• Accueil
  • > Recherche : lexique berbere

Résultats de votre recherche

Amawal n tusnakt

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

  • Abaque :isiqneÇ.(Néo.per.)(aqnuÇ :La boule (Dictionnaire Français-Kabyle de Mr.Dallet)
  • Abscisse :izirgim.(Néo.per.)
  • Abscisse à l’origine :izirgim g tijjent.(Néo.per)
  • Acre :akuÇmrar.(Néo.per.)
  • Addition :asmun.
  • Addition de fonctions :asmun n twuriwin .
  • Addition de fractions :asmun n tiriÇitin.asmun n ikÏamn.
  • Addition de nombres réels :asmun n ifaÄinen isedyan .
  • Addition de vecteurs :asmun n isawayn.
  • Adjacent :amajay .
  • Agrandissement :asxitr.
  • Aire :azur.
  • Aléatoire :agucar.(Lexique 1980 Paris)
  • Algèbre :ajbar.
  • Algoritme :axurzm.awarzim.(Aseglalaf n Kabyle)
  • Amortissement :asenfÇ(Aseglalaf n Kabyle).
  • Amplitude :tasedfut(Aseglalaf n Kabyle)
  • Angle (dans un plan) :avamir (g yan uvawas). axaziz (g yan uvawas)
  • Angle aigu :avamir umsid.axaziz umsid.
  • Angle au centre :avamir g ulamas.axaziz g ulamas.
  • Angle au centre dans un polygone régulier :avamir g ulamas n umnnaÇey alugan.axaziz g ulamas n umnnaÇey alugan.(amnnaÇey :Néo.per.)
  • Angle de dépression :avamir n idr.axaziz n idr.
  • Angle de rotation :avamir n usutl.axaziz n usutl.
  • Angle d’élévation :avamir n usedkl.axaziz n usedkel.
  • Angle droit :avamir inemn .axaziz inemn.
  • Angle extérieur d’un cercle :avamir undiv n yan uwariy.axaziz undiv n yan uwariy.
  • Angle extérieur d’un polygone :avamir undiv n yan umnnaÇey.axaziz undiv n yan umnnaÇey.
  • Angle inscrit :avamir uzmmim.axaziz uzmmim.
  • Angle intérieur d’un cercle :avamir agensan n yan uwariy.axaziz agensan n yan uwariy.
  • Angle intérieur d’un polygone :avamir agensan n umnnaÇey.axaziz agensan n yan umnnaÇey.
  • Angle nul :avamir umyiy.
  • Angle obtus :avamir aferkip.axaziz aferkip.(aferkip:Tawalt.com)
  • Angle plat :avamir aïemnan .axaziz aÏemnan.avamir apermil.axaziz apermil.(apermil:Tawalt.com)
  • Angle plein :avamir ikæarn .axaziz ikÆarn.avamir udkir.axaziz udkir.
  • Angle polaire :avamir awuman.axaziz awuman .avamir urniy.axaziz urniy.
  • Angle rentrant :avamir akejman.axaziz akejman.
  • Angle saillant :avamir ikectan.axaziz ikectan.
  • Angle tangentiel à un cercle :avamir agiran i yan uwariy.axaziz agiran i yan uwariy.avamir amlevmar.axaziz amlevmar.
  • Angle ( relations entre des… :avamir (aivkan ger id..axaziz (ivkan ger id..)
  • Anneau :tawinst.
  • Annuité :tifrigast.(Néo.per.)
  • Antécédent :azermaz.(Néo.per.)
  • Apex :ajarir.asabiv.
  • Apothème :asderday.(Néo.per.)
  • Application :aseltv.asnas.
  • Approximation :asenreg .asijey.
  • Arbre :addag,axlij,aseælu.
  • Arc :ucn
  • Arc cosécante :ucn agudznam.(Néo.per)
  • Arc cosinus :ucn akudcunzar.(Néo.per)
  • Arc cotangente :ucn agudgar.(Néo.per)
  • Arc sécante :ucn ageznam.(Néo.per.)
  • Arc sinus :ucn acunzar.(Néo.per.)
  • Arc tangente :ucn agiran.ucn amlevmar.(amlevmar :Néo.per.)
  • Are :ar.
  • Arête :amdr.agmmir.agamir.(amdr :aseglalaf n Kabyle)
  • Argument :afakul.unÇ.
  • Arithmétique :alugÄn.(Néo.per.)
  • Arrangement :asttef.
  • Arrondi :awererray.
  • Arrondissement :aweray.
  • Associativité :tasemdawast(Parler des Ayt Säid ou Ouiccu. Cercle de Ouaouizeght.Région deTadla-Azilal) .
  • Asymptote :acenvad .(Néo.per.)
  • Attribut :ayla.
  • Axe de nombres :igejdi n ifaÄinen .
  • Axe de réflexion :igejdi n usended.
  • Axe de symétrie :igejdi n uzund.igejdi n umisi. .
  • Axe des abscisses :igejdi n igirzimn.
  • Axe des ordonnées :igejdi n tufsinin. .
  • Axe polaire :igejdi awuman.igejdi urniy.
  • Axiome :ucb.
  • Azimut :aswat.
  • Barycentre :aÇamas.(Néo.per.)
  • Base :aday.aliv.adasil.
  • Bénéfice :araz.
  • Biconditionnelle :tanafadat.
  • Billion :abelyun.
  • Binôme :anasav.(Néo.per.)
  • Bipoint :tanbkit.(Néo.per.)
  • Bissectrice :tayugfalt.tanakÏast.tanasnaft.(Néo.per.)
  • Biunivoque :Ayugwal.ayugnÇi.(Néo.per.)
  • Borne :agmir.
  • Boucle :tawingt.anadic.
  • Boule :aqaniÇ.
  • Calcul :IÄN.
  • Calculer :AD ISSIÄN.
  • Canonique :akmamad.
  • Capacité :AZAMIR.
  • Caractère :ASAKIL.
  • Caractère statistique :ASAKIL AÄANAN.
  • Caractéristique de dispersion :AZALIY N UZEMZEÏ.tanupyut n uzemzÏ.afaris n uzemzÏ.azaliy n usemzeoweÄ.tanupyut n usemzeoweÄ.afaris n usemzeoweÄ.(asemzeoweÄ :P arler d’une tribu à Ouaouizeght .Règion de Tadla-Azilal.
  • Caractéristique de position :AZALIY N USRAS.tanupyut n usras.afaris n usras.
  • Cardinal d’un ensemble :apedman N TAGRUMMA.apedman n ucepmuÄ.
  • Carré :AKUÇAÇ.aÇunan.
  • Carré cartésien :AKUÇAÇ akertaz.aÇunan akertaz.
  • Carré d’ un nombre :AKUÇAÇ N YAN ufaÄin.aÇunan n yan ufaÄin.
  • Carré géométrique :AKUÇAÇ ASEVCAL .aÇunan asevcal (asevcal :Néo.per.)
  • Carré magique :AKUÇAÇ ASETFAL .aÇunan asetfal. (asetfl :Lexique de Mr.Omar Et-ttaqi)
  • Carré parfait :AKUÇAÇ UBLIL.aÇunan ublil. (ublil :Lexique 1980 Paris).
  • Carrelage :aseÄley.
  • Cathète :aÇmajay.(Néo.per.)
  • Centilitre :akalter.(Néo.per)
  • Centimètre :akatmiÄ.(Néo.per.)
  • Centimètre carré :akatmiÄ akuÇaÇ.akatmiÄ aÇunan.
  • Centimètre cube :akatmiÄ agsasan. (agsas :Lexique 1980 Paris)
  • Centre :ALAMAS.amas.
  • Cercle :TAGURART.TÇAYERT.awariy.
  • Cerf-volant :asiwan.afrafag. (afrafag :Néo.per)
  • Chaîne :ASERRARU.
  • Chance :ANAÇ .
  • Changement d’échelle :ASELgeF N TISKKILYA.
  • Chemin :ABRID.avaras.
  • Chiffre :AZaWIL.azwil.(Lexique 1980 Paris)
  • Chronogramme :aturÇun.akudÇun .turzazunt.(Néo.per.)
  • Circonférence :asuty.(Dictionnaire de Tamazight de Mr.Haddachi Ahmed.)
  • Circuit :INÄI.
  • Classe :AFASIN .(Lexique de Mr.Omar Et-taqi)
  • Classement :AFSaN.
  • Classification :ASEFSEN.
  • Coefficient :akesdu.Néo.per.)
  • Combinaison :asuddes.
  • Combinaison linéaire :asuddes azwawaÄ.
  • Combinatoire :uddis.(Lexique 1980 Paris)
  • Commutativité :amelfeg.
  • Compas :isiwnes.isins.(Néo.per.)
  • Complémentaire d’un ensemble:asesmad n yat tegrumma.asesmad n yan ucepmuÄ.
  • Composition de fonction :asunz n twuri.
  • Concave :AVENJAN .abuÄan.ageobub.ageobur.uÇoiy.
  • Concavité :TIVVUNJA.abubÄ.ageobeb.ageober.tiÇÇuoya.
  • Concentrique :agudmas.(Néo.per.)
  • Conditionnelle :TAFADAT.
  • Cône :azurnim.(Néo.per.)
  • Congruence de figures géométriques:amyanm N WUDMAWN ISEVCALN . (isevcaln :Néo.per.)
  • Congruence de nombres :amyanm N ifaÄinen. .
  • Congruents :imyanamn.
  • Conique :azurnam.
  • Conjecture :amxamma.
  • Conjonction :acram.
  • Connecteur :amezday.
  • Consécutifs :IÄEFRAN .
  • Conséquent :AGEMÄAN.
  • Constante :TALAKINT.
  • Contour :ASUTY. (Dictionnaire de Tamazight de Mr Haddachi Ahmed).
  • Contraction :akenÇeÇ.
  • Contradiction :AMERWEL.AKENWEÄ.
  • Convexe :AQBABAY.afensiy.uÄrin.
  • Convexité :TIQBIT.tifensiyt.tiÄurrena.
  • Coordonnées à l’origine :isanaÄn s TIJJENT.imsadagn s tijjent.
  • Cordonnées d’un point :isanaÄn N TBEKKIT.imsadagn n tbekkit.
  • Coplanaires :akedvas.ikedvas.(Néo.per.)
  • Corde :ANaZIZ.
  • Cornet :TAROIWT.(Parler d’une tribu n Ayt sexman .Région de Tadla-Azilal)
  • Corollaire :tisnit.
  • Corps :AMESSUY.AJANIG. (ajnag :Article de Mr.Ayt jadu publié en tawiza)
  • Corps rond :AMESSUY AWERERRAY.AJANIG AWERERRAY.
  • Corrélation :amecrm.
  • Corrélation linéaire :amecrm azwawaÄ.
  • Correspondants :imesqadn.
  • Cosécante d’un angle :agudzam N yan UVAMIR.akudzam n yan uxaziz.
  • Cosinus d’un angle :akudcunzar N yan UVAMIR.akudcunzar n yanuxaziz.
  • Cotangente d’un angle : agudgir N UVAMIR.agudgir n yan uxaziz.
  • Côté :AÇEY.
  • Cote Z(ou cote standard) d’une donnée :timirnunt yaz n yan ifiki(nev timirnunt talegmant.
  • Couche shérique :ASERKM AæERYAN.aserkm :Lexique 1980 Paris)
  • Couple :TAYUGA.
  • Courbe :azalig.
  • Couronne :AXASIY.ISNI.
  • Crible d’ Eratosthène :acÏaÏÏu n uratustin.ifif n uratustin.
  • Critère :ALAGIM.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Croissance :ANBBER.
  • Croissant :unbir.
  • Cryptarithme :aneytl. (Néo.per.)
  • Cube :AGASIS.
  • Cycle :AZALIM.ullus.
  • Cylindre :AWELELLU* (Lexique 1980 Paris)
  • Dallage :asebÄn.
  • Décaèdre :amradm.(Néo.per.)
  • Décagone :amraÇey.amrafs.amramd.(Néo.per)
  • Décalitre :amraltar.(Néo.per.)
  • Décilitre :awismaltar(Néo.per.)
  • Décimale :amraday.(Néo.per.)
  • Décimètre :amrakat.(Néo.per).
  • Décomposition :afuÇÇer.
  • Décroissant :anesrar..
  • Défintion d’un ensemble en compréhension :asussen n yat tegrumma g tigzi.asussen n yan ucepmuÄ g tigzi.
  • Définition d’un ensemble en extension :asussen n yat tegrumma g uskuÏÏey.asussen n yan ucepmuÄ g uskuÏÏey.
  • Degré :afasin.
  • Déltoïde :akariÄm.(Néo.per)
  • Demi-droite :azegnam.(Néo.per.)
  • Demi-plan :azgenvas.(Néo.per.)
  • Dénombrement :asefÄn.
  • Dénominateur :anemvan.
  • Dénominateur commun :anemvan iccarn.
  • Développement décimal d’un nombre :asnebber amraday n yan ufaÄin. (amraday :Néo.per.)
  • Développement d’ un cône et d’un cylindre:asnebber n yan uzurnim d yan uwelellu.
  • Développement d’un polyèdre :asnebber n yan umnnadm. (amnnadm :Néo.per)
  • Développement d’un solide :asnebber n yan uqurar.
  • Diagonale :tazdavmart.abadis. (tazdavmart :Néo.per.ubdis,abadis (Dictionnaire de Kabyle)
  • Diagramme :anevcaz.(Néo.per.)
  • Diagramme à bandes :anevcaz s icaÏiÄn.
  • Diagramme à bâtons :anevcaz s igÏÏumn.
  • Diagramme à ligne brisée :anevcaz s uzrirg irÇan.
  • Diagramme à pictogrammes :anevcaz s ikelkaz.(Néo.per.)
  • Diagramme à tige et feuilles :anevcaz s traÄa d ifrawn.anevcaz s watu d ifrawn.
  • Diagramme cartésien :anevcaz akertaz.
  • Diagramme circulaire :anevcaz awererray.
  • Diagramme de carroll :anevcaz. n Ukarul.
  • Diagramme de dispersion :anevcaz n uzemÇÏ.anevcaz n usemzeoeÄ.
  • Diagramme de Venn :anevcaz n fen.
  • Diagramme de quartiles :anevcaz n imerkaÇ.(Néo.per.)
  • Diagramme en toile d’araignée :anevcaz n usasa n tissimt.
  • Diagramme saqittal :anevcaz …
  • Diamètre :ukd.akdu.
  • Différence :ubÄ.ibÄ.abÄu.
  • Dilatation du plan : avraÄ n uvawas.
  • Dimension :umt.
  • Direction d’une droite :tanila n inimi.
  • Discriminant de l’équation du second degré :asnepyay n umwasa n ufasin asinan.
  • Disjoints :.bÄan.
  • Disjonction :tibÄi.
  • Disjonction exclusive :tibÄi tuslidt.
  • Dispersion :azemzeÏ.asemzeoweÄ.
  • Disphénoïde :akuÇrid.(Néo.per.)
  • Disque :aÄebsi.atawil. (aÄebsi :Lexique 1980 Paris.
  • Distance :asatam. (asttum :Lexique de Mr.Omar Et-taqi ).
  • Distrbution :asedgr.
  • Distributivité :tisedgert.
  • Dividence :afulraz.(Néo.per.)
  • Diviseur :ameÇwan.
  • Divisible :aÇunan.
  • Division :taÇuni*.(Lexique 1980 Paris)
  • Dodécaèdre :amrasinqur.(Néo.per.)
  • Dodécagone :amrasinÇey.(Néo.per.)
  • Domaine :tavult*
  • Données statistiques :ifikitn iÄanan.
  • Droite :inimi.
  • Droite de régression :inimi n udirz. (adirz :Lexique de Mr.Omar Et-taqi)
  • Droite numérique :inimi uynin.
  • Droites :inimitn.
  • Ecart :alam.anakiz.
  • Echantillon aléatoire :alamic agucar. (talmmict :Lexique de l’informatique de Mme Samiya Saadi Buzefran publié au site Rezki-net.
  • Echantionnage :almmec.
  • Echelle de mesure :tiskkilya n usval.
  • Effectif :asemday*Lexique 1980 Paris)
  • Egalité :tikselt.
  • Elément :aferdis.
  • Ellipse :tucnegliyt.(Néo.per.)
  • Emprunt :araÄil.
  • Encadrement :asexreb. (axrib :Le cadre :Lexique de Mr.Haddachi Ahmed.
  • Ennéagone :aÏÇaÇy.(Néo.per.)
  • Enquête statistique :tirzi taÄanant.
  • Ensemble :tagrumma.apecmuÄ.
  • Ensembles équipotents :tigrumma tiksaÇmarin.ipecmaÄ iksaÇmarn. (aksaÇmar :Néo.per.)
  • Equation :amwasa.(Lexique de Mr Omar Et -taqi)
  • Equation algébrique :amwasa ajebran.
  • Equation canonique :amwasa akmamad.
  • Equation du premier degré :amwasa n ufasin amezwaru.
  • Equation du second degré :amwasa n ufasin asinan.
  • Equation d’une droite :amwasa n yan inimi.
  • Equation expononcielle :amwasa aleÇmar.amwasa asefsar.(Néo.per.)
  • Equation générale :amwasa amatan.
  • Equation impossible :amwasa azulal.
  • Equation indétérminée :amwasa argucal. (aguccel :Lexique 1980 Paris)
  • Equation irrationnelle :amwasa argezÄan.
  • Equation linéaire :amwasa azwawaÄ.
  • Equation littérale :amwasa aseklan.
  • Equation logarithmique :amwasa axurzman.amwasa awarziman.
  • Equation numérique :amwasa uynin.
  • Equation paramétrique :amwasa adesval.(Néo.per.)
  • Equation polynomiale :amwasa amnnajmak.(Néo .per.)
  • Equation quadratique :amwasa akuÇaÇ.amwasa aÇunan.
  • Equation rationnelle :amwasa agezÄan.
  • Equation symétrique :amwasa azunad.amwasa amisan.
  • Equation transcendante :amwasa aoutrar. (aoutrar :P arler des Ayt Wirra.El Ksiba n Moha Ou Saïd.)
  • Equation trigonométrique :amwasa aÇevmar.(Néo.per.)
  • Equation vectorielle :amwasa asaweyan.
  • Equations équivalentes :imwasatn iksazaln.(Néo.per.)
  • Equiangle :aksavmar.(Néo.per.)
  • Equidistant :aksaltam.(Néo.per.)
  • Equilatéral :aksaldis.aksalÇey.(Néo per.)
  • Equilatère :aksaldasan.aksalÇan.(Néo.per.)
  • Equipollence :akesmver..(Néo.per.)
  • Equivalence :aksuzl.(Néo.per.)
  • Espace :aberrepmu.(Parler des Ayt Wirra .El Ksiba n Moha Ou Saïd.)
  • Espérance mathématique d’une variable aléatoire :asirm asensaÄan n yat tunÄiÄeyt tagucart. (tanÄa :Variété :Lexique 1980 Paris.
  • Estimation :amxamma.asedked.
  • Etendue d’une distribution :azaÄ n usedger.
  • Etendue interquartile :azaÄ agerzal.(Néo.per.)
  • Evénement :tudyint
  • Evénement certain :tudyint tuntimt.
  • Evénement composé :tudyint tuddist.
  • Evénement élémentaire :tudyint taferdast.
  • Evénement impossible :tudyint tazulalt.
  • Evénements compatibles :tudyinin imsasan.tudyinin imsadan .
  • Evénements complémentaires :tudyinin tinesmadin.
  • Evénements dépendants :tudyinin tuzdiyin.
  • Evénements équiprobables :tudyinin iksapecradn.(Néo.per.).
  • Evénements incompatibles :tudyinin irsasan.tudyinin iresmadan .
  • Evénements indépendants :tidyanin tifulayin..
  • Eventualité :alfesdey.(Néo.per)
  • Expérience aléatoire :tirmit tagucart
  • Exponentiation :asefser.aleÇmer.
  • Exposant :anefsar.
  • Expression algébrique :tasefrut tajebrant.
  • Expression fractionnaire :tasefrut tariÇant.tasefrut takeÏmant.
  • Expression littérale :tasefrut taseklant.
  • Expression numérique :tasefrut tuynint.
  • Expression polynomiale :tasefrut tamnnajmakt.
  • Expression rationnelle :tasefrut tagezÄant. (agezÄen :La raison :Tawiza.Mr.Boudhan.)
  • Extérieur d’une conique :berra n yan uzurnam
  • Extrapolation :anirzel.(Néo.per.)
  • Extremum :tabkkizalt.(Néo.per.)
  • Face :adensir.
  • Facteur :amental.
  • Factorielle :tumentilt.
  • Factorisation :asmentl..
  • Faiseau de cercles :aqar n iwariyn.
  • Faiseau de droites :aqar n inimitn.
  • Famille :tawacult.
  • Figure :udm.afan.
  • Figures :udmawn.ifanen.
  • Figures congruentes :udmawn ikmamadn.ifanen ikmamadn.
  • Figures homothétiques :udmawn iserswan.ifanen iserswan.
  • Figures isométriques :udmawn ikesvaln.ifanen ikesvaln.
  • Figure planes équivalentes :udmawn iÏemnan iksazaln.ifanen iÏemnan iksazaln.
  • Figures semblables :udmawn immeswan.ifanen immeswan.
  • Flèche :asermeÏ.(Petit lexique de Mr Masr n Ayt jadu publié suite à un article dans Tawiza par Mr.Boudhan.)
  • Fonction :tawuri.
  • Fonction à optimiser :tawuri i usvudu.
  • Fonction affine :tawuri tunjiÏ(tunjiÄt).
  • Fonction algébrique :tawuri tajebrant.
  • Fonction circulaire :tawuri tawererrayt.
  • Fonction continue :tawuri tazubdant.
  • Fonction croissante :tawuri inebbern.
  • Fonction de variation directe :tawuri n usenÄey usrid. (usrid :Lexique :1980 Paris.
  • Fonction de variation parcielle :tawuri n usenÄey ukÏis.
  • Fonction décroissante :tawuri t tanesrart.
  • Fonction définie par parties :tawuri ittuswuttun s ikaÏisn.
  • Fonction exponentielle :Tawuri tasefsart.tawuri taleÇmart.
  • Fonction homographique :tawuri taksalnavt.(Néo.per.)
  • Fonction inverse :tawuri tuqliyt.
  • Fonction inversible :tawuri tuqliliyt
  • Fonction logarithmique :tawuri taxurzmant.tawuri tawerzamt.
  • Fonction partie entière :tawuri akaÏis ublil.tawuri akaÏis ummid.
  • Fonction périodique :tawuri tuyjirt.
  • Fonction polynomiale :tawuri tamnnajmakt.
  • Fonction racine carré :tawuri aÇver akuÇaÇ.tawuri aÇver aÇunan.
  • Fonction rationnelle :tawuri tagezÄant.
  • Fonction sinusoïdale :tawuri tuzligt.
  • Fonction transcendante :tawuri taoutrart.
  • Fonction trigonométrique :tawuri taÇevmart..
  • Forêt :tiÇgi.tagant.
  • Forme canonique d’une fonction :asanaz ukmimd n yat twuri. (asanaz :P etit lexique publié suite à un article de Mr Masr n Ayt Jadu dans Tawiza Par Mr Boudhan.)
  • Forme de base d’une fonction :asanaz n wadda n yat twuri.asanaz n n waday n yat twuri.
  • Forme factorisée d’un polynôme :asanaz usmentil n yan umnnasav.
  • Forme générale d’une fonction :asanaz amatan n yat twuri.
  • Forme paramétrique d’une fonction :asanaz adesval n yat twuri.
  • Forme propositionnelle :asanaz asumar.
  • Formule :tasanazt.
  • Formule de Héron :tasanazt n hirun.
  • Foyer :almessi.
  • Fractal :ariÇan.akeÏman.
  • Fraction :tiriÇit.akÏam.
  • Fractions équivalentes :tiriÇitin tiksazalin..ikeÏman iksazaln.
  • Fractions semblables :tiriÇitin immeswan.ikeÏman immeswan.
  • Fréquence :asnagar.
  • Frise :tawinest.
  • Frontière :adasis.
  • Gauche :azelmaÄ.abelpaÄ.
  • Génératrice :tameslalt.
  • Géométrie :asevcel.asevkel.(Néo.per.)
  • Glissement :ucuÄ.
  • Googol :agugul.
  • Googolplex :agugufliks.
  • Gramme :azun.
  • Grandeur :tixitert.
  • Graphe :akeftus.(Néo.per.)
  • Graphe complémentaire :akeftus anesmad.(Néo.per.)
  • Graphe complet :akeftus usmid(Néo.per.)
  • Graphe connexe :akeftus uzdiy.(Néo.per.)
  • Graphe fermé :akeftus urgil.(Néo.per.)
  • Graphe orienté :akeftus adensir.(Néo.per.)
  • Graphe ouvert :akeftus urÇim .(Néo.per.)
  • Graphe planaire :akeftus afeltas.(Néo.per). (afeltas :D ictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad).
  • Graphe pondéré :akeftus ustil.(Néo.per)
  • Graphe régulier :akeftus alugan.(Néo.per.)
  • Graphe simple :akeftus ubzin.(Néo.per.)
  • Graphe valué :akeftus uctiy.(Néo.per.)
  • Graphique :akeftasan.(Néo.per.)
  • Groupe :taseÄma.
  • Hasard :agacur.
  • Hauteur :ajgal.
  • Hectare :amÄar.(Néo.per.)
  • Hectolitre :ameÄltar.(Néo.per.)
  • Hémisphère :azgenæar.(Néo.per.)
  • Hendécagone :amranÇey.(Néo.per.)
  • Heptadécagone :asamraÇ.(Néo.per.)
  • Heptaèdre :asadm.(Néo.per.)
  • Hexagone :asaÇey.(Néo.per.)
  • Histogramme :asÏazun.(Néo.per.)
  • Homographie :tazunevt(Néo.per.)
  • Homologue :amzund.
  • Homothétie :azunsers.(Néo.per.)
  • Hyperbole dans un plan :tafucent g yan uvawas.(Néo.per.)
  • Hypoténuse :agarzaÄ.(Néo.per.)
  • Hypothèse :agarxmim.agardmim.(Néo.per.)
  • Icosaèdre :awerdam.(Néo.per.)
  • Identité algebrique :tanttit tajebrant.
  • Identité logique: tanttit tameÇlant.
  • Image :awalif.
  • Implication :tinci.
  • Incident :uÄr.
  • Inconnue :tudrigt.
  • Inéquation :aremwasa.(Néo.per.)
  • Infini :arsmur.arafaÄ.(Néo.per)
  • Intérêt composé :avabir uddis.
  • Intérêt simple :avabir ubzin.
  • Intérieur d’une conique :agensu n yan uzurnam.(Néo.per.)
  • Interpolation :agerÄres.(Néo.per.)
  • Intersection :agermen.(Néo.per.)
  • Intervalle :agransa.(Néo.per.)
  • Intervalle ouvert :agransa urÇim.(Néo.per.)
  • Invariant :arunÄiy.(Néo.per.)
  • Inverse d’un nombre :tuqliyt n yan ufaÄin..
  • Inversible :uqlily.
  • Isométrie :akesvel(Néo.per.).
  • Isométrique :akesval(Néo.per.).
  • Itération :aluls.
  • Jumeaux(nombres) :icniwn.
  • Kilogramme :agimzun.afeÄzun.(Néo.per.)
  • Kilomètre :agimkat.afeÄgat.(Néo.per.)
  • Kilomètre carré :agimkat akuÇaÇ.agimkat aÇunan.afeÄgat akuÇaÇ.afeÄgat aÇunan.
  • Largeur :tafliyt.afeltv.
  • Lemme :asamar.(Néo.per.)
  • Lien statistique :azda aÄanan.
  • Lien géométrique :azda asevcal.(Néo.per.)
  • Ligne :ajariÄ.izirg.
  • Limite :atsa.
  • Litre :alatir.
  • Logarithme :axurzm.awarzim (Aseglalaf n Kabyle).
  • Loi :asaÄuf.
  • Longueur :tavzi.
  • Losange :asdinav.tifliliyt. ( 1er mot :Néo.per.)
  • Lunule :azgenur. (Néo.per.)
  • Marge d’erreur :atam n ugul.
  • Masse :abadir.
  • Mathématique :asunÄn. (Néo.per.)
  • Matrice :isirew (Lexique amazigh-afransis 1980,Paris.
  • Maximum :ajgagal.
  • Médiane :ulmis.
  • Médiatrice :asevmarnam.(Néo.per.) tabdamast (Aseglalaf n Kabyle).
  • Mesure :akat.(Lexique 1980 Paris)
  • Mesure algébrique :akat ajebran.
  • Mesure de dispersion :akat n ufenzr.akat n uzemzeÏ.akat n uzemzeowaÄ. (afenzer :D ictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad).
  • Mesure de position :akat n usras.
  • Mesure de tendance centrale :akat n udenser alemsan
  • Méthodes quantitaves :tarrayin tuccikin
  • Mètre :asval .
  • Mètre carré :asval akuÇaÇ.asval aÇunan.
  • Mètre cube :asval ugsis.(Lexique 1980 Paris)
  • Milieu :amas.tuÇÇumt.
  • Milliard :agimendid.(Néo.per.)
  • Mililitre :awesgimltar.(Néo.per.)
  • Milimètre :awesgimval.(Néo.per.)
  • Million :agendid.(44 n ilamidn g tjerrumt n ils amazigh Mass mohammed Chafiq)
  • Minimum :azdadar.
  • Modalité :tikt.timekt.timect.
  • Mode :ik.imk.imc.
  • Monôme :ayuksav.ayensav.(Néo.per.)
  • Motif :azakik.
  • Motif numérique :azakik uynin.
  • Moyenne arithmétique :tulmist talugÄant.(Néo.per.)
  • Moyenne géométrique :tulmist tasevcalt.(Néo.per.)
  • Moyenne proportionnelle :tulmist tacrekmat(Néo.per.).
  • Multiple :Ukfifd.
  • Multiplicande :amekfid.
  • Multiplicateur :amekfad.
  • Multiplication :akfad.(Lexique 1980 Paris)
  • Négation :azrurt.
  • Nœud :akamis.taglult.(taglult :Le poète Amasine atanan .Le site Amaynu-net.)
  • Nombre :afaÄin.
  • Nombre à virgule :afaÄin s ticcert(2ème mot lexique 1980 Paris).
  • Nombre abondant :afaÄin afeljaj.
  • Nombre aléatoire :afaÄin agucar.(2ème mot lexique 1980 Paris.)
  • Nombre algébrique :afaÄin ajebran.
  • Nombre cardinal :afaÄin apedman(2ème mot adjectif tiré de ahddim qui signifie socle.)
  • Nombre carré :afaÄin akuÇaÇ.afaÄin aÇunan.
  • Nombre chromatique :afaÄin avmamay.
  • Nombre complexe :afaÄin ukris.afaÄin uxniz.
  • Nombre composé :afaÄin ustif.
  • Nombre cubique :afaÄin ugsis.
  • Nombre décimal :afaÄin amraday.(2ème mot néo.per.)
  • Nombre déficient :afaÄin apyuÄ.
  • Nombre dénommé :afaÄin ussiv.
  • Nombre d’or :afaÄin n urv.
  • Nombre entier :afaÄin udwis.afaÄin ummid,afaÄin ublil (Ummid ,ublil:Lexique 1980 Paris)
  • Nombre figuré :afaÄin anadmay.
  • Nombre fractionnaire :afaÄin ariÇan.afaÄin akeÏman.
  • Nombre imaginaire :afaÄin udwin.
  • Nombre impair :afaÄin aranay.afaÄin arublig. (Aranay et arublig :Néo.per.)
  • Nombre irrationnel :afaÄin argezÄan.
  • Nombre naturel :afaÄin agaman.
  • Nombre négatif :afaÄin azerarat.
  • Nombre ordinal :afaÄin afesnan.
  • Nombre pair :afaÄin anayan.afaÄin abelgan.
  • Nombre palindrome :afaÄin averÇay(2ème mot néo.per.).
  • Nombre parfait :afaÄin ublil(2ème mot :Lexique 1980 Paris.).
  • Nombre périodique :afaÄin uyjir.
  • Nombre positif :afaÄin umdig.afaÄin ufrir.
  • Nombre premier :afaÄin amezwaru.
  • Nombre rationnel :afaÄin agezÄan.
  • Nombre réel :afaÄin asedyan.
  • Nombre transcendant :afaÄin aoutrar.
  • Nombre triangulaire :afaÄin akariÄan.afaÄin acebran.
  • Nombres :ifaÄin.
  • Nombres amicaux :ifaÄin iddukeln.
  • Nombres congrus modulon :ifaÄin ikmamadn.
  • Nombres jumeaux :ifaÄin icniwn.
  • Nombres opposés :ifaÄin umgiln.
  • Nombres relativement premiers :ifaÄin imezwura s uvkan…
  • Nonagone :aÏÇaÇy.(Néo.per.)
  • Norme d’un vecteur :alagim. N yan usawey..
  • Notation :aklas.
  • Nuage de points :amedlu n tibkkitin.
  • Numérateur :ayÇun(Néo.per.).
  • N-uplet :tamufesnit.(Néo.per.)
  • Octaèdre :atamzar.(Néo.per.)
  • Octogone :atevmar.(Néo.per.)
  • Onze :mrayan.
  • Opérande :tacta..
  • Opérateur :ameskakar.
  • Opération :askukr.
  • Optimisation :asvudu.
  • Ordinal :afesnan
  • Ordonnée :tufsint.
  • Ordonner :ad isefsen.
  • Ordre :afasin.
  • Ordre croissant :afasin aneberan
  • Ordre décroissant :afasin anesrar.
  • Ordre des opérations :afasin n tuskirin.
  • Orientation du plan géométrique:ivd n uvawas asevcal. (3ème mot néo.per.)
  • Origine d’un système d’axes :tijjent n usunaÄ n igejda.
  • Origine d’une ligne orthogonale :tijjent n ujariÄ asevmarnam (3ème mot néo.per.).
  • Paire :ana.abalig.
  • Parabole :takenzirart.
  • Parallélépipède :azursdiv.(Néo.per.)
  • Parallèles :isadivn.(Lexique 1980 Paris)
  • Parallèlogramme :usdivÇey.(Néo.per.)
  • Paramètre :adesval.(Néo.per.)
  • Partie :akaÏis.
  • Pavage :asttef.
  • Pavé :asttif.
  • Pentadécagone :amravmar.(Néo.per.)
  • Pentaèdre :asmusdm.(Néo.per.)
  • Pentagone :asmuvmer.(Néo.per)
  • Pente :aæsar.
  • Pentomino :
  • Périmètre :asatay.(Asutey :Lexique de Mr. Ahmed Haddachi)
  • Période :ayajir.(Ayjar :Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Permutation :amssenfl.
  • Perpendiculaire :apmarsal.(Néo.per)
  • Perspective :taÇermilt(Néo.per)
  • Perspective à deux points de fuite :taÇermilt s snat tbekkitin n urwal.
  • Perspective cabinet :taÇermilt ajamar.
  • Perspective cavalière :taÇermilt tamnayt.
  • Perspective dimétrique :taÇermilt tasisvalt.(Néo.per.)
  • Perspective isométrique :taÇermilt takesvalt.(Néo.per.)
  • Perte :asukl.ajmaÄ(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Pqcd :
  • Pi :
  • Plan :avawas.
  • Plan cartésien :avawas akertaz.
  • Plan de symétrie :avawas n uzund.avawas n umisi.
  • Plans parallèles :ivawasn imsadavn.
  • Poids :aÇaÇa.asatil.
  • Point :tabkkit.
  • Polyamant :amnnakariÄ.amnnacbar.(Néo.per.)
  • Polycube :amnnagsis.(Néo.per.)
  • Polyèdre :amnnadm.(Néo.per)
  • Polygone :amnnaÇey.(Néo.per.)
  • Polygone des fréquences :amnnaÇey n isnagarn.
  • Polynôme :amnnasav.(Néo.per.)
  • Polyomino :amnnakaÇ.(Néo.per)
  • Population :agdud.
  • Postulat :azariq.
  • Pourcentage :afamiÄ(Néo.per.)
  • Ppcm :
  • Preuve mathématique :unÇ asensaÄan.
  • Priorité des opérations arithmétiques :tizwert n tuskikrin tilugÄan.
  • Prisme :asdavday.(Néo.per.)
  • Prix de revient :atig n uÄrri.
  • Prix de vente :atig n uzenzi.
  • Prix unitaire :atig ayukan.
  • Probabilité :apecrid.(Néo.per.)
  • Probabilité conditionnelle : apecrid afadan.
  • Probabilité d’un événement :apecrid n yat tudyint.(Néo.per.)
  • Probabilité expérimentale ou fréquentielle :apecrid araman nev asengar.
  • Probabilité géométrique :apecrid asevcal.
  • Probabilité subjective : apecrid asenduban.
  • Probabilité théorique : apecrid aÇiran.
  • Produit cartésien d’ ensembles :akafid akertaz n tigrumma.akafid akertaz n ipecmaÄ.
  • Produit de deux nombres :akafid n sin ifaÄin.
  • Produit scalaire de deux vecteurs :akafid aseÆfil n sin isiway.
  • Profit :agenfif.(Lexique 1980 Paris)
  • Progression arithmétique :asfar alugÄan.(1er mot :Lexique Paris 1980,2ème mot néo per.)
  • Progression géométrique :asfar asevcal.(2ème mot néo per.)
  • Projection :azeqlef.(Lexique Tawalt .com)
  • Projection axonométrique :azeqlef acerdasval.(2ème mot néo.per.)
  • Projection cabinet :azeqlef ajamar.
  • Projection cavalière :azeqlef amnay.
  • Projection dimétrique :azeqlef asisval..
  • Projection isométrique :azeqlef akesval.
  • Projection oblique :azeqlef asanay.
  • Projection orthogonale :azeqlef asevmarnam.
  • Projection parallèle :azeqlef asedvan.
  • Projection trimétrique :azeqlef astasval.(Néo per.)
  • Proportion :acrekmed.(Néo.per.)
  • Proposition :asumr.
  • Propriété :tayla.
  • Puissance :aÇmumr.
  • Pyramide :tazamugt.azamig.(Lexique 1980 Paris)
  • Pythagore :afetgur.
  • Quadrant :avmarnam.(Néo.per.)
  • Quadratique :afasinan.
  • Quadrilatère :akuÇaÇy.(Néo.per.)
  • Qualité :tavara.tanamalt.
  • Quantiles :
  • Quartile :akeÇmur.(Néo.per.)
  • Quatrième proportionnelle :acrekmed akuÇan.
  • Quintile :asmumur.(Néo .per.)
  • Quotient de deux nombres :amviÇun n sin ifaÄin. (amviÇun :Néo.per.).
  • Rabais :asebrex. (ibarx :Etre moins cher :Lexique de Mr.Omar Et-taqi).
  • Rabattement :azqam.
  • Racine :aÇver.
  • Racine carré d’un nombre réel :aÇver ukuÇaÇ n yan ufaÄin asedyan.aÇver aÇunan n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine cubique d’un nombre réel :aÇver ugsis n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine d’un polynôme :aÇver n yan umnnasav.(amnnasav :Néo.per.)
  • Racine d’une équation :aÇver n yan umwasa.
  • Racine n-ième d’un nombre réel :aÇver awisan n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine numérique d’un nombre :aÇver uynin n yan ufaÄin.
  • Radian :asvalmir.(Néo.per.)
  • Radical :ufgig. (Afggag :Amawal n Tanekra i France.com.)
  • Radicande :aÇeryan.
  • Raisonnement mathématique:azgezÄn asensÄan.
  • Raisonnement proportionnel :azgezÄn acerkmad.
  • Rang :adaris.
  • Rapport :avesdiy.(Néo.per.)
  • Rapporteur :isivmer.(Néo.per)
  • Rationalisation du dénominateur d’une expression fractionnaire :asuddes n unemvan n yat tsefrut tariÇant.asuddes n unemvan n yat tsefrut takeÏmant.
  • Rayon :aqar.(Lexique 1980 Paris)
  • Recensement :asiÄn.
  • Réciproque d’une fonction :apurc n twuri(Lexique Tawalt.com).
  • Rectangle :avmarnam.(Néo.per.)
  • Rectangle d’or :avmarnam n urv.
  • Réduction :azqam.
  • Réflexion :asended.(Lexique 1980 Paris)
  • Réflexivité :tisundet.
  • Région du plan :asagay n uvawas.
  • Règle :alagan.
  • Règle de trois :alagan n kraÄ.
  • Régularité :tilugent.
  • Relation :acram.
  • Relation connexe :acram azedyan.
  • Relation de proportionnalité :acram n ticrekmet.
  • Relation de Pythagore :acram n ufetgur.
  • Relation de variation cyclique :acram n usnÄey azelman.
  • Relation de variation directe :acram n usnÄey usrid*.
  • Relation de variation du second degré :acram n usnÄey n ufasin asinan.
  • Relation de variation en escalier ou par palier :acram n usnÄey g usanen* nev s iriÇi.
  • Relation de variation exponentielle :acram n usnÄey asefsar.acram n usnÄey aleÇmar.
  • Relation de variation inverse :acram n usnÄey uqliy.
  • Relation de variation nulle :Acram n usnÄey umyiy.
  • Relation de variation partielle :acram n usnÄey ukÏis.
  • Relation d’équivalence :acram n uksuzl.
  • Relation métrique :acram asevlan.
  • Relation réciproque :acram unfil.acram apurac.
  • Relation réflexive :acram asendad.
  • Relation symétrique :acram azunad.acram amisan.
  • Relation transitive remarquable :acram azegran asenvivs.
  • Repérage :asmrey.
  • Repère :timiriyt.amra.tamra.
  • Reproduction :askufres.(Néo.per.)
  • Réseau :taratsa.inirfl.
  • Résolution d’un triangle :arudzem n yan ukariÄ.arudzem n yan ucabir.
  • Reste :agulaz.
  • Résultat d’une expérience aléatoire :agamiÄ n yat tirmit tagucart.
  • Résultat d’une opération :agamiÄ n yat tuskikrt..
  • Résultat favorable :agamiÄ asedram.
  • Résultat possible :agamiÄ aÇubaÇ.
  • Retournement :amgulley.
  • Réunion :asegrew.
  • Rhombe :apercal.(Néo.per.)
  • Rotation : asutl.
  • Scalaire :aseÆfil.
  • Sécante :ageznam.
  • Sécante d’un angle :ageznam n uvamir.
  • Secteur :agazam.
  • Section conique :ubÄ azurnam.
  • Segment :agazim.
  • Semblable :urwiws.uswiwn.
  • Sens :amak.amag.
  • Sept :sa.
  • Série statistique :aserraru aÄanan.
  • Sexagésimal :adasmray.(Néo.per.)
  • Similitude :amyav.ameswen.
  • Singleton :atceryan.atceryuk.atcerij.(Néo.per.)
  • Sinus :acunzr.(Néo.per.)
  • Six :sÄis.
  • Solide géométrique :aqurar asevcal.
  • Solution d’un système d’équations :arudzem n yan usunaÄ n imwusa.
  • Solution d’une équation :arudzem n yan umwasa.
  • Somme :avarid.
  • Sommet :tibrÏ
  • Sondage :aseplulg.
  • Sous-ensemble :adumun.(Néo.per.)
  • Sous-graphe d’un graphe :adunuv n yan ukeftus.(adunuv :Néo.per.)
  • Soustraction :aduks.(Néo.per.)
  • Sphère :aæra.abaliv.
  • Statistique descriptive :asiÄn agelman.
  • Suite numérique :aÏafir uynin.
  • Suites proportionnelles :iÏafirn icerkmad.
  • Superficie :tajumma.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Surface :azur.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Symétrie :azund.amisi.
  • Symétrique :azunad.amisan.
  • Système :asunaÄ.(tasunÄa :L’ordre :Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Système de nombres :asunaÄ n ifaÄin.
  • Système d’équation :asunaÄ n umwasa.
  • Système d’inéquation :asunaÄ n uremwasa.
  • Table :afil.tasqqimut.
  • Table de nombres :afil n ifaÄin.tasqqimut n ifaÄin.
  • Table de pythagore :afil n ufetvur.tasqqimut n ufetvur.
  • Table de valeur :afil n tizzulya.afil n wacta,afil n ick,afil n wazal.tasqqimut n tizzulya,n wacta,n ick, n wazal.
  • Tableau :asemyalay.tafkuyt.
  • Tableau de corrélation :asemyalay n ucram.tafkuyt n ucram.
  • Tableau d’effectifs réels :asemyalay n isemdayn isedyanen.tafkuyt n isemdayn isedyanen.
  • Tableau des fréquences :asemyalay n isnagarn .tafkuyt n isnagarn .
  • Taille d’un échantillon :tiddi n ulamic.
  • Taille d’un graphe :tiddi n ukeftus.
  • Taille d’une matrice :tiddi n yan usirew.
  • Taille d’une population :tiddi n yan umadan.
  • Tangente :igiri.amlevmir.
  • Tautologie :abezoeq(Lexique publié à Tawalt .com).
  • Taux :alamis.
  • Terme :aweltu.(Néo.per.)
  • Termes semblables :iwelta immeswan.iwelta immerwasn.iwelta imyavn.
  • Tessellation :aseoben (tuobint :La mosaïque).
  • Tétraèdre :akuÇdam.(Néo.per.)
  • Théorème :iÇiri.
  • Topologie :asung.(Néo.per.)
  • Trace d’une transformation géométrique :adariz n uselket asevcal.
  • Transformation géométrique :aselket asevcal.
  • Transitivité :tizzugra.
  • Translation :asenpumccey.(Parler d’Ayt Säid Ou Ouiccu.Ouaouizeght.Région Tadla-Azilal).
  • Transversale :adegdis.abellegdis (Lexique de Mr Youssef Ibouanane Asafu.)
  • Trapèze :apercal.apercral.(Néo.per.)
  • Treillis :taratsa.
  • Triangle :akariÄ.acariÄ.acabir.
  • Trigonométrie :aÇevmer..(Néo.per.)
  • Trinôme :akerdasis.(Néo.per.)
  • Triplet :akerÄasal(Néo.per.)
  • Tronc de cône :agencic n uzurnim
  • Troncation :azqam.
  • Tuile :aqermud.
  • Unité :tayukt.tayant.
  • Unité de mesure :tayukt n usval.tayant n usval.
  • Univers :ivezwer.
  • Univers des événements :ivezwer n tudyinin.
  • Univers des résultats possibles :ivezwer n igamiÄn izubaÇ.
  • Valeur :azal.tizzulya.acta.ick.
  • Valeur absolue d’un nombre réel :azal nev tizzulya ven ick niv acta ugdiz n yan ufaÄin asedyan .
  • Valeur approchée :azal nev ick ven tizzulya niv acta asenmil.
  • Valeur de position :tizzulya,azal,ick,acta n usras.
  • Valeur numérique d’une expression algébrique :tizzulya,azal,ick,acta uynin n yat tsefrut tajebrant.
  • Variable :unÄiÄy.
  • Variable aléatoire :unÄiÄy agucar.
  • Variable dépendante :unÄiÄy uzdiy.
  • Variable indépendante :unÄiÄy afulay.
  • Variable statistique :unÄiÄy aÄanan.
  • Variance :amziray.
  • Variation :asnÄey.
  • Vecteur géométrique :asawey asevcal.
  • Vinculum :andadah.
  • Vingt :agnar.simra.warm.
  • Virgule de cadrage :ticcert**n usexreb.
  • Voisinage d’un nombre :asijey n yan ufaÄin.
  • Voisinage d’un sommet d’un graphe :asijey n yat tibreÏ n yan udalif.
  • Volume :anect.ancek.
  • Zéro :amya.
  • Zéro d’une fonction :amya n yat twuri.

Adriraw :Référence :

Netmaths :lexique des mathématiques pour l’enseignement primaire et secondaire.Mr.Paul Patenaude.
Net mat :amawal n usunÄn I usselmed amenzu d usinan .mass bul batenud.
- Dictionnaire encyclopédique de la langue française.
- Lexique berbère-français/français-berbère.Editions Imedyazn 1980.
- Lexique de la langue tamazight et ses termes juridiques de Mr.Omar Et-taqi(En arabe et tamazight)
- 44 leçons de la grammaire tamazight de Mr.Chafiq Mohammed(En arabe et tamazight).
- Dictinnaire de tamazight de Mr.Ahmed Haddachi.
- Lexique de l’informatique de Mme Samiya Saadi Buzefran.Site de Mr.Rezki.Rezki-net.
- Aseglalaf n Kabyle.
- Tawalt.com (Amawal n Mr Idder n lybya).
- Dictionnaire Français-Kabyle de Mr.Dallet.
- Néologismes personnels :( Néo.per).
- Dictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad.
- Le parler n Ayt Säid Ou Ouiccu ,le parler d’une tribu à Ouaouizeght,le parler d Ayt sexman .Région de Tadla-Azilal.
- Amawal amazigh de Mr Youssef Ibouanane.

Avzzaf mupmmad g wass n 27/12/2010.

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

Amawal amasɣan n tmaziɣt Sɣur : D.Messaoudi

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

Amawal amasɣan n tmaziɣt

 

Sɣur : D.Messaoudi

Taγult n usγan d tawwurt tameqqrant seg d-keccmen yimerḍilen aεraben γer tmaziγit. D tidet, kra seg yimerḍilen-a ttusertayen, maca aṭas seg-sen ttγimin akk-n s talγa-nsen tanaṣlit, d ayen yessedramen anagraw γef tebna tutlayt tamaziγt d wayen yettekkin deg usentali n tmeggarut-a. I lmend n waya, yesḍulli ad nemdel tawwurt-a n ureṭṭal d wad nales tiṣki n wayen yeddermen s useqdec n wawalen inaṣliyen n tmaziγt, ara d-nenadi seg tentaliwin-is, akked usmuzzeγ n yimerḍilen-nni. Macci d aya kan, yessefk daγen ad d-naf tarrayt iyes ara nessekcem awalen-a γer tmesgida akked utelfaz, ladγa deg wallaγ n yimamen akked yimesnakucen, ama d iqbayliyen, ama d aεraben.

Deg wayen ay d-yetteddun, ad d-efkeγ zwar awalen utbiten; γurwat ad awen-ikellex yirem-a n « utbiten » [1], imi netta yecmel-d ama d awalen-nni sseqdacen imaziγen watlayi, ama d wid-nni sseqdacen yemnadayen deg yedlisen. Sakkin, ad d-efkeγ kra n wawalen ay d-snulfaγ s tarrayin yettwassnen yakan deg taγult-a, am usuddem, asmuzzeγ alγawan, tasuγelt tasekkilant, atg. Deg taggara, ad d-bedreγ idlisen ay sqedceγ deg unadi-a d wad as-d-seggriγ s wumuγ deg ara d-ssegziγ awalen yuεṛen.

Awalen utbiten :

-          abekkaḍ - péché
-          abennan - vain
-          acehhed - fait de prononcer la chahada
-          acrik - associé
-          adgaẓ - supplice
-          adnubi, udnib - pécheur
-          aḥeǧǧaǧ, ahaggag - pèlerin
-          aḥuǧǧu - pèlerinage
-          ajahed - fait de combattre, djihad
-          ajenniw - démon, djinn
-          akafriw - infidèle
-          alaxeṛt - zombi
-          alekkuḍ - fouet
-          amanef - égaré
-          amarked - récompense
-          amaṛtaddi - qui quitte l’islam
-          amasiḥi, aneṣrani - chrétien
-          amaslay - impur
-          amaγlal - éternel
-          amcaγli - avertisseur
-          amerkid, tuẓult - vertu
-          amesγura - muezzin
-          amettin - le mort
-          ameγrad - univers
-          amin - amen
-          amjahed - moudjahid
-          amrabeḍ, agurram, ambaṛek - marabout
-          amsurḍu - élève de l’école coranique
-          amuddir - vivant
-          amutel - châtiment
-          amẓallu - prieur
-          amγafer - fait de se rendre visite pendant l’Aïd
-          anaflas - croyant
-          anasfal - tentateur
-          aneḍfar - disciple
-          anef - s’égarer
-          aneffu - esprit
-          aneglus - ange
-          anesbakkaḍ - pécheur
-          anez - s’incliner
-          anmezray - impie
-          annuz - inclination
-          aqasi - punition
-          aqili, tasureft - pardon
-          arufi - clément
-          asaxram - adultère
-          asbur, ikerhi - voile féminin
-          asburru - fait de se voiler
-          aṣebri - patient
-          asekni - signe
-          asektu - rappel
-          asfel - sacrifice
-          asudder - résurrection
-          asγan, tisreḍt - religion
-          atter s … - adorer
-          axellaq - Créateur
-          aylan - verset
-          ayniz - rakaa
-          aytem - sacrilège
-          azendiq - hypocrite
-          aẓumu, aẓumi - carême
-          aγuda - fait de rendre grâce
-          aεezzab - grand clerc
-          caγli - avertir
-          ccada, taguzi - chahada, témoignage
-          ccariεa - charia
-          cciṭan, yeblis - Satan
-          cehhed, igaz - prononcer la chahada
-          dden, adan - appeler à la prière
-          ddunnit - ici-bas
-          dgeẓ - supplicier
-          dket - ê. dans la quiétude
-          ekt, seddeq - donner l’aumône
-          fles - croire en
-          ftu - donner une fatwa
-          hajeṛ - quitter
-          hellel, rettel - psalmodier
-          igi - acte
-          iḥlil, ixlal - ê. licite
-          ihwah, uhuḍ - le mal
-          iman - âme
-          imceṛṛi, amuheḍ - malfaiteur
-          imdeyyen - religieux
-          iminig - expatrié 
-          imlayken - anges
-          imqeddes - sacré
-          imrad, agreffu - prosternation
-          imseddeq - charitable
-          ineslem, imeslem - musulman
-          inig - s’expatrier
-          irew - jeune clerc
-          iseḍnen - chapelet
-          jahed - combattre
-          Jebril - Gabriel
-          laxeṛt - l’au-delà
-          Lquran, Alquran - Coran
-          Massi-nneγ - notre Seigneur
-          mred, grefet - se prosterner
-          mud - adorer
-          mutel - châtier
-          nfu - ê. utile
-          qas - punir
-          qil, suref - pardonner
-          Ṛebbi, Yalla, Yakuc - Dieu
-          ṛjem - lapider
-          sbur - se voiler
-          seγnew - créer
-          stenǧi - faire ses ablutions  
-          sudder - ressusciter
-          taḍfi - délice
-          tafaska - fête
-          taflest - croyance, foi
-          tagada - égalité
-          taḥlaylit, tixlelt - fait d’ê. licite
-          takeffaṛt - expiation
-          takuti - aumône
-          tamasleyt - impureté
-          tameddurt - la vie
-          tamella - miséricorde
-          tamesgida - mosquée
-          tamettant - la mort
-          tamezrit - désobéissance
-          tamkerra - miracle
-          tamsadaqt, zzakat - zakat
-          tamsunt - paradis
-          tamugant - temple
-          tanfa - utilité
-          tasuṛet, tasurrit, tasarnat - sourate
-          tasuzelt - salutation
-          tatubt, tagerẓawt - le repentir
-          tawadna - appel à la prière
-          tawatri, tittar, tiwatriwin - invocation(s)
-          taxelqit - création
-          taẓallit, amud - prière
-          taγdemt - justice
-          taγennawt - création
-          taεacuṛt, abiyannu - achoura
-          tičča - moment pour rompre le jeune
-          tifawt, tafrara - aube
-          tikerkas - mensonge
-          tillas, tihay - ténèbres
-          timsi, ahes, ǧihennama - enfer
-          tirmit - épreuve
-          tittert - adoration
-          tiwri - malédiction
-          ttwekkel, segẓen - se remettre à
-          tub, mmegraẓ - se repentir
-          tuki - offrande
-          tulluγt, tawlaγt, tiγudi, tanafut - le bien
-          tuẓumin - fait de faire le carême
-          uḍuf - deuil
-          ugdil - illicite, interdit
-          uman - ê. clair, évident
-          uẓum, ẓum - jeuner
-          uγdim - juste
-          wekkel - remettre à
-          ẓẓal, muhed - prier
-          γafer - visiter qlqn pendant l’Aïd
-          γdem - ê. juste
-          γnew - ê. crée
-          γudi - rendre grâce
-          εezṛayen, εezṛin - Azraël
-          εṣu - désobéir

Ismawen n tẓalliwin:

-          taẓallit n utewweb                     - prière de l’aube
-          taẓallit n tenzayt (γabecca)          - prière du matin
-          tizzernin                                   - prière du dohr
-          tigẓin, takest                             - prière du âsr
-          tisemsin                                   - prière du maghreb
-          tisuḍsin, tinniḍes                       - prière de l’aïcha

Kra n tefyirin :

-          tagallit n tkerkas / ccada n zzuṛ    - faux témoignage
-          irk iggi                                      - mauvaise action
-          yir awal                                     - mauvaise parole
-          awal n Ṛebbi                              - parole de Dieu
-          tafaska n tneqqit / yiγras             - Aïd el Adha
-          tafaska n yičča                           - Aïd el Fitr
-          eg acrik i Ṛebbi                          - associer qlqn à Dieu
-          yeεṣa Ṛebbi                               - il a désobéi à Dieu

Asumer n kra n wawalen d tefyirin imaynuten: [2]

-          tasnakuca / tasnakuct (théologie): seg “tussna” → « tasna » (science) akked “yakuc” (Dieu)

-          amasnakuc / asnakucan (théologien) 

-          tayankuca / tayankuct (monothéisme) : seg “yan” akked “yakuc” (Dieu)

-          amyankuc / ayankucan (monothéiste)

-          tagetyakuca / tagetyakuct (polythéisme) : seg “egt” (ê.nombreux) akked “yakuc”

-          amgetyakuc / agetyakucan (polythéiste)

-          tabakuca / tarakuca (athéisme)

-          abakucan / arakucan (athéiste)

-          abakuc / arakuc (athée): seg “aba” / “ar” (néant, privatif) akked “yakuc”

-          anezday (associateur): seg umyag “zdi” (associer, réunir, unir)

-          amecrak = anezday

-          amazun (envoyé) : seg umyag “azen” (envoyer)

-          tasidest (acte qui cause l’impureté après l’acte sexuel) : seg “sides” (mettre de côté) [3]

-          asidas (personne impure après l’acte sexuel)

-          tajnaba = tasidest ; imjenneb = asidas

-          tyemmem (se purifier par lustration pulvérale)

-          atyemmem (lustration pulvérale)

-          anbi (prophète)

-          sneg, sebbeḥ (louer)

-          tasnegt, asebbeḥ (louange)

-          taftut (fatwa)

-          taknisa (église)

-          ameεṣaw (désobéissant), seg “εṣu” (désobéir)

-          timeεṣa (désobéissance)

-          taseǧǧadat (tapis réservé pour la prière)   

-          adlis uγris (livre sacré)

-          aggur n uẓumu (croissant du ramadan)

-          azaraf aneggaru (jugement dernier)

-          azul fell-awen (que le salut soit sur vous)

-          iḍ n qadaṛ (nuit du qadar) [4] 

-          iḍ n twadda d usali (nuit de içra et de miεraj)

-          iḍ n ucukku / iḍ n yimiji (nuit du doute)

-          imenzayen n Islam (principes de l’islam)

-          inaw amasγan (discours religieux)

-          isulas / ijga isemmusen n Islam (les cinq piliers de l’islam)

-          taggara n umaḍal / angar n umaḍal (la fin du monde)

-          taẓallit n tingrawt (prière du vendredi)

-          taẓallit n ugraw (la prière du groupe)

-          taẓallit n umessikel (prière du voyageur)

-          taẓallit n umuḍin (prière du malade)

-          taẓallit n unabay (prière de l’absent)

-          taẓallit taneflant, tanfelt (prière surérogatoire)

-          taẓallit γef umettin (prière sur le mort)

-          tinawt n tingrawt (prêche du vendredi)

-          tudert taneffawt (vie spirituelle)

Tagrayt:

Anadi-a war ccek ur yemmid ara; γef waya, ssarameγ ad t-kemmlen wiyaḍ akken ad yili d tisergelt iyes ara nergel abrid i tesεurrebt, xersum deg taγult-a n usγan. Meccan, imnadayen imaziγen ur ilaq ad ilin d imεeṣṣben arma bγan ad sgedlen i yal awal ara d-yekken seg taεrabt; ur ilaq ad nettu nwis tutlayt-a, imi tettidir γer yidis n tmaziγt, d nettat ay d aγbalu amenzu seg d-tugem tutlayt-nneγ imerḍilen-is.

_______________________

Timawin :

  1. Kra n wawalen, γas d imaynuten, ad ten-nessiḍen gar wawalen umrisen imi nutni ttusqedcen deg waṭas n yedlisen.
  2. Kra n wawalen nenna-d d imaynuten, acku beddlen talγa; ttwasmuzzγen. I lmend n umedya, agdazal n yermi afṛansis am “désobéissance” deg tmaziγt taruṣwibt d “lmeεṣiyya”, akk-a ay yettwanṭaq gar medden, maca nkkni nefka-as talγa tamaynut s yiwen seg yiqulab imaziγen; nerra-t d “timeεṣiwt”, am “zlu – timezliwt”.
  3. I usebγer n tmaziγt, yelha ma nesseqdac awalen imerḍilen yettwasmuzzγen akked wawalen imaziγen d-nesnulfa seg wid-nni s tsuγelt. Amedya: “tajnaba, imjenneb” / “tasidest, asidas”. Acu kan, akken ad yili umwati gar umeslay d-yettureḍlen d win d-yettwasnulfan, yessefk γef umnaday ad yissin wullen tutlayt tamerḍalt.
  4. Awal-a yebna γef uqaleb amaziγ war targalt tazwarant am deg “nadam” (sommeille)

Iγbula:

-          ABDESSELAM A., 1997. – Dictionnaire abrégé du vocabulaire redressé de la langue berbère, ENAG.

-          ACHAB. R., 1996. – La néologie lexicale berbère (1945-1995), PEETERS, Paris.

-          ALOJALY Gh., 1980. – Lexique touareg-français (parlers berbères du Niger), Copenhague, Akademisk Forlag.

-          BOUMALK A. & NAIT ZERRAD K., 2009. – Vocabulaire grammatical de tamzight, IRCAM, Rabat.

-          CHAKER S., 1981. – Tableau récapitulatif des procédures de création lexicale berbère (kabyle),Bulletin intérieur du C.R.A.P.E., Alger, pp 143-145.

-          DALLET J-M., 1982. – Dictionnaire Kabyle-Français : parler des At Mangellat, Algerie, Paris : SELAF.

-          DELHEURE J., 1984. – Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF.

-          DELHEURE J., 1987. – Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF.

-          DESTAING E., non daté. – Étude sur le tachelhit du Sous (vocabulaire français-berbère), tome 7, Ed. Ernest Leroux.

-          FOUCAULT Le P. de, 1918. – Dictionnaire touareg-français (dialecte ahaggar), tomme 1, Paris, Ed. Maisonneuve Frères.

-          HADDADOU M.A., (non date). – Guide de la culture et de la langue berbères, ENAL-ENAP.

-          HCA, 2004. – Amawal n tmazight tatrart (français-tamazight), Ed. Ministère de la Culture.

-          JUSTINARD L., 1914. – Manuel de berbère marocain, dialecte chleuh, Librairie Orientale & Américaine, E. Guilmoto, Paris.

-          NAIT ZERRAD K., 1998. – Amawal amasγan n tmaziγt, Centro Studi Camito-Semitici, Milano.

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

amawal imedyazen (5)

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

Tam ( fém. tamet ), huit
Tama ( timiwa ), 1- région 2- marge

Tamaceγt, touareg, tamachek. SYN. tamaheγt, tatergit.

Tamacint n tigni, machine à coudre
Tamacint n tirawt, machine à écrire
Tamadla ( timadliwin ), clan
Tamadirt ( timudar ), tutelle
Tamafart ( ti-in ), salade

Tamagaẓt ( ti-in ), baby-sitter
Tamagla ( timagliwin ), délégation
Tamagnut ( timugna ), problématique ( n. )
Tamagrist ( ti-in ), glace
Tamaguẓt ( timugaẓ ), provision

Tamaheγt, touareg, tamachekt (dialecte). SYN. tamaceγt, tatergit.  

Tamahelt ( timuhal ), ambassade
Tamajjart ( ti-in ), traverse
Tamalgacit, malgache (langue)

Tamalizit, malais (langue)

Tamalṭit, maltais (langue)

Tamalust ( timulas ), leitmotiv
Tamanegt ( timingin, timunag ), gloire

Tamaneγt ( timunaγ ), capitale
Tamaγlayt ( ti-in ), peleton
Tamaγust ( timuγas ), acidité
Tamaγzelt ( timiγezlin, timuγzal ), volontariat
Tamarikant, tamarikanit, américain, anglais américain

Tamarit ( timaryin ), secrétariat
Tamasit ( timasyin ), responsabilité
Tamasragt ( ti-in ), horloge
Tamaṣ̣rit, 1- copte, ancien égyptien (langue). 2- arabe égyptien.  

Tamawalt ( ti-in ), lexique
Tamawt ( tamawin ), remarque
Tamayet ( timuyat ), épaulette
Tamazdayt ( ti-in ), collectivité

Tamazγa, Amazighie, Bérbérie
Tamaziγt, amazigh, berbère (langue)

Tamcuct ( ti-in ), brioche
Tamcuceft ( timcucfin ), baignoire
Tamdanit ( timdanyin ), nostalgie
Tamduct ( timducin ), bassine

Taṃdelt ( timed’lin ), funérailles
Tameccact ( ti-in ), fesse
Tameddurmant ( ti-in ), biographie
Tameddurt ( ti-in ), 1- vie 2- biographie
Tamedwazt ( ti-in ), balai
Tamedyazt ( ti-in ), poésie
Tamedrit ( timedriyin ), accident.
Tamehla ( ti-win ), direction ( administration )
Tamejrut ( timejra ), couplet
Tamelgazt ( ti-in ), gazeuse ( boisson ).
Tamella ( timelliwin ), bonté, miséricorde, compassion

Tamellaγt ( ti-in ), comédie
Tamellilt ( timellal ), efficacité
Tamelt ( tumal ), célébrité
Tamendit ( timenday ), joie
Tamendat ( timendatin ), obstination

Tamenḍawt ( ti-in ), Constitution
Tamentilt ( timental ), cause
Tamenyawt ( ti-in ), caghalière ( botte )
Tamenzaḍt ( ti-in ), télécommande
Tamenziγt ( ti-in ), rivalité
Tameγda ( timeγdiwin ), prolétariat
Tameγra ( timeγriwin ), fête
Tameγrut ( timeγra ), rime
Tameqqunt ( ti-in ), bouquet
Tamerda ( timerdiwin ), artillerie
Tamernut ( timernutin ), châtiment
Tamerrit ( ti-yin ), tourisme
Tamert ( timar ), heure
Tamerwa ( timerwatin ), décade
Tamesbelkamt, atomisme

Tamesdamsa, économisme

Tamesfara, progressisme

Tamesfarest, productivisme

Tameshendit, indianisme

Tameskant ( ti-in ), manifestation
Tamesmafart ( ti-in ), saladier
Tamesmarikanit, américanisme

Tamesmaziγt, amazighisme, berbérisme

Tamesnila ( timesnilawin ), boussole
Tamesγara ( timesγariwin ), objectivité
Tamesrit ( ti-yin ), salon
Tamessaḍt ( timesd’atin ), gigot
Tamesrit ( ti-yin ), 1- salon 2- salon d’honneur, tamesrit userhu
Tamesseḍsut ( timesseḍsa ), blague
Tamettant ( ti-in ), mort
Tameccemdant, cannibalisme, anthropophagie

Tametti ( ti-win ), société
Tamesgida ( timesgidawin ), mosquée
Tamezzugt ( ti-in ), spécialité

1- Tameẓla ( timeẓliwin ), logique
2- Tameẓla ( timeẓliwin ), différence
Tamgagt ( ti-in ), benne
Tamγerγeft (timγerγfin), macrocéphalie

Tamguri ( timguryin ), indistrie
Tamharit, amharique (langue)

Tamharsa ( timharsiwin ), colonialisme
Tamhazt ( ti-in ), évolution
Tamhelt ( timehlin ), opération
Tamila ( timula ), signal
Tamilalt ( ti-in ), 1- entr’aide 2- mutuelle
Tamirt, actualité
Tamizent ( timizan ), poste ( de courrier )
Tamjejjigt ( ti-in ), rosace
Tamkardit ( ti-yin, timkurda ), bibliothèque
Tamkerra ( timkerriwin ), miracle
Tamkussna, sémantique

Tamkuẓt ( ti-in ), carreau ( de fenêtre )
Tamlellit ( timlelliyin ), alternance
Tammumt ( ta-in ), bouteille
Tamnadt ( ti-in ), proghince
Tamnagit ( timnuga ), attestation

Tamniγeft (timniγfin), hydrocéphalie

Tamnukda ( timnukdiwin ), impérialisme

Tamγunt ( ti-in ), ligue
Tamrawt ( ti-in ), dizaine
Tamrect ( timercin ), minute
Tamrest ( timras ), emploi
Tamrikt, Amérique; Tamrikt n Ugafa, Amérique du Nord; Tamrikt n Talemmast, Amérique centrale; Tamrikt n Wenẓul, Amérique du Sud; Tamrikt talatinit, Amérique latine   

Tamrint ( ti-in ), montre
Tamsafga ( timsafgiwin ), aviation
Tamsafrayt, sentimentalisme

Tamsagnit, situationnisme

Tamsaknewt ( timsakenwin ), appareil photo
Tamsanut n wejmir ( timsuna … ), cuvette de toilettes

Tamsaεṛabt, arabisme

Tamseḍfart, suivisme

Tamsegduda, républicanisme

Tamseglit ( timsegla ), poussette

Tamseγlust ( ti-in ), cafetière

Tamsertit ( timserta ), assimilation
Tamsetla ( timsetliwin ), gendarmerie
Tamsetna ( timsetniwin ), protectorat
Tamsewt ( timeswin ), canette
Tamsiγt ( ti-in ), bougie
Tamsirit, racisme

Tamsirt (ti-in), 1- leçon. 2- morale.
Tamsisit ( ( timsisyin ), alliance
Tamsiwla ( timsiwliwin ), diction
Tamsiwt ( ti-in ), mademoiselle
Tamsuft ( ti-in ), essence

Timsuffeγt ( ti-in ), cheminée
Tamsuktut, idéalisme
Tamsulta ( timsultiwin ), police
Tamṣ̣uka ( tims’ukyin ), structure
Tamterwit ( ti-yin ), désordre
Tamuddut ( timudda ), manœughre ( militaire )
Tamuggit ( timugga ), drame
Tamungulit, mongol (langue). SYN. taxalxat.

1- Tamunt ( ta-in ), évidence
2- Tamunt ( ta-in ), compagnie
Tamuqelmunt ( ti-in ), anorak
Tamurt n Yibaskiyen, Pays-Basque

Tamurt n Yigaliyen, Pays-de-Galle

Tamurt n Yigaliyen n Wenẓul, Nouvelles Galles du Sud

Tamusayt ( ti-in ), pelouse
Tamussni ( timussniwin ), sagesse
Tamyaγt ( ti-in ), réciprocité
Tamzit ( timza ), poche
Tamzuka ( timzukiyin ), bouteille
Tamzuγart ( ti-in ), train
Tamzuγt ( ti-in ), résidence
Tanaḍt ( ti-in ), décret
Tanafut ( tinufa ), bienfait
Tanahwatlt, nahuatl (langue). SYN. taztikit.

1- Tanaka ( tinuka ), boîte
2- Tanaka, équitation
Tanakact ( tinukac ), cassette
Tanakact taslawit, cassette audio
Tanakact tazrawit, cassette ghidéo
Taneklut ( tinekla ), pinacothèque
Tanakunt ( tinukan ), buffet
Tanalit ( ti-yin ), porte-clés
Tanaqqast ( ti-in ), ration
Tanaslayt ( ti-in ), Cocotte-Minute
Tanattart ( ti-in ), punaise
Tanawt ( ti-in ), flotte
Tanaya ( tinaywin ), souveraineté
Tanazit, nazisme

Tanducint, Indochine

Tanḍa ( tineḍwa ), variété
Tanḍebsit (tinḍebsiyin), discothèque (organisme de prêt de disques)

Tanebdaḍt ( tinebdadin ), préfecture
Tanebqult (ti-in), épicerie

Tanedlist ( ti-in ), librairie
Tanedrast (ti-in), discothèque (établissement de danse)

Taneḍfast ( ti-in ), dépliant
Taneffigt ( ti-in ), soupape
Taneffut ( tinefyin ), âme
Taneflit ( ti-yin ), développement
Tanefrirt (ti-in), crémière

Tanefrut ( tinefra ), arbitrage

Tanegγelnaẓri, ultranationalisme

Tanegmit ( ti-yin ), revendication
Tanekra ( tinekriwin ), révolte
Tabanka (tibankiwin), banque
Tanemla ( tinemliwin ), socialisme
Tanemmirt, merci
Tanemzagt ( ti-in ), expédition ( de guerre )
Taneγlust ( ti-in ), café

Taneγrit ( tineγra ), classe ( d’école )
Taneγrumt ( ti-in ), boulangerie
Taneqqist ( tineqqas ), fable
Taneslemt ( tineslam ), poissonnerie
Taneḍḍabt ( ti-in ), sous-marin
Tanewreγt ( tinewraγ ), orfèvrerie
Tanezdayt ( ti-in ), palmeraie
Tanezgart ( ti-in ), passerelle
Tanezmart ( ti-in ), puissance ( Etat, pays )
Tanezwit ( tinezwa ), diffusion
Tanezzawt ( ti-in ), commerce
Taneẓẓi ( tineẓẓiyin ), densité

Tanfalit ( tinfalyin ), 1- expression 2- devise
Tanfeckut (tinfecka), porte-bagage

Tanfust ( ti-in ), exlpoit
Tanga ( tangiwin ), matière
Tangeẓri ( tingeẓra ), metérialisme
Tanguft ( tin-in ), escorte
Tanhawt ( ti-in ), décadence
Tanigt ( ta-in ), 1- rouille 2- oxyde
Tanila ( tinilwin ), direction ( sens )
Tanipalit, népalais (langue)

Tankart ( tinkarin ), pharynx
Tankelwit ( ti-yin ), prospérité
Tankirt (tinkirin), prostituée

Tanmegla ( tinmegliwin ), opposition
Tanmiregt ( tinmirag ), coordination
Tannagt ( ta-in ), étagère
Tannant ( ta-in ), stage
Tanneflit ( ti-yin ), dégheloppement
Tansa ( tansiwin ), adresse
Tansafart ( tisufar ), pharmacie
Tanseklut (tinsekla), arboretum

Tansuγt ( ti-in ), supérette
Tantaba ( tintuba ), bureau tabac
Tantala ( tintalyin ), dialecte

Tanuṛwijit, norvégien (langue)

Taγanimt ( tighunam ), paillette
Taγara ( tiγura ), 1- qualité 2- manière, façon
Taγaraggant (ti-in), banane. SYN. tabanant.
Taγasalt (tiγusal), faction ( parti )
Taγbalut (tiγbula), ressource
Taγda (taγdiwin), orientation

Taγdemt, justice
Taγellist (ti-in), sécurité
Taγellist tamezdayt, sécurité sociale
Taγelnaz’ri (tiγelnaz’riwin), nationalisme; taγelnaz’ri-tamsagduḍt, national-populisme; taγelnaz’ri-tanemlit, national-socialisme
Taγemsa (tiγemsiwin), presse ( journaux )

Taγensa (tiγensiwin), défensive
Taγerdayt (ti-in), souris ( d’ordinateur )
Taγerma (tiγermiwin), civilisation
Taγersawt (ti-in), sacrifice
Taγessa (tiγessiwin), squelette
Taγewwaγt (ti-in), émeute
Taγezzalt ( ti-in ), soucoupe
Taγeẓnaẓri, rationalisme
Taγiwant ( ti-in ), 1- commune. 2- mairie
Taγlalt ( ti-in ), permanence
Taγlamt ( ti-in ), équipe, convoi, caravane
Taγlent ( tiγelnin ), nationalité
Taγsert ( ti-in ), 1- gare 2- station
1- Taγtest ( tiγtas ), décision
2- Taγtest ( tiγtas ), victime
Taγulit ( ti-yin ), rat
Taγult ( tiγula ), domaine
Taγuri ( tiγuryin ), lecture
Taγuyi ( tiγuya ), interjection
Taγwalt ( ti-in ), communication

Taγẓint, raison
Tapactut, pachto.
SYN. tafγanit.

Tapizzat ( tipizzatin ), pizza
Tapizzeriat ( tipizzeriatin ), pizzeria

Taqacuct ( ti-in ), sommet. SYN. taqafult.
Taqbilt ( ti-in ), tribu
Taqbuct ( ti-in ), coupe
Taqebqabt ( ti-in ), talon

Taqebṭit, copte (langue). SYN. tamaṣ̣rit.  

Taqeffalt (ti-in), bouton. SYN. abra.

Taqejmurt ( tiq°jemyar ), bûche
Taqliluct ( ti-in ), courgette
Taqremsit ( ti-yin ), casquette

 

Taraḍut ( tiruḍa ), pare-brise

Tarallaγt (ti-in), anencéphalie

Tarisemt (s.pl.), anonymat

Tareḍlimt ( ti-in ), cerise
Tareẓwit ( ti-yin ), brochette
Targa ( tiregwa ), chaîne de télévision
1- Targalt ( tirgalin ), consonne
2- Targalt ( ti-in ), plume
Tarkibt ( ti-in ), wagon
Tarmest ( tiremsin ), réception
Tarnast, poireau
Tarruft ( tarrufin ), placard
Tarsimt ( ti-in ), coiffure
Tarusit, russe (langue)

Taryanit, arianisme

Taṛakna (tiṛakniwin), tapis
Taṛamit, araméen (langue)

Taṛminit, arménien (langue)

Taṛmist ( ti-in ), entreprise
Taṛumancit, romanche

Taṛumanit, roumain (langue)

Taṛumantit, romantisme

Taṛumit, français. SYN. tafṛensist.  

Tasafa ( tisufa ), jupe
Tasamit, sémitique (langue)

Tasanskritit, sanskrit (langue)

Tasaṛdit, sarde (langue)

Taseldayt ( ti-in ), ouvre-boîtes
Tasareft ( tisuraf ), poêle
Tasarut ( tisura ), clé
Tasdarart ( ti-in ), commode
Tasdarit ( tisduray ), parasol
Tasdawit ( ti-yin ), université

Tasḍa ( tisḍiwin ), héroïsme
Tasedmirt ( ti-in ), réaction
Taseddufert ( tiseddufar ), salopette
Taseflut ( tisefla ), perceuse
Taseftit ( tiseftay ), conjugaison
Tasegda ( tisegdiwin ), architecture
Taseglit ( tisegla ), cortège
Tasegrayt ( ti-in ), dessert
Tasehrest ( tisehras ), colonisation
Tasekla ( tisekliwin ), littérature; tasekla tatlayt, littérature orale
Taseklayt (ti-in), arborescence

Taseklut (tisekla), 1- arbuste, arbrisseau. 2- arborisation.  

Tasektit ( tisektiyin ), tarte
Taselfast ( tiselfasin ), sigle, pseudonyme
Taselkimt ( ti-in ), calculatrice

Taselγut ( tiselγa ), klaxon
Taseltit, celtique (langue)

Taselwit ( tiselwiyin ), présidence
Tasemhuyt ( tisemhay ), 1- saison. 2- trimestre
Tasemmeskelt ( tisemmeskal ), réforme
Tasemsut ( tisemsa ), gomme
Tasenbert ( tisenbar ), cour d’école
Tasendut ( tisenda ), ambulance
Tasenfart ( ti-in ), tuyau
Tasenfart n ussuffegh, tuyau d’échappement
Tasengalit, cinghalais

Tasengama, physique
Tasenselkimt, informatique
Tasentilt ( tisental ), objection

Taseγnest ( tiseγnas ), épingle
Taseγrut ( tiseγra ), proclamation
Taseγwant ( ti-in ), bijouterie
Taseqqamut ( tiseqquma ), bassin ( anatomie )
Taserkemt ( tiserkam ), classe ( sociale )
Taserki ( tiserkiyin ), cuir
Tasersut ( tisersa ), vitrine
Tasertit ( ti-yin ), politique
Taserwast ( ti-in ), créance
Taseryanit, syriaque (langue)

Taserẓut ( tiserẓa ), casse-noisettes
Tasestant ( ti-in ), enquête
Tasetna ( tisetniwin ), refrain
Tasewwayt ( ti-in ), cuisinière
Tasfelda ( tisfeldiwin ), écoute
Tasfift ( ti-in ), bande
Tasfuyi ( tisfuya ), douche
Tasgilt ( ti-in ), émission
Tashuft ( ti-in ), canular
Tasimumt ( ti-in ), sucette
Tasiragt ( ti-in ), visa
Tasitit ( tisutay ), supplément, renfort
Tasiwelt ( tisiwal ), version
Taska ( taskiwin ), antenne
Taskala ( tiskaliwin ), échelle
Taskerfajt ( ti-in ), râpe
Taskutit, scoutisme

Tasleḍt ( tiselḍin neγ tislaḍ ), analyse
Taslekt ( tiselkin ), conquête
Taslullit ( tislulla ), libération
Tasluγt ( ti-in ), sonnette
Taslust ( ti-in ), tondeuse ( à cheveux )
Tasluvakit, slovaque (langue)

Tasluvinit, slovène (langue)

Tasmamayt ( ti-in ), vibration
Tasmedna ( timedniwin ), génie
Tasmekta ( tismektiwin ), quantité
Tasmelt ( tisemlin ), clignotant
Tasmentest ( tismentas ), provocation
Tasmessit ( tismessiyin ), agitation
Tasmilt ( ti-in ), commission
Tasmult ( ti-in ), index ( liste )
Tasna ( tisniwin ), surface
Tafelsuft ( ti-in ), philosophie
Tasnafrest, productique

Tasnafsit (tisnafsiyin), psychologie

Tasnafyirt (ti-in), phraséologie

Tasnagrawt, océanologie

Tasnagt ( ti-in ), sagesse. SYN. tamussni.
Tasnakta ( tisnukta ), idéologie
Tasnareft ( tisnuraf ), dictature

Tasnasγalt ( ti-in ), bicyclette
Tasnassaγt, diplomatie
Tasnawit ( ti-yin ), lycée
Tasnezgimt ( tisnezgam ), réflexion ( pensée )
Tasniγeft (tisnighfin), bicéphalie

Tasnilsit ( tisnilsiyin ), linguistique ( science )
Tasnafsit, psychologie
Tasnidlest, culturologie

Tasnislit, phonologie

Tasnisnit ( ti-yin ), circulation
Tasnit ( tisenyin ), deuil
Tasnult, cardilogie
Tasnutlayt, bilinguisme

1- Tasγunt ( ti-in ), revue, magazine
2- Tasγunt ( ti-in ), conjonction
Tasγust ( ti-in ), chélicère
Tasrakent ( tisrukan ), dilemme
Tasrenka ( tisrenkiwin ), brosse
Tasreγta ( tisreγtiwin ), sculpture
Tasrifa ( tisrifyin ), élégance
Tasrit ( tiseryin ), prose
Tassamit, assamais (langue)

Tastaγt ( ti-in ), retraite
Tastawt ( ti-in ), slip
Tasudest ( tisudsin ), 1- composition 2- stratégie
Tasuffut ( tisuffa ), pompe
Tasufra ( tisufriwin ), cabas
Tasugint ( ti-in ), imagination
Tasukt ( tisuka ), avenue
Tasummelt ( tisummal ), dénonciation

Tasunḍa ( tisunḍiwin ), impératif
Tasuqqist ( ti-in ), applaudissement
Tasuqilt ( ti-in ), traduction
Tasureft ( tisuraf ), exception
Tasuta ( tisutyin ), génération
Tasutert ( tisutar ), demande

Taswaḥilit, swahili

Taswent ( tisewnin ), pot de chambre. SYN. timh’ibest, tah’ibust.
Taṣ̣eddart (ti-in), gradin, tribune

Taṣ̣ekkawt ( ti-in ), construction
Taṣ̣umalit, somali (langue)

Tatajikit, tadjik (langue)

Tacirmist, tchérémisse (langue)

Tatergit, touareg, tamachek. SYN. tamaceγt, tamaheγt.

Tatlayt ( ti-in ), oral ( nom )
Tatrara ( titrariwin ), modernité
Tattaftart ( ti-in ), carnet
Tatupit, tupi (langue)

Taṭagalugt, tagalog, pilipino (langue). SYN. tafilippinit   

Tateṛkit, turc (langue)

Taṭerqact ( ti-in ), allumette
Tavidit, védique (langue)

Tawacult ( ti-in ), famille
Tawada ( tiwadiwin ), départ
Tawada d wughal, aller et retour

Tawajjit ( tiwujja ), otage
Tawala ( tiwalyin ), période
Tawanilt ( ti-in ), vanille
Tawelnuγt (ti-in), lexicographie

Tawennaḍt ( ti-in ), enghironnement
Tawernaḍt ( ti-in ), anarchie
Taweṭziḍt ( tiweṭziḍin ), coude
Tawigurt, ouïgour (langue)

Tawinest ( tiwinas ), 1- cent. 2- cercle
Tawlellut ( tiwlella ), faisceau
Tawnafit ( tiwnafyin ), curiosité
Tawremt ( tiwermin ), articulation ( os )
Tawsit ( tiwsatin ), genre
Tawtemt ( tiwetmin ), femelle
Tawtilt ( ti-in ), condition
Tawuri ( tiwura ), fonction
Tawuri tazayezt – Fonction publique
Taxalxat, khalkha, mongol. SYN. tamungulit.

Taxriḍt ( ti-in ), porte-monnaie

Taxsayt ( ti-in ), courge
Taxxamt ( ti-in ), case
Tayda ( tiydiwin ), pin
Tayerrist ( ti-in ), nœud
Tanutlayt, monolinguisme

Tayri ( tiyra ), amour
Taywalt ( ti-in ), communication
Tazabut ( tizuba ), dictée

Tazalγi ( tizalγiwin ), médaille
Tazamugt ( tizumag ), pyramide
Tazdit ( tizday ), oppsition
Tazdukla ( tizdukliwin ), communisme
Tazebget ( tizebgatin ), bracelet
Tazegzilt ( ti-in ), abréviation

Tazelγa ( tizelγiwin ), particule
Tazenzut ( tizenza ), magasin
Tazeqqa ( tizeghwin ), salle
Tazercet ( tizrectin ), fourchette
Tazernant ( ti-in ), agression
Tazert ( tizar ), prévoyance

Tazeṭṭad’t ( tizeṭṭaḍin ), taxe
Tazibba ( tizibbiwin ), fermeture Eclair
Tazigant, romani, tsigane (langue)

Tazitla ( tizitliwin ), ambition
Tazmilt ( ti-in ), note ( d’examen )
Tazniwt ( ti-in ), propagande

Tazγent ( tizeγnin ), crise
Tazra ( tizerwa ), collier
Tazrawt ( ti-in ), étude
Tazrirt ( ti-in ), influence
Taztikit, nahuatl (langue). SYN. tanahwatlt  

Tazwart ( ti-in ), introcution
Tazzart ( tuzzar ), fourche
Tazzirt ( tizzirin ), croissant
Tazzwara ( tizzwariwin ), début

Taẓerdeffirt ( ti-in ), rétroviseur
Taẓerẓit ( tiẓerẓay ), broche ( électrique )
Taẓidant ( ti-in ), bonbon
Taẓirt ( ta-in ), condamnation
Taẓghelt ( tiẓghal ), température
Taẓrigt ( ti-in ), édition

Taẓuda ( tiẓudwin ), bol
Taẓuli ( tiẓula ), armement
Taẓunt ( ti-in ), fraction
Taẓunẓut ( tiẓunẓa ), inauguration
Taẓuri ( tizuryin ), art
   Taẓuri tamgarant, art martial

Taεdawt (s.pl.), inimitié, hostilité, haine

Taεekkazt ( tiεekzin ), béquille
Taεeqqact ( ti-in ), 1- pilule. 2- perle 

Tbeε (yetbeε, ur yetbiε, yettabaε, atbaε), suivre. SYN. ḍfer.

Tibawt ( ti-in ), négation
Tibeddi ( tibeddiyin ), audience
Tibernint ( ti-in ), robinet
Tibidrin, bretelles
Tibint ( tibinin ), vase
Ticcert ( tuccar ), ghirgule
Ticiret ( ticirtin ), pelote
Ticirkelt ( ticireklin ), globe terrestre
Tiddest ( tiddas ), combine, intrigue
Tiddi ( taddiwin ), taille
Tiddukla ( tiddukliwin ), association
Tidikelt ( tidikal ), 1- paume 2- cuvette ( géographie )
Tidlit ( tidlatin ), volet ( d’une fenêtre )
Tidmi ( tidmiyin ), pensée

Tiḍaf ( féminin pluriel ), garde ( nom fém. )
Tifawt ( ti-in ), matin
Tifeγwet ( tifeγwin ), artichaut
Tiferkit ( tiferka ), feuille
Tiferkit n yedrimen, billet d’argent
Tiffensut ( tiffensa ), convexité
Tiffursa (tiffursiwin), productivité

Tifkert ( tifekrin ), cadenas
Tigawt ( ti-in ), action
Tigeltemt ( tigeltyam ), biceps
Tigemmi ( tigemma ), patrimoine
Tiggeγt ( tiggaγ ), occlusion
Tiggezt ( tiggaz ), inscription
Tiggunẓit ( ti-yin ), sous-développement
Tignewt ( tignaw ), atmosphère
Tigni ( tigniwin ), couture
Tigti ( tigta ), majorité
Tigzi ( tigza ), intelligence
Tihawt ( ti-in ), présence
Tihhugra ( tihhugriwin ), noblesse
Tikkest ( tikkas ), morceau
Tikkilt ( ti-in ), yaourt
Tikli ( tikliwin ), marche
Tikunumitrit, économétrie; amazzag di tikunumitrit, économètre, économétricien  

Tilawt ( ti-in ), réalité
Tileggit ( tilegga ), pont
Tilelli ( tilelliyin ), liberté

Tiliẓrit ( ti-yin ), télévision
Tillugna ( tillugniwin ), régularité
Tilmi ( tilemyin ), trame
Timḍerrebt ( timderrbin ), matelas
Timedyaẓ, ciseaux
Timeḍrit ( timera ), jeunesse
Timelwi ( timelwiyin ), leadership
Timeγri ( timeγra ), cours ( leçon )
Timernit ( timerna ), addition
Timerniwt ( ti-in ), augmentation
Timesγiwt ( ti-in ), achat
Timeswi ( timeswa ), hydraulique ( nom )
Timeṣ̣ki ( timeṣ̣ka ), édification
Timeẓdit ( timeda ), fusée
Timeẓri ( timera ), aspect
Timḥibest (timibsin), pot de chambre. SYN. taibust, taswent.

Timiḍi ( timid’a ), siècle
Timisent ( timisan ), salière

Timisit ( ti-yin ), loupe
Timlilit ( ti-yin ), 1- réunion. 2- match
Timmarewt ( timmarwin ), parenté
Timmaṛksit, marxisme
Timmaseγt ( timmasγin ), relativité
Timmeγẓent ( timmeghzan ), rationnalité
Timmezri ( timmezriyin ), impiété
Timmi ( tammiwin ), sourcil
Timmunent, indépendance

Timmuzγa, amazighité
Timruct ( ti-in ), stylo à plume
Timseεreqt ( timseεraq ), devinette
Timsisfeft ( timsiskaf ), soupière
Timsislit (timsisliyin), phonétique (adj)
Timura n Wadda, Pays-Bas

Timzikkent ( timzikknin ), exposition
Timzizwert ( timzizwar ), concours
Timẓiγeft (timiγfin), microcéphalie

Tindunisit (tindunisiyin), 1- tutlayin tindunisiyin, langues indonésiennes. 2- (s.pl.) indonésien (langue)

Tinḍi ( tineyin ), artisanat
Tineḍwa ( nom pluriel ), variétés musicales
Tineṣ̣fi ( tineṣ̣fa ), égoisme
Tini (s.pl.), datte. SYN. abina, ttme.

Tinifift ( ti-in ), entonnoir
Tinneflest ( tinneflas ), magistrature
Tinnγi ( tinneγyin ), criminalité
Tinγi ( tineγyin ), meurtre
Tinwit ( tinewyin ), amendement
Tinzi ( tinza ), compliment
Tiγemdin ( nom pluriel ), pince
Tiγfert ( tiγefrin ), rose
Tiγmert ( tiγemmar ), coude
Tiγremt ( tiγermin ), château
Tiγri ( tiγra ), 1- appel 2- voyelle
Tiγsirt ( ti-in ), garage
Tiqqermi ( tiqqerma ), citoyenneté
Tirawt ( tira ), 1- écriture 2- écrit ( nom )
Tireft ( tiraf ), barque
Tirifin ( nom pluriel ), petits pois
Tiririt ( ti-yin ), réponse
Tirkeft ( tirekfin ), clique
Tirlandit, irlandais (langue)

Tirmeggit ( tirmeggiyin ), délit
Tirmit ( tirma ), épreuve
Tirni ( tirniyin ), front ( politique )
Tirzi ( tirza ), visite

Tirẓi ( tiriwin ), défaite
Tiseddi ( tisedda ), précision
Tisent ( tisnin ), sel
Tiseγt ( tisγin ), alliance
Tisfiwt ( ti-in ), lampe
Tisiddemt ( tisiddmin ), pincette
Tisidert ( tisidrin ), bathyscaphe
Tisifeẓt ( tisufa ), masticateur ( ustensile )
Tisiqqest ( tisuqqas ), dard
Tisistelt ( tisisetlin ), balance
Tisiẓemt ( tisuam ), presse-citron
Tislit n wenz’ar, arc-en-ciel
Tismaqalin ( nom pluriel ), lunette
Tissegnit ( tissegnatin ), seringue
Tissit ( tissiwin ), boisson
Tissulya ( tissulyiwin ), mariage
Tiwsi ( tiwesyin ), impôt
Tixxutert, importance
Tizlit ( tizlatin ), chanson
Tizreγt ( tizerghin ), étalon ( mesure )
Tizwelt ( tizwal ), 1- mûre ( fruit ) 2- Tizwelt n Uumi, fraise

Tizzenzeγt ( tizzenzaγ ), spirantisme
Tizzfin ( féminin pluriel ), barrette
Tiẓgi ( tiegwa ), forêt
Tiẓiẓegt ( tiigin ), trayeuse
Tiẓiẓemt ( tiuam ), essoreuse
Tiẓẓegẓent, fatalisme
Tostyakt, ostyak, ostiak (langue)

Ttemγed ( ittemγed, ur ittemγed, ittemγad, attemγed ), être prolitarisé
Tter ( itter, ur ittir, itetter, tuttra ), poser une question, interroger
Ttmeṛ (s.pl.), datte. SYN. abina, tini.

Ttumazeγ ( ittumazeγ, ur ittumazeγ, ittumazaγ, attumazeγ ), être amazighisé
Ttwadres ( ittwadres, ur ittwadrest, ittwadras, attwadres ), être censuré
Ttwaleγ ( ittwaleγ, ur ittwaleγ, ittwalaγ, attwaleγ), être formé
Tubeṛ, octobre
Tuddimt ( tu-in ), prise de courant
Tuddsa ( tuddsiwin ), 1- organisation 2- combinaison
Tufayt ( tu-in ), emphase ( consonnantique )
Tuga ( tigwin ), herbe
Tugdut ( tugdutin ), démocratie
Tuglect (tuglac), 1- quenotte. 2- denticule

Tugna ( tugniwin ), 1- photo, image 2- personnalité
Tugrint ( ti-in ), discipline
Tujjurt (tu-in), symétrie
Tujjya (tujjyiwin), médecine; tujjya n tilawin, gynécologie; tujjya n tnefsit, psychiatrie; tujjya n tuγmas, dentisterie; tujjya n turin, pneumologie; tujjya n tεebbut, gastro-entérologie; tujjya n wallen, ophtalmologie; tujjya n weglim, dermatologie; tujjya n yeγsan, orthopédie; tujjya n yigerdan, pédiatrie; tujjya n yimeẓẓuγen, otologie; tujjya n yimi, stomatologie

Tukkest (tukkasin), héritage
Tuksitanit, occitan, langue d’oc

Tukyanust, Océanie

Tullizt ( tu-in ), nouvelle
Tullγa ( tullγiwin ), annonce
Tulut ( tulutin ), égalité
Tumast ( tu-in ), essence ( nature )
Tunṭiqt ( tu-in ), syllabe
Tunẓirt ( tu-in ), énigme
Tuqqna ( tuqqniwin ), connexion
Tuγdaḍt ( tuγdain ), mission
Turagt ( tu-in ), licence
Turda ( turdiwin ), 1- opinion 2- hypothèse
Turdut, ourdou (langue)

Tuṛuft, Europe

Tusnakt ( tu-in ), mathématique
Tussda ( tussdiwin ), tension consonnantique
Tussfa ( tussfiwin ), extraction
Tussna ( tussniwin ), science
Tutlayt ( tu-in ), langue. SYN. iles.
Tuttra ( tuttriwin ), question, interrogation
Tuwdayt, judaïsme

Tuzzuft ( tu-in ), sexualité
Tuzzya ( tuzzyiwin ), tour
Tuz’ult ( ti-in ), vertu
Tẓa ( fém. tat ), neuf ( nombre )

 

Ṭ̣ṭejra (ṭṭjur), arbre. SYN. aseklu, addag.

Ṭ̣ṭrad (ṭṭradat), guerre. SYN. amgaru, lgirra.

Ucaf ( u-en ), bain
Uddis ( u-en ), combiné
Uddsan ( u-en ), organisationnel
Uddun ( u-en ), recensement
Udem ( udmawen ), 1- personne 2- personnage ( de théâtre, etc. )
Udi, beurre
Udmawan ( u-en ), personnel
Udmawi ( udmawiyen ), facial
Udmis ( u-en ), économique
Udrig ( u-en ), anonyme
Udud ( u-en ), reliure
Udun n … moins de …
Udus ( u-en ), organisme
1- Ufay ( u-en ), emphatique
2- Ufay ( yugfay, ur yufay, ittufay, tufayt ), être emphatique
Ufrin ( u-en ), élu
Ufur ( u-en ), secret
Uggug ( u-en ), barrage
Ugur ( u-en ), problème
Ujjyan ( u-en ), médical
Ukrif ( u-en ), paralytique
Uksitani (uksitaniyen), occitan

Uktir ( u-en ), charpenté
Ukuz ( kuzet ), quatre
Ukyanusi (ukyanusiyen), océanien

Ulac, zéro
Ulzuz ( u-en ), marché

Umuγ ( u-en ), liste
Ungal ( u-en ), roman
Unuγ ( u-en ), dessin
1- Urar, jouer
2- Urar ( u-en ), jeu
Ureγ ( urγen ), or
Urmid ( u-en ), actif, énergique
Urmir ( u-en ), aoriste
Uṛufi (uufiyen), européen

Usdid ( u-en ), précis
Uslig ( u-en ), 1- prighé 2- spécial
Usnak ( u-en ), mathématique ( adj. )
Usrid ( u-en ), direct
Ussid ( u-en ), tendu ( son )
Ussis ( u-en ), effort
Ussnan ( u-en ), scientifique
Utrim ( u-en ), occidental
Utul ( u-en ), bandage
Uṭṭib ( u-en ), brique
Uṭṭun ( u-en ), numéro
Uwday (uwdayen), juif; hébraïque

Uwday-amasiḥi (uwdayen-imasiiyen), judéo-chrétien

Uzlan ( nom pluriel ), sécateur
Uzγin ( u-en ), critique ( adj. )
Uzrif ( u-en ), jugeable
Uzuf ( u-en ), sexe

War, sans
Warem, vingt
Weddeb ( iweddeb, ur iweddeb, ittweddib, aweddeb ), punir
Wellen ( iwellen, ur iwellen, itwellin, awellen ), être cadencé
Wennet ( iwennet, ur iwennet, ittwennit, awennet ), commenter

Xater ( ixuter, ur ixuter, ittxatar , axater ), être important

Yebrir, Avril
Yennayer, janvier
Yuc, Dieu
Yulyu, juillet
Yunyu, juin

Zbu ( izba, ur izbi, izebbu, azbay ), résister
Zmek ( izmek, ur izmik, izemmek, azmak ), Déchiffrer
Zmel ( izmel, ur izmil, izemmel, azmal ), signer
Znew ( iznew, ur izniw, izennew, aznaw ), répandre
Znezwi ( iznezwa, ur iznezwa, iznezway, aznezwi ), diffuser

Zγen ( izγen, ur izγin, izeγγen, azγan ), critiquer
Zref ( izref, ur izrif, izerref, azraf ), juger
Zrew ( izrew, ur izriw, izerrew, azraw ), étudier
1- Zrir ( izrar, ur izrar, ittezriri, azriri ), influencer
2- Zrir ( id. ), maquiller
Zrizeγ ( izrizeγ, ur izrizeγ, izriziγ, azrizeγ ), se réfugier
Zul ( izul, ur izul, ittzulu, azulu ), saluer
Zzegzi ( izzegzi, ur izzegzi, izzegzay, azzegzi ), expliquer
Zzenzeγ ( izzenzeγ, ur izzenzeγ, izzenzaγ, azzenzeγ ), être spirant
Zzernen ( izzernen, ur izzernen, ittzernin, azzernen ), agresser
Ẓẓigeẓ ( iẓẓage, ur iẓẓage, iẓẓigi, aẓẓige), approvisionner
Ẓẓiẓreg ( iẓẓareg, ur iẓẓareg, iẓẓarag, aẓẓireg ), éditer
Zzubet ( izzubet, ur izzubet, izzubut, azzubet ), dicter
Zzuγer ( zzuγer, ur izzuγer, izzuγur, azzuγer ), remorquer

 

 

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

Mouloud Mammeri est né:

Posté par algeriedemocratie le 7 mars 2010

image

Mouloud Mammeri est né le 25 décembre 1917 à Taourirt-Mimoun (At-Yanni). Il fit deux séjours au Maroc (1928-1932 et 1957-1962), un passage au lycée Louis-le-Grand (Paris) avant d’être mobilisé et de parcourir l’Italie, la France et l’Allemagne. Professeur de lettres, il fut affecté à l’université d’Alger après l’indépendance en tant qu’enseignant de langue et de culture berbères. Il est mort le 26 février 1989, à Aïn Defla, en revenant d’un colloque sur la littérature organisé à l’université d’Oujda au Maroc, un arbre serait tombé sur sa voiture.
Mammeri, anthropologue, s’intéressa surtout à la littérature orale kabyle ; il édita ainsi Les Isefra, poèmes de Si Mohand (1969) et L’Ahellil du Gourara (1986). Ecrivain, il publia quatre romans : La colline oubliée (1952), Le sommeil du juste (1955), L’Opium et le Bâton (1965) et La traversée (1982), deux pièces de théâtre, La mort absurde des Aztèques (1973), Le Foehn (1982), un essai, Le Banquet (1973), deux recueils de contes, Machaho et Tellem chaho ! Contes berbères de Kabylie (1980) et La cité du soleil (1987).
Chaque roman est une étape du peuple kabyle.
Mammeri, à l’évidence, puise son inspiration dans son oeuvre d’anthropologue natif. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire l’un après l’autre L’ahellil du Gourara et La traversée : La forme romanesque, par la rigueur de sa construction et les bonheurs de son style, donne une dimension épique et tragique à cette profondeur anthropologique.
Homme aux nombreuses facettes, Mammeri est l’un des fondateurs de la littérature nord africaine d’expression française. Ses oeuvres sont des classiques et pas seulement dans les pays de langue française. Son oeuvre est un des sujets privilégiés de la recherche universitaire sur la littérature francophone non française. Elle a fait l’objet de nombreuses études et publications.
Mammeri, porte-drapeau d’une culture qu’il a contribué à faire découvrir sur la scène internationale. Il a su maintenir intacte ses racines et l’attachement à sa culture alors qu’il avait subi, à travers la scolarisation française, l’immersion dans un monde, dans une langue qui n’était pas la sienne. Le miracle a été que ce monde nouveau pour lui au lieu d’engendrer le reniement de ses origines a provoqué une prise de conscience de la valeur universelle de la culture dont il était issu.
On pourra dire que les Isefra (1969) et les Poèmes kabyles anciens (1980) de Mammeri sont la quintessence de la kabylité. Deux livres qui résument toute une société, son histoire, ses valeurs, ses aspirations et son quotidien.
Mammeri, en s’attachant à retrouver et à restituer le texte kabyle, connaissait les dépositaires les plus sûrs du patrimoine littéraire kabyle. Ils ont été sa source permanente. Et puis, le magnifique corpus de poèmes rassemblés est également servi par une traduction, oeuvre elle-même d’un vrai poète, dans les deux langues qu’il mettait côte à côte. De là vient la puissance de ces livres à deux publics simultanés, le kabyle et l’universel. A la fois, ils réactualisent et fixent pour les Kabyles un patrimoine d’une densité exceptionnelle, le message profond et permanent des aïeux, et ils portent en même temps à la connaissance universelle le témoignage et le chant d’un peuple.
Spécialiste de culture kabyle d’abord et surtout, mais aussi des autres groupes berbérophones : du Maroc central qu’il avait connu de l’intérieur, des Touareg de l’Ahaggar, du Gourara… rien de ce qui était berbère ne lui était étranger ; Mammeri connaissait, appréciait et savait faire partager les finesses des diverses traditions de la berbéritude. Mammeri était aussi un anthropologue, fin connaisseur et observateur de sa société ; tous ses ouvrages de poésie berbère sont accompagnés d’une présentation conséquente du contexte social et culturel qui a produit ces oeuvres. Ses synthèses introductives, aux poèmes de Si Mohand, à la poésie kabyle ancienne, à l’Ahellil du Gourara ont fait date parmi la jeunesse à laquelle elles apportaient un guide condensé et accessible, dans un univers où la source écrite est rare et souvent d’accès difficile.
Mammeri, artisan de la langue qui nous aura laissé la première grammaire Kabyle écrite en kabyle (Tajerrumt, 1976) et qui aura initié, encouragé et dirigé une bonne partie du travail de modernisation linguistique (notamment lexicale) mené à bien à partir du début des années 70, notamment l’Amawal, glossaire anonyme (Paris, Imedyazen, 1980) de termes néologiques modernes et techniques qui est, pour l’essentiel, son oeuvre : il l’a élaboré avec un petit groupe d’étudiants kabyles qui constituaient son entourage au CRAPE, entre 1970 et 1975. On y reconnaît d’ailleurs immédiatement sa patte, dans certains de ses choix, dans le recours prioritaire aux dialectes berbères du Maroc (tacelhit) et surtout au tamacheq Ahaggar qu’il connaissait bien puisqu’il avait collaboré avec Jean-Marie Cortade à l’élaboration de l’index inverse (français/ touareg) du Dictionnaire touareg de Charles de Foucauld.
Mouloud Mammeri a également dirigé deux périodiques scientifiques :
- Libyca : revue annuelle du Centre de Recherches Anthropologiques, Préhistoriques et Ethnographiques (Alger), institution dont il a été directeur de 1969 à 1980.

- Awal – Cahiers d’études berbères : revue annuelle publiée par la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) et le Centre d’Etudes et de Recherches Amazigh (CERAM), association fondée à Paris en 1984 par Mouloud Mammeri et hébergée par la MSH.
Mammeri, c’était le pédagogue de la langue et de la culture kabyles, surtout pendant la période héroïque de son cours à l’université d’Alger, de 1965 à 1972. Cours discret à ses débuts. Puis ce fut l’affluence, les dizaines, la centaine. Son cours hebdomadaire était devenu pour les jeunes kabyles un pèlerinage, un lieu où l’on vient apprendre un peu de la sagesse du maître, mais aussi un lieu de communion, un lieu où se tissent des réseaux, des projets, où se construit l’avenir. Soyons clair : Mammeri n’était pas un chef, ni un organisateur ; il ne tirait aucune ficelle, ne distribuait des tâches à des adeptes. Il détestait même que l’on tentât de lui faire jouer un tel rôle. Son impact social, son intervention dans la cristallisation de la mouvance kabyle, il les devait avant tout à son rayonnement, à sa présence constante, sur la longue durée ; à sa position de détenteur et de témoin d’un savoir, toujours prêt à recevoir, à écouter, à répéter le message de la kabylité à une jeunesse avide de l’entendre. D’autant que Mammeri était un homme d’un abord facile, toujours affable.

par Geneviève Harland

L’oeuvre de Mammeri

La colline oubliée, Paris, Plon, 1952, 255 p. (roman)
Le sommeil du juste, Paris, Plon, 1955, 254 p. (roman)
L’opium et le bâton, Paris, Plon, 1965, 290 p. (roman)
Le banquet, suivi de La mort absurde des Aztèques, Paris, Librairie académique Perrin, 1973, 312 p. (essai et pièce de théâtre)
La traversée, Paris, Plon, 1982, 197 p. (roman)
Le Foehn, Paris, Publisud, 1982, 94 p. (théàtre) _ Machaho ! et Tellem Chaho ! (contes berbères de kabylie), Paris, Bordas (’Aux quatre coins du temps’), 1980, 125 et 123 p. _ Mouloud Mammeri, Entretien avec Tahar Djaout, suivi de La cité du soleil (inédit), Alger, Laphomic (’Itinéraires’), 1987, 94 p.
Nouvelles et récits
Ameur des arcades, La Table ronde (1954, selon Déjeux 1981).
Le zèbre, Preuves, 76, juin 1957 33-37
La meute, Europe, 567-568, 1976 68-76.
Le désert atavique, Le Monde, 16-17 aoùt 1981. (brève nouvelle, préfigurant La Traversée)

L’oeuvre berbérisante,

Ouvrages
Lexique français touarègue, dialecte de l’Ahaggar, 1967, Alger, IRS-CRAPE, 511 p. (en collaboration avec J.M. Cortade)
Isefra, Poèmes de Si Mohand ou Mhand, Paris, Maspero, 1969 (réédit. 1982), 480 p.
Tajerrumt n tmazirt (tantala taqbaylit), Paris, Maspéro, 1976, 118 p.
Poèmes kabyles anciens, Paris, Maspera, 1980 (réédit. 1987), 470 p.
L’ahellil du Gourara, Paris, MSH, 1985, 446 p.
Précis de grammaire berbère (kabyle), Paris, MSH (Awal), 1986, 136 p. (première édition ronéotypée : Université d’Alger, 1967, 164 p.)
Cheikh Mohand a dit. Yenna-yas Ccix Muhend, Alger, CERAM, 1989, 208 p.
Mouloud Mammeri : Culture savante, culture vécue (études 1936 – 1989), Alger, Tala, 1991, 235 p.
Mouloud Mammeri a également dirigé deux périodiques scientifiques
- Libyca : revue annuelle du Centre de Recherches Anthropologiques, Préhistoriques et Ethnographiques (Alger), institution dont il a été directeur de 1969 à 1980.
- Awal – Cahiers d’études berbères : revue annuelle publiée par la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) et le Centre d’Etudes et de Recherches Amazigh (CERAM), association fondée à Paris en 1984 par Mouloud Mammeri et hébergée par la MSH.
Sur Mouloud Mammeri
- ARNAUD (Jacqueline) : La littérature maghrébine d’expression française, I . Origines et perspectives, Paris, Publisud, 1986.
- Awal : Cahiers d’études berbères, 5, 1989 (“ Hommage à Mouloud Mammeri ” : 1-146. Nombreux témoignages et documents sur M.M.).
- CHAKER (Salem) : L’affirmation identitaire à partir de 1900 : constantes et mutations, ROMM, 44, 1987 : 13-34.
- CHAKER (Salem) : Mouloud Mammeri, 1917-1989, ROMM, 51, 1987 : 151-156.
- CHAKER (Salem) : Mouloud Mammeri (1917-1989), passeur de la culture berbère, Impressions du Sud (Le livre dans le Midi), 22, 1989 : 40-41.
- DEJEUX (Jean) : La littérature maghrébine de langue française, Introduction générale et auteurs, Sherbrooke, Naaman, 1973 (1980, 3e édit.), 495 p. [Mammeri : chap. VI : 180-208].
- DEJEUX (Jean) : Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, Karthala, 1984 [Mammeri : 157-159].
- DEJEUX (Jean) : Mouloud Mammeri, Encyclopédie Berbère [édit. prov.], 1, 35, 1984, 5 p.
- DEJEUX (Jean) : Bibliographie méthodique et critique de la littérature algérienne de langue française 1945-1977, Alger, SNED, 1981, 307 p.
- DEJEUX (Jean) : Situation de la littérature maghrébine de langue française… 1920-1978, Alger, OPU, 1982, 272 p.
- DEMBRI (Mohammed Salah) : L’itinéraire du héros dans l’oeuvre romanesque de Mouloud Mammeri, Cahiers algériens de littérature comparée, 3, 1968 79 : 99.
- Dérives [Montréal], 49, 1985, n° spécial « Mouloud Mammeri : Langues et langage d’Algérie », 132 p.
- Il Banchetta magrebino. Saggi critici. A cura di Giuliano Toso-Rodinis, Padoue, Francisci, 1981, 287 [Mouloud Mammeri, par L. ZILLI : 82-105].
- KHATIBI (Abdelkébir) : Le roman maghrébin, Paris, Maspero, 1968 [Mammeri : 52-561].
- LOUANCHI (Denise) & EL HASSAR-ZGHARI (Louisa) – Mouloud Mammeri, Paris, Nathan (Classiques du Monde)/Alger, SNED, 1982, 80 p.
- MORTIMER (Mildred) : Mouloud Mammeri, écrivain algérien, Sherbrooke, Naaman (Alf), 1982, 120 p.
- PANTUCEK (S. ) : La littérature algérienne moderne, Prague, Institut Oriental, 1969 Mammeri : 124-1281.
- YETIV (Isaac) : Le thème de l’aliénation dans le roman maghrébin d’expression française, 1952-1.956, Sherbrooke, Université/CELEF, Québec, 1-972 [Mammeri : 114-1331.
En kabyle :
- Awal af dda Lmulud, Alger, Asalu, 1981, 158 p. + XXXX p. – Série de témoignages et de textes en hommage à Mouloud Mammeri, suivie d’une traduction kabyle de La cité du soleil (par I. Ahmed-Zaïd).
Source :
Awal : Cahiers d’études berbères, 5, 1989 “Hommage à Mouloud Mammeri” : 1-146
Hommes et Femmes de Kabylie Ina-Yas / EDISUD

Publié dans Mammeri(4) | Pas de Commentaires »

Tamazight enseignée par la nature

Posté par algeriedemocratie le 16 février 2010

M’chedallahTamazight enseignée par la natureTamazight enseignée par la nature dans tamazight(65) 2352_82656

Les agents du Siège du secteur Thala Rana se sont à leur tour impliqués en mettant à la disposition des étudiants toute la documentation et brochures se réfèrant à la faune et à la flore du PND. Ces agents envisagent d’en tirer profit en enrichissant le musée de plusieurs espèces de plantes dont la majorité d’entre elles sont de la famille des herbes.

Depuis deux semaines, un groupe d’étudiants du lycée Ben Badis, supervisés par leur professeur de tamazight se sont lancés dans l’élaboration d’un ambitieux projet, celui de dresser un lexique de la faune et la flore existantes au niveau du Parc national du Djurdjura, en tamazight. Ce groupe qui s’est scindé en deux (02) sections est parti à l’assaut de la nature pour répertorier le maximum des éléments naturels et les identifier en dressant pour chaque espèce une fiche technique.  La première section a ciblé comme base de départ le musée du secteur Thala Rana dont le siège est implanté à Saharidj. Cette section, après avoir identifié, répertorié et traduit en langue berbère quelques dizaines de plantes et animaux empaillés exposés dans ce musée, se sont dispersés à travers champs à la recherche d’autres plantes, aidés en cela par la population en particulier les personnes âgées qui se prêtent volontiers et qui adhérent pleinement à cette opération d’identification et de traduction en langue berbère des plantes.

Les agents du Siège du secteur Thala Rana se sont à leur tour impliqués en mettant à la disposition des étudiants toute la documentation et brochures se référant à la faune et à la flore du PND. Ces agents envisagent d’en tirer profit en enrichissant le musée de plusieurs espèces de plantes dont la majorité d’entre elles sont de la famille des herbes.

La deuxième section a ciblé dans un premier temps la phénoménale Source noire (El Ainsar Abarkane), à proximité du village Imesdhourar ; les membres de cette section s’attellent à l’heure actuelle à une reconnaissance des lieux avec des enregistrements audiovisuels, là aussi, les étudiants ont dressé une fiche technique comportant tous les détails, la qualité de son eau entre autres. Cette deuxième section a bénéficié à son tour d’une assistance sans réserves des villageois.  A la passion des étudiants, s’ajoute un intérêt particulier de la population ; la finalité de ce projet promet d’être instructive et attractive d’autant plus que dans la région de M’chedallah, la population s’intéresse de prés à tout ce qui reflète Tamazight.

C’est ainsi que Alili (laurier rose), Asennan a waghyoul (chardon), Alezzaz (sain-bois), Amezzir (santoline), Aqejjir an thaghat (chèvrefeuille) parmi des centaines d’autres espèces sont passées en revue minutieusement par ces étudiants qui y mettent du cœur à l’ouvrage sous la poigne du professeur S. Messaoud qui “dégouline” de tamazight et qui a réussi la prouesse, rappelons-le, de faire admettre à 100 % à l’examen du bac les élèves du lycée Ben Badis de cette matière en 2009.  Parmi ses élèves, figurent des étudiants d’origine arabe qui ont décroché une note de 15/20 en tamazight durant cet examen.

Oulaid Soualah

dépêche de kabylie

Publié dans tamazight(65) | 1 Commentaire »

ISSIN TAMAHE_T S TEQBAYLIT de Allaoua Rabehi

Posté par algeriedemocratie le 19 janvier 2010

ISSIN TAMAHE_T S TEQBAYLITAwfus i ulmad n tmahegt

Il s’agit d’un ouvrage didactique dont l’intitulé est “Issin tamahe_t s teqbaylit” (Apprends le Tamasheq en kabyle), un manuel d’apprentissage du Touareg d’Algérie de 270 pages avec des illustrations, préfacé par l’imminent Docteur en linguistique berbère, Allaoua Rabehi. Ce guide est le premier ouvrage d’apprentissage du touareg ; une variante berbère du Sud, qui, même si son terrain est très investi par des travaux de linguistique et d’anthropologie, la didactique n’a nullement sa place dans ces recherches puisque pour beaucoup de « berbérisants » cette langue n’est qu’un objet d’étude, c’est une langue à enseigner et non pas une langue d’enseignement !

Unique en son genre, cet ouvrage reprend l’essentiel de l’histoire, de l’anthropologie et de la linguistique touareg, en le divisant en cinq chapitres, l’auteur a préféré commencer son œuvre par des préliminaires.

Dans le premier chapitre, l’auteur est revenu sur des « évidences touarègues » pour émerger le lecteur dans ce monde: l’histoire des Touaregs, leurs emplacements géopolitiques et leurs apparentements au monde berbère, leur organisation sociopolitique traditionnelle… Même la femme figure dans ce premier chapitre dont la couverture lui est dédiée, puisque, selon Yacine Zidane, la femme touarègue occupe la place primordiale dans ce genre de société dont l’organisation est matrilinéaire. Même le pouvoir des Amnukal ne passe pas du père au fils mais par la voie de la femme.

Le deuxième chapitre est une description linguistique du tamaheq (touareg d’Algérie), une description à la fois phonétique et morphologique.

Tous les sons touaregs ont été décris et les phonèmes sont ensuite dégagés. Aussi la partie morphologique est consacrée aux procédés de formation du genre, du nombre et de l’état, l’ambigüité qui couvre jadis l’état d’annexion du nom touareg est levée puisque ce n’est plus un problème avec ce manuel. Il est utile de savoir que ce chapitre a été tiré du mémoire de licence soutenu, l’été passé à l’université de Bgayet. L’auteur a essayé de faciliter cette description scientifique par des exemples plus explicites pour que la facilité ait une place même pour un débutant en touareg. Le troisième chapitre  est une encyclopédie puisqu’elle nous renseigne sur le lexique spécialisé ou la terminologie relative aux différents domaines tels les fruits et légumes, l’anatomie du corps humain, les noms de parenté, le temps, poids et mesures…

Ces lexiques (illustrés) nous sont proposés en trois langues : en kabyle, en touareg et en français.

Le quatrième chapitre est aussi pertinent puisqu’il nous « plonge » directement dans des textes en prose touarègue. Ces textes sont présentés d’une façon très instructive : une ligne en touareg et une autre en kabyle juste au dessous pour faciliter, soit la compréhension, soit la comparaison des syntagmes (mots). Ces textes sont d’une richesse étonnante, puisque leur choix n’est pas arbitraire mais plutôt très symbolique. L’auteur veut attirer l’attention des lecteurs sur l’homogénéité de la littérature orale touarègue avec celle de leurs cousins Berbères du Nord (Kabyles, Chaouias, Chleuhs …). Ce sont des textes d’ordre littéraire (contes, fables, légendes…) et anthropologiques (rites, croyances, légendes…) tirés des œuvres des premiers explorateurs tels Adolphe Hanotaux et Charles de Foucauld.

Un dernier chapitre est consacré aux mots usuels du touareg. L’auteur nous propose dans ce dernier chapitre un lexique trilingue de mille mots utilisé dans le langage courant. Un bonus de noms, de verbes, adjectifs et autres articulateurs de la vie courante pour encore faciliter la tâche à ceux qui ont un handicap dans leur langue mère. La classification des entrées est donnée dans l’ordre alphabétique pour les mots en français.

Ce travail a nécessité la consultation de pas moins de soixante ouvrages. Pour l’auteur la liste bibliographique présentée est trop insuffisante, pour cela il nous renvoie à la consultation d’une autre liste (même si elle n’est pas exhaustive) mais qui est plus riche. Une liste de 20 pages classifiées par ordre thématique : Littérature, histoire, linguistique … des ouvrages qui ne sont, malheureusement, pas disponibles sur le marché algérien.

Rappelons que ce travail est le second après celui réalisé dans le cadre de la licence en Langue et Culture amazighes ; un travail dont l’intitulé est Variations linguistiques en Tamaheq (Algérie), Tamashek (Mali) et le Tamajaq (Niger) sous la direction du docteur Mohand Mehrazi (Voir notre édition du 02/07/2009).

Ce travail qui va voir le jour très prochainement aux Editions Tira de Bgayet, de Brahim Tazaghart, va enfin lever toutes les difficultés pour bien appréhender les similitudes et les subtilités de cette très belle variante berbère, mais surtout de rapprocher les Kabyles de leurs frères Touaregs. Enfin,  notre jeune chercheur ne compte pas s’arrêter là puisque des chantiers sont déjà lancés : il nous promet encore un autre travail littéraire en touareg pour bientôt.

Amastan S

source: dépêche de kabylie

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaires »

Remdane Achab:Aménagement du berbère : la place de la néologie.

Posté par algeriedemocratie le 4 janvier 2010

Interview

Aménagement du berbère : la place de la néologie…

Entretien avec Ramdane ACHAB

Suite à la publication d’un lexique du berbère moderne par un spoliateur, nous republions l’interview de Ramdane Achab où, déjà en 1995, il expliquait comment a été élaboré l’Amawal ou « le lexique du berbère moderne ».

Ramdane Achab dont la thèse de doctorat portant sur la néologie berbère est publiée en 1997 revient, dans cet entretien, sur l’aménagement linguistique du berbère par le biais de la néologie.

Au-delà de la mise au point circonstancielle qu’apporte cet entretien, nous le republions vu son intérêt scientifique et informatif.

La Rédaction.


Entretien avec Ramdane ACHAB,
Réalisé par Said CHEMAKH,
publié dans la revue Imazighen Ass-a en mars 1995.


Aménagement du berbère : la place de la néologie.

Militant de la cause berbère depuis près d’un quart de siècle, M. Ramdane ACHAB vient de soutenir un doctorat de linguistique portant sur la néologie en langue berbère, à l’INALCO.

Outre une publication* qu’il a signée de son nom, Ramdane ACHAB a toujours travaillé discrètement et loin des feux de la rampe. Si dans certains cas, son nom n’est pas mentionné pour cause de clandestinité (tel la rédaction de la revue Tafsut), dans d’autres cas, son nom est omis volontairement.

Pour plus d’éclaircissements sur son parcours et son œuvre, il a accepté de répondre à nos questions.

Imazighen Ass-a : Des mathématiques à la linguistique, pouvez-vous nous retracer votre itinéraire ?

R. Achab : Permettez-moi de dire, avant tout, que j’ai eu l’occasion de prendre connaissance du premier numéro du bulletin d’information de votre association. J’en ai beaucoup apprécié le contenu, et je voudrais profiter de cette occasion pour vous présenter mes meilleurs vœux de succès dans toutes vos activités.

Parallèlement à mes études de mathématiques, j’ai commencé à m’intéresser à la grammaire berbère à partir de 1970 en assistant aux cours que M. Mammeri donnait à l’Université d’Alger. En 1972 ou en 1973, avec quelques autres étudiants, nous avons lancé les petits bulletins culturels Taftilt et Itri qui disparurent assez vite de la circulation. En France ensuite où, de 1974 à 1979, j’ai participé aux activités du Groupe d’Etudes Berbères de l’Université Paris VIII en assurant, avec le feu vert de Mbarek Redjala, un cours de transcription de la langue berbère. La matière de ce cours a d’ailleurs fait l’objet d’une publication de la Coopérative Imedyazen sous le titre « langue berbère (Kabyle) : initiation à l’écriture ». A Paris, j’ai eu également l’occasion d’assister à des séminaires de Lionel Galand (EPHE) et de Salem Chaker (INALCO).

En 1979, j’ai rejoint comme enseignant de mathématiques l’Université de Tizi-Ouzou où, à la demande des étudiants, j’allais donner un cours non officiel de grammaire et de notation de la langue berbère. Le premier cours a eu lieu le 16 avril 1980, en pleine occupation de l’Université par la communauté universitaire. Ce cours est ensuite devenu une sorte de tradition : les comités de cités universitaires le programmaient à chaque rentrée à Oued-Aïssi et à Hasnaoua. D’autres enseignants se sont par la suite joints à l’animation de ce cours. J’ai eu également l’occasion de donner quelques cours dans des lycées de Kabylie (Draa-el- Mizan, Tizi-Ouzou, etc.), ainsi qu’à l’Université Bab-Ezzouar d’Alger où des activités culturelles berbères étaient organisées par le collectif Imedyazen.

J’ai participé parallèlement au lancement et à l’animation de la série ordinaire de la revue Tafsut où j’ai écrit quelques éditoriaux en kabyle, ainsi qu’au lancement de la série pédagogique et scientifique de cette même revue. En 1985 je crois, nous avons également tenté, à partir de l’Université de Tizi-Ouzou, une expérience d’enseignement du berbère à distance. L’expérience ne fît pas long feu à cause des difficultés matérielles et de la conjoncture.

De façon plus officielle, j’ai eu l’occasion de participer à des jurys ou d’encadrer des étudiants d’informatique qui ont fait des mémoires de fin d’étude se rapportant au domaine berbère : traitement de texte en caractères néo-tifinagh (mémoire dirigé par un collègue informaticien : M. Arezki Bouzefrane), conjugaison kabyle assistée par ordinateur, base de données textuelles berbères.

De retour en France au début de l’année 1989, c’est grâce à M. Salem Chaker que j’ai pu m’inscrire en doctorat à l’INALCO, en choisissant de travailler sur la néologie lexicale berbère.

Depuis près de vingt-cinq ans, il y a donc toujours eu à mon niveau une sorte de concubinage entre ma vie professionnelle (études et enseignement des mathématiques) et des préoccupations plus personnelles. Mais cette situation est, je crois, loin d’être singulière. Elle constitue au contraire la règle pour les personnes de ma génération qui se sont intéressées, de façon active, à la question berbère. Les exemples abondent autour de nous. Pour n’en citer qu’un seul, je rappellerai que Muhend-u-Yehya a également fait des études de mathématiques à l’Université d’Alger avant de se mettre à traduire Sartre, Brecht, Beckett, Molière et d’autres encore.

Sur un autre plan, je pense qu’il y a une identité de principe à la base de toutes les activités d’ordre intellectuel. Il n’y a ni incompatibilité ni exclusion entre les sciences exactes et les disciplines littéraires. Le seul conflit que je connaisse personnellement est d’ordre matériel : la gestion du temps.

Quelle est votre expérience dans le domaine de la recherche berbère ?

Pas grand chose. Pendant de nombreuses années, je ne me suis intéressé qu’aux questions de grammaire et de notation. De 1982 à 1984, j’ai contribué à l’élaboration d’un lexique français-berbère de mathématiques publié par la revue Tafsut, et nous voilà revenus aux mathématiques mais en berbère cette fois-ci.
En 1986, M. Chaker m’a associé, avec d’autres collaborateurs, à son projet de dictionnaire général informatisé de la langue berbère.

Le lexique de mathématiques a été fait par trois personnes : H. Sadi, M. Laïhem et moi-même. Chaker et Mammeri nous ont apporté leur contribution pour les questions de méthodologie, le choix des préfixes et des racines, etc. M. Mammeri nous a prêté quelques dictionnaires berbères.

Après un an de travail, le gros était déjà terminé. Par la suite, M. Chaker était, je crois, reparti en France, H. Sadi également. Comme nous ne voulions plus déranger outre mesure M. Mammeri qui nous recevait occasionnellement à son domicile d’Alger, nous nous sommes retrouvés à deux pendant les six derniers mois de travail. J’étais personnellement au service militaire à EI-Harrach ; M. Laïhem qui enseignait les mathématiques à l’ENS de Kouba terminait parallèlement ses études de médecine. On travaillait chacun de son côté et on se retrouvait les fins de semaine pour faire le point. Pour la petite histoire, nous avons passé plusieurs week-ends à travailler dans une clinique de psychiatrie de Kouba où M. Laïhem assurait un service de garde. Vous voyez un peu la situation : un officier de réserve et un médecin-mathématicien, en train de faire des mathématiques en berbère dans une clinique de psychiatrie !

Comment avez-vous procédé pour le choix des termes ?

En gros de la façon suivante : La liste des termes avait d’abord été fixée à partir de dictionnaires de mathématiques et d’index d’ouvrages. Pour les équivalents en berbère, nous avions commencé par prendre les termes de l’Amawal se rapportant aux mathématiques. Nous avons ensuite travaillé sur les résultats des dépouillements des dictionnaires berbères d’où nous avons pris des termes ou des racines pouvant servir en maths. Sur ces termes ou ces racines, nous avons appliqué les procédures traditionnelles de dérivation et de composition. Enfin, à partir de notre liste de préfixes et de suffixes, nous avons créé un certain nombre de classes de termes.

Les besoins couverts sont ceux des mathématiques des niveaux primaire, secondaire et supérieure (jusqu’au niveau Licence). Nous considérons cependant notre travail comme un brouillon susceptible d’être amélioré. Ce lexique de maths a eu un certain écho en Kabylie où des enseignants de l’Université ou du secondaire se sont mis à rédiger des chapitres ou des leçons de maths en berbère.

Vous venez de soutenir une thèse de doctorat sur la néologie lexicale berbère. Pour quelles raisons avez-vous choisi de travailler sur ce sujet ?

Il y a toujours des raisons multiples à l’origine du choix d’un sujet : le hasard, la curiosité, l’intérêt personnel pour tel ou tel domaine, l’actualité du sujet, les disponibilités documentaires, etc.

Le lexique en général m’a toujours intéressé. Dans les années 1970, j’étais abonné au Fichier de Documentation Berbère. Je prenais toujours des notes en lisant les publications de ce Fichier : des mots que je ne connaissais pas, des expressions, des proverbes, etc. J’ai ainsi rempli plusieurs petits cahiers dont je me suis toujours dit qu’ils pourront servir à quelque chose, ne serait-ce qu’à des besoins personnels. Aujourd’hui encore, je prends plaisir à lire les dictionnaires berbères comme on lit un roman.

Mon intérêt pour la néologie est né progressivement, à la lecture de publications comme la grammaire en berbère de M. Mammeri, l’Amawal (lexique de berbère moderne) etc. Il est né aussi des observations de l’usage qui était fait des néologismes de l’Amawal  : les poèmes de Ben-Mohammed, la néo-chanson kabyle, la littérature moderne, les émissions radiophoniques etc.

Je pense que les néologismes ont beaucoup apporté non seulement sur le plan lexical, mais aussi au niveau du déblocage psychologique des acteurs de berbérité. Ils apportaient la preuve concrète qu’il était possible d’intervenir sur la langue (une langue qui par ailleurs était soumise à de multiples phénomènes d’érosion), de décomplexer, de donner le ton pour aller de l’avant.

Dans la mouvance berbériste des années 1970, de nombreuses personnes étaient outrées par la grande proportion d’emprunts arabes dans le lexique kabyle. Ces emprunts étaient vécus, ainsi que je l’ai écrit dans mon travail, comme des souillures. Des poètes, des chanteurs, des écrivains en herbe partaient en quête d’une impossible pureté. Les néologismes remplissaient donc un vide, une fonction compensatoire. Les jeunes cherchaient à prendre une revanche sur leur propre langue, d’autant plus qu’ils en avaient généralement perdu aussi bien une partie du lexique traditionnel que les possibilités expressives.

Plus tard, j’ai été frappé par le manque d’élégance qui était quelquefois fait de ces néologismes dans certaines émissions radiophoniques (en Algérie et en France), mais surtout, à partir de 1989, dans la presse politique kabyle (Asalu et Amaynut).

Je voulais donc essayer de voir plus clair dans tout cela, proposer un bilan en quelque sorte. Il fallait, pour cela, faire le voyage à l’intérieur de ces matériaux néologiques, chercher l’origine dialectale des termes proposés, retrouver les procédures de création lexicale utilisées, classer les néologismes, tenter de quantifier le tout, faire un état des usages et dresser les grandes caractéristiques de l’ensemble.

Il y a aussi, bien sûr, des raisons plus fondamentales : le sujet était d’actualité et l’est toujours : quelle que soit la façon de procéder, le lexique berbère a en tout cas besoin d’être aménagé. Je voulais aussi tirer la sonnette d’alarme sur certains aspects que je trouvais négatifs de cette action néologique. Je savais, ce faisant, que je m’engageais sur un terrain « chaud » ayant des possibilités de développement infinies.

Par qui l’Amawal a-t-il été fait et pourquoi ne porte-t-il pas de signature ?

L’Amawal a été fait par une équipe de quatre personnes : M. Mammeri, Amar Zentar, Mustapha Benkhemmou et Amar Yahiaoui. Il y avait aussi des participants occasionnels. Professeur à l’Université d’Alger, M. Mammeri assurait aussi, à l’époque, la direction du CRAPE. Les trois autres personnes étaient des étudiants.

Le tirage limité qui a été fait en 1974 à Alger portait le nom de Mammeri au bas des préface et avertissement. Par contre, l’édition faite par la Coopérative Imedyazen en 1980 ne porte aucune signature.

Quelque temps avant cette édition, j’ai rencontré par hasard M. Mammeri à Paris, au Quartier latin. Je l’ai informé qu’une édition de l’Amawal était en préparation. M. Mammeri a refusé que son nom apparaisse en couverture comme à l’intérieur. Comme j’invoquais des motifs de crédibilité ou même commerciaux, il a répondu que si l’Amawal répondait effectivement à un besoin, il se vendrait quel qu’en soit l’auteur. Son nom, d’après lui, n’en ferait vendre que cinquante exemplaires de plus. Il a refusé également des formules du genre : « ouvrage collectif sous la direction de Mammeri » etc.

Il y a aussi les productions marocaines et touarègues.

Effectivement, il n’y a pas que la néologie kabyle. Au début des années 1980, des productions néologiques ont été réalisées au Mali et au Niger dans le domaine des mathématiques de niveau primaire par exemple. Au Maroc, une traduction berbère de la déclaration universelle des droits de l’homme a été faite en 1990 autour de Hassan Id Balkasm, avocat et poète ; les auteurs ont dû prendre des termes dans l’Amawal, mais aussi construire les nouveaux termes dont ils avaient besoin. Au Maroc encore, en 1993, un vocabulaire de l’éducation a été fait par Bélaïd Boudris qui a dû, lui aussi, emprunter à l’Amawal et proposer de nouveaux néologismes et de nouveaux préfixes. Même en Algérie la source de production n’est plus exclusivement kabyle : j’ai eu l’occasion de prendre connaissance, par l’intermédiaire de Mme Yacine, d’une liste inédite de néologismes élaborée par un groupe de mozabites.

La diversification géographique concerne aussi l’usage des néologismes : des chanteurs chaouis utilisent des termes pris dans l’Amawal. Pour le Maroc, on peut citer le journal culturel Tasafut, la revue Tifawt, la chanson, les émissions radiophoniques et, depuis quelques mois, les informations en berbère à la télévision. Au Maroc comme en Algérie, l’usage des néologismes est devenu chose courante, surtout dans les productions plus ou moins élaborées.

Quel bilan faites-vous de ce demi-siècle d’action néologique ?

Il est toujours délicat de faire un bilan dans des domaines où les considérations subjectives sont difficiles à éviter.

Il y à effectivement aujourd’hui un demi-siècle d’action néologique dans le domaine berbère puisque les premiers essais sont apparus en 1945 dans les chants berbéro-nationalistes (Aït-Amrane principalement).

Depuis, l’aménagement du lexique a touché plusieurs domaines : des domaines assez généraux (sciences humaines) par l’Amawal, la grammaire (M. Mammeri), les mathématiques (Algérie, Niger, 1984), le droit (Maroc, 1993), la géographie (manuscrit inédit de Slimane Touati), la religion (traductions kabyles de l’Evangile et du Coran), l’informatique, etc.

Au total, plus de sept mille mots ont été créés, quelques centaines connaissent un certain usage, quelques dizaines un certain succès. Les productions touarègues (Mali, Niger) sont numériquement faibles, mais présentent la particularité d’avoir été menées dans des cadres officiels puisque les parlers touaregs de ces pays ont statut de langue nationale. Plus globales et plus systématiques, les productions algériennes et marocaines ont été faites, quant à elles, dans des contextes politiques et idéologiques hostiles. En Algérie comme au Maroc, l’aménagement de la langue berbère en général et celui du lexique en particulier continuent de se faire de façon « sauvage ». Dans ces pays l’action néologique est depuis cinquante ans caractérisée par le volontarisme et le spontanéisme.

Au niveau interne, les nomenclatures produites sont caractérisées dans leur ensemble par une forte tendance au purisme lexical, la chasse aux emprunts étrangers, la quasi-inexistence des formations expressives, un calque systématique à partir du français : calque de l’univers extra-linguistique, calque des catégories syntaxiques, calque des structures composées, calque des modalités du genre, etc. Le calque syntaxique s’ajoute dans l’usage et produit, comme dans la presse politique kabyle, des chefs-d’œuvre d’opacité.

Des insuffisances multiples peuvent être relevées à l’intérieur de chacune des nomenclatures prises séparément : nombreux cas d’homonymie, dans l’Amawal par exemple, mais aussi, chose inadmissible pour une telle discipline, dans le lexique français-berbère de mathématiques fait en Algérie en 1984. A ces défaillances dont on peut dire qu’elles sont d’ordre matériel s’ajoute l’isolement morpho-sémantique des unités produites, isolement aussi bien à l’intérieur du stock néologique qu’au regard du lexique ordinaire.

Il y a aussi les très nombreuses divergences de choix entre les nomenclatures : divergences entre l’Amawal et le lexique de mathématiques, divergences entre l’Amawal et les productions marocaines, divergences entre l’Amawal et le document mozabite inédit que j’ai évoqué précédemment, etc. Ces divergences portent sur des centaines de termes. Elles montrent en particulier que l’action néologique risque de creuser encore plus les écarts entre les dialectes si l’aménagement du lexique continue de se faire de façon séparée.

Mais il y a, heureusement, des aspects positifs. Au delà des insuffisances, il convient à mon avis de saluer le travail qui a été fait depuis un demi-siècle. Il a permis d’inaugurer un domaine sensible et complexe, de produire quelques succès, mais surtout d’expérimenter sur le terrain de la création néologique les différentes possibilités de génération lexicale offertes par le système linguistique berbère. Il a permis aussi d’introduire de nouveaux formants comme préfixes ou suffixes afin de régulariser les classes de termes. L’aménagement du lexique berbère est également caractérisé par l’aspect pan-berbère de la démarche des néologues. S’il est bien mené, il pourra contribuer à résorber les écarts entre les dialectes par la constitution d’un lot commun de néologismes.

Quelles sont vos propositions pour remédier à la situation ?

Ce n’est pas par modestie, mais je me demande sincèrement si des propositions personnelles dans un domaine comme l’aménagement linguistique peuvent avoir une signification, un poids ou un impact quelconques.

Sous d’autres cieux (di tmura irebh’en, comme on dirait en kabyle), l’aménagement d’une langue ou d’une variété de langue fait intervenir des Etats, des Universités, des organismes publics ou privés, des administrations, des moyens matériels et humains, des structures multiples de pilotage et de suivi sur le terrain, etc.

Chez nous, c’est de déménagement linguistique qu’il faudrait parler, pour le berbère en tout cas !

Mais essayons de jouer le jeu. Les propositions se situent à mon avis à deux niveaux.

1. Un niveau externe qui consisterait à rapprocher de façon formelle ou informelle : chercheurs, usagers institutionnels (radios et télévisions algériennes et marocaines, rédacteurs des revues et journaux berbères, etc.), écrivains, poètes, artistes, etc. Faire le bilan des besoins et des usages, harmoniser les pratiques, mettre sur pied des cadres communs de travail (cadres maghrébins, nationaux ou sectoriels) feraient partie des urgences. Sur le long terme, l’intervention des universités nationales (Algérie, Maroc) et étrangères (INALCO) pourra être d’un très grand apport dans la définition d’une stratégie globale et d’une méthodologie, dans la définition des priorités aussi. Sur le terrain, le mouvement associatif berbère et les médias, en Algérie comme au Maroc, pourront servir de relais avec le grand public.

Il sera bien entendu très difficile de mettre tout ce monde en mouvement, mais il me semble possible de commencer par un bout, si modeste soit-il : un cadre commun algéro-marocain par exemple qui s’élargirait progressivement, y compris, bien sûr, au monde touareg (Mali, Niger).

Il est important, cependant, que ces structures, si elles venaient à voir le jour, agissent avec une extrême prudence et ne se transforment pas en gendarmes de la langue.

Il faut aussi que la pression continue de s’exercer sur les Etats afin que la langue berbère bénéficie d’une reconnaissance officielle ainsi que des moyens nécessaires non seulement à sa survie mais à son développement.

2. Un niveau interne où il faudrait, à mon avis, corriger certains travers du travail déjà accompli : le purisme lexical, la chasse aux emprunts étrangers, l’exclusion des formations expressives, la marginalisation des procédés de la néologie sémantique, etc. Les matériaux déjà produits peuvent faire l’objet d’une refonte globale. Les procédures de création lexicale déjà utilisées peuvent être enrichies par de nouvelles possibilités : un travail de complétion des lexiques dialectaux, des formations hybrides qui associeraient des bases lexicales berbères à des affixes étrangers (grec, latin). Il faudrait aussi un rééquilibrage des contributions dialectales au bénéfice des parlers du Nord. Concernant l’usage, il y aurait la formation berbérisante des journalistes et des rédacteurs, la documentation sérieuse qu’il faudrait mettre à la disposition des usagers, etc.

Peut-on savoir quels sont les travaux les plus prioritaires à réaliser dans le domaine berbère ? Et particulièrement en néologie berbère ?

Dans le domaine berbère… la question est bien trop vaste. Concernant l’aménagement du lexique je plaiderais personnellement pour une trêve néologique, au niveau de la production en tout cas, en attendant que les conditions d’une meilleure intervention soient réunies. Mais je sais très bien que cette attitude n’est pas réaliste parce que la langue, elle, n’attend pas.

Au niveau de l’usage, on peut souhaiter une certaine modération, surtout chez les consommateurs kabyles, mais cela relève de la responsabilité de tout un chacun, et en particulier des rédacteurs et des journalistes : le purisme lexical et la chasse aux emprunts font tout simplement des ravages…

Comme en de nombreux autres domaines, c’est le long terme qui est urgent, c’est-à-dire, ici, la mise sur pied de cadres et de structures de travail et d’intervention à vocation pan-berbère.

Entretien réalisé par Saïd CHEMAKH

Paris/Montréal, février 1995..

Pour Imazighen Ass-a n°2-3, Paris, 1995, pp. 24-28, ©Tamazgha.

Publications de R. ACHAB :

Outre quelques éditoriaux et articles dans la série normale de Tafsut (14 n° parus de 1981 à 1990), R. ACHAB a publié :

  • La langue berbère (kabyle) : initiation à l’écriture, Paris, 1979, G.E.B./ Imedyazen, 96p.
  • Tira n tmaziγt, n° 4 de la revue Tafsut série « Pédagogique et scientifique », Tizi- Ouzou, 1988, 70p.
  • Tira n tmaziγt (Taqbaylit), éd. Tafsut, 1990, 110p.

    Il a collaboré à :

  • Amawal n tusnakt « Lexique de mathématiques », n° 1 de la revue Tafsut, série « Pédagogique et scientifique », Tizi-Ouzou, 1983, 104p.

    Articles :


  • Isefra, in : Tisuraf, n° 6, Paris, 1979.
  • Problèmes de néologie berbère, ‘Etudes et documents Berbères, n° 8, Paris, 1991.

    [Complément ] : Publications de R. Achab après 1995 :

  • Tira n tmaziγt, introduction à l’écriture usuelle en berbère, éd. Hoggar, 1998.
  • La néologie lexicale en berbère, Peeters, 1997.

source:tamazgha.fr

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

Amawal n tamazight tatrart de Habib-Allah Mansouri

Posté par algeriedemocratie le 30 décembre 2009

Le livre de la semaineAmawal n tamazight tatrart de Habib-Allah Mansouri

Le lexique du berbère moderne édition corrigée et enrichie pour la circonstance par son auteur Habib-Allah Mansouri, enseignant de tamazight de son état, vient d’être édité par le HCA en collaboration avec les éditions du ministère de la Culture.  De cette collection constituée d’un coffret de 7 recueils présenté à l’occasion de Yennayer 2955 qui correspond du 12 janvier de l’année en cours l’Amawal objet de la présente lecture est la seule publication ’’technique’’ du coffret. Les 6 autres publications étant des contes, dont une traduction.

Dans son introduction, l’auteur du lexique justifie cette publication par ’’…. un besoin urgent. En effet, le début du passage à l’écrit en langue berbère, après les années 60 dévoila le manque dont souffre notre langue en matière de termes modernes pouvant véhiculer un savoir moderne…’’ et l’auteur de continuer sur ce constat alarmant ’’Personne n’était en mesure à l’époque (les années 60 NDLR) de produire un texte en histoire ou autre discipline en utilisant uniquement le kabyle courant (ou autre parler berbère)’’.
Pour la grande histoire, la publication du premier Amawal remonte à 1974, moyennant un tirage limité, très limité… sous la houlette du père de la renaissance de tamazight, feu Mouloud Mammeri.
D’autres publications suivront à l’instar de celle éditée en 1980 par la coopérative imdeyzen dont les exemplaires sont conservés précieusement par les heureux acheteurs de l’époque.
L’Amawal est un outil de travail indispensable à tout chercheur, producteur du domaine tamazight. Il constitue également un outil didactique dont l’utilité est avérée aussi bien pour les enseignants que les élèves.
A chaque regroupement ou autre séminaire le manque d’ouvrages spécialisés est signalé par le corps enseignant, ceci afin de permettre un enseignement de qualité.
Depuis 1995, année du boycott scolaire qui a mis à nu le système éducatif qui ne reconnaissait que la langue arabe comme langue nationale, l’enseignement de tamazight a fait son bout de chemin.
Cependant, afin d’assurer un enseignement de qualité, les enseignants ont besoin d’ouvrages tels que l’Amawal que constitue l’outil didactique de base.
Qui peut un jour imaginer l’enseignement du français, sans le concours du dictionnaire Larousse  ou Le Petit Robert pour ne citer que ces 2 références. Pour la petite anecdote, et la grande histoire Paul Robert le célèbre lexicographe qui a donné son nom au Petit Robert est natif de l’ex-Orléanville aujourd’hui Chlef. Né en 1910, reconnu pour tout ce qu’il a donné à la langue de Molière, on érigea un buste à son effigie.

M. O.

dépêche de kabylie

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaires »

LA LITTERATURE KABYLE

Posté par algeriedemocratie le 28 octobre 2009

LA LITTERATURE KABYLE *

par Dahbia ABROUS

 

La littérature kabyle ancienne était une littérature essentiellement orale ; intimement liée à la vie sociale, elle se ramifiait en plusieurs genres : la poésie, le conte, les chants de travail (chants des travaux agricoles, chants de la meule…), chants rituels, proverbes, devinettes, comptines…
Parmi ces genres d’inégale importance, la première place revenait à la poésie. Une part non négligeable de cette production poétique était villageoise et anonyme mais cette poésie pouvait aussi être l’œuvre de poètes reconnus (afṣiḥ, ifṣiḥen) comme Youcef ou Kaci (Yusef u Qasi). Outre ces poètes créateurs, existaient des poètes transmetteurs (ameddaḥ, imeddaḥen) ; ceux-ci faisaient circuler des répertoires qu’ils avaient mémorisés de village en village, de tribu en tribu. Avant la conquête française, ces poètes quel que soit leur statut étaient des poètes itinérants.
A l’intérieur de ce genre dominant qu’était la poésie, on pouvait distinguer deux sous-champs :
– La poésie religieuse comprenait un répertoire probablement très ancien de long poèmes (taqsiṭ, tiqsiḍin) évoquant des personnages bibliques (Abraham, Moïse, Joseph, Job…) et de l’Islam (le prophète Mohamed mais aussi et surtout Ali) – (Cf. Mammeri, 1980). A ce répertoire, s’ajoutait une veine de poèmes édifiants (ddker, de l’arabe dikr :  » évocation du nom de Dieu »). Ces longs poèmes hagiographiques sont encore vivants dans la mémoire, en particulier dans les milieux religieux ; quant aux poèmes édifiants, ils constituent une veine très abondante, alimentée par des producteurs le plus souvent anonymes. Dans certains villages, ces poèmes sont encore régulièrement chantés par des chœurs féminins et masculins lors des veillées funèbres.
– La poésie profane présentait une thématique très diversifiée : référence au code de l’honneur, aux valeurs guerrières, poésie satirique, gnomique ; la poésie lyrique, bien qu’elle ait constitué une veine très productive, n’accédait que difficilement à l’espace public.

La conquête française et les profonds bouleversements qu’elle entraîna (violence de la conquête militaire, déstructuration du tissu tribal, important mouvement migratoire vers les villes algériennes et vers la France) eurent des incidences très nettes sur le champ de la littérature : certains genres, sans avoir totalement disparus se sont essoufflés ; c’est le cas du conte, des chants rituels, proverbes, comptines. Ces genres, bien qu’ils soient encore vivants, sont aujourd’hui très peu productifs. En réalité dans ces profonds bouleversements, seule la poésie a réellement survécu ; elle a réussi à traduire aussi bien la violence du choc colonial que les profondes mutations qui s’ensuivirent. Les Poésies populaires de la Kabylie du Jurjura collectées par Hanoteau (1867) sont une véritable chronique de la conquête vue par les Kabyles ; quant à Si Mohand, le poète errant, il rendit compte avec fidélité de la période qui fut perçue par les Kabyles comme la fin d’un monde.

Enfin, une des conséquences indirectes de la conquête française fut l’appropriation de l’écrit par les élites autochtones formées à l’école ; cette appropriation donna naissance à une littérature écrite. L’émergence de cette littérature fut un processus long et complexe : entre la Méthode de langue kabyle de Saïd Boulifa en 1913 et le premier roman – Asfel de Rachid Aliche – paru en 1981, près de 70 ans se sont écoulés. Les premiers instituteurs, comme Boulifa, Ben Sedira…, avaient produit à l’écrit des textes ethnographiques ; ils avaient aussi fixé des textes de littérature orale (ce fut le cas des poèmes de Si Mohand collectés et publiés par Boulifa), mais ils n’avaient pas produit des textes littéraires.

Le premier auteur de textes littéraires écrits fut Belaïd Aït Ali ; celui-ci, mort prématurément à 39 ans en 1950, fut l’auteur d’un seul ouvrage que le Fichier de Documentation Berbère (Fdb) publia en 1962 sous le titre : Les cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan. Cet ouvrage est en réalité un recueil de poèmes (isefra), de contes (timucuha) et de « nouvelles » (amexluḍ). Les textes figurant sous la rubrique amexluḍ (mélanges) s’apparenteraient à ce que l’on pourrait appeler des scènes de la vie quotidienne en Kabylie, une version anticipée et écrite en kabyle de Jours de Kabylie de Mouloud Feraoun. Amexluḍ signifie ²mélange² d’éléments divers ; la difficulté d’une dénomination précise rend bien compte du caractère nouveau de ce genre, c’est pourtant ce genre difficile à dénommer qui préfigure ce que seront les nouvelles formes de production littéraire écrite. Analysant cette situation de transmission, Paulette Galand-Pernet écrira en 1973 : « Ce que prouvent Boulifa et Belaïd Aït Ali, c’est qu’une œuvre de longue haleine est possible. Si l’on n’a encore vu paraître aucun roman en berbère, cela tient à des raisons économiques et sociales et non à un manque de moyens littéraires » (Galand-Pernet 1973 : 318).

C’est le début des années 1970 qui constitue un véritable tournant pour la littérature kabyle qu’elle soit orale ou écrite. La néo-chanson s’est imposée avec des noms comme Idir, Aït-Manguellet, Ferhat, Matoub Lounès, le groupe Djurdjura… Il s’agit de chansons à textes ; à la différence des poètes traditionnels, les auteurs contemporains écrivent leurs poèmes et la langue de cette poésie moderne tout en réactivant des archaïsmes, des métaphores et des motifs anciens, puise à des degrés divers dans la néologie.

Pour la littérature écrite, la tendance qui consiste à produire dans la langue et non pas seulement à y fixer des textes oraux devient irréversible, étendant ainsi l’écrit à des domaines tout à fait nouveaux : littérature, production de lexiques spécialisés (mathématiques, informatique, linguistique, histoire…), traduction, presse. De tous ces champs investis par l’écrit moderne, le champ de la littérature est sans contexte le plus important. C’est la néo-littérature qui a servi et qui sert encore de laboratoire à cette langue en gestation. Dans ce champ littéraire complètement renouvelé depuis le début des années 1970, on notera la traduction d’œuvres algériennes (Kateb, Feraoun), étrangères (Brecht, Beckett, Molière), la naissance de genres littéraires nouveaux tels que le théâtre, la nouvelle, le roman.

Le théâtre est lié au nom de Mohand-ou-Yahia qui fit œuvre de pionnier à partir du début des années 1970 par ses traductions-adaptations d’œuvres de Brecht, Kateb, Molière, etc. Avec la chanson le théâtre constitue un véritable pont entre l’écriture et l’oralité.
A la même période, en 1981, Asfel de Rachid Aliche annonce la naissance du genre romanesque.

C’est dans la littérature écrite que la langue est investie comme un véritable laboratoire. Cette langue, dans laquelle s’expriment de profondes fractures et une ultime lutte pour la survie, est en même temps malmenée et jalousement préservée. Cette langue est en effet traversée par une profonde dynamique qui touche d’abord le lexique par l’intégration importante de néologismes et à un degré moindre la syntaxe : l’interférence avec la syntaxe du français constitue une tendance lourde pour le kabyle écrit en général ; sans échapper totalement à cette tendance, la langue de la néo-littérature est relativement épargnée quant à la prégnance des calques syntaxiques.

Sur le plan du contenu, un thème majeur traverse comme une lame de fond l’ensemble de cette néo-littérature qu’elle soit orale ou écrite : il s’agit de la contestation politique et de la quête identitaire. La poésie de ces trente dernières années, aussi bien que la production romanesque porte une « charge » de contestation d’une rare virulence à l’égard de l’Etat. La thématique de la contestation n’est pas née ex nihilo : le thème de la résistance a toujours été fortement présent dans la poésie kabyle (Cf. Benbrahim 1982 ; Chaker 1989) ; le lien entre poésie et résistance était si nettement perçu pendant la période coloniale que la circulation des poètes était très sévèrement surveillée après l’insurrection de 1871. La fronde contestataire des poètes contemporains est dirigée contre l’Etat algérien en raison du déni identitaire. C’est dans ce contexte que la quête identitaire occupe une place prépondérante : cette quête, rendue par des moyens différents, est omniprésente dans les romans de Rachid Aliche, de Saïd Sadi, de Amar Mezdad ; elle peut revêtir dans un roman comme Asfel (R. Aliche, 1981) des formes pathétiques.
Un autre thème lié aux deux précédents sous-tend en particulier la production romanesque, il s’agit du thème de l’éclatement : à l’image de la culture à laquelle ils appartiennent, les héros de ces romans sont des hommes en crise dans une situation de crise. Cet éclatement, symbolisé dans les romans d’Aliche par l’image de l’amphore brisée, fait mener les héros jusqu’au suicide. Dans le roman d’Amar Mezdad, iḍ d wass (Mezdad 1990), c’est la frêle silhouette de la vieille mère qui assure le lien entre hier et aujourd’hui, le village et la ville, c’est elle qui assure la permanence entre ces profondes fractures, évitant ainsi l’éclatement.
Cette thématique, bien que très actuelle, prend solidement ancrage dans la symbolique berbère. C’est cette capacité de se projeter dans l’avenir sans se déraciner qui fait l’originalité de la littérature kabyle aujourd’hui.

 

Bibliographie

 Aït Ali (Belaïd), 1962 : « Les cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan » in Fichier de Documentation Berbère (Fdb).
Aliche R., 1981 : Asfel (roman), Mussidan, Lyon.
Aliche R., 1986 : Faffa (roman), Mussidan, Lyon.
Basset H., 1920 : Essai sur la littérature des Berbères, Carbonnel, Alger.
Benbrahim-Benhamadouche M., 1982 : La poésie populaire kabyle et la résistance à la colonisation de 1830 à 1962, Paris, Ecole Des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Ehess) ; Thèse de Doctorat sous la direction de Camille Lacoste-Dujardin.
Boulifa (Si Amar ou Saïd), 1913 : Méthode de langue kabyle (2ème année) étude linguistique et sociologique sur la Kabylie du Djurdjura, Jourdan, Alger.
Bounfour A., 1999 : Introduction à la littérature berbère I : la poésie, Peeters, Paris – Louvain.
Chaker S., 1982 : « Structures formelles de la poésie kabyle » in Actes de la table ronde « Littérature orale« , Crape – Opu, Alger.
Chaker S., 1987 : « Documents sur les précurseurs. Deux instituteurs kabyles : Si Amar ou Saïd Boulifa et M. A Lechani » in Romm, 44, p. 97-115.Edisud, Aix-en-Provence (sous la direction de Salem Chaker).
Chaker S., 1989 : « Une tradition de résistance et de lutte : la poésie berbère kabyle. Un parcours poétique » in Rmmm, 51, p : 11-31. .Edisud, Aix-en-Provence (sous la direction de Salem Chaker).
Chaker S., 2001 : « Boulifa Si Amar ou Saïd (1865-1931) : le grand précurseur berbérisant » in Hommes et Femmes de Kabylie, p : 119-123 . Edisud, Aix-en-ProvenceIna-yas, Alger.
Galand-Pernet P., 1973 : « Tradition et modernité dans les littératures berbères » in Actes du Premier Colloque des Cultures Méditerranéennes d’Influence Arabo-Berbère, Sned, Alger.
Galand-Pernet P., 1998 : Littératures berbères. Des voix. Des lettres, Presses Universitaires de France (Puf), Paris.
Hanoteau A., 1867 : Poésies populaires de la Kabylie du Jurjura, Imprimerie Impériale, Paris.
Lacoste-Dujardin C., 1970 : Le conte kabyle. Etude ethnologique. Maspéro, Paris.
Mammeri M., 1969 : Les Isefra, poèmes de Si Mohand ou Mhand, Maspéro, Paris.
Mammeri M., 1980 : Poèmes kabyles anciens, Maspéro, Paris.
Mammeri M., 1990 : Inna-yas Ccix Muḥend, Cheikh Mohand a dit, édition Inna-yas, Alger.
Merolla D., 1997 : Gender and Community i the kabyle literary space. Research School, Cnws, Leiden.
Mezdad A., 1990 : Iḍ d wass (roman), édition Asalu – Azar, Alger.
Mezdad A., 2000 : Tagrest urɣu (roman), édition Ayamun, Béjaïa.
Sadi S., 1983 : Askuti (roman), Imedyazen, Paris.
Yacine-Titouh T., 1988 : L’izli ou l’amour chanté en kabyle, Maison des Sciences de l’Homme (Msh), Paris.
Yacine-Titouh T., 1989 : Aït-Manguellat chante, La Découverte – Awal, Paris.
Zenia S., 1995 : Tafrara Aurore (roman), L’Harmattan – Awal , Paris.


* [Extrait de Encyclopédie berbère, XXVI, 2004]

Publié dans intellectuels algeriens(48) | Pas de Commentaires »

A propos du premier roman de Brahim Tazaghart.(*)

Posté par algeriedemocratie le 28 octobre 2009

A propos du premier roman de Brahim Tazaghart.(*)

1. Introduction :

Salas d Nuja est sans doute un des meilleurs romans publiés depuis 2000. C’est vrai que sur le plan quantitatif, le roman kabyle peine encore à s’affirmer à côté de la poésie et du conte. Toutefois, il s’est incrusté doucement mais sûrement dans l’espace littéraire kabyle. Bénéficiant de l’auréole de gloire en tant que genre achevé du fait qu’il est crée ex-nihilo sur le modèle du roman moderne de mœurs et d’analyse en vogue dans les littératures occidentales, le roman kabyle est vite adopté. Bien que Lwali n wedrar [= le Saint homme de la montagne] de Bélaïd Ait Ali peut-être considéré comme le premier roman kabyle, il en demeure néanmoins que c’est avec Asfel [= l’Holocauste] de Rachid Aliche que la veine romanesque s’est définitivement affirmée. Salas d Nuja, 15ème roman kabyle, selon nos statistiques personnelles [1], constitue une étape importante dans l’affirmation de ce genre.

2. Qui est l’auteur ?

A propos du premier roman de Brahim Tazaghart.(*) dans intellectuels algeriens(48) Tazaghart-photoBrahim Tazaghart est un jeune kabyle d’une trentaine d’années. Il est né à Tazmalt (en Kabylie orientale), le 15 avril 1966, il y est fait ses études primaires et moyennes. Il a poursuivi ses études secondaires au lycée Debbih à Akbou.
Sur le plan professionnel, il a poursuivi une formation de sous intendant à Bgayet (Bejaia) En 1991, il a exercé le métier de gestionnaire au lycée de Timezrit. Et en 2000, il est recruté à la direction de la résidence universitaire de Targa Ouzemmour (Bgayet).

Pour ce qui du militantisme, Tazaghart a pris conscience de son identité berbère dans les années 80 comme tous les collégiens et lycéens ayant vécu cette période. En 1989, il participe au 2ème séminaire du MCB (historique) puis aux différentes actions menées par le MCB-Commissions Nationales (marche du 25/01/1990 à Alger, Boycott scolaire…).
En 1991, il soumet ses premières nouvelles écrites en kabyle à l’écrivain Tahar Djaout. Ce dernier les lit avec enthousiasme et l’encourage à continuer dans cette voie.
Après plusieurs péripéties, il finit par éditer ses nouvelles en 2001 à Bgayet. Auto-édition oblige : Tazaghart finance lui-même l’impression et la diffusion du recueil Lğerrat [= traces de pas].
Actuellement, Tazaghart écrit un second roman et prépare une édition des poèmes de Achour-le-berbère, un militant Mcb disparu à la suite d’une longue maladie en août 2002.
Tazaghart travaille aussi comme correspondant de presse à Bgayet.

3. Le roman proprement dit :

Le roman Salas d Nuja se divise en trois parties : Att’an d uneγni [= maladie et tristesse], Timlilit [= la rencontre], Tazmert n taγri [= le pouvoir de l’amour]. Chaque partie est elle-même divisée en plusieurs chapitres.

Résumé :

A Aqbu, de sa chambre d’hôpital, Salas regarde les cimes des montagnes du Djurdjura et pose sa main sur son ventre. Il vient de subir une opération chirurgicale. Il en est triste. Après sa sortie de l’hôpital, il s’ennuie à la maison : des amis lui proposent de passer quelques jours au bord de la mer. Ce qu’il accepte.
Près de Bulimat, il réussit à sauver une jeune fille Nuja qui allait vers une mort certaine au milieu d’une mer en furie. Ils deviennent amis mais Nuja doit rejoindre Alger. De retour à son village où il s’ennuie Salas reçoit une lettre où Nuja lui avoue son amour mais précise que ce dernier n’avait pas d’avenir : elle était promise comme femme à un cousin maternel, T’eyeb, alors qu’elle n’était que bébé.
Salas débarque à Alger. Il se rend à la faculté de médecine où Nuja est étudiante. Ils ont pu se voir. Mais dès son retour chez elle, Nuja avoue à sa mère qu’elle n’aime pas T’eyeb et qu’elle ne l’épousera donc jamais. La mère ne voulait pas revenir sur sa décision : Nuja est promise à son neveu T’eyyeb. Nuja qui refuse de sortir de sa chambre ou d’aller à la fac, attend le retour de son père Si εebdella – seul personne capable de la libérer de son triste sort.

Pendant les jours où il ne trouvait pas Nuja à l’université, Salas fomentait un projet : la liquidation de T’eyyeb, seul salut de son amour. Au cours d’une discussion dans un bar, Il en est vite dissuadé en apprenant l’histoire de Dda Qasi.
De retour, Si εebdella, informé par sa fille de ses vœux, signifie aux parents de T’eyyeb que c’est à sa fille et à elle seule, de décider de son avenir.
Le roman s’achève par les retrouvailles de Salas et de Nuja autour d’un déjeuner.

Analyse :

Plusieurs thèmes peuvent faire l’objet d’analyse dans ce roman. Mais deux d’entre eux nous semblent importants à savoir l’amour et la place de la femme lors dans la société kabyle contemporaine.
Thème traditionnel et récurrent en poésie kabyle, l’amour est longtemps considéré comme secondaire voire parfois rejeter aux marges de l’oubli au profit l’identité et de la revendication berbère dans le roman, la nouvelle et autres récits kabyles écrits. Mieux encore, Dans Salas d Nuja, Tazaghart a pu l’amour ‘encore’ possible ! Car pendant longtemps, il y avait lieu de croire que les amours étaient devenues presque impossibles dans la fiction kabyle.

Salas est ce que peut appeler en littérature occidentale un ‘héros romantique’. Salas vit un malaise existentiel dû essentiellement à son inadaptation sociale. Salas a perdu sa mère alors qu’il n’était qu’un enfant innocent. Avec l’opération chirurgicale subie, il sait qu’il ne pourrait plus pratiquer la boxe, lui qui n’avait jamais perdu un match auparavant. Il vit dans la tristesse : il n’y va pas à la fête de mariage d’un de ses amis, ni les informe de son anniversaire. Et c’est presque avec indifférence qu’il accueille l’idée de passer quelques jours au bord de la mer.

Salas, orphelin, a l’impression que la société s’est imposée à lui avec son cortège de contraintes. D’où la prise de distances voire la froideur avec son entourage. Dès le début du roman, Salas paraît triste pour ne pas dire mélancolique. La rencontre avec Nuja était pour lui une éclaircie dans un ciel brumeux. Le lendemain du sauvetage, Nuja est venu le remercier. Au premier regard, il se demandait où est-ce qu’il a pu l’avoir vu auparavant ? : …Yessewhem-it wudem iwala, tfaz ccbaêa-s, tettqit’ir d sser. Yerna yessen-itt, nnument-tt tmemmucin n wallen-is. Yez’ra-tt uqbel ass-a, yez’ra-tt… Id’elli ? Xat’i !!… Uqbel, yetth’eqqeq. Ur yecfi ara anida, ur yecfi ara melmi ! (p. 50).
(= Son visage l’étonnait, sa beauté est rayonnante, son charme exquis. Il la connaissait. Il était habitué à la voir. Il l’avait déjà vu auparavant… Hier, peut-être ? Non !!… Bien avant, il en est sûr. Il ne souvenait plus quand est-ce, ni où, d’ailleurs !) [2]. N’est-ce pas le visage de la mère affectueuse, cet être cher, que re-voit (et recherche) Salas dans Nuja. Les multiples non-dits et connotations tissés dans la trame du roman le révèlent. Mais ce n’est pas tout, Salas recherche aussi à combler un autre manque, une autre frustration : celle de ne plus pouvoir faire usage des ses capacités physiques comme avant. Salas ne recherche pas un refuge dans l’alcool, la drogue ou dans la religion mais dans la passion amoureuse.

La place de la femme kabyle dans la société est un thème sous-jacent au roman. Il mérite une analyse profonde où il sera question sur cette ‘domination masculine’ tant galvaudée. Le roman de Tazaghart apporte une réponse très nuancée : il y a, certes, une domination masculine ; mais qui l’entretient ? Avec quels moyens ? Et dans quels buts ?

Par ailleurs, le roman Salas d Nuja est une excellente peinture de la société kabyle contemporaine. D’une société en crise, dirons-nous. Les valeurs traditionnelles croulent sous les coups de boutoirs de la modernité. La collectivité disparaît au profit de l’individu. Plusieurs indices renvoient à cette transition difficile mais inéluctable. La place de l’instruction, la monétarisation du travail, la réorganisation des rapports sociaux sont autant d’éléments qui montrent qu’une lente transformation est en cours.

Les deux héros de cette histoire ont des noms peu ordinaires. En kabyle, Salas (< asalas) signifie « poutre de toiture » et Nuja (< nnuja/ mmuja) signifie « araignée », appelée tissist dans d’autres localités. Si on utilise les traits ‘animé/inanimé’, on peut penser que l’auteur a voulu ainsi exprimer que le changement dans la société traditionnelle est et doit être l’œuvre de la femme. Nuja, âme frêle mais vivante, est la seule à pouvoir changer le cours de sa vie, de l’avenir auquel elle a été destinée. Salas, ne peut qu’attendre (immobilité). S’il devait agir, ce n’est que pour commettre un meurtre, acte qu’il récuse.

L’auteur va encore plus loin dans sa description de la mutation des mentalités : il montre les pans de conservatisme qui y subsistent. Ainsi, quand Salas invite Nuja à l’accompagner dans un appartement et que cette dernière voit ses yeux briller de désir et de convoitise (p. 145), elle refuse de l’accompagner et lui répond qu’elle ne rentrait seule avec lui dans une quelconque maison qu’après leur mariage. Si l’amour est finalement admis dans une société où il était encore banni, il y a quelques années, certaines transgressions des normes sociales ne sont encore pas ‘tolérées’. La mutation est en cours, lentement mais sûrement.

Réalisme et romantisme s’enchevêtrent dans ce roman et ils sont facilement décelables. Mais le thème de l’identité berbère n’est posé comme dans les œuvres romanesques des vingt dernières années, l’auteur donne une autre vision celle d’une culture vécue au quotidien.

4. Quelques remarques :

Tazaghart a écrit avec la transcription standard appelée communément (recommandations de l’Inalco, 1998). Combien même il a su éviter les divers problèmes dits ‘des ruptures de chaînes’, il est resté à maints endroits, prisonnier de la langue orale. Par exemple, la restitution de certaines voyelles des noms précédés de prépositions n’a pas été systématique. De même qu’en matière de notation de l’emphase, Tazaghart a parfois tendance à confondre son usage. Ainsi, par exemple, il note l’emphatisée ‘r’ dans ‘aqerru’ alors qu’il n’y a pas lieu de le faire et ‘oublie’ de noter l’emphase de ‘r’ dans ‘ccwer’. Il faut signaler aussi que certaines tensions ne sont notées avec tous les risques de provoquer comme confusions. Sinon dans l’ensemble, ce roman est assez bien écrit comparé aux autres œuvres parues il y a quelques années.

Du point de vue lexique, il y a lieu de noter que le roman Salas d Nuja est lisible. Il est écrit dans un kabyle accessible, dénué de toute la foule de néologismes et de barbarismes qui ‘encombraient’ certains textes kabyles. Il y a même lieu de signaler l’intrusion de certains régionalismes en usage dans la localité de naissance de l’écrivain.
Tazaghart a démontré, à l’instar de Mezdad, Zenia… que l’on peut utiliser la langue de tous les jours et réaliser des performances littéraires.

5. Que faut-il conclure ?

Dans son étude sur La naissance d’une littérature écrite. Le cas berbère (Kabylie) [3], (1992), S. Chaker est parvenu à cette conclusion : ‘On peut (…) penser qu’un saut qualitatif, sans doute irréversible, a été accompli au moins dans le domaine kabyle. No -seulement cette néo-littérature existe et se développe, mais tout indique qu’elle répond à une demande sociale forte, dans une région réceptive, à très fort taux de scolarisation et à conscience identitaire aiguisée’. Douze après, ‘le saut irréversible’ est de plus en plus confirmé. Pas seulement sur le plan qualitatif mais aussi quantitatif.

Sur le plan quantitatif, le nombre de publication écrite en kabyle dépasse la trentaine de titre par an. Ce chiffre tient compte, bien sûr, des auto-éditions et éditions à compte d’auteur. Heureusement que la majorité des auteurs recourent au dépôt légal, depuis au moins deux ans.

Sur le plan qualitatif, bien que la poésie reste le genre dominant, la nouvelle et le roman commencent à prendre une place prépondérante au sein de cette production. Quel était le grand étonnement des organisateurs du Prix Mouloud Mammeri (6ème édition, 2000) de voir le nombre d’écrits en prose de loin supérieur à celui des recueils de poèmes ! La place que prend le genre romanesque, genre inexistant dans la littérature traditionnelle, est un signe de modernité et une tentative d’insertion de la littérature berbère écrite au sein de la littérature universelle. Le genre romanesque se développe aussi dans d’autres milieux berbérophones : rifain (Chacha), tamazight (Ali Ikken) et chleuh.

Il y a lieu de se réjouir de l’irruption de poétesses et d’écrivains femmes (écrivaines en terminologie québécoise), fait marquant et très significatif car jusque la fin des années 90, la littérature kabyle écrite est l’œuvre d’homme.

Certes, les conditions matérielles de production de la néo-littérature commencent à connaître des modifications substantielles, mais néanmoins certains constats relevés, il y a quelques années restent valables. [4]

Il y a lieu de déplorer le refus de certains éditeurs de publier des œuvres entièrement rédigées en berbère. Certains vont jusqu’à demander à ce que le texte soit accompagné d’une traduction en français (et parfois même, en arabe !). Voilà en fait, la cause principale du recours à l’auto édition et à l’édition à compte d’auteur, procédés onéreux et moins honorifiques.

Le roman Salas d Nuja, en est un cas d’auto édition. Mais son auteur a tenu son pari : dire le monde, n’est-ce pas la principale fonction de toute littérature ? Mais en berbère avant tout. Il s’inscrit ainsi dans un vaste espace littéraire dynamique qui ne cesse de jour en jour de s’affirmer.

Saïd CHEMAKH.

Publié dans intellectuels algeriens(48) | Pas de Commentaires »

12
 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema