• Accueil
  • > Recherche : tamazight dictionnaire

Résultats de votre recherche

Léxique météorologique français amazigh tifinagh

Posté par algeriedemocratie le 25 février 2012

Léxique météorologique français amazigh tifinagh

Écrit par Arhazaf Mohammed

 

 

Abri météorologique :asenfey asensbar.(asenfey :D ictionnaire de Mr .Haddachi Ahmed.asunsber (Néo.pers.)asabir (Amawal n Tawalt.com)
Absorption :asumem.
Accélération de pesanteur :ackukÄ n ustal.
Actinomètre :ASVALQAR.(Néo.pers.)
Advection :asecgeg.(acgag :Le sommet de l’horizon)
Aérologie :asunÄu.(Néo.pers.)
Aérosols :AÄUMADIR(Néo.pers)
Aérostat :AäUãMIL.(Néo.pers).usmil :( Amawal Tawalt.com)
Air :aäu.
Air (masses d’air :aÄultim(Néo.pers.).
Air chaud :aÄu uzvil.
Air instable :aÄu aruãmil.
Air saturé :aäu ufsiy.
Albédo :ASIDMLAL(Néo.pers.).
Alizés :AäULGAN.IÄULGAN(Néo.pers.).
Altimètre :AJGASVAL.adkasval.afasval(Néo.pers.)
Altitude :AJAGAL.adakal.awan.
Altitude géopotentielle :AJAGAL ACELçMAR.adakal acelÇmar.awan acelÇmar(Néo.pers.).
Alto :IJJEGAL.TAWNAT.AVLA.
Altocumulus :Amedlutim.(Néo.pers.)
Altostratus :AMEDLUZAä(Néo.pers.).).
Anémographe :AZuNAV(Néo.pers.).
Anémomètre :AZuSVAL.(Néo.pers.)
Antarctique :agumday.(Néo.pers.)
Anthropique :amednan(Néo.pers.).
Anticyclone :AMERCELÄAY.amerzfay(Néo.pers.).
Aphélie :ANFA.
Arc-en-ciel :tislit n unçar.izzi.tislit n waman
Arctique :agumgaf(Néo.pers).
Ascendance :IGIFEY.
Atmosphère :alsaær(Néo.pers.).
Aurore australe :TAYLGI tanadayt.tafrara tanadayt.tafrara(Dictionnaire Français-Kabyle/Kabyle-Français Site de lexilogos.)
Aurore boréale :TAYLGI tagafayt.tafrara tagafayt.
Aurore polaire :TAYLGI tagumant.tafrara tagumant.
Avalanche :agudfel(Néo.pers.).
Averses :IDIRIZN.imetna.igerr.icebrar.idirizn(« idirz n wawal »assav n yat tweckint n tedyazin ufiv t g usmel n usekka-net.(Averse de parole,Askka-net).icebrar :D ictionnaire de Tamazight de  Mr.Haddachi.Ahmed.
Avertisseurs d’orages :imevtaln n iziliän.imevtaln n imetna.
Avis de tempête :abarip n uglladus,n vimr,n taystitiqit, n tabnannaÏ.
Avis ou BMS(warning) :abarip.
Axe de rotation de la terre :AMERNU N USUTL N WACAL.awum n usutl n wacal.
Azote :adervas(Néo.pers.).
Ballon sonde :tcamma aqulsu.aqulsu(Néo.pers.).
Bande de nuages d’orages :akanin n imedla ,idcurn,tikukkupin,ibalimn,idaliwn, isegniw,isegna n iziliän .akanin n imedla ,idcurn,tikukkupin,ibalimn,idaliwn,isegniw,isegna n imetna.
Bar(millibar) :asatil.aÇaÇa.
Baromètre :aÇazval(Néo.pers.).
Basculement :aagnugey.
Basse latitudes :tifeltiritin tuzdirin.(tifeltiritin :Néo.)
Beaufort(William de) :azuzwu.azuÄu.azuÄeå(azuÄu,azuÄeå(Néo.pers.)
Bilan radiatif :amavin aqaran.amavin anunaw(aqar :Lexique 1980 Paris Edition Imedyazn).inuniwn (Les radiations :le parler des Ayt sexman .Aghbala.Région de Tadla-Azilal.
Biosphère :aderæar(Néo.pers.).
Bleu du ciel :azerzaq n igenna.akÇa n igenna.azbidi.azbibi(azbidi,azbibi(Parler des Ayt Ouirra.El Ksiba n Moha Ou Säid.
Boréal :agafay.
Bourrasque :azayaä
Brise :azuzwu.tazdurttt(tazdurt :Brise du soir).azuÄaå(azuÄaå :Néo.pers.).amazwu.amaÄaå.(AMAÄaå(Néo.pers.)
Brise de mer :Azuzwil(Néo.pers.).amuzwil.amaÄåil.(Néo.pers.)
Brise de terre :azuzkal(Néo.pers.).amazkal.amaÄkal.(Néo.pers.)
Brise thermique :azuzval.(Néo.pers.).amazval.(Néo.pers.)
Brouillard :avemlil.agu.agu(Dictionnaire de Kabyle).tagut.tawut(Tasghunt n tifawt n 08,tasna 30,tamawalt n métérologie/géologie de Mr.Kamel Saïd.)
Bruine(crachin) :aslust(Emission Amawal amazigh de Maysa Rabha Aeqqa).
Brume :tagut.
Buée :tarugt.
Bulletin météo :amavin asensbar.
Bulletin régulier :amavin alugan.
Calotte glaciare :tacaciyt tagersant.
Canicule :izv.smaym(smaym :D ictionnaire de kabyle)
Carbone 14 :Acerbun 14.
Carbonique gaz(C.O 2) :acerbnan avas (C O 2)
Carotte de glace :Xizzu n ugris.
Carte synoptique :tazaragt(Néo.pers.)   iolan
Cellule :avru(Néo.pers.).
Celsius (Anders) :aselsyus(anders).
Celsius (Degré) :aselsyus(afasin).
Centre départemental de la météorologie :alamas agezdaran n usunsber.
Centres d’action :ilumas n igi.ilumas n uguntu.
Chaleur latente :azavil until.
Chaleur solaire :azavil afukan .
Chlorofluorocarbone ou C F C :acerbugdal(Néo.pers.).
Ciel bleu :igenna azerzaq.igenna ukÇiy,igenna azbaban.igenna azbadan.
Ciel de traîne :ignna n uzikrer.
Circulation générale :anyuddu amatan .
Cirro :amedlukal(Néo.pers.).
Cirrus :adelsis(Amawal amazigh tankra ifrance.com).
Cisaillement de vent :aÄyaz n uzwu.aÄuzwu.aÄuzwu(Néo.pers.)
Classification des vents :asefsen n izwutn.asefsen n iÄagÅen.
Climat :anezwi(Lexique de Mr Omar Et-taqi).tazrayt.amseklu.
Climat équatorial :anezwi asegbasan.tazrayt tasegbasant .amseklu asegbasan.
Climatologie :azunzew(Néo.pers.).asunzew.azunzrey.
Coalescence :asuddem.
Col barométrique :tizi taÇaÇevlant.
Condensation :asuÄlu(Néo.pers.).
Confluence :amungey(Néo.pers.).
Congères :itfelam(Néo.pers.)
Continental( Climat):amenÇawan(anezwi,tazrayt,amseklu)).(amenÇaw :Le-xique Paris 1980)
Convection :avesrev.(Néo.pers.)
Convective :( Couche ou tranche) :tavesravt.(aserkim  nev  agazim).(aserkim :Lexique Paris 1980)
Coriolis(Gaspard) :akuryulis (gasbar)
Corps (D’une perturbation) :ajanig (n yan usemxuz)
Couche atmosphérique :aserkim alsaæran.
Couche d’Ozone :aserkim n ulifsir.(ilifsir :Néo.pers.)
Coucher de soleil :atwan.awdic.tidji.tijji.agnunney.
Coup de vent :titi n uzwu.apuddiz n uzwu.uddiz  n uzwu.titi n uÄaå.apuddiz n uÄaå.uddiz n uÄaå.
Courant :aÄru.(Lexique Paris 1980)
Courant ascendant :aÄru yattuyn.aÄru amattay.
Courant descendant :aÄru yajjuyn.aÄru amajjay.
Courant marin ou océanique :anga awlal nev agarawan.agarew(Lexique Paris 1980)
Courant-jet :aÄerugr(Néo.pers.).
Cristaux de neige :igursiln n udfel.agursl :Cristalisation :D ictionnaire de Tamazight de Mr.Haddachi.Ahmed.
Crue-éclair :Angusm(Néo.pers).
Cryosphère :aæramas(Néo.pers.
Cumulonimbus :agimedlu(Néo.pers).
Cumulis(Nuages cumuliformes) :aÄelmedlu(Néo.pers.).
Cycle :azalim.allus.
Cycle de l’eau :azaliman.alusman(Néo.pers).
Cyclogénèse :azalimlal.aluslal.(Néo.pers.).
Cyclone :acelÄey.tazfa.(acelÄey :Le parler d Ayt Säid Ou Ouiccu.Tadla-Azilal).
Cyclone modèle :acelÄey amedyan .tazfa tamedyant.
Cyclone tropical (hurrican):acelÄey awencalan.tazfa tawencalant.(awencal :Néo.pers.)
Déluge :tamayurt(Lexique de Mr Omar Et-taqi).
Dépression :idr.tiÇmi.
Diagramme climatique:anevcaz anezwan.anevcaz azeryan.anevcaz amseklan.
Diffraction :acral.(Lexique de Tawalt.com)
Diffusion :azenzr.
Diluviennes(Pluies) :izedmarn(Parler d’ Ayt Ouirra.El Ksiba n Mouha Ou Säid .Tadla-Azilal).
Direction( du vent) :tanila (n uzwu) tanila n (uÄaå).
Dispersion (des polluants) :azluzzu n isexnanas.azluzzu n isexla.azluzzu n iberbazn.asenfiÇÇer n isexnanas,n isexla,n iberbazn(iberbazn :Lexique de Tawalt.com)
Divinités du vent :ticcumna n uzwu.ticcumna n uÄaå.
Dorsale (ridge) :taorarant (aridj).
Durée du jour :anazig n wazal.(anazig :Lexique de Paris 1980)
Echéance :aklal.
Echelle de beaufort :tiskkilya n bufur.
Eclair :usm.iferkikij(Tawalt.com.Etude de dialecte ghdams)
Eclaircies :izariqn.
Eclipse de soleil ou de lune :afsax n tafuyt nev wi-n tziri.afsax n tafuct nev wi-n tziri.afsax n tafukt nev wi-n tziri.
Ecliptique :afesxan..
Effet :asemdu.agentit.tuzrirt.
Elbido :albid.
Effet de serre :asemdu n uxbac.asemdu n  ucxar.agentit n uxbac.agentit n ucxar.tuzrirt n uxbac.tuzrirt n ucxar.semdu n ubackal.agentit n ubackal.tuzrirt n ubackal.
Effet de papillon :asemdu n tiberbillut.agentit n tibirbellut.tuzrirt n tibirbellut.
El ninö :alnin.
Eléctricité :afusm(Néo.pers.).
Enclume :tuggunt(Dictionnaire de Kabyle).
Ensemencement des nuages :asifs n isegna nev n imedla nev i tkukkupin  nev idcurn nev ibalimn nev idaliwn nev n isegniw.
Ensoleillement :asÏej.
Entrée maritime :akam uwelal.
Eolienne :azumsu(Néo.pers.).
Ephémérides :izemzan.
Equateur :isibges.(Lexique Paris 1980)
Equatorial :( climat)asebgasan(anzwi,tazrayt,amseklu).
Equatoriales et tropicales (régions) :isebgas d iwencalan(isagayn)
Equinose :akeslaÄ(Néo.pers.).
Erreur de prévision :ugul n uzerney.ugul(Lexique de Mr.Omar Et-taqi).azerney :Néo.pers.)
Erreur moyenne de prévision :ugul anammas n uzerney.ugul aderkal n uzerney.ugul amerwasu n  uzerney.
Etalemens :ifsarn.
Etat de la mer :ixiti n ilel.
Evaporation :asruå.
Exosphère :aniræar(Néo.pers.).
Fahrenheit(Degré) :……(afasin).
Faux soleils :igarfuyn(Néo.pers.).igarÏijn.(Néo.pers.)
Flux :asfa.
Foehn :azawaÄ.
Force de coriolis :aÇamir n ukeryulis.
Force du vent :aÇamir n uzwu.aÇamir n uÄaå.
Foudre :tamekrast.iginfr.iginfr !(Asagil n zmazgh awal de Mr Et-talb Ali si j’ai bien reçu le mot.Je demande d’ être affirmé)
Front :ayrri,igenzi.
Front chaud :ayrri nev igenzi azevlan,irvan.
Front froid :ayrri nev igenzi afelÄan,aqerfan,aserfan,aÆerman,aqerzwan.
Frontolyse :afruntulis.
Gelée :tirmi.amengugu.amengugu(Dictionnaire Tacelhit-Tafransist :http://www.freewebs.com).
Gelées blanches :tirmitin tumlilin.imengugutn umliln.
Giboulée :tidirzt.
Girouette :aferwaÄu :aferzwu.aferÄaå.aferwaÄu(Amawal amazigh Tanekra i France.com).aferzwu,aferÄaå(Néo.pers.)
Givrage :asegres.asevres.asuwer.
Givre :agris.avris.iwri.
Glace :acedfil(Néo.pers.).agris(Dictionnare de Tamazight de Mr Haddaci Ahmed.
Glaciaire(époques) :acedfal.(annazn).(annazn :Lexique de Mr.Omar .Et-taqi).agersan(annazn igersan,igersanen).
Glaciation :acedfel.asegres.
Goutellettes :timqqitin.tuddinin.
Gouttes de pluie :timqqa n unÇar,tbicca,tbika,ugeffur. N ukkan.tiddan n unÇar ,tbicca,tbika,n ugffur,n ukkank.ibelvavn.ibelvavn(Le parler des ayt Ouirra.El ksiba de Moha Ou Säid .
Gradient de pression :asalin n idr.asalin  n tiÇmi.
Grain :ifs.
Gravité :astal.
Grêle :abrurey.abrurz.abrurey(Tasghunt n tifawt n 08 .Tamawalt n métérologie/géologie de Mr.Kaml Saïd.
Gulf stream :?
Halo ou parhélies :asensid(Néo.pers.).
Haute atmosphère/basse atmosphère :alsaæar amajjeyal/alsaæar amazdar.

Haute pression (zone de):idr amajjeyal.tiÇmi tamajjeyal.
Hautes latitudes :tifeltirin timajjeyalin.
Hauteur d’eau :ajgal n waman .adkal n waman.iwn n waman.
Hectopascal :ahektubaskal.
Héliographe :afunuv(Néo.pers.).
Hélios :ahelyus.
Hémisphère nord/sud :azgenæar agafay /unÇil.azgenÆar agfanÇil.azgenæar amaran/unÇil .azgenæar amaranÇil.azgenÆar agafay/anaday.azgenæar  agafday.azgenÆar amaran /anaday.azgenæar amarday.azgenÆar agafay/afisan.azgenæar agafsan.
Heure solaire :tasragt tafukant.
Houle(swel) :amdeswel(Lexique Paris 1980).
Humidité :abjaj.almat.(Lexique de Ghat.Tawalt.com).tagamt :D ictionnaire de Tamazight de Mr.Ahmed Haddachi.)
Humidité absolue : abjaj ugdiz.almat ugdiz.tagamt tugdizt.ugdiz :( Lexique Paris 1980)
Humidité relative :abjaj aveknan.almat aveknan.
Hydrosphère :amanæar(Néo.pers)
Hygromètre :asvalmuv(Néo.pers.).
Hygrométrie :tasvalmuvt(Néo.pers).
Indice d’assèchement :asakin n uzizv.tamatart n ussepÄm.
Indice de confiance :asakin n uflas.
Inlandsis :tacatfelt(Néo.pers.).
Inondation :angugey.asniy.
Insolation :asammer.
Instable :( Atmosphère,air ou flux instable)aruÃmil.(alsaæar,aÄu nev asfa aruÃmil(Néo.pers.).uÃmil (Lexique de tawalt .com)
Instant initial :alextu acetlan.(rextu nev lextu tawalt n imazivn n ugafa)
Imtempérie :agarkud.agartur.agarurz(Néo.pers.).(turza :D ictionnaire de Tamazight de Mr.Ahmed Haddachi.
Inversion :aqluly.
Inversion de subsidence :aqluly n urcag.
Inversion nocturne (ou de rayonnement):aqluley amttilles (nev wi-n uÇenÇr,asiqr).amttills :Le parler des Ayt Säid Ou Ouiccu.Cecle de OuaOuizeght.Région de Tadla -Azilal).
Isobare :aksaldar(Néo.pers.).
Isohypse :aksadkal(Néo.pers.)
Jet-stream :igerÄru(Néo.pers.).
Laser :aqarzer(Néo.pers.).aqazr.
Latitude :tafeltirit.(Néo.pers.)
Lenticulaires(nuages) :ineltan(isegniw,isegna,imedla,idaliwn,tikukkupin,idcurn,ibalimn).
Lever de soleil :anqqer n tafuyt.
Lignes de courant :izirgn n uÄru.
Lumière :asidd.tifawt.ajanou.
Lune :ayyur.aggur.tiziri.
Maille :tiwent.
Marais :amarav.amllaku.amarav(Parler de Midelt)
Marais barométrique(flat flaw) amarav aÇaÇevlan(Néo.pers.).amllaku  aÇaÇevlan.amarav(Parler de Midelt)
Marées :tiyssa.(Amawal n usneghmes.IRCAM.ma)
Masse d’air :alutim n waÄu.aqlilliz n waÄu.
Mer du vent :ilel n uzwu.alezwu.ilel n uÄaå.alÄaå.(ALEZWU.ALÄAå :Néo.pers.)
Mercure :amerkur.
Meridien :aÇuman.
Mers et océans :ilaln d igarawen .agaraw(Lexique Paris 1980)
Mésosphère :amasæar(Néo.pers.).
Météore :agemÄu(Néo.pers).
Météorite :tagemÄut.
Météorologie :asunsber(Néo.pers.)
Méthane(CH4) :avasgam.(Néo.pers.)
Mille marin ou mille nautique :afeÄlal.adalil.agemlal nev ifÄ,agim,adal aceflalan.(Néo.pers.) .adal :Mille.Dictionnaire de Tamazight de Mr.Ahmed Haddachi.)
Millibar :afeÄÇaÇ.agemÇaÇ.adelÇaÇ.(Néo.pers.)
Mirage :amurmu(Le parler de Midelt).amarur.(Dictionnaire Tacelhit-Tafransist).
Mistral :azwulfav.aÄaålfav.azelfav.(Néo.pers.)
Modèle de prévision numérique:aptu n uzerney uynin.
Molécule de gaz :tusnift  n wavas.
Montagne :adrar.
Moussons :iÄeåmirn(Néo.pers.).
Moyenne :alamis.
Nadir :umgil.
Nébulosité :asburrey.
Neige :adfel.arettuo.arttuo(Neige légère)
Nimbostratus :abalimziÄ.asegnazaÄ.(Néo.pers).
Nimbus :abalim..tagunnunt.
Nivo-glaciaire :ugrisdfel.awridfel.(Néo.pers.).
Nivopluvial :abudfal.(Néo.pers).
Nœud :akamis.taglult.
Nomad-
Normale climatique :amagin anezwan.amagin azeryan.amagin amseklan.
Nuages :isegniw.imedla.tikukkupin.idcurn.idaliwn.ibalimn.isegna.isegna(Dictionnaire de Kabyle).
Nuages d’orage :isegniw,imedla,tikukkupin,idcurn,ibalimn n,idaliwn n iziliÄ.isegniw,imedla,tikukkupin,idcurn,ibalimn n,idaliwn,isegna  n umetna.isegnaw,imedla,tikukkupin,idcurn,idaliwn,ibalimn ,isegna n uzayÄ.
Nuées :ibermedla.ibersegna.iberdcar.ibedcar.iberbalimn.iberdaliwn .iberkukupn.iberkupn(Néo.pers.).
Observateur :asenvas.
Observations météorologiques :isnivsen isensbar.
Occlusion :amenmala.
Océanique (Climat) :agrawan(anezwi,tazrayt,amseklu).
Océans :igarawn(Lexique de Paris 1980).
Octas :ayad.
Œil du cyclone :tiï n ucelÄey.tiÏ  n tazfa.
OMM :
Onde d’est ou onde tropicale :amzaz,aderjaj. taÄÄanga,tasfeyt,tayyuvt,aoerbub, n iming nev n ugamaÄ nev Amzaz,taÄÄanga,tasfeyt,tayyuvt,aoerbub,aderjaj., awencalan,tawencalant.
Ondée :idirz.ametna.igerra.acebrir.
Ondulant :amdeswal.anemzaz.amdeswal (Lexique Paris 1980).asefyan.aoerbab.
ONU :
Orage :iziliÄ.ametna.ametna (Tasghunt n tifawt n 08 ,tasna 30,tamawalt n métérologie/géologie de Mr Kamel Saïd).azayÄ(Dictionnaire de Kabyle).
Orographiques :idraran.
Ouragan :agengam.
Oxyde nitreux :asgu asenslan.asgu :( Dictionnaire de Tamazight de Mr.Ahmed Haddachi).
Oxydes d’azote :isga  n udervas.adervas(Néo.pers.)
Oxygène :amvuslal(Néo.pers.).
Ozone(couche) :ilifsir(asekrm).
Ozone (03) :ilifsir.(Néo.pers.)
Paléoclimatologie :azunzk.(Néo.pers.)
Parallèles :isadivn.(Lexique de Paris 1980)
Particules :unfiln.tilicin.
Pascal (Blaise): afeskal.
Périhélie :tayaÇfuyt(Néo.pers.).
Perturbation :asemxuz.aziwz.awrirt.
Phénomène métérologique :tumant asensbar.tumant(Lexique de Mr Omar Et-taqi)
Photosynthèse :asensed(Néo.pers.).
Pluie :anÇar.agffur.tbicca.tbika.akkank.
Pluie continue :anÇar azubdan.agffur azubdan.tbicca tazubdant.tbika tazubdant.akkank azubdan.ametna.ametna(Pluie fine continue et moins forte d’après Mr.Ahmed Haddachi dans son dictionnaire de Tamazight page 25).
Pluie diluvienne :azedmir.wabu.amou.amaras.(Le parler des Ayt Ouirra.El ksiba n Moha Ou Säid.Tadla-Azilal)
Pluviomètre :abusval(Néo.pers.).
Pluviosité :tiggufra.
Point de rosée :tabkkit n ubaqiy.tabkkit n tivli.
Pointe de pollution :amasid n usexnuns.asamid n usexlu.asamid n uberbez(aberbez :D ictionnaire Amazigh –Aärab.Tawalt.com)
Polaire (Masse d’air) :awuman
Polarisation :aswum.
Pôles :iwumn.
Pot au noir :aqlluc g usgan.
Poudreuse :tanevdant.
Ppm (parties par millions) :…(ikaÏisn s igendad.
Précipitations :ilafan.ipezwayn.imlafan (Se précipiter .Amaynu-net.Poème de Mr.Lhanafi Laadawi « Tabrat i waylal imlafan dadda Ali Azayku.Définition donnée par Mr.Amaynu ? Ou l’équipe de Amaynu-net, je ne sais pas.)ipezwayn :Le parler des Ayt Säid Ou Ouiccu.
Pression atmosphérique ou pression de l’air : tiÇmi talesærant  nev tiÇmi n waÄu.
Prévision climatologique :azerney asenzwan..azerney azenzwan.azerney asenzray.azerney azenzray.
Prévisionniste :azernay.
Prévisions météorologiques :izerneyn isenzwan.
Psychomètre :asvalsnef.asvalnf.(Néo.pers.)
QNH :
Radar :isqqil(Néo.pers.).
Radar doppler :isqqil
Radicaux :ufgign.(Amawal amazigh.Tanekra i France.com)
Radiolocalisation :asedqer.(Néo.pers.).
Radiosondage :aqelsuqr..
Radiosonde :taqelsuqert.
Rafale(gust) :afÇazew.(Néo.pers.)
Rayon vert :aqerdal.
Rayonnement :asiqr.azenÇr.
Rayonnement thermique :asiqr azevlan.azenÇr azevlan.
Rayons ultraviolets :iqarn iflarasn(iflarasn :Néo.pers.).izenÇarn iflarasn.
Raz de marées :aberngil(Néo.pers.).
Réfléchi :asendid.
Réflexion :asended(Lexique de Paris 1980).
Réfraction :aseftem(Néo.pers.).
Régime :aziwa(Lexique Paris 1980).
Régions polaires :isagayn iguman.
Retour d’Est :iwerri n iming.iwerri n ugamaÄ.
Révolution :agerwel.
Rosée :abaqiy.tivli.abqa.tabqa.
Rotation :awray.
Saisons :isemhuyn(Lexique de Paris 1980).imirn.
Sattelite :agensa.(Lexique de Paris 1980)
Saturé :afsasay.
Sécheresse :tavurart.tacapurt.azirz.azirz(Lexique de Mr.Omar Et-taqi).tavart(Tasghunt n tifawt n 08,tasna 30,tamawlt n métérologies/géologie de Mr.Kamel Saïd).
Secondaire(Front froid) :asinan(ayrri afelÄan,igenzi afelÄan,ayrri aqerfan,igenzi aqerfan ,ayrri asemÄan,igenzi asemÄan,ayrri aserfan,igenzi aserfan,ayrri aÆerma,igenzi aÆerman,ayrri aqerzwan,igenzi aqerzwan)
Secteur chaud :agazam azevlan.agazam irvan.
SMDSM /
GMDSS :
Smog :aguvemlil(Néo.pers.).
Soleil :tafuyt.tafukt.tafuct.iïij.
Solstice :tubedfuct(Néo.pers.).
Spectre :ademsid(Néo.pers.).amasan.
Stable :uÃmil.abenval.
Station automatique :arrus amasman(amasman :Néo.pers.).
Stratos-cumulus :afaÇaÄlu(Néo.pers.).
Stratosphère :azaÄæar(Néo.pers.).
Stratus :amedluzaÄ.abalimzaÄ.adalzaÄ(Néo.pers.).
Subsidence :agulz.anqqamju.
Surfusion :aflaÄr.aflarkes.(Néo.pers.).
Suspension : acengl                                      .
Système convectif :asunaÄ avesrav.avesrav (Néo.pers.)
Système des vents :asunaÄ n izwutn.asunaÄ n iÄagÅen.
Système mondial d’observation :asunaÄ amaÄlan n usnivs.
Système mondial de télécommunications :asunaÄ amaÄlan n ulmiweÄ.asunaÄ amaÄlan n ulmkem.alemkm d almiwÄ(Néo.pers.)
Système orageux : asunaÄ aziliÄan.asunaÄ ametnan.asunaÄ azayÄan.
Température :tafesnarvit(Néo.pers.).
Température de l’air :tafesnarvit n waÄu.
Tempérées (Régions):irusbivn.(isagayn)
Tempête :aglladus.ivimr..tijjijt. taystitiqit.tabnannaÏ                        aglladus (Amawal amazigh.Tanekra i France.com)
Tempête tropicale :aglladus,ivimr,taystitiqit,tabnnnaÏ,tijjijt awencalan.tawencalant.(aglladus :( Amawal amazigh.Tankra@ifrance.com.)
Temps(prévision de temps) :akud.(azerney n ukud,n utur)
Temps sensible :akud apelfaf.
Temps universel coordoné :akud avzawran asemdig.
Tendance ultérieure :apund anifan.apund(Parler des ayt Ouirra El Ksiba n Moha Ou Säid.Tadla -Azilal.)anifan(adjectif tiré de « nnif »qui signifie :après.)
Terre :acal.akal.
Thalweg ou talweg(trough) :
Thermique pur :tuzvilt taseqqaqt.
Thermomètre :azvasval(Néo.pers.).
Thermosphère :azvalæar(Néo.pers.).
Tonnerre :tignut.iggig.ajjaj.
Tornade :acelÄey.tazfa.
Torricelli :itricli.
Tour des vents :aweddim n izwutn.aåeddim n iÄagåen
Traîne :azicrer.azuvr.
Tranche convective :tugzimt tavesravt. .
Trombe :amaras.wabu.amou.azedmir.
Tropique :awrasdav(Néo.pers.).
Tropopause :tubedzurt(Néo.pers.).
Troposphère :azeræar(Néo.pers.).
Tsunami :asunam.
Turbulences :adrurs.
Typhon :aberzwu.aberÄaå(Néo.pers.).tazfa.acelÄey.
Upwellig :
Vague de chaleur :tayyuvt,amÄÄil,amzaz,taÄÄanga ,oerbub,tasfeyt,aderjaj,acebriw n uzavil.
Vague de froid :tayyuvt,amÄÄil,amzaz,taÄÄanga,tasfeyt,aderjaj,aoerbub,acebriw n ufaliÄ, n uqarif., uÆarim,n uramus,n unesrif,n usarif,n uqerzwu.
Vapeur d’eau :iruååa n waman.
Veille métérologique mondiale :awaz asensbar amaÄlan.amuyd asensbar amaÄlan.
Vent chaud :azwu azevlan.
Vent de surface :azwu n uzur.azwu azuran.aÄaå  n  uzur.aÄaå azuran.
Vent du nord :azwu n ugafa.azwu agafay.aÄaå  n ugafa .aÄaå agafay.
Vent du sud :azwu n unaÇal.azwu unÇil.azwu n iffus.azwu n wadday.azwu afasan .azwu adayan.aÄaå n  unaÇal.aÄa å  unÇil.aÄaå  n iffus.aÄaå afasan.. aÄaå  n wadday.aÄaå adayan.
Vent froid :azwu aqerfan.Azwu afelÄan.aÄaå aqerfan.aÄaå afelÄan.azwu  asemÄan.aÄaå asemÄan.azwu aÆerman.aÄaåaÆerman.azwu aqerzwan.aÄaå aqerzwan.azwu aserfan.aÄaå aserfan.
Vent moyen :azwu amerwasu.azwu anammas.azwu  aderkal.aÄaå  amerwasu.aÄaå anammas.aÄaå aderkal.
Vents :izwutn.iÄagåen.
Vents cycloniques :izwutn icelÄayn.iÄagÅen icelÄayn.izwutn  uzfiyn.iÄagåen uzfiyn.
Vents d’Est :izwutn n iming.iÄagåen n iming.izwutn n ugamaÄ.izwutn igemÄan.iÄagåen n ugamaÄ.iÄagåen igemÄan.
Vents d’Ouest :izwutn n utaram.izwutn  iterman.iÄagåen  n utaram.iÄagåen iterman.
Verglas :agris.avris.iwri.aman Äernin.
Virga :atudal(Néo.pers.)
Visibilité :tizzurqa.
Vitesse du vent :azaz n uzwu.azaz n uÄaå.anasih n uzwu.anasih n uÄaå.
Vortex :taxrrart(Parler des Ayt Ouirra.EL Ksiba n Moha Ou Säid .Tadla-Azilal.
Zcit :
Zénith :anfa.
Zérotage :asemyey.
Zeus :azus.
Zonal(Pour un flux) :aÇayan(i yan  usfa ).

Adriraw :

Source  du lexique en français:Tv 5 monde
http://www.tv5.org/cms/chaîne francophone/meteo/p-173-le lexique.htm?§previsu=…10/04/2010
*Dictionnaire encyclopédique de la langue française.
*Dictionnaire de Kabyle UFED Kabyle-Français/Français-Kabyle ,site lexilogos.
*Lexique Français-Amazigh/Amazigh-Français.Edition Imedyazn .Paris 1980.
*Lexique de la langue Tamazight et ses termes juridiques de Mr.Omar Et-taqi.
*Dictionnaire de Tamazight de Mr .Ahmed Haddachi.
*Amawal amazigh :Asmel n Tankra@ifrance.com.
*Les parlers d Ayt Ouirra El Ksiba n Moha Ousäid,des Ayt Säid Ou Ouiccu.Région de Tadla-Azilal.
*Amawal n Ghat(Tawalt.com).
*Dictionnaire de Tachelhit-Tafransist:http//www.freewebs.com.
*Néologismes personnels.
*Tasghunt tifawt n 08.
*Amawal n usneghmes .IRCAM.ma.

***asnivs :
Ur ufiv g umawal afrasis “ Vent humide” aha rniv t  iddev t ufiv g useglalaf n tacelpit- tafransist :agayaf.Ur ufiv div “La pluie légère” aha rniv  tamnnida nnes g ils amaziv :albabav.ur ufiv div “Le torrent”aha rniv t :agusif.kkiv vriv t s wamak n “L’orage”.ur ufiv div “Le tourbillon”aha rniv t s wamak n amjakect.
*g u-nna izlin s “Molécule “:usiv tamnnida nnes zeg usnnif issamakn  :La partie ,le morceau”
Asirm inu ad zzenÇuv imazivn ani da llan lumn s iwaliwn  nna  vniv.hat ur gin xas isumir i u-nna iran ad ten yasey.nnurzv ad  afv mayd I ittinin uhu nev yah,ad I itter  ad ssefruv imc n tivni nev ad irnu nev ad isumr cra n tawalt yufn ta-lli sumerv.asirm inu ad yaf usevnu nu abrid inemn  issiwiÄn tamzivt s izatiln  nnes.asnebber n tmazivt ayd igan tafada n uzubdu d ussevlel nnes.ar asevnu yaÄn.tanmmirt irvan i wa-nna nev ta-nna isverresn i tvuri.
Ar tettergh asexned n umevri vif tiwaliwin nna mi ur zmirv ad ctiv ivbula nsen.
***itsent tsefra  berra n umawal :
*Le vent souffle :ishuffey uzwu.ar ittesuÄ nev uÄaå.
*Le ciel est nuageux :isignew igenna,iblem igenna,idcer igenna.
*Le ciel est moussade :icenker igenna,iqendec igenna.
*Le ciel nébuleux :ignna asbarray.
*Le ciel est clair suite aux précipitations :israw igenna.
*La neige tombe en flocon :ar isbeloic udfel.
*Les flocons de neige :tircag n udfel nev ibeloicn (abeloic selon  le parler des Ayt Ouirra.El Ksiba n Moha Ou S äid. Le mot signifie aussi les pièces déchirées d’un vêtement).iclifn (Dictionnaire de Tamazight de Mr.Ahmed .Haddachi.
*La mer est agitée :ilel igergep,ilel ixelxeÄ,ilel izellezdey.
*La pluie tombe légèrement :ar isinfis unÇar.
*Sous un soleil écrasant ou brûlant :ddaw  tafuyt  ittiqiqn.
*La neige atteint les genoux :amawÄfud.
*Le soleil se lève :Tenqer tafuyt.
*Le soleil se couche : tetwen tafukt.tevley tafuct,ignunney iÏij.
*La course rapide de vent ,d’une personne ou d’un objet :azzawuÄ.
*La traînée rougeâtre que laisse le soleil quand il se couche :tizurin.imrurivn.
*Le froid glacial :agussu.aramus.
*Le froid :asmmiÄ.aqarif.aÆarim.asarif.anesrif.afaliÄ.

***utur n ussexned :
-G umawal n usunÄn  tamnnida n tawalt tafransist :L’ensemble iga t apecmuÄ  issamakn  taribbut n medden  nev  n iferdasn  yaÄn ur id apecmuÄ igan assav n yan  waylal  g wawal n ayt wirra .al ksiba n mupa u soid  u wirra.
-mar ad nessefsis iwaliwn  ar awn sumurv  I :
*Cosécante :akeznam  g wallad n  agudznam.
*Cosénus :akcunzar g wallad n   akudcunzar.
*Cotangente :akÄusan  g walled n  agudgar.
*Tangente :aÄusan g wallad n agiran.
Iddev ufiv  “ak” ar issamak “aked nev aged issamakn s tefransist “Avec” senyifv “ak” vif “aked” negh “aged”far ad ttefsis tawalt g ususru nnes.  Avzzaf mupmmad

 

source:http://www.amazighnews.net/

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

Amawal n tusnakt

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

  • Abaque :isiqneÇ.(Néo.per.)(aqnuÇ :La boule (Dictionnaire Français-Kabyle de Mr.Dallet)
  • Abscisse :izirgim.(Néo.per.)
  • Abscisse à l’origine :izirgim g tijjent.(Néo.per)
  • Acre :akuÇmrar.(Néo.per.)
  • Addition :asmun.
  • Addition de fonctions :asmun n twuriwin .
  • Addition de fractions :asmun n tiriÇitin.asmun n ikÏamn.
  • Addition de nombres réels :asmun n ifaÄinen isedyan .
  • Addition de vecteurs :asmun n isawayn.
  • Adjacent :amajay .
  • Agrandissement :asxitr.
  • Aire :azur.
  • Aléatoire :agucar.(Lexique 1980 Paris)
  • Algèbre :ajbar.
  • Algoritme :axurzm.awarzim.(Aseglalaf n Kabyle)
  • Amortissement :asenfÇ(Aseglalaf n Kabyle).
  • Amplitude :tasedfut(Aseglalaf n Kabyle)
  • Angle (dans un plan) :avamir (g yan uvawas). axaziz (g yan uvawas)
  • Angle aigu :avamir umsid.axaziz umsid.
  • Angle au centre :avamir g ulamas.axaziz g ulamas.
  • Angle au centre dans un polygone régulier :avamir g ulamas n umnnaÇey alugan.axaziz g ulamas n umnnaÇey alugan.(amnnaÇey :Néo.per.)
  • Angle de dépression :avamir n idr.axaziz n idr.
  • Angle de rotation :avamir n usutl.axaziz n usutl.
  • Angle d’élévation :avamir n usedkl.axaziz n usedkel.
  • Angle droit :avamir inemn .axaziz inemn.
  • Angle extérieur d’un cercle :avamir undiv n yan uwariy.axaziz undiv n yan uwariy.
  • Angle extérieur d’un polygone :avamir undiv n yan umnnaÇey.axaziz undiv n yan umnnaÇey.
  • Angle inscrit :avamir uzmmim.axaziz uzmmim.
  • Angle intérieur d’un cercle :avamir agensan n yan uwariy.axaziz agensan n yan uwariy.
  • Angle intérieur d’un polygone :avamir agensan n umnnaÇey.axaziz agensan n yan umnnaÇey.
  • Angle nul :avamir umyiy.
  • Angle obtus :avamir aferkip.axaziz aferkip.(aferkip:Tawalt.com)
  • Angle plat :avamir aïemnan .axaziz aÏemnan.avamir apermil.axaziz apermil.(apermil:Tawalt.com)
  • Angle plein :avamir ikæarn .axaziz ikÆarn.avamir udkir.axaziz udkir.
  • Angle polaire :avamir awuman.axaziz awuman .avamir urniy.axaziz urniy.
  • Angle rentrant :avamir akejman.axaziz akejman.
  • Angle saillant :avamir ikectan.axaziz ikectan.
  • Angle tangentiel à un cercle :avamir agiran i yan uwariy.axaziz agiran i yan uwariy.avamir amlevmar.axaziz amlevmar.
  • Angle ( relations entre des… :avamir (aivkan ger id..axaziz (ivkan ger id..)
  • Anneau :tawinst.
  • Annuité :tifrigast.(Néo.per.)
  • Antécédent :azermaz.(Néo.per.)
  • Apex :ajarir.asabiv.
  • Apothème :asderday.(Néo.per.)
  • Application :aseltv.asnas.
  • Approximation :asenreg .asijey.
  • Arbre :addag,axlij,aseælu.
  • Arc :ucn
  • Arc cosécante :ucn agudznam.(Néo.per)
  • Arc cosinus :ucn akudcunzar.(Néo.per)
  • Arc cotangente :ucn agudgar.(Néo.per)
  • Arc sécante :ucn ageznam.(Néo.per.)
  • Arc sinus :ucn acunzar.(Néo.per.)
  • Arc tangente :ucn agiran.ucn amlevmar.(amlevmar :Néo.per.)
  • Are :ar.
  • Arête :amdr.agmmir.agamir.(amdr :aseglalaf n Kabyle)
  • Argument :afakul.unÇ.
  • Arithmétique :alugÄn.(Néo.per.)
  • Arrangement :asttef.
  • Arrondi :awererray.
  • Arrondissement :aweray.
  • Associativité :tasemdawast(Parler des Ayt Säid ou Ouiccu. Cercle de Ouaouizeght.Région deTadla-Azilal) .
  • Asymptote :acenvad .(Néo.per.)
  • Attribut :ayla.
  • Axe de nombres :igejdi n ifaÄinen .
  • Axe de réflexion :igejdi n usended.
  • Axe de symétrie :igejdi n uzund.igejdi n umisi. .
  • Axe des abscisses :igejdi n igirzimn.
  • Axe des ordonnées :igejdi n tufsinin. .
  • Axe polaire :igejdi awuman.igejdi urniy.
  • Axiome :ucb.
  • Azimut :aswat.
  • Barycentre :aÇamas.(Néo.per.)
  • Base :aday.aliv.adasil.
  • Bénéfice :araz.
  • Biconditionnelle :tanafadat.
  • Billion :abelyun.
  • Binôme :anasav.(Néo.per.)
  • Bipoint :tanbkit.(Néo.per.)
  • Bissectrice :tayugfalt.tanakÏast.tanasnaft.(Néo.per.)
  • Biunivoque :Ayugwal.ayugnÇi.(Néo.per.)
  • Borne :agmir.
  • Boucle :tawingt.anadic.
  • Boule :aqaniÇ.
  • Calcul :IÄN.
  • Calculer :AD ISSIÄN.
  • Canonique :akmamad.
  • Capacité :AZAMIR.
  • Caractère :ASAKIL.
  • Caractère statistique :ASAKIL AÄANAN.
  • Caractéristique de dispersion :AZALIY N UZEMZEÏ.tanupyut n uzemzÏ.afaris n uzemzÏ.azaliy n usemzeoweÄ.tanupyut n usemzeoweÄ.afaris n usemzeoweÄ.(asemzeoweÄ :P arler d’une tribu à Ouaouizeght .Règion de Tadla-Azilal.
  • Caractéristique de position :AZALIY N USRAS.tanupyut n usras.afaris n usras.
  • Cardinal d’un ensemble :apedman N TAGRUMMA.apedman n ucepmuÄ.
  • Carré :AKUÇAÇ.aÇunan.
  • Carré cartésien :AKUÇAÇ akertaz.aÇunan akertaz.
  • Carré d’ un nombre :AKUÇAÇ N YAN ufaÄin.aÇunan n yan ufaÄin.
  • Carré géométrique :AKUÇAÇ ASEVCAL .aÇunan asevcal (asevcal :Néo.per.)
  • Carré magique :AKUÇAÇ ASETFAL .aÇunan asetfal. (asetfl :Lexique de Mr.Omar Et-ttaqi)
  • Carré parfait :AKUÇAÇ UBLIL.aÇunan ublil. (ublil :Lexique 1980 Paris).
  • Carrelage :aseÄley.
  • Cathète :aÇmajay.(Néo.per.)
  • Centilitre :akalter.(Néo.per)
  • Centimètre :akatmiÄ.(Néo.per.)
  • Centimètre carré :akatmiÄ akuÇaÇ.akatmiÄ aÇunan.
  • Centimètre cube :akatmiÄ agsasan. (agsas :Lexique 1980 Paris)
  • Centre :ALAMAS.amas.
  • Cercle :TAGURART.TÇAYERT.awariy.
  • Cerf-volant :asiwan.afrafag. (afrafag :Néo.per)
  • Chaîne :ASERRARU.
  • Chance :ANAÇ .
  • Changement d’échelle :ASELgeF N TISKKILYA.
  • Chemin :ABRID.avaras.
  • Chiffre :AZaWIL.azwil.(Lexique 1980 Paris)
  • Chronogramme :aturÇun.akudÇun .turzazunt.(Néo.per.)
  • Circonférence :asuty.(Dictionnaire de Tamazight de Mr.Haddachi Ahmed.)
  • Circuit :INÄI.
  • Classe :AFASIN .(Lexique de Mr.Omar Et-taqi)
  • Classement :AFSaN.
  • Classification :ASEFSEN.
  • Coefficient :akesdu.Néo.per.)
  • Combinaison :asuddes.
  • Combinaison linéaire :asuddes azwawaÄ.
  • Combinatoire :uddis.(Lexique 1980 Paris)
  • Commutativité :amelfeg.
  • Compas :isiwnes.isins.(Néo.per.)
  • Complémentaire d’un ensemble:asesmad n yat tegrumma.asesmad n yan ucepmuÄ.
  • Composition de fonction :asunz n twuri.
  • Concave :AVENJAN .abuÄan.ageobub.ageobur.uÇoiy.
  • Concavité :TIVVUNJA.abubÄ.ageobeb.ageober.tiÇÇuoya.
  • Concentrique :agudmas.(Néo.per.)
  • Conditionnelle :TAFADAT.
  • Cône :azurnim.(Néo.per.)
  • Congruence de figures géométriques:amyanm N WUDMAWN ISEVCALN . (isevcaln :Néo.per.)
  • Congruence de nombres :amyanm N ifaÄinen. .
  • Congruents :imyanamn.
  • Conique :azurnam.
  • Conjecture :amxamma.
  • Conjonction :acram.
  • Connecteur :amezday.
  • Consécutifs :IÄEFRAN .
  • Conséquent :AGEMÄAN.
  • Constante :TALAKINT.
  • Contour :ASUTY. (Dictionnaire de Tamazight de Mr Haddachi Ahmed).
  • Contraction :akenÇeÇ.
  • Contradiction :AMERWEL.AKENWEÄ.
  • Convexe :AQBABAY.afensiy.uÄrin.
  • Convexité :TIQBIT.tifensiyt.tiÄurrena.
  • Coordonnées à l’origine :isanaÄn s TIJJENT.imsadagn s tijjent.
  • Cordonnées d’un point :isanaÄn N TBEKKIT.imsadagn n tbekkit.
  • Coplanaires :akedvas.ikedvas.(Néo.per.)
  • Corde :ANaZIZ.
  • Cornet :TAROIWT.(Parler d’une tribu n Ayt sexman .Région de Tadla-Azilal)
  • Corollaire :tisnit.
  • Corps :AMESSUY.AJANIG. (ajnag :Article de Mr.Ayt jadu publié en tawiza)
  • Corps rond :AMESSUY AWERERRAY.AJANIG AWERERRAY.
  • Corrélation :amecrm.
  • Corrélation linéaire :amecrm azwawaÄ.
  • Correspondants :imesqadn.
  • Cosécante d’un angle :agudzam N yan UVAMIR.akudzam n yan uxaziz.
  • Cosinus d’un angle :akudcunzar N yan UVAMIR.akudcunzar n yanuxaziz.
  • Cotangente d’un angle : agudgir N UVAMIR.agudgir n yan uxaziz.
  • Côté :AÇEY.
  • Cote Z(ou cote standard) d’une donnée :timirnunt yaz n yan ifiki(nev timirnunt talegmant.
  • Couche shérique :ASERKM AæERYAN.aserkm :Lexique 1980 Paris)
  • Couple :TAYUGA.
  • Courbe :azalig.
  • Couronne :AXASIY.ISNI.
  • Crible d’ Eratosthène :acÏaÏÏu n uratustin.ifif n uratustin.
  • Critère :ALAGIM.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Croissance :ANBBER.
  • Croissant :unbir.
  • Cryptarithme :aneytl. (Néo.per.)
  • Cube :AGASIS.
  • Cycle :AZALIM.ullus.
  • Cylindre :AWELELLU* (Lexique 1980 Paris)
  • Dallage :asebÄn.
  • Décaèdre :amradm.(Néo.per.)
  • Décagone :amraÇey.amrafs.amramd.(Néo.per)
  • Décalitre :amraltar.(Néo.per.)
  • Décilitre :awismaltar(Néo.per.)
  • Décimale :amraday.(Néo.per.)
  • Décimètre :amrakat.(Néo.per).
  • Décomposition :afuÇÇer.
  • Décroissant :anesrar..
  • Défintion d’un ensemble en compréhension :asussen n yat tegrumma g tigzi.asussen n yan ucepmuÄ g tigzi.
  • Définition d’un ensemble en extension :asussen n yat tegrumma g uskuÏÏey.asussen n yan ucepmuÄ g uskuÏÏey.
  • Degré :afasin.
  • Déltoïde :akariÄm.(Néo.per)
  • Demi-droite :azegnam.(Néo.per.)
  • Demi-plan :azgenvas.(Néo.per.)
  • Dénombrement :asefÄn.
  • Dénominateur :anemvan.
  • Dénominateur commun :anemvan iccarn.
  • Développement décimal d’un nombre :asnebber amraday n yan ufaÄin. (amraday :Néo.per.)
  • Développement d’ un cône et d’un cylindre:asnebber n yan uzurnim d yan uwelellu.
  • Développement d’un polyèdre :asnebber n yan umnnadm. (amnnadm :Néo.per)
  • Développement d’un solide :asnebber n yan uqurar.
  • Diagonale :tazdavmart.abadis. (tazdavmart :Néo.per.ubdis,abadis (Dictionnaire de Kabyle)
  • Diagramme :anevcaz.(Néo.per.)
  • Diagramme à bandes :anevcaz s icaÏiÄn.
  • Diagramme à bâtons :anevcaz s igÏÏumn.
  • Diagramme à ligne brisée :anevcaz s uzrirg irÇan.
  • Diagramme à pictogrammes :anevcaz s ikelkaz.(Néo.per.)
  • Diagramme à tige et feuilles :anevcaz s traÄa d ifrawn.anevcaz s watu d ifrawn.
  • Diagramme cartésien :anevcaz akertaz.
  • Diagramme circulaire :anevcaz awererray.
  • Diagramme de carroll :anevcaz. n Ukarul.
  • Diagramme de dispersion :anevcaz n uzemÇÏ.anevcaz n usemzeoeÄ.
  • Diagramme de Venn :anevcaz n fen.
  • Diagramme de quartiles :anevcaz n imerkaÇ.(Néo.per.)
  • Diagramme en toile d’araignée :anevcaz n usasa n tissimt.
  • Diagramme saqittal :anevcaz …
  • Diamètre :ukd.akdu.
  • Différence :ubÄ.ibÄ.abÄu.
  • Dilatation du plan : avraÄ n uvawas.
  • Dimension :umt.
  • Direction d’une droite :tanila n inimi.
  • Discriminant de l’équation du second degré :asnepyay n umwasa n ufasin asinan.
  • Disjoints :.bÄan.
  • Disjonction :tibÄi.
  • Disjonction exclusive :tibÄi tuslidt.
  • Dispersion :azemzeÏ.asemzeoweÄ.
  • Disphénoïde :akuÇrid.(Néo.per.)
  • Disque :aÄebsi.atawil. (aÄebsi :Lexique 1980 Paris.
  • Distance :asatam. (asttum :Lexique de Mr.Omar Et-taqi ).
  • Distrbution :asedgr.
  • Distributivité :tisedgert.
  • Dividence :afulraz.(Néo.per.)
  • Diviseur :ameÇwan.
  • Divisible :aÇunan.
  • Division :taÇuni*.(Lexique 1980 Paris)
  • Dodécaèdre :amrasinqur.(Néo.per.)
  • Dodécagone :amrasinÇey.(Néo.per.)
  • Domaine :tavult*
  • Données statistiques :ifikitn iÄanan.
  • Droite :inimi.
  • Droite de régression :inimi n udirz. (adirz :Lexique de Mr.Omar Et-taqi)
  • Droite numérique :inimi uynin.
  • Droites :inimitn.
  • Ecart :alam.anakiz.
  • Echantillon aléatoire :alamic agucar. (talmmict :Lexique de l’informatique de Mme Samiya Saadi Buzefran publié au site Rezki-net.
  • Echantionnage :almmec.
  • Echelle de mesure :tiskkilya n usval.
  • Effectif :asemday*Lexique 1980 Paris)
  • Egalité :tikselt.
  • Elément :aferdis.
  • Ellipse :tucnegliyt.(Néo.per.)
  • Emprunt :araÄil.
  • Encadrement :asexreb. (axrib :Le cadre :Lexique de Mr.Haddachi Ahmed.
  • Ennéagone :aÏÇaÇy.(Néo.per.)
  • Enquête statistique :tirzi taÄanant.
  • Ensemble :tagrumma.apecmuÄ.
  • Ensembles équipotents :tigrumma tiksaÇmarin.ipecmaÄ iksaÇmarn. (aksaÇmar :Néo.per.)
  • Equation :amwasa.(Lexique de Mr Omar Et -taqi)
  • Equation algébrique :amwasa ajebran.
  • Equation canonique :amwasa akmamad.
  • Equation du premier degré :amwasa n ufasin amezwaru.
  • Equation du second degré :amwasa n ufasin asinan.
  • Equation d’une droite :amwasa n yan inimi.
  • Equation expononcielle :amwasa aleÇmar.amwasa asefsar.(Néo.per.)
  • Equation générale :amwasa amatan.
  • Equation impossible :amwasa azulal.
  • Equation indétérminée :amwasa argucal. (aguccel :Lexique 1980 Paris)
  • Equation irrationnelle :amwasa argezÄan.
  • Equation linéaire :amwasa azwawaÄ.
  • Equation littérale :amwasa aseklan.
  • Equation logarithmique :amwasa axurzman.amwasa awarziman.
  • Equation numérique :amwasa uynin.
  • Equation paramétrique :amwasa adesval.(Néo.per.)
  • Equation polynomiale :amwasa amnnajmak.(Néo .per.)
  • Equation quadratique :amwasa akuÇaÇ.amwasa aÇunan.
  • Equation rationnelle :amwasa agezÄan.
  • Equation symétrique :amwasa azunad.amwasa amisan.
  • Equation transcendante :amwasa aoutrar. (aoutrar :P arler des Ayt Wirra.El Ksiba n Moha Ou Saïd.)
  • Equation trigonométrique :amwasa aÇevmar.(Néo.per.)
  • Equation vectorielle :amwasa asaweyan.
  • Equations équivalentes :imwasatn iksazaln.(Néo.per.)
  • Equiangle :aksavmar.(Néo.per.)
  • Equidistant :aksaltam.(Néo.per.)
  • Equilatéral :aksaldis.aksalÇey.(Néo per.)
  • Equilatère :aksaldasan.aksalÇan.(Néo.per.)
  • Equipollence :akesmver..(Néo.per.)
  • Equivalence :aksuzl.(Néo.per.)
  • Espace :aberrepmu.(Parler des Ayt Wirra .El Ksiba n Moha Ou Saïd.)
  • Espérance mathématique d’une variable aléatoire :asirm asensaÄan n yat tunÄiÄeyt tagucart. (tanÄa :Variété :Lexique 1980 Paris.
  • Estimation :amxamma.asedked.
  • Etendue d’une distribution :azaÄ n usedger.
  • Etendue interquartile :azaÄ agerzal.(Néo.per.)
  • Evénement :tudyint
  • Evénement certain :tudyint tuntimt.
  • Evénement composé :tudyint tuddist.
  • Evénement élémentaire :tudyint taferdast.
  • Evénement impossible :tudyint tazulalt.
  • Evénements compatibles :tudyinin imsasan.tudyinin imsadan .
  • Evénements complémentaires :tudyinin tinesmadin.
  • Evénements dépendants :tudyinin tuzdiyin.
  • Evénements équiprobables :tudyinin iksapecradn.(Néo.per.).
  • Evénements incompatibles :tudyinin irsasan.tudyinin iresmadan .
  • Evénements indépendants :tidyanin tifulayin..
  • Eventualité :alfesdey.(Néo.per)
  • Expérience aléatoire :tirmit tagucart
  • Exponentiation :asefser.aleÇmer.
  • Exposant :anefsar.
  • Expression algébrique :tasefrut tajebrant.
  • Expression fractionnaire :tasefrut tariÇant.tasefrut takeÏmant.
  • Expression littérale :tasefrut taseklant.
  • Expression numérique :tasefrut tuynint.
  • Expression polynomiale :tasefrut tamnnajmakt.
  • Expression rationnelle :tasefrut tagezÄant. (agezÄen :La raison :Tawiza.Mr.Boudhan.)
  • Extérieur d’une conique :berra n yan uzurnam
  • Extrapolation :anirzel.(Néo.per.)
  • Extremum :tabkkizalt.(Néo.per.)
  • Face :adensir.
  • Facteur :amental.
  • Factorielle :tumentilt.
  • Factorisation :asmentl..
  • Faiseau de cercles :aqar n iwariyn.
  • Faiseau de droites :aqar n inimitn.
  • Famille :tawacult.
  • Figure :udm.afan.
  • Figures :udmawn.ifanen.
  • Figures congruentes :udmawn ikmamadn.ifanen ikmamadn.
  • Figures homothétiques :udmawn iserswan.ifanen iserswan.
  • Figures isométriques :udmawn ikesvaln.ifanen ikesvaln.
  • Figure planes équivalentes :udmawn iÏemnan iksazaln.ifanen iÏemnan iksazaln.
  • Figures semblables :udmawn immeswan.ifanen immeswan.
  • Flèche :asermeÏ.(Petit lexique de Mr Masr n Ayt jadu publié suite à un article dans Tawiza par Mr.Boudhan.)
  • Fonction :tawuri.
  • Fonction à optimiser :tawuri i usvudu.
  • Fonction affine :tawuri tunjiÏ(tunjiÄt).
  • Fonction algébrique :tawuri tajebrant.
  • Fonction circulaire :tawuri tawererrayt.
  • Fonction continue :tawuri tazubdant.
  • Fonction croissante :tawuri inebbern.
  • Fonction de variation directe :tawuri n usenÄey usrid. (usrid :Lexique :1980 Paris.
  • Fonction de variation parcielle :tawuri n usenÄey ukÏis.
  • Fonction décroissante :tawuri t tanesrart.
  • Fonction définie par parties :tawuri ittuswuttun s ikaÏisn.
  • Fonction exponentielle :Tawuri tasefsart.tawuri taleÇmart.
  • Fonction homographique :tawuri taksalnavt.(Néo.per.)
  • Fonction inverse :tawuri tuqliyt.
  • Fonction inversible :tawuri tuqliliyt
  • Fonction logarithmique :tawuri taxurzmant.tawuri tawerzamt.
  • Fonction partie entière :tawuri akaÏis ublil.tawuri akaÏis ummid.
  • Fonction périodique :tawuri tuyjirt.
  • Fonction polynomiale :tawuri tamnnajmakt.
  • Fonction racine carré :tawuri aÇver akuÇaÇ.tawuri aÇver aÇunan.
  • Fonction rationnelle :tawuri tagezÄant.
  • Fonction sinusoïdale :tawuri tuzligt.
  • Fonction transcendante :tawuri taoutrart.
  • Fonction trigonométrique :tawuri taÇevmart..
  • Forêt :tiÇgi.tagant.
  • Forme canonique d’une fonction :asanaz ukmimd n yat twuri. (asanaz :P etit lexique publié suite à un article de Mr Masr n Ayt Jadu dans Tawiza Par Mr Boudhan.)
  • Forme de base d’une fonction :asanaz n wadda n yat twuri.asanaz n n waday n yat twuri.
  • Forme factorisée d’un polynôme :asanaz usmentil n yan umnnasav.
  • Forme générale d’une fonction :asanaz amatan n yat twuri.
  • Forme paramétrique d’une fonction :asanaz adesval n yat twuri.
  • Forme propositionnelle :asanaz asumar.
  • Formule :tasanazt.
  • Formule de Héron :tasanazt n hirun.
  • Foyer :almessi.
  • Fractal :ariÇan.akeÏman.
  • Fraction :tiriÇit.akÏam.
  • Fractions équivalentes :tiriÇitin tiksazalin..ikeÏman iksazaln.
  • Fractions semblables :tiriÇitin immeswan.ikeÏman immeswan.
  • Fréquence :asnagar.
  • Frise :tawinest.
  • Frontière :adasis.
  • Gauche :azelmaÄ.abelpaÄ.
  • Génératrice :tameslalt.
  • Géométrie :asevcel.asevkel.(Néo.per.)
  • Glissement :ucuÄ.
  • Googol :agugul.
  • Googolplex :agugufliks.
  • Gramme :azun.
  • Grandeur :tixitert.
  • Graphe :akeftus.(Néo.per.)
  • Graphe complémentaire :akeftus anesmad.(Néo.per.)
  • Graphe complet :akeftus usmid(Néo.per.)
  • Graphe connexe :akeftus uzdiy.(Néo.per.)
  • Graphe fermé :akeftus urgil.(Néo.per.)
  • Graphe orienté :akeftus adensir.(Néo.per.)
  • Graphe ouvert :akeftus urÇim .(Néo.per.)
  • Graphe planaire :akeftus afeltas.(Néo.per). (afeltas :D ictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad).
  • Graphe pondéré :akeftus ustil.(Néo.per)
  • Graphe régulier :akeftus alugan.(Néo.per.)
  • Graphe simple :akeftus ubzin.(Néo.per.)
  • Graphe valué :akeftus uctiy.(Néo.per.)
  • Graphique :akeftasan.(Néo.per.)
  • Groupe :taseÄma.
  • Hasard :agacur.
  • Hauteur :ajgal.
  • Hectare :amÄar.(Néo.per.)
  • Hectolitre :ameÄltar.(Néo.per.)
  • Hémisphère :azgenæar.(Néo.per.)
  • Hendécagone :amranÇey.(Néo.per.)
  • Heptadécagone :asamraÇ.(Néo.per.)
  • Heptaèdre :asadm.(Néo.per.)
  • Hexagone :asaÇey.(Néo.per.)
  • Histogramme :asÏazun.(Néo.per.)
  • Homographie :tazunevt(Néo.per.)
  • Homologue :amzund.
  • Homothétie :azunsers.(Néo.per.)
  • Hyperbole dans un plan :tafucent g yan uvawas.(Néo.per.)
  • Hypoténuse :agarzaÄ.(Néo.per.)
  • Hypothèse :agarxmim.agardmim.(Néo.per.)
  • Icosaèdre :awerdam.(Néo.per.)
  • Identité algebrique :tanttit tajebrant.
  • Identité logique: tanttit tameÇlant.
  • Image :awalif.
  • Implication :tinci.
  • Incident :uÄr.
  • Inconnue :tudrigt.
  • Inéquation :aremwasa.(Néo.per.)
  • Infini :arsmur.arafaÄ.(Néo.per)
  • Intérêt composé :avabir uddis.
  • Intérêt simple :avabir ubzin.
  • Intérieur d’une conique :agensu n yan uzurnam.(Néo.per.)
  • Interpolation :agerÄres.(Néo.per.)
  • Intersection :agermen.(Néo.per.)
  • Intervalle :agransa.(Néo.per.)
  • Intervalle ouvert :agransa urÇim.(Néo.per.)
  • Invariant :arunÄiy.(Néo.per.)
  • Inverse d’un nombre :tuqliyt n yan ufaÄin..
  • Inversible :uqlily.
  • Isométrie :akesvel(Néo.per.).
  • Isométrique :akesval(Néo.per.).
  • Itération :aluls.
  • Jumeaux(nombres) :icniwn.
  • Kilogramme :agimzun.afeÄzun.(Néo.per.)
  • Kilomètre :agimkat.afeÄgat.(Néo.per.)
  • Kilomètre carré :agimkat akuÇaÇ.agimkat aÇunan.afeÄgat akuÇaÇ.afeÄgat aÇunan.
  • Largeur :tafliyt.afeltv.
  • Lemme :asamar.(Néo.per.)
  • Lien statistique :azda aÄanan.
  • Lien géométrique :azda asevcal.(Néo.per.)
  • Ligne :ajariÄ.izirg.
  • Limite :atsa.
  • Litre :alatir.
  • Logarithme :axurzm.awarzim (Aseglalaf n Kabyle).
  • Loi :asaÄuf.
  • Longueur :tavzi.
  • Losange :asdinav.tifliliyt. ( 1er mot :Néo.per.)
  • Lunule :azgenur. (Néo.per.)
  • Marge d’erreur :atam n ugul.
  • Masse :abadir.
  • Mathématique :asunÄn. (Néo.per.)
  • Matrice :isirew (Lexique amazigh-afransis 1980,Paris.
  • Maximum :ajgagal.
  • Médiane :ulmis.
  • Médiatrice :asevmarnam.(Néo.per.) tabdamast (Aseglalaf n Kabyle).
  • Mesure :akat.(Lexique 1980 Paris)
  • Mesure algébrique :akat ajebran.
  • Mesure de dispersion :akat n ufenzr.akat n uzemzeÏ.akat n uzemzeowaÄ. (afenzer :D ictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad).
  • Mesure de position :akat n usras.
  • Mesure de tendance centrale :akat n udenser alemsan
  • Méthodes quantitaves :tarrayin tuccikin
  • Mètre :asval .
  • Mètre carré :asval akuÇaÇ.asval aÇunan.
  • Mètre cube :asval ugsis.(Lexique 1980 Paris)
  • Milieu :amas.tuÇÇumt.
  • Milliard :agimendid.(Néo.per.)
  • Mililitre :awesgimltar.(Néo.per.)
  • Milimètre :awesgimval.(Néo.per.)
  • Million :agendid.(44 n ilamidn g tjerrumt n ils amazigh Mass mohammed Chafiq)
  • Minimum :azdadar.
  • Modalité :tikt.timekt.timect.
  • Mode :ik.imk.imc.
  • Monôme :ayuksav.ayensav.(Néo.per.)
  • Motif :azakik.
  • Motif numérique :azakik uynin.
  • Moyenne arithmétique :tulmist talugÄant.(Néo.per.)
  • Moyenne géométrique :tulmist tasevcalt.(Néo.per.)
  • Moyenne proportionnelle :tulmist tacrekmat(Néo.per.).
  • Multiple :Ukfifd.
  • Multiplicande :amekfid.
  • Multiplicateur :amekfad.
  • Multiplication :akfad.(Lexique 1980 Paris)
  • Négation :azrurt.
  • Nœud :akamis.taglult.(taglult :Le poète Amasine atanan .Le site Amaynu-net.)
  • Nombre :afaÄin.
  • Nombre à virgule :afaÄin s ticcert(2ème mot lexique 1980 Paris).
  • Nombre abondant :afaÄin afeljaj.
  • Nombre aléatoire :afaÄin agucar.(2ème mot lexique 1980 Paris.)
  • Nombre algébrique :afaÄin ajebran.
  • Nombre cardinal :afaÄin apedman(2ème mot adjectif tiré de ahddim qui signifie socle.)
  • Nombre carré :afaÄin akuÇaÇ.afaÄin aÇunan.
  • Nombre chromatique :afaÄin avmamay.
  • Nombre complexe :afaÄin ukris.afaÄin uxniz.
  • Nombre composé :afaÄin ustif.
  • Nombre cubique :afaÄin ugsis.
  • Nombre décimal :afaÄin amraday.(2ème mot néo.per.)
  • Nombre déficient :afaÄin apyuÄ.
  • Nombre dénommé :afaÄin ussiv.
  • Nombre d’or :afaÄin n urv.
  • Nombre entier :afaÄin udwis.afaÄin ummid,afaÄin ublil (Ummid ,ublil:Lexique 1980 Paris)
  • Nombre figuré :afaÄin anadmay.
  • Nombre fractionnaire :afaÄin ariÇan.afaÄin akeÏman.
  • Nombre imaginaire :afaÄin udwin.
  • Nombre impair :afaÄin aranay.afaÄin arublig. (Aranay et arublig :Néo.per.)
  • Nombre irrationnel :afaÄin argezÄan.
  • Nombre naturel :afaÄin agaman.
  • Nombre négatif :afaÄin azerarat.
  • Nombre ordinal :afaÄin afesnan.
  • Nombre pair :afaÄin anayan.afaÄin abelgan.
  • Nombre palindrome :afaÄin averÇay(2ème mot néo.per.).
  • Nombre parfait :afaÄin ublil(2ème mot :Lexique 1980 Paris.).
  • Nombre périodique :afaÄin uyjir.
  • Nombre positif :afaÄin umdig.afaÄin ufrir.
  • Nombre premier :afaÄin amezwaru.
  • Nombre rationnel :afaÄin agezÄan.
  • Nombre réel :afaÄin asedyan.
  • Nombre transcendant :afaÄin aoutrar.
  • Nombre triangulaire :afaÄin akariÄan.afaÄin acebran.
  • Nombres :ifaÄin.
  • Nombres amicaux :ifaÄin iddukeln.
  • Nombres congrus modulon :ifaÄin ikmamadn.
  • Nombres jumeaux :ifaÄin icniwn.
  • Nombres opposés :ifaÄin umgiln.
  • Nombres relativement premiers :ifaÄin imezwura s uvkan…
  • Nonagone :aÏÇaÇy.(Néo.per.)
  • Norme d’un vecteur :alagim. N yan usawey..
  • Notation :aklas.
  • Nuage de points :amedlu n tibkkitin.
  • Numérateur :ayÇun(Néo.per.).
  • N-uplet :tamufesnit.(Néo.per.)
  • Octaèdre :atamzar.(Néo.per.)
  • Octogone :atevmar.(Néo.per.)
  • Onze :mrayan.
  • Opérande :tacta..
  • Opérateur :ameskakar.
  • Opération :askukr.
  • Optimisation :asvudu.
  • Ordinal :afesnan
  • Ordonnée :tufsint.
  • Ordonner :ad isefsen.
  • Ordre :afasin.
  • Ordre croissant :afasin aneberan
  • Ordre décroissant :afasin anesrar.
  • Ordre des opérations :afasin n tuskirin.
  • Orientation du plan géométrique:ivd n uvawas asevcal. (3ème mot néo.per.)
  • Origine d’un système d’axes :tijjent n usunaÄ n igejda.
  • Origine d’une ligne orthogonale :tijjent n ujariÄ asevmarnam (3ème mot néo.per.).
  • Paire :ana.abalig.
  • Parabole :takenzirart.
  • Parallélépipède :azursdiv.(Néo.per.)
  • Parallèles :isadivn.(Lexique 1980 Paris)
  • Parallèlogramme :usdivÇey.(Néo.per.)
  • Paramètre :adesval.(Néo.per.)
  • Partie :akaÏis.
  • Pavage :asttef.
  • Pavé :asttif.
  • Pentadécagone :amravmar.(Néo.per.)
  • Pentaèdre :asmusdm.(Néo.per.)
  • Pentagone :asmuvmer.(Néo.per)
  • Pente :aæsar.
  • Pentomino :
  • Périmètre :asatay.(Asutey :Lexique de Mr. Ahmed Haddachi)
  • Période :ayajir.(Ayjar :Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Permutation :amssenfl.
  • Perpendiculaire :apmarsal.(Néo.per)
  • Perspective :taÇermilt(Néo.per)
  • Perspective à deux points de fuite :taÇermilt s snat tbekkitin n urwal.
  • Perspective cabinet :taÇermilt ajamar.
  • Perspective cavalière :taÇermilt tamnayt.
  • Perspective dimétrique :taÇermilt tasisvalt.(Néo.per.)
  • Perspective isométrique :taÇermilt takesvalt.(Néo.per.)
  • Perte :asukl.ajmaÄ(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Pqcd :
  • Pi :
  • Plan :avawas.
  • Plan cartésien :avawas akertaz.
  • Plan de symétrie :avawas n uzund.avawas n umisi.
  • Plans parallèles :ivawasn imsadavn.
  • Poids :aÇaÇa.asatil.
  • Point :tabkkit.
  • Polyamant :amnnakariÄ.amnnacbar.(Néo.per.)
  • Polycube :amnnagsis.(Néo.per.)
  • Polyèdre :amnnadm.(Néo.per)
  • Polygone :amnnaÇey.(Néo.per.)
  • Polygone des fréquences :amnnaÇey n isnagarn.
  • Polynôme :amnnasav.(Néo.per.)
  • Polyomino :amnnakaÇ.(Néo.per)
  • Population :agdud.
  • Postulat :azariq.
  • Pourcentage :afamiÄ(Néo.per.)
  • Ppcm :
  • Preuve mathématique :unÇ asensaÄan.
  • Priorité des opérations arithmétiques :tizwert n tuskikrin tilugÄan.
  • Prisme :asdavday.(Néo.per.)
  • Prix de revient :atig n uÄrri.
  • Prix de vente :atig n uzenzi.
  • Prix unitaire :atig ayukan.
  • Probabilité :apecrid.(Néo.per.)
  • Probabilité conditionnelle : apecrid afadan.
  • Probabilité d’un événement :apecrid n yat tudyint.(Néo.per.)
  • Probabilité expérimentale ou fréquentielle :apecrid araman nev asengar.
  • Probabilité géométrique :apecrid asevcal.
  • Probabilité subjective : apecrid asenduban.
  • Probabilité théorique : apecrid aÇiran.
  • Produit cartésien d’ ensembles :akafid akertaz n tigrumma.akafid akertaz n ipecmaÄ.
  • Produit de deux nombres :akafid n sin ifaÄin.
  • Produit scalaire de deux vecteurs :akafid aseÆfil n sin isiway.
  • Profit :agenfif.(Lexique 1980 Paris)
  • Progression arithmétique :asfar alugÄan.(1er mot :Lexique Paris 1980,2ème mot néo per.)
  • Progression géométrique :asfar asevcal.(2ème mot néo per.)
  • Projection :azeqlef.(Lexique Tawalt .com)
  • Projection axonométrique :azeqlef acerdasval.(2ème mot néo.per.)
  • Projection cabinet :azeqlef ajamar.
  • Projection cavalière :azeqlef amnay.
  • Projection dimétrique :azeqlef asisval..
  • Projection isométrique :azeqlef akesval.
  • Projection oblique :azeqlef asanay.
  • Projection orthogonale :azeqlef asevmarnam.
  • Projection parallèle :azeqlef asedvan.
  • Projection trimétrique :azeqlef astasval.(Néo per.)
  • Proportion :acrekmed.(Néo.per.)
  • Proposition :asumr.
  • Propriété :tayla.
  • Puissance :aÇmumr.
  • Pyramide :tazamugt.azamig.(Lexique 1980 Paris)
  • Pythagore :afetgur.
  • Quadrant :avmarnam.(Néo.per.)
  • Quadratique :afasinan.
  • Quadrilatère :akuÇaÇy.(Néo.per.)
  • Qualité :tavara.tanamalt.
  • Quantiles :
  • Quartile :akeÇmur.(Néo.per.)
  • Quatrième proportionnelle :acrekmed akuÇan.
  • Quintile :asmumur.(Néo .per.)
  • Quotient de deux nombres :amviÇun n sin ifaÄin. (amviÇun :Néo.per.).
  • Rabais :asebrex. (ibarx :Etre moins cher :Lexique de Mr.Omar Et-taqi).
  • Rabattement :azqam.
  • Racine :aÇver.
  • Racine carré d’un nombre réel :aÇver ukuÇaÇ n yan ufaÄin asedyan.aÇver aÇunan n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine cubique d’un nombre réel :aÇver ugsis n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine d’un polynôme :aÇver n yan umnnasav.(amnnasav :Néo.per.)
  • Racine d’une équation :aÇver n yan umwasa.
  • Racine n-ième d’un nombre réel :aÇver awisan n yan ufaÄin asedyan.
  • Racine numérique d’un nombre :aÇver uynin n yan ufaÄin.
  • Radian :asvalmir.(Néo.per.)
  • Radical :ufgig. (Afggag :Amawal n Tanekra i France.com.)
  • Radicande :aÇeryan.
  • Raisonnement mathématique:azgezÄn asensÄan.
  • Raisonnement proportionnel :azgezÄn acerkmad.
  • Rang :adaris.
  • Rapport :avesdiy.(Néo.per.)
  • Rapporteur :isivmer.(Néo.per)
  • Rationalisation du dénominateur d’une expression fractionnaire :asuddes n unemvan n yat tsefrut tariÇant.asuddes n unemvan n yat tsefrut takeÏmant.
  • Rayon :aqar.(Lexique 1980 Paris)
  • Recensement :asiÄn.
  • Réciproque d’une fonction :apurc n twuri(Lexique Tawalt.com).
  • Rectangle :avmarnam.(Néo.per.)
  • Rectangle d’or :avmarnam n urv.
  • Réduction :azqam.
  • Réflexion :asended.(Lexique 1980 Paris)
  • Réflexivité :tisundet.
  • Région du plan :asagay n uvawas.
  • Règle :alagan.
  • Règle de trois :alagan n kraÄ.
  • Régularité :tilugent.
  • Relation :acram.
  • Relation connexe :acram azedyan.
  • Relation de proportionnalité :acram n ticrekmet.
  • Relation de Pythagore :acram n ufetgur.
  • Relation de variation cyclique :acram n usnÄey azelman.
  • Relation de variation directe :acram n usnÄey usrid*.
  • Relation de variation du second degré :acram n usnÄey n ufasin asinan.
  • Relation de variation en escalier ou par palier :acram n usnÄey g usanen* nev s iriÇi.
  • Relation de variation exponentielle :acram n usnÄey asefsar.acram n usnÄey aleÇmar.
  • Relation de variation inverse :acram n usnÄey uqliy.
  • Relation de variation nulle :Acram n usnÄey umyiy.
  • Relation de variation partielle :acram n usnÄey ukÏis.
  • Relation d’équivalence :acram n uksuzl.
  • Relation métrique :acram asevlan.
  • Relation réciproque :acram unfil.acram apurac.
  • Relation réflexive :acram asendad.
  • Relation symétrique :acram azunad.acram amisan.
  • Relation transitive remarquable :acram azegran asenvivs.
  • Repérage :asmrey.
  • Repère :timiriyt.amra.tamra.
  • Reproduction :askufres.(Néo.per.)
  • Réseau :taratsa.inirfl.
  • Résolution d’un triangle :arudzem n yan ukariÄ.arudzem n yan ucabir.
  • Reste :agulaz.
  • Résultat d’une expérience aléatoire :agamiÄ n yat tirmit tagucart.
  • Résultat d’une opération :agamiÄ n yat tuskikrt..
  • Résultat favorable :agamiÄ asedram.
  • Résultat possible :agamiÄ aÇubaÇ.
  • Retournement :amgulley.
  • Réunion :asegrew.
  • Rhombe :apercal.(Néo.per.)
  • Rotation : asutl.
  • Scalaire :aseÆfil.
  • Sécante :ageznam.
  • Sécante d’un angle :ageznam n uvamir.
  • Secteur :agazam.
  • Section conique :ubÄ azurnam.
  • Segment :agazim.
  • Semblable :urwiws.uswiwn.
  • Sens :amak.amag.
  • Sept :sa.
  • Série statistique :aserraru aÄanan.
  • Sexagésimal :adasmray.(Néo.per.)
  • Similitude :amyav.ameswen.
  • Singleton :atceryan.atceryuk.atcerij.(Néo.per.)
  • Sinus :acunzr.(Néo.per.)
  • Six :sÄis.
  • Solide géométrique :aqurar asevcal.
  • Solution d’un système d’équations :arudzem n yan usunaÄ n imwusa.
  • Solution d’une équation :arudzem n yan umwasa.
  • Somme :avarid.
  • Sommet :tibrÏ
  • Sondage :aseplulg.
  • Sous-ensemble :adumun.(Néo.per.)
  • Sous-graphe d’un graphe :adunuv n yan ukeftus.(adunuv :Néo.per.)
  • Soustraction :aduks.(Néo.per.)
  • Sphère :aæra.abaliv.
  • Statistique descriptive :asiÄn agelman.
  • Suite numérique :aÏafir uynin.
  • Suites proportionnelles :iÏafirn icerkmad.
  • Superficie :tajumma.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Surface :azur.(Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Symétrie :azund.amisi.
  • Symétrique :azunad.amisan.
  • Système :asunaÄ.(tasunÄa :L’ordre :Lexique de Mr.Omar Et-taqi.)
  • Système de nombres :asunaÄ n ifaÄin.
  • Système d’équation :asunaÄ n umwasa.
  • Système d’inéquation :asunaÄ n uremwasa.
  • Table :afil.tasqqimut.
  • Table de nombres :afil n ifaÄin.tasqqimut n ifaÄin.
  • Table de pythagore :afil n ufetvur.tasqqimut n ufetvur.
  • Table de valeur :afil n tizzulya.afil n wacta,afil n ick,afil n wazal.tasqqimut n tizzulya,n wacta,n ick, n wazal.
  • Tableau :asemyalay.tafkuyt.
  • Tableau de corrélation :asemyalay n ucram.tafkuyt n ucram.
  • Tableau d’effectifs réels :asemyalay n isemdayn isedyanen.tafkuyt n isemdayn isedyanen.
  • Tableau des fréquences :asemyalay n isnagarn .tafkuyt n isnagarn .
  • Taille d’un échantillon :tiddi n ulamic.
  • Taille d’un graphe :tiddi n ukeftus.
  • Taille d’une matrice :tiddi n yan usirew.
  • Taille d’une population :tiddi n yan umadan.
  • Tangente :igiri.amlevmir.
  • Tautologie :abezoeq(Lexique publié à Tawalt .com).
  • Taux :alamis.
  • Terme :aweltu.(Néo.per.)
  • Termes semblables :iwelta immeswan.iwelta immerwasn.iwelta imyavn.
  • Tessellation :aseoben (tuobint :La mosaïque).
  • Tétraèdre :akuÇdam.(Néo.per.)
  • Théorème :iÇiri.
  • Topologie :asung.(Néo.per.)
  • Trace d’une transformation géométrique :adariz n uselket asevcal.
  • Transformation géométrique :aselket asevcal.
  • Transitivité :tizzugra.
  • Translation :asenpumccey.(Parler d’Ayt Säid Ou Ouiccu.Ouaouizeght.Région Tadla-Azilal).
  • Transversale :adegdis.abellegdis (Lexique de Mr Youssef Ibouanane Asafu.)
  • Trapèze :apercal.apercral.(Néo.per.)
  • Treillis :taratsa.
  • Triangle :akariÄ.acariÄ.acabir.
  • Trigonométrie :aÇevmer..(Néo.per.)
  • Trinôme :akerdasis.(Néo.per.)
  • Triplet :akerÄasal(Néo.per.)
  • Tronc de cône :agencic n uzurnim
  • Troncation :azqam.
  • Tuile :aqermud.
  • Unité :tayukt.tayant.
  • Unité de mesure :tayukt n usval.tayant n usval.
  • Univers :ivezwer.
  • Univers des événements :ivezwer n tudyinin.
  • Univers des résultats possibles :ivezwer n igamiÄn izubaÇ.
  • Valeur :azal.tizzulya.acta.ick.
  • Valeur absolue d’un nombre réel :azal nev tizzulya ven ick niv acta ugdiz n yan ufaÄin asedyan .
  • Valeur approchée :azal nev ick ven tizzulya niv acta asenmil.
  • Valeur de position :tizzulya,azal,ick,acta n usras.
  • Valeur numérique d’une expression algébrique :tizzulya,azal,ick,acta uynin n yat tsefrut tajebrant.
  • Variable :unÄiÄy.
  • Variable aléatoire :unÄiÄy agucar.
  • Variable dépendante :unÄiÄy uzdiy.
  • Variable indépendante :unÄiÄy afulay.
  • Variable statistique :unÄiÄy aÄanan.
  • Variance :amziray.
  • Variation :asnÄey.
  • Vecteur géométrique :asawey asevcal.
  • Vinculum :andadah.
  • Vingt :agnar.simra.warm.
  • Virgule de cadrage :ticcert**n usexreb.
  • Voisinage d’un nombre :asijey n yan ufaÄin.
  • Voisinage d’un sommet d’un graphe :asijey n yat tibreÏ n yan udalif.
  • Volume :anect.ancek.
  • Zéro :amya.
  • Zéro d’une fonction :amya n yat twuri.

Adriraw :Référence :

Netmaths :lexique des mathématiques pour l’enseignement primaire et secondaire.Mr.Paul Patenaude.
Net mat :amawal n usunÄn I usselmed amenzu d usinan .mass bul batenud.
- Dictionnaire encyclopédique de la langue française.
- Lexique berbère-français/français-berbère.Editions Imedyazn 1980.
- Lexique de la langue tamazight et ses termes juridiques de Mr.Omar Et-taqi(En arabe et tamazight)
- 44 leçons de la grammaire tamazight de Mr.Chafiq Mohammed(En arabe et tamazight).
- Dictinnaire de tamazight de Mr.Ahmed Haddachi.
- Lexique de l’informatique de Mme Samiya Saadi Buzefran.Site de Mr.Rezki.Rezki-net.
- Aseglalaf n Kabyle.
- Tawalt.com (Amawal n Mr Idder n lybya).
- Dictionnaire Français-Kabyle de Mr.Dallet.
- Néologismes personnels :( Néo.per).
- Dictionnaire des racines de Mr Kamal n Ayt Zerrad.
- Le parler n Ayt Säid Ou Ouiccu ,le parler d’une tribu à Ouaouizeght,le parler d Ayt sexman .Région de Tadla-Azilal.
- Amawal amazigh de Mr Youssef Ibouanane.

Avzzaf mupmmad g wass n 27/12/2010.

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

Amawal amasɣan n tmaziɣt Sɣur : D.Messaoudi

Posté par algeriedemocratie le 24 juillet 2011

Amawal amasɣan n tmaziɣt

 

Sɣur : D.Messaoudi

Taγult n usγan d tawwurt tameqqrant seg d-keccmen yimerḍilen aεraben γer tmaziγit. D tidet, kra seg yimerḍilen-a ttusertayen, maca aṭas seg-sen ttγimin akk-n s talγa-nsen tanaṣlit, d ayen yessedramen anagraw γef tebna tutlayt tamaziγt d wayen yettekkin deg usentali n tmeggarut-a. I lmend n waya, yesḍulli ad nemdel tawwurt-a n ureṭṭal d wad nales tiṣki n wayen yeddermen s useqdec n wawalen inaṣliyen n tmaziγt, ara d-nenadi seg tentaliwin-is, akked usmuzzeγ n yimerḍilen-nni. Macci d aya kan, yessefk daγen ad d-naf tarrayt iyes ara nessekcem awalen-a γer tmesgida akked utelfaz, ladγa deg wallaγ n yimamen akked yimesnakucen, ama d iqbayliyen, ama d aεraben.

Deg wayen ay d-yetteddun, ad d-efkeγ zwar awalen utbiten; γurwat ad awen-ikellex yirem-a n « utbiten » [1], imi netta yecmel-d ama d awalen-nni sseqdacen imaziγen watlayi, ama d wid-nni sseqdacen yemnadayen deg yedlisen. Sakkin, ad d-efkeγ kra n wawalen ay d-snulfaγ s tarrayin yettwassnen yakan deg taγult-a, am usuddem, asmuzzeγ alγawan, tasuγelt tasekkilant, atg. Deg taggara, ad d-bedreγ idlisen ay sqedceγ deg unadi-a d wad as-d-seggriγ s wumuγ deg ara d-ssegziγ awalen yuεṛen.

Awalen utbiten :

-          abekkaḍ - péché
-          abennan - vain
-          acehhed - fait de prononcer la chahada
-          acrik - associé
-          adgaẓ - supplice
-          adnubi, udnib - pécheur
-          aḥeǧǧaǧ, ahaggag - pèlerin
-          aḥuǧǧu - pèlerinage
-          ajahed - fait de combattre, djihad
-          ajenniw - démon, djinn
-          akafriw - infidèle
-          alaxeṛt - zombi
-          alekkuḍ - fouet
-          amanef - égaré
-          amarked - récompense
-          amaṛtaddi - qui quitte l’islam
-          amasiḥi, aneṣrani - chrétien
-          amaslay - impur
-          amaγlal - éternel
-          amcaγli - avertisseur
-          amerkid, tuẓult - vertu
-          amesγura - muezzin
-          amettin - le mort
-          ameγrad - univers
-          amin - amen
-          amjahed - moudjahid
-          amrabeḍ, agurram, ambaṛek - marabout
-          amsurḍu - élève de l’école coranique
-          amuddir - vivant
-          amutel - châtiment
-          amẓallu - prieur
-          amγafer - fait de se rendre visite pendant l’Aïd
-          anaflas - croyant
-          anasfal - tentateur
-          aneḍfar - disciple
-          anef - s’égarer
-          aneffu - esprit
-          aneglus - ange
-          anesbakkaḍ - pécheur
-          anez - s’incliner
-          anmezray - impie
-          annuz - inclination
-          aqasi - punition
-          aqili, tasureft - pardon
-          arufi - clément
-          asaxram - adultère
-          asbur, ikerhi - voile féminin
-          asburru - fait de se voiler
-          aṣebri - patient
-          asekni - signe
-          asektu - rappel
-          asfel - sacrifice
-          asudder - résurrection
-          asγan, tisreḍt - religion
-          atter s … - adorer
-          axellaq - Créateur
-          aylan - verset
-          ayniz - rakaa
-          aytem - sacrilège
-          azendiq - hypocrite
-          aẓumu, aẓumi - carême
-          aγuda - fait de rendre grâce
-          aεezzab - grand clerc
-          caγli - avertir
-          ccada, taguzi - chahada, témoignage
-          ccariεa - charia
-          cciṭan, yeblis - Satan
-          cehhed, igaz - prononcer la chahada
-          dden, adan - appeler à la prière
-          ddunnit - ici-bas
-          dgeẓ - supplicier
-          dket - ê. dans la quiétude
-          ekt, seddeq - donner l’aumône
-          fles - croire en
-          ftu - donner une fatwa
-          hajeṛ - quitter
-          hellel, rettel - psalmodier
-          igi - acte
-          iḥlil, ixlal - ê. licite
-          ihwah, uhuḍ - le mal
-          iman - âme
-          imceṛṛi, amuheḍ - malfaiteur
-          imdeyyen - religieux
-          iminig - expatrié 
-          imlayken - anges
-          imqeddes - sacré
-          imrad, agreffu - prosternation
-          imseddeq - charitable
-          ineslem, imeslem - musulman
-          inig - s’expatrier
-          irew - jeune clerc
-          iseḍnen - chapelet
-          jahed - combattre
-          Jebril - Gabriel
-          laxeṛt - l’au-delà
-          Lquran, Alquran - Coran
-          Massi-nneγ - notre Seigneur
-          mred, grefet - se prosterner
-          mud - adorer
-          mutel - châtier
-          nfu - ê. utile
-          qas - punir
-          qil, suref - pardonner
-          Ṛebbi, Yalla, Yakuc - Dieu
-          ṛjem - lapider
-          sbur - se voiler
-          seγnew - créer
-          stenǧi - faire ses ablutions  
-          sudder - ressusciter
-          taḍfi - délice
-          tafaska - fête
-          taflest - croyance, foi
-          tagada - égalité
-          taḥlaylit, tixlelt - fait d’ê. licite
-          takeffaṛt - expiation
-          takuti - aumône
-          tamasleyt - impureté
-          tameddurt - la vie
-          tamella - miséricorde
-          tamesgida - mosquée
-          tamettant - la mort
-          tamezrit - désobéissance
-          tamkerra - miracle
-          tamsadaqt, zzakat - zakat
-          tamsunt - paradis
-          tamugant - temple
-          tanfa - utilité
-          tasuṛet, tasurrit, tasarnat - sourate
-          tasuzelt - salutation
-          tatubt, tagerẓawt - le repentir
-          tawadna - appel à la prière
-          tawatri, tittar, tiwatriwin - invocation(s)
-          taxelqit - création
-          taẓallit, amud - prière
-          taγdemt - justice
-          taγennawt - création
-          taεacuṛt, abiyannu - achoura
-          tičča - moment pour rompre le jeune
-          tifawt, tafrara - aube
-          tikerkas - mensonge
-          tillas, tihay - ténèbres
-          timsi, ahes, ǧihennama - enfer
-          tirmit - épreuve
-          tittert - adoration
-          tiwri - malédiction
-          ttwekkel, segẓen - se remettre à
-          tub, mmegraẓ - se repentir
-          tuki - offrande
-          tulluγt, tawlaγt, tiγudi, tanafut - le bien
-          tuẓumin - fait de faire le carême
-          uḍuf - deuil
-          ugdil - illicite, interdit
-          uman - ê. clair, évident
-          uẓum, ẓum - jeuner
-          uγdim - juste
-          wekkel - remettre à
-          ẓẓal, muhed - prier
-          γafer - visiter qlqn pendant l’Aïd
-          γdem - ê. juste
-          γnew - ê. crée
-          γudi - rendre grâce
-          εezṛayen, εezṛin - Azraël
-          εṣu - désobéir

Ismawen n tẓalliwin:

-          taẓallit n utewweb                     - prière de l’aube
-          taẓallit n tenzayt (γabecca)          - prière du matin
-          tizzernin                                   - prière du dohr
-          tigẓin, takest                             - prière du âsr
-          tisemsin                                   - prière du maghreb
-          tisuḍsin, tinniḍes                       - prière de l’aïcha

Kra n tefyirin :

-          tagallit n tkerkas / ccada n zzuṛ    - faux témoignage
-          irk iggi                                      - mauvaise action
-          yir awal                                     - mauvaise parole
-          awal n Ṛebbi                              - parole de Dieu
-          tafaska n tneqqit / yiγras             - Aïd el Adha
-          tafaska n yičča                           - Aïd el Fitr
-          eg acrik i Ṛebbi                          - associer qlqn à Dieu
-          yeεṣa Ṛebbi                               - il a désobéi à Dieu

Asumer n kra n wawalen d tefyirin imaynuten: [2]

-          tasnakuca / tasnakuct (théologie): seg “tussna” → « tasna » (science) akked “yakuc” (Dieu)

-          amasnakuc / asnakucan (théologien) 

-          tayankuca / tayankuct (monothéisme) : seg “yan” akked “yakuc” (Dieu)

-          amyankuc / ayankucan (monothéiste)

-          tagetyakuca / tagetyakuct (polythéisme) : seg “egt” (ê.nombreux) akked “yakuc”

-          amgetyakuc / agetyakucan (polythéiste)

-          tabakuca / tarakuca (athéisme)

-          abakucan / arakucan (athéiste)

-          abakuc / arakuc (athée): seg “aba” / “ar” (néant, privatif) akked “yakuc”

-          anezday (associateur): seg umyag “zdi” (associer, réunir, unir)

-          amecrak = anezday

-          amazun (envoyé) : seg umyag “azen” (envoyer)

-          tasidest (acte qui cause l’impureté après l’acte sexuel) : seg “sides” (mettre de côté) [3]

-          asidas (personne impure après l’acte sexuel)

-          tajnaba = tasidest ; imjenneb = asidas

-          tyemmem (se purifier par lustration pulvérale)

-          atyemmem (lustration pulvérale)

-          anbi (prophète)

-          sneg, sebbeḥ (louer)

-          tasnegt, asebbeḥ (louange)

-          taftut (fatwa)

-          taknisa (église)

-          ameεṣaw (désobéissant), seg “εṣu” (désobéir)

-          timeεṣa (désobéissance)

-          taseǧǧadat (tapis réservé pour la prière)   

-          adlis uγris (livre sacré)

-          aggur n uẓumu (croissant du ramadan)

-          azaraf aneggaru (jugement dernier)

-          azul fell-awen (que le salut soit sur vous)

-          iḍ n qadaṛ (nuit du qadar) [4] 

-          iḍ n twadda d usali (nuit de içra et de miεraj)

-          iḍ n ucukku / iḍ n yimiji (nuit du doute)

-          imenzayen n Islam (principes de l’islam)

-          inaw amasγan (discours religieux)

-          isulas / ijga isemmusen n Islam (les cinq piliers de l’islam)

-          taggara n umaḍal / angar n umaḍal (la fin du monde)

-          taẓallit n tingrawt (prière du vendredi)

-          taẓallit n ugraw (la prière du groupe)

-          taẓallit n umessikel (prière du voyageur)

-          taẓallit n umuḍin (prière du malade)

-          taẓallit n unabay (prière de l’absent)

-          taẓallit taneflant, tanfelt (prière surérogatoire)

-          taẓallit γef umettin (prière sur le mort)

-          tinawt n tingrawt (prêche du vendredi)

-          tudert taneffawt (vie spirituelle)

Tagrayt:

Anadi-a war ccek ur yemmid ara; γef waya, ssarameγ ad t-kemmlen wiyaḍ akken ad yili d tisergelt iyes ara nergel abrid i tesεurrebt, xersum deg taγult-a n usγan. Meccan, imnadayen imaziγen ur ilaq ad ilin d imεeṣṣben arma bγan ad sgedlen i yal awal ara d-yekken seg taεrabt; ur ilaq ad nettu nwis tutlayt-a, imi tettidir γer yidis n tmaziγt, d nettat ay d aγbalu amenzu seg d-tugem tutlayt-nneγ imerḍilen-is.

_______________________

Timawin :

  1. Kra n wawalen, γas d imaynuten, ad ten-nessiḍen gar wawalen umrisen imi nutni ttusqedcen deg waṭas n yedlisen.
  2. Kra n wawalen nenna-d d imaynuten, acku beddlen talγa; ttwasmuzzγen. I lmend n umedya, agdazal n yermi afṛansis am “désobéissance” deg tmaziγt taruṣwibt d “lmeεṣiyya”, akk-a ay yettwanṭaq gar medden, maca nkkni nefka-as talγa tamaynut s yiwen seg yiqulab imaziγen; nerra-t d “timeεṣiwt”, am “zlu – timezliwt”.
  3. I usebγer n tmaziγt, yelha ma nesseqdac awalen imerḍilen yettwasmuzzγen akked wawalen imaziγen d-nesnulfa seg wid-nni s tsuγelt. Amedya: “tajnaba, imjenneb” / “tasidest, asidas”. Acu kan, akken ad yili umwati gar umeslay d-yettureḍlen d win d-yettwasnulfan, yessefk γef umnaday ad yissin wullen tutlayt tamerḍalt.
  4. Awal-a yebna γef uqaleb amaziγ war targalt tazwarant am deg “nadam” (sommeille)

Iγbula:

-          ABDESSELAM A., 1997. – Dictionnaire abrégé du vocabulaire redressé de la langue berbère, ENAG.

-          ACHAB. R., 1996. – La néologie lexicale berbère (1945-1995), PEETERS, Paris.

-          ALOJALY Gh., 1980. – Lexique touareg-français (parlers berbères du Niger), Copenhague, Akademisk Forlag.

-          BOUMALK A. & NAIT ZERRAD K., 2009. – Vocabulaire grammatical de tamzight, IRCAM, Rabat.

-          CHAKER S., 1981. – Tableau récapitulatif des procédures de création lexicale berbère (kabyle),Bulletin intérieur du C.R.A.P.E., Alger, pp 143-145.

-          DALLET J-M., 1982. – Dictionnaire Kabyle-Français : parler des At Mangellat, Algerie, Paris : SELAF.

-          DELHEURE J., 1984. – Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF.

-          DELHEURE J., 1987. – Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF.

-          DESTAING E., non daté. – Étude sur le tachelhit du Sous (vocabulaire français-berbère), tome 7, Ed. Ernest Leroux.

-          FOUCAULT Le P. de, 1918. – Dictionnaire touareg-français (dialecte ahaggar), tomme 1, Paris, Ed. Maisonneuve Frères.

-          HADDADOU M.A., (non date). – Guide de la culture et de la langue berbères, ENAL-ENAP.

-          HCA, 2004. – Amawal n tmazight tatrart (français-tamazight), Ed. Ministère de la Culture.

-          JUSTINARD L., 1914. – Manuel de berbère marocain, dialecte chleuh, Librairie Orientale & Américaine, E. Guilmoto, Paris.

-          NAIT ZERRAD K., 1998. – Amawal amasγan n tmaziγt, Centro Studi Camito-Semitici, Milano.

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

IGḌAḌ N WIHRAN

Posté par algeriedemocratie le 22 janvier 2011

Au-delà des idées reçues… Tamazight s’écrit bel et bien !

Entretien avec Lahoucine Bouyaakoubi

Lahoucine Bouyaakoubi a publié récemment son premier roman en langue amazighe. Intitulé « Igdad n Wihran » (Les oiseaux d’Oran), cette œuvre vient enrichir la littérature amazighe à Tamazgha occidentale. Nous l’avons rencontré à Paris. Interview.

IGḌAḌ N WIHRAN dans tamazight(65) igdad-wihran

Tamazgha.fr : Vous venez de publier « Igdad n Wihran », un roman en langue amazighe, est ce que vous pouvez nous en parler ?

Lahoucine Bouyaakoubi : L’idée d’écrire un roman en amazighe s’intègre dans le cadre d’une effervescence que le domaine amazigh a connue depuis quelques années. Sans parler des précurseurs comme Moustaoui, Ali Sedki Azayku (1989-1995), Hassan Id Belkacem ou Brahim Akhyat et d’autres qui ont écrit depuis la fin des années soixante. La publication de la Charte d’Agadir en 1991 fut suivie d’un côté par l’élargissement du tissu associatif amazigh au Maroc, et d’un autre côté une grande volonté de la part des acteurs du mouvement amazigh d’écrire dans leur langue maternelle. Personnellement, je fais partie de cette génération d’après la Charte d’Agadir qui avait cette envie de dépasser l’idée selon laquelle l’amazighe n’est pas une langue écrite. À Agadir, la section de Tamaynut (créée en 1991) était, par ses rencontres hebdomadaires et ses revues internes comme Anaruz (Espoir), le lieu d’initiation à l’écrit en amazighe. Elle était une sorte de club littéraire qui a donné, quelques années plus tard, des écrivains renommés dans ce domaine comme Mohamed Akounad, Mohamed Oussous, Brahim Lasri, Mohamed Ouagrar, El Khatir Aboulkacem… (et d’autres qui n’ont pas eu l’occasion de publier leurs textes comme Mohamed Ouafi et Abdelkrim Elqadi…). Cette génération a bien évidemment influencé d’autres écrivains, hommes et femmes plus jeunes, qui tracent avec beaucoup de confiance leur chemin dans le domaine de l’écriture en amazighe. Des noms comme Abdallah Elmennani, Rachid Jadal, Hassan Laaguir,… représentent cette génération. La même expérience a vu le jour dans d’autres régions du Maroc : Casablanca, Rabat, dans le Rif, le Moyen-Atlas et le Sud-Est. Les sites Internet permettent aussi aux Amazighs d’initier l’écrit dans leur langue.

Moi je fais partie du groupe d’Agadir. J’ai choisi d’écrire un roman, car ce genre littéraire (d’ailleurs comme la traduction et les nouvelles) est moins présent devant la domination de la poésie. A ce jour, 16 romans en amazighe sont parus au Maroc. Le mien « Igdad n Wihran » est le sixième dans la région du Souss – après Imula n tmkwtit (ombres de mémoires) d’Elkhatir Aboulkacem (2002), Tawargit d imik (rêve et un peu plus) (2002) et ijjign n tidi (fleurs de la sueur) (2006) de Mohamed Akounad, azerf akucham (droit paralysé) d’Abdallah Sabri (2009) et Ijawwan n tayri (sirocco de l’amour) de Brahim Lasri (2009). Mon roman, à partir de l’expérience d’un étudiant émigrant du Sud du Maroc vers la France, traite de la complexité des relations historiques, politiques, économiques et idéologiques entre les deux rives de la méditerranée. Le titre choisi « Igdad n Wihran » (les oiseaux d’Oran) est une expression connue au Sud du Maroc (l’aire tachelhit). D’après Léopold Justinard (1928), cette expression est inventée par les gens de la tribu d’Idaoubaaqil (sud du Maroc) pour désigner leurs premiers émigrés en France qui passent d’abord par la ville d’Oran (Algérie) avant de rejoindre la métropole. J’ai trouvé que cette expression reflète parfaitement l’idée que je veux traiter dans mon roman. Aujourd’hui, cette expression, même si elle est connue, a perdu son sens premier et est devenue le synonyme de l’instabilité ou la mobilité permanente… Par ce titre, je veux officialiser cette expression, montrer son origine et la faire revivre via la littérature écrite.

Ecrire en langue amazighe est souvent un véritable parcours de combattant et pose plusieurs défis. Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez fait face avant et après la publication ?

Certes, écrire dans une langue à domination orale (malgré la présence de manuscrits depuis longtemps) n’est pas une tâche facile. Heureusement pour moi (contrairement aux premiers écrivains en amazighe), j’ai écrit en 2010 au moment où la langue amazighe fut déjà l’objet d’un grand travail linguistique. Mon contact personnel avec la production écrite amazighe et l’intérêt que je porte à cette littérature m’ont relativement facilité l’écriture. De même, tout le travail qui a été fait par les spécialistes sur les trois graphies (arabe, latine et tifinagh) m’a laissé, sans hésitation – malgré tout le débat que ça peut susciter -, le choix d’utiliser la graphie latine que je considère plus adéquat à la langue amazighe. Après le choix de l’alphabet, s’impose le choix de la nature de la langue à utiliser. La langue amazighe est marquée à la fois par une unité profonde et une diversité flagrante. Entre une langue submergée par la néologie, qui fait une chasse systématique aux emprunts et préfère emprunter aux autres variantes amazighes même si le mot existe dans la variante natale de l’écrivain, j’ai opté à utiliser ma variante tachelhit (heureusement l’amazighe du Sud du Maroc garde encore son lexique très riche dans plusieurs domaines) comme base du texte, en acceptant les emprunts très intégrés comme taẓallit (prière), uẓum (jeûne), empruntés à l’arabe, avec beaucoup de tolérance envers des emprunts d’autres langues exprimant des objets nouveaux liés à la vie moderne et pour qui l’amazighe n’a pas encore trouvé de nom comme lkamyyu (camion), lkar (le car), ṭamubil (l’automobile)…, avec une « dose » bien calculée du néologisme (50 nouveaux mots pour tout le roman) qui ne rend pas le texte incompréhensible à un amazigh (notamment tachelhitophone). Dans ce sens, la priorité pour moi est d’utiliser le mot amazigh existant en tachelhit pour le faire connaître aux autres amazighophones qui parlent d’autres variantes de cette même langue. Je crois que la standardisation de l’amazighe ne va pas se faire par la négligence des mots existant dans « nos » amazighes locales en faveur d’autres termes existant dans d’autres variantes. Sans tomber inconsciemment dans le mépris de soi et de tout ce qui est local en faveur de « l’idéale unité », la standardisation de l’amazighe, si elle est nécessaire, va se faire à partir de la valorisation du lexique local, de chercher le socle commun, et, bien évidemment, par l’intervention d’autres conditions politiques et économiques loin de la volonté personnelle de l’écrivain. Dans le contexte actuel où l’amazighe écrite est en cours de construction et cherche à avoir ses lecteurs, mon objectif est que le lecteur de mon texte comprenne sans être obligé de faire recours aux dictionnaires plusieurs fois pour lire une page, ce qui risque de l’empêcher de continuer la lecture. Ce choix certes n’est pratique que dans des domaines bien précis : la poésie, le roman, la nouvelle…, mais dès qu’on veut écrire sur des sujets très spécialisés comme l’informatique, l’astronomie, ou la médecine… certainement le texte sera plus compliqué.

En ce qui concerne la publication, en dehors de ce qui est publié par l’IRCAM (l’Institut royal de la culture amazighe), de quelques associations comme Tamaynut, azetta, Awrir ou Afrak, de la chaîne 2M (pas très significatif) dans le cadre de son prix de littérature, les auteurs en amazighe publient à leur compte et généralement font l’auto-distribution. Ce qui pose de grands problèmes pour rendre accessible le livre amazigh à tous ceux qui s’y intéressent, dispersés sur tout le territoire marocain. C’est mon cas. J’ai publié à mon compte et je fais de l’auto-distribution. Tout cela montre que le fait d’écrire en amazighe, loin du plaisir littéraire qu’on peut y trouver, est avant tout une action militante. L’ouverture des filières et masters amazighs dans quelques universités marocaines (Agadir, Oujda et Fès) en attendant qu’elles soient généralisées à toutes les universités, donne l’espoir de former des lecteurs et des critiques littéraires. Les étudiants sont invités à présenter des livres et faire des rapports d’analyse sur les œuvres écrites en amazighe. Devant la rareté des écrits dans cette langue, je peux même dire que ces étudiants attendent impatiemment la publication de nouveaux romans en amazighe. Pour cela, jusqu’à aujourd’hui, je ne peux parler que des prémices d’une critique de la littérature amazighe écrite. Généralement, les écrivains, eux-mêmes, lisent et critiquent les œuvres des autres. La création de l’Alliance des écrivains en amazighe (Tirra) à Agadir en 2009 vient pour encourager à la fois l’écrit en amazighe et la critique littéraire dans ce domaine. Dans ce sens, mon roman a fait l’objet d’une table ronde littéraire organisée par cette Alliance le 21 août 2010 (http://www.amazighnews.net).

Peut-on désormais parler de l’émergence d’une nouvelle littérature amazighe écrite au Maroc ?

D’abord il faut définir ce qu’on veut dire par « littérature amazighe ». Quelques uns ont tendance à considérer tout ce que les Amazighs ont écrit comme littérature amazighe. Mais dans ce cas, ils ne pensent qu’à Apulée par exemple ou Saint Augustin qui ont écrit en latin. Dans ce cas là, pourquoi ne pas considérer les écrits de Taher Benjelloun ou Mohamed Choukri… qui ont écrit en arabe ou en français comme littérature amazighe ? A ce niveau, le cas de Mohamed Kheir Eddin est flagrant. Grand écrivain conscient de son amazighité, toutes ses œuvres sont écrites en français. Peut-on les considérer comme littérature amazighe d’expression française (comme littérature nord-africaine d’expression française). On sera donc obligés, nous aussi, de catégoriser notre littérature en littérature amazighe et littérature amazighophone. La première est celle produite par des écrivains d’origine amazighe et qui traitent des sujets dans des espaces renvoyant à la culture amazighe (l’Afrique du nord en général), et la deuxième est celle écrite en langue amazighe. Pour moi, je considère que la littérature amazighe, qu’elle soit orale ou écrite, ne peut se produire que dans la langue amazighe. Ce qu’on appelle aujourd’hui la néo-littérature amazighe est forcément celle produite en amazighe. Dans le cas du Souss, on a le droit de parler d’une nouvelle littérature écrite en amazighe par opposition à l’ancienne littérature écrite qui remonte au Moyen âge comme les textes religieux de Mhend Ou Ali Awzal, ou les différents manuscrits (azerf) traitant de la vie sociale, économique ou juridique de la société amazighe du sud du Maroc. Pour les autres groupes amazighophones, qui n’ont pas cette tradition des manuscrits dans leur variante, on ne peut parler que de littérature écrite.

Avec le nombre de livres écrits en amazighe, on peut parler d’une littérature écrite en amazighe. Elle a besoin d’études critiques pour soulever ses caractéristiques. Ses auteurs sont presque tous formés dans l’école moderne (en français ou en arabe) et ont majoritairement des contacts avec d’autres littératures écrites dans d’autres langues. Ce qu’on appelle néo-littérature amazighe est marquée par cet aspect. Des études approfondies vont nous révéler la part du patrimoine amazigh et l’apport des littératures (arabe, française ou espagnole) dans l’œuvre des nouveaux auteurs en amazighe.

Quel regard portez-vous sur cette littérature ?

Je trouve que cette littérature est très prometteuse. De plus en plus, elle attire des jeunes. Certes, on n’est pas encore arrivé à l’étape de l’évaluation pour chercher ce qui est bien de ce qui ne l’est pas. Tout le monde contribue à ce que la langue amazighe ait sa part dans le marché des biens symboliques au Maroc. Aussi la possibilité de gagner des prix (le prix de l’IRCAM par exemple, de la chaîne 2M, ou des prix proposés par les associations) encourage les gens à écrire en amazighe. On assiste aussi à l’émergence d’une production féminine écrite en amazighe. Elle marque un tournant dans cette littérature. Des écrivains comme Khadija Arouhal (Tiznit), Khadija Abernous (Casablanca), Khadija Ikkan (Casablanca), Aziza Nafiaa et Hanan Gahmou (Agadir) posent les bases d’une littérature amazighe au féminin. Dans l’autre rive de la Méditerranée, en France, Lhoussain Azergui (2009) et Fatima Moutaouakil, avec son recueil de poème (tagziwin n itran, 2010), représentent cette mouvance en Europe. La première remarque que l’on puisse faire, notamment sur les romans, est qu’ils sont très liés à la vie marocaine. Très enracinés sur la terre marocaine, les thèmes abordés ne cherchent pas l’imitation. Peut être que la langue de l’écrit impose aux auteurs d’être attachés aux pays de cette langue. Si les auteurs arabes de l’Orient reprochent aux écrivains marocains d’imiter les orientaux, la littérature amazighe pourra refléter réellement le vécu de l’Afrique du nord en général sans chercher à imiter ni l’Orient ni l’Occident.

Entretien réalisé par
Lhoussain Azergui

source:tamazgha.fr

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaires »

Amawal n tamazight tatrart de Habib-Allah Mansouri

Posté par algeriedemocratie le 30 décembre 2009

Le livre de la semaineAmawal n tamazight tatrart de Habib-Allah Mansouri

Le lexique du berbère moderne édition corrigée et enrichie pour la circonstance par son auteur Habib-Allah Mansouri, enseignant de tamazight de son état, vient d’être édité par le HCA en collaboration avec les éditions du ministère de la Culture.  De cette collection constituée d’un coffret de 7 recueils présenté à l’occasion de Yennayer 2955 qui correspond du 12 janvier de l’année en cours l’Amawal objet de la présente lecture est la seule publication ’’technique’’ du coffret. Les 6 autres publications étant des contes, dont une traduction.

Dans son introduction, l’auteur du lexique justifie cette publication par ’’…. un besoin urgent. En effet, le début du passage à l’écrit en langue berbère, après les années 60 dévoila le manque dont souffre notre langue en matière de termes modernes pouvant véhiculer un savoir moderne…’’ et l’auteur de continuer sur ce constat alarmant ’’Personne n’était en mesure à l’époque (les années 60 NDLR) de produire un texte en histoire ou autre discipline en utilisant uniquement le kabyle courant (ou autre parler berbère)’’.
Pour la grande histoire, la publication du premier Amawal remonte à 1974, moyennant un tirage limité, très limité… sous la houlette du père de la renaissance de tamazight, feu Mouloud Mammeri.
D’autres publications suivront à l’instar de celle éditée en 1980 par la coopérative imdeyzen dont les exemplaires sont conservés précieusement par les heureux acheteurs de l’époque.
L’Amawal est un outil de travail indispensable à tout chercheur, producteur du domaine tamazight. Il constitue également un outil didactique dont l’utilité est avérée aussi bien pour les enseignants que les élèves.
A chaque regroupement ou autre séminaire le manque d’ouvrages spécialisés est signalé par le corps enseignant, ceci afin de permettre un enseignement de qualité.
Depuis 1995, année du boycott scolaire qui a mis à nu le système éducatif qui ne reconnaissait que la langue arabe comme langue nationale, l’enseignement de tamazight a fait son bout de chemin.
Cependant, afin d’assurer un enseignement de qualité, les enseignants ont besoin d’ouvrages tels que l’Amawal que constitue l’outil didactique de base.
Qui peut un jour imaginer l’enseignement du français, sans le concours du dictionnaire Larousse  ou Le Petit Robert pour ne citer que ces 2 références. Pour la petite anecdote, et la grande histoire Paul Robert le célèbre lexicographe qui a donné son nom au Petit Robert est natif de l’ex-Orléanville aujourd’hui Chlef. Né en 1910, reconnu pour tout ce qu’il a donné à la langue de Molière, on érigea un buste à son effigie.

M. O.

dépêche de kabylie

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaires »

Boualem Rabia. Portrait d’un parolier et chanteur : L’homme, la poésie, la mémoire

Posté par algeriedemocratie le 28 décembre 2009

Boualem Rabia. Portrait d’un parolier et chanteur : L’homme, la poésie, la mémoire

Une allure de prof de français, mais une âme de Si Muhend U’Mhend. Une discrétion et une humilité à toute épreuve, alors qu’il concentre en lui un patrimoine littéraire et artistique inestimable.

Le cartable en bandoulière, Boualem Rabia paraît perpétuellement plongé dans son monde intérieur, un bouillon de culture où la création se décline sous toutes les formes et dans toutes les dimensions. Il a été la cheville ouvrière de Mouloud Mammeri dans la région d’Azazga, parolier et chanteur au sein du groupe de légende Yugurthen, dialoguiste et décorateur des meilleurs films produits en langue amazighe, de la Montagne de Baya à Si Muhend U’Mhend, poète, romancier et producteur d’émissions radio, Boualem Rabia est à lui seul un véritable monument culturel à Azazga. Année 1984.

Un homme d’un certain âge attend au volant de sa voiture près de la maison des Rabia à Azazga. C’est Mouloud Mammeri qui attendait que Boualem Rabia le rejoigne. L’on n’était pas encore à l’ère numérique, et tout le travail se faisait sur papier. « Il était jovial et simple. Il me regardait dans les yeux pour me dire son bonheur de voir la relève assurée, se disant heureux de constater que des jeunes essaient de sauver de l’oubli le patrimoine oral amazigh », se souvient Boualem. Mammeri lui proposait de s’installer à Paris pour travailler au CERAM (Centre d’études et de recherches amazighes) qu’il venait de créer, mais Rabia ne sera pas conquis par la perspective de s’expatrier.

Le jeune prof de français continuera sa collecte des poèmes kabyles anciens, notamment dans sa région natale à Aït Zikki, où il exhumera de vrais trésors littéraires. Il sera l’un des principaux collaborateurs de l’illustre anthropologue et linguiste. Leur collaboration durera jusqu’à la mort de Dda L’Mulud, en 1989. A la parution de Cheikh Mohand a dit, en 1989, on découvre sans surprise la gratitude de Mouloud Mammeri, qui écrivait : « Boualem Rabia, le plus jeune de tous, qui a collecté les faits et dits de Si Muhend avec zèle et compétence ». Mais ce ne sera pas le cas de tous les auteurs et chercheurs.

Un jour, Mouloud Mammeri présentait à Boualem une universitaire qui préparait un ouvrage sur une poésie kabyle spécifique. « Ils ont écarquillé les yeux quand je leur ai récité quelques sixains de notre terroir. J’ai remis tout ce que j’avais collecté sur le thème de l’amour », se remémore Boualem. Il ne sera pas cité à la parution de l’ouvrage. Il a en revanche une parfaite reconnaissance pour Ferhat M’henni, qui, un jour de 1976, entra à la maison de jeunes d’Azazga pour assister aux répétitions du tout nouveau groupe Yugurthen. « Ferhat nous embrassa tous, ravi par notre travail. C’est grâce à lui que nous sortions de l’anonymat. Quelques temps plus tard, Cherif Kheddam nous appellera pour nous produire au studio de la radio-télévision, dans une émission en direct à la Chaîne II », dit Boualem Rabia. Devant l’hésitation des officiels, Cherif Kheddam a menacé de faire faux bond en direct à la radio si le jeune groupe Yugurthen ne se produisait pas.

« Nous avons présenté trois chansons. Par la suite, nous avons enregistré à Alger et nous avons été édités à Paris », dira encore Boualem. Entre deux poèmes sortis des siècles passés, Boualem part dans des mélopées qui immobilisent son auditoire. En allumant la radio Chaine II, c’est peut-être lui qu’on entendrait également, dans son émission hebdomadaire « Tala g-izlan », où il présente aux auditeurs des poèmes et des maximes amazighes menacés d’oubli. Il vient de publier un roman en tamazight, Nnig usennan, aux éditions L’Odyssée. Il a déjà publié Florilège de poésie kabyle et le Viatique du barde, et compte proposer à l’édition un dictionnaire de langue amazighe. Pour le rencontrer, inutile d’essayer de le joindre au téléphone. Il faut aller le chercher là où il a posé son cartable. Boualem Rabia évolue encore comme au temps de Dda L’Mulud.

ParDjaffar tamani

source: el watan

Publié dans intellectuels algeriens(48) | Pas de Commentaires »

amawal. source: » missnchrea.unblog.fr »

Posté par algeriedemocratie le 14 décembre 2009

Tamazight – Kabyle

Français

1

Aberzguzaw Verdier

2

Abaعouche Fourmis

3

Abouعli Rouge gorge

4

Abrik Canard

5

ach hili Sirocco

6

Achayadh Troc

7

ADDAL SPORT

8

ADDAL SPORT

9

Adhrare Pierre

10

Afalkou Buse

11

Afertettou ou Azwaw PAPILLON

12

Afroukh Poussin

13

AGADIR REMPART

14

Agdel Cedre

15

Agharda Souris

16

Aghbalou la source

17

Aghdi Chien Berger

18

Aghedou Vigne

19

Aghernoug Grue cendre

20

Aghiless Tigre

21

Aghonja Louche

22

Aghroum Galette

23

Aghyul Ane

24

AGOUJIL ORPHELIN

25

AGRAWAL DICTIONNAIRE

26

Aguendouz Veau

27

AGUIZU L LE COURAGEUX

28

Aherbebou

29

Ajanoui : Thajanouith Couteau

30

AKERSIM LE CARACAL”LYNX”

31

Akeule Terre

32

Akheroub Carroubier

33

Akhnas Liège

34

Akthoul Lapin, lièvre

35

Akzih (Aydi) Chien

36

Akعab Renard

37

Algham Chameau

38

Alime Foin

39

Amaarof Chouette

40

Amalou Ouest

41

AMANAR CONSTELLATION

42

Amawal Lexique

43

Amchiche Chat

44

Amekhthef Crochet

45

Amenay Le cavalier

46

Amene Eau

47

Amenzu Le premier

48

Ameqran L’aîné, le grand

49

Amergou Grive

50

Amestan Le protecteur, le défenseur

51

Amezwar Le leader, le guide, le premier

52

Amêzyan Le cadet, le petit

53

Amguergour Grenouille

54

Amnar Seuil

55

AMNIR SCOUT

56

AMOUSNAW LE SAGE OU SAVANT

57

ANFED ACIER

58

ANFED ACIER

59

Anhil Autruche

60

AQABECH PIOCHE

61

AQABECH PIOCHE

62

Aqjoune Chien de garde

63

ARAGFOUR PARAPLUIE

64

Ardef Cygne

65

Arou Porc epic

66

ARZAZ GÜEPE

67

ASERDOUN CHEVAL

68

Aslougui Levrier

69

Assafsaf Peuplier

70

Asseflaw Fauvette

71

ASSEKLOU REBOISEMENT

72

Assenane Epine

73

Asserdoune Mulet

74

ASSETRO PIEGE /RESSORT

75

Assetro/ piège

76

Assif / Thassifthe Rivière

77

Assighna Nuage

78

Athara Progrès

79

ATTADH DOIGT

80

Attaross chien de chasse

81

Awerjej Cicale

82

Ayamoune Guepier

83

Ayazite Coq

84

Azemmour Olive

85

AZENZAR RAYON”lumiere”

86

Azerzor Etourneau

87

Azitote Palombe

88

Azrem Serpent

89

AzRER COLLIER

90

AzRER COLLIER

91

Azzguer Bœuf

92

Aعoudio Cheval

93

Belhareth (Izzem) Lion

94

Bouamar Hobereau

95

Boukhatem Balbuzard

96

Boumakhiyott Bbecasse

97

Ibekki Singe

98

Ibibitt Vanneau

99

Ifigha Couleuvre

100

IFIGHAR COULEUVRE

101

IFIGHAR COULEUVRE

102

IGHID CHEVREAU

103

IGHISAM ALCOOL

104

IGHISAM ALCOOL

105

Iguer Champ

106

Ihikkel Mâle de la perdrix

107

Ijji Chêne liège

108

Ikkeri Mouton

109

Ilili LAURIER ROSE OU BLANC

110

Illef Sanglier

111

IMSISMETT REFREGERATEUR

112

Inifife Entonnoir  / Lanbot : long bout

113

Inissi Herisson

114

Irzaze Guepe

115

Isker Chêne vert

116

Islen Frêne

117

Ithbir lekhla Pigeon sauvage ou Bizet

118

IZIMER AGNEAU

119

IZIMER AGNEAU

120

Izzi Mouche

121

Lbaz Faucon

122

LKAF RAVIN

123

Ottone Numéro

124

Ouchene Chacal

125

Sebbara agave Aloes

126

TAGHESSA SQUELETTE

127

TAGHESSA SQUELETTE

128

Taqnouzt Devinette

129

Tassaft Chene

130

TCHAQLALA BAGARRE

131

TEBBIB HUPPE

132

Tekthounia Cognassier / Sfarjel

133

Thabourakment Chardonneret

134

THABOUZEGAGHTH ROUGEOLE

135

Thabouzegrayt Berberonnette

136

THABRIKT OIE

137

Thafounesse Vache

138

Thaghat Chèvre

139

Thaghounjayth Cueillère

140

THAGHRAST RUCHE

141

THAGHRAST RUCHE

142

THAGOUTH BRUME

143

THAGOUTH BRUME

144

THAGUEJDITH COLONNE

145

Thakhokhet Pechier

146

Thakhssayth Courge

147

THAKNA RIVALLE

148

THAMAZGHA MAGHREB

149

THAMAZGHA MAGHREB

150

THAMDA / Amdoune LAC

151

Thamechmacht Abricotier

152

Thamilla Tourterelle

153

THAMSIROUT SAGE FEMME

154

Thanina Femelle du faucon

155

THAQINOUCHT CIME

156

Thaqlalecht Courgette

157

Thaqoubaat:Koubaa Calandrelle

158

Tharemante Grenadier

159

Thassedda Lionne

160

THASSOUMTH OREILLER

161

Thatha cameleon

162

Thawrirth Colline

163

Thayazite Poule

164

THAZDEYTH PALMIER

165

Thazemmorth Olivier

166

Thazermemouyth Lézard

167

Thazoumbayt Pin

168

Thezizoua Abeille

169

Thibakhsisssine Figue

170

Thiberdefelt Caille

171

Thibertchetcha Champignon

172

THIFDENT ORTEIL

173

Thiferaaqast Crabe

174

Thifighert Cheveche

175

Thifit Figuier

176

Thigherdemt scorpion

177

Thiguert Petit champ

178

THIGZIRT ÏLE

179

THIGZIRT ÏLE

180

Thilegguith genêt

181

Thimzine Orge

182

Thirni

183

Thiskert, Thichert Ail

184

Thiwzit semoulette??

185

THIZI COL

186

Thizith Moustique

187

Thizorine Raisin

188

Thizwell MURE

189

THOUGNA IMAGE

190

THOUGNA IMAGE

191

Tikkouk Coucou

 

  

Désignation 
Tamazight  Français 
Agdud  peuple 
Agellid  roi 
Agenaw   national 
Agerfan  populaire 
Aglif  ministère 
Agmis  journal 
Agrawliw  révolutionnaire 
Akabar  parti politique 
Amezruy  histoire 
10  Aneglaf  ministre 
11  Aneglaf n ilemzeyyen d waddal  ministre de la jeunesse et du sport 
12  Aneglaf n lecgal n baylek  Ministree de travaux publics 
13  Aneglaf n lumur n berra  ministredes affaires étrangères 
14  Aneglaf n ssehd d lminat  Ministree de l’énergie et les mines 
15  Aneglaf n temhaddit  ministre de la défense 
16  Aneglaf n tezmart  Ministre de la santé 
17  Aneglaf n tmerrit  ministre de tourisme 
18  Aneglaf n tmezdugt  ministre de l’habitat 
19  Aneglaf n trebya  ministre de l’éducation 
20  Aneglaf n twennatt  ministre de l’environnement 
21  Aneglaf n usiwett  Ministree de transport 
22  Aneglaf n yidles  Ministree de la culture 
23  Anegmas   journalist 
24  Aselway n tigduda  président de la république 
25  Asqamu  assemblé 
26  Aεeggal  membre 
27  Igallen n laman   forces de sécurité 
28  Imegrasen   martyrs 
29  Isalen  actualités 
30  Lemqeddem  ambassadeur 
31  Rrabul  rapport 
32  Tadamsa  économie 
33  Tagamsa  la presse 
34  Tagelda  royaume 
35  Tagiwant   commune 
36  Tagrawla  revolution 
37  Tallit  ère , époque 
38  Talwit  paix 
39  Tasertit  politique 
40  Tidukla  union , association 
41  Tifranin   elections 
42  Tilelli  liberté 
43  Timunenţ  indépendance 
44  Trad  guerre 
45  Tugdut  démocratie 

 

Le sens des noms des villages et des endroits d’Ith Yaala (par gmathnagh YALA)

 

Tamazight – Kabyle

Français

01 Tasift n-Foumlal La petite rivière de Foumlal
02 Tigert n-tekedjda le petit champ aux échalas
03 Taourirt Tamellalt la petite colline blanche
04 Ighil-el-Lekhmis la crête ou se tient le marché du Jeudi
05 Tizi Medjeber le col de Madjber
06 Taârqoubt le petit terrain dans la montagne
07 Taouerga la fourmilière
08 Tagma la clairière labourable en forêt
09 Timenqache les petites parcelles que l’on cultive à la pioche
10 Ikhelidjen les hameaux
11 Taddart le village
12 Amdoun Ihaddaden le bassin de la fontaine des forgerons
13 Taneqoucht le petit terrain cultivable à la pioche
14 Aghelad n-Salah le tas de pierres qui borne la propriété de Salah
15 Tichrahin ( annexe de Tamast ) les parcelles en terrain schisteux
16 Tamalout le petit champ sur le versant à l’ombre
17 Tigert n-telougouatin , ou simplement Tigert le petit champ aux genêt nains
18 Ighzer Oucherchour le ravin de la cascade
19 Asquif Ouahlouch le passage couvert d’Ahlouche
20 Lhara bouada le quartier d’en bas
21 Tigert ibaouen le petit champ de fèves
22 Targa l-lkoucha la rigole du four
23 Tisoufa les petits tisons
24 Imezouagh les terrains rouges
25 Tikhribin les petites ruines
26 Ighzer n-Tala le revins de la fontaine (sous-entendu de Guenzet)
27 Bouzoulit
28 Targa Amrane la rigole d’Amrane
29 Thazrart le terrain schisteux
30 Ijemaa bouadda le lieu de réunion d’en bas
31 Icherahen les terrains schisteux sans végétation
32 Ljeemaa Oufella le lieu de réunion haut
33 Lhouch la ferme
34 Igmir Ifersen le ravin aux ordures
35 Ouaouchia, Taneqoucht et Amdoun Ihaddaden
36 Iger Ideqi le champ ou l’on trouve l’argile à poterie
37 Loutâ n-essouq le terrain plat du marché
38 Talmats la petite prairie
39 Thibrahin les petites aires pour faire sécher les olives
40 Ighil l-Larbaâ la crête ou se tient le marché du mercredi
41 Tizi n-taâssast le col du poste de guet
42 Tizi n-tserfin le col des silos
43 Lhara tajditt le quartier neuf
44 Tighilt la petite crête
45 Tafziouin les rochers de grès
46 Agoudi l-Ldjamaâ le tas de fumier de la mosquée
47 Lbourdj la maison solide
48 Akhrib n-tehanouts la boutique démolie
49 takorrabt n-Sidi Amar le mausolée de Sidi Amar
50 Tabia les murs de terre séche
51 Issoumer qui est exposé au soleil
52 Tamda la mare
53 Laâch Oufalkou le nid de l’épervier
54 Aourir-Ouaoulmi la colline d’Eulmi
55 Agna Ouatoubou l’endroit retiré, boisé, solitaire ou l’on fait pénitence

Publié dans Amawal s tmaziÉ£t(65) | Pas de Commentaires »

L’après constitutionnalisation de tamazight

Posté par algeriedemocratie le 1 septembre 2009

L’après constitutionnalisation de tamazight

Par : Djaafar Messaoudi

 

Tout d’abord, afin de juger à sa juste valeur la mesure prise par le Chef de l’État lors de son discours du 12 mars 2002 et démesurément amplifiée par ses relais (médias lourds et certains politicards) dans le but d’apaiser les esprits et rendre possible la tenue de la mascarade électorale du 30 mai en Kabylie, nous  avons le devoir de préciser que la constitutionnalisation de tamazight langue nationale ne constitue en réalité qu’une infime avancée de la cause pour laquelle nous avons tant lutté et tant souffert ; le plus important pour tamazight a été intentionnellement  éludé. C’est-à-dire, si l’État avait eu la volonté de prendre sérieusement en charge la langue amazighe, il aurait fait suivre la mesure suscitée par d’autres encore plus urgentes et plus utiles pour notre langue, à savoir :

 

1 – L’officialisation de la notation consacrée par l’usage :

 

L’histoire de la notation à base latine remonte à plus de 150 ans. Depuis les premières années de l’invasion française de l’Afrique du Nord, des sociologues el des linguistes venus d’Europe et travaillant sous les ordres des autorités militaires sillonnaient les territoires berbérophones dans le but de connaître la société et la langue amazighes pour mieux maîtriser les Berbères qui leur montrèrent une farouche résistance. Comme résultat des missions effectuées par ces européen-là, beaucoup d’ouvrages  (livres contenant des textes en berbère, manuels de grammaire, dictionnaires bilingues) transcrits en alphabet latin modifié, virent le jour.

 

Après l’indépendance, des intellectuels kabyles – tous francophone – prirent la relève et se lancèrent dans l’écriture en leur dialecte en utilisant bien sûr les caractères latins. Ainsi, largement diffusés par les écrits des linguistes et des écrivains, lesdits caractères ont aujourd’hui fini par envahir même l’environnement (voir en Kabylie panneaux routiers, enseignes de boutiques, graffitis, emballage de certains produits de consommation, etc.), pour cette raison, et de surplus en raison de l’absence de toute autre notation concurrente sur le terrain, la notation à base latine s’impose par elle-même. Il va de soi que le choix de toute autre notation signifiera la mise à mort de tamazight.

 

Ceci dit, il est par conséquent très urgent que l’État, par la force de la loi, tranche en faveur de la notation susmentionnée. Par pareille décision, il coupera court à toute spéculation qui viserait à empêcher tamazight d’acquérir le statut de la langue officiellement écrite1.

 

2 – L’officialisation de la langue amazighe :

 

En l’absence, depuis la nuit des temps, d’un vrai État amazigh qui aurait pu empêcher le processus de dialectisation de se déclencher, ou du moins de se développer à une cadence infernale, tamazight s’est éparpillée en plusieurs parlers locaux. Et bien que ces parlers ne soient pas aujourd’hui tout à fait distincts, il en demeure quand même des barrières assez importantes qui rendent difficile l’intercompréhension lorsqu’on se déplace d’une région à l’autre de la berbérie.

 

Certains pensent qu’il est possible d’unifier les dialectes qui regroupent lesdits parlers en les développant ensemble et en même temps. Il suffit uniquement de se baser sur les affinités et renforcer la procédure par l’introduction des mêmes néologismes dans les dialectes concernés pour que ceux-ci se convergent et s’unifient de nouveau en fin de parcours.

 

En réalité, ce ne sont là que des illusions : les dialectes en question peuvent certes s’unifier sur le plan lexical et encore relativement, et après un laps de temps qui peut s’étendre sur des siècles, mais qu’en serait-il de la grammaire et de la prononciation qui sont aussi des facteurs décisifs dans l’intercompréhension ? Les adeptes de la méthode précitée ne les ont pas pris en compte, ce qui rend donc illusoire l’objectif visé à travers leur procédure.

 

A mon avis, la solution la plus pratique et la plus immédiate ce serait plutôt le choix d’un seul dialecte puis sa généralisation par l’enseignement, Mais afin que ce choix ne soit pas entaché de subjectivité, il doit reposer sur des critères établis à partir d’une étude sociolinguistique de tamazight.

 

L’étude que nous avons effectuée dans ce but-ci nous a permis de ressortir 5 critères, à savoir : (a) l’existence d’une tradition d’écriture au sein des locuteurs des dialectes cibles : (b) l’existence d’une littérature écrite ; (c) la disposition des communautés concernées de médias, en particulier la télévision et la radio,  (d) l’étendue géographique et la notoriété des dialectes présentés au choix et (c) la part du sacrifice de chaque communauté pour tamazight.

 

A travers cette étude, nous avons constaté que le seul dialecte qui répond aux critères suscités est bel el bien le kabyle. Les Kabyles sont en effet les premiers parmi tous les Berbères à avoir entrepris l’écriture en leur dialecte. En fait, depuis la deuxième période des années 40, les érudits kabyles, dont Boulifa et Mouloud Mammeri, écrivaient en leur  dialecte, transcrit en caractères latins, tout ce qu’ils rassemblaient en matière de poésie et contes populaires kabyles. Ensuite, une nouvelle génération d’écrivains et de chercheurs, dont Salem   Chaker, Kamal Nait Zerrad et Amar Mezdad, apparut pour continuer l’oeuvre entamée par les pionniers susnommés. Résultats, beaucoup d’ouvrages (recueils de poésie, nouvelles, romans, dictionnaires, etc.), écrits en  kabyle, transcrits en caractères latins modifiés, furent édités. On peut dire donc qu’aujourd’hui le kabyle dispose d’une tradition d’écriture et d’une littérature écrite assez importantes, ce qui le rend comme le dialecte le plus apte à devenir la langue commune des Berbères en Algérie.

 

A cela s’ajoute le fait que le kabyle est le premier et le seul parmi les dialectes berbères à avoir eu accès au domaine de l’audiovisuel. En plus de la radio chaîne II héritée du colonialisme, ledit dialecte dispose actuellement d’une autre station radio et d’une chaîne de télévision émettant depuis la France (BRTV). Le kabyle est jusqu’à nos jours le seul utilisé au cinéma (films : Adrar n Baya, Tawrirt yettwattun, Macahu). Sans oublier qu’il est également aujourd’hui l’unique dialecte utilisé dans la presse écrite / électronique (titres : Izuran, ABC-Amazigh, imyura.net, ayamun.fr, etc).

 

 En outre, contrairement aux autres dialectes confinés dans leurs régions en raison du conservatisme sclérosant qui empêche la plupart des locuteurs d’avoir des contacts avec les étrangers (voir les Mozabites) et du sentiment de dévalorisation qui accompagne d’autres locuteurs (voir les Chaouis et les Chenouis) les obligeant d’adopter d’autres langues que la leur toutes les fois qu’ils se déplacent hors de leur environnement immédiat, le kabyle s’est déployé pour atteindre même l’Europe et le Canada2 où une forte communauté kabylophone vit pleinement son identité amazighe i.e.; par la pratique de la langue maternelle, l’attachement aux coutumes ancestrales et la lutte, avec toutes ses formes pacifiques, en faveur de tamazight.

 

Le dialecte kabyle est aussi la langue de  l’intelligentsia berbère (M.Mammeri, M.Feraoun, T.Djaoul, S-Chaker.A.Abdenour, etc.), des politiciens de renom (H.Ait Ahmed, S.Sadi, M. Aït Larbi, A.Y-Abdenour, M. Issaad, etc.) et des artistes célèbres (Ait Menguellet, Matoub, Idir, Takfarinas, Ferhat, etc.)3 qui ont tous contribué à la diffusion et à la notoriété dudit dialecte aussi bien en Algérie qu’à l’étranger.

 

Finalement, la Kabylie est la seule région berbérophone qui a tant lutté et tant souffert pour la cause berbère. Qui de nos jours ignore la signification du Printemps berbère, un 30 avril 1980 où des étudiants kabyles, ayant soulevé le problème identitaire, furent attaqués à l’enceinte même de l’université de Tizi-Ouzou par une horde de bâtards à la solde d’un régime extrêmement opposé à tamazight ? Et aujourd’hui, alors que les Kabyles offrent jusqu’à leurs vies pour que vive tamazight, les habitants des autres régions berbérophones continuent de s’enliser dans leur propre mutisme comme si cette langue leur est totalement étrangère. Il va de soi donc que c’est le dialecte des Kabyles qui mérite d’être promu au rang de la langue commune.

 

L’État algérien est par conséquent appelé à appliquer immédiatement celle mesure ; et la meilleure façon pour que sa décision ait un écho dans toute l’Algérie c’est d’émettre un décret présidentiel ou ministériel donnant officiellement le statut de la langue nationale et officielle (à côté de l’arabe) au dialecte kabyle.

 

3 – La création d’une académie de langue amazighe en Algérie :

 

Une telle institution aura pour mission de veiller sur l’épanouissement, le développement et la vulgarisation de tamazight. Elle émettra des recommandations concernant la langue (diffusion de normes de bon usage), elle enrichira la langue par la récupération des unités lexicales tombées en désuétude ou en voie de disparition et par l’introduction des, néologismes, elle s’occupera du contrôle des publications afin, au moins, de réduire les écarts par rapport a la norme de la langue standard, elle encouragera la production littéraire scientifique / linguistique en organisant régulièrement des colloques et des concours de meilleures œuvres, etc.

 

Pour que son travail soit efficace, ladite institution doit réunir de véritables spécialistes en langue et culture amazighes. Quant à l’État, si vraiment il a de bonnes intentions envers tamazight, il doit mettre à la disposition desdits spécialistes tout ce dont ils auront besoin pour l’accomplissement des lâches qui leur sont confiées.

 

4 – Le déverrouillage du champ médiatique  :

 

La télévision et la radio, à côté de l’école, jouent un rôle extrêmement important dans la vulgarisation et le développement de la langue. Pour cette raison, la première action à entreprendre dans ce domaine, si l’État entend effectivement à mettre tamazight à pied d’égalité avec l’arabe, est le renforcement du paysage médiatique algérien par une chaîne de télévision publique en langue amazighe, laquelle chaîne doit être dotée, comme l’ENTV, de tous les moyens : humains, structurels et financiers.

 

En plus, l’État doit ouvrir ce secteur sensible aux hommes d’affaires afin qu’ils créent, à l’instar de la BRTV installée en France, leurs propres chaînes de télévision en tamazight.

 

Concernant la radio, l’État a le devoir avant tout d’améliorer les infrastructures de la chaîne II qui, actuellement, n’est même pas captée convenablement en Kabylie4. En outre, les autorités doivent la doter en personnels qualifiés et en moyens financiers afin de pouvoir réaliser des émissions à la hauteur de son public, Ensuite, comme pour la télévision, l’État doit réfléchir à ouvrir les voies aux privés pour qu’ils puissent investir dans la création de chaînes, à l’étendue nationale nu régionale, en langue berbère.

 

5 – L’encouragement des activités culturelles amazighes :

 

Il existe en Algérie, dans les domaines du théâtre et du cinéma, des acteurs et des réalisateurs berbérophones de haut niveau5. Ce qui manque ce sont plutôt des locaux où l’on peut s’exercer et exercer son métier. Pour cela, l’État est appelé à construire – ou à laisser le privé construire – des théâtres et des studios pour le besoin de la réalisation et / ou du doublage de films en langue amazighe. En plus, l’État doit lever toute contrainte susceptible de gêner un producteur de films amazighs6. En fait, l’importance des facilités que les autorités compétentes doivent offrir à un producteur réside dans le fait qu’elles incitent les autres producteurs à s’impliquer dans l’expérience, certes très récente mais très prometteuse, de ta production de films en langue berbère.

 

6 – L’introduction de tamazight dans l’environnement :

 

Si la Kabylie a déjà avancé d’un grand pas dans ce domaine, il reste d’autres régions, de surcroît amazighophones, qui n’ont jamais connu une telle expérience. Pour cela, et afin de concrétiser le caractère national de tamazight, l’État doit lancer une campagne de berbérisation de l’environnement (noms de villes et villages, de rues, d’institutions, de boutiques, de cours d’eau, etc.) à l’échelle nationale. Et pour que cette opération se réalise sur le terrain, elle doit être renforcée par une loi, comme celle obligeant tout commerçant d’écrire en arabe le nom de son activité sur l’enseigne de sa boutique.

___________________________

 

Notes :

 

1. Un groupe de pseudo-linguistes islaino-baathistes qui n’ont jamais rien apporté à tamazight a récemment monté sur scène appelant à l’adoption des caractères arabes.

   2. A titre d’exemple, le Club Amazigh Averroès de Montréal a adressé une lettre au Ministre français de l’éducation, M Jack Lang, dans laquelle il soutient l’enseignement de tamazight en France où cette langue existe déjà comme épreuve facultative au baccalauréat,

3. La chanson de « A-yemma ber ur ttru », de Farid Ali, a été chantée même par des Chinois lors d’une semaine culturelle chinoise à Alger dans les années 80.

    4. L’État algérien a investi des sommes colossales d’argent dans la création des trois (la quatrième étant en voie de réalisation) chaînes de télévision utilisant l’arabe et le français, comme il a renouvelé l’infrastructure des radios chaîne I et chaîne III, mais il continue de tourner son « derrière » a tout ce qui peut développer tamazight.

5. Rappelons que la gloire de la plupart des films et pièces théâtrales de l’Algérie post-indépendante a été faite par des acteurs kabyles (Rouiched, M. et S. Hilmi, H. El Hassani, S-A. Agoumi, Ch Nordine, A. Kadri dit Qriquech, etc.).

6. Qui ne se rappelle des entraves qu’a connues le film « tawrirt yettwattun » de Bouguermouh, juste avant et pendant sa réalisation ?

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans tamazight(65) | Pas de Commentaires »

Chronologie du mouvement berbère d’aprés 1980

Posté par algeriedemocratie le 30 août 2009

Chronologie du mouvement berbère d’aprés 1980

21 juin 2005

addthis_url = location.href; addthis_title = document.title; addthis_pub = ‘sif’; 1 au 31 Août 1980 :

Un grand nombre de militants du Mouvement culturel berbère et de la démocratie, composé de spécialistes en histoire, sociologie, linguistique, cinéma… et de citoyens autodidactes se réunissent, durant un mois, à Yakouren (Azazga) dans un séminaire.

Ce premier séminaire du Mouvement culturel berbère avait pour tâche de préparer un document, devant refléter les revendications et les propositions du mouvement, pour être présenté à la discussion au sein du Comité central du FLN qui préparait un débat général concernant le dossier culturel.

Le séminaire de Yakouren avait pour objet de  » poser (…) clairement le problème de la culture en Algérie afin de dépasser les fausses accusations dont la presse nationale notamment s’est encore récemment faite l’écho, et dont les propos incendiaires ont failli conduire à l’irréparable ».

Ce problème de culture en Algérie s’articule, selon les séminaristes, autour de trois axes principaux : 1- Le problème de l’identité culturelle du peuple algérien. 2- Le problème des libertés d’expression culturelle. 3- Le problème de la culture dans la politique de développement.

Voici quelques propositions de différentes commissions du séminaire

La commission « culture et développement de la société » propose entre autres :
-  La décentralisation des moyens et des pouvoirs de décision : consulter et faire participer les travailleurs et les paysans dans ce domaine.
-  L’équilibre régional économique avec pour critère de base la minimisation des migrations de travail
-  La démocratisation de l’enseignement, son authenticité et sa progression dans le but de former un Algérien capable de répondre aux aspirations des masses Laborieuses au niveau de tous les domaines.
-  Promouvoir l’utilisation et l’enseignement du berbère et de l’Arabe algérien
-  Promouvoir l’épanouissement et la transmission de notre patrimoine culturel dans un cadre moderne et progressiste en fonction de révolution globale de la Société.

La commission « Langues populaires » quand à elle propose entre autres de :
-  Mettre fin a la marginalisation de la culture du peuple algérien, donc de défi­nir la culture nationale en fonction de la culture populaire dans toute Sa diver­sité. Ceci implique la reconnaissance institutionnelle des langues du peuple algérien (arabe algérien et tamazight) en tant que langues nationales.
-  Donner les moyens publics de développement suppose ré-appropriation, enri­chissement et diffusion.

Le rapport de la commission « Libertés d’expression culturelles » propose de
-  Permettre au journaliste de jouer son rôle d’informateur objectif sur le sujet traité, par le droit à la critique et au commentaire ; ceci passe par la levée des entraves de la censure, des blocages au niveau des moyens matériels (locaux, laboratoires, photo etc..).
-  Utiliser les langues du peuple algérien (arabe algérien, berbère) dans le système de l’information, au moins dans un premier temps au niveau de la Radio et de la Télévision, par la suite (…) au niveau de la presse écrite ;
-  Faire du journal télévisé un véritable « télévisé » et non « parlé », par le droit au journaliste à une information contradictoire à celle d’autres organes en lui lais­sant la possibilité de l’argumentation…
-  Décentraliser les moyens de l’information au niveau national…
-  La circulation d’une information objective à tous les niveaux…
-  La synthèse des travaux du Séminaire de Yakouren. In : « Préparation du dos­sier culturel – Séminaire de Yakouren.

14 Septembre 1980 :

Coup d’envoi de l’arabisation des sciences sociales à l’Université.

26 Décembre 1980 :

Un groupe de militants berbéristes dépose à la wilaya de Tizi-Ouzou les statuts d’une associa­tion à caractère culturel dénommée Tiwizi (entraide). Une année après aucune réponse n’a été donnée par les autorités.

Création du Haut Conseil de la Langue Nationale (HCLN) – sous la présidence de Abdelhamid Mehri. Sa mission est d’appliquer la résolution du Comité Central du FLN de juin 1980.

12 Mars 1981 :

Ouverture du débat sur la politique culturelle nationale au sein du parti FLN.

15 Mars 1981 :

Grève générale de 24 heures et meeting à Tizi-Ouzou regroupant des milliers de personnes pour protester contre la ligne officielle lors du débat national sur la culture.

19 et 20 Avril 1981 :

Manifestations à Tizi-Ouzou pour com­mémorer le 1er anniversaire des événements de Kabylie d’avril 1980. Elles répondent à l’appel de la coordination qui a regroupé les étudiants, lycéens, enseignants et travailleurs pour faire du 20 avril une journée anti-répression et pour réaf­firmer les positions du mouvement culturel berbère : « arabe algérien et tamazight = langues nationales ; reconnaissance des libertés démocratiques, libération des prisonniers… ».

Ces manifestations drainent des foules d’environ 10000 personnes. La journée du 20 avril sera commémorée chaque année comme symbole du combat amazigh et aussi un signe de la continuité du Mouvement culturel berbère.

29 Avril 1981 :

Mouloud Mammeri, Kateb Yacine, Salem Chaker, M’hamed Issiakhem, Mohand Idir Ait-Amrane et d’autres universitaires et militants berbéristes déposent, au ministère de l’Intérieur, une demande d’agrément d’une association culturelle dénommée « Amuger ». L’objectif de l’association est de « favoriser l’épanouissement de la culture populaire et de participer à son enrichissement par la promotion du patrimoine culturel national dans toutes ses com­posantes, notamment la langue berbère ».

19 Mai 1981 :

A l’occasion de la journée nationale de l’Étudiant une marche est initiée par des établissements publics et administratifs (lycées, unités économiques et de services) à Béjaïa. Les manifestants scandent des mots d’ordre tels que :
-   »Non au détournement du projet universitaire de Béjaïa.
-  Reconnaissance des langues populaires (arabe algérien et tamazight).
-  Résolution des problèmes de la jeunesse du département.
-  Pour les libertés démocratiques. »
-  Les forces de l’ordre interviennent et l’excitation engendre l’affrontement. Des actes de vandalisme sont enregistrés. Un couvre-feu a, semble-t-il, été instauré à Béjaïa à partir de 18h 30.

Des arrestations massives touchent les membres des col­lectifs et comités culturels de la région de Béjaïa. Trente et un militants sont arrêtés. Les chefs d’inculpation sont :
-  Rassemblement, incitation au rassemblement, partici­pation et distribution de tracts à but de propagande.

Dans une lettre ouverte au président Chadli Bendjedid, envoyée probablement au courant du mois de novembre 1981 de la prison civile de Béjaïa, ces inculpés dénoncent les sévices corporels (coups de pieds, coups de poing, violences au niveau de l’appareil génital…) et autres tortures, morales (attente, intimidation avec armes, menaces…). Ils dénoncent également le non-respect du délai de garde à vue (allant jus­qu’à 120h).

Dans cette lettre, les détenus signalent au Président de la République qu’ils ont été contraints de reconnaître des faits qu’ils n’ont jamais commis et de signer obligatoirement les procès verbaux.

Ces inculpés sont les suivants : Med Cherif Bellache (lycéen), Boukhalfa Bellache (lycéen), Med Larbi Boutrid (lycéen), Salah Taybi (lycéen), Azzedine Madaoui (lycéen), Zaher Chibane (lycéen), Djamel Menguelati (lycéen), Zaher Aouchiche (lycéen), Med Salah Messalti (lycéen), Mokrane Agoun (lycéen), Zoubir Tarki (lycéen), Med Said Belalouache (lycéen), Abdennour Yanat (lycéen), Ali Benamsili (lycéen), Mustapha Brahiti (lycéen), Farid Zadi (lycéen), Med Akli Benalaoua (lycéen), Abdelaziz Merabet (lycéen), Mouloud laichouchene (lycéen). Ali Gharbi (enseignant), Abdelkader Guidjou (enseignant), Ali Dai (enseignant), Salati Moussouni (enseignant), Tayeb Chebi (enseignant), Mohamed-Ourabah Ait Heddad (enseignant). Kamel Merdes (fonctionnaire), Khelil Aizel (fonctionnaire), Moussa Talbi (ouvrier), Mouloud Belal (ouvrier). Hamid Lakhdari (employé). Moussa Cheurfa (agent technique).

19 Mai 1981 :

Seize (16) personnes sont arrêtées à Akbou dans la wilaya de Béjaïa. Ils sont condamnés à des peines allant de quelques mois à quatre ans de prison. Ce sont : Amar Boukedami, Smail Ait Meddour, Belkacem Souagui, Zoubir Chekkar, Mebrouk Hamidouche, Abdesslam Tiar, Smail Maamri, Mokrane Baaziz, Abdennour Benyahia, Abdennour Meldiloufi, Abdelmalek Halfaoui, Abderrahmane Nasroune, Youcef Chilha, Hider Chikhoune, Zoubir Berkani, Amar Idri.

A l’occasion de la journée nationale de Étudiant, des étudiants et travailleurs de l’Université d’Alger, militants du Mouvement culturel berbère et militants démocrates tiennent un meeting d’information dans l’enceinte l’université. Des militants bâathistes interviennent pour briser le meeting et une confrontation violente entre les deux s’ensuit . La police intervient, occupe l’université et fait arrêter les militants berbéristes. Les arrestations ne touchent qu’un seul camp, celui des berbéristes. Les éléments bâa­thistes, après leurs méfaits, sortent sous la protection des ser­vices de police.

23 Mai 1981 :

Vingt-deux étudiants et travailleurs de l’Université d’Alger, membres des collectifs d’étudiants, militants du Mouvement culturel berbère, sont arrêtés par la police à Alger suite à l’incident du 19 mai 1981. Les chefs d’inculpation sont :
-  atteinte à la sûreté de l’État ;
-  atteinte à l’unité nationale ;
-  constitution de collectif à caractère subversif ;
-  complot-rébellion, atteinte à la personnalité nationale -rédaction, détention et diffusion de tracts et de documents séditieux – association de malfaiteurs – port d’armes prohibées – destruction de biens publics et de monuments – attroupement. ».

Lors de l’interrogatoire dans les locaux de la police, les inculpés sont interrogés sur leurs opinions, leur position vis-à-vis de la question berbère, leurs activités au sein du collectif démocratique à l’université et l’incident du 19 mai

Ces vingt-deux détenus sont les suivants : Abdennour Houati, Lakhdar Mames, Meziane Ourad, Rabah Belahouane, Cherif Akeb, Arezki Benramdane, Arezki Ait-Larbi, Mokrane Laksi, Mohamed Ameziane Bencheikh, Mustapha Benkhemmou, Ali Ihadadene, Omar Zeggane, Hachimi Ihadadene, Salah Boukrif, Rachid Bouchenna, Abderrazak Hammouda, Rachid Kaci, Mouloud Fellag, Youcef Ait-Chelouche, Ihsene Elkadi, Messaoud Lahma ; Mustapha Bacha.

3 Août 1981 :

Les forces de l’ordre investissent le centre universitaire de Tizi-Ouzou (C.U.T.O) afin d’empêcher la tenue d’une université d’été dont l’objectif est le débat sur langue et la culture amazigh ainsi que la formation accélérée d’enseignants.

Les forces de l’ordre occuperont l’université jusqu’au 6 septembre 1981.

Rachid Aliche publie le premier roman en berbère chez Fédérop en France. Intitulé « Asfel, il traite de la quête de la berbérité. « Asfel » sera suivi de « Askuti »(Le boy scout) de Saïd Sadi, de « Fafa » de Rachid Aliche de « Id d wass » de Amar Mezdad et d’autres romans tels que « Tafrara » de Salem Zenia.

23 Septembre 1981 :

Le ministre de l’Enseignement supé­rieur, M. Abdelhak Brerhi annonce la création de quatre départements de culture et dialectes populaires dans les uni­versités d’Alger, d’Oran, de Constantine et de Annaba. 6 Octobre 1981 :

Hocine Sadi alias Hend, animateur du Mouvement culturel berbère et enseignant au centre universitaire de Tizi-Ouzou, adresse une « lettre aux citoyens ». Dans cette lettre Hend Sadi dénonce un autre instrument de répression utilisé par le pouvoir, à savoir l’appel qu’il vient de recevoir pour le service national, alors qu’une carte de dispense pour cause de maladie lui a été délivrée par les ser­vices de l’hôpital militaire Maillot en 1977.

reçoit l’ordre d’appel et il est affecté à Batna qu’il refuse de rejoindre. Pour lui il s’agit « de maquiller la répres­sion en la revêtant de l’uniforme militaire. Cela présente éga­lement l’avantage que le tribunal militaire offre plus de pos­sibilités que la justice civile qui a du mal avec les détenus du mouvement culturel d’El-Harrach et de Petite-Kabylie.

12 Octobre 1981 : Par décision du ministère de la Santé publique, le Dr Saïd Sadi, médecin à l’hôpital de Tizi-Ouzou et animateur du Mouvement Culturel Berbère est muté à Khenchela.

Cette mutation est venue après la vague d’arrestations qu’a connue la Kabylie (Tizi-Ouzou et Béjaïa) et Alger, touchant des militants berbéristes, après la fermeture du centre universitaire de Tizi-Ouzou, et aussi après l’appel au service national de Hend Sadi.

Un mouvement de solidarité pour la réintégration du Dr Sadi est initié, particulièrement par le Comité de wilaya de Tizi-Ouzou de l’Union médicale algérienne (U.M.A). Ce comité sera dissout par les autorités locales en 1985.

Au même moment, deux travailleurs de la Sonelec (devenue ENIEM) de Oued-Aissi (Tizi-Ouzou) ainsi que trois autres travailleurs de la Sonitex (Société nationale des industries textiles) de Draa-Ben-Khedda (Tizi-Ouzou) sont mutés en dehors de leur Wilaya.

Moussaoui Khellaf et Berdous Maamar (un des 24 déte­nus d’avril 1980) de la Sonelec ; Rabah Benchikhoune, contremaître à la Sonitex, est muté à EI-Harrach. Brahim Bentaleb, chef de service à la Sonitex, est muté à Alger. Mahmoud Ainouz, acheteur à la Sonitex, est muté à Bab-Ezzouar. Ce dernier a, semble-t-il, été surpris en train de diffuser un tract appelant la population à boycotter l’ensei­gnement et à une grève pour le 28 septembre 1981.

28 Octobre 1981 : Les inculpés du 19 mai 1981 de Béjaïa après cinq mois de détention comparaissent devant la cour correctionnelle de Béjaïa. Ils sont condamnés à des peines allant de 10 mois à 4 ans de prison et 5 années d’interdiction de l’enseignement pour Salah Moussouni, professeur de l’enseignement secondaire (P. E. S) et Tayeb Chebi (P.E.S). Deux sont relaxés.

Dans leur lettre ouverte au Président Bendjedid, que nous avons déjà citée, ils informent ce dernier des conditio­ns judiciaires anormales dans lesquelles s’est déroulé leur procès. Il s’agit notamment de la durée puisque le procès s’est tenu dans une seule journée, pour juger 28 personnes. Ils informent aussi le Président qu’ils n’ont pas bénéficié d’une défense, leurs avocats ayant été exclus de l’audience et aussi que les questions du juge d’instruction ne correspondaient pas aux chefs d’inculpation. Ils rejettent les peines qui « ne reflètent pas les actes dont (ils ont) été accusés ».

Le même jour trois étudiants du centre universitaire de Tizi-Ouzou : Aziz Tari, Djamel Zenati et Idriss Lamari, présents au procès après leur convocation par le juge sont condamnés à quatre années de prison. Tous les détenus jugés et condamnés feront appel.

14 Novembre 1981 :

Vingt cinq des détenus de la prison de Béjaïa entament une grève de la faim pour protester contre leur détention et les conditions de déroulement de leur procès. Ils mettent fin à leur grève le 22 novembre 1981, après avoir obtenu une réponse positive, de voir leur affaire repasser en justice en décembre 1981.

25 Novembre 1981 :

Le tribunal de Tigzirt (Tizi-Ouzou) convoque neuf anciens condamnés d’août 1976, de Ouaguenoun. Ces militants du Mouvement berbère : Ali Yousfi (26 ans, agent d’administration), Mohamed Arezki Bellil (26 ans, agent d’administration), Akli Adjioua (27 ans, journalier), Hassène Messaoudène (29 ans, technicien), Ahmed Chelli (27ans, secrétaire d’administration), Belaïd Serdjane (26 ans, journalier), Rabah Chikhaoui (27 ans, journalier), Mohamed Idiri (26 ans, maçon), Amar Ait-Ali (25 ans, journalier) avaient été condamnés en 1976 à des peines allant de 3 à 12 mois de prison préventive pour déten­tion de l’alphabet Tifinagh, distribué par I’ Académie Agraw Imazighen de Mohand Arab Bessaoud.

13 Avril 1982 :

La communauté universitaire de Tizi-Ouzou appelle, dans un tract, à la commémoration de la journée du 20 avril 1980 journée anti-répression pour « dire ensemble nous n’avons pas oublié » (…) que le 20 avril 1980, le gouvernement a lâché ses chiens sur les étudiants et les travailleurs de la région pour toute réponse à la revendication culturelle pacifique ».

Il est dénoncé, à travers ce tract, la répression qui conti­nue sous d’autres formes, menée par le pouvoir contre la revendication de tamazight et de la liberté d’expression, licenciements, les mutations arbitraires et les exclusions de lycéens sympathisants du Mouvement.

La communauté universitaire de Tizi-Ouzou se solidarise avec toutes les victimes de la répression pour délit d’opinion et revendique la reconnaissance des langue populaires algériennes comme langues nationales (le berbère et l’arabe populaire) et le respect des libertés démocratiques.

Par ailleurs, une semaine culturelle et de solidarité avec les détenus du Mouvement culturel berbère est programmée du 17 au 24 avril 1982. Une table ronde est prévue sur l’histoire du mouvement nationaliste algérien avec les colonels Amar Ouamrane, Slimane Dehiles dit Sadek, Tahar Zbiri et les avocats du collectif. Est prévu aussi le baptême des cités universitaires de M’douha (jeunes filles) et Hasnaoua pour leur attribuer les noms de Taos Amrouche et Belkacem Krim. Ferhat Mehenni, Malika Domrane, le groupe Ichen­wiyen du Chenoua et d’autres doivent animer un gala. Le même jour les responsables de l’université interdisent l’affichage et la tenue d’assemblées générales.

14 Avril 1982

Le préfet de Tizi-Ouzou prend contact avec les comités de cité pour discuter des évérements qui viennent de se dérouler. Il leur signifie que « les baptêmes constituent des actes de rébellion qui appelleraient l’intervention des forces de l’ordre « quitte à reproduire le 20 avril 1980″

15 Avril 1982 :

Par un communiqué signé par le conseil de université (CUTO) et le conseil de la direction du COUS et sur décision ministérielle, les étudiants sont informés de la fermeture de « l’ensemble des infrastructures universitaires à partir du samedi 17 avril 1982 et les infrastructures d’hébergement le 16 avril 1982 à 18h et ce jusqu’à une date ultérieure.

18 Avril 1982 :

Les gendarmes occupent le centre universitaire de Tizi-Ouzou

20 Avril 1982 :

Les lycéens de la région de Tizi-Ouzou déclenchent une grève spontanée. Elle est suivie par la fermeture de leurs lycées.

Un arrêt de travail de protestation d’une durée de deux heures est observé par les travailleurs de l’usine Sonelec de Oued-Aïssi.

Les actes de protestation des lycéens sont considérés par le Secrétaire État à l’Enseignement secondaire et tech­nique dans une circulaire du 3 mai 1982, adressée aux directeurs de l’Education, chefs d’établissements, inspecteurs et enseignants de son secteur et aux associations des parents d’élèves, comme « des tentatives d’agitation » conduites par des « aventuriers » dans le but d’utiliser les élèves à des « fins contraires à l’intérêt de la révolution, en semant le doute, la confusion ». Il y rappelle le rôle de l’éducateur dont la mis­sion est d’orienter l’élève dans la voie qui le préservera de tout extrémisme et déviation, conformément aux principes du FLN et aux options fondamentales de notre peuple ».

L’école doit être, selon le Secrétaire État, une pépinière active du Parti, le FLN. Il invite les directeurs de l’éducation et les chefs d’établissements à informer les services de son secteur de toute perturbation.

7 Juillet 1982 :

Un magister de culture populaire est créé par arrêté et implanté au sein des instituts de langue et de culture arabes d’Alger, d’Oran, de Constantine, et d’Annaba.

2 Novembre 1982 :

Après les événements du 19 mai 1981, provoqués par une agression d’islamo-bâathistes contre des étudiants et travailleurs berbéristes et démocrates, et qui a vu les islamistes prendre le dessus, l’embrigadement des universités et des cités universitaires par les islamistes et les bâathistes commence avec la bénédiction du pouvoir. Les étudiants berbéristes essayent de réoccuper le terrain.

C’est ainsi qu’un groupe d’étudiants de la cité universitaire de Ben-Aknoun dont faisait partie Kamel Amzal, étudiant à l’institut des langues étrangères de l’Université d’Alger et militant berbériste, et après des réunions restreintes, décide d’afficher dans le foyer de la cité un appel à une assemblée générale. A ce moment interviennent des islamo-bâathistes qui déclenchent un affrontement. Il se solde par l’assassinat de Kamel Amzal qui tenait une affiche, avec une arme blanche, par les intégristes islamistes.

28 Janvier 1983 :

Slimane Azem, poète et chanteur kabyle, meurt en exil à Moissac (Tam et Garonne) en France à l’âge de 65 ans, suite à une maladie.

11 Février 1983 :

Salem Chaker, chercheur et militant berbèriste vivant en France est interpellé à son arrivée, de retour au pays, à l’aéroport d’Alger. Il est convoqué et interrogé par la police. Il regagne, le 27 février 1983 la France après plusieurs tracasseries, moyen trouvé par le pouvoir pour intimider les militants berbéristes.

C’est durant cette période que le Président Chadli entame une visite en Kabylie. Elle est boycottée par la population et même par les lycéens de Tizi-Ouzou mobilisés spécialement pour recevoir le Président, montrant ainsi leur mécontentement et leur refus de la politique du pouvoir.

20 Avril 1983 :

Commémoration du troisième anniversaire de la journée du 20 avril. Des conférences, projections de films, galas et présentation de pièces de théâtre sont au programme.

Une conférence axée essentiellement sur le mouvement national algérien et la question berbère est présentée par Maître Mabrouk Belhocine, ancien militant du PPA et du FLN.

Des grèves symboliques et des recueillements sont, par ailleurs, observés par les lycéens, étudiants et travailleurs de la région.

8 Mai 1983 :

Un texte signé par 31 militants du Mouvement Culturel Berbère est envoyé au Président de la République pour réaffirmer que leurs revendications (reconnaissance officielle des langues populaires, tamazight et arabe algérien, Libertés démocratiques), restent entières.

Saïd Sadi publie un roman en berbère intitulé « Askuti » (le boy scout). Il raconte l’histoire d’un jeune lycéen qui a rejoint le maquis en 1956 et qui se retrouve tortionnaire après l’indépendance, dans les locaux de la police, jusqu’en 1980

Début Avril 1984 :

La communauté universitaire de Tizi-Ouzou rend public un tract pour la célébration du 4e anniversaire du Printemps berbère. Dans ce document, les berbéristes mettent l’accent sur leur décision de prendre dorénavant en charge eux-mêmes les problèmes et les reven­dications. Ils proposent :
-   »(La) généralisation de l’enseignement de tamazight aux universités, lycées, entreprises, villages… ;
-  (1’) organisation des comités (de villages, de cités, de quartiers, d’usines… ) pour solutionner les problèmes sociaux et développer des activités culturelles et renforcer la solidarité populaire ;
-  (la) lutte contre les courants passéistes (maraboutisme, intégrisme) qui bloquent le progrès de (la) société ;
-  (le) soutien aux luttes populaires qui visent à réaliser plus de liberté et de justice sociale (lutte des femmes, ouvriers, étudiants, paysans…) ».

12 Avril 1984 :

Un groupe de fils de chouhada militants du Mouvement culturel berbère adresse au wali de Tizi-Ouzou une demande d’agrément d’une association à but non lucratif dénommée « Tighri ». Cette association s’est fixé pour objectifs, entre autres, « la contribution à l’écri­ture et la vulgarisation de l’histoire du mouvement de libération nationale, par des études, enquêtes, sémi­naires… La contribution à la vie culturelle, défense de la mémoire des martyrs et des principes fondamentaux pour lesquels ils se sont sacrifiés… ». Cette demande d’agré­ment leur sera refusée par le wali le 14 juin 1984. Moins d’une année après, une campagne de répression sera lan­cée par le pouvoir. Plusieurs dizaines de fils de martyrs et militants berbéristes seront emprisonnés.

16 Avril 1984 :

Le sous-préfet d’Azazga rejette la demande de passeport du chanteur Ferhat Mehenni. La cause évoquée est « l’avis défavorable des services de sécurité ».

Un autre berbériste, Ramdane Achab, enseignant de mathématiques au CUID et enseignant de tamazight (enseignement non autorisé officiellement) a vu, lui aussi, sa demande de passeport rejetée le 6 août 1984.

20 Avril 1984 :

Commémoration exceptionnelle du 4e anniversaire du 20 avril. Les festivités durent, pour la première fois, six jours. Elles sont variées et nombreuses : projections de films, conférences animées par Mahfoud Kaddache (historien), Rachid Mimouni (écrivain) et Nabil Farès (écrivain), exposition sur les événements d’avril 1980, les détenus du mouvement berbériste, pièces de théâtre en arabe et en kabyle, soirée poétique et gala à Oued-Aïssi.

13 Mai 1984

Les services de police de l’aéroport d’Alger interpellent Saïd Doumane, militant berbériste et enseignant au CUTO, et s’opposent à son départ pour la Pologne où il devait prendre part à un colloque international universitaire, sans lui donner aucune explication.

Juin 1984 :

Mokrane Chemime, militant berbériste et détenu de 1980 est convoqué à Sétif pour, selon Tafsut, « détention préventive ». Il est emprisonné durant cinq jours. il est libéré après avoir entamé une grève de la faim

25 Octobre 1984 :

Arezki Abbout, secrétaire général de la section syndicale du CUTO, militant berbériste et membre de l’Association des fils de chouhada et Ferhat Mehenni, lui aussi membre de la dite association, sont arrêtés à leurs domiciles. Ils sont conduits à Blida où ils subissent des interroga­toires.

7 Février 1985 :

A l’ouverture du Séminaire sur l’histoire de la révolution algérienne en wilaya III (la Kabylie), six membres du comité de wilaya de Tizi-Ouzou des enfants de chouhada (martyrs de la révolution) Noureddine Aït-Hammouda (fils du colonel Amirouche), Mokrane Ait-Larbi (avocat), Nacer Babouche, Rabah Benchikhoune (travailleur licencié de Cotitex de Draa-Ben-Khedda), Amar Fali (médecin) et Ferhat Mehenni (chanteur- Imazighen Imoula), voulant prendre la parole, sont arrêtés par la police.

Dans un appel à la population lancé le 10 février 1985, le comité des enfants de chouhada de la wilaya de Tizi-Ouzou rappelle que le seul crime des prisonniers « a été d’avoir dénoncé publiquement la confiscation et l’exploitation tendancieuse qui est faite de la mémoire des martyrs, par ceux qui veulent légitimer leur domination, et revendiqué le droit à la parole et la dignité pour tous les citoyens »

Ils dénoncent notamment l’arbitraire, la répression, la confiscation de la mémoire des martyrs et la falsification de l’histoire.

9 Février 1985 :

Le Dr Saïd Sadi, un des animateurs du Mouvement culturel berbère, rejoint les inculpés du 7 février. Il est kidnappé en ville (Tizi-Ouzou) pour avoir manifesté sa solidarité avec les détenus en question.

13 Février 1985 : Les six détenus devenus sept sont jugés, en présence de milliers de citoyens mobilisés par le comité des enfants de chouhada, pour « délit de droit commun » par le tribunal de Tizi-Ouzou qui prononce la relaxe.

Dans une déclaration où ils expliquent les causes et les effets de leur arrestation, les relaxés lancent un appel à l’union de tous les Algériens « afin d’imposer un État de droit qui garantisse à tout citoyen la liberté d’expression ».

Ils interpellent le pouvoir pour qu’il  » admette que les problèmes sont posés hors de ses structures et que leurs solutions ne peuvent être que politiques ».

5 Juin 1985

De violents affrontements entre les Mozabites (berbérophones de rite ibadhite) et les M’dabih-Chaambas (arabophones de rite malikite) sont déclenchés à Ghardaïa

Ces affrontements intercommunautaires font deux morts, une cinquantaine de blessés et occasionnent la destruction de plusieurs édifices, magasins, petites unités de production, vitrines et écoles appartenant aux Mozabites.

30 Juin 1985 :

Un groupe de militants des droits de l’homme tous militants du Mouvement culturel berbère, dépose une demande d’agrément et les statuts de la « Ligue algérienne pour les droits de l’homme » (LADH). Ses objectifs sont :

-  La défense des libertés fondamentales individuelles et politiques ;

-  La dénonciation, quelles que soient les motivations, des violations caractérisées des droits de l’homme, et des atteintes à la liberté de pensée, d’expression, d’opinion, de réunion, d’association, culturelle, syndicale, etc. »

La naissance de cette ligue dite « berbériste », par le fait de sa composante humaine, la plupart de ses cadres sont ani­mateurs du Mouvement culturel berbère, est venue suite aux divergences nées entre les militants des droits de l’homme de diverses tendances politiques et idéologiques au sujet des points suivants :

-  La présidence de la ligue, sa relation avec le FLN, son affiliation à la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH).

L’idée de sa création mûrit au courant de l’automne 84, au sein d’un groupe de militants du Mouvement culturel berbère de Tizi-Ouzou et d’un groupe d’avocats d’Alger et de Tizi-Ouzou . Ils envisagent de constituer une « organisation berbère (kabyle) de défense des droits de l’homme ».

Mais le souci de créer une ligue nationale et non locale pousse ce groupe à élargir son champ à d’autres militants appartenant à d’autres régions du pays. C’est ainsi que des contacts sont pris, à la mi-décembre 1984, par l’intermé­diaire de Maître Hocine Zehouane, avec d’autres militants d’Alger : des universitaires marxistes, d’anciens respon­sables du FLN de la wilaya IV, d’anciens maquisards, des éléments d’extrême gauche trotskistes (OST) et des uni­versitaires indépendants. La majorité des militants d’Alger, non berbéristes, choisissent en mars 1985 Maître Omar Menouer pour présider la ligue naissante, écartant ainsi Maître Abdenour Ali-Yahia proche des berbéristes. Ces der­niers, minoritaires, se retirent et fondent leur propre ligue : la LADH.

La LADH ne reçoit pas d’agrément. Ses membres fon­dateurs seront sérieusement réprimés et emprisonnés par le régime. Une campagne de presse est déclenchée contre eux les accusant d’être des « opposants au régime », des « ’anti-nationalistes » et des « berbéristes manipulés ».

« Le recours à la tromperie sous le couvert des « droits de l’Homme », dira le Président Chadli Bendjedid dans un dis­cours en décembre 1985, « n’est en fait qu’un prétexte pour la création d’un parti politique servant les intérêts des enne­mis de l’Algérie. Ce que nous ne pouvons en aucun cas admettre, quelles que soient les circonstances. De même nous n’acceptons aucune leçon de quiconque en matière de respect des droits de l’individu, garantis par les lois du pays. »

5 Juillet 1985 :

En dehors du cadre officiel et des cérémonies organisées par le pouvoir et l’Organisation nationale des moud­jahidine (ONM), un grand nombre de fils de chouhada (martyrs de la révolution) déposent des gerbes de fleurs à la mémoire des martyrs le jour de la fête de l’indépendance, au cimetière d’El-Alia à Alger et dans d’autres villes du pays. Le pouvoir réagit en déclenchant une série d’arrestations. Plusieurs dizaines de personnes sont successivement arrêtées à Tizi-OuZou, Boumerdes, Tipaza, Chlef, Khenchela Parmi eux des militants berbéristes Il s’agit notamment de : Arezki Abbout, Nouredine Ait-Hamouda, Arezki Ait Larbi, Nacer Babouche, Rabah Ben­chikhoune, Mokrane Chemime, Belkacem Adjroud, Hazerchi Bouzid, Ali Faouzi Rebaine, Rachid Fennoune, Kouider Arrous et Ahmed Mekaoucha.

Ils seront tous les douze déférés une semaine après devant la Cour de sûreté de État à Médéa et incarcérés à la prison de Berrouaghia.

Un comité de soutien aux détenus est constitué le même jour (5 juillet 1985) à Tizi-Ouzou . Il est composé de fils de Chouhada et de militants du Mouvement culturel berbère. Ce comité jouera un rôle important dans l’information aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Il contribuera à la Constitution d’un collectif d’avocats pour défendre les détenue­s, distribuera des tracts, des pétitions, fera des démarches auprès des autorités locales (wali, police…), organisera des quêtes en faveur des familles des détenus…

Dans son premier bulletin d’information daté du 5 juillet 85, et après avoir annoncé les arrestations, ce comité invite à la mobilisation et à la vigilance. Il déclare son refus de l’oppression : « non au règne de la répression et de l’arbitraire policier ». Il demande la libération des détenus, le respect de la mémoire des martyrs et le respect des libertés démocratiques et des droits de l’homme.

9 Juillet 1985 :

A 19 heures, à la sortie de son bureau, dans le centre d’Alger ; Maître Abdenour Ali-Yahia, avocat au barreau d’Alger, ancien ministre, membre du Comité central du FLN (1964) et co-fondateur de l’UGTA, président de la LADH et avocat des détenus du 5 juillet 1985, est appré­hende. Il est transféré à la prison de Berrouaghia (Médéa). Il venait de protester, dans un télégramme au Président Chadli contre les arrestations des enfants de Chouhada.

17 Juillet 1985 :

Les forces de l’ordre encerclent à Azazga (Tizi-Ouzou ) le bâtiment où réside le chanteur Ferhat M’henni, fondateur du groupe Imazighen Imoula en 1973, arrêté à plusieurs reprises par les forces de sécurité, membre Comité des fils de chouhada, du Comité directeur de la LADH et militant du Mouvement culturel berbère. Il est arrêté à six heures du matin. Il est transféré à Alger pour rejoindre ensuite ses amis à la prison de Berrouaghia. Il sera Conduit à son arrivée dans le quartier des condamnés à mort.

Il est transféré plus tard à la prison de Médéa puis le 20 août 1985 à celle de Blida.

Le même jour ; un communiqué du Comité des fils de chouhada de la wilaya de Tizi-Ouzou informe la population des arrestations, de leurs conditions et de leurs suites. Les enfants de martyrs attirent l’attention des citoyens sur les rumeurs répandues par les services de répression, qui ten­dent à laisser croire que l’association des fils de chouhada « revendique un statut particulier pour ses membres, des avantages socio-économiques ; (…) ces rumeurs ne visent qu’à dénaturer notre mouvement, à nous isoler de la popula­tion, et à empêcher l’émergence de solidarités au sein de notre société (….) Les camions, les appartements et les postes de responsabilité, ce sont les militants du FLN qui les accumulent et non pas les détenus de Berrouaghia ! ».

30 Juillet 1985 :

Les quatorze détenus de la prison de Berouaghia observent une grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention et dénoncer les abus des services de police et de l’administration pénitentiaire notamment le sort du chanteur Ferhat M’henni. Ils réclament le statut de prisonniers politiques. Ils seront séparés et mis dans trois prisons différentes (Berrouaghia, Ksar El-Boukhari et Médéa).

Cette grève de la faim prendra fin le 10 août après l’amélioration de leurs conditions de détention.

21 Août 1985 :

Saïd Sadi, militant du Mouvement culturel berbère et membre de la LADH, Me Mokrane Ait-Larbi avocat et vice-président de la LADH et Said Douman enseignant au centre universitaire de Tizi Ouzou et membre de la LADH, sont arrêtés à l’hôpital de Tiizi-Ouzou pour premier, et à leur domicile respectif pour le second et le Lier Les chefs d’inculpation sont :
-  atteinte à l’autorité de État, distribution de tracts et constitution d’association illégale.

Trois membres du Comité des fils de chouhada d’Alger sont arrêtés le même jour. Il s’agit de : Mohamed Ferhi, Amar Mokrani (Ouadhia) et Boudjemaa Iguernelala (Tigzirt).

Le tribunal de Bordj-Menaiel condamne six militants fils de chouhada de Naciria, incarcérés durant le mois de juillet, à six mois de prison avec sursis.

5 Septembre 1985 :

Le poète et chanteur kabyle Lounis Ait-Menguellet est arrêté chez lui à Ighil-bbwammas.

7 Septembre 1985 :

Une décision du conseil de wilaya de Tizi-Ouzou dissout la section de wilaya de l’Union médicale algérienne (UMA) suite à ses activités en faveur Said Sadi et des détenus de l’été 1985.

Même période : Lors du débat sur l’enrichissement de la Charte nationale, des membres du groupe « Les Berbères » d’Oum-El-Bouaghi, région chaouia, sont arrêtés les forces de sécurité.

16 Septembre 1985 :

Le Dr Hachemi Nait-Djoudi, secré­taire adjoint de la LADH est arrêté. Il est transféré à la prison de Berrouaghia.

29 Octobre 1985 :

Le poète et chanteur Lounis Ait-Menguellet est condamné par le tribunal correctionnel d’Alger à trois ans de prison et à une amende douanière. Le chef d’inculpation, selon l’APS, est la détention illégale d’armes de chasse et de guerre.

1 Novembre 1985 :

Une centaine de personnes environ, sont condamnés à des peines allant de 6 à 24 mois de prison suite à des manifestations en Kabylie.

2 Novembre 1985

Le bureau international de la FIDH émet un avis favorable d’affiliation de la LADH.

19 Décembre 1985 :

La Cour de sûreté de État de Médéa rend le verdict de l’affaire dite « affaire Rébaine Ali Faouzi », procès des détenus de l’été 1985, militants de la LADH, de l’association des enfants de chouhada et militants du Mouvement culturel berbère : Ali Faouzi Rébaine (3 ans de prison), Arezki Ait-Larbi (3 ans de prison), Arezki Abbout (3 ans de prison), Ferhat M’henni (3 ans de prison), Saïd Saad (3 ans de prison), Saïd Doumene (3 ans de prison). Rachid Fennoun (2 ans de prison), Kadour Arrous (2 ans de prison), Hachemi Nait Djoudi (2 ans de prison). Belkacem Adjroud (18 mois de prison). Mâamar Benaoucha (1 année de prison). Nouredine Ait-Hamouda (11 mois de prison), Rabah Benchikhoune (11 mois de prison), Nacer Babouche (11 mois de prison), Abdenour Ali-Yahia (11 mois de prison), Mokrane Ait-Larbi (11 mois de prison). Ahmed Mekaoucha (10 mois de prison), Hazerchi Bouzid (10 mois de prison), Fetouma Ouzegane (10 mois de prison). Amar Mokrani (6 mois de prison), Boudjemâa Iguernelala (6 mois de prison), Mohand Ferhi (6 mois de prison). Mokrane Chemime (acquitté).

Ces 23 inculpés ont été jugés pour les chefs d’inculpation suivants :

-  Atteinte à l’autorité de État par incitation au changement du régime (ce seul chef d’inculpation est passible de peine de mort), élaboration et diffusion de tracts pouvant porter atteinte à l’intérêt suprême du pays, création d’associations illégales et attroupements non armés.

Suite à la campagne menée en faveur des détenus par la presse internationale, les organisations et ligues des droits de l’homme (Amnesty international, Ligue tunisienne des droits de l’homme, Association des avocats arabes, Association des avocats africains…) et à l’intérieur du pays, ainsi que la présence d’avocats mandatés par la FIDH à laquelle la LADH avait adhéré, la cour de sûreté de État est contrainte à ne pas retenir le premier chef d’inculpation.

Afin de discréditer ces militants, le Président Chadli Bendjedid dans un discours devant le congrès extraordinaire du FLN de décembre 1985 déclare : « D’autres groupes se font les champions du berbérisme et là, je me demande qui est berbère et qui ne l’est pas dans ce pays. Nous rejetons catégoriquement ce terme qui nous a été accolé autrefois. Cette rengaine procède en réalité de mentalités rétrogrades, exacerbées par le colonia­lisme, au moyen de la politique de « diviser pour régner ». L’Algérie est une, et il m’a déjà été donné de dire que je suis un Algérien que l’Islam a arabisé, j’y crois et j’en suis fier (…) L’objectif recherché est donc de tenter de diviser la Nation… »

19 Août 1986 :

L’Académie algérienne de langue arabe est créée par décret. Elle est placée sous le haut patronage du Président de la République.

Cette Académie, qui est une institution nationale à caractère scientifique et culturel, a pour objectifs de :
-   »Servir la langue nationale en oeuvrant à son enrichis­sement, sa promotion et son développement ;
-  Préserver sa pureté et veiller à l’adapter aux réalités contemporaines en tant que véhicule d’invention scienti­fique et technologique ;
-  Concourir à son rayonnement en tant qu’outil de création dans les domaines des lettres, des arts et des sciences ».

Février 1987 :

Ouverture d’un Institut national supérieur de Culture populaire à Tlemcen. Il a pour vocation de « contribuer à la préservation du patrimoine culturel populaire algérien : traditions, coutumes, médecine traditionnelle, arts populaires, chants et poésies ».

5 Juillet 1987 :

A l’occasion du 25e anniversaire de l’indépendance, l’un des « poseurs de bombes », Mohamed Haroun est libéré de la prison de Lambèse après onze années de détention, bénéficiant d’une grâce présidentielle.

20 Avril 1988 :

Une table ronde réunit des militants berbéristes à Tizi-Ouzou. Des divergences apparaissent.

Août 1988 :

Une importante réunion de militants du Mouvement culturel berbère a lieu près d’Azeffoun (Tizi-Ouzou ). Elle déclare l’urgence de créer une organisation politique du MCB.

5 Octobre 1988 :

Des manifestations populaires éclatent à Alger pour manifester le ras-le-bol populaire contre 1e régime de Chadli Bendjedid. Ces manifestations se propagent à plusieurs régions du pays sauf en Kabylie où règne un calme relatif. C’est une secousse qui ébranle et accélère l’évolution du champ politique en Algérie. Les jours qui sui­vent ces événements d’octobre voient l’ouverture du régime vers un pluralisme politique rendu jusque là impossible par le parti unique depuis 1962.

Lors des émeutes d’octobre, Matoub Lounés, chanteur et militant du mouvement berbériste est atteint de plusieurs balles tirées par des gendarmes qui avaient dressé un barrage sur la route de Ain-El-Hammam.. Matoub selon certaines sources, détenait des tracts appelant la population de Kabylie au calme.

9 Novembre 1988 :

Un mois après les événements d’octobre 1988, le Dr Saïd Sadi, Maître Mokrane Ait-Larbi, Mustapha Bacha et Ferhat M’henni tiennent une conférence de presse au campus de Tizi-Ouzou . Ils déclarent que le Mouvement culturel berbère à travers sa lutte, « s’est toujours inscrit dans la perspective d’une dynamique du pays… (…), l’expres­sion des axes stratégiques prioritaires qu’il s’est définis, reconnaissance et prise en charge de la langue et de la cul­ture berbères, libertés démocratique notamment, trouvent une solution naturelle dans une vie publique libre et tolérante ».

« (…)Seule, continuent-ils, une société régie par des politiques dignement représentatives (…) peut

mettre aux différents cadres de représentation socio-politique (…) de jouer pleinement et efficacement leur rôle ».

Ils appellent à la tenue des premières assises du mouvement.

25 Novembre 1988

Un meeting initié par le comité de cité de l’université de Tizi-Ouzou se tient au stade Oukil Ramdane. Il regroupe plusieurs personnalités et militants du MCB. L’intervention du Dr Sadi, ajoutée à son initiative, lancée avec trois de ses camarades d’appeler à une conférence de presse, fait réagir d’autres militants du MCB. Dans une « lettre à la population », ils accusent nommément le Dr Sadi de prôner une ligne non revendicatrice (des propositions ont été avancées) contraire aux principes du mouvement.

« Nous sommes », écrivent-ils, « en droit de nous interroger sur d’éventuels engagements pris avec le pouvoir dans le cadre des réformes politiques annoncées. Quelle satisfaction avon-nous obtenue pour passer du stade revendicatif au stade de la proposition ? ».

Ils dénoncent la mainmise des quatre militants (Sadi, M’henni, Bacha, Mokrane Ait-Larbi) sur le mouvement ­berbère et parlent d’une rupture « effectivement et publiquement consommée ».

Ils appellent à l’esprit de responsabilité des militants pour « déjouer toute tentative de récupération de cette scission ».

17 Décembre 1988 :

Dans un autre document daté du 17 décembre 1988 et intitulé « pourquoi des assises », ses auteurs parlent de la « nécessité de l’option d’une organisa­tion pitico-culturelle indépendante, libre, représentative et ce » qui permettra à leur mouvement de franchir « un saut qualitatif en rapport avec la situation et les exigences socio-culturelles actuelles, à l’instar des autres courants de pensée dans le pays ».

3 Janvier 1989 :

Le comité préparatoire, dans « Éléments de réflexion pour les assises », dresse un bilan de huit années de lutte. Le Printemps berbère a, selon le document, « permis aux berbérophones d’exprimer massivement leur attachement à leur langue et à leur culture, interpellé leurs compatriotes sur la nécessaire d’une discussion autour de l’identité nationale ». Mais « la terreur » et les « traditions de lutte insuffisantes, la perte de la notion de l’effort permanent »et « la fermeture des autorités en la matière, ont amené les militants à concevoir leur combat dans des regroupements informels où le fonctionnement était plus déterminé par les rapports individuels que par les exigences structurelles de la lutte ».

Pour ces causes, « des potentialités humaines et matérielles considérables n’ont pu être rentabilisées, occasionnant ainsi de sérieux dommages à l’épanouissement culturel berbère ».

Ils sont convaincus que cette situation « doit cesser car inefficace et dangereuse ». Ils proposent « un définitif de l’improvisation qui a prévalu jusque là, de créer, « un cadre structurel suffisamment efficient et fonctionnel qui n’en réduise pas l’envergure sociologique » et « trouver la meilleure voie par laquelle l’intégration nationale et maghrébine de (leur) lutte peut se faire ».

Ces assises qui se tiendront les 9 et 10 février 1989, donneront naissance au parti politique « Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) ».

16 au 24 Juillet 1989 :

Neuf années après la tenue du 1er séminaire de Yakouren et après plusieurs années de clandestinité, le Mouvement culturel berbère tient son 2eme séminaire à Tizi-Ouzou. Il a pour objectif de faire le bilan qualitatif de la trajectoire qu’il a connue et définir ses contours actuels, les perspectives sur les plans de l’organisation et du programme de travail. Dans sa plate-forme, le MCB se défi­nit comme « un mouvement de revendication rassembleur et autour de la question identitaire, culturelle et linguistique ­ »Le MCB, mouvement à caractère pacifique, non violant est « une force sociale et politique, démocratique… » qui inscrit son combat dans le cadre du mouvement démocratique de tout le peuple algérien ».

Il lutte et combat pour :
-  La reconnaissance constitutionnelle de la dimension amazigh comme partie intégrante et inaliénable de l’identité du peuple algérien ;
-  La récupération et la promotion des cultures populaires algériennes en général et du patrimoine amazigh en particulier
-  La reconnaissance de la langue tamazight, tangue nationale et officielle aux côtés de l’arabe ;
-  Le développement et la promotion de la production culturelle en langue tamazight ;
-  Le développement et la généralisation progressive de l’enseignement de cette langue ainsi que sa prise en charge par les médias, l’administration, etc.

Le Mouvement Culturel Berbère se dit « partisan de l’ou­verture sur les autres dimensions de la culture nationale et l’universalité ».  » Il n’est ni chauvin ni passéiste ». il est ouvert à toute personne militante ou non dans un parti politique, le MCB se défend d’être partisan d’un parti politique. Il n’est ni un parti politique, ni un relais de partis. « Il n’a pas vocation à prendre le pouvoir ». Le MCB, mouvement reven­dicatif se dit « autonome vis-à-vis de l’ensemble des partis politiques, ainsi que de État ».

5 Janvier 1990 :

Un tract signé Mouvement culturel amazigh invite tous les militants berbères (individus, associations cul­turelles, partis politiques) à un rassemblement devant le Premier ministère le 25 janvier à 13 h. Cela en « vue, selon le document, d’exiger l’intégration de la langue et de la culture tamazight au sein de l’Université, c’est-à-dire la création d’instituts d’enseignement et de recherche en tamazight.

L’organisation de ce rassemblement suscite une polémique au sein des militants du MCB.

16 Janvier 1990 :

Le Rassemblement pour la culture e la démocratie (RCD) s’oppose à l’appel du MCB pour 1e rassemblement devant le Premier ministère prévu pour 25 janvier 1990. Dans une déclaration intitulée « question amazigh : dépasser la confusion et prévenir les dérapages » le RCD qualifie l’appel d’anonyme puisqu’il ne porte aucune signature. Il se demande : « qui est effectivement derrière cet appel ? Un parti, plusieurs partis, une association ou des individus ? Comment s’appellent-ils ? Qui va prendre la parole ? Pour dire quoi ? ».

Pour le RCD, il y a « trop de doutes, trop de manœuvres trop d’anonymat, trop de confusion » qui « accompagne l’action du 25 janvier ».

18 Janvier 1990 :

Les auteurs de l’appel du 25 janvier répondent individuellement à la déclaration du RCD par une autre déclaration signée MCB. Cette déclaration vient comme pour donner l’identification réelle des auteurs de l’appel du MCB au rassemblement. Ce sont les représentant des Commissions de wilaya issues de son 2e séminaire, des représentants de plusieurs associations culturelles ou civiles.

La déclaration précise que le MCB « ne donne aucune signification politicienne quant au choix du lieu de rassemblement ».

22 Janvier 1990

Une déclaration signée « Étudiants réunis en A.G. de l’université de Tizi-Ouzou » qui se réclament partie prenante du MCB, critique sévèrement l’attitude du RCD vis-à-vis du rassemblement prévu pour le 25 janvier 1990. Ces étudiants se disent « profondément indignés par l’attitude malhonnête, criminelle et calculatrice du RCD ».

Ils appellent tous les militants sincères à « dénoncer énergiquement ce parti qui prétend détenir la paternité de la revendication tamazight ».

A trois jours du rassemblement prévu par le MCB à Alger ; le ministre délégué aux Universités annonce la création d’un département autonome de la langue et culture tamazight

23 Janvier 1990 :

Un groupe de dix enseignants de la langue et militants du MCB (Abdennour Abdeslam, Arezki Graine, Hakim Saheb, Mourad Bounab, Amar Amireche et Khaled Bouredine) rendent public une déclaration intitulée « la raison et l’instinct ». Dans cette déclaration, ils s’opposent et se démarquent de l’appel au rassemblement du 25 Janvier et appellent les militants à un maximum de vigilance. Ils se posent les questions suivantes : « Puisque l’institut est acquis, pourquoi ce rassemblement ?
-  Aller au siège du gouvernement pour dire quoi ?
-  Quel est l’objectif réel de ce rassemblement ?
-  A qui profite ce rassemblement : est-ce à tamazight ou à des formations politiques ? Lesquelles ? Quelle est leur position (dans leur programme) sur tamazight ? ».

25 Janvier 1990 :

Des centaines de milliers de manifestants répondent à l’appel du MCB en prenant part au rassemblement devant l’APN (Assemblée Populaire Nationale) à Alger. Ils sont venus de plusieurs départements du pays, « infli­geant ainsi un cinglant démenti à ceux qui voulaient régionaliser le mouvement ».

Cette marche, prévue lors du deuxième séminaire du MCB (Commissions nationales) et dont le mot d’ordre était la réalisation d’un institut ou département de la Thamazight à Tizi-Ouzou, a confirmé l’enracinement du mou­vement berbériste au sein de la population alors qu’on pen­sait « que derrière les trois initiales se cachait un mouvement d’élites restreint à l’université ».

La réussite de la marche a malheureusement suscité, selon le rapport du MCB « des appétits politiques divers ». côté du pouvoir d’abord, puis des forces politiques qui voulaient le récupérer et enfin de l’intérieur du mouvement, qui le plongent dans une crise dangereuse. La crise éclatera a grand jour le 20 avril 1990, au campus de Oued-Aïssi lors du gala de la commémoration du 10 e anniversaire du printemps berbère.

Cette crise provoque un schisme et divise le mouvement culturel berbère d’une manière claire en deux ailes diamétralement opposées : les Commissions nationales du FFS d’Aït-Ahmed et la Coordination nationale proche du RCD de Sadi. Les événements (notamment les élection, que connaîtra, plus tard, l’Algérie vont accentuer les divergences et feront réagir des militants berbéristes. Angoissé ils s’insurgent contre les manœuvres de division du mouvement à tel point que l’un d’eux, Mokrane Chemime, détenu d’avril 1980 et linguiste écrit dans les colonnes de presse en mai 1994 ce qui suit :

« Alors, dans la rue, des gens (…)se posent l’inévitable question : pourquoi deux MCB pour défendre une seule et même cause ? Existe-t-il des divergences de fond entre les deux « adversaires », ces « frères ennemis » sur la question de l’identité de la langue et de la culture ? L’absence de débats francs et sereins entre la sensibilité RCD et la sensibilité FFS sème davantage la confusion, jette encore plus d’obscurité sur la démarche et surtout les desseins des uns et des autres. Que veulent-ils exactement et où veulent-ils en venir ? (… Les véritables divergences sont d’ordre politique ou, comme disent certains, une question de leadership ».

« (…)Ayez pitié de nous, démocrates des deux MCB, jouez cartes sur table, parlez-nous franchement. Si non, nous, qui nous mobilisons pour la cause Thamazight mais jamais pour vous, par le cœur et par la raison, risquent de vous « lâcher » au milieu du chemin »

Même période : Un cercle d’études berbères est mis sur pied à Ghardaïa autour de Abderrahmane Houache, pionnier berbérisant du M’zab, regroupant d’autres mili­tants tels que : Salah Tirichine, Abdelwahab Fekhar…….

Ce premier cercle du genre, au M’zab, entreprend des projets ambitieux dans le domaine de la langue, de la culture et de la prise de conscience identitaire chez les jeunes Mozabites. Ces initiateurs entament la révision et le déve­loppement d’un dictionnaire complet mozabite-français. Ils créent plusieurs centaines de néologismes et amorcent la ration de l’école Thamazight. Ils créent un vocabulaire propre à la région, une modalité de transcription en caractères arabes, des publications dans le domaine de la grammaire et de la poésie.

Extraits de « Chronologie du mouvement berbère, un combat et des hommes » de Ali Guenoun paru aux éditions Casbah Alger, 1999

source:afrique-du-nord.com

Publié dans kabylie(60), vive l'algerie(128) | 3 Commentaires »

 

The Soul of a Slayer |
AHL EL KSAR |
toutelactualite |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Halliburton Manufacturing &...
| Le Tallud 79200
| momema