritent même pas qu’on les insulte, l’histoire et le peuple n’oublieront jamais ceux qui ont trahi.
Aujourd’hui des fortunes colossales fleurissent ici et là, et l’on comprend mieux à qui la crise a profité. En un mot, pour que le peuple saisisse les raisons de cette tragédie, il suffit de voir ce qui se passe sur la scène économique du pays, les terres agricoles sont redistribuées, les usines les plus grandioses rachetées au dinar symbolique, et même Sonatrach n’échappe pas au sort réservé à tout ce qui peut représenter une source de revenu. Tout a été savamment inventorié et partagé entre ceux qui ont plongé l’Algérie dans le deuil.

Je suis convaincu que rien ne peut arrêter la détermination des hommes intègres, des Rdjels ; les vrais, et rien ne peut non plus venir à bout de la colère du peuple qui brûlera tout sur son chemin.

Avec mon modeste témoignage je voudrais dire à mes compagnons au sein de l’ANP et à tout le personnel militaire que le jour où il faudra rendre des comptes est proche, et même si les généraux coupables essayent vainement de faire pression sur nos familles ou sur nos proches pour nous faire taire ou nous acheter, rien n’empêchera l’Algérie qui a enfanté les héros de novembre de donner d’autres vaillants pour qu’ils purifient l’Algérie de la salissure à commencer par celle qui souille notre glorieuse institution militaire.

 

Le Commandant Abdelkader Zitouni

 

 

mohamedsamraoui dans DRS(39)

Témoignage

Du Colonel

Mohamed Samraoui

dit Lahbib

 

CESSEZ VOS MENSONGES GENERAL.

Décidément le général Khaled Nezzar a du culot !

Après l’humiliation parisienne subie le 05 juillet 2002 lors de son procès face au sous-lieutenant Habib Souaïdia (déboire qu’il a essayé de transformer en grande victoire), notre fameux général  » déserteur de l’armée française « , venu sois-disant laver l’honneur de l’ANP ( lui qui n’a plus d’honneur depuis 1955 lorsqu’il s’était engagé dans les rangs de l’armée coloniale pour combattre les Algériens épris de justice et d’indépendance ) a raté, une nouvelle fois, une bonne occasion de se taire !

Lui qui est venu à Paris en grande pompe pour défendre l’honneur de l’ANP, a été incapable de défendre son propre honneur, lorsque Ali Kafi l’a publiquement traité de traître, de fils de traître et d’assassin : Un bel exemple de courage et de bravoure mon général !

Mais du courage général, vous n’en avez que devant ceux qui sont  » désarmés  » face à votre propagande mensongère.

Non content d’être l’un des principaux responsables de la décennie rouge (200.000 morts, 16.000 internés, 8.000 disparus, 500.000 exilés, 1.200.000 personnes déplacées, sans parler de la situation économique et sociale lamentable…etc.), le général se met à écrire et multiplier les conférences de presse en vue de s’approprier l’histoire comme il a confisqué le pays et ses richesses. Evidemment il ne donne que sa version, celle d’un faussaire, celle d’un imposteur qui cherche à masquer ses crimes et ceux de ses compères « DAF » en se dissimulant derrière la fable du  » sauvetage de la république menacée par le péril intégriste ! « 

Sa dernière sortie médiatique du 22 septembre 2002, illustre de manière éclatante la conception de la démocratie chez le général Khaled Nezzar. Pour lui, seule l’opposition de « paille » est tolérée en Algérie. Les vrais opposants qui défendent l’Algérie, n’ont droit eux qu’à la prison ou aux cercueils et dans le meilleur des cas à l’exil . Est-ce une raison suffisante pour les diffamer et leur jeter l’opprobre ?
Les accuser de traîtres parce qu’ils ont eu le courage de dire NON à votre dérive mafieuse ? Admirez le résultat de votre sauvetage général! Vous pouvez en tirer une immense fierté !
L’impunité dont vous jouissez en Algérie vous permet de tenir des propos outrageants et outranciers à l’encontre des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Algérie indépendante, confirmant ainsi le mépris que vous avez toujours eu pour la classe politique et vos collègues généraux, que vous avez qualifiés durant le procès respectivement de  » cheptel  » et  » d’analphabètes « .

Pourquoi portez-vous des attaques virulentes contre Mouloud Hamrouche ? Est ce parce qu’il est fils de chahid et que vous êtes fils de harki ou bien parce que ses reformes ont mis à nu les circuits parasitaires qui gangrénaient ( et rongent toujours aujourd’hui ) l’économie du pays et qui profitaient aux  » copains « ?
Je ne suis l’avocat de personne, mais force est de constater que vous n’attaquez que les gens honnêtes, ceux qui sont propres et intègres, jamais les mafieux comme vous! Je vous met au défi de citer une seule affaire de malversation ou de concussion impliquant Mouloud Hamrouche ou Ghazi Hidouci ?

Vous avez osé dire que je fus épargné par pitié pour mes enfants…. Depuis quand la pitié fait-elle partie de vos mœurs ? Vous qui n’hésitez pas à bombarder des jeunes algériens avec du napalm, à massacrer des familles entières, à dynamiter des chaumières et à égorger des bébés, des femmes et des vieillards.

Quel crédit donner à ce général dont le peuple algérien a pu entrevoir avec répulsion le vrai visage lors du procès intenté à un pauvre sous-lieutenant?

Dans la bouche de ce pâle général, comme dans celles de ses avatars, de ses esclaves et sous la plume de ses nègres , les mots n’ont plus de sens. Dans le système du mensonge, du sang et du pillage, tout les repères sont inversés : Les honnêtes gens sont des traîtres et les criminels sont des héros… !

Donc, à mon avis, la juste réponse à ce général doit d’abord relever du mépris : on ne dialogue pas avec un individu aussi peu recommandable ! L’indécent spectacle que ce soudard déguisé en général a donné lors du procès parisien aurait mérité une expertise psychiatrique.


Général… . Encore un mot qui a perdu son sens en Algérie.
Ailleurs grand titre de chefs militaires ; chez nous ce grade est celui de l’infamie et de l’indignité; celui de la salissure et de l’opprobre, celui gagné (pour certains) dans les  » grandes batailles  » de Bentalha, Rais, Relizane, Beni Messous,… !

Au lieu de se murer dans le silence et faute de trouver le courage de se suicider, (ce qu’un officier digne de ce nom aurait du entreprendre tant l’atteinte à l’honneur est irréparable) ;Khaled Nezzar, ce soi-disant général incapable d’énoncer trois phrases cohérentes, s’exhibe en compagnie de sa cohorte de témoins de troisième zone qui ont fini par couvrir de ridicule cette organisation de rentiers et de criminels qui tient lieu de système.
Mais que connaît-il de l’honneur, ce mafieux affublé des oripeaux du général qu’il ne sera jamais?

Un livre, encore un autre, écrit par une plume servile; mais cette gesticulation littéraire est condamnée au même sort que toutes les démarches mercenaires : le néant de l’indifférence. Qui attache le moindre prix aux balivernes de ces psychopathes? Paradoxalement, les insultes sont le seul compliment que l’infamie peut produire.

Général Nezzar, si vous n’avez pas compris que le peuple algérien vous vomit, je vous invite alors à marcher dans les rues d’Alger sans escorte, ou alors à fonder un parti politique afin de pouvoir apprécier à sa juste valeur la popularité du  » sauveur de l’Algérie  » que vous croyez etre . Le verdict des urnes sera sans appel et il est à parier que même les plumitifs qui vous entourent se déroberont. Retenez bien ce vieil adage pour les jours qui vous restent général :  » Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute « .

 

Le Colonel Mohamed Samraoui dit Lahbib

 

hasniabdelhamid

Témoignage

Du Commandant

Abdelhamid Hasni

 

 

Je ne veux plus me taire.

La complexité du conflit Algéro-Algérien tient pour une grande partie à l’histoire même de l’Algérie. Cette histoire que l’on a toujours évité d’écrire pour ne pas soulever les tabous, pour ne pas compromettre nombre de dirigeants toujours au pouvoir !

Le grand paradoxe du drame de l’Algérie tient également à cet occident qui a si bien toléré et fermé les yeux devant l’interruption brutale des élections de 1992, mais aussi et surtout devant toute la violence et la brutalité qui s’en ai suivi.
Il tient aussi à nous, parce qu’il ne s’agit pas de se demander si nous sommes manipulés ou pas, puisque la réponse est malheureusement affirmative, mais il s’agit désormais de comprendre comment sommes-nous mentalement influencés, contrôlés et conditionnés par nos chefs?

L’Algérie est-elle devenue orpheline ?
Est-elle devenue stérile ?

Est-ce que ceux qui auraient pu se battre pour elle et la sauver, ont-ils choisi le chemin de l’exil ou sont-ils trop occupés à survivre tant bien que mal devant la cherté de la vie, multipliant les emplois et les combines en tout genre pour garantir la nourriture et les besoins de leurs familles ?
Comment avons-nous fini si bas ?
Est ce la faute aux hommes dignes qui ont baissé les bras ?

Est ce la faute des intellectuels de salon qui connaissent une aliénation chronique et qui sont nourris d’un sentiment de rejet et de mépris ?

Est ce la faute aux enfants souffrant de malnutrition, déscolarisés et envoyés par leurs parents pour mendier, pour vendre des cigarettes ou des sachets dans les ruelles des marchés en quête de quelques sous en plus.

Est ce la faute de notre société devenue fataliste, une société où domine l’absence d’espoir, où la colère et la violence sont devenues le seul mode de communication ?

Est ce la faute au pouvoir pernicieux, mené par des médiocres, entourés de médiocres, n’engendrant que la médiocrité, la haine et le mépris ?

Est ce à cause du pétrole, cette richesse naturelle, ce don de Dieu devenu une malédiction ?

Les réponses à toutes ces questions nous les trouverons certainement en nous même, pour vue que nous soyons assez courageux et assez honnête pour nous confronter à nos actes.
Appauvris, asservis, et réduits à l’état de bêtes, nous militaires de seconde classe formions véritablement le terrain propice à la destruction de l’Algérie. Nous formions ce creuset de chair à canon pas vraiment chère et disponible d’où les généraux ont puisé et puisent toujours la force de leur survie.

La vie est-elle vraiment si chère pour qu’on accepte de devenir si peu cher? Pour persister dans un silence implacable à accepter d’être guider par des bourreaux vers un abattoir certain ?
Une vie aussi indigne vaut-elle vraiment ce sacrifice, ce silence et cette honte que nous porterons pour toujours?

Les événements d’octobre 1988 ont été pour moi le déclic, dès lors que j’ai vu des enfants froidement abattus, je commençais à prendre conscience des enjeux et des réalités autour de moi. Je découvrais le système sous un autre aspect tout à fait inconnu.

Les événements qui ont suivi, ceux de 1991 et 1992 m’ont confirmé et m’ont donné la conviction que je m’engouffrais dans un engrenage et dans une tourmente qui ne faisaient malheureusement que commencer. J’avais pitié de moi-même et je me haïssais en même temps et malgré moi je devenais l’otage de ce système pour qui nous officiers sommes devenus la rançon de sa perpétuité.

Nous officiers qui sommes sous le drapeau, nous nous sommes laissés faire, nous nous sommes laissés entraîner, nous nous sommes laissés impliquer dans une guerre dégoûtante, une guerre sans honneur que nos chefs ont déclenché sous prétexte de défendre ce même drapeau!

Nous sommes devenus au fil des jours des marginaux dans notre société et pis encore, je ne comprenais plus comment d’un état d’exhibition durant les années 1980 nous sommes arrivés au stade où aucun officier n’osait se rendre à son travail en tenue militaire !

Je lisais la haine dans le regard de la société ; et même mes amis proches, des amis d’enfance, ont pris leur distance et ont décidé de m’éviter. Moi, j’étais toujours le même, je n’avais pas construit de villa et je ne conduisais pas un véhicule neuf. Bien au contraire, faisant partie de la grande majorité qui constitue cette grande muette, j’arrivais à peine à joindre les deux bouts à la fin de chaque mois. Ces difficultés se sont répercutés au sein même de ma propre famille. Je m’absentais très souvent, je rentrais chez moi en permission pour une semaine au bout de plus de deux mois d’astreint et finalement je n’arrivais plus à gérer la situation.
Les disputes sont devenues fréquentes et je voyais mes enfants se perdrent au milieu de tout cela. La peur, le mépris et la méfiance et même la panique ont pris place dans ma vie et je me posais la perpétuelle question : Pourquoi ? Nous nous sommes engagés pour servir l’Algérie, construire une nation, poursuivre le combat ; et nous nous sommes retrouvés pris dans un engrenage infernal, immonde.

En tant qu’officier, je n’étais plus convaincu de la légalité de ma mission et au fond de moi je voulais bien souvent trouver du bon sens dans ce que je faisais, du courage pour continuer. Mais à mesure que le temps passait ma lassitude devenait plus grande et mon désarroi plus envahissant par ce que je voyais jour après jour, par ce que j’apprenais et par les mauvaises nouvelles qui faisaient notre quotidien. L’odeur de la mort nous a submergé et à l’annonce de la perte d’un ami ou d’un collègue le silence était de mise et chacun de nous devenait blême !
Pourquoi avions-nous si mal sans oser l’admettre ?
Je n’arrêtais pas de m’interroger sur les raisons de ce mal invisible mais poignant!
Est- ce la peur de mourir…, je me sentais déjà mort, pas dans mon corps mais dans mon âme !
Est ce le grade…, il n’avait déjà aucune importance !
Est-ce la crainte pour mes enfants…, ils avaient déjà honte de révéler que leur père était militaire.

On portait tous et malgré nous l’étiquette de voleurs et d’assassins !

Ne sommes-nous pas réellement ce bâton dans la main d’une bande avide de sang ne pensant qu’à ses intérêts hypocrites et malsains ?
Que seront devenus ces sanguinaires s’ils n’avaient pas trouvé en nous ces âmes faibles, égoïstes et mesquines, qu’ils ont manipulé à leur guise.
Ne sommes-nous pas aussi complices de notre tragédie ?

Oui, nous le sommes par notre silence et notre résignation à survivre dans l’attente de jours meilleurs tout en courant derrière les besoins quotidiens. El gouffa, ce phénomène étrange, magique qui dans toute la hiérarchie militaire et à tous les échelons, prend des proportions différentes, des formes différentes mais toujours dans l’exubérance.
El gouffa, cette obsession qui passionne à chaque niveau, elle va de la simple forme que connaît tout un chacun à d’inestimables présents.
El gouffa cette maladie vicieuse, dès qu’on s’y habitue, on ne peut plus s’en libérer. El gouffa cette fonction qui prime sur tous les grades.

Qui n’a pas été séduit par cette fameuse gouffa ? Elle ne nous coûtait absolument rien. El gouffa a créé un état d’esprit nouveau, nos femmes ne distinguaient plus entre le chef et le subordonné. Que pouvait répondre cet officier à sa femme qui lui demandait s’il serait enfin promu adjudant, faisant allusion à son voisin, qui d’après elle, ramenait chaque soir chez lui « koul kheir ».
El gouffa est devenue un critère de promotion au grade supérieur, sinon comment expliquer, ce colonel, commandant une division blindée (devenu général récemment) faire des colis à son chef supérieur en l’occurrence le commandant des forces terrestres et en désignant un officier pour cette mission ; c’était selon la saison, une fois du miel d’abeilles, une autre fois de l’huile d’olive, des amandes… etc.

El gouffa on la voyait chaque jour sortir bien garni des casernes vers des destinations diverses et variées, le soir dans les même casernes, la troupe (les soldats) rentrait de sa permission de spectacle (pour quelques heures) munie de toutes sortes de sachets pleins de nourriture. Quel est l’officier qui devant ce spectacle aussi désolant aussi déshonorant, ne baissait pas les yeux, n’osant même pas regarder en face une vérité aussi crue.
Cette troupe qui ne mangeait pas à sa faim, est contrainte à aller s’approvisionner à l’extérieur et à ses frais. Lequel parmi nous n’est pas conscient que l’on a toujours mangé et fait manger ( d’une manière ou d’une autre) à nos enfants du  » haram « ! On continue toujours à le faire et malheureusement on est devenu esclave de cette maudite gouffa.

Quel est l’officier qui a eu le courage de dire non, basta ! Et advient que pourra. Non, on a préféré pour la majorité jouer le jeu et par notre bassesse on s’est encore une fois laissé faire, alors qu’au somment du commandement c’est toute l’Algérie qui est mise sur la table et devisée, une proie de toutes les convoitises.

Pour quoi continuer de se taire alors ? Est ce de peur de se retrouver éloigné de ses enfants, mais que pouvait-on encore perdre, on avait déjà tout perdu, même nos âmes que l’on a vendu au diable.
Je me demandais s’il restait en nous un brin de fierté, oserions nous nous regarder droit, en face, devant un miroir et se dire que nous sommes des hommes ; rentrer le soir chez soi jouer le  » macho « , quelle honte!

Je ne peux dire que j’ai fait ce que je devais faire mais je reconnais que je suis soulagé de pouvoir crier et dire que malgré tout j’ai fini par dire non…Je refuse de faire partie de ceux qui coupent les arbres de la forêt pour en faire des cercueils…je refuse d’obéire a des généraux qui dépouillent les cadavres et battissent les fortunes…Je refuse de me taire car comme dit notre proverbe :  » Ma yenfaa ghire assah  » et pour moi assah c’est el bled.

Puissent nos enfants nous pardonner ce que nous avons fait de l’Algérie.
Puissent les mères de l’Algérie nous pardonner notre silence, notre égoïsme, nos indifférences, nos complicités et nos compromissions accablantes.

L’histoire ne pardonne jamais !
Le Commandant Abdelhamid Hasni

 

elgasmiredouan

Témoignage

Du Lt-Colonel

Redouane Elgasmi

 

 

Pour l’honneur de l’Algérie et la gloire de son nom.

Je ne sais pas comment un tel jour est arrivé ; ce jour où il fallait que je prenne la décision de dire :  » non !  » Je n’ai jamais pu imaginer, un seul instant depuis la date de mon engagement au sein des rangs de l’Armée Nationale Populaire, que le moment viendrait où je serai aussi malheureux et révolté par tout ce que j’ai vu au siége du MDN durant cette décennie.
Moi qui n’ai jamais discuté un ordre (ceux qui me connaissent depuis longtemps peuvent témoigner des mes états de service), je suis arrivé au stade où je ne pouvais plus suivre les instructions que je recevais ni les notes de services qui me parvenaient, tellement elles étaient contraires avec ma déontologie de militaire vu que mon engagement au sein de l’ANP a toujours eu un seul et unique but : servir l’Algérie de toute mon âme.

Je découvre qu’il est difficile d’interpréter mon chagrin et ma déception tant il est pénible de trouver les mots qui puissent traduire fidèlement le sentiment de rage et le bouleversement provoqué par le déchirement intérieur des années passées à cautionner ce qu’il conviendrait d’appeler justement une mafia institutionnalisée.

Je me suis rendu compte au fil des jours que je devenais étranger dans un milieu qui n’avait rien à voir avec l’institution vertueuse que j’ai connu, il y a fort longtemps.
Au fond de moi, les incompréhensions se sont entassées et ont amené le doute, et le doute a généré les interrogations, un enfer qui n’en finissait pas. Comme beaucoup d’autres officiers qui ont été dans mon cas et qui ne pouvaient rester sourds à leurs consciences, je me devais de faire quelque chose pour mettre fin à la controverse qui me rongeait et chasser la malédiction infernale qui s’abat sur mon pays !
Je voulais en fin de compte surtout comprendre qui sommes-nous, la nature de notre mission en tant qu’officiers d’élite et où allait l’Algérie ? Il est vrai que nous avions depuis bien longtemps appris à obéir les yeux fermés, mais au fond de moi après des années de loyaux services tout sonnait faux ; rien de ce que je faisais ne pouvait en aucune façon que se soit servir mon pays ou rendre son peuple plus heureux, la preuve est le résultat au jour d’aujourd’hui, une réalité dure qui est une complète négation de ce qui a fait la gloire de notre révolution!

Je ne sais pas comment je pourrais rendre compte à mon peuple, je ne sais pas comment je pourrais expliquer ce qui est arrivé. Je ne trouve pas d’excuses, ni d’arguments pour convaincre ceux qui m’entourent que ce que nous avons entrepris n’avait qu’un objectif : la sauvegarde de l’Etat ! J’ai souvent vu des officiers fuir leurs responsabilités en les diluant dans le tas général de la basse besogne ; j’ai vu les gens changer pour devenir en fin de compte des loques humaines, des machines à tuer, des engins de la mort pour qui la parole du commandement est plus sacrée que la loi divine ; J’ai vu des principes bafoués, une Algérie changée, une armée trahie par ses chefs, mais par-dessus tout une Algérie meurtrie et un peuple pris en otage !

Ce qui est sûr, c’est que je ne pourrais jamais adopter l’attitude lâche pour dire que c’est la faute aux autres, trop facile et trop simpliste à la fois ! Je peux affirmer que sommes tous responsables, nous sommes tous complices, nous sommes tous coupables! Nous avons tous contribué, chacun selon son degré de responsabilité, à la perte de l’Algérie.

Je crois avec la certitude la plus tenace, que bien des vies auraient pu être épargnées si le commandement avait fait preuve de sagesse surtout durant les premiers moments critiques qui auraient fait toute la différence. Mais en tant que militaires, si nous avons failli à notre mission, c’est par ce que le commandement a failli, ce commandement qui n’a jamais été à la hauteur. Oui nous avons failli, contrairement a ce que tente de faire croire le chef d’Etat major ; nous avons failli à rendre l’Algérie meilleure ; nous avons failli à rendre l’Algérie prospère ; nous avons failli à semer l’esprit de novembre dans les générations qui vont bâtir l’ANP de demain.

Le courage nécessaire qu’il m’a fallu pour témoigner de ce qui s’est passé en Algérie, je l’ai puisé dans ce que j’ai vécu durant mon service ; je l’ai appris dans les regards de ceux qui ont souffert, de ceux qui ont payé chèrement l’incompétence d’un commandement qui n’a qu’un seul objectif : Rester au pouvoir et s’enrichir le plus possible.

Je voudrais tellement savoir qui de nos chefs accepte d’endosser à lui tout seul les conséquences de la catastrophe qui a détruit le pays ? Qui va oser léguer une telle feuille de route pour les générations futures ?

Je ne pouvais pas tourner le dos comme beaucoup et dire que le pays ne compte pas plus que ma personne ! Même avec le silence le plus lourd et le plus tranchant beaucoup d’officiers veulent une Algérie meilleure où il fait bon vivre et non mourir ; une Algérie où la cupidité des hommes s’efface devant la justice et l’intérêt général. Ces officiers sont très nombreux et condamnent fermement ce qui se passe, mais comme beaucoup d’autres avant eux ont perdu leurs vies en faisant la même chose, ces voix qui condamnent restent muettes en attendant le jour  » J  » pour libérer les cris qui s’enfouissent et les étouffent.


La lutte contre le terrorisme que nous avons mené n’a pas été des plus propres et les méthodes engagées à ce but étaient pires que ce que je pouvais imaginer. Quand j’ai vu le certificat de réception des cinq milles barils de Napalm, je suis resté sidéré ; rien que le mot : Napalm sur le document avait soulevé tout un chapitre de l’histoire qu’on m’a minutieusement appris!
Le comble c’est que je me suis rendu compte que nous avons créé des menaces là où il n’y en a jamais eu. Des leurres et des arguments nécessaires au commandement pour des besoins tactiques que nous ignorions !

Après avoir suivi la conférence de presse du chef d’Etat major Mohamed Lamari le 02 juillet je me suis longuement demandé :

Pourquoi les généraux veulent-ils à tout prix assimiler systématiquement toutes les accusations qui sont portées contre eux comme des attaques contre l’institution militaire ?

Pourquoi se vouent-ils, avec une férocité extraordinaire, à faire admettre que l’honneur de l’Algérie est intimement lié aux leurs ?

Pourquoi croient-ils qu’ils sont des êtres liturgiques qu’il faut adorer, vénérer et auxquels il ne faut rien reprocher sous peine de tomber dans la disgrâce et l’incrédulité.

Avec mon expérience je peux dire, qu’à force d’impunités cumulées, de crimes impunis et de libertés infinies, ces généraux ont fini par croire qu’ils sont incontestablement au-dessus de la loi, pis encore que nous-même officiers sont à leurs ordres tels des chiens aux pieds de leurs maîtres !

Ce qui est certain, c’est que le terrorisme  » dont Lamari parle  » ne disparaîtra que lorsque les généraux responsables de cette catastrophe seront bannis de l’ANP. Coupables à plus d’un titre pour ce qui arrive en Algérie, il ne pourra y avoir aucune solution, tant sur le plan politique que sécuritaire aussi longtemps qu’ils resteront en fonction.
Il ne fait plus aucun doute au jour d’aujourd’hui que les masques sont tombés et que toutes les stratégies démoniaques mises sur pied par le  » cabinet noir  » n’ont eu qu’un seul et unique objectif : Amasser les fortunes et construire les empires sans rendre des comptes.

J’ai vu, dès le début, comment la violence a été instrumentalisée ( l’attentat de l’aéroport Houari Boumediene étant un exemple flagrant), le GIA qui reçoit toujours ses ordres des officiers du DRS qui l’ont créé, reste une arme redoutable et un paravent infaillible pour la soumission et la servilité du peuple algérien. Avec leur GIA, les bourreaux prennent en otage toute une nation qu’ils déchirent à chaque fois que des voix se lèvent pour réclamer la liberté et dénoncer les abus.

Tous les experts militaires ( même ceux que le commandement a chargé de faire des études stratégiques sur-le-champ au début des années 90) s’accordent à dire que: Quand on a à faire à un nombre aussi élevé de terroristes ( 27 000) on n’a plus à faire au terrorisme conventionnel mais à une révolution armée en bonne et due forme ! En 1992 il y’avait à peine quelques centaines d’éléments répertoriés dangereux par les services du DRS sur tout le territoire national. Les 27 milles terroristes dont Mohamed Lamari parle, ne sont pas tombés du ciel, ils ont été expertement constitués et soigneusement entretenus par les cercles occultes qui avaient besoin d’un alibi solide afin de mener à bien leurs plans.

 » Le terrorisme est vaincu mais l’intégrisme est intact  » ! Une déclaration de guerre en bonne et due forme contre le peuple algérien. Mohamed Lamari qui ordonne toujours à ses égorgeurs de lui rapporter les têtes de ses ennemis étale au grand jour ses convictions et plaide sans aucun scrupule pour l’éradication tout azimut.

Le peuple algérien est un peuple intégriste, dans son éducation, dans son travail, bref dans sa vie de tous les jours. C’est l’intégrisme du peuple algérien qui a donné la révolution de novembre, c’est l’intégrisme du peuple algérien qui a fait des miracles, c’est l’intégrisme du peuple algérien qui a permis à un ex. sous-officier de l’armée française de devenir chef d’Etat major de l’ANP !

Que reste-t-il de l’Algérie des grandes valeurs de la révolution de novembre ?
Que reste-t-il de l’Algérie des grands rêves qui ont disparu avec les martyrs ?
Que reste-t-il de l’Algérie des valeurs qu’on nous a méticuleusement inoculé ?
Que reste-t-il de l’Algérie ? Un peuple candidat à l’exil ; un peuple déshonoré, humilié, meurtri.

Aujourd’hui, Mohamed Lamari souhaiterait un peuple sur mesure, il veut éliminer toute la population algérienne et la remplacer avec une masse à sa convenance et à sa guise. Benthalha, Raïs, Beni-Messous ne sont tout compte fait que le commencement d’un génocide qui n’a rien à envier à celui de Pol Pot !
L’utopie meurtrière de Lamari et de ses compères a mené le pays vers le fossé, vers le chaos. Je n’ai plus aucun doute que d’ici peu nous allons voir apparaître de nouveaux colons puisque tout est à vendre, tout a été bradé ! Même les terres agricoles ont été pillées, ce qui a donné lieu à de nouveaux khemass, une Algérie d’un autre âge où l’algérien est un étranger sur sa terre.


Où vas cette Algérie ? Est-ce que les responsables sont conscients du chaos qui y règne ?

Ma conviction est que rien ne pourra changer tant que les racines du mal resteront encrées dans les institutions de l’Etat. Ni Bouteflika, ni même un autre président ne pourront apporter l’apaisement, car les vrais détenteurs du pouvoir sont ailleurs !

Il appartient aux hommes qui n’ont jamais viré et n’ont jamais oublié leur raison d’être au sein de l’ANP de créer le changement et ramener la paix à n’importe quel prix !

Le Lt-Colonel Redouan Elgasmi

 

ahmedchouchen

Témoignage

Du Capitaine

Ahmed Chouchen

 

 

L’ancien ministre de la Défense n’aurait jamais dû se risquer en portant plainte contre le sous-lieutenant Habib Souaïdia devant un tribunal français, sachant que des milliers de victimes de la tragédie sont exilés dans le monde. Ces expatriés ont supporté en silence l’injustice et l’oppression du pouvoir avec patience et l’atteinte à leur réputation et leur honneur durant des années est tell qu’au point d’encourager les gouvernements étrangers à leur tour à les chasser et à les emprisonner injustement. L’ex. Ministre de la Défense aurait dû, au moins, faire semblant et assumer les allégations de Souaïdia et les considérer comme sa part du mal et son lot de la catastrophe qui a frappé l’Algérie. Mais ceux qui entourent et conseillent l’ex. Ministre ne sont pas ceux qui souffrent de ce qui se passe en Algérie; aussi, ils ont pensé que ce procès renforcerait leur pouvoir et leur ouvrira le domaine de la pratique de l’assujettissement et de la Hogra en dehors des frontières algériennes. Mais ce que ces irresponsables conseillés ne veulent pas comprendre, c’est que ceux qui ont refusé de s’impliquer dans les massacres et qui ont renoncé à leurs droits légitimes et ont préféré l’exil à la confrontation sanglante avec les fils de leur pays, ces hommes-là, ne sont ni des incapables ni des lâches, mais ils sont plus forts dans la confrontation et plus solides devant la vérité que ceux impliqués dans les bains de sang. Aussi et sur cette seule base, ont intervenu les témoins algériens en faveur de Souaïdia. Durant ce procès les témoins de la défense étaient tous unanimes malgré les différences dans leur appartenance politique, leur profession, leur âge et leur culture. Ils ont dit d’une seule voix : non à la falsification de l’histoire et non à la politique du fait accompli.

Le ministre de la défense est arrivé au tribunal accompagné du Premier Ministre et entouré de quelques ministres et de semblants de ministres ; chacun apportant avec lui, des copies de dossiers de l’Etat algérien. Ce show officiel a transformé l’affaire en un jugement de tout le système algérien. Les témoins de Nezzar ont essayé de démontrer que la décision du commandement d’arrêter le processus électoral et de pousser le Président de la République à la démission avec toutes ses conséquences, comme les arrestations arbitraires et les sanctions collectives, étaient des procédures légales et constitutionnelles. Ce sont là des propos que personne ne peut croire à plus forte raison un tribunal fondé sur la démocratie. Ceci a fait dire à un avocat s’adressant au Premier Ministre :  » Votre constitution permet-elle d’arrêter les citoyens, de les torturer et de les emprisonner durant trois ans puis les libérer sans jugement, ni vérification des raisons de leur arrestation ? Vous n’avez pas honte de reconnaître tout cela sans dire que tu regrettes les victimes et vous prétendez que vous défendez la démocratie ? « 

Quant au ministre de la défense et en voulant se défendant, il a terni la réputation de ses collègues et même ex. Chefs (comme le general Mohamed Attailia), les généraux algériens, en disant qu’ils sont des analphabètes et ne comprennent rien du tout, bien que certains soient plus anciens que lui dans l’armée et plus gradés, ce qui a fait dire à l’un des avocats en s’adressant au tribunal :  » regardez le niveau des généraux qui ont décidé de l’avenir de l’Algérie. « 

Les insultes de Nezzar ne se sont pas limitées aux généraux, mais elles ont touché toute la classe politique algérienne sans exception quand il les a qualifié de  » cheptel « . Ceux qui ont terni la réputation de l’Algérie dans ce procès sont ceux qui ont accompagné Nezzar en voulant se dérober de leur responsabilité au détriment des institutions de l’Etat – de la Présidence à la classe politique.
Quant aux interventions des témoins de la défense, elles étaient axées sur la gravité des décisions prises par le commandement militaire en janvier 1992 et les dérapages qui ont suivi conduisant le pays à la situation tragique que nous vivons aujourd’hui. Ils ont exigé de Nezzar de ne pas se dérober de sa responsabilité en tant que premier responsable militaire en présentant des exemples réels démontrant que les décisions citées ci-dessus étaient prises en toute connaissance de cause malgré les multiples appels et les avertissements répétées de la part d’Algériens sincères.

Je me limite ici à la reproduction, en toute fidélité, de mon intervention personnelle en tant que l’un des témoins de la défense. J’ai demandé à parler en arabe mais eu raison du faible niveau du traducteur, on m’a demandé de parler en français et c’est ce que j’ai fait :

Je me suis présenté succinctement et j’ai exposé, selon les questions des avocats, les points suivants :

1 – les raisons de mon arrestation le 3 mars 1992 et ma correspondance avec le ministre de la Défense

La vraie raison de mon arrestation est la conviction du commandement que ma présence menaçait leur projet de confrontation armée contre la majorité du peuple, projet contre lequel je me suis opposé publiquement et à haute voix. Mais la cause directe est que beaucoup d’officiers et de sous-officiers étaient très irrités par les décisions du commandement et de leurs conséquences ; à savoir l’oppression de la majorité du peuple au point où ces militaires ont voulu assassiner le commandement militaire pour lever l’injustice. En effet, et en raison de ma bonne réputation dans l’armée et de la confiance dont je jouis parmi les officiers et les sous-officiers notamment au sein des forces spéciales, des dizaines de militaires m’ont dévoilé leurs intentions et ont demandé mon avis sur la question.
Bien que j’étais persuadé de la légitimité de leurs intentions, je ne pensais pas que l’assassinat du commandement réglerait le problème ; Alors, je les leurs ai conseillé de ne pas y penser. Aussi, aucun militaire, parmi ceux que je connaissais, n’a tenté quoi que se soit et personne n’a eu connaissance de ce qui s’est passé qu’après notre arrestation le 3 mars 1992.

Malgré que j’ai signé un procès-verbal d’interrogation m’imputant de grave accusations parmi lesquelles : L’atteinte à la sécurité de l’Etat, la constitution d’une armée secrète au sein de l’Armée Nationale Populaire et la division du territoire national,… etc. j’ai écris de ma prison, au ministre de la Défense Khaled Nezzar lui confirmant mon refus des décisions prises par le commandement et relatives à la destitution du Président, à l’arrêt du processus électoral et à l’implication de l’armée nationale populaire dans la confrontation armée contre le peuple.
J’ai présenté les arguments et les exemples qui montraient que ces décisions conduiraient l’Algérie à une réelle catastrophe et que personne ne pourrait maîtriser les dérapages qui y découleraient et que l’armée n’est pas qualifiée pour réaliser la folle ambition du commandement. J’ai conseillé Khaled Nezzar de revoir ses décisions et de coopérer avec les sages afin de trouver une solution à la crise ; à la fin, je l’ai rendu totalement responsable des conséquences de ses décisions, au présent et au futur s’il ne révise pas ces décisions.

Aujourd’hui, je ne suis pas là pour juger quiconque ou porter atteinte à sa réputation, mais je suis là pour exiger de monsieur le ministre de la défense de prendre ses responsabilités avec le même courage avec lequel il a pris ses graves décisions qui nous ont conduit à la situation tragique que nous vivons. Je luis dis aussi, que votre prétention de sauver l’Algérie de ce qui est pire ne vous dégage pas de votre responsabilité de ce qui s’est passé. J’ai discuté le contenu de ma lettre, un mois après son écriture, avec le général-major, Gaïd Salah, commandant de la troisième région militaire, et avec une délégation sous la présidence du chef d’état-major, le général-major Guénaïzia, à la prison militaire de Bechar tout en étant convaincu que le commandant Ben Djerrou Dhib Djabbalah qui a pris la lettre, l’avait remise à monsieur le ministre de la défense à l’époque parce que ce dernier supervisait personnellement mon affaire et je ne pense pas que monsieur le ministre démente cela (en effet, le ministre n’avait fait aucun commentaire).


2 – Les événements de Bérrouaguia

Je considère ce qui s’est passé dans la prison de Bérrouaguia est un crime caractérisé contre l’humanité, exécuté par un groupe des forces d’intervention spéciale de la gendarmerie. Sous un feu nourri, ce groupe a pris d’assaut le bâtiment dans lequel se sont réunis plus d’un millier de prisonnier et ont tué 50 personnes dont les corps furent, soient brûlés, soient mutilées et ils ont blessé, par balles pas moins de 500 prisonniers. Sans l’intervention du procureur de la République qui s’est mis entre les gendarmes et les prisonniers, la catastrophe aurait été plus grande. Deux avocats m’ont rendu visite, sur autorisation du cabinet de la Présidence et je l’ai informé que ce sont les gendarmes qui ont commis ce massacre et non les prisonniers comme l’a prétendu la télévision algérienne. Les prisonniers furent battus avec des barres de fer durant deux mois. Ceux qui ont exécuté cette opération sont des criminels et personne n’a le droit de justifier ce qu’ils ont fait, sous quelque appellation qu’elle se soit.

C’est là, l’un des aspects des dérapages générés par les décisions du commandement parce qu’elles ont ouvert largement la porte devant les malhonnêtes et les criminels et ont bloqué toutes les issus devant les honnêtes gens parmi le peuple. L’inconscience du commandement en la matière ne le dégage pas de sa responsabilité parce que bien que je n’étais un simple officier j’étais conscient de la gravité de cette affaire.

Il y a un second exemple de dérapages ; il s’agit des événements de Guemmar. Au début, une vingtaine d’adolescents environ ont commis un crime affreux sur un sergent de l’ANP et se sont emparés des armes individuelles du dépôt du poste de garde frontalier à Guemmar. Ces adolescents ont été induits en erreur par un ancien caporal des forces parachutistes. Il est vrai que le crime est affreux et mérite la plus grande sanction et je suis d’accord avec le ministre de la défense sur cette question. Mais que le ministre apparaît personnellement à la télévision et déclare la guerre à toute la région et l’a mis à la merci des groupes des forces spéciales qui humilient des dizaines de milliers de citoyens, volent leurs biens et arrêtent et torturent des centaines de personnes ; des dizaines furent jugés injustement et d’autres innocents condamnés à mort à tort ; En outre et après la récupération des armes volées, 24 adolescents qui ne savent même pas manier les armes, furent assassinés et les corps de certains d’entre eux brûlés et mis dans des sacs de poubelles puis exposés en public. Tout cela ne peut être qualifier que de crime contre l’humanité. J’ai personnellement informé le chef d’état-major de ce qui se passer. Que le ministre de la défense sache que son intervention à la télévision et de cette manière et sa supervision directe des opérations ne peut signifier qu’un feu vert à tous les criminels dans les rangs de l’armée !

3 – l’échec de mon kidnapping de la prison d’El Harrach et les choix du chantage

Ceci est un autre exemple des dérapages auxquels avaient conduit les décisions du commandement. Après avoir purgé ma peine d’emprisonnement décidé par le tribunal militaire et le jour de ma sortie le premier avril 1995, un groupe d’officiers de la sécurité de l’armée (DCSA) m’ont kidnappé de l’intérieur de la prison et ce, après avoir terminé toutes les procédures officielles de sortie ; et si vous consultez le registre de sortie de la prison d’El Harrach, vous trouverez ma signature.
En réalité, je n’avais pas été libéré mais j’étais kidnappé par les mêmes personnes qui ont procédé à mon interrogatoire en 1992 et j’ai subi le même traitement terroriste et m’ont affirmé que je ne sortirai pas vivant (de la caserne du CPMI à Ben Akoun).
Puisque j’étais au courant de la nature criminel de certains services de sécurité, j’ai préparé au préalable un plan de réserve pour faire échec aux actions probables parmi lesquelles mon kidnapping de l’intérieur de la prison. Aussi je me suis mis d’accord avec deux avocats afin qu’ils dévoilent l’opération au moment opportun et c’est ce qui s’est passé exactement ; Ainsi les médias et les organisations des droits de l’homme ont révélé l’affaire du kidnapping et ont demandé l’intervention du Président algérien Liamine Zeroual. Ainsi, Dieu m’a sauvé grâce à ce plan sinon j’aurais été aujourd’hui, au compte des disparus !

Après l’échec du kidnapping, le commandement des services de sécurité a adopté, avec moi, la méthode du chantage. Le général-major, Kamel Abdelrahman lui-même, m’a dit que certains aux seins des services de sécurité ont décidé mon élimination et que je ne peux échapper à cette peine qu’en travaillant sous son autorité personnelle ; et m’a promis une promotion instantanée au grade de colonel et de mettre à ma disposition tout l’argent que je veux. Mais ma réponse était claire : je lui ai dit que j’étais prêt à coopérer avec lui sans aucune contre-partie à condition de revoir leur politique vis-à-vis du peuple sans exception et que l’intérêt de l’Algérie prime sur toute autre chose.

Après la première rencontre, ils m’ont proposé de participer à un projet d’assassinat des chefs du FIS en clandestinité qui ont pris les armes et ils m’ont cité à ce titre: Mohammed Said, Abdelrazak Redjem et Saïd Makhloufi. Je me suis étonné après la citation des cibles en leur disant que ces personnes sont des politiques et ont été forcées de prendre les armes ; et il est possible de trouver, avec eux, des solutions qui préserveront les droits de tous les Algériens et éviteront de faire couler plus de sang. J’ai aussi dis :  » si vous m’avez parlé de l’assassinat de Djamel Zitouni qui a reconnu sa responsabilité dans le massacre des femmes et des enfants, ma mission aurait été plus compréhensible !  »

A ce moment, le colonel Bachir Tartague m’a interrompu avec virulence et m’a dit :  » laisse Zitouni tranquille, il est des nôtres et c’est avec lui désormais que tu travailleras, nous t’organiserons un rendez-vous avec lui.  »

Lorsque la discussion a atteint ce niveau ma stupéfaction était complète et je n’avais d’autre choix que de faire semblant d’accepter toutes les proposions. Je voulais gagner un temps précieux qui allait me permettre de me préparer pour quitter l’Algérie le plutôt possible.
Lorsqu’ils m’ont fixé un rendez-vous avec l’un des intermédiaires afin d’organiser ma rencontre avec Zitouni, je ne suis pas parti au rendez-vous grâce à l’aide d’un avocat. J’ai pu quitter l’Algérie le 19 novembre 1995 par les frontières maliennes. Après un long périple en Afrique de l’ouest je suis arrivé en Grande Bretagne le 19 novembre 1997 où j’ai demandé l’asile politique qui m’a été accordé conformément à la convention internationale de 1951 le 21 juin 1999. Depuis cette date je vis en Grande Bretagne.

Lorsque j’ai terminé mon intervention, le ministre de la défense s’est levé pour commenter mon témoignage et a dit :
 » Je connais le capitane Chouchane et je le respecte et je respecte ses convictions. Je pense que je l’ai désigné dans une commission militaire de grande importance si je ne me trompe pas, mais je sais aussi qu’il est un islamiste convaincu et adopte le discours des islamistes. En ce qui concerne son affaire, j’ai été informé qu’il a eu des contacts, en avril et en mai 1991, avec Saïd Makhloufi et Abdelkader Chebouti ; ces derniers avaient constitué des organisations islamiques armées et a reconnu devant le juge d’instruction qu’il a reçu des ordres de la direction du FIS pour observer l’attitude de l’armée. Quant à l’affaire de Guemmar, je ne sais d’où Chouchane a ramené ses chiffres, parce qu’on a perdu sept militaires et non un et les personnes sanctionnées étaient des éléments dangereux ; et l’implication du FIS, d’une manière ou d’une autre, était claire. De même, le MAOL, appartenant aux islamistes, diffuse des informations sur l’armée sans même connaître les prérogatives des membres du commandement militaire ; Moi, je les connais, qu’ils se mettent en rang pour les compter, ils ne dépasseront même pas le nombre des doigts de la main. « 

C’était là, l’intervention du ministre pour commenter mon témoignage.

On m’a accordé quelques minutes pour lui répondre et j’ai dit :  » Je ne sais pas pourquoi, le ministre a parlé de mes contacts avec Saïd Makhloufi et Abdelkader Chebouti, mais je confirme ma rencontre avec ces deux citoyens algériens à l’instar des autres officiers et sous-officiers ; l’objectif de la rencontre était légitime ; en effet, le déploiement des forces armées sur tout le territoire national, sa mise en état d’alerte maximum et les provocations que subissent les citoyens ont fait craindre à beaucoup d’entre eux, que l’armée commet des massacres comme ceux subis par les islamistes en Syrie, en Egypte et en Irak. Si nous, les militaires, nous étions mécontents du comportement agressif du commandement, les islamistes ont plus de raisons d’avoir peur. Aussi ils nous ont contacté pour s’assurer les intentions non criminelles du commandement militaire, je leur ai confirmé que je ne prendrais pas les armes contre un Algérien civil et qu’ils ne devraient pas devancer les événements et de respecter les ordres de la direction politique. Ces rencontres avaient permis d’éviter de couler le sang en 1991 et je défie le ministre de la défense et tous les services de sécurité de prouver que Saïd Makhloufi et Abdelkader Chebouti ont accompli une action armée avant mon arrestation le 3 mars 1992. C’est la raison pour laquelle j’ai refusé de coopérer avec les services de sécurité pour arrêter ces deux hommes en 1992 comme j’ai refusé de participer dans le complot de leur assassinat en 1995 parce que je crois qu’ils sont des victimes du despotisme du pouvoir. « 

Là, j’ai terminé mon temps de parole et la séance fut levée.

Je veux continuer, ici, ma réponse au ministre afin de mettre les points sur les i.
En ce qui concerne l’affaire de Guemmar, j’ai parlé des pertes dues au crime lui-même c’est-à-dire un sergent tué et 20 armes volées. Et il était possible de limiter les pertes en vies si l’affaire était traitée dans son contexte local. Mais c’est l’obstination du commandement à mobiliser des sections des différentes armées pour pourchasser des adolescents encerclés, ne sachant pas manier les armes, qui a augmenté le nombre de morts à 60 dont 24 adolescents tués par les forces spéciales et sans qu’aucun soldat ne soit blessé. Quant aux six militaires dont a parlé le ministre, ils étaient tués par leurs collègues par erreur et l’affaire est connue parmi les soldats des forces spéciales ; le ministre ne devrait pas creuser un peu plus cette affaire parce que son odeur sera nauséabonde.
Quant à ma relation avec le MAOL, le ministre sait que je suis très clair et si j’étais membre dans cette organisation, je l’aurai déclaré fièrement, mais je ne suis pas membre et personne ne m’a proposé d’y adhérer jusqu’à maintenant. De même, la nature confidentielle des informations que publie le MAOL n’a pas de relation avec ma spécialité ; je n’ai pas travaillé, durant tout mon service, dans les secrets du commandement de l’armée, mais j’ai rempli mes missions dans le domaine de l’entraînement et des opérations avec les soldats et les officiers et j’ai eu la confiance des chefs et des subalternes jusqu’à mon arrestation, comme vous le savez monsieur le ministre. Malgré cela, je ne cache pas ma relation fraternelle avec certains membres de ce mouvement que j’ai connus lorsque j’ai quitté l’Algérie et qui mérite la plus grande considération et le plus grand respect.

Quant à l’allégation du ministre que le mouvement est de fabrication islamiste, c’est faut sans aucun doute parce qu’il est confirmé qu’il n’adhère pas au projet islamique et ne désire pas coopérer avec les islamistes et ses éléments connus étaient dans le front anti-FIS jusqu’à 1995 avant qu’ils ne découvrent la nature criminelle des décisions du commandement.

Quant à ma relation personnelle avec les islamistes, je confirme qu’elle n’est qu’une relation normale comme toutes mes relations avec les autres Algériens ; Comme je démens catégoriquement ce qu’a prétendu le ministre concernant le fait que je reçois mes ordres de la direction du FIS ! La vérité est que j’ai refusé l’accusation des cheikhs du FIS injustement lorsque j’étais sous la torture ; et si cela était vrai, pourquoi ils ne l’ont pas cité dans les chefs d’accusation contre la direction du FIS et pourtant j’étais en prison lors de leur jugement ? Mais ce que monsieur l’ex. ministre n’a pas dit, c’est que le papier qu’il avait entre les mains lorsqu’il commentait mon témoignage n’était autre qu’une partie du procès-verbal de mon interrogatoire au centre de torture de Ben Akoun en mars 1992.

Il aurait été plus honnête de ramener tout le PV ainsi que la lettre que je lui ai envoyé. Malgré cela, je confirme que ma relation avec le projet islamique est fondée sur une conviction profonde, qui ne souffre d’aucun doute, que c’est le projet idéal pour le bonheur de l’humanité dans la vie ici-bas et dans l’Au-delà ; et je ne suis pas concerné, dans cette attitude par ce qu’adoptent les partis islamiques eux-mêmes ou ce que prétendent les ennemis des islamistes. Si les gens étaient honnêtes et justes, ils découvriront la Vérité. Mais l’ex. ministre de la défense et ses conseillers parient sur les suites du 11 septembre et croient que l’Islam est devenu une accusation dangereuse, aussi il faut coopérer pour pourchasser ceux qui se cachent derrière et c’est la raison pour laquelle ils tournent autour de cette colonne érodée sans arrêt ; En vérité, ils sont plongés dans un mirage dont ils se réveilleront, un jour, car l’homme juste trouvera sa place sur toute la terre de Dieu et pourra vivre avec tous les hommes quelles que soient leurs races et leurs religions tant qu’ils resteront attachés à leur humanité.

Quant aux prétendus sauveurs de l’Algérie, leur problème est qu’ils ne veulent pas vivre en tant que citoyen en Algérie comme tous les Algériens et ne peuvent supporter de vivre en tant que démocrate en Occident comme tous les citoyens occidentaux ; mais ils se sont habitué à vivre en tant que despotes occidentaux dans l’Algérie oppressée et c’est là une situation étrange qui ne peut ni se stabiliser, ni durer et s’ils reviennent à eux, ils sauront que leurs folles ambitions sont la cause du mal qui a touché tout le monde.

En conclusion, j’espère que les Algériens et les Algériennes qui ont choisi la confrontation avec la majorité du peuple révisent leurs positions et arrêtent leur mensonge et leur injustice et tirent les leçons de ce qui s’est passé, sinon la machine de la destruction qu’ils ont conduit en 1992 les écrasera un jour. En ce qui concerne le peuple algérien et quel que soit le nombre de ses victimes, il se relèvera haut et fort avec ses principes inébranlables et sa glorieuse histoire que les hommes d’honneur ont construit à travers ses siècles.

Le Capitaine Ahmed Chouchen

 

samirabdi

Témoignage

Du Capitaine

Samir Abdi

 

 

Au Soldat Algérien.

Il a fallu un courage immense pour que j’ecrive ces lignes qui sont maintenant entre les mains du soldat Algérien…..
Un temoignage devant l’histoire, pour la condamnation de la tyranie des services de securite qui ont atteint les limites les plus incroyables dans leur mepris des vies des citoyens et de leur securite, plongeant ainsi l’Algerie dans le noir d’une nuit sans fin.


En tant qu’officier de l’ANP, je porte une part de responsabilite devant l’histoire et devant le peuple, Car le silence est l’allie le plus fort des forces du mal au sein de l’institution militaire, et la peur est le carburant de cette machine infernale qui moissonne les vies humaines.
Pour cette raison mon temoignage ne met pas en cause seulement un groupe de generaux, mais l’institution militaire toute entiere; c’est parceque les atrocites et les crimes n’ont ete commis qu’apres que ce groupe de generaux ait neglige et bafoue l’ANP et la totalite de ses services de securite.

L’incroyable et le plus honteux vient du fait que tous les massacres et les carnages, sont commis sous la baniere de l’interet de la nation , la preservation de la republique et la lutte anti-terroriste avec la complicite de la dite societe civile et des partis microscopiques.

Le secret des tortionnaires a ete decouvert: n’est-il pas temps de l’arreter et de prendre soin de ce peuple meurtrie, egorge? Est-ce-que les enfants fideles de l’Algerie au sein de l’ANP et les services de securite sont convaincu que le remede vient du refus des faux symboles et le jugement de ceux qui ont enfonce l’Algerie dans cette terrible experience, le seul chemin vers la reconquete de la dignite et de l’honneur vient de la reconciliation nationale, et le retour au peuple qui est seul apte a choisir son destin et ceux qui le gouvernent suivant la loi et la constitution. Est-il temps pour nous de revenir a notre mission essentielle qui est la defense du territoire national et la legalite constitutionnelle.

L’histoire n’est pas clemente, et c’est la raison pour laquelle « avec notre nombre eleve » au sein de l’ANP nous souffrons et regrettons ce qui se passe en Algerie entre meurtres et massacres, et tout cela pour qu’une poignée d’opportunistes (soit visible ou dans les coulisses) puisse durer dans les postes de decisions.
Pour tout cela nous incombons la responsabilite de la crise et ses concequences aux generaux decideurs, car l’argument du terrorisme islamiste « GIA » n’est plus valable et ne satisfait plus personne.
Nous sommes au courant plus que toute autre personne de la realite concernant ce groupe »GIA » fictif et ses limites réelles ainsi que ses capacites a tuer et massacrer des villages entiers.

Ceux qui ont planifie et execute le plus ignoble des projets que le monde Arabe ait vu, sont les memes qui qualifient leurs adversaires de terroristes et d’extremistes.

Est-ce que le soldat Algerien est arrive a un stade où il est suffisamment conçient pour ne plus permettre aux crimes de se reproduire.

Nous l’ésperons !
Le Capitaine Samir Abdi.

 

 

 

 

var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=’ » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-1770134-1″); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}

Publié dans DRS(39) | Pas de Commentaires »

L’Hécatombe et la Presse ou les démons du mensonge

Posté par algeriedemocratie le 15 juillet 2009

L’Hécatombe et la Presse
ou les démons du mensonge
 » Il n’est point de secret
que le temps ne révèle « 

Le Général Mohamed
Lamine Mediene Alias Toufik

Préface:

La guerre n’anéantit pas seulement les hommes, les biens et la vie en général, mais détruit également les principes, l’éthique, la déontologie et surtout l’espoir.
En Algérie, rares sont ceux qui savent résister aux charmeurs de la corruption morale et matérielle et la presse comme tout organisme stratégique n’échappe pas à cette règle.
Depuis le début de la tragédie, certains journaux ont perdu leurs essences et leur crédibilité acquises chèrement après les événements d’octobre 88, dans un pays où tous les moyens d’information appartiennent depuis l’indépendance aux décideurs.

Est-ce un hasard si la profession a payé un aussi lourd tribut ?
La mort violente des journalistes algériens et étrangers a dévoilé la détermination de ceux qui veulent à tout prix étouffer la vérité ; abaisser le rideau de fer est pour eux une nécessité afin de mener à bien la politique de l’horreur.
Cette cruauté a permis la neutralité bienveillante de la majorité et la compromission de certains autres ; les meurtres, les menaces puis l’isolement (pour ne pas dire la clandestinité et l’exil) des autres ont fini par anesthésier l’esprit critique et paralyser la quête de la vérité qui ont caractérisé la presse algérienne à l’issue des événements d’octobre 88.

Des journalistes qui ont pris avec des médecins le leadership des comités contre la torture en octobre 88 (avec la participation remarquée de l’actrice Isabelle Adjani), qui ont écris les mémoires d’octobre et sont devenus des portes voix criant leur indignation en répétant « plus jamais ça », se sont transformés en apôtres de l’éradication et en plumes de sangs.

Il est dit :  »On n’a pas le droit de tuer un homme parce qu’on ne connaît pas les images qu’il y a au fond de ses yeux », principe sacré du droit à la différence et du respect d’autrui que bon nombre de journalistes ont sacrifié au nom de la pseudo-sauvegarde de la démocratie que les intégristes veulent décapiter.

Comment expliquer aux communs des lecteurs la conversion rocambolesque d’une presse contestataire et parfois rebelle à l’avant garde de la lutte pour les droits de l’homme et la dignité humaine, en un instrument fatal entre les mains des thaumaturges du cabinet noir. Cette presse qui est devenue une girouette changeant de sens avec les vents des luttes des clans.
Certes dans un pays soumis à des bouleversements en profondeur où les affrontements entre idéologies antinomiques et intérêts divergents ont ouvert la voie à une atrocité meurtrière, le principe sacré du respect de la vie humaine est tombé à la faveur de fatwas d’imams ou pseudo-cheikhs ignares et de muftis incultes made in DRS. Mais le plus grave encore, c’est que la presse qui était le garde fou du champ politique, a fini par céder. Le résultat est connu de tous et les écrits relatifs à ce sujet sont bien loin du non dit ; les cours restent toujours pleins tant que justice n’est pas faite.

Nous ne voulons pas et nous n’avons pas la prétention de faire le procès de la presse ou des journalistes, l’histoire se chargera tôt ou tard d’une telle mission, mais nous tenons par contre à expliquer les mécanismes et les dessous de la manipulation et montrer que la démission des consciences a très largement contribué et d’une façon substantielle au pourrissement de la situation. Notre espoir est que ce dossier puisse contribuer, même de manière très modeste, à la libéralisation des consciences journalistiques, l’assainissement du milieu médiatique et la réhabilitation de la fonction de journaliste ; pour que demain soit meilleur pour ceux qui achètent chaque jour leur journal et qui s’attendent à y trouver leurs souffrances mises à nu afin de pouvoir espérer que le surlendemain sera meilleur !

Le début:

Depuis le renversement de Chadli en janvier 1992, le commandement de l’ANP de l’époque prend en charge la diffusion de toute information touchant de près ou de loin l’institution militaire ou la vie politique du pays. Les moyens de communication sont mis sous surveillance stricte afin de s’assurer du contrôle du reste des événements.
Dans le passé, cette mission délicate a de tout temps été attribué au service presse de la Direction du Renseignement et de la Sécurité qui a mis sur pied au fil des ans un service très spécialisé qui a tissé sa toile autour de tous les médias.
La gestion et la manipulation de l’information est une arme moderne très redoutable qui est employée pour gérer une situation de crise, façonner l’opinion publique et même retourner celle-ci lorsqu’elle est hostile à la politique en cours. C’est une spécialité bien établie dans tous les services secrets du monde, appelée « Média Management ou Crisis Management » et qui a démontré son efficacité plus particulièrement lors de la guerre du Golf.

En Algérie, la DRS n’est pas en marge dans ce domaine, les exemples sont nombreux, mais la pratique la plus connue de tous est la censure classique qui couvre tout le champ politique. Cette opération est assurée par l’intermédiaire de son service presse de manières différentes, mais le but final reste la manipulation psychologique de l’opinion publique nationale et même internationale lorsque le sujet a une dimension internationale.

L’exploitation et la manipulation de l’information sont réalisées par une sous direction de la DRS : le service presse, plus scientifiquement baptisé «service psychologique ». Il est en charge de la «guerre médiatique ». Cette sous direction est basée actuellement au centre opérationnel de Belaroussi (l’ex-centre de support opérationnel technique), situé derrière la cité des Asphodèles à Ben Aknoun et est connu par les introduits dans les milieux médiatiques sous le nom de code CCD.

Le centre Belaroussi, classé très sensible, est commandé par le fameux Colonel Aziz. Il abrite les bureaux du centre de la communication et de la diffusion (CCD) qui est dirigé par le colonel Tahri Zoubir alias Hadj Zoubir.
Si El-Hadj comme il est communément appelé, est comme ses prédécesseurs, en charge du recrutement par n’importe quel moyen du plus grand nombre possible de journalistes (même étrangers), le but est bien simple : la censure passive et active de tout ce qui est considéré comme une information à caractère sécuritaire.

La censure passive est plus classique, elle permet la régulation des moyens médiatiques que ce soit la télévision, la radio, la presse écrite ou très récemment l’Internet (le serveur du Cerist, ANEP, Wissal), et ce par l’intermédiaire d’officiers présents sur place, qui bénéficient de postes importants (bureaux de sécurité) et jouissent d’une liberté d’action sans limites. Chaque bureau de sécurité au sein d’un organisme médiatique comme la TV, la radio, les stations régionales (TV et radios) et l’APS regroupe une petite équipe d’officiers qui veille 24 heures durant sur le bon déroulement des choses. Il est même arrivé qu’un officier soit lui-même le directeur de l’établissement comme cela est souvent le cas concernant le poste de directeur de l’APS (comme le colonel Talmat, décédé en 1996).
La censure active est plus importante car elle nécessite des moyens humains importants à savoir des agents et des spécialistes en communication, capables de créer l’événement et de renverser une situation médiatique hostile.

Ce sont des spécialistes, le plus souvent des étrangers (spin docteurs : ce qui veut dire, des docteurs en renversement de crise), qui tracent les démarches à suivre pour minimiser les retombées médiatiques d’une situation catastrophique (comme ça a été le cas après les massacres de 1997 et 1998).
Dans tous les cas, le CCD a pour mission : la culture du secret dans le seul but de manipuler les masses d’une population en quête de vérité. Rien ni personne ne compte devant la soi-disant raison d’Etat, ce sceau sous lequel bien des vies sont sacrifiées et tant d’autres gâchées.

Tahri Zoubir est un ancien officier issu de la Direction Centrale de la Sécurité de l’armée (DCSA), il a occupé des postes de responsabilités assez importants avant de devenir commandant du CCD. Il a été le sous directeur de la sous direction des points sensibles ; ce qui englobe la sécurité de toutes les enceintes militaires à travers le territoire national. Il a joué un rôle clé lors du départ du général Kamel Abderahman et plus tard dans celui du général Mohamed Betchine qui a été aussi son ancien chef.
El Hadj Zoubir est assisté dans ses taches par toute une équipe d’officiers qui sont :

*Le colonel Smail Hallab du corps de la gendarmerie nationale qui commande un service de soutien à Zoubir depuis le quartier général à Bab Djedide.

*Le colonel Kamel originaire de la DRS avec ses hommes qui sont : les commandants Hamdi Amalou et Omar Bououne, le capitaine Amine et le lieutenant Salah du service analyse de la DRS.

*Le commandant Miloud Originaire de la DCE et le Capitaine Hamza Originaire du centre opérationnel « Antar » et qui travaillent tous deux pour le compte de Smain Lamari.

*Les adjoints directs de Zoubir, originaires de la DCSA tout comme lui, sont : les commandants Djilali et Samir.

*les Capitaines Djamel, Mohamed et Boudjemaa, le lieutenant Madjid, l’adjudant chef Abdenour Khodja et la PCA Djamila (personnel civil assimilé), qui constituent le secrétariat général du CCD.

Le recrutement des plumes est réalisé grâce à la collaboration directe d’une classe de journalistes totalement dévouée aux thèses de la DRS moyennant des avantages matériels très importants et une notoriété acquise grâce à leurs protecteurs. Une deuxième classe de journalistes est recrutée sous la compromission, à la suite de grandes pressions, sous la menace et même parfois grâce à de vrais-faux attentats attribués aux GIA. Il existe cependant des journalistes qui ont su rester fidèles à l’esprit de déontologie mais qui ont payé le refus d’être achetés, soit de leurs vies, soit en abandonnant le journalisme, soit en étant obligés de quitter l’Algérie et d’opter pour l’exil. Dans tous les cas, Le colonel Tahri Zoubir est prêt à aller jusqu’aux limites de la barbarie pour exécuter les ordres de Toufik et Smain.

Avant de devenir le chef du CCD, Zoubir a dû montrer patte blanche vis-à-vis de Toufik auquel il a largement témoigné sa fidélité. La confiance de Toufik a été acquise grâce à Mohamed Betchine. En réalité, ce dernier à peine installé, après l’élection de Zeroual, qu’il commence à approcher discrètement des cadres avec lesquels il a travaillé à la DCSA ou à la DRS pour le soutenir dans sa soi- disant démarche de paix. Plusieurs officiers le rejoignent effectivement, soit directement au siège de la présidence, soit restent en contact permanent pour lui rendre compte au fur et mesure de ce qui se passe à la DRS. Il fait de même avec le commandant Tahri Zoubir (à l’époque sous directeur des points sensibles et chargé de mission spécial pour la DCSA) qui n’ hésite nullement avant d’aller voir Toufik et lui rendre compte de l’offre de Betchine. L’ancien directeur de la DRS croyant avoir réussi le retournement de Zoubir se prend dans son propre jeu, et Toufik lui fait parvenir des informations qui ont permis par la suite de renverser toutes les tentatives de récupération du MDN par le président Zeroual et l’élimination spectaculaire de Betchine. Il va sans dire que Zoubir a été largement récompensé pour cette fidélité qui lui a ouvert les portes d’un pouvoir immense.

Depuis sa nomination à la tête du service presse, suite au départ du colonel Fawzi actuellement en poste à Rome en tant qu’attaché militaire, Zoubir a suivit les ordres de Toufik à la lettre et a réalisé quelques coups médiatiques qui ont eu un impact important sur la vie politique du pays même à l’échelle internationale, parmi ces opérations de manipulation médiatique:

*L’interview réalisée par le journaliste de  »Chark el Awsat », Amir Atahiri.

*La couverture médiatique de l’opération de Ouled Allal.

*Les attaques contre le général Mohamed Betchine et qui ont conduit par la suite à la démission du président Zeroual.

*Très récemment l’aide à Khaled Nezar et la promotion médiatique des anciens officiers de l’armée française par l’intermédiaire du colonel Mohamed Rabah Boutella, fondateur du mouvement des officiers algériens de l’armée française.

*Et La campagne menée pour discréditer le MAOL.

Ce travail de maître manipulateur n’aurait jamais pu aboutir sans l’apport considérable de ses agents, qui signent de leurs noms ou de leurs pseudonymes des articles tous faits au CCd et qu’ils reçoivent le plus souvent par fax à leurs rédactions respectives. Ces plumes mercenaires s’emploient à donner de la crédibilité à des faits ou à des évènements factices, concoctés par la cellule analyse du CCD dans le but de damner le pion à tous ceux qui résistent ou combattent le totalitarisme militaire.

L’affaire Atahiri:

L’interview réalise par ce journaliste en mars 98 est un boom médiatique, puisqu’il fait énormément de bruit même à l’étranger où il est repris par plusieurs magazines et agences de presse. Il va sans dire que la promotion de cet article à l’intérieur de l’Algérie est prise en charge par les relais médiatiques locaux sous la direction de Zoubir en personne.

Durant cette période post-massacres, les pressions subites par les généraux sont très fortes et l’opinion publique nationale et internationale sont presque unanimes sur le fait que l’armée est mêlée d’une manière ou d’une autre à ces horribles massacres. Le sujet tabou qui fait trembler l’ensemble des généraux algériens est les demandes persistantes d’une enquête internationale faites par des organisations de défense des droits de l’homme en Algérie avec l’appui de plusieurs ONG ou des personnalités politiques algériennes et étrangères.

La question «qui tue qui?» est née et les généraux sont mis à l’index par plusieurs temoins gênants. Les attaques faites contre ces généraux sont finement projetées vers l’institution militaire. Ils ne veulent pas être dissociés du corps de l’armée et toute atteinte à leurs personnes est assimilée à une attaque contre l’ANP qu’ils veulent montrer solidaire et unie derrière ses commandeurs. Cette subtilité leur a permis de dissoudre l’onde de choc qui a suivit les grands massacres de civils et ce à l’intérieur même de l’institution militaire. La souveraineté de l’Algérie étant logiquement associée à celle de l’armée, par conséquent, ils sont eux aussi au-dessus de tout soupçon et tout ce qui peut altérer cette souveraineté est hors de propos et inacceptable, voir diplomatiquement incorrect.

C’est le général Toufik qui a personnellement veillé à ce qu’une riposte médiatique puisse être organisée pour ne pas laisser le champ libre aux spéculations et interrogations qui peuvent ajouter encore de l’huile sur le feu et rendre plus délicate la position des généraux vis-à-vis du reste du monde.
En plus du dépêchement secret de plusieurs envoyés spéciaux chargés d’exposer l’étendu du problème du terrorisme intégriste en Algérie aux leaders du monde arabe et occidental, le renforcement de la citadelle des généraux devait être impérativement entrepris et il a fallu pour se faire organiser une contre offensive médiatique à l’échelle internationale.

Dans cette même stratégie, le CCd à cette époque a fonctionné H24 et a réalisé beaucoup de programmes dont:

*Une série de temoignages de « repentis » du GIA diffusés sur la chaîne de télé nationale et sur le canal satellite. Ces témoignages ont pour objectif bien sûr la levée des accusations qui pèsent sur l’armée.
*Une autre série de reportages abordant les ramifications du GIA dans les capitales européennes avec le soutien des bureaux de sécurité locaux.
*Des conférences animées par des personnalités proche du pouvoir ayant pour objectif le ralliement de l’intelligentsia occidentale à la cause des généraux, en Suisse, en France, en Allemagne, en Angleterre (Khalida Messaoudi, Said Saadi, Saida Benhabiles, Hamraoui Habib Chawki, Reda Malek, Mohamed Salah Dembri…).
*L’invitation de plusieurs personnalités étrangères à Alger où ils sont reçus en grande pompe et ont droit à des séjours grand luxe durant lequels ils animent des conférences soutenant le régime et lui apportant la caution morale
(Bernard Henry Lévy qui a passé le nouvel an 98 à Alger et qui a porté tout le temps son gilet par balle, André Glucksmann qui a ouvertement appelé à aider l’armée, Jack Lang…).
*L’envoi de témoins présumés des massacres et des victimes du GIA vers la France et la Suisse où ils ont pour mission la défense de l’armée contre toutes les accusations lors de leur participation à des débats télévisés retransmis en direct bien évidemment en Algérie.

Des activités parallèles de soutien à l’armée sont menées tambour battant, mais les généraux doivent malgré tout le sang froid qu’ils essayent de faire paraître, faire passer le message au monde entier que l’armée est innocente, qu’elle ne tue pas (sauf par erreur), qu’elle ne torture pas et qu’elle est le rempart des nationalistes convaincus, honnêtes et soucieux de sauver l’Algérie et de l’inclure dans un monde moderne. C’est dans cette optique que le général Mohamed Lamine Mediene décide de monter ce coup en faisant parler un général de l’armée pour mettre les points sur les  »i » à ceux qui disent que l’armée est muette.
Toufik ordonne à Zoubir de lui proposer un journaliste étranger crédible aux yeux du monde médiatique qui pourrait être utilisé pour mener à bien le plan préétabli. Pour des raisons de crédibilité, le journaliste choisi devrait être entre les deux mondes occidental et oriental, francophone de préférence et connu sur la scène de la presse internationale. Parmi une liste de noms de journalistes capables d’être utilisés, le choix est arrêté sur Amir Atahiri qui est déjà venu plusieurs fois à Alger.

Amir Atahiri est un journaliste d’origine iranienne, spécialiste du fondamentalisme islamiste, il est aussi l’ex-rédacteur en chef d’un journal proche du Chah d’Iran. Il écrit actuellement dans le quotidien arabe « ACHARQ Al-AWSAT  » des articles traitants des sujets touchant l’Algérie et intervient souvent sur la chaîne américaine CNN comme un expert du terrorisme international et présente ses analyses sur le développement de l’intégrisme islamiste en Iran et dans le monde. Dans presque tous ses écrits, il soutient la politique du tout sécuritaire et ne cache pas son soutien à l’armée. Il a su grâce à ses articles, qui ont donné des bouffés d’oxygène médiatique au généraux, créer une relation de confiance avec des hommes politiques et des journalistes algériens acquis à la cause des chefs de l’armée.

Après l’accord de Toufik, Zoubir charge un de ses agents qui a d’étroites relations avec Amir Atahiri de contacter ce dernier et de lui lancer une invitation attrayante sans rentrer dans les détails.
En effet, Amir est approché au mois de février 1998 par ce contact qui l’invite à passer quelques jours en Algérie et lui promet une possible rencontre avec un haut responsable de l’ANP. Entraîné par cette offre alléchante, il obtient son visa auprès du consulat d’Algérie à Londres en un rien de temps; le chef du bureau de sécurité de l’Ambassade en l’occurrence le colonel Belaïd Benali est au courant de l’affaire et charge son second Cheikh Benzeineb alias Abdelhak de faire le nécessaire. Le général Toufik est informé dés la délivrance du visa.

A son arrivée à Alger, il est accueillit à bras ouverts par son ami algérien et conduit à un hôtel grand luxe en attendant de faire son reportage. Il a fallu qu’il attende deux jours avant que son contact ne lui confirme qu’un haut gradé de l’armée, un général, allait le recevoir et lui accorder une interview exclusive. C’est dans un des salons feutrés de la résidence Djenan El-Mithak que Amir Atahiri est reçu par le colonel Hadj Zoubir, qui habillé en général, se fait passer pour un puissant général Algérien de l’ombre. La rencontre dure plus de quatre heures durant lesquels Zoubir s’efforce d’aborder tous les points déjà discutés avec Toufik lors d’un précèdent briefing. A la fin de la rencontre avec Amir, tout est réglé, même le magazine qui pourrait publier la rencontre, à la seule condition que le nom du général ne soit pas cité et que le pseudonyme de général X soit utilisé à la place. Pour Amir Atahiri c’est une vraie aubaine, il croit qu’il vient de réaliser un scoop sans se douter qu’il est entrain de se faire manipuler.

Le magazine francais de renom  » politique Internationale » est savamment choisit pour plusieurs raisons: d’abord c’est un magazine pseudo academique lu par les décideurs de la politique étrangère de tout le monde francophone et fait office de conseiller dans le traitement des affaires délicates. En suite, la publication par cette revue de l’interview avec le fameux général, donnerait de la crédibilité a toute l’histoire sans que le lecteur ne puisse se douter que c’est un coup monté.

Comme prévu, la publication en mars 98 de l’article fait un tabac et le sujet est repris par plusieurs journaux et agences de presse. Le suspense soulevé par le nom « général X » donne lieu à des spéculations diverses, pour les uns c’est Nezar, pour d’autres Mohamed Lamari. Le plus important est que le message de Toufik parvienne au monde entier et il n’est pas difficile de lire dans l’interview que l’armée ne tue point et que seuls les GIA sont responsables des massacres, que la violence n’est pas dûe à l’arrêt du processus électoral mais plutôt une stratégie de prise de pouvoir par les islamistes et que Chadli est personnellement responsable de la prolifération du germe fondamentaliste…
Mais plus important c’est que le message que Toufik veut faire passer aux leaders des pays occidentaux est que le terrorisme est vaincu et qu’il est temps de normaliser les affaires avec l’Algérie. Le but de Toufik est atteint et Zoubir a réussi un coup de maître.

L’opération Ouled Allal:

Après les terribles massacres de Raïs, Sidi Moussa et Bentalha, les généraux Mohamed Lamari, Toufik, Fodhil Cherif et Smain décident d’une opération de grande envergure dans le but de montrer que l’armée est présente sur le terrain, qu’elle n’est pas inerte, qu’elle est toujours forte, qu’elle ne laisse pas impunis les crimes contre les civils, mais surtout pour contrecarrer toute action politique occidentale favorable au déploiement d’une force militaire internationale de maintien de la paix en Algérie. Un tel scénario serait une catastrophe sans précédent pour les généraux du MDN, puisque la première implication est la constitution d’une commission d’enquête sur les massacres. Ils leur faut donc absolument montrer au reste du monde une autre image de l’ANP, celle des grands protecteurs des faibles et ils ont tout fait pour inoculer aux observateurs de la scène algérienne que les généraux algériens ne tuent pas des civils innocents.

Les généraux s’inspirent pour l’occasion du modèle américain de gestion médiatique des conflits armés. Ils savent qu’ils n’ont pas droit à l’erreur et ont employé tous les moyens médiatiques en leur possession pour couvrir l’offensive de l’armée afin de garantir un maximum de publicité positive.

Ouled Allal est un petit village situé à environ cinq kilomètres de Sidi moussa et fait partie de cette région macabrement célèbre du « triangle de la mort ». Il est devenu fantomatique à l’image des autres villages environnants depuis le commencement des massacres; seuls les habitant qui n’ont pas où aller sont restés dans leurs modestes habitations, essayant de préserver le seul bien qui leur reste: leur vie. C’est aussi un village qui a majoritairement voté FIS (comme celui de Raïs, Benthalha, Sidi Moussa…), et compte bien sûr, comme tous les villages aux alentours, des sympathisants qui abritent des islamistes armés des GIA ou de l’AIS et les ravitaillent. Ce village est épargné par les massacres!

Au début du mois de septembre 97, le général Fodhil Cherif, commandant de la lutte anti-terroriste prépare avec ses aides de camp, une offensive extraordinaire contre ce petit village, qui selon eux abrite le quartier général des auteurs des massacres des villages voisins. Le plan de l’opération inclut l’apport des forces spéciales, l’aviation, l’artillerie, les blindés et des bulldozers pour ouvrir des passages dans les pseudo-champs de mines (une première mondiale, quand on sait que les bulldozers ne résistent même pas au souffle d’une mine anti-Chars, alors que les mines artisanales des groupes islamistes armés sont faites à partir du remplissage des bouteilles de gaz butane avec un mélange hautement explosif donnant une force équivalente à l’explosion de bombes de deux cents kilogrammes utilisées par l’aviation de l’ANP). Très vite, à la mi-septembre, un dispositif impressionnant estdéployé prés de Sidi Moussa et à la vue des moyens militaires mis à contribution pour la circonstance, on a l’impression que l’armée algérienne part à la guerre contre une autre armée d’une puissance colossale.

Pour la première fois depuis le début de la crise, des journalistes de la presse écrites triés sur le volet sont convié à suivre de loin l’évolution des opérations sur le terrain.
Depuis le poste de commandement opérationnel (PCO), installé à Sidi Moussa, Fodhil Cherif coordonne en présence du le général Said Bey, alors chef de la première région militaire, les mouvements des troupes et le travail des différentes armes présentes sur le terrain. En utilisant ses méthodes peu chirurgicales, Fodhil Cherif décide de nettoyer le village maison par maison et Gourbi par Gourbi car il faut dire que les gens qui vivent dans ces lieux sont des gens simples et très pauvres. Les portes des habitations sont fracassées par les parachutistes du 25ème, 90ème et 18ème régiment de reconnaissance et le 12ème régiment de para-commandos (RPC), l’élite de l’ANP,qui forment la coordination de lutte contre les activités subversives (le CLAS) commandé par Fodhil Cherif.

Quelques civils sont évacués par les hommes des forces spéciales dans la hâte, la peur au ventre et sous une pluie d’insultes et de coups, ils n’ont même pas le temps de ramasser le peu de biens qu’ils ont. Les consignes de Fodhil Cherif sont très claires « ne prenez aucun risque et tirez au moindre danger ». C’est le colonel Tartague et ses hommes qui s’occupent de la localisation des maisons infectées, grâce à ses agents qui sont partout.
Dés les premiers accrochages avec les islamistes armés, les bombardements commencent; les hélicoptères de support de combat MI8 (portant 64 roquettes) et MI17 (portant 192 roquettes) lancent leurs roquettes à tout bout de champ, et le commandant aviateur de cette mission au PCO, le Lt-Colonel Staihi Laouar a même ordonné de tirer à la roquette sur des bergers des environs arguant que ce sont des bergers du GIA. Il est presque impossible de décrire la scène complètement: les déflagrations, le feu, les cris, les nuages de poussière. A la fin de l’opération qui a duré plusieurs jours, usant des chars T-72 nouvellement acquis auprès de la république tchèque (un marché entre la firme OMNIPOL et les généraux algériens, qui sera abordé dans le dossier corruption et affaires), Fodhil Cherif ordonne de donner l’assaut final, rien ne doit être épargné. Les quelques maisons qui ont résisté aux tires de roquettes, chars et armes de tout genre sont démolies et mises à terre. L’opération grandiose est terminée et seul le minaret tient encore debout, le reste de la mosquée est détruit et le village de Ouled Allal est rayé de la carte.

Tout au long de l’évolution de l’offensive militaire, des déclarations à l’intention de la presse font état des dégâts subits par le terrorisme qui vient de perdre à Ouled Allal son quartier général; à croire que tous les maux de l’Algérie ont commencé dans ce petit hameau devenu zone de la mort.
Le 08 octobre 97, Fodhil Cherif, seul habilité à parler aux médias, fait état de la découverte d’un charnier contenant près de quatre vingt corps. Impassiblement, il avance que ce sont les corps des femmes et des jeunes filles enlevées dans les villages où les massacres ont eu lieu et tuées par les commandos des GIA après avoir été violées, alors qu’aucune expertise médicale ou enquête n’a été faite, mis à part le décompte des victimes et leur enterrement dans des fosses communes par les éléments de la protection civile. Cette déclaration, Fodhil Cherif l’a par la suite conforté en annonçant la découverte d’un important lot de documents authentifiés par le sceau du GIA et qui réglemente le partage des femmes kidnappées sur les lieux des massacres. Un autre document rédigé par le pseudo-responsable des massacres faisant état du bilan du butin (bijoux et argent ) récupéré sur les corps des victimes lors des massacres et dont Antar Zouabri, l’agent de Tartague étant le destinataire.

Le but est de convaincre l’opinion publique nationale et surtout internationale et de manière irréversible, que les seuls coupables des atrocités commises ici et là sont les terroristes islamistes. Pour étayer ces déclarations, des femmes égorgeuses sont présentées sur la chaîne de télévision nationale et ont confirmé leur appartenance aux GIA et avoué leur participation aux massacres.
Comme le chapitre des massacres est traité dans le dossier de la lutte anti- terroriste avec plus de détails, nous allons seulement citer le but final de l’opération Ouled Allal.
Les journalistes invités pour couvrir cet épisode macabre ont le droit, une fois l’opération terminée, de photographier les corps des dizaines d’islamistes allongés les uns à côté des autres. Ils sont présentés comme les auteurs des massacres qui ont secoué le monde entier. Un seul islamiste armé vivant, le visage défiguré, plein de sang, se tenant à peine debout, est exposé aux journalistes qui n’ont pas le droit de lui parler.

En réalité, quelques corps seulement appartiennent aux membres des groupes Armés abattus pendant l’offensive, les autres sont prélevés du lot de réserve, à savoir les islamistes et les victimes disparus, arrêtés et torturés par Tartague et ses hommes de l’escadron de la mort, qui sont détenus et maintenus en vie dans des conditions animales et ce dans des endroits tenus secrets (comme les hangars de la caserne du service prés du cimetière de Staouili où prés de dix ans auparavant ont été conduit les émeutiers d’octobre 88) afin de servir dans des opérations pareilles à celle de Ouled Allal comme des figurants du dernier acte, c’est à dire ramenés et exécutés sur place pour être exhibés devant la presse afin de montrer au monde que les responsables sont mis hors d’état de nuire.
C’est cette pratique abjecte, inqualifiable qui va au-delà de la barbarie, qui a fait que le nombre de disparus en Algérie dépasse les quatre milles cas. Autant de victimes qui vont hanter la mémoire de ceux qui leurs ont ôté le droit d’avoir une tombe et à leurs proches celui de faire leurs deuils.

La décapitation de Betchine:

Ce scandale qui a fait beaucoup de bruit très récemment n’aurait jamais eu le succès escompté sans la complicité appuyée et les complicités implicites des agents du service et de ses relais dans la sphère politique. Les tenants et les aboutissants de cette affaire sont connus de tous et c’est sans doute l’une des opérations les plus connue du CCD.

Nous ne nous faisons pas l’avocat du diable, mais la férocité des tires croisés contre la personne de Betchine ont fait que ce dernier abandonne vite le terrain du jeu politique pour se réfugier dans l’enclos des affairistes mafieux pourchassés par des juges véreux. Les journalistes qui ont déclenché l’affaire ont reçu au préalable des consignes très strictes de la part de Zoubir. Toute la stratégie de l’anéantissement de l’empire « Betchine » décidée comme cela est déjà décrit dans de précédents dossiers, par les grosses têtes du MDN est appliquée avec soin. Salir Betchine  » qui n’est déjà pas très propre » vaut mieux que l’abattre. Il faut dire à ce sujet que même la famille de Betchine n’est pas épargnée et est traînée dans la boue pour signifier à Betchine que les choses peuvent aller très loin et dépasser le cadre de sa propre personne. Les nombreux titres de presse que possède Betchine sont tous incapables de faire face à la vague d’accusations gravissimes portée contre lui par  » Nourdine Boukrouh » (d’abord au journal El Khabar), fer de lance de Toufik et qui est largement récompensé pour ses bons et loyaux services.

Ghalib Djebour, gendre de Betchine et directeur du journal l’Authentique reçoit des avertissements très sérieux de Toufik, son ex-chef (Ghalib Djebour, a fait partie de la DCSA comme officier et a fini par quitter le service avec le départ de son beau-père en 1990), qui lui sort les dossiers de plusieurs affaires dans lesquelles Djebour est compromis. Parmi ces nombreuses affaires, son implication directe dans les malversations de sa société de gardiennage et de protection rapprochée « Idoine » ( d’où « l’affaire Idoine »). Ghalib Djebour recrute de jeunes sous-officiers ou officiers issus des services et les arme dans le but d’assurer la protection rapprochée de nombreuses personnalités proche de Betchine. Pour obtenir des contrats de protection, la société Idoine monte de vrais-faux attentats. Le cas du délégué exécutif communal (DEC) de Bordj El-Kiffan en est un exemple: une dame mariée à un magistrat proche de Betchine, pour laquelle Ghalib organise un faux attentat afin de justifier d’un contrat de protection du DEC au montant 2.500.000 Dinars entre la mairie de Bordj El-Kiffan et la société Idoine. Le DEC de Bordj El-Kiffan empoche 30% du montant de la transaction soit 750.000 Dinars.

Une autre affaire plus grave encore, celle de trafic d’armes où Ghalib est impliqué avec un certain Boualem El-Mekhfi, le fils du fameux Cheikh El-Mekhfi. Une partie des armes récupérées par ce dernier lors de ses opérations est transmise par son fils à Ghalib qui les utilise pour sa société Idoine.

Les affaires sont nombreuses et le degré de compromission de Ghalib lui vaut de se taire face aux mises en garde de Toufik sous peine de se voir lui-même emporter par le courant. Il faut rappeler que Betchine a battu en retraite en bravant la menace de rendre publique des affaires de détournements et de malversations de tout genre dans lesquelles sont impliqués un bon nombre de généraux mais dès qu’un compromis est trouvé entre les deux parties, à savoir les généraux du MDN d’un côté et Zeroual et Betchine de l’autre, la presse cesse ses attaques et tout rentre dans l’ordre.
Nous passons sur les détails publiés par la presse surtout le Journal « El Watan » qui a été l’un des premiers titres à soutenir l’offensive de Toufik.

L’abjuration de l’histoire:

C’est avec stupeur que bon nombre d’Algériens, surtout ceux de l’ancienne génération qui ont fait du premier novembre une date immuable, ont appris par la presse écrite que Khaled Nezar était un héros de la guerre de libération la plus extraordinaire du vingtième siècle. Plus grave encore, cet homme qui a fait le deuil de l’Algérie et l’a plongé avec ses compères dans une obscurité sans fin, revendique haut et fort la paternité de l’Armée Nationale Populaire moderne, cette institution qui faisait autrefois la fierté de chacun.
Nous n’allons pas invoquer la longue liste des actes criminels de cet homme inqualifiable en mal de légitimité historique et qui a largement contribué par son excès de zèle à l’allongement de la longue liste des noms de ceux qui ont versé leur sang pour la terre qu’il est entrain de piller aujourd’hui. Dans son livre il damne le pion aux vrais baroudeurs (expression utilisée pour désigner les Moudjahidines qui ont engagé des combats armés avec les forces militaires de colonisation et qui signifie aussi tirer et sentir l’odeur de la poudre : le « Baroud ». Il les désigne de maquisards abrutis qui n’en faisaient qu’à leurs têtes et qui avaient besoin d’instruction en tous points. Il va sans dire qu’il tire au passage la révérence à ses anciens compagnons de l’armée française sans lesquels l’Algérie indépendante n’aurait jamais vu le jour.

Nezar n’est pas le seul à essayer de se faire un lifting historique, le général Mohamed Touati a redécouvert son amour pour les Kabyles et son interdépendance berbère qu’il revendique ces dernières années à tout bout de champ, surtout dans les milieux du RCD auxquels il prêche ses discours néo-séparatistes et prodigue ses conseils envenimés. Ce que peu de Kabyles savent, c’est que cet individu qui est aussi du même milieu que Nezar, n’est certainement pas l’enfant de cour qu’il essaye de faire paraître derrière sa façade courtoise et belliqueuse, pire encore il est maculé du sang de dizaines de jeunes kabyles honorables qui ont rejoint le combat du FLN et de pauvres civils sans défense.

En 1956 (années où la fine fleur des hommes tombait au champ d’honneur les uns après les autres) alors qu’il était jeune officier (Aspirant promu pour sa fidélité et sa rigueur, alors qu’il était sous-officiers à l’origine), il est arrivé avec un détachement de soldats français au Douar Beni-Flik non loin d’Azefoun où il a personnellement sélectionné prés d’une vingtaine de jeunes hommes du village et qui sont froidement fusillés sur place, comme représailles à une frappe de «fellagas » contre une caserne française de la région.
Ironie du sort, pendant l’été 1985, alors qu’il était à l’école de la santé militaire de Sidi-bel-abbès, il est revenu sur les lieux de son crime pour participer avec une délégation officielle à l’inauguration du premier CEM de la région. Même homme, différent uniforme, les habitants du village de Beni-Flik l’ont reconnu dés qu’ils l’ont vu et ce qui devait être un jour de fête s’est très vite transformé en un soulèvement populaire. C’est aux sages de ce village martyr qu’il doit encore la vie car il a failli être lyncher et ce malgré son uniforme et son grade de commandant, les villageois hors d’eux l’ont chassé à coups de pierres.

Touati n’a certainement pas oublié ce jour qui reste « normalement » gravé dans sa mémoire et certainement dans celles des habitants du village de Beni-Flik. Il n’a de Kabyle que le nom et c’est dans la logique des choses que de le trouver aujourd’hui derrière le meurtre de Lounes Matoub et d’autres Kabyles « comme lui » et dont il pleure la disparition.

Khaled Nezar a bien entendu bien profité de la largesse de certains titres de presse et de la complicité malveillante de certains journalistes à l’affût d’un parrain. Ils se sont investis pour convaincre le commun des citoyens du bien fondé des intentions du nouveau messie des Aurès. Ce dernier est présenté par la presse comme une providence pour notre pays et lui accordent le droit de traîner dans la boue tous ceux qui ont osé le contredire ou lui faire le moindre reproche. L’esprit du coup d’Etat de janvier 92 est défendu avec férocité par les journalistes et à aucun moment le choix du tout sécuritaire n’est mis en doute, bien au contraire, c’est l’essence même du combat démocratique dont se réclament les journalistes éradicateurs.

Même à la retraite (officiellement), Khaled Nezar se présente comme le gardien des valeurs de l ‘ANP dont il se fait aussi le porte-parole permanent et n’hésite nullement à faire des déclarations gravissimes sans en référer préalablement pour autorisation au chef de l’Etat (le président Zeroual et après lui Bouteflika) qui apprend la chose comme tout le monde par le biais de la revue de la presse qui lui ait présenté quotidiennement. Les déclarations de Nezar sont en fait des mises en garde à peine masquées à l’intention du chef de l’Etat pour bien notifier le divorce entre le politique et le militaire et rappeler que le pouvoir est une affaire d’uniforme qui ne peut être porté qu’au sein du MDN.

Des individus comme Khaled Nezar, Mohamed Touati, Salim Saadi, Rabah Boutella… ont tout fait pour compromettre les gens sincères qui ont quitté l’armé française soit avant soit après l’appel du 19 mai 1956 et qui ont majestueusement servi la révolution et l’Algérie. Certains sont tombés au champ d’honneur et d’autres comme le regretté général Khelil Lahbib (une des bêtes noires de Larbi Belkheir), Latrech Abdelhamid (colonel de l’ANP et ex. SG du MDN), Ben Salem Abderahman (Cdt de l’ALN et membre du conseil national de la révolution), Mahmoud Chérif (ancien Lt de l’armée française et colonel de l’ALN) et tant d’autres dont les noms ont été intentionnellement occultés par ceux qui ont pris part dans ce qui sera décrit plus tard comme «la grande conspiration» qui a commencé par l’empoisonnement du président Houari Boumediene, savamment préparé et mis en oeuvre par un de ses proches collaborateurs. l’Avènement de Chadli Bendjedid, Larbi Belkheir, Abbes Gheziel, …au pouvoir ; Le premier nettoyage de l’ANP durant les années quatre vingt, la purification du champ politique, le deuxième nettoyage de l’ANP durant les années quatre vingt dix et la main mise actuelle sur le devenir de l’Algérie.

Les attaques contre le MAOL:

Embarrassés par l’étendue des publications du Mouvement Algérien des Officiers Libres, les généraux impliqués dans la tragédie nationale ont urgé les généraux Toufik et Smain responsables des services de sécurité de trouver une solution à cet imprévu qui a mis à nu les pratiques criminelles longtemps employées dans l’ombre par les généraux.
Le fait que le MAOL ait exclu dès le départ l’usage de la violence comme moyen d’implosion du système, a privé les architectes de l’apocalypse de leur arme favorite, à savoir la surenchère et l’escalade pour discréditer l’adversaire. Le duo de la DRS a opté en fin de compte pour l’infiltration et la riposte médiatique.

Plusieurs tentatives d’infiltrations du Mouvement par la centrale ont échoué grâce à la vigilance des libres qui connaissent bien plus que n’importe qui les méthodes peu légitimes employées par les fers de lance de l’institution militaire. A l’intérieur du pays, les opérations de surveillance, d’écoutes et de contrôle en tout genre n’ont rien rapporté aux responsables de la sécurité et à chaque fois, ils butent contre la détermination des officiers et sous-officiers du mouvement.

La politique désastreuse des généraux qui ont ruiné l’ANP, leurs affaires, leurs fortunes apparentes et leurs nouvelles règles d’exclusion de la classe d’officiers de second rang, à savoir les officiers supérieurs et subalternes qui sont loin du cercle de décision et sont utilisés le plus souvent uniquement comme de la chair à canon, ont été des éléments déterminants dans le changement radical de la mentalité d’un nombre impressionnant de militaires qui ont, fort heureusement, compris que leurs chefs ont trahi la confiance qu’ils avaient en eux. Plus grave encore que ces mêmes chefs les utilisent comme bouclier alors qu’ils gardent leurs enfants officiers au sein de l’armée loin du terrain opérationnel. Le capitaine Mourad Lamari (fils de Mohamed)sorti de l’Académie militaire de Cherchel en 93 est affecté à la DRS, il occupe un poste tranquille au MDN et a bénéficié d’une promotion éclair, alors que plus des deux tiers des ses camarades de promotion ont été tués dans des opérations de ratissages ou dans des offensives antiterroristes. Ce n’est pas le seul fils de général, le capitaine Zoubir Djnouhet affecté lui aussi à la DRS, il travaille à la direction régionale de la DRS 1ere RM ; Le Capitaine Khaled Derradji lui aussi affecté à la DRS, il est au poste de sécurité du CHU Ain Naadja ; Le Capitaine Noureddine Djillali, infanterie mécanisé, affecté à la première région militaire ; Le Capitaine B. Mostefaoui lui aussi affecté à la DRS, le Capitaine Nassim Hamzaoui, le Capitaine Medjahed : le fils adoptif de Nezar…

Tous, des fils de généraux mis à l’abri des balles par leurs pères qui les réservent pour la relève, alors que le commun des officiers est juste bon pour le service express. C’est un matricule anonyme qui est remplaçable à tout moment et peu importe le coût pourvu que la progéniture sacrée des généraux reste sauve. En 89, le fils de Kasdi Merbah a été par contre radié de l’armée juste après l’éviction de son père de la tête du gouvernement(en novembre 89) sur ordre du commandement militaire alors qu’il était en deuxième année à l’école militaire de Cherchel, le motif invoqué étant des plus stupides : déséquilibre mental.

Le climat au sein de l’armée est aussi orageux que celui de la population civile, et à la  »mauvaise publicité » faite par le MAOL, vient s’ajouter le mécontentement et la frustration profonde de la plupart des officiers supérieurs. Les officiers supérieurs (à partir du grade de commandant) qui ne doivent en aucun cas s’approcher de leurs généraux s’ils sont armés, ont vite compris que le manque de confiance qui leur ait témoigné reflète un dysfonctionnement grave. La fissure entre la base et le sommet est bien établie et mise à part un nombre négligeable d’officiers  »Serviteurs » triés sur le volet, personne ne peut accéder à l’olympe des dieux. L’expression est très explicite car c’est en qualité de dieux que les barons de l’armée s’adressent à leurs subalternes.

Le règlement de service dans l’armée (RSA) a été abandonné depuis bien longtemps et les officiers de l’ANP tous grades confondus ne sont plus au service de l’armée et de la nation, mais à celui de généraux et de leurs relais mafieux. Comment expliquer l’ordre donné par le nouveau directeur de la gendarmerie, le général Boustila (très proche de Larbi Belkheir) aux gendarmes de fermer tous les commerces qui font de la concurrence aux grand importateurs, le racket des civils par les gendarmes aux portes des grands marchés alors que les grossistes sont protégés depuis le port d’Alger jusqu’aux points de vente. Le retour de Boustila en lui-même est une insulte à tous les gendarmes honnêtes et reflète bien ce qui se passe réellement dans la haute sphère du command-ement militaire.
Même si le prix du baril de pétrole est à cent dollars, la misère du peuple algérien ne fera que s’aggraver car à chaque fois les prélèvements des généraux sont plus importants. Il va sans dire que le train de vie des ces derniers et celui de la deuxième classe d’officiers reste incomparable, car au sein même de l’armée des frontières ont été dressées et les soldes attribuées aux officiers de seconde classe sont accordées de façon à ce que la date de virement devienne un événement en soi vu la cherté de la vie. En d’autres termes, c’est la politique de la carotte et du bâton qui est appliquée.

Le MAOL par ses campagnes de sensibilisation dérange l’équilibre fragile établi par des généraux qui ne peuvent plus cacher ni leurs implications dans les crimes contre l’humanité perpétrés sur le sol de leur propre pays, ni l’odeur nauséabonde de leurs fortunes indûment acquises, ni leur ignorance des réalités du peuple qui réclame haut et fort leur départ. Le MAOL incarne l’esprit de novembre 54 et rappelle les valeurs oubliées de l’ALN : le sacrifice, l’honnêteté, le travail, la justice et la fidélité ; des fondements qui font peur, même très peur à ceux qui n’ont plus d’honneur.

Il est tout à fait incroyable de voir les généraux assassins gesticuler dans tous les sens devant les instances internationales en faisant semblant que tout est pour le mieux dans le pays et que leur réputation est au-dessus de tout soupçon, alors que les services étrangers savent que ces généraux sont bien des voleurs et sont au courant du montant des sommes détournées vers leurs comptes à l’étranger au centime près. Ayant perdu tout repère, leur plus grave erreur est d’avoir cru que tous les officiers de l’armée peuvent être acheter ou compromis, pour eux des hommes incorruptibles ça n’existe pas ; le MAOL leur a démontré le contraire.

Le système est un panier de scorpions où il n’y a de place que pour les plus venimeux. Comme le reste des arachnides, les sentiments, les valeurs et le partage, ils ne connaissent pas. Leur monde est clos et leurs règles différentes ; la seule loi qu’ils connaissent est absente des livres de droit : c’est celle du plus fort. Ils puisent leurs venins dans la haine qu’ils ont pour tout ce qui est juste, droit et légal.
Portés par la vague de la bonne fortune et des affaires prospères dont ils confient exclusivement la gestion à des seconds très proches (très souvent des officiers avec lesquels ils ont un lien de parenté), les généraux se partagent l’Algérie du nord au sud, d’est en ouest. Tout est mis sur la table, la moindre ressource est recensée même les plus petites usines ou le plus petit lopin de terre, c’est un monopoly grandeur nature où l’on joue pour de vrai. Le seul perdant est la population qui n’ose même plus lever la tête pour voir.
C’est dans cette atmosphère où l’argent est intiment mêlé au pouvoir, où la vie humaine n’a plus de valeur, où les hommes sincères deviennent un obstacle qu’il faut réduire à néant, que le MAOL est venu rappeler au reste des officiers le serment de servir l’Algérie et son peuple et c’est la raison pour laquelle le commandement mafieux fait tout son possible pour faire taire la voix de la vérité, celle des hommes libres.

Sur le plan médiatique, une série d’article a été publiée par les journaux : liberté, quotidien d’Oran et El Alam El Siyassi, suite à la convocation des journalistes auteurs des écrits au centre Belaroussi par le colonel Zoubir, l’ordre est donné aux mercenaires de la plume d’assimiler le mouvement à une frange du GIA, une biographie tronqué d’un officier identifié comme membre du MAOL ( un transfuge des services secrets algériens), réfugié en Angleterre, est distribué aux journalistes corrompus.

Le colonel Zoubir fait croire à ces vassaux, que le colonel B.Ali n’est que le fameux capitaine Haroun ! Et que ce dernier est un dangereux islamiste donc non fiable et ennemi des journalistes ! La chasse à courre est ouverte.
Partant du principe bien connu dans le service et qui dit «quand on veut abattre son chien on dit qu’il est enragé», les penseurs de la DRS ont décidé d’assimiler le MAOL à une frange du GIA. C’est la meilleure option qu’a trouvé Zoubir espérant ainsi stopper la déferlante vague de révélations sur les agissements des généraux assassins.

Dans leurs calculs médiocres et criminels les généraux n’ont pas prévu l’influence grandissante de l’Internet comme moyen moderne de communication, ni celui des chaînes de télévision diffusant leurs programmes par satellite, ils ont sous-estimé le mépris des Algériens envers les médias de l’Etat et leur manque de confiance à l’égard des journalistes  »Tontons macoutes » aux ordres de la DRS.

Le régime militaire a essayé de garder secrète la défection spectaculaire du colonel Baali Ali et du commandant Bouchakour Rabah qui ont reçu l’ordre, du commandement du MAOL (présent à l’intérieur de l’armée), de sortir à l’étranger en tant que porte-parole du mouvement lors d’une mission officielle au Niger en août 1998 (le suivit de la résolution du problème des Touaregs). Une fois là-bas, ils ont changé leur destination vers le Mali.

Cette décision est prise suite à l’assassinat maquillé en accident d’hélicoptère du général Mohamed Touahri et du colonel Hachemi Touabih en février 1998 dans le sud-ouest de l’Algérie. Le premier est membre fondateur du MAOL (ex. Réseau Hakim) et le second porte-parole du mouvement, soupçonné par les services d’être l’officier qui a donné l’interview au quotidien français le Monde le 11 novembre 1997 un jour après les révélations surprenantes du journal londonien The Observer.
Le colonel Hachemi Touabih a été dénoncé par un cadre du Ministère des affaires étrangères travaillant à la section visa ; Le dénommé H. Rachid qu’il connaissait et à qui il avait demandé des informations sur le visa bloqué d’un journaliste français détesté par les services algériens pour ses écrits néfastes aux généraux.
Le destin a voulu que la mort de Touabih Hachemi devienne le bouclier qui allait sauver la vie du colonel Baali Ali, l’officier qui a révélé au monde la réalité de la situation sécuritaire et l’implication directe des services et des forces spéciales dans plusieurs massacres et attentats même contre des étrangers. L’enterrement des deux officiers supérieurs fut très austère et les familles n’ont même pas eu le droit de voir les corps une dernière fois.

Quelques mois plus tard, des officiers du MAOL ont inscrit sur les pierres tombales des deux officiers «membre du Mouvement algérien des Officiers libres mort au service de la patrie» inscription qui a provoqué la colère des généraux qui ont ordonné la profanation des tombes.

Les services algériens sont immédiatement alertés par un service étranger de la présence des deux déserteurs au Mali, Toufik envoie très vite une équipe pour les appréhender coûte que coûte.

Les deux transfuges sont localisés dans un Hôtel à Bamako par le même service étranger qui s’est chargé de les surveiller jusqu’à l’arrivé de l’équipe algérienne.
Le colonel Baali Ali sorti pour téléphoner, remarque la présence suspecte d’éléments étrangers dans le salon miteux de l’hôtel
Dans la rue ses doutes deviennent une certitude lorsque deux hommes le suivent d’une façon policière, il réussit quand même à les semer grâce à la grande foule. Il apprend un peu plus tard que son compagnon le Cdt B. RABAH est tombé entres les mains des Algériens et leurs complices. Fort heureusement, muni de sont titre de voyage (un document qui porte une fausse identité), il regagne Madrid via un autre pays africain.

Le Cdt Bouchakour Rabah une fois rapatrié à Alger, est emmené au CPMI chez le tortionnaire Bachir Tartague où son interrogatoire est mené en présence des deux grands responsables des services : Toufik et Smain.
Ces derniers sont fous furieux, non pas parce que des officiers supérieurs ont déserté , mais parce qu’ils ont pris avec eux des documents classés très secrets et secret défense impliquant les hauts gradés du MDN ( M.Lamari, Toufik, Smain Lamari, M.Ghenim, M.Touati..) dans des affaires qualifiées autrefois « de haute trahison » les rendant ainsi suivant le code pénal militaire passible des armes.

Parmi les documents en question on peut citer :

*La liste des mercenaires recrutés par Smain et Toufik et dont une partie est publiée dans le dossier  »Mercenaires » avant même la révélation par les services yougoslaves de l’arrestation du commando «araignée » accusé de planifier l’assassinat de Milosevic.
Le chef de ce commando en l’occurrence Jugoslav Petrosic a reconnu avoir participé aux massacres de civils en Algérie en 1994 ( entre autre, le massacre d’Elaabadia prés de Ain Defla) à l’instigation d’un responsable des services secrets français (un ami de Smain Lamari).

*La liste des militaires liquidés sur ordre direct de Toufik, Smain, Mohamed Lamari et Fodhil Chérif par l’escadron de la mort.

*Mais surtout des documents impliquant directement des pays étrangers, dans le drame algérien soit en fournissant du matériel spécifique et des armes non conventionnelles (comme la fourniture par les compagnies d’armement sud africaine de quantités astronomiques de barils de Napalm ou des Bombes incendiaires au phosphore ) ou en fournissant une assistance technique très poussée, et des documents sur la façon de mener la guerre aux islamistes ainsi que l’instrumentalisation de la violence.

Les généraux Toufik et Smain présents lors des séances de torture du Commandant Bouchakour Rabah veulent en premier lieu tout savoir sur le Mouvement, son organigramme, noms des membres et leurs affectations. Ils ont vite compris que le mouvement utilise la méthode du cloisonnement, calquée sur le mode de fonctionnement des services car c’est un très bon rempart contre les dénonciations et les infiltrations ; en conséquence le Cdt B. Rabah ne pouvait rien pour eux, leur attention s’est focalisée par la suite sur les documents dérobés du secrétariat de la haute commission de sécurité.
Les documents très accablants pour les généraux algériens et pour certains pays étrangers sont en possession du MAOL et seront utilisés au moment opportun.

Malgré les mutilations et les supplices qu’a subit le Cdt B.Rabah, il est resté fidèle au serment prêté, et il était prêt à sacrifier sa vie pour que la vérité de l’enfer algérien éclate devant l’opinion internationale et pour que les généraux responsables et leurs complices soient désignés et jugés.

Le service étranger qui a participé à l’arrestation du Cdt B. Rabah se reconnaîtra dans ces lignes, il ne va pas être cité pour des raisons propres au MAOL.

Nous portons toutes ces informations à l’opinion publique algérienne non pas en réaction aux écrits du vulgaire indicateur et mouchard, Nacer Belhadjoudja du journal Liberté : ( Fiche n° 132 BN/SP/93/MDN) ni à ceux d’une revue sans audience réelle qui sous le prétexte de défendre les démocrates en Algérie ne fait que blanchir les assassins d’octobre 88 et les bouchers des années 90 moyennant finance, une somme de 300,000 francs donnée au directeur de la publication Pour  »Jean Jacques Porc Chaise » (qui a passé les dernière semaines du mois de mars 2000 à Alger, tous frais payé) en proie à de graves problèmes financiers par le responsable de l’antenne des services à Paris, le colonel Bendaoud, lors d’une rencontre traitant du MAOL. Mais vu l’opacité de la situation en Algérie c’est quand même extraordinaire qu’un planqué parisien puisse avoir de telles informations même tronquées sur un déserteur des services secrets algériens !

Pour certains pseudo-journalistes plus habitués à recopier les articles rédigés par la cellule analyse et synthèse de la DRS et de les parapher de leurs signatures que de faire un travail d’investigation, de recoupement et de vérification, le lien présumé entre le MAOL et l’intégrisme : c’est le responsable de la société qui héberge (et ne gère pas) le site www.anp.org, un certain Paterson, converti à l’Islam !
Une enquête sérieuse aurait prouvé que le MAOL n’a pas plus de liens avec le responsable de la société qui héberge le site que n’importe quel locataire avec son propriétaire. Peut-on accuser une église chrétienne d’intégrisme islamique ? Et pourtant la société en question (webstar)héberge un site chrétien ! Elle héberge aussi une agence de voyage, un journal progressiste arabe qui est le fer de lance contre l’intégrisme et d’autres sites étrangers.

Pourquoi ont-ils oublié dans leurs machinations maladroites de citer notre site WWW.Eldjeich.org alors qu’il renferme la même matière ? Nous avons monté ces sites avec nos propres moyens (factures à l’appui) et contrairement à ceux qui ont dilapidé le pays, nous n’avons pas quitté l’Algérie avec des valises pleines de devises. Notre lutte est à la fois sacrée et légitime et nos moyens sont nobles mais surtout honnêtes.

Les mêmes qui pour nous discréditer insistent sur ce « lien », oublient en fait que la totalité des quotidiens algériens sont dans des locaux appartenant à l’Etat algérien, fournis en papier par l’Etat, et le plus grand annonceur c’est l’Etat !
Peut-on remettre en cause l’indépendance des journalistes habitants des résidences de l’Etat ?
La réponse est oui pour beaucoup d’entre eux mais pas pour tous.
Les attaques contre le MAOL sont la preuve que les généraux et leurs relais sont dans de sales draps ; les assassins de Matoub et leurs complices sont derrière les rumeurs et les écrits. Après avoir utilisé l’intégrisme comme arme non conventionnelle pour tuer la démocratie et stopper les réformes nécessaires au développement économique, ils utilisent le même procédé pour étouffer la vérité. Hélas pour eux, les Algériens ne sont pas dupes ; les graines de la vérité semées par des officiers glorieux et des journalistes courageux et arrosées de leur sang, finiront par éclore.

Le jour est très proche où les Algériens connaîtront le rôle pervers des journalistes dans la guerre civile et comment certains parmi eux sont devenus des sergents recruteurs en France et ailleurs.

Le commandement exécutif du MAOL est à l’intérieur de l’ANP et fait un travail de fond, ce qui a conduit le général Lamari à signer une directive sans précédent qui interdit l’attroupement de plus de deux militaires à l’intérieur et l’extérieur des casernes sans motif valable ou autorisation préalable !
Bien que les membres connus du MAOL à l’étranger furent approchés par les adjoints du directeur de la DRS pour les persuader d’abandonner la lutte moyennant des sommes d’argents astronomiques (l’argent égaré des pauvres algériens) et des postes à faire rêver plus d’un, tous les officiers et sous-officiers du MAOL restent profondément attachés à leur serment pour que l’Algérie vive et pour que justice soit rendue.

Ce n’est pas un hasard si le journal Liberté reproduit l’article la veille du printemps berbère. Le propriétaire du titre, un certain Isaad Rabrab, homme d’affaire véreux, très proche des délinquants décideurs, est un faux militant de la cause berbère. C’est un membre influent au sein de la direction du RCD, un parti fantoche aux mains de Toufik et qui n’a qu’une seule raison d’être : contrer les actions politiques des grands partis démocratiques et diviser les militants de la cause berbère. Un parti qui a fait de l’éradication sa raison d’être, au moment où la plupart des algériens militent pour une réconciliation juste, qui mettra chacun des belligérants du conflit devant ses responsabilités.

Ce même parti qui a refusé le dialogue responsable entre Algériens, sous le prétexte fallacieux de défendre la république (la ripoux-blique des généraux), renie ses principes en acceptant la grâce amnistiante des égorgeurs et des violeurs. Tout cela en contre partie de portefeuilles ministériels spécifiques comme celui de la santé où Amar Benyounes (parent par alliance de Nezar), accélère la privatisation du secteur de la santé et celui des médicaments au détriment de SAIDAL.
Le comble de la mauvaise foi chez Said Saadi (l’homme de Toufik) est atteint lorsqu’il déclare que l’amnistie a permis la récupération de plus de 4000 pièces d’armes, en oubliant de mentionner par ailleurs que depuis l’arrivé de Bouteflika, la violence a fait plus de 5000 morts et que la Kabylie est devenue depuis, la région la moins sûre d’Algérie !

Les militants sincères du RCD «et ils sont nombreux » se posent la question du pourquoi d’un tel revirement dans la politique du parti ? Et pourquoi maintenant ?

La réponse à cette interrogation est venue de la bouche même d’un haut responsable du RCD en rupture de banc, troublé et affecté par l’affaire Matoub. Il a contacté le MAOL pour marquer son indignation face à la grande magouille (son identité a été confirmée par le MAOL et sera gardée secrète pour des raisons évidentes concernant la sécurité de cette personne).
Après plusieurs contacts téléphoniques et dans un document écrit, il nous livre son témoignage qui est reproduit ici fidèlement :

 » Militant de la cause berbère de la première heure, j’ai rejoint le RCD dés sa création, séduit par le discours de rupture, l’affirmation laïque et surtout par le côté moderniste de la nouvelle formation.
Militant enthousiaste et convaincu, jusqu’au premier signal d’alarme en 1997 à l’occasion des élections truquées au profit du RND, parti de la présidence. Me trouvant dans les locaux du parti à Alger, je surprends une conversation téléphonique entre Khalida Messaoudi et une personne dont j’ignore le nom ; Khalida insiste sur la nécessité de faire en sorte que véronique Taveau, journaliste à ARTE, chaîne de télévision française, parte avec quelque chose de consistant, elle conclue par cette phrase : « si vous êtes d’accord, les services de sécurité ce n’est pas un problème ».
S’adressant à moi après avoir raccroché le téléphone »ce soir on va leur faire honte » (Laachiya n’bahdlouhoum).

Le soir avant la clôture du scrutin, comme par hasard Khalida sert à Taveau un bourrage d’urnes en «live » par les militants du RND.
Ce scoop médiatique n’a rien de spontané, sans mettre en doute l’honnêteté et l’objectivité de la journaliste, même si elle est très proche des thèses de notre parti, la fraude réelle que personne ne peut mettre doute, n’est pas le problème, mais c’est la mise en scène et la manipulation de la journaliste par son amie Khalida. Les journalistes qui travaillent en Algérie connaissent les difficultés, les entraves et la surveillance dont ils font l’objet.

Taveau n’était qu’un instrument aux mains d’un marionnettiste invisible qui voulait envoyer un message au clan de la présidence ; en tous les cas, les paroles de Khalida lorsque je lui ai posé la question sur les tenants et les aboutissants de cette histoire ne laissent aucun doute : «Zeroual doit comprendre qu’il n’a pas toutes les cartes en main ! ».
Puis vint l’affaire de l’assassinat de Matoub, avant même de lire votre dossier et les révélations sur votre site, je me posais la question sur le rôle joué par certains responsables du parti et pour qui roule réellement Saadi ?
Lorsque le Premier ministre Ouyahia a voulu imposer la loi sur l’arabisation, je me souviens des déclarations de Saadi lors d’une réunion dont vous avez fait état dans votre dossier :«la loi ne passera pas et si tout va comme prévu, elle sera la tombe de la présidence »
Saadi : un visionnaire ou quelqu’un d’informé ?

Quelques années plutôt, n’a t-il pas affirmé en direct à la télévision au chef intégriste du FIS qu’il n’arrivera jamais au pouvoir !

Dès que la radio de l’état a annoncé la mort de Matoub, les responsables du parti ont eu une réaction troublante, il fallait passer partout le mot d’ordre que le GIA était derrière le crime, alors que la rue criait  »pouvoir assassin ». La déclaration de Khalida Messaoudi accusant les islamistes de l’assassinat et affirmant que beaucoup de gens dans le pouvoir y trouvaient leur compte n’était qu’une façon subtile pour ne pas se couper de la base du parti et de la population kabyle qui elle a vu la main du pouvoir dans cet assassinat.

Dès que la tension est tombée après l’enterrement de Matoub, certains membres du RCD, très gênés par les premiers doutes exprimés par la sour et la mère du chanteur, ont commencé par faire un travail de sensibilisation dans le seul but de consolider la piste islamiste en faisant courir la rumeur sur Malika Matoub l’accusant de vouloir faire un nom et un commerce avec l’affaire !
Sans vouloir mettre en cause Ait Hamouda, son comportement après l’assassinat était plus que troublant. Pourquoi voulait-il à tout prix savoir ce que la sour mijotait en répétant à tout bout de champ qu’elle était imprévisible ?

Pourquoi donnait- il de fausses informations aux journaux et notamment le journal Liberté, (information sur l’autopsie en citant des sources proches de l’enquête), il m’a chargé personnellement de faire circuler le nom d’un suspect auprès de certains journalistes, car ma profession donnait de la crédibilité à l’information. J’ai rompu avec le RCD après l’enlèvement du jeune Naim par des membres des GLD pour intimider Malika.

Ma conviction est faite, l’opposition du RCD à l’islamisme n’est que conjoncturelle et les opportunistes utilisent la bonne foi des militants et leur détermination à défendre la démocratie et la cause berbère à des fins bien terre à terre, un statut et une carrière.
Le RCD est devenu un instrument aux mains des affairistes qui espèrent tirer profit des prochaines privatisations, Les militants sincères doivent poser des questions sur les largesses de Rabrab dont profitent Saadi, Messaoudi et les autres. Une démocratie ne se construit que sur des bases saines avec de la transparence. La direction du RCD en acceptant de participer au gouvernement avec les islamistes et Ouyahia, chef de file des corrompus est la preuve que l’heure du partage et de la compromission est arrivée ».

Voilà le témoignage accablant d’un responsable d’une formation politique, l’exemple vivant de la manipulation à grande envergure.
Un parti qui a cautionné toutes les décisions prises par les généraux qui ont conduit le pays au génocide, le RCD et le GIA sont deux faces d’une pièce entres les doigts d’un prestidigitateur habile.
Le GIA descend du maquis pour faire des affaires (licences de taxi et autres aides) fournis par le gouvernement sans renier l’idéologie dont ils sont restés de fidèles adeptes, le RCD rentre au gouvernement en trahissant la mémoire des victimes du terrorisme et la boucle et bouclée.

Vouloir faire croire aux Algériens que le MAOL est le reflet du FIDA ou du GIA après avoir prétendu que le FFS et les services étrangers y sont derrière n’est qu’une manipulation grotesque de la part des naufragés du crime qui ne trouve que des histoires de  » Tayabates El Hammam » (commères) pour répondre aux accusations de génocide.
Tous ces exemples de manipulation tout azimut et coups fourrés en tous genres, ont été cités juste pour donner un aperçu sur ce qui se passe dans les coulisses du CDD, où l’information est le souffre-douleur d’apprentis sorciers qui tentent contre toute logique de ré-inventer la réalité algérienne. Il est incontestable que l’étendue des préjudices causés par ces faussaires de la pensée n’aurait certainement pas été aussi dramatique sans la complicité incriminable d’une classe de journalistes sans âmes qui ont engagé leurs plumes et ont cautionné le mensonge et l’irréalité dans un combat où l’encre coule à flot pour noyer la vérité.

Pour ces pseudo-journalistes le temps s’est arrêté à partir du moment où ils ont signé leurs pactes d’allégeance aux ordonnateurs de la pensée polarisée, car ils ne connaîtront jamais la satisfaction que ressentent les hommes sincères qui prêtent leurs mots à ceux qui n’ont plus de voix pour crier leur peine et soufflent la vie dans les corps meurtris de toutes les victimes.

La chasse aux sorcières:

Le recrutement des journalistes a de tout temps été un objectif de première priorité pour tous les services opérationnels de la DRS. Si on se reporte aux différents domaines où le rôle de la presse est déterminant on comprend aisément la consécration de tout un service avec des moyens illimités avec pour seul but : le contrôle de l’opinion.
Les moyens investis par la DRS pour recruter un journaliste dépendent de l’importance même du sujet opérationnel. Dans tous les cas de figure, si l’on considère un sujet moyen où l’approche directe n’est pas recommandée pour cause de refus probable de collaboration, une enquête de sécurité est conduite pour identifier le maximum de contacts du sujet, étudier ses habitudes même les plus intimes grâce à l’écoute téléphonique, la surveillance et la filature. Quelques fois même des agents extérieurs sont utilisés pour complément d’enquête ; en définitif tout l’ABC du parfait espion est utilisé, le plus important est le résultat. C’est un cas d’école ou l’on peut dire avec beaucoup de liberté que la fin justifie les moyens.

A la fin de toutes ces conspires primaires et suivant le résultat de l’enquête de sécurité plusieurs cas sont possibles, et le meilleur angle d’attaque (une stratégie d’approche) est adopté:

*Si le sujet a des vices, des secrets cachés ou des points faibles exploitables, ils sont vite adoptés et l’approche est décidée. L’officier traitant essaye durant la rencontre d’utiliser la méthode douce et si le sujet accepte de collaborer, les points faibles ne sont pas cités et sont réservés pour plus tard.
Il faut dire que certains journalistes ont offert deux mêmes d’aider le centrale, ils font aussi du renseignement en milieu journalistique pour diverses raisons qui varient du personnel au politique. C’est l’espèce la plus virulente car elle collabore très intensément pour compromettre d’autres journalistes.

*Si le sujet n’a pas de vices ou de secrets particuliers, l’approche est ensuite basée sur la tentation d’une manière indirecte, c’est à dire en utilisant des tiers personne, les plus proches possible, capables de présenter l’offre de collaboration sous un l’angle qui se confond bien avec le profil du sujet comme le nationaliste et l’intérêt suprême du pays par exemple, pourvue que les paroles de la personne qui fait l’approche trouve un écho chez le sujet. Très souvent le résultat dépend de l’engagement politique du sujet.
Dans ce cas qui nous concerne, des journalistes proches des thèses du RCD par exemple sont recrutable en jouant à la fois sur la corde berbériste et sur la lutte contre l’Etat théocratique.

Il arrive que des journalistes acquis aux thèses du tout sécuritaire refusent de collaborer avec le service et s’ils sont intéressants pour la centrale ça devient un problème car le refus de ceux-ci vient de leur volonté de rester libres, pour eux collaborer avec les services de sécurité relève du domaine de la trahison morale bien qu’ils partagent les mêmes idées que l’armée ; par honnêteté intellectuelle, ils ne peuvent pas se permettre une tel engagement.
C’est ce qu’on appelle dans le jargon des services les têtes dures, ou monsieur principes. Peu de personnes parmi cette catégorie accepte de reconsidérer l’offre et accepte de collaborer après la pression ( la torture morale) et les menaces qui viennent dans la deuxième partie de l’approche et où commence l’utilisation de toutes les méthodes basses.
Bien souvent les sujets récalcitrants sont obligés de quitter le pays, abandonner l’écriture, ou pour certains d’entre eux qui persistent, le risque est grand, très grand même car ils peuvent perde la vie.
Nous allons citer deux malheureux exemples parmis cette dernière catégorie:

Le cas Tahar Djaout:

Il n’est pas utile de rappeler qui est Tahar Djaout, car à lui seul ce nom est plein de symboles et c’est justement sur ce symbole que le service voulait à tout prix mettre la main.
Pour Smain Lamari, alors occupé à monter la machine infernale de contre réaction et de répression, Djaout est un trésor et un pôle pouvant réunir autour de lui des personnalités du monde entier. Il fait donc l’objet d’une attention très particulière.
Au début de l’année 1993 les services secrets sont en pleine crise et les pressions internationales poste-coup d’Etat nécessitent une mobilisation massive d’une nouvelle force, un front capable de contenir les réactions hostiles venues de l’extérieure et celle émanant de l’intérieur. Ce front de défense des valeurs républicaines de l’Algérie et qui sera désigné plus tard par la  »société civile » a besoin de forces motrices capables de le générer une poussée dans le sens politique voulu par les généraux.

A cette époque Said Saadi et Khalida Messaoudi ont déjà traversé un long chemin dans la réalisation d’un tel projet en prenant la tête du mouvement pour la république (MPR), mais il fallait s’assurer du ralliement du plus grand nombre d’intellectuels francophones bien sûr pour donner plus de crédit au mouvement. L’occident en général et la France en particulier étant naturellement bien plus sensible aux appels des intectuels de culture française.
C’est la raison pour laquelle Smain a concentré ses efforts sur cette classe particulière d’intellectuels capables d’exporter plus aisément les thèses politiques des Janviéristes.

 

Plusieurs intellectuels prennent très naturellement part à cette grande mobilisation par déontologie ou affinité politique, Rachid Boudjedra, Rachid Mimouni, …et d’autres se sont investis dans cette foire de  »sauvegarde » de la démocratie mais nombreux sont ceux qui sont restés en marge préférant suivre les événements de loin en cette période trouble.
Tahar Djaout change du champ littéraire au champ politique avec l’avènement du FIS, il traduit sur papier assez bien l’esprit du combat que préparent les généraux du MDN, seul différence c’est que Djaout pense en poète et écrit naïvement avec tous les sentiments qui peuvent se réunir chez un poète. Pour lui la rupture doit se faire avec toutes formes d’hégémonie qu’elle soit religieuse ou militaire. Il a même l’intention de créer une association pour la défense de la liberté de la presse à cause des restrictions imposées sur la diffusion de l’information.
Les généraux quant à eux sont plus pragmatiques et doivent réussir le plan du Mokh (le général Mohamed Touati) quelles que soient les conséquences

Djaout est bien connu des services et c’est son coté idéaliste qui pose problème, il a déjà été approché auparavant mais il a complètement refusé de collaborer avec la centrale. Cette fois-ci c’est Smain en personne qui suit le dossier et une enquête très poussée de plusieurs semaines est menée pour essayer de trouver une porte d’entrée, mais en vain.
Le sujet est cristal comme on dit et cela rend son recrutement assez difficile. Smain charge un autre agent  » Kabyle » pour tâter le terrain et essayer d’allier Tahar pour le combat, la réponse de ce dernier est sans appel  » J’agis en mon âme et conscience  »!
Pour Smain Lamari, Djaout est une carte gagnante à tous les coups quelque soit le jeux et  »puisqu’il a refusé de travailler pour le service en étant vivant, il le fera en étant mort ».
Sa liquidation est décidée presque à la hâte suite à une occasion plus que propice, la publication le 25 mai 93 de son article intitulé  » la famille qui avance, la famille qui recule ». En publiant cet article Djaout donne à Smain l’occasion rêvée de faire passer le meurtre pour un acte terroriste.

Très tôt, ce matin du 26 mai 1993, tous les alentours de la cité de Bainem sont vidés des petits vendeurs de cigarettes et des travailleurs des chantiers voisins par l’équipe en charge de l’opération. C’est un commando de l’escadron de la mort, la fameuse équipe 192, qui se présente vers dix heures devant la voiture de Tahar Djaout (garée près de son immeuble). Ce dernier vient tout juste de la mettre en marche et c’est un professionnel qui l’exécute après l’avoir appelé par son prénom pour confirmation de l’identité. Pour maquiller le crime, le corps ensanglanté est sorti de la voiture et jeté sur le sol, le tueur prend la voiture et quitte la cité le plus normalement du monde. La voiture est bien sûr retrouvée abandonnée non loin de Bainem.

Cinq jours après, un jeune homme tremblant face à la caméra de télévision, visiblement affecté par la torture, avoue son implication dans l’assassinat du poète. La confession est très claire et les motifs bien établis,  » l’obscurantisme religieux vient de commettre un crime qui soulève toute la Kabylie ». Une campagne médiatique sans précédant est organisée, le mot d’ordre est donné, le coupable invisible tout désigné : Le GIA a tué son journaliste Kabyle numéro un !

Les avocats du vendeur de bonbons présenté à la télévision arrivent très facilement à prouver que leur client est innocent et pour cause au moment des faits il jouait un match de basket à Ben Aknoun, le juge n’a pas d’autres alternatives que de relâcher le pseudo-assassin, les autres complices présumés sont comme d’habitude  »selon un communiqué officiel  » abattus plus tard dans des opérations de police.
Nous avons vu depuis plusieurs repentis défiler devant la caméra de télévision avouant des crimes aussi effroyables les uns que les autres, les exemples son nombreux (Djilali Liabes, M’hamed Boukhobza, Boucebsi, Benhamouda…)
La famille de Djaout a essayé de trouver des témoins parmi les habitants de la cité où tout le monde se connaît, mais en vain. Le commissariat de police locale a déjà fait le nettoyage nécessaire en embarquant une foule de jeunes du quartier qui ont en vu de toutes les couleurs dans les locaux de la police, ils ont appris à la sortie à dire :  » je n’ai rien vu et ça ne me regarde pas », la peur qui régnait a fait le reste.

Smain par contre ne s’attend pas à la création d’un comité de vérité sur l’assassinat de Tahar Djaout, et rien que l’idée de ce comité le met hors de lui, surtout que des journalistes ont suivit ce comité qui pose des questions très embarrassantes et ce n’est pas par hasard que le 15 juin le co-fondateurs de ce comité en l’occurrence, le psychiatre Mahfoud Boucebsi est sauvagement assassiné à l’arme blanche, la signature du crime est un double message, rien ne peut arrêter les fous du pouvoir.

Cette assassinat ressemble très étrangement par ses motifs et ses buts à celui du Chanteur Matoub Lounes, différents lieux, différentes époques, le but rechercher dans les deux cas par Smain et Toufik est le même : la manipulation des foules par ses symboles, même au delà des frontières.
Les retombées médiatiques et politiques de ce meurtre sont énormes, que se soit en milieu journalistique ou politique et la machinerie de la société civile a bien avancé depuis en utilisant la mémoire d’un symbole qui est contraint à la collaboration en étant mort à cause de certains ( Said Saadi &co) qui n’ont nullement hésité à mettre en avant le nom de Djaout à toutes les sauces politico-mafieuses comme ils le feront ensuite avec Matoub.

Le cas Said Mekbal:

De part son caractère Said Mekbal était très proche de Djaout. Connue dans le service sous son célèbre pseudo  »Mesmar J’ha », lui aussi a fait l’objet d’une approche de collaboration par le service de Smain. Insolent, c’est ainsi qu’il est qualifié par l’officier qui a essayé de le recruter, et malgré le fait qu’il ait bénéficié d’une bourse à l’étranger offerte par le ministère de la défense, son attitude est restée plutôt ingrate vis-à-vis du service.

Il s’est fait une réputation par ses écrits peu flatteurs à l’égard des islamistes d’une part et du commandement militaire d’autres part ; ce qui lui a valu d’être plusieurs fois suspendu du journal et rappelé à l’ordre de manière assez désagréable. Said Mekbal a refusé de cautionner la politique du changement partiel, pour lui les islamistes et les militaires sont deux diables de différentes couleurs. Le plus grave pour Mekbel c’est qu’il agaçait très sérieusement Toufik par ses écrits et ses allégations répétées concernant l’implication des services de sécurité dans le meurtre de certains journalistes. Toufik lui fait parvenir un message assez clair  » à ce rythme tu ne vas pas tarder à rejoindre Djaout  » !

En accordant une interview à une journaliste allemande ( dont le nom ne sera pas cité pour des raisons de sécurité et qui garde encore l’enregistrement audio de la rencontre) et ce quelques semaines avant sa mort, il lui a clairement répondu à la question :  »qui veut vous tuer ? »
 »Si vous apprenez que j’ai été assassiné sachez que c’est le général Toufik qui aura ordonné mon exécution ! »

Ses engagements politiques le rendaient naturellement hostile à toute collaboration directe ou indirecte avec les services de sécurité. Quand l’officier en charge de son recrutement lui demande de collaborer avec le service, il a la même attitude que celle de Louisa Hanoune lors de son arrestation en 89 à Ben Aknoun avec sa copine d’Air Algérie. La réponse est identique et le ton employé pour marquer le refus, assez fort,  » Je ne collaborerai pas et faites ce que vous voulez ».

A tout seigneur tout honneur, c’est la réponse que Smain ne voulait surtout pas entendre et c’est la même équipe qui a monté l’opération Djaout qui s’est occupée du dossier Mekbel, et de la même manière : une exécution en bonne et due forme. Seulement dans ce cas, Said Mekbel qui échappe à un attentat le 08 mars 1993, est depuis sur ses gardes et difficile d’approche et c’est la raison pour laquelle le  »travail » est confié à un homme de main de Smain, Abdel Malek Amalou, connu dans le service pour son professionnalisme sous le pseudo « le liquidateur ». Il s’est fait une grande réputation après le meurtre à Paris en 1987 de l’avocat Ali Messili.

Le liquidateur a besoin de s’approcher de Said Mekbel sans que ce dernier puisse se douter de quoi que se soit. Ce qui est fait grâce à la collaboration d’un agent féminin, ( une journaliste qui accompagne le tueur au moment du crime et qui connaît Said Mekbel. Elle le piège et c’est Toufik et Smain qui arrachent  »Mesmar Dj’ha ». Said Mekbel porte le numéro 27.

Il est douloureux de citer ces exemples car les motivations de Toufik et de Smain Lamari sont multiples, en plus des retombées médiatiques de ces opérations funestes, ces assassinats servent d’exemples à d’autres journalistes qui craignant pour leurs vies n’ont plus le choix. Pour les responsables du service presse de la DRS, après les meurtres de plusieurs journalistes soit par le service comme c’est le cas des exemples précédents soit par la main des islamistes, la cueillette des plumes est devenue très facile. Il fallait les recevoir à bras ouvert et leur offrir la sécurité, les armes ( beaucoup de journalistes sont armés suite à cela par le service ) et tout le confort dont ils ont besoin en échange de leur contribution bienveillante.

Il est important de noter que derrière ces meurtres de journalistes ( surtout les journalistes étrangers ), les généraux Toufik et Smain ont aussi un objectif hautement stratégique par ces liquidations, à savoir le contrôle par ricoché de la presse étrangère et ce par l’imposition d’une protection rapprochée permanente durant tout le séjour du journaliste en Algérie.

De cette façon les généraux sont sûrs de limiter le champ d’action des journalistes étrangers qui ne verront en fin de compte que ce qui arrange le commandement militaire et rien d’autre. Même les contacts avec la population civile sont réduits au strict minimum pour éviter tout dérapage. L’opinion internationale doit à tout prix avoir le même son de cloche  » l’armée est au-dessus de tout soupçon ».

Les victimes :

En plus de ceux qui ont perdu leurs vies, reste ceux qui ont énormément souffert et auxquels nous rendons un grand hommage pour leur courage, leur honnêteté, leur persévérance et leur résistance.
Ils ont subit des tortures en tous genres, des viols, des harcèlements judiciaires et des insultes dans le meilleur des cas. Leur souffrance est celle du peuple algérien avec lequel ils sont toujours restés honnêtes.
Nous ne pouvons pas les citer tous et nous n’avons aucune décoration à leur offrir sinon notre profonde reconnaissance et notre profond respect. Parmi ceux là nous citons :

Salima Ghezali,
Chawki Amari (caricaturiste),
Marc Marginedas (correspondant d’El periõdeco : expulsé),
Mourad Hadjersi(journaliste free lance),
Baya Gacemi (la Tribune),
Faycel Metaoui (El Watan),
Mohamed Sifaoui (correspondant de jeune Afrique),
Abi Mounir (caricaturiste l’Authentique),
Abdelaziz Houmad (directeur d’Ouest Info),
Billal Thaminy (l’ Authentique)
Djillali Hadjaj (El Watan),
Saad Bouakba ( El Youm),
Zoubir Souissi (ancien directeur du soir d’Algérie),
H’mida layachi(El Khabar),
Abdel Ali Hocine (Gayad) (El Khabar),
Djamel Benmered (Exilé),
El Kadi Ihsane (Le quotidien d’Oran),
Touhami Madjouri (El Alam Assiyassi),
Daikha Dridi (free lance),
Mourad Aït Ouarab (free lance),
Ahmed Kaci(l’Authentique).

La dernière victime en date du colonel Hadj Zoubir est un jeune photographe Walid Zeroug, arrêté le mardi 28 mars 2000 à 19h30. Il a été emmené à Ben Aknoun (Belaroussi) où il a passé cinq nuits avant d’être relâché le dimanche vers 17 heures après que l’AFP ait rendu publique l’information.
Ce photographe âgé de 24 ans travaille entre autres pour l’agence française IMA Presse. Son arrestation est directement liée au fait qu’il connaît personnellement l’attaché de presse au sein de l’ambassade de France à Alger. Zoubir avait demandé à Walid Zeroug de collaborer avec lui mais le jeune photographe a refusé.

Les disparus :

Une pensé très particulière à quatre journalistes disparus dont deux arrêtés officiellement par les services de sécurité, à ce jour leur sort est identique à celui des milliers de victimes disparus qui nous interpellent à tous les instants pour que l’on fasse toute la lumière sur les.

Djamil Fahassi : (Radio Algérienne, chaîne III),
Aziz Bouabdallah (El Alam El Siyassi),
Tous deux arrêtés par les services de sécurité.

Kadour Bouselham, (Horizons),
Mohamed Hassaine, (Alger Républicain),
Présumés tués par des groupes islamistes.

Les Agents des services:

Nous tenons avant toute chose à préciser que les noms qui vont suivre sont ceux des personnes qui ont volontairement choisi de collaborer avec les services de sécurité. Les copies des dossiers agents (ou fiches bleues) qu’ils ont signé ainsi que les preuves de leurs méfaits seront transmis aux instances judiciaires le moment venu. Ces journalistes ainsi que d’autres, ont vendu leurs âmes aux assassins de leurs collègues journalistes. Nous n’allons pas non plus nous rabaisser et décrire les détails de leurs vies privées soigneusement notés dans leurs dossiers par les responsables des services et ce d’abord par respect pour leurs familles et aussi par respect pour les lecteurs de ce dossier.

Nous n’avons pas pris en considération le cas des journalistes qui ont cédé sous les menaces et les exactions en tout genre, car ceux là ont au moins le mérite d’avoir essayer de résister. Il faut dire qu’il n’est pas toujours facile de supporter les tortures de quelle nature que se soit.

El Watan:

Salima Tlemçani de son vrai nom Zineb Oubouchou, a été recrutée par le colonel Fawzi. Ses collègues l’ont surnommé le général à cause de ses contacts permanents avec le service et son autorité. Elle est utilisée par Zoubir comme sergent recruteur spécialement avec les journalistes étrangers et remplit des missions pour le service surtout à l’étranger. Elle a déjà été envoyée à une réunion de la fédération internationale de journalistes pour passer les messages de la DRS  » C’est uniquement les islamistes qui tuent en Algérie ». Elle doit partir le 03 mai à Barcelone pour participer à un séminaire international organisé par la coordination des journalistes catalans à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse.
Elle a initié les attaques contre le MAOL d’après les instructions de Zoubir en commençant par diffuser des messages sur Internet sous le pseudonyme de  » SalimaPour ».

Tayeb Belghiche:(actionnaire d’El Watan), surnommé le manchot par les services du CCD; parce qu’il a perdu un bras durant son enfance lorsqu’il a sauté sur une mine dans la région de Souk Ahras.
Il s’est, dès les années 70, spécialisé dans le conflit Algéro-Marocain et l’affaire du Sahara Occidentale.
Tayeb Belghiche est l’agent favori du service pour ce qui est des campagnes de propagandes contre le Maroc et les questions relatives au problème Sahraoui.
C’est lui qui a fait entrer, il y’a dix ans, ABLA CHERIF, de son vrai nom  »Amel Boumediène », dans le monde de la presse. Il l’a mise en relation avec les officiers des services et l’a convaincue de collaborer.

Liberté :

Nacer Belhadjoudja : il est utilisé par le service surtout pour espionner ses collègues, Zoubir l’a bien utilisé pour espionner Ghalib Djebour à l’Authentique, mais il est viré quand le directeur de journal s’en rend compte.
Ses deux frères travaillent aussi pour le service, Rédha Belhadjoudja signe la chronique en page 24 de liberté « le nez et la perte » sous le pseudonyme Hakim Laalam ; Said Belhadjoudja travaille comme correspondant du Soir d’Algérie à Annaba. C’est Nacer qui est le plus lié à Zoubir qui le traite comme son dauphin.

Abrous Outoudert(directeur du quotidien Liberté) : il a été durant de longues années fonctionnaire au ministère de la communication. Il s’occupait de la censure. Originaire du village de Taguemount Azouz, daira de Beni Douala wilaya de Tizi Ouzou, il a été contacté par Isaad Rabrab quand celui-ci a décidé de créer Liberté. Les deux sont originaires de Taguemount Azouz. Ils sont aussi cousins éloignés. Abrous est chargé de la gestion du quotidien liberté afin que Rabrab n’apparaisse pas. Abrous est très proche de Zoubir qui l’utilise comme agent de renseignement notamment auprès de l’ambassade de France où Abrous a des contacts importants. L’information publiée sur le radar de liberté concernant Betchine lui a valu d’être emprisonné. Cette affaire cousue de fils blancs lui a aussi permis de gagner en crédibilité en plus de la prime du service.

Ghania Khelifi.

El Khabar:

Ali Djerri.

Le Matin :

Farid Alilet.

Le Soir D’Algérie:

Fouad Boughanem,
Rabah Abdellah.

Horizons:

Naama Abbes, C’est le colonel Fawzi qui a convaincu Liamine Bechichi à l’époque ministre de la communication de nommer Naama Abbes (Bi-National car née en France) au journal Horizons.

La Tribune:

Khair-eddine Ameyar,
Bachir Chérif Hassan

France 2 :

Ahmed Ouandjli (correspondant ),

Al-Jazzerah:

Boualem Allah Hamid (correspondant ),

La radio algérienne chaîne 3:

Zehira Yahi.

El-Hayat:

Mohamed Moqaddem. (Anis Rahmani)

MBC:

Ahmed Megaache.

Le Quotidien d’Oran :

Mounir Bendjemaa : Ancien journaliste à Horizons et à l’Authentique où il a espionné pour le compte de Zoubir. Après son éviction de ce journal Zoubir le nomme au Quotidien d’Oran, ce journal en partie propriété du chef de la deuxième région en l’occurrence le général Kamel Aberahman. Mounir B. est aussi utilisé pour essayer de discréditer le MAOL sur Internet en lançant des messages sur les sites où il y’a des forums d’algériens.

Hebdo Libéré:

Abderrahmane Mahmoudi.

Le directeur d’Achaab:

Azzedine Boukerdousse.

Le secrétaire général du syndicat national des journalistes ( SNJ ): promu à ce poste par le service : RABAH ABDELLAH. Il signe ses articles au « soir d’Algérie » sous le
Pseudonyme Sofiane Aït Iflis.

El Moudjahid :

Mouloud Benmohamed, qui est devenu presque un habitué des rencontres sur les droits de l’homme à Genève et Paris. Il est envoyé en mission pour prendre des photos et des enregistrements qu’il remet ensuite à Zoubir.

Ces agents des services sont animés par le désir d’arriver vite au sommet comme leurs prédécesseurs que les officiers recruteurs citent en exemple. Le service a souvent bien récompensé ses serviteurs fidèles afin qu’ils servent d’exemples aux autres journalistes plus soucieux de se faire une réputation que de faire honnêtement leur métier.

Zahia Benarouss : Ministre.

Hamraoui Habib Chawki: Ministre.

Ahmed Boubrik:Directeur de la station ENTV de constantine.

Chadli Boufaroua: est devenu directeur du centre d’écoute de Dély Brahim.

Mohamed Tigane : directeur d’El Massa.

Nacer M’hel : directeur de l’APS (ex. Chef du bureau de l’APS à Tokyo, Mexico, et Washington et agent attitré de la DRS).

Naama Abbes : est devenue directrice de l’Horizons.

Abdelhak Bouatoura : Un ancien journaliste à Horizons. Il est récompensé par la DRS en 1997 en le nommant comme attaché de presse au ministère de l’intérieur.

Fatiha Akkab : Ancienne journaliste à Algérie Actualité, devenue fonctionnaire au ministère de la communication.

Zoubir, les Affaires et les Autres :

Le chargé du contrôle de la presse Tahri Zoubir a réagit de la même façon que ses chefs, à peine installer à son poste a Belaroussi qu’il s’est investi en parallèle dans la fructification des affaires de la famille. El hadj Zoubir est le frère de Miloud Zoubir, l’ancien Wali de M’sila, nommé après le dernier mouvement des walis à la willaya de Ghelizane grâce à l’intervention du colonel Zoubir, le frère protecteur.

En 1995, les services judiciaires de la gendarmerie nationale mettent à jours un trafic à grande échelle de passeports, de cartes jaunes (dispense du service militaire) et de sursis militaires valables à l’étranger. Parmi les personnes mises en cause, le propre frère du colonel Zoubir alors wali de M’sila, le commandant du secteur militaire et d’autres relais dans l’administration locale. En fait même Zoubir est bien impliqué en assurant la sécurité de tout le réseau. A 12.000FF (nouveaux francs) la carte jaune et 8.000FF le sursis, les comptes atteignent très vite des sommes gigantesques. Profitant du climat d’insécurité générale et de la crainte des parents pour leurs enfants qui ont atteint l’âge du service militaire, Zoubir et ses complices ont organisé ce commerce très lucratif de la vie humaine. Les parents des jeunes appelés qui peuvent se permettre même en vendant leurs biens préfèrent acheter la vie de leurs enfants plutôt que de les voir partir vers une mort certaine, trop de jeunes ne sont jamais revenus de l’abattoir.

Le colonel Tahri Zoubir

Quand le colonel Zoubir prend connaissance des investigations menées par les gendarmes autour de cette affaire, c’est en personne qu’il dirige les tractations avec le service concerné de la gendarmerie. Ses arguments en tant qu’officier supérieur de la DRS très connu dans le milieu opérationnel sont solides et pour lui le service de police judiciaire de la gendarmerie est entrain de faire capoter une opération interne au service de la DRS couverte par le sceau du secret à des fins de lutte contre le terrorisme. Il est vrai que les services opérationnels de la DRS montent des affaires de toutes pièces (le miel qui attire les abeilles) soit pour des besoins d’infiltration soit pour la neutralisation de certains éléments, (le dossier de la lutte antiterroriste en traitera quelques exemples). Mais aussi d’autres opérations du genre sont aussi préparées pour des besoins personnels, le plus souvent pour le compte des chefs qui veulent éliminer des concurrents gênants ou avoir l’avantage dans des domaines qui les intéressent.

Malheureusement pour Zoubir, un journaliste travaillant pour le journal Le Matin eut vent de cette affaire (sans pour autant qu’il sache le lien de parenté qui existe entre le Colonel Zoubir et le Wali de M’sila), il publie un article sur les dépassements de ce wali. En apprenant la nouvelle, Zoubir devient fou et fait tout pour nuire à ce journaliste : arrestation par Tartague, coups, insultes, menaces de viol et de mort… Toute la machinerie répressive est mise à contribution pour enterrer le sujet en question. Comme à l’accoutumée, Zoubir fait sortir le chef d’inculpation classique, à savoir intelligence pour un service étranger pour légaliser l’arrestation de l’auteur du fâcheux article vis à vis de ses collègues, car le journaliste en question avait des connaissances au sein de l’ambassade de France et des Etats-Unis à Alger.

Les affaires des frères Tahri dépassent largement le cadre du trafic de documents militaires, ils ont même monté grâce à l’argent récolté par ces transactions honteuses, une société d’importation de produits électroménagers en provenance de Tunisie avec le partenariat du chef de sûreté de la wilaya de M’sila et le commandant du secteur militaire. Leur société est devenue avec le temps l’une des plus importante qui fait de la distribution (vente en gros) pour tous les commerçants de l’ouest du pays et même du centre. Leur chiffre d’affaire dépasse les 300 milliards de centimes et c’est grâce à Zoubir que le service des douanes n’a jamais un droit de regard sur ce commerce juteux qui est en pleine floraison.

Une des premières victimes de Zoubir est le DEC d’El Biar, le nommé Mohamed Maarouf qui cède sous les menaces claires de Zoubir. Ce dernier exige avec insistance un lot de terrain pour construction dans la commune. C’est finalement derrière le stade d’El Biar qu’il réussit à en avoir un à un prix dérisoire pour le moins que l’on puisse dire en comparaison avec les prix réels pratiqués sur le marché. Sans se soucier des frais, il fait appel à l’entrepreneur favori des généraux, un certain  »Ami Salah » qui a construit deux villas pour le général Mohamed Touati, deux autres pour le général Abdel Madjid Taghrirt, une autre pour le général Mohamed Lamari ( pour son Fils Mourad) et pour bien d’autres officiers supérieurs.

La villa la moins chère a coûté plus de 2,5 milliards de centimes. Celle de Zoubir a coûté près de trois milliards, une somme modique pour ce colonel businessman qui s’est fait construire deux autres villas à Oran, l’une aux noms des membres de sa famille, en plus des logements de fonction qu’il n’a jamais quitté. Cela fait bien de l’espace pour un seul colonel. Rien à voir avec la réalité algérienne, cet officier supérieur parmi tant d’autres vit dans le luxe et la luxure alors que la crise de logement bat son plein.
La mutation du frère wali n’est pas due au hasard, le budget de reconstruction de cette zone martyre aiguise les appétits des vautours du trafic de l’immobilier et du foncier, et les affaires des frères dans ce domaine ne sont pas en laisse. Déjà à M’sila, le Wali Miloud Tahri s’est bien servi et le montant du trafic de lots de terrain, logements d’habitation, locaux commerciaux et engins de transport lourds, est effarant. Pareillement Zoubir a fait de même à Alger avec l’ex. Gouverneur Chérif Rahmani et  »Salah » le fameux entrepreneur. Des terrains agricoles ont été détournés, reclassés constructibles, construits et revendus à des prix exorbitants. Même d’anciens cimetières chrétiens n’ont pas échappé à leur voracité et ont été vendus comme terrains constructibles.

Le lecteur peut se demander légitimement comment est ce que les chefs de Zoubir laissent faire ce subordonné ? En réalité pour eux ces petits trafics c’est du menu fretin. Ils laissent faire pour s’assurer du soutien d’officiers comme Zoubir. Ils peuvent cependant à tout moment le traduire en justice quand il devient gênant ou trop gourmand. Les généraux préfèrent laisser ces miettes aux officiers qui les secondent.
Les affaires des généraux se chiffrent en millions de dollars et les officiers de l’espèce de Zoubir évitent bien de toucher aux chasses gardées des grands.

Le cas du Colonel Zoubir, chef du CCD n’est qu’un exemple parmi des centaines d’autres qui usent leurs fonctions comme un tremplin vers la richesse et qui travaillent d’arrache-pied pour s’assurer une place au soleil. Zoubir sait que son poste lui permet de faire taire tous ceux qui osent parler de corruption, de détournements et de tout ce qui dérange les chefs. C’est de ce point précis qu’il tire sa force et son pouvoir.

Djillali Hadjadj, journaliste et médecin de formation, a longtemps travaillé au journal El Watan et s’est spécialisé au fil des ans dans les affaires de corruptions surtout depuis l’arrivée de Zeroual au pouvoir. Il a écrit un livre traitant aussi de l’étendue du fléau de la corruption dans notre société. Il était bien vu par les responsables des services depuis qu’il avait lancé une série d’articles sur l’empire du Général Betchine, bien plus il a même été félicité plus d’une fois par Zoubir pour son travail. Le vent a très vite tourné dès que ce même journaliste a commencé à s’intéresser de près à l’empire de Toufik et des autres généraux, une pluie d’insultes et de menaces de mort s’est abattue sur lui.

Suite au refus d’abandonner ses enquêtes, Zoubir met tout son poids et utilise tous ses contacts pour le faire renvoyer du journal en décembre 1999. Devant toutes ces exactions, le journaliste persiste en militant contre la corruption au sein de l’association qu’il a crée et a assisté dernièrement en Afrique du Sud au congrès contre la corruption.

Bien des journalistes honnêtes et sincères qui se sont investis dans ce métier noble où la vérité est reine, ont été cassés, poursuivis, martyrisés, assassinés ou dans le meilleur des cas, poussés à l’exil soit par Zoubir, Fawzi ou d’autres manipulateurs de l’ombre qui veulent étouffer à tout prix les voix qui se révoltent. Tant qu’il y aura des gros rats qui se déplacent dans la nuit, croquent l’Algérie à pleines dents et se remplissent le ventre, l’Algérie restera à genoux et son peuple boira l’élixir de l’humiliation que les rats mijotent.

En conclusion notre unique souhait est de pouvoir contribuer par la diffusion de ce dossier à la levée des restrictions qui pèsent sur la liberté de la presse. Que les monstres qui guettent l’Algérie soient bannis à jamais ! Que Zineb et les autres inquisiteurs disparaissent du monde de la presse, car ils ne valent pas mieux que les terroristes islamistes qu’ils combattent.

Notre promesse à tous ceux qui ont donné leurs vies pour la vérité et de continuer à démasquer et à combattre tous les faux démocrates qui se vendent à Rabrab et ses acolytes. Tous les prêcheurs de mensonges qui assassinent l’espoir des plus démunis. Tous les Toufik et Smain qui étouffent les voix de la vérité et souillent de leurs empreintes indélébiles les pages de l’histoire.

Hommages aux journalistes qui ont été la proie de la folie humaine et des renégats aux milles visages. Des noms qui sont tombés l’un après l’autre avec bravoure et dignité. Leur mémoire restera le phare de tous ceux qui disent NON haut et fort aux démons du mensonge.

En cette occasion nous rendons un grand hommage à lutte de Taoufik Ben Brick qui balise le chemin de la vérité avec honneur et courage.

Peuple algérien, personne ne sait de quoi sera fait demain tant que ta volonté reste souveraine et ton désir suprême.

Gloire à nos martyrs et vive l’Algérie

Publié dans DRS(39) | 2 Commentaires »

« Le pouvoir algérien récompense les officiers criminels de la sale guerre »

Posté par algeriedemocratie le 15 juillet 2009

« Le pouvoir algérien récompense les officiers criminels de la sale guerre »

 

Même les symboles de l’Histoire ne sont pas épargnés !

 

Ce 5 juillet, date hautement symbolique de l’indépendance, a été souillé par la promotion au rang de général du sinistre Mhenna Djebbar. Encore une insulte, à la mémoire des hommes qui ont rendu possible le miracle du premier novembre ; Encore une injure, à la mémoire des 250.000 victimes de la sale guerre! Encore un outrage á l’Armée Nationale Populaire de devoir désormais compter dans ces rangs un autre odieux général qui s’était acharné contre les Algériens à l’instar des Nezzar, Touati et Lamari pour ne citer que les plus illustres! Cette promotion n’a en fait rien de surprenant, elle ne fait que confirmer la logique du pouvoir qui glorifie le bourreau de milliers d’Algériens qui ont eu le malheur de tomber entre ses griffes.


En dépit de quinze années sanglantes, le mépris voué aux citoyens qui assistent impuissants à la destruction et au démantèlement systématique de la société algérienne est criard et se traduit au quotidien par les ignobles manigances, les gesticulations des plus sordides telles que la gratification des criminels, La corruption effrénée de la classe politique, la soumission des médias, la manipulation des masses, la rétribution des médiocres et des incompétents, l’encouragement du vice et de la perversion, l’avilissement de la justice, la répression féroce de toute contestation, les luttes claniques pour l’accaparement de la rente avec un partage inéquitable des richesses… Cet acharnement sans limites qui vise à désarticuler toutes les structures sociales, n’est que le signe avéré de la volonté de ces imposteurs de vouloir à tout prix pérenniser ce système mafieux qui a conduit le pays à la catastrophe depuis 1962.
La farce démocratique de 1989, interrompue quelques années plus tard par le putsch militaire de janvier 1992, a été habilement améliorée, mais il n’en demeure pas moins que cette pseudo démocratie sert de façade pour légitimer toutes sortes d’abus. Pour preuve, il suffit de constater le harcèlement permanent que subissent certains journalistes, sans parler des représentants des droits de l’Homme et des organisations qui revendiquent la vérité sur les disparus (pour ne citer que ceux-là). Il suffit juste de recenser l’ampleur des interdits qui pèsent sur certaines formations politiques qui luttent pour un changement réel pour mesurer la détermination des barons qui ont mis main basse sur l’Algérie.

En revanche quel changement espérer avec ce paysage politique où se côtoient des partis satellites, domestiqués, simples figurants (à l’image de l’UDR) qui ont l’insolence d’afficher leur allégeance au DRS ? Il est vain et insensé d’espérer qu’un quelconque changement puisse venir de cette classe politique sclérosée et désuète, enfermée sur sa logique vassale.
En réalité, seule une force populaire unifiée renversera ce régime criminel ! C’est par la prise de conscience de sa foi, de sa volonté, de ses capacités que le peuple algérien mettra fin à l’injustice, chassera les tortionnaires, ces géniteurs de terrorisme, ces gangsters qui prennent en otage tout un peuple par le biais du cabinet noir dirigé par des usurpateurs, à leur tête Larbi Belkheir, ses camarades DAF et leurs sbires.
On ne peut que s’interroger sur les raisons qui poussent le pouvoir a multiplié les compromissions et concessions, allant jusqu’à hypothéquer les richesses du sous sol et brader la souveraineté nationale pourtant chèrement acquise par le sacrifice d’un million et demi de martyrs. Que signifie cette ouverture économique ? Pourquoi cette volonté d’attirer les investissements étrangers alors qu’aucune réforme économique sérieuse n’ait été engagée ?
En réalité, il ne s’agit que d’une superposition de rôles ; A la force de l’arme s’est substituée la puissance financière. Les mêmes vieux et indéboulonnables acteurs se sont arrogés de nouveaux rôles, comme par exemple le général Mohamed Lamari qui par dessus son costume de militaire a enfilé le costume du businessman, gardant ainsi comme la plupart de ses pairs, un œil rivé sur l’armée et l’autre sur les affaires.
Les nouveaux travestis cherchent à s’offrir ainsi un habit de respectabilité sur la scène politique internationale dominée par le libéralisme sauvage. En jouant sur le double tableau militaire et économique, les supplétifs de l’armée coloniale ne retrouvent que leurs réflexes du passé. Plaire au maîtres du monde et écraser leurs propres administrés.


Ces manigances ont également pour objectif d’entraver toutes avancées de la Justice et de la Démocratie et d’aggraver le chaos social compte tenu de l’inadaptation flagrante non seulement de toutes les structures socio-économiques mais également l’impréparation du peuple algérien à une telle ouverture. Même si elle est connue, il importe de souligner la véritable motivation :


Passés maîtres dans les techniques de corruptions, ces barons de la décennie rouge usent de l’ouverture économique et de l’investissement étranger, comme gage à leur impunité. Ces alliances conjoncturelles et ces gesticulations ne sont que des manœuvres dilatoires destinées à échapper à la justice, et de s’offrir au prix fort une nouvelle virginité qui leur garantirait l’impunité pour les crimes dont ils sont coupables, depuis et avant l’Indépendance.
Pour ces criminels la seule règle qui leur importe est de sauver leur peau au détriment du peuple et de sa glorieuse histoire quitte à pérenniser un système honni et à bafouer les valeurs immuables de la nation algérienne. Ce discours par lequel ils prônent la réconciliation qui n’est basée sur aucun fondement juridique préalable, est des plus cynique, jouant d’une main sur les revendications des frondeurs, de l’humanité d’un peuple épuisé, tout en actionnant simultanément de l’autre main, la machine de mort : répression, enlèvements, tortures, asservissement de la presse, atteintes aux droits élémentaires des citoyens, etc. Parmi la multitude de preuves irréfutables sur cette politique à double vitesse, il est utile de citer au moins les deux cas flagrants que sont : le maintien en vigueur de l’état d’urgence décrété en février 1992 et la justice qui toujours en quête de son indépendance continue d’être subordonnée à l’état policier.


Deux faits récents illustrent les plus grotesques impostures de cette junte militaire :


1-L’une des parodies les plus caricaturales est bien le procès de Amari Saïfi alias Abderazak El para : cet émir du GSPC a été condamné par contumace alors qu’il est détenu dans un centre du DRS à Ben Aknoun. Pourquoi n’a t-il pas comparu à l’audience lors de son jugement? A-t-on eu peur de son témoignage ? A-t-il eu besoin de plus de temps pour apprendre par cœur la leçon à réciter lors de sa prochaine comparution ou du prochain show médiatisé ? Il est vrai que son rôle est quelque peu complexe : glorifier la mission du DRS et taxer s’il le faut beaucoup d’algériens de dangereux terroristes islamistes pour plaire aux puissances occidentales dominantes. L’autre hypothèse est celle de sa très probable liquidation vu qu’il constitue un témoin gênant qui menaçait l’édifice du DRS par ses révélations ? Une chose est certaine, les téléspectateurs qui ont suivi le reportage de sa captivité au Tchad, restent dubitatifs sur les capacités du « fils de Blanchette » à kidnapper une trentaine de touristes européens, à tenir tête aux forces spéciales multinationales en plein Sahara pendant près de six mois, et à négocier une forte rançon avec l’état allemand ! L’extravagance de la mise en scène est telle que le mystère qui entoure cette affaire demeure persistant pour le commun des citoyens, mais nous reviendrons prochainement avec un dossier détaillé sur cette énigmatique affaire et ses répercussions sur la région du Sahel. Affaire qui rajoute non pas à la confusion mais au grotesque de la manipulation d’un tel personnage : quelques temps avant sa capture par le mouvement rebelle tchadien (MDJT), sa mort avait déjà été annoncée (il aurait selon la presse glissé dans un ravin). Bref l’opinion retiendra que le para a été jugé sur la base des PV du DRS, piétinant ainsi le droit sans qu’aucun juge ne s’en offusque !


2- Le procès de l’ex wali Bachir Frik traîne avec lui ses relents de règlement de compte en haut lieu et constitue une démonstration de mise en garde destinée à ceux qui oseraient dénoncer les dépassements ou envisageraient de contrarier les desseins des seigneurs du régime sanguinaire. Dans cette affaire, l’incarcération du l’ex wali d’Oran a servi d’exemple et de signal à tous ceux qui voudraient recourir à la justice. Pour avoir dénoncer les appétits voraces du général Kamel Abderahmane et de son subordonné de l’époque le commandant Aïssa Talbi Alias Ramzi et leur implication directe dans un vaste trafic de drogue, l’ex Wali a écopé de huit ans de prison. Ce général, le Pablo Escobar algérien, ex chef de la DCSA – Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée – et membre influent du cercle très fermé de la mafia qui dirige l’Algérie, n’a même pas eu affaire à la justice. Qui peut ou pourrait l’inquiéter, lui le baron de la drogue qui jouit de l’impunité absolue grâce à son amitié avec le chef du DRS, alors que la drogue a inondé les rues de nos villes, n’épargnant ni les établissements scolaires, ni les hôpitaux, ni les casernes?
Il est certain que tous les walis ne sont pas blancs comme neige mais s’en prendre à Frik avec un tel acharnement laisse perplexe puisque les faits qui lui sont reprochés ne représentent qu’une part infime par rapport aux malversations et autres faits graves commis par ses confrères qui eux, bénéficient de la protection des parrains du cabinet noir. Ce ne sont pas les exemples qui manquent tant la rapine et la corruption sont érigées en mode de gestion. Si de telles pratiques sont courantes c’est bien la faute aux harkis qui continuent de poursuivre leur œuvre de destruction en minant le développement et en cherchant à avilir les Algériens.


Les huit années de réclusion écopées par l’ex wali peuvent être interprétées comme un avertissement à tout ceux qui, quelque soit leur rang ou leur fonction n’ont pas encore compris où se trouve le centre du pouvoir. Qui osera à l’avenir dénoncer les Larbi Belkheir, Smain Lamari, Médiène Mohamed et consorts ?
Tant que les criminels occupent des postes névralgiques dans la hiérarchie militaire, le combat continuera et ne cessera qu’au moment de la comparution de tous les responsables de cette tragédie qui a coûté à l’Algérie plus de 250.000 victimes.
Sur la liste des officiers génocidaires : Mhenna Djebbar, promu général le 05 juillet 2005, occupe une place de choix ! Qui est ce sinistre individu au comportement de voyous qui a causé tant de malheurs et endeuillé des milliers de familles ?


De 1982 à 1986, il a été responsable de la prévention économique à Blida (1ere RM), avant d’être muté à Tamanrasset (6eme RM) puis à Ouargla (4eme RM) en tant que chef du CRI (centre de recherche et d’investigation). Djebbar qui était capitaine doit son ascension fulgurante au retour de Smain Lamari aux affaires en 1990, qui lui confiera en 1991 le CRI de Blida (1ere RM), plus connu sous l’appellation centre administratif Djeridel Mohamed, devenu le fameux « CTRI de Blida » après le putsch de janvier 1992.
Mhenna Djebbar s’est illustré comme théoricien de la mort et fin praticien de la torture ; qui au nom de la lutte contre « l’intégrisme islamiste » est directement responsable de la mort de plusieurs milliers d’Algériens.
Ceux qui avaient le malheur d’être envoyés au CTRI de Blida n’avaient aucune chance de ressortir vivant. Des femmes et même des gosses furent torturés sauvagement et exécutés sous ses ordres dans cet horrible centre de la mort.
Personnage dépourvu de tout sens moral, assoiffé de pouvoir, il inculqua à ses hommes cette insensibilité, qui faisait d’eux des robots sans pitié, capables de tuer et massacrer sans état d’âme. Les éléments sous son autorité se comportaient comme des monstres barbares.
La dérive était facilitée par les conditions du moment, pourrissement de la situation politique et sociale depuis 1989, absence manifeste de l’Etat, émergence du radicalisme, qui fut encouragé puisque le recrutement des intégristes radicaux s’opérait auprès des délinquants, pour la plupart des repris de justice attirés par l’islamisme à la sauce DRS avec son lot d’affaires juteuses (trafic de drogue, d’armes, de véhicules volés, …)
Mhenna Djebbar ira jusqu’à considérer comme ennemi tout individu qui ne partageait pas sa perception des choses ou qui ne se soumettait pas à ses caprices ou à sa volonté, s’autorisant à tuer n’importe qui au nom du but à atteindre. Il a ainsi institutionnalisé le « terrorisme par procuration » et le « permis de tuer », comme nous le verrons plus loin.


La manipulation politique par la violence dont le degré était modulé selon les seuls intérêts de la caste au pouvoir. Les paramètres sont régulés selon leurs ambitions : organisation d’élections, adoption de lois, justification de dérives et des atteintes aux libertés, désignation d’un fidèle serviteur à une fonction, ou mise à l’écart d’un « poulain » pour absence de zèle ou indocilité… L’une de leurs spécialités se présente comme un système tripartite de la manipulation de la terreur articulée autour de la confusion des données. Leur logique consiste à plonger la population dans la psychose de la terreur, puis à travers un battage médiatique de désigner les islamistes comme responsables, ce qui les autorise en troisième lieu à justifier la nécessité de l’intervention des forces de sécurité. C’est cette stratégie meurtrière qui a permis aux généraux d’obtenir l’assentiment d’une partie de la population et de la communauté internationale, moins regardante lorsqu’il s’agit de crimes perpétrés contre des « terroristes musulmans » !
A partir de Blida, Mhenna Djebbar a noué des contacts solides avec les notables et dignitaires de la Wilaya de Tizi-Ouzou, plus particulièrement les commerçants et les Industriels. Rien de plus aisé dans la mesure où la wilaya de Tizi-Ouzou dépend du CTRI de Blida où il dispose du Bureau dit Sous-CTRI avec à sa tête le Commandant Rachid. Ce dernier, passé colonel au début des années 2000, fut assassiné dans des circonstances énigmatiques à Tizi Ouzou en 2003 par une femme médecin. Le procès s’était tenu à huis clos et la femme fut condamnée à une légère peine par le tribunal militaire alors même qu’il a été clairement établi qu’il s’agissait bien d’un meurtre avec préméditation.
Ses relations dans la région lui ont permis aussi de tisser un réseau de correspondants lui permettant l’implantation des maquis « islamistes », puis leur neutralisation par une force « contre insurrectionnelle » composée de GLD (Groupes de Légitime Défense) et de patriotes qu’il prenait soin d’armer et d’instruire. Etant en possession de renseignements sur la localisation et les mouvements des uns et des autres, il pouvait diriger les opérations de sa sale guerre à partir de son bureau ou de l’hôtel « Palace », son lieu de fréquentation préféré.


Mhenna Djebbar a aussi entretenu des contacts avec les personnes aisées de la wilaya de Blida qui le sollicitaient, pour des interventions au niveau des administrations à savoir le Service des Impôts, Police, justice, wilaya, douanes, etc…. Tous ces services s’opéraient bien évidemment avec des contreparties financières. Rien ne pouvait assouvir son appétit vorace pour le gain malicieux et facile tel que le rançonnement. Bien au contraire, il le perfectionnera même tout au long de la décennie rouge et l’inculquera à ses éléments qui l’incluaient à l’heure du partage de l’argent et des bijoux dérobés lors des perquisitions effectuées aux domiciles des suspects.
Parmi les relations de Mhenna Djebbar qui ont jouées un rôle non négligeable dans la campagne de terreur, figurent entre autres Zeghaimi Tayeb, propriétaire d’une semoulerie à Blida, Stasaid Mohamed alias « Zaim» et les Frères Sidi El Kebir Mohamed et Nourreddine tous propriétaires d’une usine de Boissons gazeuses.
Mhenna Djebbar entretenait également une relation étroite avec un certain Khelifati, un entrepreneur qui fut incarcéré au part avant à la prison Militaire de Blida pour trafic, faux et usage de faux de documents militaires (cartes de sursis, carte de reforme etc…).


Fort du soutien du chef du CTRI, ce trafiquant notoirement connu à Blida sera intégré dans ses réseaux à Blida. La seule exigence de Mhenna Djebbar était le versement de sommes colossales en devises et l’organisation de soirées très arrosées en galantes compagnies ; procédé désormais classique que le chef du CTRI emploiera tout au long de sa carrière. L’« intouchable » Khelifati a grandement contribué à asseoir la notoriété de Djebbar au niveau de la région, surtout que ce dernier avait le droit de vie ou de mort sur tous ceux qui étaient considérés comme suspects intégristes ou catalogués « anti-pouvoir ».
Les relations forgées au niveau de cette ville vont lui servir de prête-noms lors d’achat de biens immobiliers en Espagne. En outre c’est à travers les réseaux d’entrepreneurs plus que douteux que le colonel Djebbar s’est fait construire une somptueuse villa à Chéraga, villa financée par l’argent du racket et la collecte de « dons » provenant du business des armes vendus aux citoyens qui voulaient assurer leur autodéfense contre d’éventuels actes « terroristes ». En effet l’officier du DRS Djebbar Mhenna remettait des armes de poing à toutes ses relations qui s’acquittaient cash de cet « impôt » ou qui prenaient en charge ses dépenses à l’occasion de ses séjours annuels en France.
Les réseaux constitués par Mhenna Djebbar répondaient à une structure des bandes criminelles organisées. D’un côté des intégristes des GIA (armés et ravitaillés par le CTRI de Blida qui leur fixait les cibles) et de l’autre des cellules de soutien chargées du racket et du financement comme en témoigne le cas de Stasaid Mohamed alias “Zaim”. Ce dernier sera par la suite récompensé par le DRS qui le propulsera au poste de député du RND alors qu’il n’avait jamais fait de politique auparavant ; la même récompense sera attribuée au maire de Boufarik ainsi qu’à beaucoup de serviteurs zélés du DRS.


Lorsque le nommé Ounes Salem, un cheikh repenti du GIA originaire du Douar de Bouarfa avait cité Stasaid Mohamed comme étant le financier du GIA de ladite localité (le terroriste Bensidoum Mohamed était à cette époque l’émir du GIA, groupe urbain de Blida), Djebbar Mehena a tout fait pour éviter l’arrestation de son protégé et sa confrontation avec ledit repenti. Devant ces graves révélations qui avaient mis en péril le rôle de son agent, le chef du CTRI avait sommé Ounés Salem de rien ne divulguer de cette affaire s’il tenait à sa vie.
Ce Stasaid Mohamed, qui a fait fortune pendant cette période sanglante, est lui même entré dans la « caste des intouchables », aussi bien à Blida qu’à Alger ; il a réussi à nouer des relations privilégiées avec le Wali de Blida Melizi Tahar dont il s’est devenu l’ami. Ce wali, qui doit sa carrière au DRS est en relation d’affaire avec le chef du CTRI de Blida, et tout ceux qui ont souhaité acquérir un lot de terrain ou une quelconque facilité administrative devaient obligatoirement transiter par Djebbar ou ses relais et surtout sans oublier de verser le pot de vin. C’était la « dîme » en vigueur imposée dans la région par le nouveau maître de Blida qui instauré la formule : « votre liberté en échange de ma protection » en d’autres termes : « la bourse ou la vie ».
Le chef du CTRI a su se montrer généreux avec ses amis. Au lieu d’attribuer les armes de l’autodéfense aux villageois des zones rurales menacés par le GIA, Djebbar Mehena a préféré constituer un groupe de patriotes avec une trentaine de personnes ; dont le Chef fut le nommé Hamoudi Mohamed, un ex-gendarme ; qui sera armé et payé par l’armée non pas pour protéger la population mais la semoulerie de son ami Zeghaimi Tayeb, située dans un endroit isolé au niveau de la commune de Ain Kebir !
Comme Zeghaimi Tayeb avait des contacts d’affaires avec des firmes italiennes spécialisées dans les pâtes et qu’il recevait périodiquement les visites des ingénieurs italiens chargés de la maintenance de son usine, le colonel Djebbar s’est chargé d’assurer la protection des italiens durant leur séjour à Blida en mettant à la disposition de son ami deux équipes du CTRI. Cette prise en charge débute à partir du moment de leur arrivée à l’aéroport Houari Boumediene jusqu’à la fin de leur mission. Il s’agissait là d’une « protection privée » payée par les deniers de l’Etat, alors qu’à la même période les pauvres civils se faisaient massacrer quotidiennement par les terroristes qui pullulaient dans la région de la Mitidja. En somme, le colonel Djebbar a monté au frais de l’Algérie, la première société privée de sécurité avec pour slogan publicitaire : « celui qui est riche et qui accepte de payer, ne sera jamais inquiété par les Groupes du GIA ! ».


La même stratégie fut appliquée à d’autres industriels notamment à un certain Islam et à la famille Hamoudi, deux autres propriétaires de biscuiterie de la commune de Baba Ali et d’Alger. Tous furent plus ou moins forcés de payer tant que les terroristes du GIA redoublaient de férocité (destructions, saccages, incendies, menaces, assassinats, etc…) contre les industriels sans défense ou ceux qui ne pouvait s’offrir une protection.
D’ailleurs dans le chapitre des groupes de soutien au GIA téléguidés par le CTRI de Blida, les exemples ne manquent pas. Citons encore le cas des frères Sidi El Kebir, Mohamed et Nourreddine, qui finançaient l’émir du GIA de Blida le nommé El Hachemi Badrani. Or il faut relever que durant la campagne électorale pour les présidentielles de 1999, les citoyens ont eu la surprise de remarquer la visite de Bouteflika à leur domicile et comble de la stupéfaction, un méchoui avait même été organisé en son honneur.
Comment des « financiers du terrorisme sanguinaire » pouvaient du jour au lendemain se reconvertir en de fervents supporters du candidat du pouvoir ? La réponse est pourtant très simple. D’un coté le candidat du pouvoir n’est en fait que le candidat de l’Armée et en particulier des décideurs, et de l’autre le GIA n’étant par essence qu’une création du DRS. C’est le colonel Djebbar en personne qui avait soutenu l’adhésion des frères Sidi El Kebir au comité de soutien pour Bouteflika à Blida. De plus l’épouse du commandant Chawki, originaire de Tlemcen, travaillait comme secrétaire particulière dans l’usine des Sidi El Kebir.
Des preuves irréfragables, notamment des témoignages formels et des procès verbaux d’écoutes téléphoniques, attestent de l’existence des liens étroits entre les émirs qui écument la Mitidja et leurs financiers qui ne sont autres que des relations intimes du chef du CTRI de Blida. L’objectif unique et commun à ces deux factions fut d’encourager le meurtre, de répandre la terreur pour faire fructifier leurs revenus et prospérer leurs affaires, en particulier dans le foncier et l’immobilier. Pris en otage, par complaisance ou par crainte de représailles des « terroristes », le citoyen ne pouvait que subir la loi de l’omerta.


Le comble pour un corps dit « d’élite » est qu’il soit dirigé par des mafieux qui n’ont rien à envier aux narcotrafiquants ou aux proxénètes. Le palmarès du colonel Djebbar, comme celui de ses prédécesseurs à la tête de la DCSA (Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée) Kamel Abderahmane ou le sinistre général Tartag Atmane alias Bachir, est des plus étoffé. Il est impossible d’énumérer ici le nombre des massacres d’innocents, de torture, d’extorsion de bien, de racket, de chantage. Il ne faut certes pas oublier son implication directe dans l’assassinat des moines de Tibehirine (cette affaire a déjà fait l’objet d’un article paru sur le site du MAOL) et celle dans la création de l’OJAL (Organisation des Jeunes Algériens Libres). L’OJAL qui fut une structure paramilitaire secrète chargée des exécutions sommaires de suspects, des liquidations extra judiciaires, d’opposants politiques et de l’élimination des témoins gênants. A cet effet il est utile de préciser que Djebbar Mehena a toujours sollicité et obtenu l’aval de sa hiérarchie pour accomplir cette sale besogne. C’est par conséquent en toute connaissance de cause que le général Smain Lamari lui a accordé le feu vert pour accomplir ce terrible génocide. Le chef du CTRI avait lancé alors en toute quiétude, ses hordes (droguées en permanence pour plus d’efficacité et sans soucis de remords) á l’assaut des « fiefs islamistes ». L’OJAL n’avait sévi qu’au niveau du territoire de compétence du chef du CTRI (Mitidja, Médéa, Algérois, Kabylie…), il n’y a nul trace ailleurs de cette éphémère organisation écran du DRS.
Avant le déclenchement de ces expéditions punitives, le colonel Djebbar poussait le cynisme jusqu’à recommander au chef de la gendarmerie de Blida, le commandant Abdaoui Abdelhafid, de ne pas récupérer les cadavres tôt le matin afin que les citoyens puissent lire les messages de terreur laissés sur le corps des victimes. Cette méthode de conditionnement par la terreur fut un moyen efficace pour domestiquer la population et la forcer à la soumission. Cet acharnement avait un impact sur les jeunes islamistes, qui acculés, se sont précipités vers les maquis et sont ainsi tombés dans le piège tendu par les chefs du DRS et les harkis qui dirigent le pays.


Le CTRI de Blida avait tout au long de la sale guerre, approvisionné les maquis intégristes en armement, munitions, et équipements (jumelles, boussoles, talkies-walkies,…) qu’ils soient du GIA ou de l’AIS. Cette dernière organisation fut immédiatement infiltrée, ce qui incita le général Lamari à planifier la « guerre » GIA-AIS-Patriotes afin que les Algériens s’entretuent sans réaliser qu’ils étaient manipulés par un pôle unique à savoir le DRS. Le CTRI s’est occupé aussi de la prise en charge sanitaire des éléments blessés aux combats. La plupart des émirs de l’AIS comme Kertali Mustapha, son adjoint Gacemi Ahmed alias Yahia Guermouh, ou du GIA comme Saidi Sofiane, émir du GIA de la localité de Bouarfa, ou son adjoint Abdallah Mohamed, ont tous transités par le centre de Blida. C’est d’ailleurs ces deux derniers qui ont procédés à l’enlèvement de feu Mohamed Bouslimani en 1993. Et comme par hasard, l’OJAL et le GIA ont tour à tour revendiqué l’enlèvement et l’exécution de l’ex numéro 2 d’El Islah oua el Irchad. Il est inutile de souligner que les commanditaires de son assassinat ne sont autres que Smain Lamari et son exécutant Mhenna Djebbar.
Comment donc ne pas parler de génocide lorsque l’on évoque les opérations de « nettoyage ethnique » perpétrées par les miliciens contre la population des Beni Yagoub à Boufarik, qui a été dans son ensemble identifiée comme « terroriste » ? Sellami Toufik (alias le rouget), chef de la milice de Boufarik, recruté directement par le chef du CTRI a obtenu carte blanche pour arrêter, torturer et exécuter toute personne issue de cette tribu que ce soit à Benchaabane, à Sidi Moussa, à Bougara ou à Tablat. Profitant du déferlement de la violence, les miliciens ne s’étaient pas privés pour délester les victimes de leurs terres, de s’emparer de leur biens et de les tyranniser afin d’accélérer l’exode dans les milieux ruraux. La notion de butin de guerre avait pris tout son sens après une expédition punitive (pillage, viols,…), les jeunes captives qui avaient pu échapper à la mort ont souvent été astreintes à la prostitution sous le contrôle bienveillant de souteneurs, qui n’étaient autres que les comparses du chef du CTRI.
Les populations qui vivaient dans les hameaux de la Mitidja forcées à l’exode en abandonnant terres et biens, ont payé au prix fort leur choix électoral qui déplaisait aux « généraux démocrates ». La cruauté et le sadisme des putschistes étaient tels qu’ils n’hésitaient pas à organiser des shows médiatiques, grossièrement servis à une presse complaisante et aux relais de la propagande au pouvoir. Comme le montre l’opération menée par les forces de l’ANP contre les « maquis de Oued Allel », alors qu’en vérité le général Fodhil Chérif n’avait attaqué qu’un village fantôme et n’avait fait que détruire des hameaux désertés par leur population puisque celles-ci avaient fui les lieux sous l’excès de persécution des milices et l’enfer imposé par les escadrons de la mort et autres groupuscules terroristes agissants pour le compte du DRS.
La technique du chantage et de la compromission est une arme redoutable. Ne dit on pas que celui qui possède les renseignements possède le pouvoir ? Avec un service omnipotent et des moyens considérables, surfant sur la vague de la peur, la « folie terroriste » aidant, Djebbar eut la lumineuse idée d’étendre l’exercice du chantage aux personnes fortunées.


Avec la complicité de son lieutenant Allouache Hafid (devenu officier supérieur depuis et qui n’est autre que le beau frère du général major Laalali Rachid alias Attafi), il lui suffisait d’ajouter les noms de ses « proies » sur les listes des personnes ciblées, récupérées auprès des terroristes arrêtés, puis de les appeler pour les informer que des attentats sont en cours de préparation contre leurs usines ou leurs commerces et qu’il est le seul capable d’assurer la protection de leur bien. A travers une prévenance habilement entretenue, un véritable racket fut instauré et qui prospèrera durant toute une décennie car les victimes n’avait d’alternatives qu’entre une protection du GIA ou celle du CTRI, et donc devait payer quelque soit le cas de figure.
En contre partie Djebbar a su se montrer généreux en autorisant les magouilles de ses amis (importation de produits prohibés, avantages fiscaux, fraudes de toute nature, …). Cette politique du « donnant-donnant » et tous les avantages illégaux qu’elle procure, a permis aux chefs militaires d’obtenir l’assurance que personne ne pouvait remettre en cause cette rente bénie et à leur instar, leurs affidés faisaient leur beurre. N’est ce pas durant la décennie rouge que le nombre de milliardaires a miraculeusement explosé en Algérie ?
Le cas concret de Abdelatif Chérif, ex sous officier de l’ANP originaire de Tébessa, propriétaire du luxueux hôtel « Palace » de Blida renseigne clairement sur les méthodes mafieuses qui avaient prévalues en cette période du règne de la « terreur intégriste ».
Le « Palace » qui est connu à Blida comme un haut lieu de prostitution et de commerce illégal (bar, discothèque, trafic de stupéfiants,…) était assidûment fréquenté par Djebbar, et par la nomenklatura militaire. Jouant de la menace de fermeture de ce lieu de débauche, le chef du CTRI s’était assuré la totale soumission du propriétaire du « Palace » avec en prime le versement de sommes d’argents, les soirées « gratuites » avec whisky, repas et filles compris. Ceci pour la première étape.
Pour entretenir la pression, Djebbar n’hésitait pas à inventer des mises en scène, notamment des « actions intégristes » contre l’hôtel le plus huppé de Blida, une tentative d’incendie par ci, une tentative d’attentat par là. De temps en temps lors d’arrestations de suspects, le chef du CTRI ne manquait pas d’appeler son « pigeon » au téléphone, pour l’inviter à venir constater de visu des détenus menottes aux poignets et yeux bandés, présentés comme les terroristes qui voulaient s’en prendre à son établissement. Il n’a de cesse de lui rabâcher le refrain : “Tu vois Monsieur Chérif, ces gens là voulaient t’assassiner et on les a arrêté avant leur passage à l’acte. Tu vois comme on te protège toujours!”. Ceci pour l’acte 2.


Le propriétaire du « Palace » ignorait évidemment qu’il a été témoin d’une manœuvre dont le but est de raviver sa peur, de maintenir sur lui la pression par la menace terroriste et indirectement l’obliger ainsi à payer son souteneur. Il est vrai que durant la décennie rouge, l’alcool coulait à flot au « Palace », pourtant cet établissement a été épargné alors que de simples revendeurs d’alcool furent exécutés par les terroristes.
Pour expliquer un tel miracle, il suffisait juste de savoir que la protection du « Palace » était assurée par le groupe du « terroriste de service » Rahmani Fouad, intégriste notoirement connu à la cité Benboulaid. Par étapes successives, Abdelatif Chérif était devenu un inséparable du chef du CTRI, jusqu’à en devenir son associé dans nombres d’affaires, notamment l’acquisition de biens immobiliers à l’étranger, en Espagne surtout. Le dernier volet de cette réalité scabreuse est qu’aujourd’hui Abdelatif Chérif est un des nombreux prête-noms de Djebbar. C’est une des techniques prisées par ces inqualifiables généraux pour dissimuler leur fortune et l’ensemble de leurs biens en utilisant une couverture, généralement le nom de l’épouse, d’un parent ou d’un ami qu’on tient par le chantage et qui n’a d’autres alternatives que de partager ses gains et ses immenses revenus. Chacun trouvant son compte dans cette délinquance financière de transferts des capitaux astronomiques, alors que les Algériens dans leur grande majorité sont voués inexorablement à la misère et à la précarité.
Voilà comment en terrorisant la population et ciblant les plus riches, les paysans propriétaires terriens, le chef du CTRI a bâti sa réputation de « défenseur de la république » et s’est particulièrement mis en vedette dans le cadre de la « lutte anti-terroriste ».
Une autre trouvaille du chef du CTRI fut de constituer des groupes terroristes qui sous couvert d’infiltrer les maquis qui n’étaient pas sous le contrôle du DRS (sic !) rançonnaient à tour de bras les commerçants et les industriels de la région.
Comme les citoyens ignoraient que ces groupes agissaient sous la férule des agents du DRS et se soumettaient à leur diktat (comme ce fut le cas de Makhloufi Naceredine, bras droit d’Antar Zouabri qui sévissait aux douars de Maassouma et Amroussa, commune de Bouinen. Makhloufi Naceredine ne fut jamais inquiété et bénéficia par la suite de la loi sur la rahma alors qu’il avait même participé à plusieurs opérations commanditées par le DRS : enlèvements de citoyens et leurs exécutions au niveau de la cité Grit de Boufarik), Le chef du CTRI laissait faire ce manège puis après avoir réuni les preuves de leur soutien financier aux groupes armés, il entrait en action en convoquant les « imprudents ».


Accusées d’aide et d’assistance aux groupes terroristes, menacées d’être présentées à la justice en période où les lois exceptionnelles étaient en vigueur, presque toutes les victimes cédaient au chantage.
Prises dans cet engrenage de folie furieuse, affectées par la psychose ambiante, soumises aux intimidations, ou attirées par des avantages matériels, les proies de Djebbar devenaient des instruments manipulables à volonté au service du DRS et participaient malgré elles à cette furie. Ceux qui ne se soumettaient pas, l’ont amèrement regretté après une « descente nocturne du GIA ». Pour Djebbar et ses complices il n’y avait rien de mieux que la terreur pour faire taire les voix dissidentes et avoir les coudées franches.
Surfant sur la vague du terrorisme, les harkis et les imposteurs ne pouvaient concevoir l’Algérie que comme leur propriété exclusivement privée et ne se gênaient nullement de se l’approprier en déployant toute leur imagination criminelle pour parvenir à cette fin.
Les abus commis par les officiers du CTRI de Blida, appelé sans exagération aucune, le Centre de la Mort, sont innombrables. Tout individu qui refusait d’obéir à leurs injonctions, prenait le risque de perdre sa vie. A titre d’exemple citons le cas du jeune Taoueg Halim, arrêté à Blida sur ordre de Djebbar. Issu dune riche famille de douar Guerrouaou, commune de Soumaa, Taoueg Halim avait été arrêté à son domicile par le service judiciaire avant d’être transféré au CTRI pour y être détenu pendant plusieurs jours, le temps de négocier une rançon pour sa libération. Devant l’intransigeance du père, il fut froidement abattu à l’aide d’un HK muni d’un silencieux avant d’être jeté dans un verger aux environs.
Le commandant Mami Ahmed dit Djamel (devenu colonel), chef du service de la police judiciaire du CTRI a accusé à tord ce jeune citoyen, lui collant l’étiquette de terroriste, alors qu’en fait une affaire de mœurs opposait l’officier du CTRI au jeune Halim Taoueg qui entretenait une relation intime avec une certaine Hamida, une prostituée de l’hôtel « Palace » travaillant pour le compte du commandant Mami Ahmed. C’est hélas de cette manière que nombre de contentieux ont trouvé leur épilogue au cours de cette période de chaos propice aux règlements de compte.
L’histoire du Colonel Mami Ahmed alias Djamel, bras droit de Mhenna Djebbar est bien plus macabre, originaire de Tenes ex- cadre du BES/DRS en 92/93, informaticien de profil muté par la suite au CTRI/Blida sous les ordres du colonel Djebbar, c’est à partir de cette époque que cet officier devient un sanguinaire au sens propre du mot.
Après avoir perdu un frère, officier de police, lors d’un attentat terroriste à Chlef, il se portera volontaire par esprit de vengeance, pour «éradiquer la vermine musulmane».


Une fois au CTRI, le commandant Djamel n’hésita à commettre les crimes les plus horribles de l’histoire du service avec le témoignage de ses collègues de travail qui ont été en service en même temps que lui, notamment au cours de la période allant de 1993 jusqu’à 1998. Au mois d’avril 1993, cet officier sanguinaire se vantait d’avoir commis l’un de ses crimes les plus ignobles commis à l’encontre d’un citoyen de la cité Bouaarfa à Blida.
Arrêté dans le cadre d’une opération menée par le CTRI contre un groupe de soutien car suspecté d’appartenance a une filière locale, le jeune de Blida fut exploité pendant trois jours avant d’être embarqué les yeux bandés à bord d’un fourgon du DRS ; sur la route de la Chiffa, le commandant Djamel fit descendre la victime et lui tira trois balles dans la nuque le laissant pour mort. Par miracle des citoyens de passage, avaient découvert la victime gisant dans une mare de sang mais toujours vivante avant de la secourir et l’emmener pour soins à l’hôpital Frantz Fanon de Blida. Quelques jours plus tard, lors d’une visite dans cet établissement hospitalier, l’officier du CTRI eut la surprise de retrouver sa victime encore en vie. Furieux, il retournera le soir même à l’hôpital pour arracher sa victime de son lit d’hôpital et l’enlever puis l’achever ; cette fois l’exécution sera parfaite et la jeune victime sera criblé de balles. Cet officier criminel n’a même pas épargné les enfants et ce fut le cas d’un enfant de 15 ans, le cousin de Bedraoui Ali. Ce mineur a été tué dans la salle d’interrogatoire du CTRI/Blida d’une façon atroce, par le commandant Djamel, qui l’étranglera de ses propres mains en s’aidant d’un sachet en plastique pour lui recouvrir la tête.
Fin Mars 94 Djamel avait pris part au massacre de quarante jeunes lors d’une expédition punitive qui a visé la ville de Berrouaghia et puis lors d’une autre rafle ponctuée par une centaine de cadavres de jeunes citoyens retrouvés à la même période à Blida.

Tout conflit quel que soit sa nature (mœurs, litiges, vengeance, parfois rancune voire jalousie,…) entraînant l’élimination pure et simple d’un rival a été crédité, souvent de façon systématique, sur le compte des islamistes ou des terroristes. Bon nombre d’exemples ont été recensés pour le seul cas du CTRI de Blida. En voici brièvement quelques uns :
-Bouzouidja Sid Ahmed de Ouled Yaich, arrêté, torturé et exécuté pour lui dérober son véhicule une Renault 19. Ce véhicule a été utilisé par le commandant Mami Ahmed dit Djamel, puis affecté au Bureau de sécurité de la wilaya de Bouira.
-Sibsa Farouk de douar Benchaabane, commune de Boufarik.
-Harrata Hassène de Bouarfa, torturé a mort.
-Berkani Sid Ahmed résidant à la cité Benachour à Blida, âgé de 15 ans, arrêté dans l’établissement scolaire sis cité Bab El Zaouia, devant ses camarades et en présence du directeur, par une équipe du SPJ du CTRI conduite par l’adjudant chef Limane Ahmed. Cet enfant mineur a été accusé d’être un membre du réseau de soutien au groupe armé de l’émir Ali Chaitan. Le jeune Sid Ahmed Berkani fut détenu et torturé pendant trois mois avant d’être liquidé sans jugement.


La liste des crimes (assassinats, viols, tortures, …) de Djebbar et ses sbires est trop longue pour être citée ici dans son intégralité. Sous son commandement, même les patriotes sont devenus des tueurs avérés qui se sont acharnés sur la population civile. Contrairement à ce que prétend Farouk Ksentini, l’avocat des généraux criminels, il ne s’agit nullement de quelques cas isolés mais bien d’opérations à grande échelle qui relève d’un plan savamment concocté, de directives élaborées au sommet, d’ordres exécutés par les structures officielles du DRS qui agissent au nom de l’Etat.
C’est d’ailleurs dans son centre à Blida que furent hébergés les Djamel Zitouni, Benamar Aissa, les officiers exégètes du « GIA » et autres émirs activant à la solde du DRS. Ces groupuscules criminels qui n’ont épargnés aucune catégorie sociale et qui ont bien pris soin d’éviter les mafieux du système, ne manquaient sur le plan logistique d’aucun moyen humain ou matériel: disponibilité des tueurs, approvisionnement en armes et munitions, facilités pour trouver des planques…
Le tortionnaire en chef du CTRI de Blida a été promu au rang de général, tout comme son acolyte Bachir Tartag une année plus tôt ! Sans oublier bien sûre que tous les officiers subordonnés des deux monstres sont devenus des officiers supérieurs, des officiers qui ont pleinement profités de la conjoncture sanglante pour construire des fortunes colossales ! Il est inimaginable aujourd’hui dans ce chaos organisé et ficelé qu’il soit inquiété par l’éventualité d’une dégradation et encore moins d’un jugement pour crime de guerre et massacre de civils. Voilà de quelle manière la mafia au pouvoir en Algérie récompense ceux qui s’acharnent contre les Algériens, les dépouillent de leurs biens, les torturent, violent et massacrent leurs enfants !
Aujourd’hui, Le général Mhenna Djebbar, en tant que directeur de la Sécurité de l’Armée, il aura toute la latitude pour continuer à pourvoir les unités de l’ANP, à étendre son contrôle sur le trafic de drogue dans les casernes et à encourager délibérément la consommation de stupéfiants.


Le général Mhenna Djebbar a donc été récompensé, comme le fut Tartag Bachir avant lui, pour ses « mérites », en effet sa participation à la guerre contre les Algériens, a fait de lui un « héros de la nation ». Ceci est le message, on ne peut plus clair de la dictature des harkis, transmis tel un héritage empoisonné par les DAF et perpétué par les imposteurs à leur tête Larbi Belkheir, Khaled Nezzar, Mohamed Touati, Mohamed Mediene, Mohamed Lamari, Smain Lamari,…


Les chefs des services de renseignement sont donc bel et bien responsables et coupables des enlèvements et des massacres des citoyens et les auteurs d’actes ignobles doivent être jugés, condamnés et punis! L’engin de la mort qui a été conçu par Le général Mohamed Mediene alias Toufik a rempli une mission de terreur tout azimut aux objectifs prédéterminés pendant des années. En fin de compte, Toufik a réussi à mettre l’Algérie et ses institutions sous séquestre. Le MAOL n’a jamais cessé de dénoncer ce despote, qui n’a même pas l’audace de se montrer en public, et qui, tel un monstre n’agit que dans l’ombre ou à la tombée de la nuit !


Nul secret n’est éternel et aucune vérité ne peut fuir la lumière, et Dieu nous est témoin que le général Mohamed Mediene alias Toufik n’échappera jamais à la justice ; ni lui, ni aucun de ses sbires qui ont les mains tachées du sang des Algériens.

Gloire à nos martyrs et Tahya El Djazair

 



Le 29 juillet 2005.

var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=’ » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-1770134-1″); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}

Publié dans DRS(39) | 3 Commentaires »

POLEMIQUE HICHEM ABOUD-MOHAMED BENCHICOU

Posté par algeriedemocratie le 14 décembre 2008

Mohamed Benchicou réagit
au dossier consacré à KHALIFA TV

Mohamed Benchicou, le Directeur du quotidien Le Matin a réagi au dossier consacré à la chaîne KHALIFA TV par la mise au point que je publie intégralement. Une mise au point par laquelle il m’offre l’occasion de dévoiler un pan de l’histoire de celui qui joue, aujourd’hui, au donneur de leçons de patriotisme, de morale et d’intégrité. Tant pis pour lui si je me vois contraint de dévoiler ce qu’il a toujours voulu cacher. Il ne doit s’en vouloir qu’à lui même. Je cite des faits réels qu’il ne peut nier et je me base sur des documents officiels signés de sa propre main.
Lisons d’abord sa mise au point :

A l’intention de M. Aboud Hicham

On vient de me faire part d’attaques gratuites que vous auriez commis à mon
égard sur votre site. J’ignore ce qui vous pousse à cultiver les calomnies
contre moi et contre le journal que je dirige et qui a eu à vous défendre
lorsque vous étiez inquiétés par le général Betchine. Nous y avons récolté sept procès intentés contre Betchine et qui sont toujours en cours contre Le Matin.

Je ne vous demande pas de faire preuve de gratitude, à l’impossible nul n’est tenu et nous n’avons pas besoin de gratitude pour faire notre devoir envers une injustice avérée même si de toute évidence vous n’êtes pas digne personnellement de la cause pour laquelle nous sommes traînés en justice.

Je ne vous demande pas de gratitude, nous continuerons à vous défendre à Constantine et à Alger contre les avocats de Betchine, et en votre absence puisque vous dites ne pas pouvoir venir en Algérie. Je ne vous demande aucune reconnaissance, mais juste de publier cette mise au point à l’intention de ceux qui vous lisent :

1) Je n’ai jamais reçu un euro ni un dinar de M. Khalifa ni du groupe Khalifa ni d’une quelconque personne en Algérie ou ailleurs. Le journal que je dirige n’a jamais reçu un centime de qui que ce soit depuis sa création, ce qui l’autorise à vous défendre contre le régime. Nous n’avons jamais troqué nos convictions contre de l’argent : si telle était notre voie, nous aurions pris le parti du général-milliardaire Betchine au lieu du vôtre, vous le capitaine démuni. Cela dit, comme de toute évidence vous êtes très mal informé, vous vous demandez s’il est vrai que ma fille travaille à KTV : je vous le confirme. Le cacher serait difficile : elle passe chaque soir à 18 heures sur la chaîne, elle s’appelle Nassima, elle est belle, talentueuse et son avenir est prometteur. Vous devriez vérifier vos sources, M. Aboud Hicham.

2) Vous avez donné une foule d’informations inexactes sur mes conditions de vie dans l’étrange but de me nuire. Je n’essaye pas d’en savoir la raison et ne vous en veux nullement : vous êtes sans doute forcé à le faire. Et je ne vous répondrai pas, ni étalerai dans mon journal ce qu’on colporte sur vous : je vous abandonne cette noble spécialité. Je ne vous traînerai même pas en justice : je ne peux à la fois affronter devant le juge la victime et son bourreau Betchine. Dans la vie, M. Aboud, il faut faire des choix et s’en tenir. Par ailleurs, je n’ai pas à me justifier sur mes ressources ni sur mes conditions de vie qui semblent vous obséder car cela ne regarde que moi. Mais sachez juste qu’en Algérie comme durant mon exil forcé, je n’ai jamais tendu la main à qui que ce soit parce que chez nous, quand on est directeur d’un journal algérien, c’est-à-dire d’un pays anciennement colonisé, on ne tend pas la main à l’ancienne colonie. Il nous suffit qu’elle soit une terre d’accueil, le temps d’une crise passagère. J’ai les moyens de vivre dignement sans solliciter la presse française, ni RSF, ni les ONG françaises. Cela me permet aujourd’hui de regarder la tête haute tous les journalistes de l’Hexagone chez qui les nouveaux harkis se précipitent pour dire du mal de leur pays. Et ce qui me permet, dans la foulée, d’envoyer balader le général Betchine et les pontes du régime quand je décide de publier les articles désespérés d’un certain Aboud Hicham qui porte, à partir de Paris, de courageuses accusations contre le régime algérien. C’est mon choix, je ne changerai pas, et l’adresse du Matin ne
changera pas non plus : j’attends que vous tapiez à notre porte quand le vent tournera. Tranquillisez vous : on vous ouvrira parce que nous, nous n’avons de comptes à rendre à personne.

Salutations

Mohamed Benchicou

Réponse :

Je n’userai pas de baratin pour vous répondre, mais par des faits réels qu’il vous serait impossible de réfuter. Je ne me base pas seulement sur ma connaissance du personnage mais surtout sur des documents officiels et de témoignages de personnes qui ne vous sont pas inconnues. Pour que les choses soient claires, et pour ne pas laisser place à la moindre des ambiguïtés, je reprends vos arguments un par un et je vous apporte la réponse phrase par phrase, point par point. Que voulez-vous de plus que ça ?

Vous écrivez :  » On vient de me faire part d’attaques gratuites que vous auriez commis à mon égard sur votre site. J’ignore ce qui vous pousse à cultiver les calomnies contre moi et contre le journal que je dirige et qui a eu à vous défendre
lorsque vous étiez inquiétés par le général Betchine. Nous y avons récolté sept procès intentés contre Betchine et qui sont toujours en cours contre Le Matin.
 »

En rédigeant cette mise au point sans avoir pris le soin de lire ce que j’ai écrit à votre sujet dans le dossier consacré à la chaîne KHALIFA TV, vous le journaliste chevronné ne pensez-vous pas que vous venez de commettre un manquement grave à l’éthique journalistique. Cela vous aurez permis d’éviter d’écrire au conditionnel. Je vous confirme que dans le dossier Khalifa, je vous ai bel et bien cité.

Ce que j’ai écrit ne constitue nullement des attaques gratuites comme vous le prétendez. Ce ne sont nullement des calomnies que je cultive et vous êtes bien placé que je n’ai aucun compte à régler avec vous pour chercher à vous nuire. Avant de vous citer dans l’article consacré au milliardaire énigmatique Rafik Khalifa, je n’ai pas manqué de vous appeler au journal tout en vous laissant mes coordonnées téléphoniques pour me rappeler. Vous n’avez pas jugé utile de le faire pour confirmer ou infirmer les informations que j’ai rapportées. Je ne cherche pas à comprendre s’il s’agit d’une simple arrogance ou d’une impuissance à me convaincre du contraire. Si vous vous interrogez sur ce qui me pousse à chercher la vérité et la révéler à l’opinion publique cela prouve, on ne peut mieux que vous avez l’habitude de n’écrire que lorsqu’on vous pousse à le faire. Cela est largement démontré dans vos écrits.

Vous avez une longue expérience journalistique et vous savez bien que lorsqu’on fait de l’investigation journalistique ce n’est nullement de nuire à quiconque si ce n’est que pour révéler la vérité. Une vérité qui ne dérange que ceux qui ont quelque chose à se reprocher.

Quand m’avez-vous défendu quand le général Betchine m’inquiétait ? Indiquez moi un seul numéro du Matin où vous aviez pris une seule position quand je fus dépossédé de mon journal El Acil en 1993? Un seul numéro de votre quotidien où vous avez exprimé la toute petite solidarité quand le quotidien Le Libre en 1994 fut suspendu au mépris des lois du pays? Allez chercher dans les archives de votre journal et sortez moi un seul numéro où vous m’aviez exprimé le moindre soutien lorsque j’ai été arrêté, placé en garde à vue, ensuite mis sous contrôle judiciaire et enfin traduit en justice sous la fallacieuse accusation de  » troubles à l’ordre public, la sécurité publique et atteinte aux intérêts supérieurs du pays « . Quand m’avez-vous soutenu lorsque je traînais dans les tribunaux et récoltais les condamnations à des peines de prison l’une après l’autre. Pas un seul mot de solidarité.. Trouvez moi un seul numéro de votre journal où vous aviez dénoncé le pouvoir des généraux qui a pris en otage ma famille en l’empêchant de me rejoindre dans mon exil en 1999. Et vous osez, aujourd’hui, toute honte bue prétendre m’avoir défendu ?

Quels sept procès avez-vous récoltés pour m’avoir défendu ? Le général Betchine a intenté un procès à tous les journaux qui ont publié la lettre ouverte que je lui ai adressée en novembre 1998. Comment et dans quelle conditions Le Matin a publié cette lettre ? Votre consœur, Ghania Hamadou ayant appris que je rédigeais une lettre ouverte à Betchine, était venue me voir à Paris pour que je la lui remette pour publication. Deux jours après lui avoir remis le texte et ne voyant rien venir je l’appelle au téléphone pour l’interroger sur le sort qui lui a été réservé. Elle me rassura qu’elle vous l’avait remise et que la lettre sera publiée incessamment. Deux jours plus tard, il n’y avait toujours rien. Mes tentatives de la joindre par téléphone seront infructueuses. Elle ne répondait plus à mes appels ni aux messages laissés sur son répondeur. J’avais compris que votre journal ne pouvait franchir la ligne rouge que dépassait largement ma lettre. J’ai fini par l’envoyer à El Watan et El Khabar qui l’ont publiée dès le lendemain de sa réception.

Ce n’est qu’après la publication de cette lettre que vous avez fini par daigner à publier quelques extraits commentés. Pouvez-vous avancez le contraire ? Les paroles s’envolent, mais les écrits restent. J’ai en ma possession toutes les coupures de presse. Si vous en avez d’autres qui puissent me contredire n’hésitez pas à les sortir.

Qu’avez-vous réservé comme reconnaissance
à la famille de Saïd Mekbel ?


Vous écrivez  » Je ne vous demande pas de faire preuve de gratitude, à l’impossible nul n’est tenu et nous n’avons pas besoin de gratitude pour faire notre devoir envers une injustice avérée même si de toute évidence vous n’êtes pas digne personnellement de la cause pour laquelle nous sommes traînés en justice. »

Vous êtes très mal placé pour parler de gratitude. Je ne vous suis redevable d’aucune gratitude. Et vous êtes mal placé pour en parler. Avez-vous manifesté la moindre gratitude à Saïd Mekbel à qui vous aviez confié la direction du journal pour partir faire du bizness en France d’où vous exportiez vers l’Algérie des macaronis ? Avez-vous pris au moins le soin de payer le billet d’avion à son épouse pour qu’elle puisse assister aux obsèques de son défunt époux ? Lui avez-vous apporté le moindre réconfort ne serait-ce que lui présenter vos condoléances par téléphone ? Saïd Mekbel l’un des plus illustres martyrs de la presse algérienne durant ces folles années de terrorisme qui ont profité aux commerçants du sang et des larmes, l’ avez-vous laissé dormir en paix en prenant soin de ses enfants et de son épouse ? Leur avez-vous versé le moindre centime comme indemnités pour les aider à surmonter les graves difficultés financières dans lesquelles les a plongés la disparition du chef de famille ? Au lieu d’aider sa famille ne lui avez-vous pas réclamé de vous rembourser une misérable somme de 30.000 Dinars et de rendre un micro qu’utilisait Saïd pour les besoins du journal ? Quelle honte ! Et vous osez encore parler de gratitude. Je préfère ne pas m’étaler sur le sujet. Mais, si vous le souhaitez, j’y reviendrais.

Et Ameur Ouaguenni et Saïd Tazrout deux autres journalistes du Matin assassinés alors que vous vous occupiez en France de votre librairie et de votre société d’exportation de macaronis vers l’Algérie, quelle gratitude leur avez-vous manifestée ? Tous les journaux qui ont perdu des journalistes morts la plume à la main ont continué à verses leurs salaires à leurs familles. Le faites-vous au Matin ? Répondez sans détours. Je connais votre réponse:le silence des coupables.

Vous êtes redevable envers celui qui vous faisait le chauffeur par amitié et qui transportait votre petite famille à Ain Naâdja en Fourgon en pleines inondations quand votre Lada était en panne. Dois-je vous rappeler ce que vous lui avez fait en signe de gratitude? Vous êtes redevable envers ces journalistes dont la rémunération ne dépassait pas les 2000 Dinars (quelle misère) qui ne leur permettaient même pas de manger à leur faim vos macaronis et qui vous ont permis de vous retrouver à la tête d’un journal à grande audience.

 » Je ne vous demande pas de gratitude, nous continuerons à vous défendre à Constantine et à Alger contre les avocats de Betchine, et en votre absence puisque vous dites ne pas pouvoir venir en Algérie. Je ne vous demande aucune reconnaissance  »

Je ne sais d’où sortez-vous tout ça pour dire que vous me défendez à Constantine et à Alger? Cela n’existe que dans votre imagination. Je n’ai nul besoin de votre défense. J’ai mes avocats tant à Alger qu’à Constantine et ils n’ont jamais coordonné avec les vôtres. Autant votre défense est basée sur les vices de procédure pour éviter le procès, autant la mienne persiste et signe dans les accusations que je porte contre le général Betchine. Et je ne cesse de demander un passeport pour rentrer en Algérie pour lui faire face à lui et aux autres généraux maffieux.

Je ne prétends pas ne pas pouvoir rentrer en Algérie, mais vous savez bien que je n’ai pas de passeport algérien et vous avez refusé de publier mes différents appels lancés aux autorités algériennes pour qu’elles me délivrent un passeport pour que je puisse rentrer faire face à mes adversaires. Il n’y a qu’ElKhabar, El Watan et Liberté qui ont publié mes appels. El Khabar avait titré à la une « Hichem Aboud lance un appel à Bouteflika pour lui délivrer un passeport ». Mais, pas Le Matin. Vous avez même refusé de publier un démenti à votre désinformation lorsque vous aviez écrit dans la rubrique  » confidentiel  » que les autorités m’avaient délivré un passeport. Vous savez très bien que ni moi ni mon épouse ni mes enfants n’ont de passeport algérien . Tout comme nous refusons de nous faire délivrer des documents de voyage étrangers. Je ne suis pas du genre d’hommes qui demande la nationalité française pour ses enfants et donner, en même temps, des leçons de patriotisme aux autres. Je pense que vous m’avez compris.

La solidarité des milliardaires énigmatiques

 » Je n’ai jamais reçu un euro ni un dinar de M. Khalifa ni du groupe Khalifa ni d’une quelconque personne en Algérie ou ailleurs. Le journal que je dirige n’a jamais reçu un centime de qui que ce soit depuis sa création, ce qui l’autorise à vous défendre contre le régime. Nous n’avons jamais troqué nos convictions contre de l’argent : si telle était notre voie, nous aurions pris le parti du général-milliardaire Betchine au lieu du vôtre, vous le capitaine démuni.  »

Vous répondez n’avoir reçu aucun euro de Khalifa mais vous ne dites pas combien de milliers d’exemplaires du Matin vous achète quotidiennement Khalifa. Vous ne dites pas, non plus, qu’est ce qui vous motive à consacrer votre temps  » généreusement  » à KHALIFA TV si ce n’est la solidarité des milliardaires énigmatiques. Vous ne dites pas non plus pourquoi votre journal fait le black out sur un crime économique tel celui de l’évasion de 2 millions d’Euros dans des mallettes. Vous ne dites pas pourquoi vous persistez à défendre des voleurs pris en flagrant délit. Vous ne dites pas pourquoi vous n’avez pas réagi à la censure que vous avez subi lors d’une table ronde organisée par KHALIFA TV. Les gens ne sont pas dupes. C’est pas parce que vous vous calfeutrez à Boulogne que vous n’entendez pas la réaction de ceux qui vous lisent ou qui ne vous lisent pas. Votre complicité avec Khalifa n’a pas besoin de commentaire. Ceux qui s’assemblent se ressemblent.

Quant à répéter à chaque fois que vous me défendez contre le régime, encore une fois, sortez moi un seul article où vous aviez pris ma défense contre le régime. Chiche ! Arrêtez votre baratin M. Benchicou. Citez des faits réels. Après avoir fait commerce du sang des autres (je reviendrai sur le sujet), ne venez pas vous approprier le combat des hommes libres. Ce n’est pas parce qu’on vous a intenté un procès pour avoir publié des extraits de ma lettre adressée à Betchine en les reprenant d’El Watan que vous vous permettez de jouer à l’héros. Je sais pourquoi vous le faites. Pour mieux faire passer vos articles favorables aux généraux, comme vous l’avez déclaré au juge d’instruction qui vous demandait pourquoi publiez-vous les chroniques de SAS. Les lecteurs du Matin savent aujourd’hui ce qu’il est advenu de SAS.

Oui, je suis démuni comme la majorité des Algériens

 » Capitaine démuni  » dites vous ? Oui, je le suis et j’en suis fier. Je suis démuni comme la majorité des Algériens qui n’ont pas volé. Je fais partie de cette majorité d’Algériens appauvris par des généraux maffieux que vous n’osez pas dénoncer nommément. Des Algériens plongés dans la misère par ces trabendistes en col blanc dont vous faites partie, qui font évader les deniers publics d’Algérie pour investir en France. Ainsi, vous faites, aujourd’hui, partie de la minorité des nantis. Vous étiez plus démuni que moi. Mais, vous avez suivi une voie que j’ai refusé de suivre. Celle de l’enrichissement rapide et illicite. Jusqu’avant l’ouverture du marché du commerce du sang vous étiez démuni autant que moi. Nous nous sommes connus en 1977 au bureau d’Alger de l’hebdomadaire El Hadef dont j’étais le coordinateur de la rédaction. Pour arrondir vos fins de mois vous faisiez de la pige dans cet hebdomadaire pour la somme de 500 Dinars par mois. Durant votre service national, j’ai fait tout ce qui était en mon possible pour vous faire affecter à la revue El Djeïch que je dirigeais en tant que rédacteur en chef. Vous vous souvenez des multiples visites que vous me rendiez pour que j’intervienne pour votre affection parce qu’à l’issue de votre instruction militaire à l’EFOR vous avez été affecté à Chlef au lendemain du séisme de 1980. Vous faisiez partie de la classe des démunis. Durant les années quatre-vingts vous habitiez un petit appartement à la cité SEGNA de Réghaïa, pas loin de chez moi qui habitais la cité DNC.

Vous avez été actionnaire avec six autres journalistes du MATIN en détenant au départ 30 pour cent des parts (avant qu’un actionnaire partant ne vous cède ses deux pour cent). Vous êtes resté à la tête du Matin 18 mois. Jusqu’à 1997, il n’y a pas eu de répartition de bénéfices. Vous partez en France en juin 1993 toujours démuni. Subitement vous avez une société d’exportation de macaronis, une librairie, une maison à Boulogne (quartier chic) etc. Vous menez grand train de vie à Paris. Subitement, vous devenez riche. En parler, semble vous nuire. C’est normal. Quand la fortune est mal acquise, on souhaite taire son origine. C’est ce qui m’a amené à conclure dans l’article que vous semblez mettre en cause, Benchicou-Khalifa : même combat. Auriez-vous honte de mener le même combat que Khalifa ?

Voici mes preuves. Qu’en pensez-vous M.Benchicou?

Vous écrivez  » Cela dit, comme de toute évidence vous êtes très mal informé, vous vous demandez s’il est vrai que ma fille travaille à KTV : je vous le confirme. Le cacher serait difficile : elle passe chaque soir à 18 heures sur la chaîne, elle s’appelle Nassima, elle est belle, talentueuse et son avenir est prometteur. Vous devriez vérifier vos sources, M. Aboud Hicham. « 

Je ne pense pas être mal informé en livrant des informations sur KHALIFA TV sur la base de documents officiels que ni vous ni Khalifa ne saurez réfuter. Quant à votre fille, elle n’était pas au centre de mes investigations. Et comme vous le dites si bien, c’est parce qu’il vous est difficile de le cacher que vous finissez par l’avouer. Que son avenir soit promoteur, tant mieux pour elle. Je souhaite la même chose à toutes les Algériennes de son âge. Que ces Algériennes puissent avoir un meilleur avenir que celui que leur réservent ceux qui ont appauvris l’Algérie en allant investir en France après avoir bradé le Dinar sur le marché parallèle pour leur envoyer des macaronis.

Vous écrivez  » Vous avez donné une foule d’informations inexactes sur mes conditions de vie dans l’étrange but de me nuire. Je n’essaye pas d’en savoir la raison et ne vous en veux nullement : vous êtes sans doute forcé à le faire. Et je ne vous répondrai pas, ni étalerai dans mon journal ce qu’on colporte sur vous : je vous abandonne cette noble spécialité. « 

Quelles sont ces informations inexactes que j’ai publiées sur vos conditions de vie en France ? Pouvez vous me démentir lorsque je vous dis que le 22 juillet 1994 vous avez crée la SARL NEGOCE EXPORT au capital de 150. 000 FF ? Je préfère ne pas entrer dans les détails pour ne pas étaler la vie privée de vos supposées associées. Des femmes que je ne connais pas et qui n’ont pas lieu d’être citées dans cet article. Elles n’ont servi que de prête-noms dans vos magouilles. Je crois que cela suffit pour vous faire comprendre que j’ai toutes les données et que je n’ai nul besoin de vérifier mes sources. Mes informations je les puise dans des documents officiels signés de votre main.

Pouvez-vous me démentir que votre registre de commerce porte le numéro : 397915158. Numéro de gestion 94B03841. Date d’immatriculation : le 03/08/1994 au greffe de Nanterre. Dois-je vérifier mes informations ou douter de mes sources qui sont des plus officielles ? Je suis prêt à publier tous ces documents sur le site, si vous le souhaitez.

Pouvez-vous me démentir que le siège de votre société se trouvait au , 1 allée D’Issy 92310 Issy les Moulineaux qui était votre adresse personnelle ? Pouvez-vous me démentir que le siège fut transféré ensuite au 16, rue Kleber 92310 Issy les Moulineaux ? Dois-je publier les bilans annuels de votre société? Vous n’ignorez pas que je ne parle pas dans le vide. Vous devez savoir que je détiens tous vos bilans et vous vous permettez de me demander de vérifier mes informations. Dois-je les publier sur le site ? Quel culot ! M. Benchicou.

Pouvez-vous me démentir que votre librairie papeterie presse (vente au détail) se trouvait au 24, rue Anatole France à Issy Les Moulineaux ? Non, M.Benchicou vous ne pouvez pas me démentir. Et si vous n’aviez rien à vous reprocher vous ne m’auriez jamais accusé de vous avoir calomnié ni chercher à vous nuire ? Depuis quand nuit-on à quelqu’un lorsqu’on évoque ses biens quand ils sont acquis honnêtement ? En quoi pourrai-je vous nuire en disant que vous aviez ouvert un fond de commerce en France en 1994 si cela s’était fait dans la légalité et avec des fonds acquis honnêtement ? Quel mal y a -t-il si je dis que le directeur du quotidien Le Matin est vendeur de journaux à Paris? Si vous le faisiez honnêtement, il n’y a aucun mal.

Quant à la maison achetée à Boulogne, c’est vous même qui me l’avez confirmé lors de notre dernier entretien téléphonique il y a une année de cela, en me précisant même le nombre des pièces de cette maison. Avec quel argent l’avez-vous achetée ? Je suis salarié en France depuis le 9 janvier 1998 (je peux vous montrer mes fiches de paie, ça ne me gêne pas) et je ne peux me permettre d’acheter ne serait-ce qu’un petit studio. Pour bénéficier d’un crédit bancaire, je ne pense pas que vous puissiez répondre aux exigences draconiennes des banques françaises, sauf si… A quel prix l’avez-vous payée cette maison ? Pas moins de 150 millions. Ce qui représente en dinars, un milliard et demi. Voilà, ça y est vous faites partie du club des milliardaires énigmatiques.

Vous constatez bien, M.Benchicou, qu’ils ne s’agit pas de rumeurs colportées. Mais des informations qui ne souffrent pas la moindre contestation. Quant à dire que vous vous refusez de colporter dans votre journal les rumeurs qui circulent sur mon compte, je prends à témoin l’opinion publique dont vous avez le devoir de servir en tant que journaliste, de vous mettre au défi, de publier tout ce que vous pouvez savoir sur moi.

Vous me connaissez de longue date. Si vous avez la moindre des choses sur ma carrière militaire ou de journaliste, publiez-la, sans la moindre hésitation. Si vous avez la moindre preuve que j’ai bénéficié d’un logement social en Algérie ou en France, d’un lot de terrain à bâtir, d’un commerce au nom d’une personne qui me servirait comme prête-nom, d’un quelconque acte contraire à la morale et aux idées que je défends, n’hésitez pas. Vous disposez d’un journal à grande audience, une arme redoutable, n’hésitez pas à l’utiliser pour me faire taire à tout jamais. Les rumeurs, par contre, pour vous éviter des procès en diffamation, je peux m’en charger. Le forum de mon site est ouvert à toutes les rumeurs qui circulent sur mon compte. Je ne les censure pas pour m’amuser en les lisant. Elles sont la meilleure preuve que mes adversaires qui se recrutent tant chez les généraux maffieux et leurs larbins que chez les commerçants du sang et des larmes qui jouent aux donneurs de leçons, n’ont pas le moindre argument pour me discréditer.

Je vous rappelle qu’à la suite de la parution de La Mafia des Généraux, qui n’était pas à votre goût, tous les généraux maffieux cités dans mon livre et leurs larbins ont remué ciel et terre pour me trouver la toute petite des compromissions pour me salir. En vain. Bien après eux, les cercles français qui font commerce du drame algérien menés par François Gèze et son orchestre ont tout fait dans le même objectif. Ils n’ont rien trouvé.

Vous avez perdu votre honneur pour riposter au démuni que je suis


Vous écrivez :  » Je ne vous traînerai même pas en justice : je ne peux à la fois affronter devant le juge la victime et son bourreau Betchine.  »

Non! Si vous avez la possibilité de le faire n’hésitez pas. Vous savez très bien que je détiens des preuves de ce que j’avance. Vous avez la certitude que mes preuves sont irréfutables et incontestables. Vous ne pouvez nullement m’accuser de vous avoir diffamé. Gardez votre baratin pour ceux qui ne vous connaissent pas encore. L’opinion publique, à la lecture de ces lignes, sait, maintenant, qui vous êtes et vous n’arriverez pas à l’induire en erreur par la magie des phrases.

 » Dans la vie, M. Aboud, il faut faire des choix et s’en tenir. Par ailleurs, je n’ai pas à me justifier sur mes ressources ni sur mes conditions de vie qui semblent vous obséder car cela ne regarde que moi  »

Oui, j’ai fait le choix de faire partie de cette majorité de démunis pour garder ma liberté de dénoncer tous les maffieux et leurs larbins. Dénoncer tous les opportunistes de votre éspèce et tous les commerçants du sang et des larmes du peuple algérien. Par contre, vous, M.Benchicou, vous avez fait le choix d’une voie honteuse qui permet, certes, l’enrichissement rapide, mais, vous avez perdu votre capacité de riposter aux démunis honnêtes qui vous interrogent sur l’origine de votre fortune. Vous avez perdu l’honneur qui permet de riposter au démuni que je suis. Assumez, donc, votre choix et taisez vous. Cachez vous quand on vous montre du doigt. C’est ça, votre choix.

Vos conditions de vie en France ne m’obsèdent pas. Seulement, je tiens à vous rappeler que lorsqu’on a honte de justifier ses ressources, on ne doit pas se permettre de donner des leçons de morales aux autres et notamment à ceux qui dénoncent les malfrats qui mènent une véritable entreprise de mise à mort de l’Algérie. La différence de nos choix réside dans le fait est que vous refusez de justifier vos ressources contrairement à moi qui ne trouve aucune gêne à publier ma déclaration d’impôts annuelle et de faire en public l’inventaire de tous mes revenus centime par centime.

 » Mais sachez juste qu’en Algérie comme durant mon exil forcé, je n’ai jamais tendu la main à qui que ce soit parce que chez nous, quand on est directeur d’un journal algérien, c’est-à-dire d’un pays anciennement colonisé, on ne tend pas la main à l’ancienne colonie. Il nous suffit qu’elle soit une terre d’accueil, le temps d’une crise passagère.  »

Pouvez-vous nous dire pourquoi êtes-vous parti vous installer en France en juin 1993 ? A quel titre vous êtes vous installé ? vous n’aviez ni l’asile politique ni l’asile territorial. Comment les autorités françaises vous ont-elles permis de séjourner sur le territoire français au-delà des trois mois du visa ? Pourquoi laissez-vous votre famille en France puisque vous affirmez que vous avez sollicité l’accueil de l’ancienne colonie le temps d’une crise passagère ? Vous Appelez à mener la guerre contre le terrorisme et à son éradication tout en mettant à l’abri votre famille à Boulogne ? Je ne suis pas naïf pour attendre une quelconque réponse de votre part à ces questions. Si vous le souhaitez, je peux répondre à votre place pour éclairer l’opinion publique.

Vous écrivez  » J’ai les moyens de vivre dignement sans solliciter la presse française, ni RSF, ni les ONG françaises « .

Sans avoir dévalué le Dinar Algérien chez votre ami de Bordj Bou Arreridj, sans avoir commis des délits économiques, je n’ai pas tendu la main à RSF ou à une quelconque ONG ni à un quelconque organe de la presse française . Si c’était le cas, François Gèze et son orchestre auraient été les premiers à me dénoncer. Quant à vous, M.Benchicou, les moyens dont vous disposiez pour ne pas tendre la main, vous les aviez obtenus de manière qui vous met dans la gêne pour en parler aujourd’hui. Pouvez-vous me dire pourquoi avez-vous refusé de désigner, en votre absence, un directeur de la publication du MATIN parmi les associés ? pourquoi vous avez mis tous les obstacles pour qu’aucun de vos associés ne puisse prendre connaissance de la gestion des deniers du journal et notamment les recettes des ventes du journal en France ? Pouvez-vous me dire pourquoi Le Matin a disparu du marché français en 1996 ? La Banque Extérieure d’Algérie ne vous a-t-elle pas interrogé sur le pourquoi du non rapatriement de ses recettes ? Le non rapatriement des recettes du Matin n’est-il pas un délit économique pour lequel vous deviez répondre devant les tribunaux si un échéancier ne vous a-t-il pas été accordé par la BEA sur intervention de Kéramane? Etes-vous en mesure de répondre à ces questions M.Benchicou ? Personnellement, je connais les réponses. Mais en votre qualité d’homme de communication, éclairez l’opinion publique sur la face cachée du Matin.

Vous écrivez  » Cela me permet aujourd’hui de regarder la tête haute tous les journalistes de l’Hexagone chez qui les nouveaux harkis se précipitent pour dire du mal de leur pays « .

Pouvez-vous regarder la tête haute l’épouse et les enfants de Saïd Mekbel ? Pouvez-vous regarder la tête haute certains de vos associés restés en Algérie, qui vous ont mis sur la table toutes vos magouilles lors de réunions houleuses. Pouvez-vous regarder la tête haute SAS qui a fait la grandeur de votre journal ? pouvez-vous regarder la tête haute, les journalistes que vous rémunériez à 2000 DA au moment où vous exportiez vers l’Algérie des macaronis et des spaghettis ? Qui sont-ils ces harkis qui se précipitent en France pour dire du mal de leur pays ? dénoncez-les. Sinon, vous êtes leur complice. Et si l’insinuation m’est adressée, au vu de cette gifle que je vous assène, vous ne devez pas hésiter une seconde pour me sortir un seul de mes écrits à travers lequel je dis du mal de mon pays. Un pays que tu as dépravé en participant à le dépouiller des miettes que lui ont laissé les généraux maffieux.

«  Et ce qui me permet, dans la foulée, d’envoyer balader le général Betchine et les pontes du régime quand je décide de publier les articles désespérés d’un certain Aboud Hicham qui porte, à partir de Paris, de courageuses accusations contre le régime algérien. « 

Je n’ai pas attendu 1998 pour envoyer balader Betchine en profitant d’une guerre de clans et en attendant le feu vert d’un clan maffieux qui m’assure la protection. Je vous renvoie aux archives du quotidien Le Libre pour vous rafraîchir la mémoire. A l’époque vous n’aviez pas le courage de reprendre ces écrits et leur donner l’écho qu’ils méritent. Les pontes du régime quand ils sont dénoncés nommément, vous avez été le premier à les défendre par des écrits tendancieux pour tirer sur mon livre  » La Mafia des Généraux  » que vous vouliez présenter comme un pamphlet contre l’armée, en titrant, le 18 février 2002,  » Encore un livre brûlot contre l’armée algérienne « . Le surlendemain vous revenez encore sur le sujet en faisant une lecture tronquée du livre, dans le but de le discréditer. Vous n’avez fait qu’entretenir l’amalgame entre l’armée algérienne et une poignée de généraux maffieux que je ne cesserai jamais de dénoncer jusqu’à leur jugement pour crime contre l’humanité.

Votre baratin ne passe plus, M.Benchicou, vous êtes démasqué. Quand avez-vous publié  » les articles désespérés d’un certain Aboud Hicham  » ? Indiquez moi les numéros ou les dates des éditions de votre journal pour que je les cherche dans les archives. Hormis un droit de réponse en juillet 1999 qui m’a été publié après trois rappels et menaces de recourir aux organisations internationales de la presse vous dénonçant de m’empêcher d’user de mon droit de réponse, un deuxième en réplique à votre attaque contre mon livre et un troisième droit de réponse au général Larbi Belkheir, dont certains de ses passages ont été censurés. Trouvez moi un seul de mes écrits où je me suis exprimé dans les colonnes de votre journal ou une seule interview.

Quant aux courageuses accusations portées contre le régime, je n’ai pas attendu le temps de m’exiler pour le faire. Je ne parle pas, comme vous, dans le vide. Je vous renvoie aux archives d’El Acil daté du 16 décembre1992 où j’accusais clairement les généraux maffieux de l’assassinat de Boudiaf. Celui du 1er avril 1993 où je dénonçais en termes sans équivoque les généraux en leur promettant que le peuple ira cracher un jour sur leurs tombes. Consultez le Quotidien le Libre du mois de mars 1994où je dénonçais les pratiques maffieuses de Betchine et les tortures qu’il avait fait subir aux manifestants d’octobre 1988. Le Libre du 29 juin 1994 que j’avais ouvert à Nacer Boudiaf pour dénoncer sans ambages les assassins de son père. Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres. Je n’ai nul besoin de vous rappeler mon courage que vous avez eu l’honneur de vérifier quand vous étiez sous ma conduite à la revue El Djeïch. Vous reconnaissiez que sous ma conduite vous bénéficiez d’une liberté d’expression que vous n’aviez pas à EL Moudjahid. Vous reconnaissiez que je n’agissais pas sur instruction du commandement militaire. Vous étiez témoin des pressions que je subissais de la part du commandement militaire. Vous savez très bien que vous ne pouvez pas affirmer, aujourd’hui, le contraire. Des dizaines de journalistes de notre génération ont accompli leur service national à la revue El Djeïch peuvent apporter leur témoignage. C’est ce qui explique le respect dont je bénéficie auprès de mes confrères de la presse, et les rares larbins qui ont cherché à descendre en flammes mon livre ont été calmés par ceux qui connaissent mon passé journalistique et mon intégrité morale.


Vous terminez en concluant sur votre habituel ton démagogique « C’est mon choix, je ne changerai pas, et l’adresse du Matin ne changera pas non plus : j’attends que vous tapiez à notre porte quand le vent tournera. Tranquillisez vous : on vous ouvrira parce que nous, nous n’avons de comptes à rendre à personne.  »

Je vous ai répondu sur votre choix. Il ne sera jamais le mien. Quant à l’adresse du Matin, avec tous le respect que je dois à certains de ses journalistes honnêtes, je ne prendrai jamais le chemin qui mène vers elle tant que vous êtes à la tête de sa direction. C’est à vous de vous rassurer que je ne frapperai jamais à votre porte. Nous n’avons pas les mêmes principes ni les mêmes valeurs morales. Ce que je viens d’écrire le démontre amplement. Le vent tournera toujours en faveur de l’honnêteté. La preuve vous est apportée, aujourd’hui. Si vous étiez honnête, M.Benchicou, vous n’auriez jamais eu à subir ces vérités que je clame à votre face, en public, sans que vous soyez capable de répondre bien que vous disposez d’un journal à fort tirage. Un journal qui ne vous sert même pas à défendre votre malhonnêteté.

Je ne conclurai pas sans commenter la phrase que vous m’avez dédiée dans votre chronique du jeudi 20 mars.  » ce capitaine algérien exilé reconverti dans la délation de ses compatriotes, une façon comme une autre de gagner son pain à Paris, les Chouchou algériens ne manquant pas dans la douce France  » . Dites moi, Monsieur le journaliste professionnel, qu’entendez-vous par délation ? Est-ce le fait de dénoncer, preuves à l’appui, des maffieux qui font sortir les billets de banques dans des mallettes tout en jouant aux sauveurs de l’économie algérienne, qui relève de la délation ? Révéler à l’opinion publique leurs magouilles ce n’est pas de l’information? Est-ce le fait d’informer l’opinion publique des magouilles des agents de la mafia que vous appelez la délations des compatriotes ? Dois-je taire des vérités pour faire plaisir à ceux qui ont mis l’Algérie dans l’état qu’elle ne devait jamais connaître ? Dois-je taire les magouilles de petits trabendistes en col blanc qui jettent l’argent du peuple à Gérard Depardieu et autres starlettes de ce qu’on appelle la jet set ? Est-ce de la délation que de faire étalage de vos magouilles en faisant commerce du sang des Algériens avec lequel vous avez fait des centaines de une de votre journal et vous retrouver dans la caste des milliardaires aux fortunes dont l’origine est plus que douteuse? C’est quoi l’information selon vous, M. Benchicou? Vous savez ce que c’est la délation M.Benchicou? Souvenez-vous lorsqu’en septembre 1988 lors de la grève des ouvriers de la zone industrielle, vous m’aviez accosté à Rouiba pour me remettre un tract du PAGS croyant avoir affaire à un officier véreux de la SM. Je vous ai simplement dit que cela ne m’intéressait pas et que ce n’était pas mon rayon. Je vous ai fait comprendre que je n’avais rien à voir avec les services opérationnels. Hébété et balbutiant vous aviez fini par lâcher « non, non, c’est pour votre lecture. Gardez-le » C’est ça la délation, ya Si Benchicou !

Sachez, M.Benchicou, que mon pain je le gagne proprement et honnêtement. Je ne suis pas comme vous. Rien ne me gêne pour justifier mes ressources et d’exhiber mes fiches de paie. Il n’y a que les chouchou qui sont gênés de justifier leur revenu parce qu’on sait comment les obtiennent-ils ? Qui de nous deux fait le chouchou dans la douce France en refusant de justifier ses ressources ? Les lecteurs connaissent la réponse.

En conclusion, je ne manque pas de vous rappeler que j’ai pour habitude de défier les hommes. Si vous en êtes un, et s’il vous reste un gramme de dignité, répondez à cette gifle que je viens de vous assener par une semblable en me trouvant une toute petite tâche noire avec preuves comme je viens de le faire contre vous. Ils seront nombreux à vous applaudir et venir vous faire courbette pour avoir trouvé une toute petite tâche sur le front de l’homme qui ne cesse de clamer haut et fort : Je suis propre et blanc comme neige. Chiche !
Sinon, taisez-vous, M. Benchicou. Quand on se fait prendre la main dans le sac on doit s’imposer le silence. Taisez-vous et méditez sur ce vieux proverbe arabe qui s’applique bien pour vous  » Il n’y a pas plus éloquent qu’une pute pour parler d’honneur « .


Hichem Aboud
Le 24/03/03

Certains s’interrogeront, certainement, pourquoi consacrer tout cet éspace et tout ce temps pour répondre à quelqu’un qui ne saura riposter à cette salve de vérités qui risque de lui provoquer un malaise cardiaque. Je leur réponds qu’il s’agit tout simplement d’un chapitre d’un prochain livre consacré aux commerçants du sang et des larmes. Je n’ai, donc, pas perdu mon temps en répondant à Benchicou.

le 24/03/03

Publié dans DRS(39), Non classé(13), vive l'algerie(128) | Pas de Commentaires »

 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema